Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

5. De la constitution

Texte intégral

Al-Garida, 3 avril 1910

1Je suis heureux de me tenir au-devant de cette honorable assemblée pour l’entretenir d’un sujet qui représente le nœud vital d’une nation, je veux dire de la Constitution.

2Heureux parce que je vois un mouvement général dans les idées, les penchants et les agissements s’unir à de nobles sentiments, tels qu’ils se trouvent rarement conjugués dans une nation.

3Si une nation connaît son droit, elle le prend ; elle le prend par le fait qu’elle l’a connu, sans étapes, sans préparatifs, et sans attente.

4Le droit de demain est le droit d’aujourd’hui. Il n’est pas de raison de procéder par degré et pas besoin d’aplanissement pour prendre un droit.

5Les Egyptiens ont connu leur droit ; ils l’ont alors réclamé à un ennemi puissant qui n’a d’autre intérêt que de le nier et qui est disposé à convaincre par la force, s’il ne parvient à convaincre par les arguments.

6Mais au-devant du droit évident qui ne supporte pas de discussion et ne se peut dénier, sa force a fléchi et nous l’avons vu s’incliner respectueusement devant le droit.

7Ils ont reconnu le droit en soi ; puis ils se sont excusés de ne pouvoir l’appliquer, prétextant que les nations ne peuvent accéder à leur Constitution d’un seul coup et que les Egyptiens, n’ayant pas atteint le stade de l’autodétermination, il faut d’abord veiller à leur formation civique et éduquer leur caractère durant des générations successives jusqu’à ce qu’ils développent leurs propres aptitudes démocratiques. Et, qu’un jour alors sur le sol fertile d’Egypte, germe la Constitution qui y aura été subrepticement semée.

8Nos orateurs et nos publicistes ont accepté l’idée de l’impéritie et ont circonscrit la discussion autour de l’incapacité des Egyptiens et des conditions déterminant leur capacité.

9Je veux, en revanche, poser le principe de notre aptitude à demander la Constitution pour la totalité de la nation, et je veux l’appuyer sur l’unanimité des journaux, l’unanimité des orateurs et de tous les membres de l’assemblée générale et jusqu’au dernier des écrivains dont la plume fait autorité, et je n’accepte aucune discussion à ce sujet.

10Je vous propose aujourd’hui l’examen de cette excuse affublée d’une apparence de principe social que l’esprit risque de prendre au sérieux : Est-elle un principe réel ou bien n’est-elle qu’un puissant prétexte qui manipule arbitrairement des principes pour créer celui qui convient tout comme on dispose arbitrairement de la vie des esclaves pour tuer celui qui ne convient plus.

11Est-ce que les nations doivent graduellement approcher de la Constitution après avoir formé leur caractère, comme il est dit ? Ou bien s’en emparent-elles, sans condition, sans entrave et sans retard ?

12Avons-nous le devoir de prouver notre aptitude à mériter la Constitution ? Ou bien la méritons-nous sans preuve, sans discussion, par le seul fait de notre existence ?

13Il a été dit que, tout comme l’individu, la nation ne pouvait se conduire sainement dans l’enfance et qu’il fallait la garder sous tutelle jusqu’à sa majorité.

14Et comme l’homme épris de l’image et de l’analogie est prompt à se rendre à toute généralisation qui semble comporter quelque apparence de raisonnement et de réalité visuelle, que la comparaison entre l’homme et la nation est fréquente et célèbre, nous avons passé outre à cette comparaison comme s’il s’agissait d’une affaire conclue, et nous nous bornons à discuter de l’aptitude de l’Egyptien à la Constitution.

15Or, les nations sont en tous points semblables aux individus, sauf pour ce qui relève de la liberté générale qui, contrairement à la liberté individuelle, débute dès l’enfance et se développe jusqu’à l’adolescence où elle ne sait pas encore juger sainement, puis qui s’entraîne à juger et atteint à la maturité du jugement pour évoluer jusqu’aux derniers âges de l’homme.

16Les nations se développent ainsi d’étape en étape ; mais elles ne se développent certainement pas en vue de mériter une liberté générale. Une nation dans l’enfance peut se constituer, qui ne possède pas de grandes connaissances ou qui n’a notion ni du commerce ni de l’industrie, ou qui ignore tout de l’organisation des armées, ou bien qui peut rester totalement inconnue, qui n’a pas d’histoire ; et elle demeure quand même libre, jouissant de ce droit naturel dont jouit toute société par le fait de son existence.

