Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

1. La sécurité publique (I)

Texte intégral

Al-Garida, 13 février 1909

1Si l’on évoque la sécurité publique, l’esprit s’oriente habituellement vers les mesures de protection contre les méfaits des voleurs, des bandits de grands chemins et des criminels. Or la sécurité publique, dans toute l’acception du terme, n’est pas seulement la prévention des tentatives de cette clique pourchassée et pourchassante ; elle entend également que l’être humain se sente en sécurité, lui, sa vie et sa dignité, une sécurité totale que ne peut altérer la crainte d’une agression ou l’appréhension de la tyrannie du souverain.

2C’est donc une conviction intellectuelle de l’individu, basée sur le fait que la société le garantit contre les chantages et les malversations.

3Si telle est la portée de la sécurité publique, sa réalisation requiert une société capable d’assurer à l’individu sa propre sécurité, celle de ses biens et de son honneur contre les empiètements de deux catégories d’êtres différents dans leur essence, leurs mobiles, leurs ambitions et leurs forces.

4L’individu vit en société, menacé par deux ennemis. L’un se démarque par son hostilité et son agressivité ; il est, en réalité, assez faible en regard de la société pour n’ébranler notre confiance dans la sécurité publique que jusqu’à un certain point. C’est cette catégorie qui préoccupe généralement les gens et c’est à cause d’elle que sont journellement conçues des lois pour prévenir ses méfaits : je veux parler de "simples" criminels. Tandis que l’autre ennemi, celui qui menace réellement et profondément la sécurité, est un ennemi très puissant, dont le pouvoir s’accroît en raison de ce que l’habitude et les occupations ont inculqué aux consciences la notion de sa légalité, le respect de ses actions, la vénération de ses extravagances et par-dessus tout cela, la soumission aux manifestations de sa force : je veux parler de l’ennemi puissant qui gouverne et qui départage les gens.

5Si le gouvernant détient un pouvoir illimité, que rien n’endigue, qui n’est soumis à aucune loi et qui ne respecte aucun droit, le mal que peut engendrer un tel gouvernant est plus étendu et plus terrible que les maux dont souffrent les sociétés environnées de bandits de grands chemins, d’assassins et de toutes les catégories de criminels, parce que le gouvernant commet ses crimes au nom de la loi et du pouvoir dont il est légalement investi et qu’il détient des droits ancestraux auréolés d’un appareil imaginaire de droit divin et terrestre qu’il n’est possible de contrer que si la société s’entend pour déclencher une révolution où le sang innocent sera répandu, et où, de longues années durant, elle subira des perturbations successives avant de parvenir à la sécurité souhaitée.

6Celui-là est l’ennemi redoutable qui ravale tout bon sentiment dans la société et qui la dépouille de sa vie sociale de sorte qu’elle meurt réellement.

7Quant au détrousseur ou à l’assassin, c’est un homme qui commet des crimes "ordinaires", c’est-à-dire à l’encontre d’un individu ou d’une famille ou d’une petite fraction de la société, dont la force est en tous cas limitée, dont les actes sont méprisés, qui est incapable de les légitimer en invoquant un devoir ou un droit social, de sorte que ses forfaits — en dépit de leur calibre ou de leurs récidives — ne peuvent influer sur le sentiment d’être sécurisés, que, dans une certaine mesure au moins, les gens éprouvent.

8C’est pour cela qu’il faut entendre par sécurité publique la quiétude ressentie par l’individu vis-à-vis des autorités diverses qui le régentent, et c’est pour cela qu’il faut préférer une législation gouvernementale qui distribue les pouvoirs de manière à garantir la liberté individuelle. De sorte que chacun soit pleinement rassuré, par rapport à son entourage, du fait de l’existence des codes civil et criminel.

9Il en ressort que tous les efforts des sociologues, et leurs recherches et leurs œuvres, durant de nombreuses générations, et toute la gamme des lois qu’ils ont codifiées se ramènent à ces deux simples mots : la sécurité publique.

