Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

I. Un avocat et son temps

II. Une ténébreuse affaire

Entrées d'index

Mots clés :

procès, justice, histoire, scandale, droit

Texte intégral

Le procès des Chemins de fer

1Vers le milieu de l’année 1909, Morcos Fahmy fut appelé à défendre Neguib Fahmy accusé de prévarications dans l’accomplissement de ses fonctions de directeur du trafic ferroviaire. Neguib bey Fahmy appartenait à une famille copte influente. Son père, Iskandar pacha Fahmy, avait lui-même occupé la situation d’administrateur général des Chemins de fer aux côtés de l’inspecteur britannique. Il possédait une ferme prospère en Moyenne-Egypte, des biens immobiliers au Caire et avait doté ses enfants d’une instruction supérieure en France et en Angleterre. Neguib en avait tiré parti : son savoir-faire, son amabilité, alliés à une vive intelligence et à une naturelle élégance, lui attiraient la sympathie générale ; son esprit d’initiative et la haute conscience de ses responsabilités lui valaient l’estime de ses supérieurs anglais.

2Parmi les nombreux crimes que lui attribuaient des lettres anonymes, adressées tantôt au parquet, tantôt au Procureur général en personne et dont les moindres étaient le vol des blocs de papier destinés à l’usage de la presse et mieux, la subtilisation du mahmal, le tapis sacré, à son retour du pèlerinage de la Mecque. Parmi tous ces ragots, inventés par de petits employés jugés indignes d’avancement par Neguib Fahmy, éclatait la trouvaille ultime : le directeur des Chemins de fer utilisait ses wagons-lits pour « promener » incognito l’épouse du procureur général entre le Caire et Alexandrie. Expédié à qui de droit, le message ne pouvait manquer de déchaîner les foudres olympiennes. De très haut, un procès fut forgé, nourri de quatorze chefs d’accusation. La presse se saisit de ces perles, en fit rejaillir les éclaboussures mensongères et, les huis clos exceptés, la curiosité publique se régala journellement des pavés convoyant « l’affaire des Chemins de fer », transformée en scandale médiatique.

3Au cours d’une enquête minutieuse qui dura des mois, la défense parvint à détruire une à une toutes les accusations.

4Certaines d’entre elles, signées et comportant une adresse, avaient été démasquées par le capitaine Blakenay, superintendant des Chemin de fer, qui manda ses limiers aux adresses mentionnées : ils y constatèrent la non-existence des signataires.

5La plaidoirie de la défense fut reproduite dans le quotidien Al-Mokattam des 10, 11 et 14 juin 1910. Le préambule, seul, dut susciter les foudres du procureur. En dépit de la dualité des accusateurs révélée à l’enquête, l’avocat attaque : « Le fauteur de ce procès s’est acharné à sortir du néant une multitude d’accusations, à raffiner sur les machinations, utilisant la presse et toutes les formes publicitaires, y ajoutant les dénonciations anonymes, fournissant un démenti à chaque nouveau rapport, créant avec cette variété des procédés, une atmosphère empoisonnée, toute de crimes [...] ».

6Ensuite, Morcos s’élève contre le parquet qui a fait état de dénonciations anonymes : « Le parquet a accueilli le faussaire avec une complaisance inadmissible, et contre laquelle nous nous élevons sur tous les points. La vie humaine est un bien qui ne peut être la proie du premier brigand ou du premier imposteur et la légalité n’est pas établie sur la terre afin d’encourager les actes vils [...]. La justice est une porte très largement ouverte à toute requête équitable. Mais elle est une porte très étroite pour le détracteur, le falsificateur... »

7Puis s’adressant aux juges :

8« Les témoins ont défilé devant vos Excellences, vous savez qui ils sont [...]. Il vous est apparu que les témoins rapportent des racontars [...]. Quelle est la valeur de cet informateur qui dissimule son nom ? [...] Le pleutre redoute d’apparaître puis il déclare qu’il ne sait rien de manière absolue, mais qu’il a recueilli ces informations grâce à son expérience et à sa perspicacité. En d’autres termes, qu’il a manipulé l’affaire, l’a prouvée et l’a jugée ».

9Al-Mokattam, qui a publié la plaidoirie en manchette le 14, écrit en quatrième page : « Maître Morcos Fahmy détruisit accusation après accusation, rétablit fait après fait [...] et sa plaidoirie fut marquée du double sceau de la perfection dans l’exposé et de la force dans l’argumentation [...] ».

10Mais cette force côtoyait un précipice. Pris personnellement à partie et contraint à se défendre au cours même du procès, il dira dans sa conclusion : « Il semble que la colère publique ait englobé le défenseur et l’accusé. Ceux qui avaient élaboré l’accusation s’en prenaient à l’avocat en pleine audience [...] puis, quand j’ai présenté un rapport démontrant les contradictions de l’enquête et de l’accusation, leur colère s’est accrue [...].

11Je relate ces faits pour souligner l’inadmissible déformation infligée par le parquet aux événements qu’il souhaite camoufler dans ce procès au-delà du pensable [...], afin, Messieurs, que vous sachiez quelles sont les mains qui accommodaient et rajustaient ce procès [...]. Je sais avoir suscité des colères en accomplissant mon devoir [...] ».

12Remerciant les juges qui l’avaient écouté jusqu’au bout, il conclut : « Ces accusations mensongères attachées à l’accusé pendant près d’un an auraient pu briser sa vie. Vous nous avez octroyé, Messieurs, le temps nécessaire, pour lequel nos cœurs vous remercient [...]. Nous avons pris ce temps, non pas pour établir une innocence déjà évidente, mais pour démontrer le truquage du procès. Il est du droit de l’accusé de vous demander, Messieurs, de spécifier dans votre jugement que ce procès ourdi est un tissu de calomnies. Ceci est son droit réel et son droit juridique. Ces mots seront une consolation pour tout ce qu’il a souffert d’humiliations et de tourments immérités [...].

13Messieurs les Juges, nous les Egyptiens, à l’unanimité nous ne sommes pas attachés à Neguib bey seulement, nous sommes attachés à nos vies, et au nom de la protection de nos âmes, nous en appelons à votre justice, pour proclamer qu’une enquête menée par la partie adverse contre l’adversaire est un acte contraire à la nature humaine. Je ne m’attaque pas à un individu, je m’insurge contre un ordre que réfute la raison nous ne demandons pas justice à un ennemi et nous ne confions pas le jugement à un ennemi, si équitable soit-il [...]. Ce droit public, c’est un de vos devoirs les plus sacrés [...]. Vous apaiserez par vos mots la conscience d’une victime inquiète et vous attirerez l’attention du législateur sur le fait qu’il n’est pas permis de ravaler la vie des Egyptiens jusqu’à un tel degré ».

14Al-Mokattam précise enfin : « Morcos a terminé sa plaidoirie par une conclusion émouvante ». Et le jugement prononcé le 12 juin, acquittant les inculpés, est libellé dans les termes dictés par la défense : « Attendu que [...] ce qui prouve que les accusations portées à l’encontre des prévenus dans ce procès [...] résultaient de machinations ourdies par quelques uns des témoins qui déposèrent au cours de l’enquête [...] ». Paroles d’autant plus significatives que Morcos avait obtenu que certains témoins révèlent que le procureur général avait en personne dicté les accusations aux dénonciateurs.

15La cour était présidée par Aziz bey Kahil. Le jugement énoncé le 12 juin fut accueilli par des manifestations de joie. « Des vivats retentirent, se répondant, pour la justice, pour les conseillers, pour Neguib Fahmy, pour Morcos Fahmy  », puis, continue Al-Mokattam, « ils ont entouré Neguib bey Fahmy et l’ont porté jusqu’à sa propre voiture que certains ont essayé de tirer, puis l’ont accompagné en grand cortège jusqu’à sa demeure, où de nombreux amis partagèrent sa joie, tandis que d’autres s’attroupaient dans les rues avoisinantes et l’acclamaient pour montrer leur satisfaction de l’acquittement ». Il y eut aussi une multitude de manifestations personnelles. Des dépêches d’amis adressées à Morcos, des lettres d’associations, telle une amusante lettre du club du Nil lui offrant la présidence du club, une lettre du poète libanais Khalil Moutran qui mérite d’être citée :

  • 1 Traduit de l’arabe.

« Mon frère,
J’aurais aimé que vous entendiez ce que j’ai entendu de paroles admiratives qui n’atteignent pas à votre valeur et ne peuvent traduire votre intelligence ni votre puissance et qui sont pourtant une part des hommages dus aux êtres éminents.
Les exclamations jaillissaient de la bouche du public, telles des pétales de roses sur le chemin de votre succès, qui implique deux grandes significations : le triomphe de la justice et le triomphe du génie.
Une des raisons de ma joie pour cet acquittement, c’est qu’il résulte d’une emprise et d’une détermination où je ne vous vois pas d’égal, et si même il s’était trouvé un homme capable un jour de se tenir dans cette même posture, il n’en eut pas résulté pareil achèvement.
Je ne vous flatte pas, mais il plaît à mon cœur de vous écrire sans détour que c’était mon sentiment, que les jours et les évènements n’ont fait que confirmer que vous êtes une personne parmi les personnes en Egypte et que vous pouviez être cela et plus encore. Et votre plaidoirie, que j’ai entendue partiellement hier, a couronné cette conviction.
Je termine ces mots épars en vous exprimant mon admiration en vérité et en profondeur.
Votre affectionné
Khalil Moutran
 »1

  • 2 Al-Moayed, Le Disciple.

16Mais d’autres échos, menaçants ceux-là, répandus par les rumeurs publiques, soutenus par la presse, sonnaient déjà le tocsin de l’alarme. La persécution ne se rendait point. Espérant créer une nouvelle affaire, elle continua sa campagne de presse. Voici ce que dit à propos d’un article d’Al-Moayed2 du 13 février 1911 le « traffic general manager » des Chemins de fer, dans une lettre du 14 février : « The appearances of this article tend to confirm the report of the chief good clark Mansourah and others that Ahmed Abd El Rahman (un des principaux accusateurs) had made arrangement with the editors of this and other papers to publish articles against the Railway administration ».

17Devant cet acharnement, Neguib prit le sage parti de quitter l’Egypte. Il s’embarqua pour la France, puis gagna l’Angleterre où nommé par Winston Churchill, alors sous-secrétaire d’Etat aux transports, il remplit avec succès durant la première guerre mondiale, les offices de chef du trafic ferroviaire des marchandises militaires et du ravitaillement de l’armée.

  • 3 L’assassin de Boutros pacha Ghali.

18Au lendemain du jugement, le 14 juin 1910, L’Egyptian Gazette écrivait ces lignes transparentes : « The Minister of Justice, Saad Zaghloul pacha, arrived yesterday in Cairo and proceeded immediately to the court of Appeal, with Abdel Khalek Saroit Pacha, the procureur General. In Cairo, it is generally regarded as impossible to separate the news of the visit by the Minister of Justice from the subject which is now in every mind [...], the reform in the system of criminal investigation and the expected changes in the personnel of court and parquet. Some significant expressions in the wording of the judgement delivered in the recent Railway case are thought to have no doubt as to the intentions of the authorities in this matter. In that particular case it is an open secret that the procureur General went as far as to threaten to resign unless Neguib bey Fahmy was brought to trial. And yet the immediate effect of that trial was to show that the parquet official who conducted the preliminary inquiry, lasting over several months and bearing hundreds of witnesses, has been badly misled. The triumphant acquittal of the accused is held by many people to show that the parquet stands in urgent need of some reform. Those who attended the sittings of the Assise court in the above mentioned case were astonished at hearing Counsel for the defense vigorously attacking the parquet and its methods of inquiry day after day and about at every turn. It was said at the time that the procureur General complained to the Judicial Adviser that the court was allowing the defense an unprecedented liberty in making these attacks and that the Adviser saw no ground for interference. It was also noticed that when Captain Blakenay made some caustic comment on the work of the parquet, the court made no effort to stop him. The nationalists are unable to conceal their great disappoint ment. Several officiais in the ministries are openly denouncing the court of Justice now both for acquitting Neguib Fahmy and for refusing the last appeal of Wardani »3.

  • 4 La Jeune Egypte, organe devenu plus tard wafdiste.
  • 5 Mémoire de Morcos Fahmy, présenté au conseil de discipline de la cour d’appel mixte (1912).

19Venant après le retentissement des discours politiques, une si magistrale victoire juridique était sans rémission. Morcos Fahmy allait payer cher l’humiliante défaite du procureur général. Celui-ci, depuis l’école déjà, nourrissait une aimable hostilité à l’endroit d’un trop brillant condisciple. Le fait que l’opinion publique voyait en lui le mari trompé de l’histoire des wagons-lits n’avait rien arrangé. Il s’acharna à lui fabriquer, utilisant les mêmes méthodes que dans l’affaire Neguib Fahmy, autant de crimes qu’il en avait su alimenter le dossier des Chemins de fer. Il exploita à cette fin la tourbe des sentiments qui se déchaînent parfois à rencontre de certaines valeurs ou de trop grandes intégrités. Par la voix de la presse, il multiplia les calomnies : Al-Moayed déclara que « Morcos Fahmy avait fait du procès des Chemins de fer une querelle entre coptes et musulmans  », il appela à l’aide les plus vils délateurs. Masr al-Fattat4 écrivit que « le procureur général avait menacé de démissionner si l’on ne déférait pas Morcos Fahmy devant le conseil de discipline ». C’était « un appel lancé à tous les appétits et à toutes les vengeances ». C’était aussi semble-t-il « un infaillible argument »5. Il tira de leur ombre les mandataires aux causes perdues, les confrères envieux ; et, noblesse insigne, il manipula comme un prestidigitateur les passions éconduites, car quel est l’homme, favorisé par la vie et affublé en plus du rôle de sauveur et de bienfaiteur, qui n’est sollicité contre son gré ?

20Mais aussi quel autre que le procureur eut si traîtreusement guetté sa proie et si magistralement tiré de tumultueuses discordances une si parfaite synchronisation que, n’était-ce la masse des preuves contraires, Morcos Fahmy eut passé pour un escroc, un faussaire, un corrupteur ?

21Il transforma les transactions contractées aux temps de la prospérité, — que la crise économique mondiale et la faillite de la Banque du Caire avaient rendues irréalisables — et, alors même que Morcos, après avoir cédé toute sa fortune, cherchait, d’accord avec ses créanciers, à temporiser pour acquitter les dettes ultimes, en autant d’escroqueries préméditées, prenant la peine de convoquer un à un dans son bureau, les titulaires d’engagements échus, leur arrachant les dépositions en leur laissant espérer qu’ils récupèreraient leurs avoirs. Il produisit enfin au grand jour un incident qui avait eu lieu à la cour en 1909 et que, déjà classé par l’enquêteur, il avait gardé en veilleuse, masquant sa perfidie par des promesses réitérées d’en ratifier le classement ; celui-ci deviendra sa boîte de Pandore, lui fournissant, à chaque démarche juridique, à chaque incident, une nouvelle matière à calomnie. Il allait savourer l’efficience de son pouvoir le jour où il fit traduire son ennemi devant le conseil de discipline dont celui-ci était le créateur.

22L’acquittement de Neguib Fahmy avait été prononcé le 12 juin 1910. La période des vacations terminée, le procureur ne perdit pas son temps. D’autant qu’une affaire, elle-même passablement embrouillée, lui offrait l’occasion d’exercer sa vengeance : les épisodes méritent d’en être narrés par le menu.

Les chicanes Moussalli

23En 1909, en même temps que le procès Neguib Fahmy, Morcos tentait de débrouiller une laborieuse querelle d’héritage, concernant d’Hélène Moussalli, née Boghdadi. Cet héritage s’était d’autant plus fait attendre que les hoirs moisissaient dans une impasse pécuniaire telle, qu’à maintes reprises, ils avaient requis leur avocat pour les tirer financièrement d’embarras. En d’autres termes, ils lui avaient emprunté de l’argent. Morcos, incapable de récuser une sollicitation, fut-elle onéreuse (faiblesse qu’il reconnaîtra dans son autodéfense), avait consenti des avances qui, en avril 1908, c’est-à-dire un peu plus d’un an après son mandat, se chiffraient déjà à trois mille cinq cents livres, chiffre corroboré par des reçus signés de Marie Moussalli, une des principales héritières et l’un des principaux animateurs du drame qui va se dérouler. L’héritage impatiemment souhaité se compliquait de deux testaments rédigés, le premier, le 16 décembre 1906, et le second, le 6 janvier 1907, soit trois jours avant le décès de la testatrice et tous les deux à portée mainmortable.

  • 6 Tribunal civil islamique.
  • 7 Maglis, tribunal communautaire.

24Une seconde complication venait du fait que les membres de la famille, sujets égyptiens appartenant au rite chaldéen, pouvaient relever de l’un des deux tribunaux, la mahkama sharyia6 ou bien le tribunal du statut personnel chaldéen, siégeant au patriarcat chaldéen. Mais ce tribunal chaldéen n’avait pas été spécifiquement mentionné par le décret de novembre 1896, qui conférait aux communautés chrétiennes d’Egypte, en mentionnant seulement les plus importantes, celles qui étaient dotées d’un maglis7 autonome, la juridiction souveraine pour toutes les matières administratives. Il importait de faire reconnaître la validité du principe général par les autorités compétentes, afin de l’appliquer aux chaldéens.

25L’ultime complication, féconde en embûches, tenait à l’intarissable haine qui alimente souvent les rapports de cohéritiers, haine d’autant mieux nourrie cette fois, que l’épouse de l’héritier principal, Marie, était affligée d’une belle-sœur, Rose, mieux dotée en beauté, en grâce et en esprit. Et, comme dans les contes, c’est la moins heureusement pourvue qui distillera le subtil venin de l’intrigue. Les ayants droit étaient en premier lieu : Neguib Moussalli, personnage falot, atteint d’une légère démence, neveu de la testatrice, son épouse Marie et sa sœur Rose Chedid. Venaient ensuite Bassili Moussalli, frère de la testatrice, et sa sœur Maryam Rihani. Au cas où la loi islamique régirait la succession, les deux tiers de la fortune devaient échoir à Neguib Moussalli seul parce que, suivant cette loi, l’héritage du frère recouvre celui de la sœur. L’autre tiers serait revenu à Bassili Moussalli et à sa sœur Maryam Rihani, soit un sixième à chacun. Par contre, si la loi chaldéenne de l’héritage était appliquée, Rose Chedid devait hériter avec son frère, à part égale, soit la moitié de la somme dévolue à son frère.

26Les deux testaments avantageaient Rose Chedid, la seule à avoir témoigné quelque sollicitude à sa tante durant la longue et pénible maladie qui précéda la mort de cette dernière.

27Il faut signaler, pour l’intelligence des développements ultérieurs, que le premier testament allouait au vicaire de l’église patriarcale chaldéenne la somme de mille livres ; aux deux nièces du vicaire du Patriarche cent soixante livres ; au fils adoptif d’Hélène Boghdadi, Thomas Sioufi, la somme de cinq cents livres ; et qu’il désignait Bassili Moussalli comme exécuteur testamentaire et comme gérant des waqfs, tout en assurant à Rose la somme de cinq mille livres en plus de sa part d’héritage légal.

28Il faut ajouter surtout que, tout en maintenant telles quelles les allocations à l’église, au vicaire, à ses nièces et au fils adoptif et tout en maintenant également la nomination de Bassili Moussalli en tant que gérant, le second testament retirait de la part qui, selon la loi, devait revenir aux héritiers naturels, plus des deux tiers des avoirs en terrains, immeubles, actions, argent liquide, les consacrant à diverses œuvres de bienfaisance, et que dans le tiers qui restait, l’avantage dévolu à Rose Chedid devenait plus considérable.

  • 8 Les textes cités sont extraits de l’auto-défense de Morcos Fahmy actés au tribunal et basés sur les (...)

29La rage de Marie peut se jauger à la déclaration qu’elle fit au parquet lors d’une des premières enquêtes officielles, où elle déclarait sans ambages « n’avoir épousé Neguib Moussalli ni par amour pour sa personnalité, ni dans une quête de bonheur familial, mais avoir sacrifié sa vie en l’épousant parce qu’il était l’héritier d’Hélène Boghdadi »... Elle l’avait « épousé dans cet espoir, en dépit de sa pauvreté et de ce qu’il ne possédait ni beauté, ni situation, ni caractère, ni santé morale, ni santé physique »8. Mue par ces nobles sentiments, Marie médite deux procès : le premier invalidant les testaments et le second déférant Bassili Moussalli, le gérant du waqf, en cour criminelle sous l’inculpation d’avoir profité de la cohabitation avec sa sœur pour falsifier les testaments. Il fallait pour tous ces chambards l’assentiment de Rose dont l’opposition compromettrait toute démarche, il fallait celui des plus petits bénéficiaires du testament.

30Après d’interminables consultations avec ses frères dont deux pouvaient être considérés comme intellectuellement retardés, et le troisième, Assaad, pétri à son image, Marie persuada Neguib, son mari, d’offrir à Rose — au cas où ils obtiendraient gain de cause — une compensation supérieure au bénéfice qu’elle eût retiré du legs et d’établir la même convention avec les autres légataires.

31Rose, que Marie harcelait d’appels à l’aide, se laissa émouvoir et finit par souscrire aux engagements dûment signés qui lui furent remis en mains propres.

32Les autres protagonistes acceptèrent la proposition et les divers accords signés de Neguib, Marie et Rose, furent également confiés à Rose.

33Il fallait, certes, qu’ils fussent tous bien convaincus de l’honnêteté de Rose pour se livrer à elle pieds et poings liés.

34Dans le but d’invalider le premier testament, celui du 16 décembre 1906, aussitôt après qu’elle en eut connaissance, Marie avait entrepris auprès du patriarcat chaldéen, à rencontre d’Hélène Boghdadi, une procédure d’interdit de la testatrice pour cause de déficience mentale. L’interdit ne fut prononcé qu’après la rédaction du second testament, c’est-à-dire juste avant la mort d’Hélène Boghdadi.

35C’est une fois tous ces procès emmanchés et ces accords signés que Morcos Fahmy fut mandaté par Marie, Rose et Neguib.

36Quelque temps après, le vicaire patriarcal, seul de tous les légataires, s’inquiéta que la connaissance de son avoir demeurât aux mains de ses débiteurs. Il les pria de remplacer le document par un autre transférant les mille livres au nom de Morcos Fahmy et de le lui remettre. Morcos refusa d’abord, puis devant l’insistance du prêtre, il accepta en dépit de sa répugnance : répugnance pour ainsi dire prémonitoire, car ce transfert de la dette, qui était une preuve de la confiance du vicaire, allait, par la suite, rebondir parmi la kyrielle d’accusations inventées par Marie et le procureur.

37En juillet 1907, toujours à court d’argent, Neguib se trouvait dans une impasse où l’avaient jeté sa femme et ses beaux-frères. Pour le tirer du pétrin, Morcos rédigea un nouvel accord où il est entendu que Neguib ne règlerait les créances de sa sœur qu’après l’issue du procès, et il fit entériner cet acte au patriarcat. Il eut été normal que cet arrangement entraînât quelque ressentiment de Rose envers Morcos : Marie, en tout cas, essaiera de tabler sur cette réaction.

38Puis Morcos fut chargé de retirer pour ses mandataires des titres bancaires qu’il devait monnayer afin de régler certaines de leurs dettes. Une ordonnance signée par Marie lui fut délivrée à cette fin en octobre 1908 et Morcos égara l’ordonnance. Il en avisa Marie, lui demandant un duplicata. Marie promit mais omit de le lui délivrer. Morcos de son côté put remettre la main sur l’original, mais décida de ne pas le faire savoir.

39Conseillée par certains avocats, Rose réclama au patriarcat la gérance des waqfs : elle l’obtint au grand dam de Marie qui jouissait alors de la charge et qui avait été convoquée en 1908, aux mois d’avril, de juillet, d’août et de novembre, par le vicaire patriarcal pour rendre compte de l’emploi des trois mille huit cents livres qu’elle avait retirées en dix mois. Incapable de légitimer l’usage qu’elle en avait fait, Marie pria Morcos de forger un relevé des comptes qui put satisfaire le comité du séquestre. Sur le refus de Morcos, elle lui demanda d’obtenir du curateur qu’il renonçât à l’établissement des comptes. Morcos refusa cette autre besogne. Alors Marie s’en vint menacer le curateur, s’il s’obstinait à agir selon sa conscience, de lui supprimer l’allocation de mille livres testée par sa tante et consentie par la famille. Puis elle expédia, le 10 septembre 1908, une lettre recommandée à Morcos l’avisant qu’elle dénonçait le document et refusait de payer les 1000 livres. La lettre, dit Morcos, ressemblait à une signification de congé. Elle se terminait par ces mots : « Quant à la somme que nous vous devons, qui s’élève à mille trois cent vingt-quatre livres, nous ferons tout notre possible pour vous la rembourser de toutes les façons  ». Cette lettre raviva la répugnance de Morcos à conserver le papier et, imprudence insigne, il le remit à la famille.

40Dès ce moment, s’égrenèrent les rumeurs les plus mensongères. Marie commença à se plaindre à tout venant. Elle racontait que c’était Morcos qui avait invité Rose à demander la gérance du séquestre. Elle disait sans vergogne que les gens, ne sachant rien de la vérité, étaient trop heureux d’en accroire, que même s’il n’était pas convaincant le mensonge laissait sa marque indélébile. Ce principe infaillible dicta ses comportements et elle ne craignit pas de se dédire, de se contredire, sachant que l’oreille publique ne retient que ce qui lui plaît.

  • 9 Tous les faits et tous les textes cités sont tirés intégralement des deux auto-défenses de Morcos F (...)

41Le 15 décembre 1907, c’est-à-dire moins d’un an après la mort de la tante à héritage, Marie avait demandé au patriarcat une séparation de corps d’avec son époux. Puis elle avait expédié à Morcos une lettre recommandée « trop significative  » déclara Morcos, « qu’elle n’a pas osé signer  ». A cause de cette lettre et du comportement des frères de Marie, Morcos lui signifia qu’il ne pouvait plus avoir d’entrevue avec elle9. Elle répondit par une lettre recommandée, datée du 8 janvier 1908, « toute de soumission rageuse  », que Morcos ne transcrivit pas dans sa défense quoiqu’elle ait été connue du parquet, mais dont la teneur se devine aisément. Le sens en devint plus évident encore lorsqu’un document daté du 29 août 1911, c’est-à-dire de deux mois après le jugement de radiation, projeta ses sinistres lumières sur une passion si proche de la folie qu’elle avait cherché son remède dans les pratiques de la magie. Pris de remords, le complice de Marie était venu révéler à Morcos la présence d’un papier maléfique dissimulé sous une tapisserie de sa maison. On découvrit alors une feuille pliée suivant les règles cabalistiques, portant des images venues tout droit des manuels de sorcellerie et qui vomissait ces imprécations :

    • 10 Dociles, mais plus cléments que Marie, les esprits se contentèrent d’infliger la mort et non la fol (...)

    « Mort du curé Boutros Abed ou sa folie  » (le vicaire)10.

  • « Haine de Morcos, fils de Guemiana contre Rose. Arrêt et perte de toutes ses affaires. Triomphe de Marie, fille de Warda contre lui ».

  • « Que Rose se sépare de Morcos et le déteste ».

  • « Nous demandons aux esprits de faire cela dans un délai de trente jours à partir de celte date 29 août 1911 ».

42« C’est là, dit Morcos, dans son Mémoire adressé à la cour d’appel mixte en novembre 1911, un document qui n’a besoin d’aucun commentaire. Nous sommes tout simplement en présence d’un meurtrier qui agit dans les ténèbres, d’une vulgaire sorcière poussée dans sa haine par une passion aussi folle que criminelle. C’est cette folie étrange qui la rendit mon ennemie acharnée et déclarée depuis sa lettre du 3 janvier 1908. Sa haine continue depuis, se manifestant sous des formes variées, et enfin par cette dernière accusation  », celle d’avoir lui, Morcos, imaginé et rédigé les documents promettant aux autres héritiers, c’est-à-dire Rose, le vicaire, ses nièces et Thomas Sioufi, le fils adoptif, les compensations allouées en plus des sommes testées. Elle inventa cette fable, démentie par tous les acteurs du drame, démentie par la datation des accords qui précédaient de trois mois celle du mandat délivré à Morcos, « parce qu’elle croyait que Rose aurait cédé [les documents] contre quelques milliers de livres à son adversaire Bassili Moussalli, qui s’en serait prévalu devant le tribunal mixte, pour faire reconnaître le testament et le waqf.

43C’est cette folie, continue Morcos, qui la jeta entre les mains de son mortel adversaire, Bassili Moussalli, contre lequel je plaidais pour elle, préférant ainsi la perte de la fortune de son mari et de ses enfants à la simple idée d’un état de choses qui n’a trace de réalité que dans son cerveau malade et imaginatif (Instruction, p. 5). C’est cette folie aussi qui lui faisait dire, devant maître Akhnoukh Fanous, qu’elle sacrifierait son procès, son mari avec tout son avenir plutôt que de supporter l’ingérence de Rose dans le procès avec l’avocat (Instruction, p. 87-88) [à partir du moment où elle avait envoyé sa rageuse lettre d’amende honorable, Morcos ne traitait pratiquement plus les affaires qu’avec Rose], C’est enfin cette folie qui la poussa à me menacer du revolver devant le vicaire patriarcal ! » (Instruction, p. 108).

44En attendant les développements ultimes du drame, les affaires entamées continuaient de dérouler leurs séquences.

45L’invalidation du testament prononcée par le patriarcat annulait toutes les dispositions testamentaires y compris la tutelle de Bassili sur les waqfs.

46Bassili reprit l’offensive sur le point litigieux. Il s’adressa au maglis Hasby qui lui alloua la gérance des waqfs le 14 juin 1908.

47Le lendemain, Morcos dicta à Marie une requête qu’elle signa et expédia au patriarcat, dans laquelle elle relatait le jugement adverse et priait le conseil patriarcal d’établir clairement leurs statuts de curatrices à elle et à Rose.

  • 11 Conseil de contrôle et de mise en tutelle et curatelle.

48Le 17 juin 1908, le patriarcat confirma les deux curatrices dans leurs fonctions et leur enjoignit de s’acquitter aussitôt de leurs charges... Puis le même patriarcat protesta auprès du maglis Hasby11 et lui adressa copie de jugement d’un cas similaire où le maglis avait décliné sa compétence. Le maglis, le 25 août 1908, répondit par une confirmation de son incompétence dans les matières concernant les chrétiens. Cette incompétence du maglis Hasby constituait le pivot de toute l’affaire de Neguib, sa femme et sa sœur. En effet, si le maglis Hasby détenait l’autorité, l’interdit prononcé par le patriarcat contre le testament d’Hélène Boghdadi était ipso facto frappé de nullité, et la gérance des waqfs revenait à Bassili, conformément à la présumée volonté de la légatrice.

49Pour éviter de nouvelles contestations sur ce point où le jugement administratif qui avait été prononcé n’avait pas le poids de la chose jugée, Morcos fit demander à l’assemblée du conseil du maglis Hasby de débattre le fond de la question. L’assemblée fixa l’audience au 29 novembre 1908, date qui fut inscrite sur la feuille même de la pétition.

50Les intéressés, accompagnés de leurs avocats, se rendirent à l’audience au jour dit. Puis ils quittèrent la salle durant les débats et y revinrent pour entendre le président de l’Assemblée prononcer un verdict définitif, stipulant l’incompétence du maglis. « La décision a été enregistrée, de la main même du président, dans le procès-verbal de l’audience et elle y demeure aujourd’hui encore dans le registre des procès-verbaux, à la date du 30 novembre 1908 », écrit Morcos Fahmy dans son Mémoire de 1912.

51Le même jour, le 30 novembre 1908, fort du jugement, Morcos entreprit une nouvelle procédure contre Bassili. Il envoya son clerc demander au greffe du tribunal la copie conforme du jugement afin de l’insérer dans son bordereau. Le scribe en entreprit aussitôt la copie et la promit pour le lendemain. Mais le lendemain le greffier dit au clerc venu retirer le document que le président de la cour avait refusé de livrer la copie sous le prétexte « que le jugement d’incompétence n’a pas été arrêté ».

52Morcos « soumit la question officiellement au Premier ministre, Mohamed pacha Saïd. Le ministre fit mander le Gouverneur chez lui. Celui-ci reconnut qu’il y avait eu une audience et que la décision avait été rendue et prononcée publiquement. Il ajouta seulement qu’il s’était ensuite aperçu que le maglis était mal formé parce qu’il ne comptait pas un membre de la famille de Neguib ».

53Après cette mystérieuse subtilisation d’un jugement rendu en bonne et due forme, le conseil du maglis se réunit à nouveau le 16 décembre 1908 et réitèra à l’unanimité des voix l’énoncé de son incompétence.

54Cette détermination à établir l’indépendance administrative des communautés chrétiennes vis-à-vis du maglis Hasby figurera parmi les chefs d’accusation de Morcos au parquet et comptera parmi les motifs de radiation au conseil de discipline en 1911.

55Toutefois, l’énoncé du 16 décembre 1908 ne dénouait pas le nœud gordien, loin de là : il déférait le requérant à la mahkama sharyia. Saisissant la bouée, Bassili, entreprit une action auprès de la mahkama sharyia pour interdire Neguib et pour enlever à Rose et Marie la gestion des waqfs. Le 12 mai 1909, il obtenait gain de cause.

56Désespérées, les deux belles-sœurs, sans consulter leur avocat, adressèrent une pétition à Sir Eldon Gorst, gouverneur anglais qui ne daigna pas en accuser réception.

57Elles suggérèrent alors de demander aux autorités la promulgation d’un décret, jumeau du décret de 1896, qui désignerait nommément la communauté chaldéenne. Morcos leur expliqua l’erreur de tactique. Si la validité des décisions chaldéennes n’était décrétée qu’en 1909, ces décisions étaient sans efficacité aucune en janvier 1907, époque où le patriarcat interdit le testament, et qu’un décret récent ne profiterait donc qu’à Bassili, leur adversaire. Il était plus sage de poursuivre la bataille du principe sur la désignation « communautés chrétiennes ».

58Sur ce, les deux dames décidèrent de chercher abri dans l’une des communautés affranchies par le décret de 1896.

  • 12 Tribunal copte orthodoxe.

59Après que, par la voix du Nonce apostolique, l’église catholique eut rejeté leur admission, après que Morcos eut refusé de s’adresser au maglis Milly12 dont il était membre du conseil, elles se tournèrent vers l’église protestante.

60Akhnoukh Fanous, président du maglis protestant, réunit un conseil de douze membres et l’Eglise protestante décida de les prendre sous son aile. Puis, à la date du 28 mai 1909, le maglis protestant prononça l’interdit contre Neguib et nomma Rose et Marie curatrices. « Quarante jours après, [...] la direction du patriarcat invita les curatrices à faire l’inventaire de la succession de l’interdit et à payer les droits de succession proportionnellement à la part de l’interdit. Ces droits variaient entre deux mille livres et quatre mille livres.

61Or les curatrices ne pouvaient rien payer: elles ont offert de s’engager à payer mille cinq cents livres [...] dans les cas où les procès intentés devant les tribunaux seraient jugés en leur faveur.

62Le patriarcat a eu la générosité d’accepter cette proposition, l’engagement fut signé dans la forme la plus claire, en indiquant que cette somme représentait les frais impayés ». Les deux curatrices ne furent toutefois pas à même d’acquitter la redevance de mille cinq cents livres. Elles payèrent huit cents livres en attendant de pouvoir compléter la somme.

63Pendant qu’il débattait la querelle autour de la compétence entre les deux juridictions, la protestante ou la shariya, par devant le tribunal civil, Morcos Fahmy assistait Neguib Fahmy à l’enquête du parquet. Il s’était déjà inscrit en faux contre des accusations dont il ne connaissait que trop l’origine. Comme par hasard, le 14 juin 1909, au cours d’une audience éclata l’incident mentionné plus haut, qui, de prime abord paraît incongru mais qui va pourvoir en calomnies et chantages les cumuls d’une haine vengeresse.

64Morcos plaidant pour sa partie se vit interrompre par l’avocat adverse, Ahmed Abd al-Latif, avocat de Bassili qui, peut-être à bout d’argument, obéissant probablement à quelque impérieuse injonction, accusa Morcos d’avoir détourné vingt-deux mille livres appartenant en propre à ses mandatrices, qui, elles, démentirent séance tenante. Morcos attaqua Abd al-Latif en diffamation. Abd al-Latif contre-attaqua en accusant Morcos, lui, de l’avoir diffamé à la même audience. Une enquête fut ouverte. L’accusation de Abd al-Latif à rencontre de Morcos fut réfutée par le procès-verbal de l’audience et par le témoignage de deux des juges siégeant.

65De plus, Morcos produisit les reçus avec les quittances des multiples créanciers à qui les Moussalli et Chedid devaient les sommes qu’il leur avait versées. Puis il montra les reconnaissances d’emprunts de ses mandatrices, prouvant qu’il n’en avait même pas récupéré le moindre montant (Instruction, p. 12, novembre 1909).

66« C’était plus qu’il n’en fallait pour arrêter l’instruction  » (Mémoires, p. 75). Assermentée, Marie appuya les dires de Morcos et affirma que c’était elle, au contraire, qui lui était redevable de sommes considérables (Instruction, p. 27, 14 novembre 1909). Quelle fut l’œuvre de la justice en réponse à cette parfaite corroboration des dires et des preuves ? Le procureur obligea le substitut du parquet de Sayeda Zeinab à revenir sur sa décision déjà rédigée, qui donnait suite à l’action diffamatoire contre Abd al-Latif. Il en ordonna le classement. Et, tout simplement condamné à une légère amende, Abd al-Latif obtint du parquet la « permission inouïe  » de recommencer l’interrogatoire de Marie, « avec le privilège de l’interroger lui-même  » (Mémoire, p. 75).

67« On faisait de l’inquisition et on voulait la persécution. On pouvait espérer que les Dames avaient quelque raison de m’accuser » (Mémoire, p. 75). En effet, les récriminations de Marie avaient fait tache d’huile. Sa mauvaise humeur s’exprimait par des missives réitérées à son avocat : le 8 août 1909, « Je proteste, écrit-elle, contre les deux cents livres que vous m’avez affirmé faussement avoir dépensées pour mon intérêt » et le 27 août 1909, « Je regrette que vous ne témoigniez à mon endroit aucune sollicitude ni intérêt ».

68Elle maintint toutefois ses positions lorsqu’on la questionna à nouveau. « On se présenta chez elle une seconde fois le 17 novembre 1909. On insista, on discuta, on la fit jurer en invoquant toutes les saintetés connues, elle persista dans sa première déclaration ».

69Le parquet laissa l’affaire tomber dans un apparent oubli.

70Le procureur qui avait promis à plusieurs reprises de la classer définitivement s’en garda bien. A l’occasion d’un des rappels de Morcos, il lui écrivit ces lignes qui ont été versées au dossier : « Je prie que ce soit pour samedi : je suis très honteux de ce retard forcé  » (Mémoire, p. 76). Il gardait suspendue son épée de Damoclès. Tous les éléments d’une machination étaient en place.

La machination

71Ce même mois de novembre 1909, Neguib Fahmy, accablé par la persécution dont il était l’objet, avait présenté aux autorités un rapport où il attribuait cet acharnement pervers au fanatisme religieux. Le procureur avait tout naturellement attribué l’écrit à l’avocat du plaignant, Morcos.

72Il le convoqua par lettre, laquelle lettre a également figuré au dossier de Morcos, pour le persuader d’amener Neguib à présenter sa démission, moyennant quoi le parquet suspendrait ses poursuites. Il ajoutait qu’il n’agissait pas de sa propre initiative mais qu’il exprimait le vœu des autorités supérieures. Après une longue discussion où Morcos finit par répondre qu’il reconsidérerait la proposition et tout en le raccompagnant, le procureur laissa tomber gracieusement : « Ecoutez, j’avais oublié jusqu’à présent votre affaire personnelle, je vous demande pardon, j’en suis très honteux, je vous promets sur mon honneur que lorsque vous viendrez, après ces trois jours, je vous signerai un non-lieu qui vous satisfera sous tous les rapports ».

73Le chantage était clair.

74Ecoeuré Morcos ne revint pas dans le délai qui lui était octroyé, il ne transmit le message ni à Neguib ni à son père, sachant que si Neguib démissionnait « c’était sanctionner sa propre culpabilité, justifier l’attitude du procureur et lui éviter les ennuis de l’acquittement » (Mémoire, 1908).

75Lorsque par la suite les deux intéressés eurent connaissance du marchandage, ils remercièrent Morcos de son silence. Et Morcos, devait apprendre que, loin de l’avoir chargé de transmettre « leur vœu » comme le prétendait le procureur, « les autorités supérieures » voulaient poursuivre l’affaire pour établir la vérité. Alors, pour casser cette indomptable défense contre laquelle le parquet, impuissant, avait invoqué les secours de l’Olympe juridique, provoquant par ses appels le sarcastique commentaire de L’Egyptian Gazette : « It is the first time in the annals of Justice that the Prosecution claims protection against the Defense », pour réduire ce géant à leur dimension, les nains déchaînés contre Neguib Fahmy se retourneront contre Morcos. On lui inventa, comme pour l’enquête des Chemins de fer, tant d’accusations personnelles dégradantes qu’après les avoir toutes magistralement réfutées, il les mentionna dans sa plaidoirie pour souligner la mauvaise foi des accusateurs de Neguib. Une de ces fables dérisoires mérite d’être rapportée comme spécimen du genre. Laissons-en le récit à Morcos :

76« Un certain Guirguis Matta était parmi les accusateurs de Neguib bey. Le 6 mars 1910, il envoie d’Alexandrie une lettre au Chef des Exploitations des Chemins de fer, dans laquelle il retire son accusation contre Neguib bey.

77Le Chef de l’Exploitation transmet celte lettre au parquet. A son bureau, on avait comme d’habitude, traduit la lettre pour la lui soumettre : on garda cette traduction et par un hasard providentiel on y avait attaché l’enveloppe de la lettre cachetée par le bureau de poste de Moharrem bey à Alexandrie.

78Je constatai avec étonnement, en étudiant le dossier, que ce Matta Guirguis avait adressé au parquet, en date du 21 mars 1910, une nouvelle lettre dans laquelle il m’accusait de lui avoir fait écrire sa précédente lettre adressée au Chef de l’Exploitation. Il prétendait que je l’avais fait venir au Caire, qu’il y était arrivé par le train de 6h30 du soir, que je l’attendais à la gare et que nous aurions écrit cette lettre dans la maison de Neguib bey. La dénonciation était toute circonstanciée, pleine de détails et de menus faits qui n’admettaient aucun doute : on y lisait jusqu’aux couleurs des tapis et des meubles de la maison. Il affirma que nous l’avions envoyé avec le domestique de Neguib bey jusqu’à Galioub par le train de 11h 30 du soir pour jeter la lettre dans le wagon-poste du train correspondant qui part d’Alexandrie à 11h et ce, pour faire croire au destinataire que la lettre avait été envoyée d’Alexandrie par la poste.

79Le dénonciateur, qui était lui-même agent de poste, ajoutait que les lettres confiées au wagon-poste du train, même lorsqu’il est encore à la gare d’Alexandrie, sont cachetées (Alexandrie-Le Caire).

80Comme on le voit, toute la dénonciation était appuyée sur la conviction que l’enveloppe de la lettre était perdue.

81L’enveloppe fut présentée à la cour. Elle était cachetée par le bureau de Moharram bey à Alexandrie avec la mention que la lettre avait été remise à la poste à 10 h 10 du soir, c’est-à-dire au moment même où cet homme prétendait se trouver avec moi au Caire pour écrire cette lettre.

82Quelques jours avant les plaidoieries (en mai 1910), nous avions constaté dans les registres de l’Hôtel de France à Alexandrie que le substitut instructeur (du procès) s’était trouvé dans cet hôtel les 16, 17, 18 mars 1910. La dénonciation de Guirguis Matta était datée trois jours après.

83Le jeu fut découvert et le coup avorta. On n’eut que le désagrément d’un scandale qui fut publié par les journaux (Procès-verbal d’audience et Al-Mokattam, 12 juin 1910). Ajoutez à cela que ma défense de Neguib bey était une attaque violente contre le parquet.

84Il y eut des témoins à décharge qui sont venus déposer que l’affaire était ourdie par Nessim Fahmy sous l’instigation, leur assurait celui-ci, du procureur général en personne (Procès-verbal d’audience) ».

85Dans l’impossibilité de nier le timbre officiel du bureau de poste de Moharrem bey à Alexandrie comme d’infirmer sa datation avec la mention de l’heure de la levée du courrier, on s’en prit à l’autre témoin muet.

86Le registre de l’Hôtel de France aurait été falsifié par Morcos Fahmy !... Un Maurice Leblanc, doublé d’une Agatha Christie, n’aurait pas mieux élucubré. Incapable d’affubler son invention d’aucune apparence de crédibilité, le parquet classa l’affaire.

87A la rentrée des vacances, Marie commença à remuer.

88Il convient ici de retourner en arrière pour comprendre la volte-face haineuse de Marie.

  • 13 Jurisconsulte islamique suprême.

89En mai 1909, lors d’une séance où les héritiers Moussalli se trouvaient présents, un évêque chaldéen avait émis l’opinion que suivant la loi chaldéenne, Rose devait légalement hériter, d’autant plus qu’il y avait un testament relevant directement du patriarcat : « Ces mots tombèrent comme la foudre sur la tête de Marie » qui commença par nier, se référant au moufty13, puis, interpellant Morcos : « L’opinion de l’évêque est-elle véridiqut ?  ». Morcos répondit par l’affirmative et Marie d’attaquer : « Ainsi vous conseillez aussi à Rose de réclamer sa part d’héritage et vous voulez nuire à mon mari et vous savez que si Rose entendait ces mots elle ne pourrait se taire ». Dans sa rage, Marie alla jusqu’à dire ceci, consigné au procès-verbal : « Et il a été prouvé que Morcos ne cherchait que notre ruine et qu’il a encouragé Rose dans ses présomptions d’héritière ! ».

90Pour mettre le comble à la « traîtrise » de Morcos, le Patriarche chaldéen vint au Caire en août 1909. Il décida que l’héritage relevait de sa juridiction et que le tiers revenait à Rose, les deux tiers à Neguib. Il tenta un accord avec Bassili moyennant un dédommagement partiel. Tous les cohéritiers acceptèrent. Mais Marie posa une condition : que tous les bénéficiaires reçoivent leurs legs tels qu’ils étaient mentionnés dans les accords, à l’exception de Rose, prétextant que le bénéfice supplémentaire ne lui avait pas été promis en compensation mais uniquement pour procurer des pièces au bordereau du procès et que, cet accord annulant le procès, il n’y avait plus à envisager de frais.

91Cette opposition de Marie arrêta la conclusion de l’accord et consacra l’inimitié des deux belles-sœurs. Le Patriarche rédigea un rapport contredisant celui du curateur et posant clairement le principe de l’héritage : un tiers à Rose, deux tiers à son frère.

92Marie déposa que c’était Morcos qui avait fomenté le coup et que « Morcos, Rose et le Patriarche se réunissaient en de nombreuses audiences secrètes ». Elle prépara une vengeance en demandant au conseil évangélique de rayer Rose de leur communauté. Convoquée à l’audience fixée pour examiner sa requête, elle se ravisa et l’annula. Elle se tourna alors vers Bassili et chercha à se raccommoder avec lui. Elle multiplia les démarches de la mi-août à la mi-novembre 1909, se laissant traîner par Bassili d’avocat en avocat, jusqu’à ce que finalement il l’emmena chez maître Abd al-Latif, son propre avocat, qui avait publiquement humilié Marie, l’accusant à l’audience (c’était apparemment une habitude) de voler les biens de son mari séquestré : et, lorsque soumise, elle le pria d’élaborer un accord entre elle et son client, il refusa tout bonnement.

93En même temps qu’elle poursuivait la réconciliation avec Bassili, elle rédigeait contre Morcos une plainte adressée au maglis par l’entremise d’Akhnoukh Fanous, ami présumé de Morcos, qui reçut la plainte en septembre 1909, à Alexandrie, et qui en parla à Morcos dès son retour au Caire en octobre. Excédé des ragots, sûr de ses agissements, Morcos pria Akhnoukh de réunir un conseil pour vider au plus vite les querelles de Marie. C’était un téméraire défi. La séance fut fixée au 12 octobre 1909.

  • 14 Il s’agissait de Marie et ses frères.

94Marie se présenta avec ses trois frères et deux amis, Neguib Angouri et Khalil Moutran. Sachant à quels falsificateurs14 il avait affaire, Morcos demanda, avant l’ouverture des débats, que l’on établisse le procès-verbal de tout ce qui serait dit de part et d’autre. « Akhnoukh fit preuve d’un zèle infatigable pour la cause de Marie, rédigeant lui-même le procès-verbal et recherchant pour transcrire les griefs de la requérante le terme comportant le plus grand discrédit, lorsque Marie n’avait pas su le trouver. Et lorsqu’elle s’enferrait dans des déclarations qui auraient pu se retourner contre elle, il leur apportait les correctifs nécessaires, ou bien même les omettait s’il y avait lieu ».

95Marie accusait Morcos d’avoir hypothéqué ses titres sans sa permission. Morcos produisit alors l’autorisation signée par elle. Ses autres assertions furent contredites par ses propres témoins. Akhnoukh enregistra pourtant les accusations et contresigna l’acte.

96Mais lorsque Marie voulut prétendre que la reconnaissance des mille livres, que le vicaire avait transférée au nom de Morcos, représentait une somme demandée par Morcos pour influencer le jugement du patriarcat et que Morcos lui fit remarquer qu’elle compromettrait ainsi sa propre affaire, Marie se dédit et reconnut la vérité.

97Le maglis leva l’audience sans conclure : le réquisitoire aggravé, déformé, ne figura pas moins au dossier du conseil de discipline.

98A la rentrée des vacances de 1910, Marie, porta au parquet une plainte de vingt pages, confidentiellement adressée au procureur général qui faisait fi de ses serments de novembre 1909 où elle avait soutenu l’innocence de Morcos contre les assertions de Abd al-Latif.

99Elle y accusait Morcos d’avoir pris trois mille livres à Rose. Celle-ci fut questionnée, traînée au parquet des journées entières, obligée à présenter le compte de sa fortune, un état de ses relations pécuniaires avec son mari, de leurs frais domestiques, un relevé de ses bijoux. On perquisitionna chez son bijoutier dont les registres furent épluchés. Pour l’intimider, on finit par l’accuser de faux. L’expert, le docteur Nolan, infirma la falsification ; on recourut alors à un expert véreux aux prises avec le parquet qui, heureux de s’en tirer à bon compte, dénonça un « faux ». Ce fut en pure perte, Rose ne céda pas au chantage.

100« En dépit de toutes ces exigences de preuves écrites à l’égard de simples témoins, Marie, l’accusatrice, ne présentait elle-même aucune preuve et était même démentie par ses propres écrits : ses lettres du 10 septembre 1908 et du 18 août 1909 mentionnées plus haut ; deux actes d’assignation authentiques faits le 18 juillet 1908 à la requête de Marie et reconnus par elle prouvant qu’aucun paiement n’a été fait à Rose ni aucune cession ; une lettre adressée par elle au patriarcat en date du 12 août 1909 qui la dément ; ses propres déclarations assermentées devant le parquet en novembre 1909 démentent formellement toutes ses accusations d’aujourd’hui ».

101A défaut de conclusion satisfaisante, le parquet ralentit ses activités. Pendant ce temps, pour se venger peut-être de l’accusation de corruption avancée par Marie devant le conseil protestant ou bien pour toucher ses mille livres, le vicaire patriarcal décida d’authentifier le testament, ce qu’il fit le 27 décembre 1910, et il nomma Antoine Carali curateur conjointement avec Bassili Moussalli.

102Il fournissait ainsi un nouvel argument à Marie qui put dire au parquet que Morcos avait poussé le vicaire à cette volte-face pour plaire à Rose. Pourtant la validation du testament portait un préjudice identique à Rose puisqu’elle annulait son héritage légal.

103Non contente de déblatérer, Marie se rendit chez Carali pour lui défendre d’assumer la fonction de curateur qui lui avait été dévolue, à elle, le menaçant, s’il ne lui obéissait pas, d’avoir à subir les avalanches de ses calomnies à longue portée.

104La période de réajustement révolue, des témoins surgissent au parquet sans que Morcos y soit appelé. « L’on voit apparaître l’évêque Khondabache comme témoin, sans savoir comment et pourquoi ce témoin fut mandé par le parquet [...]. Interrogé sur l’existence d’une prétendue créance de trois mille livres, il se trouve avoir connaissance de cette créance de madame Chedid [...] après en avoir entendu parler par un prêtre d’un autre patriarcat. Le parquet se garda bien d’interroger le prêtre de cet autre patriarcat, le véritable témoin, celui que l’évêque déclare lui-même être le seul à connaître le fait et qu’il ne le rapporte lui, que par ouï-dire ».

105Contre cet évêque Khondabache, Marie avait rédigé en 1907 une plainte adressée au Patriarche chaldéen demandant « le transfert » de l’évêque parce que, au Caire, son comportement portait un grave préjudice à l’église chaldéenne.

106Par ailleurs, le tableau des accusations s’enrichit. Morcos fut accusé d’avoir, en 1909, décidé la plaignante à déposer en sa faveur. « Le procureur général m’aura fait cette gracieuseté inappréciable de m’épargner les accusations d’avoir décidé les sept autres témoins à déposer en ma faveur », ironise Morcos.

107Dans la nomenclature des méfaits, dressée par le procureur général, une des non moins savoureuses trouvailles est d’avoir gratuitement aidé une dame dans une affaire la concernant. L’acte d’accusation précise que « cet acte isolé de pitié pure est une (quasi) gestion d’affaire incompatible avec la politesse suprême de l’avocat ! ».

108A côté de l’incrimination d’extrêmes raffinements dans la politesse reparaît l’accusation de détournement de vingt-deux mille livres qu’avait en 1909 portée Abd al-Latif.

109Interrogée, Marie affirma sans sourciller qu’en juin et en novembre 1909 elle avait menti lorsque, sous le sceau du serment, elle avait défendu Morcos, parce que celui-ci l’en avait priée. Mais il y avait deux lettres adressées au patriarcat entièrement écrites, signées et reconnues par Marie, qui détruisaient l’accusation.

110Le parquet arrangea les choses et osa « avancer au milieu de l’instruction que l’une d’elles a été écrite au mois de novembre 1909 ». Cette prétention était démentie par le texte même de la plainte et par les premières déclarations de Marie, constatées en première page de l’instruction, comme elle est démentie par ses propres déclarations de 1909 ainsi que par les affirmations de tous les témoins, à l’exception des frères de Marie, et par toutes les autres lettres et les écrits de Marie.

111On se tourna alors vers le registre du patriarcat. Il confirma les dires de Morcos.

112Comme le subterfuge du faux avait déjà servi d’office, le parquet fouilla le registre de sa propre initiative sans que personne, même Marie, ait jamais formulé le moindre soupçon sur sa véracité. On extirpa du registre un procès-verbal de compte d’enfants mineurs contresigné par leur tuteur, nommé Sobhany, décédé dix jours auparavant, qui n’avait jamais eu rien à voir avec l’affaire Moussalli. Le parquet crut voir un léger grattage sous la signature de Sobhany. Il conclut à la falsification de la signature et l’attribua à Morcos Fahmy. La mort ayant éliminé l’accusateur réel et les mineurs sous tutelle n’ayant pas qualité pour témoigner, le parquet crut détenir là une source insondable de conjectures.

113C’était d’autant plus absurde que « la signature d’un tuteur mort n’est nullement nécessaire pour justifier un procès-verbal, dressé par un juge du Statut personnel que personne n’accusait.

114L’insanité de la calomnie saute aux yeux, déclare Morcos.

115Il n’y a aucun rapport entre cette signature d’un tuteur mort et la lettre de Marie Moussalli [...] ».

116Le parquet essaya d’obtenir une dénonciation de Marie Moussalli sur le sujet : « Elle répondit formellement qu’elle ne pouvait pas, qu’elle ne savait rien ni de cette signature ni de tout ce qui est inscrit au registre ».

  • 15 Dr Nolan, de nationalité anglaise, expert en écriture et contrôleur de la sûreté.

117Le procès-verbal du registre avait été dressé dix-huit mois auparavant. On convoqua le docteur Nolan15 que l’on avait appelé déjà à la première prétention de faux, pour savoir si la signature y avait été récemment apposée, parce que évidemment, le faux n’avait pu se pratiquer du vivant du tuteur. Mais on l’appella sans lui délivrer l’ordonnance que doit tout juge à un expert nommé et on ne lui donna pas de spécification écrite de sa mission.

118Le docteur Nolan étudia le cas. « Le 20 février 1911, Monsieur le Dr Nolan entra chez le substitut pendant qu’il poursuivait l’instruction en ma présence. Il lui dit à haute voix : "J’ai examiné le registre, j’ai fait plusieurs expériences, il n’y a absolument rien sur le registre".

119Le substitut se lève, alarmé par cette courte phrase, va au devant de Monsieur Nolan, l’emmène en dehors de la chambre, en lui disant à la porte : "Est-ce que vous n’avez pas vu le pacha ?". Ils sont sortis pour causer librement d’une affaire qui était la mienne, à moi seul, parce qu’il y allait de ma vie, de mon honneur avec celui de toute une famille. Ils sont restés vingt minutes au moins : le substitut est rentré seul, beaucoup plus pâle et l’air abattu ».

120Il y avait ce jour-là, dans le bureau du substitut, un témoin, Elias Ghoraïb qui attendait le substitut pour l’accompagner à son propre bureau, où on voulait compulser ses registres : « Le malheureux, dit Morcos, avait déposé en ma faveur ! Il entendit le substitut encore impressionné par la communication du docteur Nolan et n’espérant plus reprendre celte question de faux, dire à la dame Marie qui lui parlait du registre : Il n’y a plus à prétendre ce faux, parce que la signature étant ancienne, on ne pouvait pas deviner que Sobhany devait mourir juste 10 jours avant l’audience ». L’incident fut rapporté à Morcos par Ghoraïb le jour même.

121Le docteur Nolan part pour l’Angleterre et le parquet déclare qu’il n’a donné de réponse ni positive ni négative.

122Morcos écrit alors au docteur Nolan « pour lui demander l’objet de sa mission et le résultat de ses recherches ». Voici le texte de sa réponse à la date du 8 juin 1911 :

« En réponse à votre demande, je m’empresse de vous informer que je n’ai aucune objection à vous expliquer la mission à moi confiée par le Parquet dans votre affaire. Ceci consistait en l’examen d’un registre
1 °) Pour savoir si c’était possible de dire si certaines signatures étaient de la même époque que l’écriture à laquelle elles se rapportaient ou si elles étaient plus récentes.
2°) D’examiner selon l’art, certains endroits dans le registre où le papier avait été gratté, et ceci, dans le but de déchiffrer une écriture antérieure, s’il en existait.
Ma réponse à la première question fut que j’avais fait pendant plusieurs années des études critiques sur cette matière et que j’avais trouvé que même les cas les plus favorables présentaient des problèmes excessivement délicats. Dans l’espèce j’étais d’avis que le cas était absolument insoluble. Les méthodes indiquées dans le manuel et suivies aveuglément par la plupart des experts peuvent facilement induire en erreur bien dangereuse.
A la seconde question, j’ai répondu que les grattages n’existaient pas seulement dans les endroits soupçonnés par le parquet. Mais aussi dans d’autres endroits. J’ai traité ces endroits chimiquement, selon les indications de mon expérience spéciale, mais aucun d’eux n’a révélé l’existence d’une écriture antérieure.
Agréez...etc.
Signé Harold Nolan »

123On relance quand même Nolan, une, deux, trois fois. Les réponses suivantes répètent, en substance, le contenu de la première. La dernière, celle du 19 juillet confirme celle du 8 juin. Citons celle du 11 juillet :

« A part le registre, on m’a soumis un document écrit avec deux encres : la partie supérieure en encre ordinaire, la partie inférieure en encre dite d’aniline. Il s’agissait de savoir si cette dernière écriture était ancienne ou récente.
J’ai voulu exprimer à Zaki bey mon opinion ferme qu’une pareille question était impossible à résoudre.
J’ai ajouté, sur un ton d’ironie pure, qu’il ne devrait pas être difficile de trouver un chimiste prêt à répondre à la question d’une manière dogmatique.
Malheureusement, il paraît que Zaki bey n’a pas compris mon observation ironique et, la prenant à la lettre, a soumis le document à un chimiste qui a donné un avis définitif.
Je reste fermement convaincu qu’une pareille opinion ne vaut rien ».

124Effectivement, le parquet convoqua le docteur Auff, médecin légiste égyptien. Malléable par définition, l’individu qui avait été convaincu d’erreurs professionnelles graves au cours d’enquêtes criminelles, détectant l’arsenic dans des liquides inoffensifs et des traces de sang sur des linges tout simplement rouillés et qui, de plus, avait maille à partir avec le parquet, se trouvait l’exécuteur rêvé pour la besogne.

125Effectivement, le parquet convoqua le docteur Auff, médecin légiste égyptien. Malléable par définition, l’individu qui avait été convaincu d’erreurs professionnelles graves au cours d’enquêtes criminelles, détectant l’arsenic dans des liquides inoffensifs et des traces de sang sur des linges tout simplement rouillés et qui, de plus, avait maille à partir avec le parquet, se trouvait l’exécuteur rêvé pour la besogne.

126Le docteur Nolan s’était formellement refusé à émettre une opinion sur place parce que la découverte de la contrefaçon nécessitait l’emploi d’instruments qui ne peuvent pas être transportés tels que microscopes, etc. Il avait affirmé qu’un avis donné sans ces études ne pouvait pas être celui d’un expert. Le docteur Auff débita, à première vue du registre, toutes les machinations souhaitées. En foi de quoi, il fut grassement rétribué. Espérant donner plus de poids aux assertions de Auff, on fit venir un autre Egyptien : un véritable expert celui-là, et d’excellente réputation, Aly effendi Kamal. Ce dernier conclut à l’authenticité de la signature. « On le remercia avec honoraires, mais on garda ce fâcheux incident secret... Le registre était resté entre les mains du parquet du 6 février jusqu’au 5 mars. maître Aly Kamal a répété ce fait à mon beau-frère Mikhaïl Guirguis, à maître Ragheb Wahba, à maître Nicolas Zaccaria et à maître Wahib Doss, » commente Morcos.

127On eut pu conclure qu’après tant de peines, le parquet, qui savait tirer ses armes du néant, se contenterait de l’expertise Auff. Mais non. En quittant ce monde, le malheureux Sobhany ne laissait pas un rébus unique. Il avait contresigné le procès-verbal en arabe et en français et Morcos se devait d’être l’auteur de la contrefaçon des deux signatures. « Quelle audace ! » dira-t-il amèrement dans son Mémoire.

128On soumit le paraphe français à un autre honorable spécialiste, Monsieur Auclair, et il en extirpa une accusation de faux basée sur un rapport circonstancié qui contredisait littéralement et dans les détails le graphisme du texte. Morcos s’empara du registre et du rapport et alla trouver le procureur général. Il le trouva en compagnie de maître Morcos Hanna et il leur démontra à tous deux l’incompatibilité totale de la description des lettres avec leur tracé.

129Le procureur général convint « avec un commencement de dépit » que les descriptions des lettres était fausses. Et il laissa échapper : « Comment donc un homme peut-il faire des constatations aussi fausses ? ». Après réflexion, il ajouta : « Il est possible que l’expert n’ai pas fait la vérification sur ces pages du registre ».

130Morcos fit remarquer au procureur général que « le rapport fait mention des pages du registre sur lesquelles il (l’expert) a prétendu faire la vérification » et « le procureur général lut avec moi, sur le rapport de l’expert, le numéro de cette page qu’il avait sous les yeux ainsi que celui d’une autre page où il y avait une autre signature du même genre ».

131C’est alors qu’il (le procureur général) dit textuellement : « C’est un fait qui ne comporte aucune discussion. Vous voyez, Morcos effendy, que vous n’aviez pas raison de protester contre la nomination des experts parce que la question s’est terminée tout-à-fait à votre avantage ».

132Comme Morcos voulait ensuite souligner les erreurs dans les constatations de la signature arabe, le procureur général protesta que « ce (n’était) plus la peine, l’une des deux signatures étant reconnue, surtout celle en français dont on avait seule des échantillons authentiques, il était évident que la signature était véridique et que l’opinion des experts n’est, dans tous les cas, qu’une opinion problématique et ne vaut que comme simple présomption ».

133« Malgré cette affirmation du procureur général nous vérifions les prétendues irrégularités de la signature arabe. Le procureur général convient avec une colère concentrée que le rapport est démenti par les signatures elles-mêmes.

134Trois heures après, je fais part de l’incident à Monsieur le ministre de la Justice.

135Le rapport de l’expert a depuis lors disparu du dossier et il y a été substitué un rapport nouveau, poursuit Morcos. Les preuves de la substitution du rapport sont contenues dans la lettre que j’ai envoyée à Son Excellence le ministre de la Justice quelques heures après mon entrevue avec le procureur général. J’y faisais allusion aux fausses constations de l’expert, constatations qui n’existent plus dans le second rapport, car il n’est pas possible que je constate auprès du ministre de la Justice des preuves inexistantes.

136De plus, l’expert a été mandé chez le procureur général le lendemain même de la discussion et est resté avec lui pendant une heure environ et maître Morcos Hanna, avocat, a assisté à toute ma discussion avec le procureur général et a lu le rapport avec nous ». On saura plus tard la valeur de ce témoignage.

137L’expert, Monsieur Auclair, nourrissait des motifs de rancune personnelle contre Morcos Fahmy qui avait dévoilé à la cour des contradictions flagrantes dans des rapports successifs présentés sur un même document, lorsqu’à l’instance d’appel les intéressés avaient changé d’avocat. Le procureur, décidément, faisait montre de génie dans le choix de ses acolytes.

138Il n’en avait pas fini pour autant d’exercer ses talents diffamatoires. Après lui avoir concédé l’art du faussaire, il allait attribuer à Morcos la maîtrise dans l’escroquerie et la turpitude dans la corruption.

139Morcos avait été touché par la crise économique, tout le monde le savait. Il avait abandonné une fortune pour faire face aux créances. Dans cette débacle, deux dettes de moindre importance n’avaient pu être soldées.

140Mais les intéressés avaient accepté les délais demandés par leur débiteur pour le règlement de la situation. Le parquet les envoya quérir et travestit les transactions en actions pauliennes. L’une des deux affaires se prêtait à des circonstances aggravantes de choix.

141Le créancier, le docteur Musso, vivant avec sa mère, Madame Musso, on substitua le nom de la mère à celui du fils parce que, comme elle était âgée, il était facile de transformer la transaction en abus de confiance et, pour que cet abus fut plus odieux, on inventa que Morcos avait été son mandataire.

142Elle n’avait jamais vu Morcos, déclara-t-elle, et son fils corrobora ses dires.

143Ce fut en vain. Le parquet dressa procès-verbal des déclarations, de la mère et du fils, mais retint l’action paulienne doublée d’un abus de conscience professionnelle.

144« Les déclarations de ces deux plaignants font un contraste frappant, je dirais même honteux, avec toutes les déclarations de la plainte. A côté de ces désaveux de la rédaction, la plainte nous fait sentir la main qui travaillait à ma persécution. Il suffit de relever une seule phrase. On lit : "Morcos ne possède même plus sa plume" (p. 7, vol. II, Imprimé). Nous trouvons cette même phrase dans la plainte signée par Gallini pacha et présentée au mois de novembre 1909 par l’avocat dénonciateur que nous connaissons. La preuve que cette dénonciation est faite par cet avocat, quoique signée par Gallini pacha, est la déclaration de Gallini pacha lui-même au procès-verbal du 20 novembre 1909 (p. 5, vol. III).

145Cette même phrase, nous la trouvons aussi dans les conclusions écrites du parquet. C’est une espèce de mot d’ordre convenu entre un groupe travaillant dans un seul but ».

146La dénonciation de Gallini pacha Fahmy, mentionnée plus haut, est une aventure tellement invraisemblable qu’on aurait peine à y ajouter foi, si l’on n’avait connu la légendaire bonté de Morcos qui poussait les gens les moins nécessiteux à abuser de lui.

147Dans sa défense devant le conseil de discipline indigène, Morcos raconta le guet-apens où il était tombé grâce à la duplicité d’un ami dont il avait été l’avocat bénévole, traitant durant huit années au nom de l’amitié et sans aucune contrepartie ses affaires, qu’elles soient importantes ou minimes. Et il ne se trouva personne, parmi ses pires ennemis, qui osât contester la vérité de ses affirmations.

  • 16 Fils de princesse et futur membre du triumvirat de régence constitué lors de la déposition de Farou (...)

148« Gallini pacha Fahmy avait acheté, en association avec d’autres dont moi, une propriété appartenant à Abd al-Aziz pacha Izzet16. Puis vint la crise. Il m’offrit alors d’acheter sa part (Morcos avait lui-même laissé filer toutes ses propriétés). Je refusais. Il n’en parla plus pendant longtemps. Puis un jour où nous étions au Continental [Hotel] en compagnie de Ibrahim bey Zaki, le juge, Gallini me dit : "J’ai décidé de quitter l’Egypte et tu es ici mon seul ami et je possède cette terre que tu as refusé d’acheter, quoique tu sois tenu de chercher à me rendre service. Alors, s’il te plait, pour que tu sois ici mon représentant et que tu puisses vendre cette terre pour moi et que tu saches en toucher le prix, il est urgent que cette terre t’appartienne en propre, et que tu détiennes un acte t’autorisant à en disposer à ta guise".

149J’ai catégoriquement refusé. Il dit alors : "Je suis ton ami et tu es mon ami et il n’est pas pensable que je sois réduit à te supplier et il n’y aura entre nous aucun contrat astreignant. C’est une simple garantie pour ta liberté d’action".

150Puis il a ajouté, pour m’attendrir : "Il est possible que ce soit ici notre dernière entrevue car j’ai décidé de quitter l’Egypte définitivement". Ibrahim bey Zaki ayant vu que je me laissais toucher et connaissant ma faiblesse en face de mes amis, s’immisça dans la discussion et suggéra au pacha : "Vous pouvez donner à Morcos une procuration avec pleins pouvoirs et le problème sera résolu". Gallini pacha répondit : "Nous sommes des amis et vous ne savez pas tout ce qui est entre nous. D’un autre côté, je ne serai pas ici et c’est Morcos qui paiera la différence du prix, s’il mène l’affaire à bien. Il est donc impérieux que la terre soit inscrite à son nom et je jure que ce papier sera à son entière disposition dès mon retour en Egypte".

151J’ai cru au serment d’un homme que je croyais mon ami. J’ai rédigé l’acte sur une feuille de papier imprimée au nom de l’Hôtel Continental. Il consistait en trois lignes et fut libellé deux heures seulement avant le départ de Gallini pacha, alors que je savais pertinemment qu’il s’était évertué, deux mois entiers mais en vain, à vendre cette portion de terre.

152Il partit et reparut après trois mois le plus naturellement du monde et il devint évident que cette comédie de départ définitif avait été jouée dans le but de m’impressionner.

153Je lui ai demandé de me rendre le papier et de reprendre sa terre dont les titres n’avaient pas été transcrits à mon nom et dont je n’avais disposé en aucune façon. Il répondit : "Comment cela se peut-il ? Y a-t-il un avocat qui s’engage par écrit et revienne sur ses engagements ?".

154Je me repentis mais trop tard.

155J’ai essayé de faire face à ce nouveau revers.

156Il a exigé des traites que je lui ai livrées dans l’espoir que je pourrais les acquitter ».

157Et lorsque ce triste sire, nanti de ses traites, voulut saisir les biens immeubles de Morcos, qui n’en possédait plus, il prétendit que Morcos avait détourné ses terres au nom de sa femme parce que lui, Gallini, convoitait un lot de cent feddans achetés en 1897 par la femme de Morcos et dont Morcos produisit les actes de propriété pour en établir l’ancienneté.

158« Telle est l’histoire de Gallini pacha, un homme qui s’est appliqué à amorcer un ami et l’a pris par la force du droit qui n’est pas toujours compatible, dans ses principes, avec les devoirs de l’amitié et les lois de l’honneur ».

159Et Morcos aurait pu faire sienne alors l’invocation voltairienne : « Seigneur, délivrez-moi de mes amis ! »

160L’affaire Musso fut retenue en dépit des déclarations des deux intéressés. Le parquet ne pouvait pas renoncer à cette imputation de malversation.

161Car c’était sur ce terrain professionnel avant tout autre qu’il fallait abattre le sauveur de Neguib Fahmy, l’homme intègre dont l’esprit pénétrant avait déjoué les machinations du parquet lors de l’enquête des Chemins de fer et dont le courage s’était acquis l’estime des juges. Il fallait le présenter comme un corrupteur éhonté qui n’obtenait gain de cause qu’au prix de l’honneur.

162Les mille livres léguées par Hélène Boghdadi au vicaire patriarcal en sa qualité de curateur de l’Eglise chaldéenne, dont Marie et Rose avaient garanti le versement au cas où le testament était annulé et dont Morcos avait renvoyé à Marie la traite réécrite à son nom, ces mille livres-là, Morcos fut accusé de les avoir demandées pour obtenir du vicaire l’annulation du testament.

163Les témoins — depuis les autres cohéritiers et Rose et même Marie jusqu’au vicaire — défilèrent tous en kyrielle pour porter le même et unique témoignage que ce n’était là que le duplicata du legs au vicaire.

164Les assertions furent transcrites mais l’accusation demeura ancrée au dossier.

165Le billet à ordre de six cents livres souscrit à Thomas Sioufy, le fils adoptif, datait de la même époque, c’est-à-dire avant que Morcos fut mandaté par ces dames. Le parquet décréta que Morcos aurait promis cette somme à Sioufy pour l’amener à dénoncer au tribunal la déchéance mentale de la testatrice. L’enquête obtint les mêmes dénégations que pour la précédente accusation avec, en plus, une lettre de l’évêque chaldéen, datée d’août 1907, adressée à Rose et qui établissait clairement que Morcos était étranger à l’entente avec Thomas Sioufy.

166Thomas Sioufy avait d’ailleurs soutenu au tribunal la validité mentale d’Hélène Boghdadi, ce qui nuisait à l’intérêt des mandantes de Morcos ; et Morcos, qui maniait la maïeutique avec un art consommé, l’avait contraint à reconnaître les défaillances de cette validité. Il avait, de plus, instamment demandé les témoignages de maître Azi2 Khanki et de Anwar bey Khayat qui avaient eu continuellement accès auprès de la malade.

167En dépit de tout cela, l’accusation de corruption fut maintenue, aggravée de l’incrimination d’avoir, de connivence avec Sioufy, simulé le contredit pour mieux impressionner les juges.

168En même temps que l’avocat, le parquet parvenait à flétrir le patriarcat chaldéen en l’affirmant corrompu. Il se tourna ensuite vers le patriarcat protestant.

169Les huit cents livres versées par les curatrices en acompte sur les mille cinq cents livres fixées pour la taxe d’héritage, devait aussi servir à de noirs desseins. Morcos l’avait offerte à Akhnoukh Fanous pour obtenir l’intégration des deux dames à l’Eglise protestante. Et pourtant, il n’est pas jusqu’à Marie qui n’ait réfuté l’accusation disant que les droits avaient été payés longtemps après la nomination des curatrices. Le dossier s’enrichit quand même de ce nouveau fleuron, au mépris des documents et de l’évidence.

170« De toute cette procédure légale, dit Morcos, on tira un scandale et on cria à la corruption. Tous les faits auxquels je prenais une part quelconque devaient être des crimes. A chaque pas, je distribuais des milliers de livres à titre de corruption ! Mais, par bonheur, ce n’étaient que de simples engagements futurs que je distribuais aux autorités catholiques ou protestantes qui se laissaient corrompre pour un papier sans aucune valeur [...]. Certainement, un grand crime planait sur ma tête et m’a rendu odieux ; c’est [...], pour ne dire que celui que le conseil [de discipline] a inscrit dans sa décision [...], d’avoir lutté pendant trois ans pour affirmer et rétablir la compétence des patriarcats malgré un arrêt de la cour d’appel qui voulait leur enlever cette compétence [...]. Et pourtant, mes efforts ont abouti et le principe que j’ai défendu pendant trois ans devant les tribunaux indigènes — et dont la défense m’a valu une accusation de plus tout en étant comme l’un des motifs des autres — fut à la fin reconnu dans cette même affaire de Neguib Moussalli et par la cour d’appel indigène (arrêt du 4 juin 1910) et par le tribunal mixte du Caire (jugement du 28 juillet 1911) et enfin par la cour d’appel mixte (arrêt du 12 février 1912) ».

171Mais il ne suffisait pas au parquet que Morcos ait pu corrompre un témoin, un prêtre, un président de communauté, il devait se flatter de toucher les incorruptibles juges, sous-secrétaires d’Etat, gouverneurs [...] que son impudence allait jusqu’à qualifier de vendus lorsqu’ils n’avaient pas prononcé en sa faveur...

172On se souvient qu’en 1908, un jugement d’incompétence du maglis Hasby, publiquement prononcé, avait été retiré le lendemain par le juge. Marie vint, en 1911, raconter que Morcos avait alors accusé Bassili d’avoir corrompu le juge.

173Elle prétendit ensuite que les fameuses trois mille livres que Morcos aurait escroquées à Rose, et dont le parquet n’avait pu détecter la trace, Morcos les lui avait demandées, à elle et non plus à Rose, avec tant d’insistance, qu’elle avait cédé devant la promesse de Morcos que cette somme déterminerait le sous-secrétaire d’Etat au ministère de la Justice, Fathy Zaghloul, un ami de Morcos, à promulguer le décret conférant l’autonomie administrative au patriarcat chaldéen.

174Faisait-elle mine d’oublier que lorsqu’elle-même avait suggéré l’obtention du décret, Morcos l’avait mise en garde contre le danger d’un décret récemment prononcé ?

175« C’était Bassili bey qui devait travailler pour ce décret et non point les curatrices de Neguib et leur avocat. On n’achète pas sa ruine définitive pour trois mille livres, » déclare Morcos (p. 44-45).

176Et quand elle ajouta que Morcos qualifia le juge de corrompu, Marie oubliait-elle encore que l’accusation de corruption avait été formulé par son frère Assaad et que Morcos l’avait fait taire ? Il apporte les preuves des mensonges d’Assaad, les témoignages d’Ahmed Fahmy et de Yeghen bey et il conclut :

177« Devant cette parfaite concordance des évènements et des témoignages, le conseil de discipline introduisit ce palliatif éloquent : le fait du payement n’était par prouvé indiscutablement. Voilà un mot incompréhensible sous la plume d’un juge. Le juge ne connaît et ne doit point connaître des faits prouvés discutablement. Le fait est prouvé tout simplement ou bien ne l’est pas du tout. Dans mon affaire, il y eut un genre mixte, une situation spéciale de faits prouvés discutablement. Là où il y a lieu à discussion, il n’y a pour le juge ni culpabilité ni preuve. Il y a l’innocence pure et simple ».

178Ne pouvant établir que Morcos avait dérobé ces trois mille livres, l’accusation fut réduite à ce que Morcos avait simplement « demandé » trois mille livres. « Ramenée à ces termes, elle devient trop ridicule et même impossible pour supporter l’examen », remarque l’intéressé.

179En réponse à l’acharnement de ses ennemis pour établir sa cupidité, il dira fièrement :

1801• « Dans mes relations d’avocat, j’avais arrêté avec mes mandantes les honoraires de trois affaires (voir pièce). J’ai intenté pour elles dix affaires sans aucune convention pour les honoraires [...].

181A la suite de l’arrêt de juin 1908, ma mission déterminée par le contrat était finie. Je pouvais obtenir les honoraires que j’aurais fixés moi-même pour un travail nouveau au lieu de me compromettre par une escroquerie brutale.

182J’ai recommencé un travail des plus ardus. Il m’a fallu accomplir des efforts et subir des déboires inouïs. J’ai bravé trop de sentiments et de penchants. C’était un travail de tous les instants et devant toutes les autorités : au maglis Hasby, au ministère de l’Intérieur, aux Tribunaux indigènes, combattant leur principe, à la cour indigène, proclamant l’erreur de son premier arrêt, au ministère de la Justice, au tribunal mixte, au parquet de la cour indigène, etc. J’avais un droit incontestable à fixer mes honoraires. Si je ne l’ai pas fait momentanément par pitié pour une famille désespérée de perdre à jamais sa fortune et qui me contait sa vie de tous les jours, il est impossible que j’aie songé à cette basse proposition retenue par le conseil.

1832• Dans mes relations pécuniaires, la dame Marie avait déposé chez moi une somme de mille livres. Elle a retiré, dans l’espace de vingt jours, mille cinq cent vingt-huit livres (voir pièce signée Marie, n° x ). Elle continua à me harceler par ses demandes d’argent. Elle me prit une somme totale de trois mille cinquante-cinq livres égyptiennes (voir pièce signée Marie, n° x ).

184Dans ma conduite dans les affaires aux moments où j’étais le plus libre dans mes actes, sans crainte d’aucun contrôle, n’ayant pour juge que ma seule conscience, vous me voyez, en faisant appel à quatre evêques, récuser moi-même le vicaire patriarcal de ses fonctions de juge parce qu’il était trop intime avec Neguib et sa famille pour être leur juge.

185Vous me voyez, d’un autre côté, négliger complètement Thomas Sioufy pour appeler des témoins dignes de confiance tels que maître Aziz bey Khanki et Anwar bey Khayat. Voilà des faits et gestes dignes de la conscience d’un juge sans faiblesse ».

186Et encore, à propos d’une sordide accusation de détournement :

187« Il est établi par les documents versés au dossier [...] que j’ai toujours tenu à payer mes créanciers jusqu’au dernier centime [...]. Il n’est pas possible que la personne qui n’hésite pas à donner à ses créanciers une fortune de cent mille livres (et cela sur la valeur du terrain de Zamalek seul en livres) pense à leur ravir une misérable somme de sept cents livres ».

188L’ultime boulet, le plus meurtrier peut-être, voici comment, sur un plateau d’argent, le présenta le conseil de discipline :

189« Morcos aurait dit à Rose et Marie qu’il avait obtenu du président de la cour, Aziz bey Kahil, et du conseiller Fathy bey Zaghloul, de juger en leur faveur et lorsque le jugement défavorable fut énoncé, Morcos aurait accusé le président et le conseiller d’avoir été corrompus par l’adversaire ». Marie « a été la seule à rapporter cette anecdote. Le conseil l’a insérée dans sa décision, telle qu’elle l’a racontée ». Cette fois « Marie a oublié d’ajouter que je lui ai demandé mille livres pour obtenir la promesse du conseiller », précise Morcos qui poursuit : « Sa fable reste en dehors des limites de la vraisemblance. C’était gravement me compromettre que d’affirmer aux curatrices une prétention aussi téméraire que fausse.

190Vraiment, c’est trop naïf pour être discuté. C’est Marie elle-même, avec ses frères courtiers qui croient que tout est courtage dans la vie [...] qui ont avancé cette insolence (Mémoire, p. 37).

191[...] Le conseil est le seul après le parquet à croire à cette invraisemblance.

192Tous ceux qui ont été interrogés par l’instruction ont démenti cette prétention de Marie. Rose déclara :  »Morcos n’a jamais rien dit de semblable« . Mme Zananiri bey et Raphaël bey Kahil l’ont aussi démentie.

193On a voulu échafauder cette accusation qui n’a pas d’objet sérieux, reposant sur des confidences qui n’ont jamais été et qui ne peuvent être l’objet d’aucune accusation, pour me livrer à la vengeance de mes juges en me présentant comme un être odieux attaquant leur moralité et pour récuser du conseil de discipline le conseiller Kahil bey et le président de la cour, Fathy Zaghloul, dont la présence au conseil pouvait porter à l’accusation quelque ombrage comme on le verra plus tard ».

194C’était machiavélique à plus d’un titre. L’éclaboussure du scandale allait jusqu’à ébranler le crédit qui avait entouré l’acquittement de Neguib Fahmy, puisque cet acquittement avait été prononcé par Aziz bey Kahil. Mais surtout, en exploitant ce mensonge, on allait remanier à loisir la cour du conseil de discipline : « Parmi les membres titulaires du conseil de discipline siégeait Monsieur le conseiller Aziz bey Kahil. Sa présence était un danger manifeste pour l’accusation. Président de l’audience qui avait jugé l’affaire des Chemin de fer, il avait [...] repoussé avec indignation les efforts de ceux qui voulaient m’accuser, note Morcos.

195Par un seul coup de maître, on arriva à récuser Monsieur le conseiller Kahil bey et à soulever contre moi l’indignation de tous les conseillers de la cour.

196On m’accusa d’avoir prétendu que Monsieur le conseiller Kahil bey et S.E. le président de la cour s’étaient laissés corrompre par Bassili Moussalli.

197Marie était là pour dire que je m’en étais ouvert à elle ».

198Elle accusa aussi Morcos « d’avoir imputé à Son Excellence Sedky pacha, en 1908, de s’être laissé corrompre par Bassili bey  » et cela parce que « Sedky pacha est le beau frère de Son Excellence le ministre de la Justice et du sous-secrétaire d’Etat à la Justice [...] ». « On était certain avec cette accusation de soulever contre moi toute une famille très puissante et très estimée, commente Morcos.

199Parmi les membres du conseil siégeait aussi le conseiller Ahmed bey Zulftcar.

200Or, dans mon bureau, il y avait une affaire civile concernant le compte d’une part d’un héritier dans la succession de feu Zulficar pacha : Ahmed bey Zulficar se trouvait parmi mes mandants.

201Une pareille relation [...] ne saurait peser sur la conscience d’un juge. Monsieur le conseiller décida de siéger au conseil.

202On tenait à l’écarter non point parce qu’on craignait une faiblesse de sa conscience mais parce qu’on voulait éviter [...] une conscience qui ne fut pas saturée par les différentes calomnies et par les bruits compromettants qui prennent emprise, ordinairement, sur ceux qui ne nous connaissent pas.

  • 17 Le mot peut dire également, suivant la graphie arabe, connaissance, bannière, emblème, étandard ou (...)

203La loi ne permettant pas d’arriver à ce but, on s’adressa à la presse, organe auxiliaire dans mon affaire. Al-Alam17 publia que l’affaire fut renvoyée parce que Ahmed bey Zulficar avait déclaré devoir se récuser. Voyant sa dignité objet de discussions dans les journaux, l’honorable conseiller dut se retirer.

204Monsieur le conseiller Tawfiq bey Rifaat, ami intime du procureur général et chef d’une famille dont les membres sont soumis à la dépendance du procureur, fut désigné expressément pour siéger dans mon affaire au conseil de discipline dont il n’était pas l’un des membres titulaires ».

205Morcos lui adressa une lettre dont voici quelques extraits : « Ma destinée dépend de votre saine justice, je m’en estimais heureux lorsque, n’ayant à répondre qu’à une accusation dirigée dans un intérêt général, je n’avais à soulever aucune accusation contre qui que ce soit.

206Des faits que je crois positifs et concluants me démontrent que l’instruction a été basée, par ordre du procureur général, sur des faux multiples que je ne peux m’abstenir de déclarer.

207Je suis donc décidé à m’inscrire en faux. Avec cette inscription, une contestation toute personnelle surgit entre le procureur général et moi [...].

208Une amitié solide vous unit à mon adversaire.

209Des relations suivies et certaines ont donné lieu à des services très connus, conséquence de cette noble solidarité que l’amitié doit inspirer.

210[...]

211On sait que toute attaque contre un ami est une attaque contre soi-même.

212On peut trouver des excuses là où l’ami attaqué n’en saurait trouver lui-même.

213Je suis dans une position très délicate, je veux la justice avec sincérité et loyauté. Vous la voulez aussi [...].

214L’amitié est une vertu. La justice en est une autre. Il est impossible d’en confondre les devoirs. Il est téméraire de vouloir en accepter les contradictions avec les lourdes responsabilités qui peuvent en résulter [...].

215Le droit le plus impérieux qu’un magistrat doit respecter est ce droit de l’accusé d’avoir dans son juge une confiance que rien ne peut troubler.

216Ce droit, seule condition de la justice, le juge le doit à la société entière [...].

217Je ne veux pas me permettre d’apprécier votre attitude.

218Mais il est de mon devoir de vous communiquer mes idées [...].

219Je n’ai pas l’intention de vous récuser par la procédure légale comme vous l’avez pensé mais j’ai tenu à rappeler à votre conscience ce que je considère comme un droit aussi bien qu’un devoir.

220S’il a été digne de la part de Zulficar bey de se récuser, par cela seul qu’il a un intérêt minime dans mon bureau et sans qu’il y ait entre lui et moi aucune relation d’amitié, je laisse à votre conscience d’apprécier le devoir d’un juge, dont l’amitié pour l’un des plaideurs est ancienne, continue et n’est pas destinée par sa nature à s’éteindre [...].

221C’est à votre conscience de remplir son devoir comme elle le croit ».

222Mais le conseiller lut la lettre et crut pouvoir se décider à siéger au conseil : « Il était sans doute dominé par un fort sentiment de confiance dans sa vertu », souligne Morcos.

223Que pouvait-on espérer de cet agencement hors pair d’un conseil de discipline non qualifié ?

224« La première demande que j’ai formulée au conseil était que le substitut instructeur ne pouvait pas, dans une attaque de faux dirigée contre ses propres procès-verbaux, occuper le siège du Ministère public, siège d’un véritable magistrat, qui représente la société dans la personne de la victime.

225Le conseil rejeta ma demande, le défendeur garda sa position de magistrat.

226C’était me priver, par la décision de mon juge, de ma seule protection sociale.

227La condamnation était d’ailleurs décrétée. On y faisait tout concourir activement.

228La presse s’était mise en campagne. Elle s’empara de mon affaire pour la présenter comme une lutte entre coptes et musulmans.

229Al-Alam publia que j’étais guidé [...] non par le soin de ma défense mais par l’intention de discréditer les grands fonctionnaires musulmans.

230Al-Moayed répéta l’expression de ce même sentiment un jour après la décision. Le même journal avait publié deux fois, ce n’était pas assez d’une seule, l’acte d’accusation avant les plaidoieries. Il s’empressa de publier la décision du conseil le jour même où elle fut écrite comme pour proclamer la grande victoire tant désirée.

231J’arrive à ce que le parquet a appelé mon suicide [...], j’ai dû m’inscrire en faux.

232Je n’ignorais pas que cette action de faux allait déchaîner contre moi des passions diverses. Mais [...] je n’ai pas balancé. Chacun répétait : quel coup terrible contre les Egyptiens si cette affaire de faux pouvait avoir seulement l’apparence d’une affaire sérieuse !

233Dans un pays se trouvant dans une situation [politique] aussi critique que la nôtre [...], au niveau d’un combat continuel où il ne s’agit que de prouver ou de réfuter tous les jours, par tous les moyens, la capacité de l’Egyptien pour occuper les hautes fonctions, c’était un crime impardonnable de la part d’un avocat copte que d’attaquer en faux un procureur général égyptien, musulman, personnifiant en cette dernière qualité la majorité et par conséquent la capacité égyptienne [...]. C’était pour les Egyptiens, si ce faux était reconnu, la perte assurée pour toujours des hautes fonctions dans le pays.

234Alors ce fut un devoir patriotique que de m’exécuter. Dans nos tristes circonstances, on n’avait pas le calme nécessaire pour s’apercevoir que ce sentiment de patriotisme n’était en réalité que la négation du devoir patriotique [...].

235C’est pourtant ce faux sentiment qui a dominé [...].

236Comment ! une accusation de faux contre un procureur général ! un faux contre un juge d’instruction !

237C’était reconnaître que le pays n’était pas à même de comprendre qu’une telle action fut seulement possible, qu’on put l’imaginer, ni qu’il y eut un plaideur assez téméraire pour l’avancer, ni qu’il y eut des juges assez courageux pour le déclarer ».

238Parlons des plaideurs. Morcos était encadré de deux d’entre eux, Helbawy bey, le vétéran du barreau, et Wahib Doss, une de ses futures notoriétés, tous les deux amis de l’inculpé. Morcos relate leur rôle :

239« Sur un mot prononcé par maître Helbawy bey le membre du parquet se lève, livide de colère et dit menaçant :  »Y a-t-il un avocat qui supporte la responsabilité de participer à cette action de faux ? Je voudrais seulement le savoir« .

240Helbawy se rassit. Wahib Doss ne se leva pas. Quel spectacle plus navrant pour la justice ? »

241Et pourtant Wahib Doss qui était au courant de la subtilisation des rapports des deux experts qualifiés, le docteur Nolan et Aly Kamal, et de leur substitution par le faux rapport de l’expert véreux, Auff, était inscrit à la défense.

242Quant au témoin à décharge le plus important, celui qui avait assisté à la confrontation des fausses expertises, Morcos Hanna, que Mikhaïl Guirguis, le beau-frère de Morcos Fahmy, alla trouver la veille de l’audience pour le conjurer, s’il n’avait pas le courage d’affronter la colère du procureur, de ne pas se présenter à la cour parce qu’un fléchissement de son témoignage serait néfaste, ce même Morcos Hanna, qui protesta avec véhémence, jurant tous ses grands dieux qu’il avait vu le camouflage dans ses moindres détails et qu’il ne craignait personne, Morcos Hanna interrogé ne se souvint de rien.

243Cette triple trahison ne pouvait passer inaperçue. Elle est reportée dans Al-Ahram du 23 mars 1920 lorsque la révision du procès de Morcos fut enfin acceptée.

244Pour couronner cette trahison, pour sanctionner toutes ces substitutions de personnes, de faits, de dates, quel allait être le jugement du conseil de discipline indigène ?

245Quand on appela les experts, le premier, le docteur Nolan, affirma avoir donné trois avis contre l’accusation, le parquet n’en a constaté aucun.

  • 18 En arabe, la magistrature s’appelle "famille juridique".

246« Après l’audition du docteur Nolan, le conseil manifesta son désir de ne pas enregistrer sa déposition au procès-verbal d’audience [...]. Il le justifia en ces termes : "Puisque nous n’avons pas à juger, comme nous l’avons décidé, l’action de faux, nous n’avons pas besoin de constater ce témoignage, nous sommes un conseil de famille18 incompétent pour ces questions de faux ; nous avons tous compris la déposition du témoin, et nous l’apprécions" ».

247En retranchant de son aire justiciable la vérification d’un faux, le conseil étouffait habilement l’inscription en faux de Morcos contre le procureur général.

248Mais pourtant, « le parquet, qui refusait d’entendre le docteur Nolan, accepta d’entendre un autre expert, Aly Kamal, qui paraissait à ses yeux plus digne de confiance [...] et ne laissa pas constater la déposition du docteur Nolan. Monsieur le président du conseil eut soin de me demander mon avis. J’ai répondu que je me soumettais à tous les vœux du conseil, mais j’ai prié que l’un de Messieurs les conseillers recueillit la déposition du docteur Nolan dans une note personnelle pour nous permettre de fixer ses dires au moment de la discussion.

249A ce moment, Monsieur le conseiller Perceval, qui depuis le commencement prenait une note personnelle pour lui-même de la déposition du témoin répondit tout de suite : "Voilà, j’ai cette note toute faite".

250Monsieur le conseiller lut la note en anglais et la garda.

251Au procès-verbal d’audience, il n’y a que les mots qui suivent : "La déposition du docteur a été recueillie par monsieur le conseiller Perceval".

252Il n’est pas ordinaire qu’un conseil légalement formé, siégeant pour faire acte de juge, déclare publiquement ne pas vouloir constater la déposition d’un témoin aussi sérieux.

253Le conseil l’a fait en disant qu’il ne voulait pas juger l’action de faux, pourtant il a bien constaté les dépositions d’autres témoins et chose plus grave, il a jugé l’action de faux ».

254C’est ainsi que la cour enregistra contradictions, mensonges et suppositions avilissantes dans la totalité de ses attendus.

255En dépit de la concordance et du nombre des témoins à décharge, elle maintint que toutes les dispositions premières vis-à-vis du testament avaient été établies par Morcos ; et, comme la date du mandat se trouvait postérieure à celle des accords, la cour spécifia que c’était « sur le conseil de Morcos ».

256La cour déclara Marie menteuse, lorsqu’en 1909, elle avait sous le sceau du serment démenti Abd al-Latif prétextant, en 1911, que Morcos l’avait alors priée de ne pas le dénoncer. A ce moment, en 1911, l’ancienne menteuse émerge comme seul témoin digne de foi. On ne mentionne toutefois plus les vingt-deux mille livres qui avaient fait l’objet de la dénonciation de Abd al-Latif. Mais on déduit que le vicaire Abed est indubitablement corrompu par Morcos. « Cela découlerait de simples déductions psychologiques corroborées par Marie la véridique et ces agissements sont déshonorants de la part de l’avocat et contraires à ses devoirs professionnels ».

257La gratuité de l’incrimination est constante. Elle saute plus véhémentement aux yeux dans le formulaire de l’accusation de corruption que Morcos aurait proférée contre Aziz bey Kahil et Sedky pacha : « Quand l’arrêt confirma le jugement de première instance, les curatrices exprimèrent leur étonnement à Morcos effendi. Celui-ci fut alors obligé d’accuser le Président et le conseiller d’avoir été corrompus par l’adversaire. Ce fait est contraire à l’honneur de l’avocat ».

258L’affaire du décret, que repoussait Morcos pour des motifs juridiques, est exploitée avec la même pertinente malhonnêteté : « Quoiqu’il ne soit pas catégoriquement prouvé que cette somme fut effectivement payée ; mais la demande de l’avocat à ses mandantes d’une somme à titre de corruption pour un fonctionnaire suffit pour constituer un attentat à l’honneur de la profession d’avocat ».

259A propos de l’incident du maglis Hasby, c’est à nouveau l’oriflamme de la corruption qui est déployé : « Quand on répondit qu’aucune décision n’avait été rendue, il (Morcos) accusa le gouverneur, en sa qualité de président du maglis, d’avoir été corrompu par la partie adverse et d’avoir détruit la décision rendue ».

260L’aventure du recours à l’Eglise protestante et du changement de rite qui en résulta, prend dans le verdict une allure bouffonne : « Morcos effendi, d’accord avec Marie, se réfugièrent au conseil protestant présidé par Akhnoukh effendi Fanous, pour faire accepter Marie et son époux au sein de l’Eglise protestante [...]. Le conseil décida en même temps l’admission de Marie et de Rose à l’Eglise protestante, ainsi que l’interdiction de Neguib et la nomination de Marie et de Rose comme curatrices et du président Akhnoukh effendi comme arbitre entre les deux curatrices, et ce après l’engagement de Marie contre ces faits, pour une somme de huit cents livres égyptiennes, pour laquelle somme Morcos effendi fit souscrire à Marie une traite ».

261Marie avait énergiquement nié cette transformation des droits successoraux en présent corrupteur mais comme ce qu’elle en dit était en faveur de Morcos, ce fut encore taxé de mensonge : « Ce changement de rite n’était pas effectué dans un but religieux ni dans l’intérêt de Neguib mais seulement pour maintenir les curatrices et, par suite, Morcos effendi, et lui permettre de disposer de la fortune de l’interdit.

262La somme de huit cents livres égyptiennes n’était pas, non plus, une libéralité faite à la nouvelle église ou l’équivalent des frais, mais c’était des honoraires pour un travail convenu. Or, pareils faits sont contraires au devoir professionnel de l’avocat ».

263Le jugement tomba comme un couperet. Ce fut la radiation.

La radiation

264Morcos n’avait aucune illusion sur la sentence, mais l’effet fut foudroyant. Lui qui avait assumé sa défense, qui avait lutté comme un lion contre ce parquet et cette cour iniques, il resta plus de trois jours sans pouvoir articuler un mot, sans presque se nourrir ou dormir. Il dira plus tard, à propos de cette lutte, s’être trouvé « au milieu d’une grêle d’accusations de toutes couleurs, de toutes nuances, se mêlant, s’accordant ou se contredisant, devant vingt accusations à soutenir ou à combattre tout d’une haleine et avec un acharnement inouï de part et d’autre qui ne peut être égalé ».

265Dans ce labyrinthe de perfidies, il s’est quand même trouvé quelques honnêtes hommes pour intervenir spontanément en faveur d’un homme, d’autant plus furieusement déchiré qu’on l’avait précipité de très haut dans cette arène où il avait été en position d’accusé.

266Ceux-là, maîtres Sawiris bey Mikhaïl, Aly bey Rifaï, Zaki bey Wissa, eurent le courage de témoigner que lorsque la crise avait touché Morcos et qu’il ne lui restait plus pour l’entretien de sa famille que les cents feddans de sa femme, « Morcos alla de lui-même trouver ces messieurs et leurs proposa la signature et les terrains de sa femme ». Portées au procès-verbal de l’audience, ces attestations sombrèrent dans l’oubli avec les autres déclarations des témoins à décharge.

267Très vite cependant, l’indignation rendit à Morcos sa combativité. Espérant y trouver plus d’indépendance et de justice, il porta son affaire au tribunal mixte où il était inscrit depuis 1899.

268Alarmé, le procureur général envoya une sorte de sommation à la cour d’appel mixte : « Attendu, dit-il, qu’il faut retenir que maître Morcos Fahmy, qui a (obtenu une décision) devant ses juges naturels, seuls compétents pour connaître des faits qui étaient mis à sa charge, ne peut rien opposer au fait juridique définitif et irrévocablement constant de cette radiation... »

269Laissons les avocats de Morcos, maîtres Carton de Wiart, A. de la Pommeraye, G. Merzbach, répondre au procureur en requérant la cour mixte d’admettre la défense de Morcos Fahmy : « Attendu que les décisions de la cour d’appel indigène ne peuvent lier la cour d’appel mixte ; que ce principe doit surtout être appliqué en matière disciplinaire, c’est-à-dire dans des matières spécialement délicates.

270Qu’il doit surtout en être ainsi en l’espèce actuelle, où aucun des faits reprochés n’est prouvé, et qui est évidemment le résultat d’une campagne haineuse.

271Que le réquisitoire de Monsieur le procureur général tend à obtenir de la cour l’exéquatur d’une décision de la cour indigène ; que cette procédure est inconnue en matière civile, et partant, en matière disciplinaire.

272Que cette procédure violerait la loi mixte.

273Que s’agissant d’un avocat déjà inscrit au tableau mixte il est superflu d’indiquer que, s’il s’agissait d’une demande d’inscription nouvelle, la radiation antérieure d’un autre barreau n’y ferait point obstacle, ainsi que l’a jugé le conseil de discipline de Paris, si scrupuleux en ces matières, et la cour d’appel de Liège, conformément à une doctrine presqu’unanime.

274Attendu que la cour ne peut suivre Monsieur le procureur général dans la distinction qu’il entend établir entre les avocats étrangers et les avocats indigènes ; qu’une telle distinction n’existe pas et ne peut exister dans le barreau mixte.

275Attendu qu’au surplus s’il s’agissait uniquement de plaider sur l’exéquatur de la décision du conseil de discipline indigène, la cour ne pourrait l’accorder ; qu’en effet, la chambre de la cour qui a statué n’avait aucune compétence en matière disciplinaire ; que l’art. 31 du décret du 16 septembre 1893 édicté, comme garantie pour les avocats justiciables, que le conseil de discipline à la cour soit composé du président et quatre conseillers nommés par l’assemblée générale de la cour chaque année ; qu’en 1911, ce conseil était composé de Messieurs Yehia Pacha, président, Aziz bey Kahil, Ahmed Zulficar bey et Percival, (voir tableau de service) désignés pour une année par l’assemblée générale ; qu’au mépris de la loi, la cour qui a condamné le concluant était composée de Messieurs Sedky bey et Percival, membres titulaires, et de Messieurs Talaat bey, Djelal bey et Rifaat bey, ces trois n’ayant aucune qualité, spécialement le dernier, qui, délégué aux assises, n’était plus inscrit au tableau de service de la cour.

276Attendu que la décision dont Monsieur le procureur général demande l’exéquatur est irrégulière en outre comme n’ayant pas subi les deux degrés de Juridiction prévus par le décret de 1893 [...].

277Que la procédure et la compétence prévues par ce décret sont analogues à celles des procès civils [...].

278Attendu qu’il ne peut donc s’agir pour l’assemblée générale de la cour d’appel mixte qui est la plus grande autorité judiciaire en Egypte, d’entériner sans examen une décision émanant d’un prétendu conseil de discipline indigène ayant statué en dehors de sa compétence et composé d’une manière qui viole formellement la loi [...].

279Plaise à la cour, sans s’arrêter aux conclusions du réquisitoire de Monsieur le procureur général en tant qu’il requiert la cour de statuer sans considérer les faits reprochés aux concluants.

280Dire que le concluant sera autorisé à se défendre... »

281Il plut à la cour que le « concluant » se défendit. Etait-ce pour affirmer la suprématie de la cour d’appel mixte, « la plus grande autorité judiciaire en Egypte ? ».

282Elle démontra si parfaitement cette supériorité qu’elle prit la contrepartie des jugements du tribunal indigène, non dans la décision, puisqu’elle condamna comme lui, mais dans la procédure.

283Dans l’affaire Moussalli, les témoignages de Marie, qui avaient force de loi pour le tribunal indigène, furent écartés par le mixte « parce qu’elle ne paraissait pas un témoin classique  » mais la sanction fut maintenue et pour les chefs d’accusation énoncés par Marie. Il y eut toutefois une contradiction fondamentale au sujet de la ténacité de Morcos pour établir l’indépendance juridique des communautés chrétiennes, le mixte statuant comme il est dit plus haut que « sur ce point, Morcos n’avait fait qu’obéir à son devoir sacré d’avocat ».

284Quant à l’affaire Musso, alors que le tribunal indigène statuait que Morcos avait trompé Madame Musso, le mixte le condamna parce qu’il avait abusé de la confiance du fils de Madame Musso.

285Il condamna là où l’indigène avait dit : « Attendu que pour les autres accusations, les unes sont comprises dans les précédentes, les autres sont irrépréhensibles, ou des contestations civiles [...] ».

286Et, comme l’indigène, il s’offrit le luxe de jeter le discrédit là où il ne pouvait pas juger : « Attendu que la cour [...] croit pouvoir se dispenser d’examiner et d’apprécier en détail une série d’autres faits relevés de l’instruction lesquels, quoique moins graves, dénotent pourtant un manque plus ou moins grand de droiture chez l’inculpé ».

287Le procureur pouvait être content : l’ennemi était abattu. Les juges, qui au mixte comme ailleurs, ne sont pas toujours aussi courageux que les avocats, allaient le satisfaire plus encore par l’énoncé du jugement qui fait presque amende honorable d’avoir autorisé la défense à parler : les deux premiers attendus érigeant en principe les injonctions du procureur vainement combattues par les avocats de Morcos : « Attendu qu’il est certainement regrettable qu’un avocat rayé par l’une des juridictions existant en Egypte puisse continuer à exercer sa profession devant les autres. Que la possibilité, lors d’un examen devant d’autres juges, de produire de nouveaux faits et de nouveaux documents de nature à modifier l’appréciation des premiers juges, ne suffit pas pour faire disparaître cet inconvénient ».

288Nous sommes loin de la hardiesse des Carton de Wiart, de la Pommeraye et Merzbach, honnissant l’exequatur. C’est pour ainsi dire à fortiori que le procureur l’a obtenu de la cour.

289Morcos tenta une opposition. Il la plaida. Ce fut en vain. Le jugement d’admission ou de rejet devait normalement être énoncé à l’issue de l’audience, il se fit attendre près de deux mois. Les opinons étaient-elles partagées ? Le jeu d’influences opiniâtre se poursuivait-il ? L’angoisse de l’attente fut couronnée par une sentence plus pénible encore, insultante. D’alinéa en alinéa, on lut avec plus d’évidence, combien il était impératif de se débarrasser d’un gêneur, de le réduire à l’impuissance.

290L’impuissance, on ne put l’obtenir. Il continua longtemps à se battre. Bravant l’hostilité générale, il rédigea un Mémoire en français et un autre en arabe, qu’il expédia aux dignitaires de l’Etat, aux personnes qu’il estimait, aux rédacteurs des journaux, où il relatait, dans les détails, son affaire et les sanctions qui l’avaient frappé.

291Il l’expédia à Maître Mercinier, un de ses collaborateurs d’Alexandrie et l’un de ses défenseurs devant le tribunal mixte. Mercinier répondait le 7 janvier 1914 :

« Mon cher Confrère et Ami,
J’ai lu avec la plus vive attention et le cœur serré, votre magistrale critique contre les décisions rendues par les conseils de discipline indigène et mixte. Avant comme après ces vérités, vous demeurez, pour moi qui ai collaboré à votre défense, l’avocat intègre doublé du juriste consommé, et de l’orateur éloquent, auquel tout un pays a rendu hommage.
Quand, contre mon attente, vous avez été définitivement frappé, j’en ai éprouvé le plus grand chagrin ; un cœur ardent comme le vôtre, une voix aussi autorisée que celle que vous avez si souvent fait entendre, méritaient certes un meilleur sort.
Votre nouvelle brochure me démontre que, chez vous, l’âme vibre toujours. J’en suis heureux et vous félicite, car c’est le propre d’une nature robuste, de demeurer debout, plein de vigueur, dans la fortune contraire.
Merci de m’avoir procuré l’occasion de vous exprimer mon sentiment loyal et sincère.
Je suis toujours votre dévoué.
Edouard Mercinier »

292La presse s’empara du Mémoire. On parla de déni de justice, d’une nouvelle affaire Dreyfus.

293Les journaux de langue arabe témoignèrent d’une agressivité que laissait prévoir leur attitude au cours du procès et à l’énoncé du jugement.

  • 19 La Justice.

294Seul le quotidien de Tantah, Al-Adl19, publia le 1er décembre 1913, sous la manchette « L’Affaire Dreyfus, un devoir pour la presse, un appel plus humain ». Si la France, dit-il « s’est ébranlée pour la cause d’un soldat qui a défendu sa patrie, l’Egypte se doit de prendre à cœur une injustice qui frappe un de ses rares penseurs qui lui, a lutté pour la justice et le droit, et les deux missions sont également importantes et sacrées.

295Nous savons aujourd’hui, qu’à l’instar du gouvernement français, notre propre gouvernement ne recherche que le triomphe de la vérité et de la justice.

296Nous rédigeons ces lignes avant même d’étudier le mémoire de Morcos effendy, afin de répondre à l’espoir qu’il a mis dans la presse et d’en appeler au sens de la justice et à l’efficience de la plume indépendante de nos confrères. Nous leur demandons de se prononcer sans retard d’autant plus qu’il a été frappé d’une épreuve que d’autres n’auraient pas supportée. Son nom a été rayé du Registre de la cour alors que sa fortune s’était effondrée et qu’il avait besoin de son travail ; c’est là un de ces coups du destin dénué de miséricorde et de pitié ».

297Du côté de la presse française, Le Progrès, lui, embrassa la cause. Le 28 décembre 1913 d’abord, en disant que c’était la première fois en Egypte, qu’un homme, se croyant victime d’une injustice, en appellait à l’opinion publique, qu’il est du devoir de l’opinion de s’intéresser à cet appel et qu’il incombait à la presse d’éclairer cette opinion. Le Progrès (c’est son propriétaire et directeur, M. de Collalto qui écrit), après avoir sérieusement étudié le cas, non seulement par une lecture attentive mais aussi par « les entretiens que nous avons cru de notre devoir d’avoir avec nombre de personnes qui ont connu l’avocat condamné et qui ont été au courant de sa douloureuse aventure, » pouvait affirmer :

298« Nous sommes aujourd’hui certains que Morcos effendy Fahmy est victime d’une erreur judiciaire produite, non par la mauvaise volonté de ses juges, mais pas un concours de circonstances dont nous entretiendrons nos lecteurs [...].

  • 20 Cela faisait seulement dix-sept années.

299D’ailleurs [...] les deux juridictions, la mixte et l’indigène, qui ont rayé du barreau un avocat qui pendant trente20 années l’avait honoré, sont arrivées à la même conclusion par des voies non seulement différentes mais opposées [...]. Ces deux juridictions se sont respectivement déjugées. De sorte que, si pour leur indépendance respective, la décision de chacune fait loi dans les limites de sa compétence, l’opinion publique, qui n’a pas de limite et qui embrasse l’ensemble de l’affaire, a le droit de juxtaposer les deux conclusions et de les évaluer l’une en fonction de l’autre.

300Or les deux décisions se sont contredites. Chacune dit que le fait relaté par l’autre n’est pas probant. Quelle meilleure preuve chercherions-nous du mal fondé de ces deux décisions ? ».

301Le 28 janvier 1914, le ton s’enhardit. Le journal parle « d’illusion collective  » ; il prévient contre les déformations infligées aux événements par les journalistes ; peut-être rapporte-t-il intentionnellement certaines distorsions des faits pratiquées par Al-Lewa qui, avec Al-Moayed, était parmi les pires détracteurs de Morcos. Illustrant l’effet meurtrier des calomnies, il écrit : « C’est ainsi que les actes de Boutros pacha Ghali ont été défigurés par un esprit systématique de mensonge et de haine et que le plus libéral et le plus réellement patriote des hommes d’Etat de l’Egypte a été amené sous le revolver de l’assassin qui ne voyait plus en lui qu’un tyran et un traître ».

302Le 18 février 1914, il met courageusement les points sur les i. Revenant à l’affaire Dreyfus : « Là aussi la contagion de la suggestion a produit son effet et, analogie frappante, il n’y manquait, non plus, l’élément religieux qui se retrouve dans l’affaire Fahmy ».

Brouillon de la défense de Morcos Fahmy

Brouillon de la défense de Morcos Fahmy

303Il y eut d’autres réactions consolantes. Les lettres affluaient tantôt admiratrices tantôt réclamant de nouveaux exemplaires du Mémoire.

304Les témoignages de sympathie, si sincères et nombreux qu’ils furent, restèrent longtemps incapables d’ébranler le roc d’hostilité haineuse. Ce n’est qu’en 1920, après qu’il eût dépouillé les jurisprudences de France et de Belgique, que Morcos put enfin imposer la révision de son procès.

305Il est superflu d’expliquer ce que furent ces neuf années pour cet homme fier et intègre, prisonnier de la gangue infamante de ces deux sentences.

306Radié, ruiné, ayant à sa charge une famille de sept enfants, Morcos fut contraint de vendre son génie. La plaque indiquant l’étude de Morcos Fahmy et Mikhaïl Guirguis avait été remplacée par une autre portant le nom seul de Mikhaïl Guirguis, son beau-frère ; et pourtant les messages destinés au bureau étaient toujours adressés à son nom.

307Il travailla clandestinement pour des rétributions iniques. Il sustenta de ses vigoureuses conclusions nombre de procès présentés par des avocats quêtant la renommée, trop heureux, tous, du tremplin devenu accessible. De pressantes dépêches et lettres lui parvenaient de toutes les villes d’Egypte qui étaient alors nanties d’une cour d’appel. Libellées : « Morcos Fahmy, avocat, Le Caire », elles spécifiaient : « Expédiez vite les conclusions » et quelques unes signées Tawfiq Doss se terminaient par l’encourageant « Ô héros ! » après avoir fait appel à la fécondité de sa plume.

308Sa contribution transmua de petits bureaux en de respectables études, et des avocatillons en maîtres considérés. Il en est qui purent, grâce à cet auxiliaire inestimable, quitter Tantah, Mansourah ou Assiout, pour venir se fixer au Caire.

309Lui, il dut renoncer à sa villa de l’avenue Abbas pour s’installer dans une demeure moins vaste et moins dispendieuse. Il choisit la banlieue d’Héliopolis qui commençait à prendre son essor sous l’impulsion du baron Empain et se fixa au 12 avenue Ramsès, dans une villa d’un étage, munie d’un sous-sol dont les fenêtres ouvraient de plain-pied sur un jardin encore désertique, qui venait à peine d’être enclos de sa grille de fer forgé.

310La ville se dessinait autour de son Palace (aujourd’hui ministère de l’Etat), de son Hippodrome, de sa Basilique, des bureaux de la Société d’Héliopolis, avec au nord, dominant les sables, les réservoirs d’eau cyclopéens et au sud, au sommet de la plus haute colline, surplombant les étendues vierges qui prolongeaient la chaîne des déserts arabiques, le château hindou du baron Empain, dont les lions surmontant les deux balustrades du monumental escalier à chacun des paliers qui favorisaient les haltes de l’essoufflante ascension, semblaient, nouveaux Anubis, défendre l’accès des terres inexplorées.

311De rares habitations soulignaient le tracé des premières artères qui présageaient les quartiers résidentiels, les centres commerciaux ou populeux. Les héliopolitains se comptaient pour ainsi dire sur les doigts. Lors de son installation, le téléphone de Morcos répondait au chiffre de 34.

312C’était la Thébaïde après le mouvant boulevard Abbas.

313Morcos avait toutefois gardé la confiance d’anciens mandataires qui savaient à quoi s’en tenir sur la valeur des jugements de radiation. C’est ainsi que Nagwan Hanem, la mère du prince Seif al-Din, lui avait laissé l’administration d’une situation fort compliquée.

314De nouveaux venus n’hésitaient pas non plus à lui confier leurs affaires. Il y en eut qui surent, naturellement, tirer parti de l’adversité où se débattait leur défenseur, et qui furent assez malins pour négliger des honoraires légalement irrécupérables. Lorsqu’après un travail acharné, lui qui n’avait pu sauver sa propre banque, il tira de la faillite deux consortiums bancaires, l’un à Fashn en 1914, l’autre à Louxor en 1919, il n’en fut remercié que par de vagues et vaines promesses. Les câbles d’excuses pour les retards de paiement s’échelonnèrent jusqu’en 1922 et, lassé, Morcos renonça à des revendications inutiles.

315L’avocat vécut ainsi de l’intérimat et le grand orateur de silence.

316Le persécuteur d’ailleurs ne lâchait pas sa proie. Le 5 avril 1914, à l’avènement du ministère Hussein pacha Rouchdy, le procureur général, Abd al-Khalek Sarouat, décrochait le portefeuille de la Justice, situation idéale pour contrôler les suites de l’affaire Morcos, si suites il devait y avoir, et pour appliquer sa bonne justice. Comme il se trouvait au mieux avec son compère des Travaux publics, il put asséner quelques coups supplémentaires à l’objet de sa vindicte, dont on citera un exemple :

317La propriété de la femme de Morcos, qui avait pu être sauvée du naufrage général, se trouvait dans le Delta, en bordure du Nil. Tous deux avaient décidé de l’acquérir pour la beauté du site, en dépit des inconvénients provoqués par les crues, cette terre, un étroit ruban se déroulant à la droite du fleuve avec, à sa propre droite, la digue du Nil.

318Ces terres riveraines sont tributaires de l’entretien de la digue. Les travaux publics prélèvent annuellement sur leurs sols les limons nécessaires pour consolider la digue que dévastent les crues, lequel limon est sensé être renouvelé par l’immersion des terrains. Mais ces travaux sont strictement contrôlés afin d’éviter la détérioration du sol. Il est défendu à l’administration de défoncer la couche azotée à plus de 30 cm de profondeur et de prélever cette tranche sur plus de 3 mètres de largeur. Au lieu de quoi, elle creusa des fossés profonds de deux mètres et larges de trente mètres sur toute la longueur de la terre, ruinant ainsi non seulement la partie éventrée, mais aussi toute la bande intouchée qui, flanquée de ses deux drains, le drain naturel du Nil à gauche et le drain créé par les hommes de bonne volonté à droite, était transformée en passoire incapable de porter une culture à son achèvement. Pour comble d’agrément, cette dépression du terrain, constamment infiltrée, offrait, toute l’année durant, un inépuisable vivier à l’infinie variété de moustiques et de moucherons qui prolifèrent sur le sol de la féconde Egypte. Et tout ce grouillement se révélait de loin autant par les relents de la stagnation marécageuse que par les coassements des crapauds et grenouilles folâtrant dans ce bourbier de choix, qui berçaient la nuit de leurs clameurs enchantées.

319Les protestations furent vaines. Un procès intenté contre les Travaux publics traîna jusqu’en 1922 pour finalement aboutir à l’allocation d’une indemnité misérable.

320Morcos fut contraint d’engager un entrepreneur des ponts et chaussées pour transporter par wagonnets les terres d’alluvions, depuis le contrebas de la terre cultivée jusqu’à la partie mutilée.

321Sillonnée par des rails, la propriété fut transformée en chantier. Des mois durant, on entendait le grincement de la ferraille, le bruit mat du chargement de terre tombant au fond du précipice. Puis il fallut niveler les monticules déversés par les wagonnets ; et les bœufs attelés à leurs charrues entreprirent de ramener cette géométrie dantesque au velouté de la terre arable.

322En dépit de cette rage vengeresse, Morcos ne cessa de se préoccuper de la révision de son procès qui fut acceptée en 1920, sous le ministère de Youssef pacha Wahba. Au portefeuille de la Justice qu’il avait détenu jusqu’en 1919, l’ancien procureur général avait été remplacé par Ahmed pacha Zulficar, celui-là même qu’en 1911 la presse, manipulée par le procureur, avait contraint à se désister du siège de juge et qui savait l’étendue de l’injustice commise. La conscience de cette injustice, la réaction de l’opinion en faveur de « la nouvelle affaire Dreyfus  » furent-elles seules causes de ce revirement ? Ou bien fut-ce l’incroyable popularité de la campagne politique menée par Morcos depuis 1919 pour la libération de l’Egypte ? Quel facteur favorisa-t-il davantage l’acceptation de la révision ?

323Lorsque Morcos inaugura sa campagne anti-britannique et pro-front national, le 15 avril 1919, ce fut dans le quotidien Misr, alors aux prises avec une crise économique telle qu’il ne paraissait que sur un côté d’une seule feuille non repliée et dont l’abonnement chiffrait deux cent piastres pour l’année. En octobre de la même année, le même Misr qui avait publié presque hebdomadairement un article de Morcos, s’imprimait sur une feuille repliée offrant quatre pages à la curiosité du lecteur...

324Les camelots s’enhardissaient à la criée. Après avoir vendu le « Journal Misr, Morcos Fahmy », pour cinq millièmes, ils l’offrirent à cinq piastres, à dix, à vingt, à trente ; sa propre fille s’entendit offrir un jour le « Journal Misr, Morcos Fahmy  » à cinquante piastres. Tout le monde se l’arrachait, même les étudiants, gagnés par la flamme patriotique qui en émanait. Moussa Arafa, devenu ministre des Travaux publics à l’époque nassérienne, racontait l’avoir acheté à ce prix, en prélevant sur ses économies d’universitaire et que ses condisciples en faisaient autant.

325Cette spectaculaire irruption d’un banni au cœur des problèmes nationaux, son indiscutable impact sur la conscience populaire firent-ils évaluer aux dirigeants l’atout qu’ils soustrayaient à leur cause ?

326Les journaux annoncèrent l’évènement. Sous l’en-tête « Morcos Fahmy  », Al-Ahram publia un article d’Ahmed Saïd qui, collaborateur à Al-Moayed en 1911, avait contribué aux plus impitoyables attaques contre Morcos. Il prit cette fois la plume pour expliquer son revirement en une amende honorable qui est un éclatant hommage21 : « Al-Ahram a publié le décret confirmant la révision du procès "Morcos Fahmy" Et cela m’a rappelé les évènements d’il y a dix ans.

327Ce procès se débattait au conseil de discipline en 1911 et j’étais, à l’époque, rédacteur à Al-Moayed.

328Je n’étais pas en charge de la rubrique judiciaire mais j’avais quand même choisi de publier la marche des débats à l’intention des lecteurs du Moayed et j’en avais brossé un tableau qui avait profondément blessé Morcos Fahmy à l’époque, tellement qu’il s’en était plaint au tribunal et qu’il accusa le parquet — mais le parquet n’y avait aucune part — d’avoir utilisé le Moayed pour influer sur l’opinion publique de sorte qu’elle le condamnât avant même que le tribunal ait décidé de son sort. Ce qui advint à l’époque n’était qu’une des manifestations des divisions existant entre les deux respectables communautés de la patrie. Et l’opinion publique dans tous les pays est motivée par l’émotion non par la raison, de sorte que si l’on aime, on ne mentionne pas le mal et si l’on est divisé, on oublie la totalité des qualités.

329Il n’est pour moi aucun doute que les agissements de Morcos Fahmy avant ce jugement révèlent clairement et absolument sa force de caractère et que c’est un homme dans toute l’acceptation du terme, un homme dans ses manifestations et dans son comportement.

330Cet homme s’est tenu debout devant le conseil de discipline avec, à ses côtés, deux de ses distingués confrères, Morcos bey Hanna et Ibrahim bey Al-Helbawy. Le premier, appelé à témoigner a été incapable de témoigner pour lui ou de le défendre tandis que le second n’a articulé que quelques rares paroles et le fardeau de la défense s’est appesanti durant trois jours consécutifs sur l’accusé seul, et il était devant le conseil d’une intelligence critique redoutable, enflammée par une puissance dans l’exposé à laquelle rien ne se peut comparer et une persuasion dans le langage qui empoignait ses auditeurs et les fascinait, et avec cela une maîtrise de soi et une majesté et un calme, une sérénité que ne peuvent atteindre que de rares hommes dans cette effroyable situation.

331Voilà ce qu’il a été avant le jugement. Mais après le jugement, il a atteint le sublime de la grandeur et l’extrême dans la majesté. Cet homme n’a pas été vaincu, il n’a pas faibli, il ne s’est pas lamenté, il a accueilli le déchaînement de l’ouragan d’un cœur ferme en pleine possession de lui-même ; quand la tempête s’est calmée, il entreprit de se défendre devant le tribunal mixte et lorsque le tribunal mixte l’a frappé de la même manière que le tribunal indigène, il a eu recours à l’opinion publique avec un mémoire dont, s’il se trouvait sous ma main, j’aurais extrait des textes qui rendent tangible le sentiment d’une innocence flagrante, limpide.

332Il a supporté cela de longues années sans un fléchissement, sans un regard en arrière. Il a conservé une âme vivante, vigoureuse et féconde en face des malheurs les plus oppressants et de la pire détresse. Il est parvenu à triompher là où personne n’avait triomphé avant lui. Ses juges ont autorisé la révision de son procès et, si ma Mémoire ne me fait point défaut, il est parmi les juges qui ont accepté son recours aujourd’hui certains de ceux qui l’avaient condamné hier et cette preuve de courage moral ne peut que susciter l’admiration et le respect pour l’accusé dans toutes ses démarches.

333Combien d’avocats en Egypte s’ils avaient été moins cruellement frappés que Morcos Fahmy auraient perdu leur identité ! Ce n’est pas là une affaire d’intellect ou de science, c’est une affaire d’âme et de caractère et ceux qui s’en rendent compte ne s’étonneront pas de ce qu’à pu achever cet homme supérieur.

334Je demande, et ne doute pas que les Egyptiens des deux communautés appuieront ma demande, que les opinions soient fermement établies afin que le jugement attendu assure au prétoire le retour de sa glorieuse parure avec son autorité primordiale et qu’il rende au noble corps des avocats son lumineux flambeau et son vibrant étendard ».

335Le jugement de réintégration fut ovationné. Les dépêches n’arrêtaient pas d’affluer de tous les coins de l’Egypte, les cartes, les visites. Le Patriarche copte orthodoxe vint en personne accompagné de quatre évêques.

336Les autres communautés, les associations, les administrations dont, touchant et savoureux détail, l’administration des Chemins de fer, à partir de chaque station ferroviaire du pays, se joignirent au chœur des félicitations. La vague enthousiaste fut si convaincante que certains adversaires de la veille, oubliant leurs positions précédentes, participèrent au concert des louanges.

  • 21 Al-Ahram, 23 mars 1920.

337Il faut mentionner parmi les manifestations les plus émouvantes, celles des juges dont on l’accusait d’avoir tenté la corruption, celle surtout de Fathy pacha Zaghloul qui lui écrivait : « J’ai toujours été profondément convaincu de l’inanité de toutes ces accusations, et je suis doublement heureux que la vérité ait enfin triomphé ». Fathy pacha n’avait d’ailleurs pas attendu la réhabilitation pour témoigner à Morcos son estime. Le 30 novembre 1913, après la publication de son Mémoire, il lui écrivait : « J’ai lu votre ouvrage. J’ai vu combien les gens sont capables de malfaisance, prompts à nuire avec ou sans motivation. Notre époque est corrompue, toute de mensonge et de calomnie. Ceux qui vous auront dit que j’ai jamais douté de vous, vous auront menti. Vous me savez loin de toute suspicion et que le doute est une erreur »21.

338Maître Mercinier lui écrivit : « Bravo mon cher ami. J’applaudis de tout cœur à votre légitime triomphe. Le barreau retrouve enfin celui qui fut et sera sa gloire: et l’Egypte, notre chère Egypte, revoit à ses côtés le grand orateur qui saura soutenir ses saintes revendications ».

339Le corps des avocats organisa en son honneur, au Shepheard’s Hôtel, un banquet, auquel participèrent plusieurs ministres. Les éloges furent nombreux. Ahmed Chawki improvisa un poème où après un préambule impersonnel sur l’inconstance de la fortune, après une vague allusion aux détours de la justice divine, il félicita Morcos pour sa contribution à l’éveil et à l’intensification du sentiment patriotique et pour l’efficience de son appui à la quête de l’indépendance égyptienne. Il félicita aussi l’Egypte pour l’œuvre de Morcos. Puis, emporté par l’élan oratoire, il s’écria : « Retourne au barreau de l’honneur, retourne dans une ardente aspiration. Revêts ton vêtement immaculé [...]. Défends l’orphelin et l’opprimé de ta plus éloquente défense. Et pardonne à celui qui, enviant hier ta félicité, t’a valu les dissensions et les épreuves. Il n’est pas dans la vie de place pour tenir des comptes ou punir ».

340Le pardon poétique est aisé. Se peut-il que l’on oublie un tel assaut de hargne malfaisante et tant d’années gâchées ?

341Morcos dira dans une ébauche de Mémoires : « On m’a arraché dix des plus belles années de la vie d’un homme ».

342Et dans son agonie, alors que jusqu’à la fin il avait conservé une admirable lucidité, il n’eut qu’un moment de délire où il cria : « Chassez donc ces démons qui m’environnent, ils se prétendent mes juges et ce ne sont que des assassins qui veulent ma mort ».

Notes

1 Traduit de l’arabe.

2 Al-Moayed, Le Disciple.

3 L’assassin de Boutros pacha Ghali.

4 La Jeune Egypte, organe devenu plus tard wafdiste.

5 Mémoire de Morcos Fahmy, présenté au conseil de discipline de la cour d’appel mixte (1912).

6 Tribunal civil islamique.

7 Maglis, tribunal communautaire.

8 Les textes cités sont extraits de l’auto-défense de Morcos Fahmy actés au tribunal et basés sur les procès-verbaux de l’enquête, tous incorporés au dossier. Il en est de même pour toute la marche du procès.

9 Tous les faits et tous les textes cités sont tirés intégralement des deux auto-défenses de Morcos Fahmy, publiées, la première en arabe par devant le conseil de discipline et la cour d’appel indigène, en 1911, et la seconde, en français par devant la cour de discipline du tribunal mixte en 1912. Des textes supplémentaires sont tirés des deux Mémoires, français et arabe, qui publiés en 1913, étaient adressés à l’opinion publique. La totalité des ouvrages consultés se réfèrent aux documents et aux lettres enregistrées au dossier du parquet. Si les citations ne sont pas toujours paginées, c’est que seuls les Mémoires français de 1912 et 1913 ont eu leurs pages numérotées.

10 Dociles, mais plus cléments que Marie, les esprits se contentèrent d’infliger la mort et non la folie, le malheureux vicaire ayant effectivement péri avant la fin de l’année 1911.

11 Conseil de contrôle et de mise en tutelle et curatelle.

12 Tribunal copte orthodoxe.

13 Jurisconsulte islamique suprême.

14 Il s’agissait de Marie et ses frères.

15 Dr Nolan, de nationalité anglaise, expert en écriture et contrôleur de la sûreté.

16 Fils de princesse et futur membre du triumvirat de régence constitué lors de la déposition de Farouk.

17 Le mot peut dire également, suivant la graphie arabe, connaissance, bannière, emblème, étandard ou monde.

18 En arabe, la magistrature s’appelle "famille juridique".

19 La Justice.

20 Cela faisait seulement dix-sept années.

21 Al-Ahram, 23 mars 1920.

Table des illustrations

Titre Brouillon de la défense de Morcos Fahmy
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540