17Une nation développe ses connaissances en étant libre, organise sa société en étant libre, crée son commerce et son industrie en étant libre ; elle débute dans la liberté, elle se fortifie en elle, puis elle parvient à son accomplissement par le moyen de sa liberté et à cause de sa liberté.

18Il a été dit que la liberté est le droit naturel des nations.

19Non. Car elle est l’essence de la nature créée ou plutôt elle fait partie intégrante de la composition humaine. Celui donc qui par l’emploi de sa force la dépouille de ses prérogatives, celui-là viole la création divine, et il dépouille la Constitution de l’homme d’un privilège inhérent qui est à la fois le principe de l’existence et sa signification.

20L’homme, privé de ce souffle de raison sensible, libre, est réduit à l’état d’objet inerte qui n’a aucune raison d’être ni de demeurer un seul instant. La liberté est exactement à la nation ce que l’âme est à l’individu : elle est la puissance de la raison et du choix, et, en priver une nation, c’est la priver de son essence et de sa réalité matérielle et tangible.

21La négation de cette liberté ne relève pas de conditions permettant de discuter de sa présence ou de son absence, elle est une négation de l’espèce humaine en soi et non pas de l’une de ses attributions. Elle procède comme s’il était possible de discuter du fait que tous les individus d’une nation sont pourvus d’une intelligence pour apprécier et pour juger.

22La nation est une agglomération d’individus possédant chacun le droit de choisir ses actes et le devoir d’en porter chacun la responsabilité. Et ce serait une contradiction absolue si chaque individu était libre, redevable et responsable et que l’agglomération de ces individus fut esclave, asservie et irresponsable.

23L’homme est de nature sociable parce qu’il a trouvé dans la société un appui à ses facultés personnelles, ainsi que le bonheur dans la juste jouissance de ses droits inhérents. Aucun sociologue n’a jamais accusé la société de vouloir supprimer l’individu, en l’amputant de sa plus précieuse prérogative, le pouvoir de choisir.

24La liberté n’est pas un bien qui s’acquiert avec le temps ; elle n’est pas un commerce à entreprendre, non plus qu’une vertu qu’il convient de renforcer dans l’âme des individus, de génération en génération ; elle est l’effet de l’existence, et elle en est la signification essentielle ; et c’est elle qui éduque toutes les qualités par lesquelles l’homme réalisera tant son bonheur que son malheur.

25Nous ne dirons donc pas que nous méritons la liberté pour telle raison ou grâce à telle preuve. Nous la méritons parce que c’est nous et parce que c’est elle.

26Si nous considérons la liberté comme une essence indépendante des sociétés, étrangère à leur existence, elle n’en est pas plus indépendante que ne l’est l’air vis-à-vis de l’homme et de l’animal qui le respirent. Elle est l’atmosphère favorable à la vie de toute société et la condition de son existence naturelle.

27Il n’est possible dans aucun cas de l’envisager comme un droit, parmi les autres, et dont on doive établir les titres de propriété, prouver l’aptitude à les posséder ou bien dont on soit susceptible de déchéance.

28Chaque nation, par le fait même de son existence, possède des droits et assume des devoirs qui entraînent de nombreuses et diverses responsabilités. Il ne peut exister de droit, de devoir, de responsabilité sans la coexistence de la liberté et de 1 faculté du choix.

29L’histoire universelle ne rapporte pas de cas où une nation ait décliné la responsabilité de ses actes, ou rétracté ses accords, dénoncé ses dettes ou annulé ses engagements, parce qu’elle se serait mise ainsi dans la posture d’un mineur et qu’elle serait taxée d’incapacité.

30Il n’est pas possible qu’une nation soit à même de reconnaître les droits d’autrui et qu’elle se trouve en même temps incapable d’utiliser son droit naturel, celui qui transcende le contrat et n’importe quel accord positif.

31Dans le cas d’impéritie, il est de règle que les contrats entachés d’incompétence soient détruits, s’ils sont préjudiciables et confirmés, s’ils sont profitables.

32Conformément à ce principe, il faudrait reconnaître leur liberté aux nations inaptes parce qu’elle est leur droit et leur propriété et qu’elle leur est utile, mais en revanche, il faudrait ne pas les charger de la responsabilité de leurs dettes, de leurs accords, de leurs actions, parce que la responsabilité leur est, dans tous ces cas, nuisible.

33Mais ils veulent le contraire et cela est impossible. De sorte que d’exiger la compétence d’une nation pour lui octroyer la liberté est un postulat qui contredit tous les principes raisonnables.

34Il contredit la nature parce que l’homme est une créature libre.

35Il contredit le finalisme des responsabilités quant au devoir et quant au droit.

36Il contredit jusqu’aux lois qui régissent l’impéritie, dans le cas où nous voudrions les accepter.

37A l’aube des civilisations, les hommes se groupèrent par familles indépendantes et aucune de ces familles n’était autorisée à empiéter sur la liberté des autres. La famille s’élargit en tribus, les tribus formèrent une nation, et, au cours de ces étapes, l’homme demeurait libre. Les hommes ni les nations ne se virent enlever leur liberté durant ces périodes de gestation. La liberté ne fut menacée que lorsque, par la suite, une nation puissante, qui avait atteint l’apogée de sa civilisation, versa dans la corruption et donna divers signes de déchéance, sur lesquels il n’y a pas lieu de nous étendre ici.

38Telle est la véritable vie des nations, qui contredit en tous points la vie des individus : la liberté avant toute chose, et non après toute chose ; et c’est pour cela qu’on a dit qu’il n’est pas de nation plus heureuse que celle qui a été ignorée par l’histoire.

39Vous trouverez, en conséquence, les bédouins plus près de la liberté et plus étrangers à la civilisation parce que la vie bédouine, plus près de la vie naturelle et d’un caractère souple, est dégagée des influences dites civilisatrices et raffinées...

40Les bédouins ont conservé la liberté naturelle dans sa pureté originelle, sans faiblesse et sans altération.

41Vous trouverez de même les montagnards plus jaloux de leur liberté que les habitants de la plaine, parce que le cadre grandiose dont ils jouissent élève leur cœur à la hauteur de la nature et au sens premier de la création, à la dignité humaine, de sorte qu’il les maintient dans leur pureté originelle, ne s’abaissant pas à comprendre que l’homme puisse vivre dans une atmosphère qui le prive de sa liberté.

42Aux yeux de ceux dont le progrès n’a pas encore corrompu le goût, la liberté est le bien premier que personne ne détient. Elle est l’air que personne ne possède et qui appartient à tous, elle est le ciel et elle est la terre et elle est l’existence.

43C’est pour cela que les nations qui ont vécu et qui vivent encore, en divers points du globe, sous forme de nomades ou de tribus sont parmi celles qui jouissent de la plus grande liberté.

44Beaucoup de ces tribus ont vécu en Afrique, en Amérique, en Asie, et c’est pour la même raison que la Suisse a vécu libre et indépendante.

45Ce petit pays, restreint dans sa superficie et par le nombre de ses habitants, d’une force réduite, cerné de tous côtés par de grands Etats qui ont épuisé les nations par leurs exigences, ce pays a vécu, des générations durant, dans ce milieu délicat, exposé à toutes sortes de périls, libre et indépendant.

46La Suisse a préservé cette indépendance par la force de la liberté ; ses habitants jouissent de la liberté sous tous ses aspects ; et elle est apparue au milieu de ces puissances écrasantes, les mains comme inondées d’une éblouissante lumière qui ravissait les regards. Les convoitises, quelle que fut leur puissance, ne purent la réduire ; au contraire, elles durent s’incliner et s’en retourner, vaincues. L’espérance inculqua dans le cœur humain la foi en l’existence d’un Créateur tout puissant et majestueux, qu’il incombe d’adorer parce que l’homme est le plaignant, et qu’il est Lui, le Recours. Mais, en dépit de cela, l’être humain, se prit en pitié, et prit l’humanité en pitié, et parfois même, ce Créateur qu’il se représentait comme un Dieu unique, seul détenteur du pouvoir et de la force, et en dépit de cette justice absolue qu’il attribuait au Créateur universel.

47C’est ainsi que les premiers âges se représentèrent ce Créateur tout puissant sous une forme Constitutionnelle, agissant sur la création après avoir consulté ses commenseaux, de sorte que le gouvernement du monde devint une entreprise collective.

48Puis, comme il apparut illogique qu’un dieu tout puissant partagea son activité avec un autre dieu ou une déesse du même acabit, les dieux de l’Antiquité se multiplièrent et chacun ou chacune d’entre eux se vit attribuer son champ d’action et l’ensemble des dieux se présenta sous un aspect que l’on pourrait appeler Constitutionnel. Les Anciens s’inspirèrent ensuite de leur mythologie pour organiser les formes de gouvernement de leurs cités diverses. C’est ainsi que s’agença le gouvernement de Rome à l’exemple de ses dieux. Et c’est la même similitude qui se relève entre les institutions de la Grèce et celles de son culte.

49Le développement de l’Egypte avait suivi la même norme, avec toutefois, quelques modifications.

50Cette organisation ne découlait guère d’un développement scientifique ou bien de n’importe quel aspect de la vie civile. Au contraire, les peuples demeuraient en état d’enfance, n’imaginant pas ce qui dans la nature transcende la liberté, non plus que cette force dérobée à leurs regards, dont ils ont conscience, qui est le pouvoir du Créateur tout puissant.

51Ils ont préféré l’alliance avec Dieu plutôt que de se représenter un dieu adverse, quelles que soient sa justice et sa clémence.

52Si nous voulons après cela prendre un exemple vivant, capable de nous renseigner utilement, de nous révéler la portée de cette vertu et de son application sur la conjoncture actuelle, plutôt qu’elle ne s’applique qu’à l’antiquité, je porterai mon étude sur l’histoire de l’Amérique et de ses institutions.

53Les Etats-Unis représentent le plus grand des Etats du monde. Il est donc juste que nous demandions à son histoire et à son comportement puissant de nous éclairer dans l’appréciation des vérités sociales.

54Les Etats-Unis sont-ils parvenus à leur Constitution par étapes de sorte qu’ayant d’abord formé leur caractère, ils se saisirent de leur Constitution, après des générations d’éducation supérieure ? Ou bien s’en emparèrent-ils en rédigeant leurs propres ordonnances et en dépit de l’opposition de la majorité des pays ? Et sans progression, et sans avoir à fournir des preuves de leur aptitude à s’en saisir ? Ils se l’approprièrent et l’instaurèrent de force et par la force de leurs hommes. Voici un Etat moderne, issu du néant qui parvint à la grandeur et à la souveraineté.

55L’Amérique était inconnue, son nom était ignoré, elle-même ne se le formulait pas.

56Ses habitants dénombraient des tribus éparses, aux populations restreintes perdues dans les méandres de ses vallées, jouissant d’une vie végétative, inconscients de ce qu’étaient le pouvoir, la croyance, la supériorité ou l’ordre.

57Les voyageurs d’Occident la trouvèrent dans cet état de vacuité mentale lorsqu’ils entreprirent sa découverte à la fin du xvème siècle, en 1492.

58Puis, elle accueillit des explorateurs de tous les pays, qui durant plus d’un siècle sondèrent ses régions les plus retirées, et, par le droit de la vie sur la chose inerte, s’approprièrent son sol qu’ils baptisèrent à leur convenance de noms tantôt anglais, tantôt français ou tantôt espagnols. Chacun dénomma sa part de terre du nom qu’il voulut, et l’Amérique se trouva ainsi répartie entre les divers Etats d’Europe.

59Elle devint le refuge des exilés, des indésirables, des expatries, de sorte qu’elle se trouva abriter un amalgame de gens différents dans leur race, leur langue et leur religion. On y voyait des blancs, des noirs, des rouges ; des Anglais, des Français, des Allemands, des Portugais, des Soudanais ; des protestants, des catholiques, des musulmans, des païens, des juifs, et jusqu’à des incroyants.

60La théorie de la progression vers la Constitution d’un pays acceptera-t-elle qu’il naisse, instantanément de cet imbroglio, et de par sa seule détermination, un même esprit, accordé dans l’intérêt, dans les sentiments, dans l’ordonnance et l’existence ?

61Quelle capacité sociale apprécions-nous dans ce kaléidoscope effarant ? Quelle vertu collective voyez-vous parmi ce tumulte et au sein de cette confusion ?

62Cette vertu s’est quand même trouvée chez quelques personnes qui se comptent sur les doigts et qui ont envisagé une patrie unique ; ceux-là ont élaboré sa Constitution, rédigée d’abord sur une feuille de papier, qui devint finalement sa loi, une entité issue d’un espoir véritable, dont la portée était grandiose et dont le législateur ne pouvait prévoir qu’elle atteindrait au dixième de ses réalisations, tant en progrès qu’en grandeur et en civilisation.

63Au sein de cette agglomération, répandue sur une terre sans nom, composée d’ennemis divisés par les guerres religieuses et politiques qui sévissaient entre leurs pays divers, et dont l’inimitié croissait avec la frénésie de la course à l’appropriation de ces étendues immenses ouvertes à toutes les directions, exposées à tous les voisinages, il n’apparaissait nulle trace d’influence ou de suprématie d’une tribu dont on put dire qu’elle était plus apte à instaurer son règlement. Nous lisons ce renseignement dans le rapport présenté par un des gouverneurs anglais au roi d’Angleterre, Charles II, en 1671, où il est écrit : "Il n’existe pas ici, Dieu merci, d’école publique, non plus que d’imprimerie et je souhaite qu’il n’y en ait pas avant plus d’un siècle".

64En dépit des divisions et de cette inculture générale des Américains modernes que le gouvernement anglais souhaitait perpétuer afin de maintenir leur soumission, rien ne retint ces mêmes Américains, dont les générations précédentes ignoraient le nom et l’histoire, de réclamer leur indépendance, de s’en saisir effectivement et de devancer les nations les plus évoluées en élaborant leurs règlements et en rédigeant leur Constitution.

65La Constitution des Etats-Unis, nés d’hier, fut promulguée en 1778 avant que la France ne formula sa propre législation en 1789. Elle fut promulguée au sein des ténèbres, de l’ignorance, du fanatisme religieux, des divisions raciales, de l’esclavage, de tout ce qui peut concourir à l’avilissement des âmes, à la régression et à la division. Et la Constitution porta ses fruits et les citoyens, épris de liberté, aperçurent dans leur commune vénération de la liberté une foi sociale totale, et ils oublièrent leurs divisions meurtrières, et une nation s’érigea, là où il n’y avait pas de nation.

66L’indépendance législative de l’Amérique fut proclamée en 1783 et sa Constitution définitive en 1887, avant l’indépendance absolue.

67Les traces de régression persistèrent un tiers de siècle environ après l’instauration de la Constitution.

68L’esclavage demeura, et c’est là un des pires aspects de la régression, jusqu’au xixème siècle et la division demeura et aussi le fanatisme, sans que rien de tout cela n’affecte la Constitution et sa pérennité.

69Ce réveil spectaculaire de l’Amérique fut l’œuvre d’un groupe d’hommes dont les compatriotes ne partageaient pas l’opinion, puisqu’il fut conseillé à ses chefs progressistes de se réconcilier avec l’Angleterre et de reconnaître sa suzeraineté en y mettant des conditions spécifiques. Mais le conseil ne fut pas suivi ; au contraire, l’indépendance fut proclamée et l’histoire connut pour la première fois ce nom nouveau.

70De même, il n’est pas trace de préliminaires à la Constitution française. La révolution française a éclaté sous le régime féodal après que la royauté y ait atteint une puissance jamais égalée, dans l’histoire de France, et au sein d’un esclavage général, que sanctionnaient, sous des noms divers et sur toute l’étendue du pays, l’ordonnance du royaume et sa législation.

71Cette révolution s’édifia à la lumière des principes philosophiques semés par Voltaire, par Rousseau et Montesquieu et la classe possédante fut incapable d’en évaluer la portée et de composer avec eux ; mais le sens en fut perçu par quelques individus qui, sous l’impulsion de cette liberté innée, s’exposèrent aux pires dangers et même à la mort ; et la victoire couronna la force du droit et de la liberté.

72Non contente de se tenir à l’écart de cette révolution grandiose, une partie du peuple lui tourna le dos et une guerre civile se déclencha, accompagnée d’innombrables tueries parce que les uns voulaient la Constitution et que les autres la rejetaient. Un sang innocent fut répandu pour soutenir une conviction contraire à la nature et contraire à tout principe véritable et qui rejette les hommes à un niveau de régression incommensurable. Ces guerriers ont sacrifié leur sang pour soutenir un pouvoir qui méprisait leur vie.

73Ils l’ont offert pour perpétuer leur propre asservissement et leur propre humiliation.

74Quelle peut être notre discussion et que vaut-elle en regard de ce spectacle où se trouvent réunis en même temps les plus affreux débordements de la sauvagerie et les plus radieux des sentiments humains ? Cette révolution, justement appelée la révolution des nations opprimées, a pris corps dans un milieu tout d’obscurantisme religieux, complètement ignorant de la signification du droit et des vertus sociales ; et pourtant, ce n’est pas l’obscurantisme qui triompha de la Constitution, il fut, au contraire, annihilé et la valeur fortifiée, dans tous ses aspects sociaux, sous l’étendard de la paix et de la liberté.

75En raison de toutes ces expériences, il nous appartient de réclamer la Constitution sans condition et sans nulle aptitude spécifique. Telle est l’appréciation de la raison et telles sont la leçon de l’histoire moderne et l’impérieuse conclusion des faits qui ne se peut nier et que la discussion ne peut infirmer.

76Il n’est pas de conscience au monde qui soit autorisée à nous demander : Au nom de quoi méritez-vous une Constitution et où sont vos aptitudes ?

77Une telle discussion entre le fort et le faible s’inversera fatalement, conférant la force au faible et frappant le fort d’impuissance.

78S’il nous arrivait d’admettre un instant leur postulat de l’impéritie des nations, à qui reviendrait-il d’en soupeser la capacité et qui serait-il à même de trancher de leur complétude ou de leur insuffisance ?

79Appartiendrait-il à un tribunal international de décider du cas ou bien notre juge légitime serait-il l’ennemi même qui foule aux pieds notre patrie ? Il n’est pas du ressort de l’usurpateur de juger, fut-il conquérant ou souverain régnant.

80Le droit de décider de cette aptitude revient donc à la patrie seule parce qu’elle seule peut mesurer ses possibilités et que, si elle se trompe, personne d’autre qu’elle ne supportera les effets de cette erreur.

81Une des plus importantes accusations qu’ils aient forgées pour prévenir notre accès à la Constitution est celle de notre fanatisme religieux.

82Ce vice existait en Amérique en même temps que la Constitution. C’était presque un ordre établi puisque des catholiques furent interdits de célébrer leurs cérémonies religieuses, alors qu’ils étaient à l’Eglise, et cela ne fit point échec à la Constitution.

83Le même vice existait également en France au moment de la Révolution et il existe encore des vestiges du fanatisme, fussent-ils légers, chez quelques clans en Europe et en Amérique, entre ceux qui diffèrent par la religion et ceux qui diffèrent par la couleur.

84Laissant de côté la Constitution et son rapport avec le sujet qui nous préoccupe, je considère que tout copte raisonnable est conscient de son devoir de patriote et qu’il sait que son sang ne compte pour rien en regard de l’indépendance de sa patrie ; plus encore, qu’il souhaite la gloire et l’honneur d’acheter cette indépendance au seul prix de son sang.

85Tout copte qui ressent une partie de ses devoirs, ressentis par chacun, et qui répand quand même des propos fanatiques, est coupable d’un impardonnable crime patriotique. J’impute cette même responsabilité grave à tout publiciste musulman qui brave Dieu dans sa patrie, puisqu’il acquiert le renom de sa plume en la braquant comme une arme meurtrière contre ses compatriotes, et cela, sans raison et sans profit.

86Il n’existe pas de fanatisme dans le comportement général et il est criminel de la part des publicistes de le diffuser au sein des classes non évoluées. Et c’est un crime à eux de discréditer leur patrie en l’affublant d’une apparence de fanatisme par des écrits que lit le peuple et qu’il considère comme les preuves d’une tendance établie, alors qu’il n’en est pas ainsi.

87Quoi qu’il en soit, je ne dénoncerai le fanatisme que s’il est sanctionné par un nouvel indice précisé dans les devoirs Constitutionnels.

88Parce que le fanatisme est essentiellement un adversaire querelleur et arbitraire. Tandis que par la justice, la fraternité et l’égalité, si les hommes ont goûté à la liberté sociale et s’ils ont connu le charme de l’union civile, qu’ils veillent à conserver cette union et qu’ils en consolident les maillons, leur fédération s’amplifiera ; elle dépassera les mobiles de division et le seul sentiment qui les dominera sera celui du bonheur partagé auquel ils aspirent d’un même cœur ; et la main dans la main, ils iront face à la vie !

89Ceux qui d’un cœur sincère, guidés par un patriotisme authentique, désirent vaincre le fanatisme, ceux-là doivent s’entendre pour réclamer la Constitution à l’unanimité. Cet accord les rassemblera aussitôt dans une même exigence, au nom des mêmes sentiments, effaçant les distances et jusqu’aux traces de division, et le fanatisme périra si toutefois il existait.

90Rien ne saurait rapprocher les âmes autant que d’avoir à porter les mêmes responsabilités, les mêmes aspirations et la même requête, épaule contre épaule, dans une inaltérable harmonie, ne connaissant, dans l’exaltation de l’effort, que le charme de l’entente et de la fraternité.

91L’arbitraire est à lui seul du fanatisme. Le fanatisme pour la cause de Dieu ne diffère pas du fanatisme pour la cause du souverain. De sorte que si l’on effaçait des esprits le fanatisme pour un souverain qui remplace Dieu sur la face de la terre, on étoufferait par le fait même le fanatisme pour Dieu parce que chacun de ces fanatismes représente un cycle différent mais qu’ils se confirment mutuellement.

92Les élections successives enseignent aux électeurs que la vie sociale comporte des devoirs absolument indépendants des devoirs religieux et rappellent aux gens la loi collective, stable, qui ne dépend pas de l’unité religieuse !

93Je déplore le plus intensément du monde qu’un copte puisse croire la Constitution nuisible à ses propres intérêts.

94Il n’est de refuge pour le copte spécifiquement que dans la Constitution, parce qu’elle est la fraternité et la justice et qu’elle est le recours entre le musulman qui est fort et le copte qui est faible. Je crois même que si le copte interrogeait les profondeurs de sa conscience, et s’en tenait à ce que Dieu y a déposé de bonté inaltérée par les distortions de la rancune et de la haine, il demanderait la libération de sa patrie, quand même il la payerait de sa vie. Puisse Dieu enrayer cette animosité, car fut-elle illusoire, elle assourdit les hommes et les aveugles et qu’elle rejette les faibles dans l’irrationnel et les confine à un enfer camouflé par le mirage d’une félicité certaine.

95Le copte souhaite-t-il entrer dans le rang des étrangers, antagoniste à sa patrie ?

96Le copte est totalement innocent de ce crime et de l’en accuser ne peut que susciter sa révolte.

97Mais, délibérément, des éléments séparatistes provoquent un individu, quelques individus, les entraînant vers ce dont ils ne voudraient pas pour eux-mêmes, les livrant à la peur, à l’anxiété ; alors, aveuglés par le désarroi, ils expriment ce que désavoue leur conscience et ils agissent contrairement au vœu de leur patrie.

98Toute communauté minoritaire, quel que soit son pays, qui estime avoir des intérêts particuliers incompatibles avec les intérêts généraux, s’expose à de graves préjudices, parce qu’avec cette conviction, elle aboutit à la négation de l’unité patriotique et qu’il n’est d’existence pour elle que par cette unité et à son ombre sainte.

99L’unité nationale est un dieu rapide à se venger de qui le renie ou se rit de lui. Si même un écrivain ou un orateur venait à me contredire, je resterais fermement convaincu qu’en m’exprimant ainsi, je traduis le sentiment dominant d’une classe pensante qui est consciente des significations du patriotisme et connaît la marche civilisatrice des nations au sein de leur unité et de leur entente.

100Je crois cela parce qu’il n’existe sur la terre nul être raisonnable à qui la pleine possession de sa liberté est offerte qui la puisse refuser pour quelque motif ou quelque considération que ce soit.

101Nous ne pouvons oublier, et l’histoire n’oubliera jamais, que l’an passé, l’Assemblée constituante s’était vu offrir l’abolition de la loi censoriale et l’avait refusée.

102Ce refus n’était pas un indice de traîtrise ou bien d’asservissement mais un signe que l’impact des dissidences et des passions sur les esprits est incommensurable. La vie est ainsi faite de querelles et de discordes au sein desquelles, toutefois, peuvent surgir le bien nécessaire et le droit inaltérable.

103Il eut été permis de discuter de notre aptitude totale, si la Constitution réclamée par les Egyptiens était une Constitution véritable, intégrale.

104En parlant de Constitution véritable, nous entendons qu’elle implique : la reconnaissance de l’autonomie politique et civile de l’Etat, de son statut indépendant vis-à-vis des autres Etats, et de la liberté de disposer de ses forces militaires et de ses intérêts économiques.

105Tandis que nous ne demandons rien de tout cela. Nous avons accepté l’occupation, lui concédant ses restrictions et ses exploitations, supportant la suzeraineté de la Turquie qui nous amoindrit ; nous ne discutons pas nos dettes, non plus que les capitulations, non plus qu’aucun des droits des étrangers.

106Nous négligeons tout cela et nous nous y soumettons et nous ne revendiquons que de contrôler l’emploi de nos revenus dans notre propre pays ainsi que de reviser notre législation intérieure, dont les étrangers ne souffrent aucune des conséquences, bonnes ou mauvaises.

107Nous avons renoncé à notre armée, nous avons renoncé à nos finances, et nous avons abandonné aux étrangers la suprématie dans notre propre pays au moyen des tribunaux mixtes et de nombreuses prérogatives ; nous voulons seulement organiser nos familles et protéger nos personnes contre les abus d’un fonctionnaire tyrannique ou bien juridiquement incapable.

108Quelle loi peut-elle entraver une demande si faible, si minime ? Et si, en dépit du vice inhérent à ce principe, nous acceptions d’accéder à la Constitution par étapes, l’octroi d’une telle Constitution dépourvue de libertés, bourrée de freins et de conditions et déniant les droits de l’Etat ne serait-il pas, justement, le premier échelon de cette ascension progressive tant recommandée ?

109Et si ce n’en était pas un point de départ, quelle démarche alors supposerait-on, moins hardie que cet humble, cet infime début, et plus conciliante, et se désistant de plus de droits encore ?

110A moins que l’opposant à cette humble demande, loin d’escompter les développements d’une compétence et de tergiverser dans le but de rassembler les Egyptiens, ne souhaite au contraire que reléguer chacun d’entre eux au fond de son village, éloigné de son frère, de sorte que leurs liens se relâchent et que l’occupation s’affermisse, invoquant le fanatisme et l’impéritie, et tout ce que la coercition peut inventer de prétextes sans jamais persuader quiconque. Mais, appuyés par les armes, il est des motifs connus de ceux-là seuls qui ne perçoivent que la force brutale.

111L’observateur ne peut que déplorer de telles conjonctures, non seulement en fonction de lui-même, non plus qu’en fonction de l’ensemble des Egyptiens, mais en fonction de l’humanité entière.

112Il répugne à constater qu’en dépit de millénaire, dont l’histoire n’a pu retracer la genèse, les efforts déployés par le genre humain ne l’ont pas amené à franchir le pas de la maturité, de la fraternité ; qu’au contraire, il en est encore au stade de la sauvagerie initiale, encadré de découvertes scientifiques qui magnifient la force et consolident les méthodes pour dominer les faibles.

113Voici une nation faible qui abandonne tout droit établi et qui courbe l’échiné devant toute réclamation insolite ; qui souhaite ensuite distribuer sur ses divers secteurs le peu de biens qui lui est concédé et le reste d’indépendance qui lui est accordé et qu’on ne peut appeler indépendance ; et voilà que toutes les nations de la terre s’entendent pour décréter que tel est le summum de la justice humaine.

114Ce despotisme concerté, ils l’ont affublé du nom de bienfait et ils l’ont assis sur les principes de l’altruisme et du droit. De tels fondements peuvent-ils supporter un édifice d’antagonisme et d’oppression ? L’humanité est-elle parvenue à ce stade alarmant ? Est-ce là ce que ses savants ont dénommé le bonheur du genre humain ?

115Mais que cet accord unanime ne nous mène guère au pessimisme. Il doit plutôt nous conduire à l’espoir parce qu’en toute violence réside l’agent de sa propre destruction et qu’elle s’y achemine si même nous n’en portons pas le souci ou que nous ne prenons pas la peine de la combattre.

  • 1 Théodore Roosevelt avait prononcé un discours à l’Université du Caire où il entretenait ses audite (...)

116Je tiens à remercier un des orateurs étrangers qui se sont penchés sur nos problèmes sociologiques, un des plus hauts placés et des plus influents, un homme que vous serez stupéfaits de me voir remercier, je parle de Mr. Roosevelt que je remercie sincèrement, profondément. Je le remercie parce qu’ayant fondé tous les rapports humains sur des bases morales, il nous concède de la main droite ce qu’il nous soutire de la main gauche1.

117Il enseigne que la justice, la loyauté, la fidélité, et non pas la force, doivent être les normes des relations internationales et l’ambition de la sociologie politique.

118Accepter cette éthique supérieure, s’y conformer, c’est déjà commencer à reconnaître la validité de nos demandes et à y accéder.

Notes

1 Théodore Roosevelt avait prononcé un discours à l’Université du Caire où il entretenait ses auditeurs des devoirs internationaux, tandis que, par ailleurs, à propos des témoignages d’allégresse qui accueillirent l’assassinat de Boutros Ghali, il avait, au Caire et à Khartoum, parlé du fanatisme des Egyptiens musulmans. Ces propos n’étaient pas restés sans écho : l’Egyptian Gazette du 14 juin 1910 relate les commentaires du cheikh Aly Youssef, rédacteur en chef du journal Al-Moayed, tout en soulignant que "pas un argument du cheikh Sayed n’était venu prouver l’habilité des Egyptiens à l’auto-détermination".

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr