Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

4. L’unité nationale

Texte intégral

Al-Garida, 27 Mars 1910

1Le discours le plus éloquent devant la douleur est le silence.

2C’est pour cela que j’ai l’honneur de me présenter à mes honorables compatriotes, non pour pleurer notre grand disparu, mais pour essayer de prononcer un mot d’oraison qui nous soit utile.

3La résonnance du revolver de Wardany a assourdi les oreilles, sa fumée a enténébré l’atmosphère sur toute l’étendue du pays et ses balles ont déchiré le lien de l’unité nationale.

4L’élite du pays s’est épuisée à dissiper les ténèbres, quêtant le rayon de lumière qui éclaire un tant soit peu leur opacité. Mais les ténèbres se sont épaissies et les âmes sont demeurées dans l’angoisse.

5Le mal a vaincu le bien. Le pire a prévalu. Il n’est rien de plus étrange que l’être humain qui, connaissant le bien et le chemin qui y mène, lui préfère le mal et à qui les conseils ni les avertissements ne peuvent profiter.

6Ces balles ont effectivement déchiré le rideau qui masquait paisiblement un fléau aux amples répercussions, dont nul auparavant n’avait perçu l’existence et que personne n’aurait soupçonné sans la lueur catastrophique de ce revolver.

7Il a déchiré ce rideau et la famille égyptienne est apparue sous un jour qui ne peut rassurer les âmes.

8Nous nous sommes retrouvés dissociés en toutes choses. Et nous n’étions dissociés en rien. Nous nous sommes contredits sur le motif du meurtre ; nous nous sommes contredits sur la valeur du meurtre ; nous nous sommes contredits sur les preuves du meurtre ; nous nous sommes contredits sur le sens de la loi ; nous nous sommes contredits au sujet de la confiance en nos plus hauts fonctionnaires.

9Sur quel sujet, après cela, nous sommes-nous entendus ? Sur aucun, sauf sur ces mésententes conduisant à la division et la désunion.

10Si la division, dans ce cas, apportait quelque résultat profitable ou raisonnable, nous aurions dit que telle est l’assise des créatures en quête de leur intérêt, fût-ce au prix d’une querelle avec autrui et que la vie est une guerre de division et de séparation. Nous nous sommes contredits sur des sujets inexistants, sans autre intérêt que la mésentante en soi quand même elle engendrerait un indéniable détriment.

11On a déduit que le problème se rattachait aux musulmans et à leur religion et aux chrétiens et à leur religion ; et que si cet événement dénonçait le fanatisme musulman, il découlait donc de la religion.

12Ces propos sont éloignés de toute rectitude et de toute réalité.

13Cette religion, dont les prescriptions ont été énoncées dans ses livres connus depuis tant de générations, il n’a été donné à personne de la traduire dans le sens d’un crime à commettre.

14Celui qui a frappé n’est pas l’interprète des fondements de l’Islam ; il n’est pas, non plus, de ceux dont les actes peuvent être cités en exemple, comme les actes des compagnons du Prophète, ou comme les anciens imams, non plus qu’il n’est le porte-parole des Egyptiens musulmans.

15Si Al-Wardany a tué tout seul, par fanatisme, ou bien avec des complices, cela ne prouve pas que les musulmans aient voulu ce meurtre et, pour cette même raison, que les musulmans veulent tuer les chrétiens par fanatisme.

16Un événement, parmi tant d’autres, ne change pas ce qu’ont prouvé les générations successives ; et si les leçons du passé et les vestiges de l’histoire témoignaient de fanatisme, les discours ne suffiraient pas à en effacer les traces ou bien à les nier. De même que s’ils attestaient la tolérance et la clémence un pareil événement ne pourrait dissiper ces dispositions bienveillantes.

17Notre pays est un pays tranquille et paisible. Il nous invite au calme, à la sérénité, et à l’allégeance par son climat tempéré, par la sérénité de son atmosphère et par la facilité de ses voies. C’est pour cela que le musulman a vécu fraternellement avec le chrétien. S’il advenait entre eux un différend, il était de courte durée et ne s’aggravait pas jusqu’à la vengeance, si même les querelles s’intensifiaient et que leurs manifestations devenaient plus importantes.

18Il n’est pas surprenant que, discutant de quelque événement dont on suppute la fréquente répétition au sein d’une nation toute entière, on y voie un indice caractéristique de cette nation ; si l’indice est bon, il est à son avantage, et s’il est nuisible, il est à son détriment.

19Il n’existe pas d’être pensant qui puisse dire en toute conscience, et à propos d’aucun pays du monde, que chaque individu y est exempt de fanatisme quel que soit le développement ou même la supériorité de ce pays. Celui qui préconiserait cet état de choses affirmerait une impossibilité réelle. Il n’est pas de société dépourvue de fanatisme. Cette tendance est une loi générale ; elle ne s’élève pas jusqu’à la conscience des motifs réels du fanatisme social qui, lui, dérive du fanatisme religieux et dont s’aggravent ou s’amoindrissent les effets suivant les circonstances, suivant que le croyant est de tempérament tolérant ou qu’il est un fanatique endurci.

20Si le fanatisme est un vice, il n’y a pas de différence entre lui et les nombreux autres vices de l’humanité et il est inévitable que toute société comporte un alliage de vices et de vertus.

21Tel est l’agencement de la nature et telle est la loi de l’existence et prétendre qu’il existe une société exempte d’un vice quelconque est une affirmation impossible ou un rêve enfantin.

22Si le fanatisme est un vice moral, le vol, l’imposture, le meurtre sont des crimes atroces voués aux plus graves pénalités. Et pourtant ces peines ne retiennent pas la plupart des êtres de perpétrer ces crimes sous leurs modalités diverses.

23Celui qui affirme qu’il existe une société ou même un clan dépourvu du penchant au vol, par crainte de la punition, est moins fanatique que celui qui les dit complètement affranchis des traces du fanatisme religieux, que ne combat nulle sanction dans aucune législation.

24Tout acte qui outrepasse son objectif et les limites du raisonnable doit fatalement s’inverser et aboutir à l’opposé du but qu’il s’est proposé. Je ne vois pas de preuve indiquant le fanatisme dans cette conjoncture sinon la décision arrêtée d’établir un état de fait dépourvu d’importance en soi, et l’effort déployé pour le revêtir d’une couleur définie.

25Laissez cela et ne répandez pas la présomption que Wardany représente la totalité des musulmans ou bien la totalité des Egyptiens, si même une centaine et non une dizaine d’entre eux, avaient participé à son crime.

26Laissez à la nature son jugement.

27Dites qu’à l’instar des autres, il existe parmi nous des esprits fanatiques et qu’il existe des esprits tolérants, qu’il existe aussi des hommes solidaires, d’une solidarité intégrale, ne connaissant que la patrie et sa structure.

28Notre sol fertile supporte toutes ces manifestations diverses, fier d’elles, veillant sur leur existence, nous demandant à tous d’être frères, et il est de notre devoir d’entendre cet appel.

29Si nous comparons Egyptiens et Occidentaux, nous apercevons dans l’histoire de l’Occident des traces de fanatisme qui ont miné des cités, propagé les ténèbres de l’ignorance et divisé les hommes en factions qui s’entretuaient.

30Telles ont été les guerres de religion et les croisades qui furent des tueries réciproques ; tels ont été les tribunaux de l’Inquisition et tant d’autres formes de persécutions commises à travers l’histoire qui laissent le psychologue perplexe, incapable de comprendre cette effroyable déchéance de l’humanité.

31Nous ne retrouvons pas ces faits horribles dans l’histoire des Egyptiens, et s’il en est de fanatiques ce ne sont pas les premiers et ils ne représentent pas une exception dans l’existence.

32Les manifestations du fanatisme se sont, Dieu merci, bornées à quelques écrits dans les journaux des deux parties.

33Les hommes sensés de la patrie lisent ces écrits avec une douloureuse désapprobation souhaitant, chacun de nous, s’il en connaissait les auteurs, de leur suggérer, puisqu’ils se sont attribué le rôle de guides spirituels, d’élever leur plume au niveau de leur message délicat et d’épurer leurs émotions sans souci d’être applaudis ou boudés par le lecteur.

34Il est spécifiquement requis de celui qui écrit pour défendre les intérêts de sa communauté ou de sa patrie de ne pas dépasser les limites raisonnables de la défense et de ne pas défendre là où il n’y a pas lieu de défendre.

35Les procédés de ces journalistes me font penser à certains avocats qui, dans une conjoncture similaire, dépassent leur mandants dans leurs attaques contre la partie adverse.

36Deux plaignants s’étaient entendus au sujet d’une somme litigieuse et sur le montant des intérêts à recevoir. Le créancier avait accepté l’évaluation de l’intérêt à six pour cent et le différend était résolu. Mais l’avocat estima son client lésé et exigea un intérêt de douze pour cent.

37Basées sur un pareil avis et sur beaucoup d’autres qui lui ressemblent, les conciliations avortent et les querelles reviennent au point initial, pour prendre plus d’envergure, durer plus longtemps, et donner naissance à des incidents, dont chacun en engendrera un nouveau, et les fortunes se perdent avec le temps, et, dans bien des cas, les vies aussi se perdent.

38Tout cela parce qu’un avocat, mu par la pitié et jaloux des intérêts de son client, aura pensé que l’intérêt normal de six pour cent était une spoliation et aura voulu l’empêcher, après quoi il dut l’accepter parce que les parties s’étaient quand même accordées.

39Tel est le cas d’écrivains fabriqués par l’écriture. Il leur incombe d’écrire tous les jours au sujet de la cause qu’ils défendent pour eux et les leurs. Ils envisagent un sujet, ils l’appréhendent longuement ; celui-ci s’amplifie dans leurs consciences ; au plus petit incident, ils entrevoient des catastrophes et ils imaginent les gens perpétuellement menacés et ruinés et ils décrivent ces malheurs qui n’ont de trace que dans leurs esprits.

40Si le journaliste publie ses angoisses et que ceux à l’intention de qui elles sont écrites, et par miséricorde pour eux, viennent à les lire, ceux-là ne pourront s’empêcher d’en être impressionnés et ils seront emportés par le courant.

41Sitôt après, vous verrez d’un autre côté un autre journaliste condamner le premier ; et, de cette querelle entre deux journalistes et entre leurs adeptes, naît cette même animosité qu’avait engendrée l’avocat qui ignore sa patrie réelle et la fait résider là où il n’est lieu ni de querelle ni de scission.

42Excellences,

43Nous voici engagés sur la voie tortueuse que nous avons entrevue. Non contents de créer une discorde sans aucun profit, chacun des deux partis a commis un crime réel contre lui-même.

44Celui qui a affirmé la présence du mobile fanatique, c’est envers lui-même qu’il dirige le crime parce qu’il a établi aux yeux des simples qu’il était possible d’attenter à la vie d’un homme au nom du fanatisme religieux.

45Le démagogue qui prétend diriger les foules se doit de connaître leurs caractères, de pénétrer le secret de leurs réactions, de leur moralité, de leurs violences et. de leurs silences, à défaut de quoi il n’est qu’un enfant qui joue avec le feu, comme le veut le dicton. Rien n’encourage mieux au crime que de le discuter dans les journaux, d’en analyser les motifs et d’en étaler les résultats.

46Les esprits sont tout d’abord empoignés par la discussion, puis ils s’accoutument à l’émotion qui diminue, s’apaise, se calme, se rassure ; après quoi, ils s’apprêtent à agir.

47Profitons de la leçon que nous donne Al-Wardany. Il dit avoir médité le meurtre puis l’avoir décidé ; puis s’être engagé dans le chemin qui l’y menait, mais n’avoir pas eu la force d’accomplir son geste ; il y revint et se sentit quelque peu rassuré ; il y revint une troisième fois et trouva la force de diriger ses balles sur la tête de cet homme vénérable qu’il n’avait même pas le courage de saluer.

48Quant à celui qui a pris le parti de nier le fanatisme d’Al-Wardany, il s’est également mis dans son tort parce que tranchant dans l’indéterminé, il a prêté le flanc aux accusations de légèreté et d’emportement et qu’il a implicitement avoué ou permis aux autres de comprendre que le fanatisme d’un individu, ou de quelques individus, peut être considéré comme une preuve certaine du fanatisme des autres Egyptiens.

49Tout en voulant le nier, il aura établi un fait dénué de fondement.

50Nous nous sommes querellés au sujet de Boutros pacha.

51Lesquels d’entre nous l’auront perdu ? Ou bien auxquels appartenait-il ?

52Les uns disent : Boutros est aux coptes ; d’autres, et lui-même, disaient : Boutros est égyptien non copte. Un tiers parti dira que Boutros avait embrassé l’Islam.

53Un de mes amis, dont l’opinion fait autorité, affirmait qu’en tant qu’administrateur du gouvernement égyptien, pour la durée de quinze ans, Boutros jouissait ipso facto du titre de cheikh de l’Azhar, et que, n’ayant exercé aucune fonction législative auprès des coptes durant la période de son mandat ministériel, il était devenu de par la loi et de par l’action, le cheikh des musulmans.

54Je ne vois pas ce qui est entendu par l’affirmation que Boutros est copte et qu’il appartient aux coptes. Dieu sait que cette assertion n’ajoute rien à la grandeur de l’homme, non plus qu’au respect de son souvenir ; elle y ajoute bien moins, en tous cas, que le fait d’avoir appartenu à tous les Egyptiens.

55Il est étrange que, souhaitant accroître sa grandeur et immortaliser son souvenir, ce soit le copte lui-même qui desserve sa cause sans y parvenir toutefois, comme il advint au cours de la discussion sur le mobile du meurtre.

56Cette discussion a divisé le pays en deux camps. Une minorité qui prétend seule être atteinte dans la personne du défunt et que c’est elle qui en souffre le plus, et que c’est à elle que revient le droit de réclamer le châtiment, et que c’est elle qui est autorisée à surveiller les développements de l’enquête et à en examiner les aboutissements, et qu’elle est la seule à ressentir chaque incident où elle croit percevoir une appréciation déficiente de ce grand malheur, ou bien un refroidissement de l’intérêt général, ou bien encore un silence malséant devant la gravité de l’événement.

57Quant à la majorité, quelle a été son attitude ?

58Un de mes amis m’a communiqué qu’il avait décidé d’accomplir son devoir en participant aux cérémonies religieuses du quarantième ; mais qu’à la suite de ces discussions, il craignit que son geste fut pris pour un acte d’hypocrisie et qu’il y renonça.

59C’est là la meilleure illustration des sentiments qui ont habité l’âme des Egyptiens devant cette situation incompréhensible. Ils se sont dit : Boutros n’est pas à nous et il n’est pas des nôtres, sa mort ne nous concerne donc pas.

60C’est pour cela que les cœurs des poètes se sont endurcis devant l’événement, alors que nul n’est plus prompt à réagir au devant du plus petit et du plus insignifiant incident.

61C’est la première fois dans l’histoire raisonnable qu’un chef de gouvernement est assassiné dans l’exercice de ses fonctions et qu’il a été dit de l’assassin qu’il est un patriote ; comme si, par cet acte et par le sacrifice de sa personne à sa patrie, il protégeait ses frères afin qu’ils se lèvent à l’unanimité pour reconquérir des droits perdus.

62Rien n’est plus noble au monde que cet appel. Cet homme n’appelle pas seulement avec des mots auxquels les hommes peuvent ajouter foi ou dont ils peuvent douter, il appelle avec son sang, il renonce à sa vie dans une option délibérée.

63Et cependant, il a commis une erreur. Une grave erreur dans cet appel parce qu’au lieu de nous diriger vers ce droit naturel et sacré qui est la liberté, il a tué notre entente mutuelle.

64L’erreur toutefois ne doit pas nous cacher la noblesse du but qu’il croyait atteindre. Cette erreur même aurait dû enflammer le génie de notre poète national, l’inciter à répandre sur les âmes endolories par ce meurtre et souffrant pour la patrie, le baume apaisant de sa poésie sereine, à exhorter au ralliement les esprits divisés et à raffermir les cœurs blessés.

65Il n’en a rien fait. Au contraire, ses sentiments se sont raidis et sa plume s’est tue sitôt qu’une coterie a eu revendiqué l’appartenance du défunt, la déniant à la majorité.

66Tout cela appelait pourtant l’apaisement et suggérait qu’il est des devoirs patriotiques nationaux qu’aucune faction ne peut entraver comme il en a été pour l’ami qui s’est abstenu de prononcer son discours aux cérémonies du quarantième, et comme le poète qui a négligé sa mission, lui qui remue les cœurs et chante leurs espoirs.

67Si les consciences individuelles ont été désarçonnées par l’événement jusqu’à négliger leur devoir et atteindre à ce degré de désintérêt et d’inertie, quelle aura été, Grand Dieu ! la réaction de la conscience générale ?

68Il n’existe pas dans l’âme des foules de sentiment pondéré, qui sache s’arrêter au bord de l’exaspération, dépouillé des impulsions agressives et haineuses. Toute contradiction est à leurs yeux une belligérance caractérisée.

69Cette belligérance s’est effectivement déclarée, violente, intégrale, si bien que les responsables se sont émus et que le gouvernement, ébranlé, a rappelé au calme les porte-parole des coptes, leur demandant de suspendre les discussions.

70Cette atmosphère empoisonnée est issue d’un mot dépourvu de signification et qui ne profite ni à la communauté copte ni à la personne du défunt. Nos frères l’ont interprété dans le sens qui n’était pas intentionnel, ils lui ont accordé une importance qu’il ne supporte pas et ont conclu qu’il était considéré comme la base de leurs actions et le fond de leurs sentiments, tout en lui déniant toute rectitude.

71Ce comportement ne répond-il pas à celui de l’avocat qui, rejetant l’intérêt légal pour réclamer un intérêt contrevenant à l’équité des transactions, a provoqué la discorde dont nous avons parlé ?

72Cette discorde s’est établie entre la jeunesse et les hommes mûrs, entre l’individu et la société, et elle évolue avec les classes, s’adaptant à la différence d’éducation, de pensée, de milieu. Vous la voyez latente dans un clan, agissante dans l’autre, sporadique chez un troisième, agressive ou malfaisante chez les derniers.

73Une telle division devait naturellement engendrer une mésentente autour du crime. D’autant que les sentiments manifestés par la classe majoritaire semblaient aux minoritaires plus proches de la quiétude que de l’angoisse. De sorte qu’une partie a considéré tous ses membres innocents de ce crime, allant jusqu’à croire qu’il n’avait pas eu de crime, tandis que l’autre partie voyait un criminel en chacun d’eux.

74Les deux parties ont oublié qu’il existe des tribunaux capables de trancher. Chaque publiciste a cru qu’il était lui le juge, et lui l’enquêteur, et lui le recours final, irrévocable.

75Y-a-t-il encore d’autres motifs à cette mésentente ? Non. Elle n’est qu’une succession de querelles qui vont s’élargissant, sans raison et sans profit. Les journalistes minoritaires souhaitaient-ils que l’on arrête les gens sans enquête, sans preuve ? Ils diront non. Leur devoir impérieux était donc de se taire, afin de ne pas influencer la conscience des juges dans ce sens néfaste qui tient de la méfiance et plus encore de l’inquiétude et qui fixe le juge dans l’antagonisme au lieu d’une attitude équitable.

76Comment, après m’avoir considéré comme ennemi, pouvez-vous me demander la justice ? C’est là une étrange contradiction.

77Je ne suis pas criminel si je suis calomnié et que l’on m’accuse d’opprimer avant que je n’opprime.

78La patrie pleure aujourd’hui un de ses hommes éminents les plus efficaces. Est-il possible, qu’après cela, le souhait de cette patrie qui pleure son chef soit de perdre des dizaines et des centaines de ses enfants dévoués ? Cela équivaudrait à un homme, blessé dans un de ses membres les plus importants, qui imagine que la consolation la plus propice à cette blessure serait de blesser tous ses autres membres et, de ses propres mains, s’ampute de sa jambe ou de son bras.

79La patrie aime ses enfants. Elle les aime innocents et les déplore coupables. C’est pour cela que j’aime ces jeunes gens. Je les aime coupables ; je les aime pour cette faute qu’ils ont commise dans l’espoir de nous libérer. Je les aime parce qu’ils ont dépassé leurs aînés dans la puissance du sentiment et dans l’oubli d’eux-mêmes et dans le sacrifice de leur personne.

80Je les aime parce qu’ils ont compris ces valeurs primordiales dont les rayons illuminent les ténèbres au cours des générations et qui honorent l’histoire de l’humanité. C’est à cause de mon admiration pour ce grand sentiment que je ne trouve pas la force de condamner, non l’intention qui a guidé les jeunes gens, mais la voie qu’ils ont choisie pour atteindre leur noble but.

81Je ne trouve pas en moi cette force que nous devons montrer pour faire comprendre à ces jeunes gens, dont la croissance nous enorgueillit et que nous façonnons pour l’avenir, qu’ils ne sont pas, eux, les responsables du destin de leur pays, pas avant que la vie les charge de cette responsabilité, avant qu’elle leur enseigne ses lois profondes et qu’ils discernent la vérité à travers les leçons de l’histoire et leurs applications, de sorte qu’ils ressentent profondément la responsabilité de leurs agissements et que l’expérience les éclaire sur le sens du véritable intérêt patriotique.

82Je ne crois pas ces nobles aspirations dérivées d’une légèreté d’esprit capable d’abuser ces âmes précieuses jusqu’à les rendre sourdes aux conseils désintéressés.

83Le patriotisme est solidarité et respect et vénération, et ce sentiment n’existe que si le patriote aime sa famille et la respecte et se sent solidaire d’elle. Il n’est pas d’autre barême au patriotisme de notre jeunesse que ces sentiments qui les obligent à la déférence envers ceux dont l’expérience les a précédés et parmi lesquels ils comptent leurs pères, leurs maîtres et leurs frères.

84Vous ne verrez pas une personne estimable, consciente de son patriotisme — ou le pressentant seulement — qui ignore le droit du père et le droit du frère. Sans quoi, elle aura versé dans le désordre moral, sous toutes ses formes.

85C’est pour cela que je souhaite rallier nos distingués journalistes, ceux-là qui planent au faîte de l’autorité publique et de l’ardeur patriotique, afin qu’épurant leur plume au niveau requis, ils expliquent au peuple que nos gouvernants ne sont pas nos ennemis, que ce ne sont point eux qui nous ont dépouillé de nos droits ; qu’au contraire, ils souffrent nos souffrances et ils vivent nos espoirs ; et que nous ne devons pas diffâmer ces âmes intègres et les considérer comme des adversaires ; que nous ne devons pas nous glorifier de verser le sang de nos pères.

86Telle est la leçon efficace qu’ont négligée nos publicistes. Ils ont perdu leur temps à nier le mobile fanatique du meurtre, ou bien à le prouver ; comme si, à leurs yeux, ce motif rendait le crime plus néfaste à notre existence que le motif confessé par l’assassin. Ils ont, au contraire, négligé ce motif sans y attacher d’importance et l’ont proposé à l’admiration générale, une admiration impliquant qu’il était un devoir de justice ou même notre règle de conduite la meilleure envers un ministre dont les actes nous déplaisent.

87La seule hypothèse d’une telle interprétation nous plonge dans un carrefour d’inquiétude et d’angoisse que le publiciste ne peut taire. Ils ont nié la cause fanatique du meurtre pour fuir un mal imaginaire, irréalisable, et ils ont négligé, dans leur emportement, le mal incommensurable qui sévirait si le patriotisme authentique se traduisait par l’assassinat des ministres.

88Je ne veux pas m’étendre au-delà des limites convenant à notre entretien. J’ai seulement voulu, par cet examen, souligner l’objet de notre mésentente afin qu’il apparaisse à l’observateur clairvoyant que chacune de ses manifestations, loin de profiter à l’une des deux parties, porte préjudice aux deux également dans leurs assises morales et dans leur véritables intérêts sociaux.

89Si tout désaccord entre les deux parties est préjudiciable à chacune d’entre elles, il en découle indiscutablement que leur intérêt particulier ne peut exister que dans leur entente et leur union véritables.

90Plus encore que l’intérêt, la civilisation et les sentiments humains nous invitent à l’entente. Il est triste après cela que nous disputions pour prouver ou nier des points de vue sans importance appréciable et qui n’influent aucunement sur notre félicité sociale.

91Il n’existe, dans une conscience et un esprit connaissant le sens du patriotisme, ni musulman, ni copte. Il existe des Egyptiens, rien de plus.

92Nous sommes entendus sur tous les points essentiels. Nous nourrissons un même espoir. Nous sommes entendus dans l’histoire. Nous sommes fiers d’une même histoire. Il n’est pas possible au copte de dire que la glorieuse histoire de l’Egypte est l’histoire des coptes seuls, et il n’est pas possible aux musulmans de dire que ces vestiges qui témoignent de la grandeur des Egyptiens appartiennent aux coptes seuls.

93Nous sommes entendus dans le pays, dans l’action de son climat et dans les bienfaits de sa clémence ; entendus dans la langue ; entendus dans les coutumes et les traditions ; entendus pour tout avantage ; entendus pour tout détriment.

94Qu’est-ce donc qui nous fait défaut ? Il ne nous manque rien, sinon le sens de la solidarité véritable et sociale. Ce sentiment n’existe pas entre les musulmans seuls, ni entre les coptes seuls ; il fait défaut à l’Egyptien d’une manière générale.

95L’absence de solidarité est la plus saillante caractéristique de la société égyptienne. C’est de prime abord qu’elle frappe l’observateur qui cherche à comprendre sa nature : Ce sont celte dissociation et celte triste division, c’est même ce désordre généralisé que nous voyons par-dessus toute chose. Désordre dans les caractères ; désordre dans la morale, en général, et désordre dans la perception du devoir, quel qu’il soit.

96Il n’est pas trace de solidarité dans nos sociétés en bloc. Et il n’en est pas dans les diverses parties en particulier.

97Vous ne trouverez aucun indice de celte solidarité chez quelque communauté que vous imaginiez. Vous ne la trouverez pas entre musulmans, si vous imaginez qu’il est parmi nous une société musulmane ; vous ne la trouverez pas entre coptes, si vous imaginez également qu’ils possèdent une société ; vous ne la trouverez même pas entre membres d’un même groupement qui se sont réunis et entendus pour agir en vue d’un même objectif et que l’on supposait unis dans l’esprit et dans l’action.

98C’est cette carence de la solidarité qui a divisé les cœurs, les livrant à la haine réciproque. C’est à cause de cette carence que lorsqu’un différend surgit entre musulmans, on ne sait à quoi l’attribuer ; mais, s’il survient entre coptes et musulmans, on se saisit du motif le plus proche et on accuse le fanatisme d’en être cause, et le mot se répand, et les uns le prennent pour l’absolue vérité ; et c’est un mot qui ne répond qu’aux apparences, c’est l’explication la plus facile et la plus superficielle, et il ne convient pas de s’y attacher pour l’offrir, purement et simplement, en pâture au peuple.

99Si les maîtres de la plume prenaient quelque peine et réalisaient cette vérité, ils apercevraient d’incommensurables et incalculables motifs de dissension ; et ils écarteraient ce terme qui incite à la haine et ils renonceraient aux dénominateurs de copte et de musulman pour ne connaître dans leurs écrits, que l’Egyptien, de sorte que le public oublie, avec eux, cette mésentente qui ne peut qu’engendrer un mal évident, indéniable.

100Si les membres d’une communauté devenaient naturellement solidaires entre eux, les effets de cette solidarité ne se borneraient pas aux seuls individus de cette communauté ; ils les déborderaient de par la force inhérente à cette vertu et par son merveilleux appel à la réciprocité. Elle deviendrait alors naturelle à tous et nous nous comprendrions ; et notre société comme les autres ne connaîtrait de motifs de discussion que ceux qui porteraient atteinte à la vie générale.

101Cette solidarité est l’âme du patriotisme et l’âme de tout groupement ; et il n’est pas de patrie sans elle et pas de musulmans sans elle, et pas de coptes sans elle.

102Sans elle, les Egyptiens ne seraient qu’un amalgame d’individus vivant chacun pour lui-même et son propre intérêt et doutant du patriotisme de son frère et de son ami, et du musulman, et du copte, au même titre. Fondez la solidarité dans vos foyers, et elle se répandra dans la société égyptienne en général. Le patriotisme sera vivant, les paroles seront dites en vérité, les écrits seront dignes de foi.

103Et que vivent les Egyptiens, que vive leur indépendance, que vive leur unité !

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540