10Ce qu’espère, en réalité, le genre humain de la vie sociale, c’est de parvenir, autant que possible, au bonheur relatif dont il est autorisé à n’atteindre qu’une parcelle et rien ne compromet ce bonheur — conçu et poursuivi à travers les siècles passés et futurs — rien ne le compromet aux yeux de l’homme autant que le sentiment d’insécurité pour sa vie et son honneur.

11Il est impossible d’inclure dans notre étude succinte tout ce qui a trait à la sécurité publique dans le sens large et littéral du terme, mais il est de notre devoir d’envisager ce qui, dans notre structure actuelle, peut ébranler notre sentiment de sécurité, qu’il concerne notre personne ou qu’il concerne nos biens.

12Cette étude ne nécessite pas un bouleversement de régime, elle n’empiète pas sur les droits gouvernementaux — si toutefois les gouvernements ont des droits sur les peuples ou sur la vie des nations —, elle n’invite pas à la révolution comme elle ne peut causer d’alarme. C’est une enquête d’ordre civil, concernant la vie sociale et économique seule. Nous voulons que chacun de nous vive avec la conviction qu’un tyran, ou quelque autre autorité, ne pourra pas injustement le supprimer ou le spolier.

13Ce sujet sera débattu après que nous aurons envisagé la sécurité publique dans son sens restreint.

14La sécurité publique, dans son sens très restreint — celui où il est habituellement entendu — dépend de facteurs multiples, difficiles à réunir.

15Les premiers facteurs du sentiment de sécurité individuelle sont la moralité de l’environnement et son degré de culture sociale.

16La sécurité s’affirme dans une collectivité moralement évoluée et de caractère accommodant ; elle s’éclipse si le caractère en est rude et agressif. La sécurité s’affirme si l’homme réalise que la droiture est la première des vertus et que le mensonge l’avilit. La sécurité s’affirme si l’homme prend conscience de la supériorité d’une vie sociale solidaire, où chacun se sent assez responsable pour déposer contre un criminel, s’il a assisté au crime sans avoir pu le prévenir ou capturer le criminel ; et la sécurité s’évanouit entre individus vivant uniquement pour eux-mêmes, étrangers à ce qui les environne, convaincus que les mésaventures du voisin sont un pesant fardeau qu’aucune raison ne peut amener à endosser, de sorte qu’ils se désintéressent d’un crime commis sous leurs yeux, ou le cas échéant, s’abstiennent de témoigner à son encontre.

17L’Egyptien est réputé d’un caractère conciliant et pacifique.

18Les crimes en Egypte ont pour motifs la haine, la rancune et la vengeance.

19Ou bien la convoitise.

20Ou bien l’ambition d’un poste supérieur.

21Ou bien la faim.

22S’il était vrai que l’Egyptien est pacifique et conciliant, les crimes dérivés de la haine et de la vengeance devraient être proportionnellement plus rares que les autres. Or, si nous nous reportons aux statistiques officielles de 1891 à 1906, nous constatons que les meurtres motivés par la haine et la vengeance occupent une place prépondérante dans les archives de la criminalité. On s’arrête, perplexe, devant ces statistiques officielles, contraint de démentir cette description du criminel égyptien comme un être conciliant et pacifique.

23J’ai remarqué, ces statistiques mises à part, dans les actes des procès criminels que j’ai étudiés, que l’Egyptien méprise la vie de son semblable à un degré terrifiant.

24J’ai vu un homme en tuer un autre parce qu’il avait raillé sa faiblesse physique, le défiant de se mesurer à lui. La réaction du meurtrier a été violente et son désir de vengeance puissant, puisqu’il a tué son provocateur au cours d’une noce en province, à laquelle étaient conviés les habitants de plus de cinq villages avoisinants. Après avoir perpétré ce crime (trois coups de feu, tirés en plein jour à ciel ouvert), il le nia devant les enquêteurs et prétendit que le maire l’avait commis et l’en avait ensuite accusé.

25Si ce meurtrier avait agressé sa victime au moment de la discussion, on eut pu juger son comportement moins sévèrement, mais il l’abattit vingt-quatre heures après l’incident. Il est arrivé, en août 1906, que sept personnes périrent à cause d’une datte, enlevée par une petite fille âgée de moins de neuf ans ! La fillette avait, à coup de pierres, visé les fruits d’un dattier ; quelques uns étaient tombés. Le propriétaire survint et tua la fillette d’un coup de feu. Le frère de la fillette, accouru, tua le propriétaire à son tour. L’incident rebondit et le bilan de l’incident fut de sept morts.

  • 1 Saïd : Haute-Egypte. Saïdien : habitant de Haute-Egypte.

26J’ai aussi plaidé une affaire de meurtre motivée par le vol de quelques plants de fèves. Il est arrivé, de même, que deux hommes dérobèrent quarante briques d’une fabrique appartenant à un Saïdien1. Le propriétaire vint les trouver, ils nièrent que les briques lui appartinrent ; il les tua.

27Tout cela nous permet de conclure que la classe criminelle en Egypte est loin d’être conciliante ou pacifique. Ses manifestations, que l’on confond avec les indices du pacifisme, ne témoignent que d’une couardise réelle. Il est d’ailleurs naturel au pleutre de devenir sauvage au moment d’un meurtre ; personne ne peut alors lui tenir tête ; il se précipite, les forces décuplées, sur le faible incapable de riposter, et s’il peut le tuer, aucun obstacle ne l’arrêtera.

28Les meurtres vengeurs se multiplient dans certaines classes et spécialement en Haute-Egypte où la vendetta est devenue une obligation sacrée.

  • 2 Opérant encore aujourd’hui, désigné sous le nom de "jugement de la mastaba" en raison du banc (mas (...)

29Lorsqu’un individu est assassiné, le devoir qui s’impose aux membres de sa famille — leur premier devoir et le plus sacré — qui les empêchera de dormir la nuit ou de reposer le jour tant qu’ils ne s’en seront pas acquittés, c’est de tuer celui que leur conseil2 aura désigné en échange de la première victime.

30L’un des enquêteurs dans l’affaire des quarante briques m’a raconté que la mère des deux victimes avait nié le meurtre, nié que ses deux fils aient été tués et affirmé qu’il étaient morts de mort naturelle ; et quand l’enquêteur lui révéla que le médecin légiste avait retiré deux balles de leurs corps, elle répondit qu’elle ne croyait pas l’enquêteur, qu’il mentait. Cela parce qu’elle se diminuait à ses propres yeux, en s’en remettant aux démarches gouvernementales ou juridiques pour punir les meurtriers, et qu’elle avait décidé de se venger de sa propre main.

31Mais ces mœurs, empruntées aux Arabes et aux bédouins, tendent à décroître graduellement et nous pouvons présumer qu’elles disparaîtront, dans un laps de temps relativement court. Quant aux crimes passionnels, ils sont rares en Egypte. Il est impossible, devant un crime, de dire : "Cherchez la femme" comme en Europe, où les mœurs autorisent une proportion supérieure de crimes passionnels, les nôtres ayant supprimé toute participation sociale de la femme, son emprise, saine ou malsaine, est totalement inexistante.

32Les querelles familiales autour d’une situation donnée sont une source de crimes féconde.

33L’acharnement qui naît de telles haines ne se limite guère au motif originel et ne s’éteint pas avec un règlement de compte initial ; au contraire, l’animosité s’étend de famille en famille, d’autres familles s’annexent aux deux premières, et il se forme deux clans meurtriers dont chaque membre s’estime heureux s’il peut tuer un membre du clan opposé, s’il incendie ses récoltes, ou bien s’il empoisonne son bétail. Le paroxysme de la haine est tel qu’il rebondit à chaque geste du clan rival et qu’il se manifeste sous les formes les plus futiles, les plus risibles parfois, ou encore dans les crimes les plus attristants ; l’agressivité déborde chaque comportement si déraisonnablement qu’elle en devient comique en dépit des drames affligeants qu’elle suscite souvent.

34J’ai plaidé, un jour, un litige divisant une même famille. Leurs serviteurs respectifs imaginèrent que chacun des avocats avait pris fait et cause pour son mandataire et ils envisagèrent un pugilat pour se persuader l’un l’autre de la prééminence de son propre plaideur, exigeant chacun que le vis-à-vis s’avoue vaincu ; il fallut les séparer.

35Si le paysan égyptien éprouve le besoin d’adhérer à l’un des clans ennemis, cela semble découler de la facilité de sa vie, de sa vacuité et de son absence d’intérêt en général. Il trouve probablement, dans ce carambolage des querelles, un moyen de tuer le temps et d’alléger le poids des heures perdues, lourd fardeau même pour une âme inculte.

36C’est à cause de cela que je peux affirmer qu’il est presque impossible de trouver un village en province qui ne soit divisé en deux camps, ou trois, ou quatre, au gré des circonstances et des développements épisodiques.

37L’animosité entre ces factions s’envenime encore du fait qu’ils sont tous habitués à mentir, à inventer, à fabuler. Et le plus étrange c’est qu’il ne suppose jamais les propos de son ennemi mensongers comme les siens ; au lieu de quoi, il agit en conséquence comme s’il s’agissait d’un fait indiscutable et commet souvent un nouveau crime pour des propos dont il sait l’inexactitude.

38Quant aux crimes provoqués par le besoin ou par la faim, ils sont extrêmement rares chez nous contrairement à leur nombre ailleurs.

  • 3 Ces considérations ne dérivent pas d’un optimisme aveugle. L’homme qui parle connaissait la vie ru (...)

39Cela est dû à la facilité des conditions de vie, à l’abondance des ressources agricoles et à la tendance de notre peuple à • partager sa nourriture et à pratiquer l’aumône, fut-ce inconsidérément3.

40On connaît de nombreux cas de décès provoqués par la faim dans d’autres pays, mais on n’en connaît pas dans le nôtre.

41N’empêche que certains jeunes gens ont abandonné les travaux agricoles, les trouvant harassants, et qu’ils leur ont préféré le brigandage qui est devenu leur source de revenus, qu’ils ne dissimulent point, dont ils ne rougissent point, et que leur victime ne désavoue point, de sorte que le criminel s’enhardit jusqu’à croire, et la plupart de ceux qui l’entourent le croient aussi, qu’il pratique un métier rentable.

42J’ai dit qu’un trait de caractère essentiel à l’éclosion de la rivalité autour d’une situation-clé, ou au besoin de vengeance, c’est la pleutrerie, qui se mue en agressivité et en sauvagerie et qui façonne ce genre de malfaiteur. Une âme faible et couarde considère l’action intègre et persévérante comme une insupportable corvée et voit dans la vie du paysan une simplicité et un dépouillement auxquels elle n’a pas la force de s’habituer.

43De plus, en raison de sa couardise, elle ne rougit pas du déshonneur, elle ne redoute ni désapprobation ni mépris, son imagination lui fait entrevoir son butin comme un trésor instantanément acquis à l’ombre de la nuit, grâce auquel elle pourra, des mois durant, goûter aux délices de la vie qui lui seraient inaccessibles n’était son larcin.

44Le voleur débute ainsi dans la carrière ; le premier crime en entraîne un autre et il verse dans les méfaits les plus atroces tournant au criminel impénitent et redoutable. Les mobiles d’une action s’inversent souvent lorsqu’elle s’accomplit et le poltron, qui n’avait pas le cran d’affronter la force ou la contradiction, métamorphosé, devient son propre antipode que l’observateur contemple saisi.

45L’endurcissement de tels criminels s’accroît en raison de la pleutrerie de leurs victimes, qui supportent toutes sortes d’agressions sans que la moindre de leurs réactions indique l’intention de sévir contre ces brigands ou bien d’essayer de les ramener au droit chemin. C’est un fait établi, et curieusement répandu, qu’un bandit s’empare du bétail d’un propriétaire pour ne le restituer qu’en échange d’une rançon. Le paysan obtempère au chantage et les rançons sont journellement versées au voleur ou à son chef de file, sans discussion, sans dénonciation, tant et si bien qu’il est fort à craindre que cette habitude fasse loi dans leurs mœurs.

46Ce comportement du bandit et de son entourage pose à l’enquêteur un même problème de responsabilité criminelle au sujet des deux facteurs parce que la pusillanimité du dernier favorise la perpétration des vols et que, de plus, il récompense le voleur en lui payant le tribut exigé, chose qu’il réitèrera si le voleur sait l’intimider.

47Nous avons débattu de nombreux procès de ce calibre et j’ai moi-même rencontré le propriétaire d’un vaste domaine qui jouissait de la plus haute considération parce que, lorsqu’un voleur qu’il connaissait s’était emparé de son bétail et que l’émissaire du brigand était venu lui en réclamer la rançon devant témoins, il s’était exécuté sans protester et qu’il avait ensuite énergiquement refusé de rapporter l’affaire à la police. Non content de ne pas prévenir la justice, il nia le fait lorsque, en ayant pris connaissance, je le questionnais. Mais comme j’insistai, il le confessa. J’en informai alors les autorités par une voie détournée pour ne pas lui porter préjudice et je nommai les témoins. Lorsque l’enquêteur les convoqua, le propriétaire qui avait versé la rançon nia toute l’affaire, prétendant que son bétail avait pris la clé des champs et qu’il l’avait retrouvé quatre jours après. Il n’avoua finalement que sous la menace d’être traduit en justice pour faux témoignage.

48Que peut un gouvernement contre de telles mœurs, bâties sur une faiblesse et une pleutrerie incommensurables ? Et quelle loi saurait extirper des consciences cette abdication éhontée ?

49Une telle faiblesse vis-à-vis du brigand et la décision de le satisfaire à tout prix acculent les propriétaires terriens à embaucher les bandits et les chefs de bandes pour garder leurs domaines et leurs demeures, espérant ainsi les gagner à leur cause, se prémunir de leurs déprédations, et que la réputation dont jouissent ces gardiens auprès de leurs commençaux assure la sécurité des biens dont ils ont la charge, en même temps que la tranquillité de leurs maîtres.

50Cette pratique du recel est un encouragement au criminel qui centuple ainsi des moyens de fortune, dont il ne peut supputer la chance qu’après s’être acquis un renom de bandit éprouvé et redoutable, de sorte que notre faiblesse concourt à parfaire l’école du vol et du gangstérisme.

51L’élève de cette école, qui en sort couronné d’un brevet de scélératesse consommée, unanimement ratifié, a droit à un respect souverain et peut ambitionner une sinécure rémunératrice au service d’un noble ou d’un riche hobereau, situation qu’il n’aurait jamais décrochée s’il ne jouissait d’une telle notoriété.

52Je constate toutefois avec un vif regret que les civils ne sont pas seuls à encourager cette corporation, le gouvernement s’est mis à l’unisson, et sa responsabilité est plus lourde et plus grave. C’est également un signe de peur et un scandaleux aveu d’impuissance que cet abandon des rênes par le gouvernement au bandit, tout comme le pauvre fellah les lui a abandonnées. Nous voyons aujourd’hui les chefs de l’administration enclins à confier la gestion de la sécurité publique aux plus fameux des chefs de gangs, qu’ils érigent en chefs des gardiens de village, ou bien en simples gardiens, légitimant leur choix du fait que ces gens, connaissant les malfaiteurs, seront à même de juguler leurs exploits.

53La véritable explication de ce choix réside dans le sentiment d’impuissance éprouvé par le gouvernement en face du criminel, un sentiment identique à celui du paysan ; lorsque le gouvernement délègue un sacripant à la garde du village, il obéit au même mobile que le paysan lorsqu’il lui reconnaît cette fonction néfaste.

54Et lui, le criminel, profitant d’une double abdication, celle du paysan et celle d’un gouvernement dont pourtant la fonction et les qualifications devraient faire son irréductible ennemi, il se prélasse, enlevant aux gens le bien qu’il convoite, assassinant qui il veut, expédiant acolytes et sbires dépouiller et ravager partout excepté sur les brisées de son commettant ; de sorte que le gouvernement n’aura réussi par sa faiblesse et son abdication qu’à déplacer le théâtre des opérations criminelles.

55J’ai dit que la sécurité s’affirmait avec la pratique de la véracité et qu’elle s’éclipsait avec l’extension de la ruse.

56Je crois que nul ne me contredira si j’affirme que la faculté de mentir est la première des facultés inhérentes à notre classe populaire, qui est la classe dominante et celle autour de laquelle pivotent toutes ces activités illicites. C’est un fait attristant, mais strictement vrai. Le fellah mentira avec profit et sans profit, il veut parler mais il ne dit rien, il peut lui arriver de mentir en sachant que ce mensonge lui sera préjudiciable et de mentir quand même.

57J’ai vu des dépositions mensongères et anonymes de paysans contre leur maire, et le déposant se savait menteur, et il savait que la preuve de son mensonge résidait dans une liasse de documents officiels en possession du maire et que son ennemi les produirait, et il déposa quand même.

58Le maire l’avait convoqué avant la déposition et lui avait montré les documents, essayant de le persuader que sa déposition lui nuirait grandement, qu’il serait emprisonné ; il répondit : "Je le sais, je sais que je mens, je sais que je serai jugé, mais je déposerai en tout cas". Et quand le maire lui demanda le pourquoi et l’intérêt de sa démarche, il dit : "J’ai promis de déposer".

59Une fois que j’étais en vacances à la campagne, un de mes amis du voisinage vint me trouver dans l’après-midi et me demanda si je lui avais expédié un tel pour le prier de me rendre tel service. Comme je niai la chose, ajoutant que je ne connaissais même pas l’émissaire, que je ne l’avais jamais aperçu, il l’envoya quérir et lui demanda pourquoi il transmettait des messages d’une personne qui disait ne l’avoir jamais connu ni vu. Et la réponse fut : "Si je suis le seul menteur au village, renvoyez-m’en".

60Ces exemples illustrent le comportement de cette classe qui ne distingue pas le vrai du faux, et grâce auquel toute voie se brouille pour l’enquêteur qui recherche la vérité. Ce trait de caractère, joint à la couardise que nous avons décrite, encourage aussi le criminel car il sait que le fellah le verra perpétrer son crime sans le dénoncer, sans témoigner contre lui, que rien ne lui est plus facile que d’inventer des mensonges pour se soustraire aux représailles du criminel et à la responsabilité d’un témoignage qui ne lui rapportera rien.

61Il arrive souvent que le meurtrier rencontre en chemin quelque autre que sa victime ; il l’apostrophe et lui ordonne le silence, le menaçant de le tuer s’il parle, et l’homme subjugué, assiste au crime, il le voit de ses propres yeux, et rentre chez lui serein, pour s’endormir d’un sommeil paisible, que ne trouble même pas un mauvais rêve, oubliant jusqu’à l’incident du meurtre.

62Si le mensonge du témoin n’était déterminé par la peur ou par la pitié pour le criminel, il mentirait quand même, par ignorance, incapable de replacer les faits dans leur déroulement authentique, parce qu’il ne les perçoit pas sous leur angle véritable, ne pouvant ni les évaluer ni les représenter intellectuellement, il ne peut les décrire aux autres. Il les rapportera inversés, affadis, et la vérité s’évanouira, et le mal social s’aggravera, et le voleur ou le criminel, s’il vient à croiser quelqu’un sur sa route, pourra se dire, imperturbable : "Celui-là est un âne qui ne réalise ni ce qu’il voit ni ce qu’il entend".

63De même, il est clair et évident qu’au sein d’une société dominée par la faiblesse, la pleutrerie et le mensonge, le sentiment de solidarité entre individus ne peut se développer aisément. C’est pourquoi, sans en comprendre la raison, nous voyons chacun vivre égoïstement pour lui-même.

64Cette dernière déficience n’est pas, comme celles dont nous avons parlé plus haut, l’apanage des classes populaires seules ; on en voit de nombreux exemples dans notre classe moyenne et dans nos classes supérieures. Elle est décelable dans bien des manifestations de l’ordre social y compris celles de la sécurité publique. Elle est due à l’opinion répandue chez les riches qu’un témoignage ou une prestation de serment sont choses gênantes et blâmables ; ils les esquiveront à chaque occasion et refuseront de déposer ou de se mêler à n’importe quelle affaire civile ou criminelle. Un esprit pénétré de cette conviction croit à la nécessité d’éviter tout litige, par crainte de la vengeance du criminel, et la portée de cette déficience, fille de l’égoïsme et de l’aptitude au mensonge réunis, est incommensurable.

65Tels sont les traits de caractère du criminel et de sa victime. Quelles sont donc les composantes du caractère des responsables de la sécurité publique ?

66Exactement pareilles à celles de la classe moyenne et de la classe riche lorsqu’elles sont victimes de la malfaisance mais avec quelques variantes attribuables à l’éducation, à la situation, sans toutefois rien changer au caractère lui-même ; Seules changent les visées et les intentions, le résultat, lui, demeure identiquement désastreux quant à la sécurité publique.

67Il n’existe aucune trace de solidarité chez les fonctionnaires chargés de la sécurité ; il n’en est pas un qui réalise qu’il a travaillé afin de s’employer et, qu’ayant obtenu l’emploi, il doit orienter ses ambitions vers un parfait accomplissement de ses fonctions afin de conserver sa situation et, par la suite, d’en mériter de supérieures.

68Leur faiblesse de caractère atteint un degré inquiétant ; ils n’ont aucune notion d’un devoir à accomplir et demeurent irrésolus et inefficients.

69Citons en exemple le cas du gardien responsable de la ronde de nuit. On le voit accomplir sa mission en s’inscrivant tout bonnement dans les registres et autres paperasses, non en effectuant sa tournée et en surveillant les alentours de visu.

  • 4 Sous-officier de police.
  • 5 Sous-préfecture de police.
  • 6 "Les pauvres ! les pauvres !"

70Si le moawen4 quitte son markaz5, ne vous attendez pas à ce qu’il passe sa nuit à déambuler dans l’obscurité totale, allant des champs aux villages, endurant les assauts du froid, des bruines, et les affres des veillées éprouvantes ; vous le voyez plutôt sous le toit d’un des maires, errant d’un fauteuil à l’autre, courant d’une bouteille à l’autre, tantôt la rouge tantôt la blonde, puisant à l’une puis à l’autre, jusqu’à en perdre le sens ; en fin de quoi, il ressort avant l’aube incapable de reconnaître le gardien du maire et s’il lui arrive de rencontrer les gardiens ou leurs chefs, endormis, pris d’une pitié attendrie pour ceux dont la peine lui a valu cette nuit de détente et de liesse, il ne pourra qu’articuler : "Massakîn ! Massakîn !"6

71S’il se rend compte qu’il est incapable de remonter à cheval, il oublie qu’il est responsable de la sécurité et, se prenant pour un hôte généreusement et amicalement reçu, il emprunte la voiture du maire qui le ramènera sur les routes où il croisera ses subalternes, les uns assoupis, les autres veillant, pour arriver enfin chez lui, vaincu par le sommeil, et réintégrer sa demeure comme en un rêve.

72Telles sont les rondes de nuit dans leur plus stricte vérité. Et sur cette inspection repose tout notre espoir de sauvegarder la sécurité publique conformément aux lois et aux ordonnances. Nous pourrons ici nous reposer en même temps que notre fonctionnaire endormi pour reprendre, plus tard, notre étude sous un autre aspect.

Notes

1 Saïd : Haute-Egypte. Saïdien : habitant de Haute-Egypte.

2 Opérant encore aujourd’hui, désigné sous le nom de "jugement de la mastaba" en raison du banc (mastaba) sur lequel il siégait, ce conseil composé des chefs de familles en litige qui avaient survécu au drame justiciable et des notables du village, présidé par le maire, s’il ne s’était point défilé, appliquait naturellement la loi du mieux représenté, c’est-à-dire la loi du plus fort.

3 Ces considérations ne dérivent pas d’un optimisme aveugle. L’homme qui parle connaissait la vie rurale à fond, mais les conditions de vie ont subi des bouleversements profonds depuis le début du siècle.

4 Sous-officier de police.

5 Sous-préfecture de police.

6 "Les pauvres ! les pauvres !"

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr