Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

I. Un avocat et son temps

I. Les débuts d’une carrière

Entrées d'index

Texte intégral

Naissance d’un « maître »

1À l’intérieur de la rive gauche du Nil, à la hauteur du port de Dessouk, après les ruines de Botou où les fouilles continuent de mettre à jour les civilisations qui ont stratifié le sol égyptien, au-dessus de San al-Haggar, et un peu en dessous de la mystérieuse Khemmis, la ville sacrée des Ptomélées, respirant au caprice des vents les fluides émanations d’un air méditerranéen, Sanhour al-Medina baigne dans la douce lumière du Delta.

  • 1 La "Chabas des Martyrs", chef lieu du district de Kallin.

2C’était encore aux première décades de ce siècle, une grosse bourgade étalée sur un tertre qui dominait un vaste horizon de cultures. Une vingtaine de kilomètres de terre battue, prélevant quatre à cinq mètres de large sur les terrains agricoles, menaient à la station ferroviaire de Chabas al-Chohada1 qui, par le district de Kallin, rejoignait Tantah, la capitale de la Basse-Égypte.

3Cette route de terre battue était la seule artère de jonction, tant pour les voyageurs que pour les ouvriers allant ou revenant, transportant ou ramenant bétail et récoltes. Elle longeait un canal où se mirait une végétation sauvage dont les fleurs, éclatées à la diable, taquinaient de leur éphémère sourire, la sainte paix des champs.

4La ville s’annonçait de loin par une immense porte découpée en plein ciel. Ses deux battants étaient flanqués de pylônes de pierre, en forme de tours massives, sérieusement endommagées par les intempéries et le centre de la travée qui les reliait s’était effondré. Surgie à l’orée de la quiète campagne, distançant l’amont de la ville qu’elle semblait encadrer de ses puissants chambranles, elle gardait en dépit des sévices, sa majestueuse allure romaine ; un silence presque audible retenait l’arrivant tandis que le terrain vague — étirant l’espace étalé entre cette porte vétuste et les premières habitations — semblait prolonger l’écho d’une méditation séculaire.

  • 2 Amba, titre épiscopal, indique une ascendance ecclésiastique.

5L’intervalle franchi, le visiteur se trouvait devant une porte cochère en bois surmontée d’une grande croix également en bois. C’était la maison de Guirguis Mikhaïl Amba Boula2, le père de Morcos Fahmy. Descendant d’une famille originaire de Haute-Egypte, émigrée dans le Delta depuis près de quatre générations, Guirguis Amba Boula jouissait de l’estime générale. Sa réputation d’homme éclairé lui valait de départager les litiges, son hospitalité attirait de nombreux visiteurs, venus souvent de loin, parfois pour des relais prolongés, et sa générosité notoire autorisait les recours les plus divers.

6Sa demeure, une espèce de manoir, semblait d’ailleurs conçue dans un esprit d’accueil. Le portail d’entrée ouvrait sur une cour où pouvaient tenir les attelages et les montures des hôtes. À la droite de la cour, une pompe artésienne, au prix de grinçants efforts, assurait l’alimentation en eau du complexe habité, tandis qu’elle emplissait, de par son fonctionnement, une cuve rectangulaire en ciment qui supportait la pompe et servait d’abreuvoir. En face de la porte de la cour, une seconde porte en bois sculpté introduisait dans un large rectangle scindé en deux quadrilatères distincts ; le premier, le vestibule à ciel ouvert, orientait le visiteur à droite vers le second quadrilatère, la salle commune qui préludait à l’habitation proprement dite, et à gauche, vers un couloir toituré, assez large pour desservir les dépendances flanquées sur ses deux côtés.

7Le personnel attaché au maître de la maison occupait le premier quartier de l’aile gauche. Les fourneaux suivaient, avec les pièces où l’on pétrissait le pain et où se préparaient les aliments. La laiterie venait après les cuisines. L’incroyable blancheur des laits et des crèmes y neutralisait l’ombre nécessaire à leur conservation et conférait une noblesse souveraine aux terrines émaillées, bronzées par les pasteurisations quotidiennes et dont la couleur pain brûlé reluisait, comme cirée par les flammes.

8Les silos et les magasins alimentaires séparaient cette première dépendance de l’extrême gauche du bâtiment, consacrée au bétail. Cette partie intermédiaire abritait, sous un toit de terre battue, et d’une saison à l’autre, les provisions nécessaires aux humains, les graines et les fannes requises pour le bétail.

9Séparée du complexe précédent par une épaisse porte de bois, l’aire du bétail terminait l’aile gauche. Elle alignait sur le côté sud du couloir, les cours, les enclos, les étables, et sur le côté nord, l’habitat du personnel affecté aux soins des espèces diverses. Les pièces étaient tantôt toiturées et tantôt découvertes, au moins partiellement, suivant les exigences de l’aération. La porte une fois entrouverte, une polyphonie de sons plus ou moins étouffés, plus ou moins éclatants, s’insurgeait dans le silence monacal de la demeure qui sans doute était moins austère du temps où l’animaient encore les membres de la famille envolés au Caire à la suite de Morcos. Hennissant, brayant, blatérant, bêlant, glapissant, gloussant, roucoulant, tout un monde animal s’ébrouait sur son territoire, tandis que les effluves qui émanaient de ce domaine jacassier faisaient successivement pressentir le développement des installations diverses : l’odeur puissante du hangar aux chameaux, l’odeur persistante de pis et de bouse de l’étable, de fumier de l’écurie, l’odeur de laine trempée de la bergerie, de plumage et de guano du pigeonnier et du poulailler ; odeurs ondoyantes dont les modulations se relayaient avec les heures et les changements des litières. On entrait à l’étable par l’ultime porte qui barrait le couloir. Les auges s’alignaient dans la largeur du bâtiment et une porte, face à celle du couloir, tenant la majeure partie du mur terminal, dûment verrouillée, cadenassée, barrée de fer, assurait la sécurité, en même temps que l’accès du cheptel aux champs.

10En revenant au point de départ, c’est-à-dire à la droite du vestibule d’entrée, la salle commune comprenait un rez-de-chaussée en terre battue à ciel découvert, qu’une marche seulement haussait au-dessus du couloir, puis une grande salle construite en ciment, surélevée par quatre marches.

11Une balustrade ajourée escaladait les marches, courait sur l’à-pic du dénivellement, lui prêtant l’air d’une loggia et suggérant la privauté. C’est en effet d’en bas de la balustrade que les employés recevaient les ordres quotidiens, ou que les émissaires délivraient leurs messages. Quoiqu’exposée aux vents par la contiguïté du vestibule découvert, la salle commune jouissait de deux fenêtres donnant sur la cour d’entrée, tandis qu’elle-même aérait les chambres habitées qui s’adossaient à elle par des fenêtres actionnées de l’intérieur. Là se tenaient les visites officielles et les repas à la belle saison. Les intimes étaient autorisés à descendre l’escalier de la salle commune pour remonter quatre autres marches au pied d’une porte en bois sculpté qui, ouvrant sur la salle à manger familiale, les introduisait dans la demeure proprement dite.

12La salle à manger donnait d’un côté sur les offices et le garde-manger, de l’autre, sur un bureau où se réglaient les affaires, et dans lequel on trouvait une fontaine au centre et au fond une bibliothèque enrichie d’un exemplaire du Livre Saint, édité en arabe en 1873, par des moines anglais (Kilbert et Ronakton ?) et relié de cuir fauve. Au verso de la reliure de cette Bible, G. M. Amba Boula avait pieusement inscrit les dates de naissance de ses nombreux enfants. Le bureau accédait à deux chambres à coucher suivies de leurs deux salles de bain dallées de marbre où des bancs, également en marbre et recouverts de peaux de moutons, invitaient les baigneurs au repos ; les toilettes étaient séparées.

13Ce bloc de droite supportait l’étage supérieur auquel on accédait par un escalier de pierre qui s’élevait à partir de la salle à manger. L’étage couvrait toute l’aile droite et surplombait un tiers de l’aile gauche du bâtiment comprenant une partie des habitations domestiques et des fourneaux qui, allumés les soirs d’hivers, réchauffaient les chambres à coucher, logées au-dessus. Le reste de l’aile gauche, c’est-à-dire l’aire réservée à la basse-cour et au cheptel, qui s’étendait à ras de sol, ne supportait pas d’habitation — d’abord en raison de l’aération, certaines toitures étant modifiables au fil des saisons, d’autres fixées partiellement — et ensuite, pour maintenir à distance les bruits et les émanations qui auraient pu incommoder les habitants du dessus.

14Logé au seuil de la ville, éloigné des autres habitations par un terrain presque aussi large que celui qui le séparait du pont, le corps des bâtiments respirait les effluves nourricières d’un sol émaillé de verts et d’ors dont la diaprure se fondait dans le chatoiement azuré d’un horizon constamment renouvelé.

15Rythmée par les exigences terriennes, soumise au tempo des plantations, animée par le mouvement des façons culturales, scandée par les hululements des moissonneurs ou les ronchonnements des batteuses, encore à l’état de chariots juchés sur d’énormes disques tranchants et tirés par une ou deux bêtes de trait, bercée par la nostalgique mélopée des enfants collecteurs des vers du coton ou par les hululements joyeux des cueilleurs de sa fleur, illuminée par les radieux soleils des étés, ou bien engourdie par les brumes épaisses, souvent les pluies battantes qui, l’automne et l’hiver s’épandent sur les matins du Delta, distraite seulement de cette cadence agreste par les problèmes de la vie, ou par les visites, la vie du domaine relevait des mœurs patriarcales. Les serviteurs étaient incorporés au groupe familial pour tout ce qui assurait leur sécurité et leurs exigences humaines. En revanche, ils offraient un dévouement inégalable à leurs maîtres et à tous ceux qui leur tenaient à cœur.

16C’est dans ce foyer de solidarité, accédant de plein pied aux problèmes ruraux, embrassant du même regard les exigences de la terre et ses splendeurs, goûtant aux grâces mouvantes de la vie champêtre, c’est dans cette ambiance toute de méditation que grandit un individualiste, un humaniste épris d’innovation, ouvert à toutes les idées, un esprit vigoureux, apte à tous les développements. Morcos Fahmy naquit le 29 février 1872. Il était le sixième fils d’une mère alors âgée de vingt-deux ans. Ses deux premiers frères moururent avant que de voir le jour, le troisième (un simple d’esprit) atteignit un âge avancé. Le cinquième fit une honnête carrière de bureaucrate au ministère des Finances, le quatrième eut une destinée mystérieuse et tragique. Hanté par l’au-delà, il s’adonnait dès l’enfance aux explorations occultes et spirites. Il lui arriva de prédire à Morcos, de quatre ans son puîné, la presque totalité des événements qui jalonneraient sa vie. Un soir que, dans le secret de sa chambre, il procédait au sacrifice d’un veau, on entendit un grand cri. On força sa retraite pour le trouver baigné dans son propre sang et dans le sang du veau qu’il avait immolé. Il trouva la force de dire, qu’enfreignant les ordres des esprits, il avait essayé de forcer l’au-delà et qu’il en avait été puni. Il mourut avant l’aube, âgé de seize ans.

17Trois autres frères et deux sœurs, après Morcos, complétèrent la famille. Le premier des garçons, Abdou Guirguis, devint inspecteur au ministère de l’Agriculture ; le second, Erian Guirguis, directeur aux Ecoles coptes du Patriarcat, et le troisième, Kamel Guirguis, médecin. Une des sœurs, Sabath, épousa un avocat, Mikhaïl Guirguis, le beau-frère de Morcos, qui allait partager son étude depuis 1902 jusqu’à sa mort, survenue en 1921 ; l’autre soeur, Chafika, épousa un juge, Rizk Mikhaïl.

18Morcos Guirguis Amba Boula fit son premier apprentissage estudiantin à la sommaire école communale de Chabas d’une part, et de l’autre à l’église copte orthodoxe de Sanhour, desservant les répons liturgiques d’une voix déjà richement timbrée. De sorte qu’il se trouva vite confronté à la vision dualiste d’une société nettement scindée par les croyances et les aspirations. Par ailleurs, grandissant sous l’œil vigilant d’un père qui jugeait ce fils exceptionnellement doué et cherchait à favoriser son développement, Morcos donna des signes de maturité précoce. Il devançait aisément ses compagnons de classe, de loin ses aînés. Cette supériorité lui valut le surnom de Fahmy (intelligent) décerné tant par ses professeurs que par ses camarades, qui, eux, s’en allaient quémander les explications de Morcos lorsqu’ils jugeaient la leçon difficile. Il arriva même que ses condisciples musulmans se revanchaient en disant : « Allons requérir la science, fût-ce de la bouche d’un porc ».

• Abdou Guirguis à l’Ecole d’agriculture (1894)

• Morcos Fahmy, 1ère année à Tawfîqiyya.

19Un de ces jeunes gens, pris un jour de querelle pour une vétille avec son partenaire, le dénonça à Morcos afin qu’il lui refusa la leçon. « Je le sais depuis longtemps », répondit Morcos, dévoilant ainsi un aspect de son caractère qui ne se démentira pas, « et je sais que tu ne t’en prives pas non plus ; venez tous deux répéter ».

20L’appellation de Fahmy avait aussi l’avantage pour l’école de distinguer Morcos de ses frères Guirguis Amba Boula. Elle fut inscrite au palmarès le long de ses études au Caire, où son père l’avait envoyé pour ses classes secondaires, et c’est au nom de Morcos Fahmy qu’est libellé le brevet de l’Ecole Normale, en date du 1er juillet 1888.

21Il s’inscrivit d’abord à l’Ecole des Sciences où il croyait trouver sa vocation. Mais un incident inopiné vint modifier l’orientation de sa carrière.

  • 3 Misr, 14 avril 1919.

22Les évènements de 1882 avaient bouleversé la conscience égyptienne créant un malaise aigu chez la jeunesse. Et voilà que du haut de sa chaire, un professeur anglais s’en prend à un élève moins heureux que ses frères tant en l’esprit qu’en la matière et lui rappelle brutalement sa situation. Morcos Fahmy quitte son banc, signifie au maître qu’il abandonne l’école parce qu’il refuse l’enseignement d’un homme qui, « dépourvu du sens de la dignité humaine, est incapable de respecter son semblable ». Ce n’était pas là son premier sursaut de révolte contre l’occupant. Dès l’Ecole Normale, il s’était associé à plus d’une manisfestation nationaliste, et par des écrits, dont l’existence n’a pu être relevée que grâce à une citation du quotidien Misr3, il soutenait également l’idéal des patriotes et leur combat.

  • 4 Al-Akhbar, 12 mars 1911.
  • 5 idem.

23Plus tard, lorsqu’éclata la querelle ministérielle entre Abbas II et Lord Cromer, il fut dans le rang des manifestants qui, le 20 janvier 1893, assiégèrent le quotidien Al-Mokattam4 et qui, le 21 janvier5 après une audition de l’Aida à l’Opéra, ovationnèrent le Khédive pour sa fermeté vis-à-vis des Anglais et, maîtrisant les coursiers du souverain, escortèrent sa calèche depuis l’Opéra jusqu’au palais de Abdine.

24Une fois sorti de l’Ecole des Sciences, Morcos n’hésita pas longtemps. Son père qui lui avait vivement déconseillé la profession d’avocat, alors l’objet d’une mésestime générale, résidait trop loin pour que son opinion pesa à nouveau. Il se dirigea vers l’Ecole française de Droit. Le Doyen, le professeur Vidal, déclina tout d’abord sa demande d’admission, justifiant son refus par deux motifs : le candidat ne comptait que seize ans et demie, l’âge requis pour l’acceptation étant de dix-sept ans ; de plus, le trimestre était à demi entamé. Morcos rétorqua que les deux impératifs répondaient à un seul et même coefficient : son aptitude à suivre les cours, et il suggéra qu’on l’éprouvât jusqu’à la fin du trimestre. Ravi par la hardiesse de ce jeune homme, le professeur Vidal l’introduisit sur l’heure dans la classe de première année. Le trimestre révolu, il se vit attribuer les meilleures notes ; il ne quitta l’école qu’avec sa licence en juin 1892.

25Mais, insatisfait de l’enseignement reçu au Caire, il demanda, par une lettre datée du 13 juin 1892, son admission à la Faculté de Droit d’Aix-en-Provence où il fut accepté.

26Toutefois son père avait subi des revers de fortune qui ne permirent pas à Morcos de se rendre aussitôt en France et il ne put partir qu’en 1894. Il débuta donc au Caire comme stagiaire dans l’étude de maître Tawfiq Khalil, l’avocat peut-être alors le plus respecté, qui lui témoigna une estime constante. Durant cet intervalle de deux ans, une tragique aventure sentimentale, survenue à un ami, qui s’était dénouée par l’assassinat du héros, avait cristallisé l’indignation de Morcos devant la situation sociale de la femme et sa propre répugnance des cloisons surgies entre les hommes à cause du fait religieux, idéologique ou racial.

  • 6 Al-Mar’a fil-shark (La femme en Orient), éd. Al-Ta’alif.

27C’est sans doute ce qui l’incita à rédiger puis faire publier en 1894 un ouvrage sur l’émancipation de la femme6 dans lequel, réformateur hardi, après avoir réclamé pour celle-ci l’instruction au même niveau que pour l’homme, son émancipation sentimentale et sociale, son droit intégral à l’autodétermination, il proposait un remaniement total des lois matrimoniales.

28Dans la Préface, l’auteur avoue sa préoccupation devant la dégradation de la société égyptienne, unanimement reconnue et déplorée, et sans que personne ait jamais songé à s’en demander le pourquoi. « Cette pensée ne me quitta plus un instant [...] au point que je la ressentis comme un corps vivant qui progresse à l’instar de l’homme qui avance en âge [...] ; elle surgissait en plein travail et m’arrêtait de l’entreprendre, elle m’assaillait dans mes promenades, altérant la beauté des paysages, opposant l’ombre à la lumière, et je revenais triste et désemparé de là où j’avais espéré trouver le repos et la paix ».

29Il dit avoir d’abord pensé écrire un essai philosophique sur le sujet. Mais, la rédaction commencée, il rencontra un ami à qui il fit part de son projet. L’ami lui raconta alors une poignante tragédie qui illustrait si parfaitement le problème, qu’il le lui proposa comme sujet à son ouvrage, lui « suggérant de le revêtir de l’habit dramatique ».

30L’histoire n’était-elle que l’histoire d’un inconnu ou bien le héros du drame se trouvait-il être l’ami même de Morcos ? De fortes présomptions nous autorisent à opter pour la seconde explication et d’ailleurs la pièce vibre d’une émotion véritable.

31Après avoir ridiculisé les assertions des médecins qui prétendent tirer de l’infériorité physique de la femme ou de ses différenciations structurelles des raisons pour la maintenir dans une position subalterne, après avoir opposé aux factions qui critiquent les mœurs occidentales, que loin d’une imitation servile, il s’agit d’un essai d’adoption de ce qu’il y a de meilleur, l’auteur postule que « La femme est la sentinelle des patries, et elle détient les clefs de la vie morale, c’est pourquoi nous devons la vénérer et la considérer en tous points l’égale de l’homme ».

32Il termine sa préface en déclarant qu’il livre son ouvrage au public dans l’espoir d’être utile à son pays.

33C’est en tout cas le premier cri jeté en Egypte pour l’intégrité des droits de la femme.

34La thèse précédemment exposée dans la préface pourrait être ainsi résumée :

35La régression de l’Egypte a pour cause initiale l’absence de vie familiale qui, noyau de la solidarité, constitue la cellule de la vie sociale, d’abord, de la vie politique, ensuite. Or, il n’est pas de vie familiale, selon Morcos Fahmy, sans un développement réciproque de l’homme et de la femme qui en sont les deux pôles extrêmes, sans que la femme y détienne le rôle dévolu à ses qualités inhérentes.

36Egale à l’homme moralement et intellectuellement, la femme lui est supérieure par la finesse de son intuition et l’étendue de sa sensibilité, facteurs indispensables à l’épanouissement d’une civilisation. Mais l’ignorance et l’égoïsme des hommes ont dépouillé la femme de sa véritable identité. Sevrée d’instruction, frustrée de toute liberté de choix, cloîtrée et asservie à un mari imposé, la femme orientale apparaît inapte à ses devoirs d’épouse et de mère. Elle devient naturellement incapable d’assumer la moindre responsabilité sociale, de sorte que la société égyptienne est « frappée de mort civile ».

37Pour remédier à cette carence Morcos Fahmy propose, d’une part, le remaniement du code matrimonial et, d’autre part, l’abolition des coutumes pliant la femme à la tyrannie masculine. Bien mieux, dans une large vision d’humanisme, voire d’oecuménisme, le jeune auteur envisage une laïcisation complète des mariages interconfessionnels, sans aucun préjudice de dogme spécifique pour aucune des deux parties.

38Tel est le fond de ce généreux débat dont voici la trame mélodramatique :

39Une jeune fille, contrainte par ses parents d’épouser leur élu alors que son cœur était déjà donné, se refusa au devoir conjugal, fut quasiment le témoin de l’assassinat de l’amant par le mari et finalement empoisonna l’époux abhorré avant de se suicider.

40L’auteur espérait, grâce aux résultats terrifiants de ce despotisme familial, atteindre un large public d’adeptes. Toutefois, en dépit de sa forme dramatique, La femme en Orient n’emporta pas le succès souhaité. Sa technique théâtrale laissait à désirer et les digressions juridiques du plaideur dans l’acte III surtout, où sont exposées toutes les thèses de l’auteur, débordent le cadre de la scène. En lisant ce même acte cependant, on ne peut manquer d’apprécier la hardiesse du tableau que sans ménagement brosse l’auteur de l’inconscient égoïsme masculin en Orient et de sa féroce structuration en une gangue pétrie d’impératifs où le social, le moral et le conventionnel se disputent le privilège de mieux agripper leur proie.

41Le style net et dépouillé contribue à mettre en valeur l’indignation profonde provoquée par l’esclavage de la femme, aussi bien qu’à traduire une immense pitié pour les souffrances de la victime.

42Les images, généralement fortes, sont souvent enveloppées de poésie. La vie familiale de l’Egypte au xixème siècle ressuscite avec un accent d’authenticité convaincant. Et, en dépit d’un développement parfois pesant, la vigoureuse argumentation a le mérite d’embrasser tous les aspects du problème moral, intellectuel, pratique et sentimental.

43Le drame, vivement ressenti, est hardiment exprimé. Les dernières paroles de l’héroïne portent la théorie de Morcos à son sommet : la transfiguration des passions par le sentiment qui les anime. C’est ainsi qu’après avoir empoisonné son mari, après avoir absorbé le même poison qui lui permet de retrouver son bien-aimé, elle peut jurer, prenant à témoin son Dieu qui va la juger, que les seules heures d’honneur et de pureté de sa vie elle les a vécues avec son amant.

  • 7 La citation a été rappelée par VAhram du 13 septembre 1964 sous la rubrique "70 ans auparavant".

44La nouveauté des idées et l’audace des revendications jaillies en Orient et en cette fin de siècle ne pouvaient certes demeurer inaperçues. Accueilli tantôt avec une animosité violente, et tantôt avec un silence indifférent, l’ouvrage ne bénéficia d’une citation favorable que dans le quotidien Al-Ahram du 13 septembre 18947. Voici ce qu’en disait l’auteur lui-même, dans une esquisse de mémoires, rédigés en français et qui sont restés inachevés : « Le cri d’un homme dépassant à peine le seuil de sa faculté n’était pas propre à attirer l’attention ; on aurait voulu être suggestionné par un nom d’auteur pour se donner la peine de lire. Et encore. Il y a tant de manières de lire. Je ne le regrette pas, d’ailleurs, à en juger par la manière dont je fus traité par les deux seules revues qui ont eu, par malheur, l’occasion de me lire. L’une (El Lamadon ou La civilisation), rédigée par un musulman et l’autre, rédigée par un copte, se sont entendues pour me traiter de jeune écervelé prétendant saper les deux religions musulmane et chrétienne ». Ce furent sans doute ces dernières considérations de principe qui motivèrent l’hostilité manifestée à l’égard de la pièce et le silence où elle sombra par la suite puisqu’on ne mentionna jamais d’autre libérateur de la femme que Kassem Amin qui, pourtant, ne se hasarda point aux conclusions hardies de Morcos et que, près d’un siècle plus tard, en 1979, à l’occasion de l’année de la femme, la revue des Frères Musulmans Al-Da’wa, deux mois avant que Sadate suspende sa publication, fut la seule à mentionner la Femme en Orient (1894) et les Recherches sur la pénalité de l’adultère (1940) pour taxer Morcos Fahmy d’athéisme, d’impudence et d’immoralité.

45Quant à l’auteur, parti pour Aix le 17 juillet 1894, il y obtint la médaille pour le droit romain le 29 septembre 1894 et la licence le 5 septembre 1895, avec des prix pour les diverses matières examinées. Ceux-ci se concrétisèrent en ouvrages historiques et philosophiques, prémisses d’une bibliothèque considérable qui, en exceptant près de trois mille volumes de droit en français et en arabe, représenta les courants de la pensée, depuis l’antiquité jusqu’à Bergson et Freud, les diverses phases de l’histoire, de nombreux traités d’art et de littérature.

46De retour au Caire, Morcos Fahmy installa sa propre étude à Faggalah.

  • 8 Effets de l’application de la censure sur le mouvement nationaliste égyptien, Yunan Labib, ed. Univ (...)
  • 9 Yunan Labib, op. cit, Les Mémoires du Khédive Abbas Hilmy II, p. 266.

47Ses projets d’avenir n’empiétaient pas sur ses préoccupations de patriote et dans son esprit se dessinait déjà tout un ensemble de réformes, propres à relever le niveau social et moral de ses compatriotes. Lié avec Mustapha Kamel, il n’adhéra toutefois point à son parti, non plus qu’à aucun autre tout au long de sa vie. Naturellement hostile à l’esprit d’intrigue, il répugnait aux querelles partisanes et ne participa à la vie politique qu’aux heures où il crut possible d’innover ou d’orienter. Comme Mustapha Kamel, il refusait le fanatisme et pensait, avec lui, que la violence de Orabi avait précipité l’occupation anglaise et que les divisions de quelque nature qu’elles soient compromettaient la résistance. C’est d’ailleurs l’idée, celle d’un front uni, qu’il soutiendra dans les rares occasions où il tentera un redressement de la vie politique. C’est après la mort de Mustapha Kamel que les divisions s’accusèrent et que la violence s’exacerba8. C’était aussi l’opinion du Khédive Abbas II : « Après la mort de Mustapha Kamel, le parti nationaliste s’engagea dans une voie différente de sa première orientation. Ses dirigeants ne furent pas à la hauteur des évènements. Mohammad Farid ne possédait pas l’intelligence de son prédécesseur non plus que son influence et ne savait pas imposer son autorité. Le Cheikh Abd al-Aziz Shawish avait à plus d’une reprise essayé de détourner le frein modérateur de Mustapha Kamel et l’ordre imposé au sein du mouvement nationaliste. Lorsque mourut Mustapha Kamel, Shawish émergea avec ses partisans extrémistes »9.

48Il est parfois, au cours d’une vie, certaine époque privilégiée qui semble riche d’apports, de réalisations et de conséquences. L’année 1897 fut marquée par l’affaire Seif al-Din, qui d’emblée porta le nom de Morcos au faite du barreau, les prémisses du conseil de l’ordre, le mariage du jeune avocat.

  • 10 Alors le rendez-vous des membres de la famille régnante et du Gotha cairote, aujourd’hui Club des o (...)

49Le prince Seif al-Din était le beau-frère de Fouad, le futur roi d’Egypte, dont la discourtoisie vis-à-vis de son épouse, la princesse Chivekiar, avait provoqué la colère de Seif al-Din : il tira un coup de pistolet contre Fouad lors d’un déjeuner au club Mohamed Aly10.

50Fouad blessé à la gorge, Seif al-Din fut accusé de tentative de meurtre et, en dépit de son rang, condamné à la prison. Morcos Fahmy, requis en cassation, obtint l’extradition. Sa plaidoirie, reproduite par la presse, fut intégrée au programme de criminologie de la faculté du Caire pendant près d’un demi-siècle.

51La rapide ascension de la carrière de Morcos ne lui dissimulait pourtant point les écueils du métier.

52Dès ses premiers pas au barreau, Morcos Fahmy avait réalisé les carences des cadres juridiques et résolu d’y remédier. Les juges, qui souffraient les assauts oratoires de plaideurs souvent dépourvus de licence, voire de brevet, témoignaient d’une hauteur qui ne laissait pas d’être injurieuse envers ces demandeurs baptisés par l’ironie populaire al-Kalamgeya (les parlotteurs), ressuscitant sans le savoir l’avocasserie de Voltaire.

  • 11 Al-Mossawar, fin janvier 1955, "Morcos FAHMY prince des avocats" par Sabry Aboul Magd, Al-Mohama, j (...)

53Il était arrivé plus d’une fois que Morcos Fahmy intervint en faveur de confrères injustement molestés. Lorsque Mustapha Fathy, présidant le tribunal de Gizeh, condamna, pour une divergence d’opinion l’avocat Aly Youssef à la détention, Morcos prit l’initiative sans précédent au barreau égyptien d’en avertir le Procureur général, M. Corriett. Il ne quitta le bureau du Procureur anglais qu’après l’avoir entendu abroger l’ordre de détention décrété par le juge à rencontre de l’avocat. Puis, avec cinq de ses confrères, leur insufflant ainsi l’esprit de solidarité, il se dirigea chez le président de la Cour, Fathy pacha Zaghloul, et le pria d’arrêter des mesures prévenant la répétition de pareils incidents11.

54Lui-même en butte à la discourtoisie d’un juge anglais, Morcos avait un jour replié ses dossiers et dit en quittant l’audience : « J’ai terminé. Un juge dépourvu d’égards envers la défense est incapable d’émettre un jugement ». Le juge avait déféré l’affaire au Parquet pour délit contre la Cour.

  • 12 Al-Mossawar, janvier 1955, Sabry Aboul Magd, art. cit.

55Mais le Khédive Abbas II apprit l’incident et exigea du magistrat qu’il s’excusât auprès du jeune avocat12. La répétition de cas similaires affermit son projet de créer un Ordre des avocats, capable de maintenir le niveau de la confrérie et d’inspirer le respect En dépit des difficultés qui transparaissent dans une correspondance échelonnée sur près de deux ans, où chacun prétexte que ses occupations et préoccupations le privent de collaborer au bien général et délègue son entière confiance aux plus heureux qui trouvent le loisir de s’y consacrer, il y eut quelques réponses encourageantes, telle la lettre signée par Neguib Chacra et Selim Rathle, en date du 24 novembre 1901, qui exprimait une approbation totale pour le projet du conseil de l’ordre. Au prix de patients efforts, Morcos parvint à rassembler dans son étude les premiers éléments d’une commission. La réunion inaugurale se tint le 10 décembre 1897.

  • 13 Al-Ahram, 7 mars 1937. Al-Mossawar, n° 961 (12 mars 1943) reproduit le procès-verbal. Al-Mohama, se (...)

56Le procès-verbal de la séance inaugurale tenue dans le bureau de Morcos, daté du 10 décembre 1897, note un remerciement unanime à Morcos effendy Fahmy ainsi qu’à Mohamed bey Farid en tant que promoteurs du projet13. Il décide l’institution d’un barreau et stipule l’élaboration des lois pour le régir. Les paraphes apposés au bas du document, une quinzaine environ, comportent des noms tels que Mohamed Farid, Abd al-Aziz Fahmy, Omar Loutfy, Ibrahim al-Helbawy, Ibrahim al-Lakkany, Nicolas Thomas, Ahmed al-Hosseiny, Mohamed Youssef. Au cours d’une séance suivante, un secrétaire perpétuel fut élu en la personne de Morcos Fahmy et c’est lui qui reçut mandat en compagnie de Mohamed Farid pour l’élaboration des règles destinées à régir le corps du barreau...

57En 1899, parut le premier code de l’Association des avocats. Rédigé par Morcos Fahmy, édité à l’imprimerie al-Tawfiq de Faggalah, c’est un fascicule de 16 pages, comprenant 6 chapitres, répartis en 38 paragraphes.

58Les chapitres traitent : 1- du but de l’association 2- de l’admission des membres 3- de leurs devoirs 4- de la composition du conseil d’administration, de son mandat, de ses attributions 5- des réunions du conseil et 6- de ses activités.

59Il avait été nécessaire de spécifier que seuls seraient admis au conseil les membres détenant une licence, en vertu de laquelle ils auraient été préalablement inscrits au répertoire de la cour.

60Les devoirs édictés à l’avocat envers lui-même, envers ses mandataires, ou bien envers ses confrères, sont loin d’être une bagatelle. Ils témoignent de l’idéalisme de l’auteur et de sa scrupuleuse conscience professionnelle. Après avoir appelé à la loyauté et à la solidarité entre confrères, il exhorte au maintien de l’esprit juridique et à l’intégrité personnelle, de sorte qu’« à travers ses représentants, la justice retrouve le respect qui lui est dû ». Il demande à l’avocat d’agir vis-à-vis de ses mandataires « comme il eut aimé qu’on agît envers lui-même » ; « de ne point les leurrer par de fausses promesses, non plus que d’en exiger des honoraires dépassant leurs possibilités ». Il suggère même au plaideur de défendre gracieusement ceux qui ne le pourraient rétribuer.

61Ces préceptes n’étaient pas de vains mots. Morcos Fahmy les pratiqua tout au long de sa vie. Sa générosité, sa promptitude à l’assistance, devenues proverbiales, allaient être sollicitées au-delà de l’ordinaire.

62Dès ses premiers pas dans la formation du conseil de l’ordre, ses confrères considèrent Morcos comme leur défenseur. Nombreux sont ceux qui le consulteront pour l’orientation d’une carrière, tel Wissa Wassef dans une lettre datée de 1899. D’autres appelleront souvent son assistance, tel Morcos Hanna qui lui écrit, en 1899, « toi à qui je dois tout jusqu’à aujourd’hui », et tel Wahib Doss, en 1902, pour ne citer que les noms restés célèbres.

  • 14 Ne pas confondre Tawfiq al-Hakim, "le vieux journaliste", avec son homonyme, l’écrivain, essayiste, (...)

63Nombreux aussi sont ceux qui, cherchant réparation des offenses infligées par la magistrature, requerront son intervention et s’appuieront sur son indéfectible courage14.

64Les premiers statuts du conseil de l’ordre prirent près de 10 ans avant d’être homologués. Ceux-ci définitivement remaniés, c’est vers 1907 que Morcos Fahmy, en tant que secrétaire de la congrégation, demanda au gouvernement d’en ratifier l’existence, ce qui fut longtemps refusé, l’autonomie du barreau semblant gêner la magistrature d’une part et les puissances étrangères de l’autre.

  • 15 Aujourd’hui avenue Ramsès, artère de jonction entre Héliopolis et Le Caire.

65C’est seulement en 1912 que Saad Zaghloul, ministre de la Justice, accepta d’entériner le conseil de l’ordre, dont la création lui sera faussement attribuée, lors de la pose de la première pierre du siège actuel de l’ordre par un ministère wafdiste. Montée en épingle dans Al-Ahram du 14 février 1937, avec les louanges dues au créateur, l’erreur fut, trois semaines plus tard, le 4 mars, rectifiée par Tawfiq al-Hakim15, correspondant chevronné du quotidien qui signait « le vieux journaliste ».

66Mais la lumière est lente à se faire sur les événements les plus clairs. Quelques temps après, maître Aziz Khanki revendiquait à son tour la paternité du conseil de l’ordre, lui qui n’apparaît dans les procès-verbaux qu’en 1902, après la rédaction des premiers statuts de l’association publiés en 1901, et seulement à titre de témoin des séances. Sous le coup de la surprise, Morcos Fahmy notait dans son journal : « Il est impossible à celui qui, vivant, a vu ses efforts attribués à un autre de se défendre d’un certain mépris pour les sciences historiques, et d’une tendance à les considérer comme un amas de mensonges, comme une expression de la convoitise sous tous ses aspects... Faut-il admettre, en définitive, que l’homme naît mauvais, puisque connaissant la vérité, il peut sans hésiter affirmer effrontément le contraire... Et comment veulent-ils effacer le droit de celui qui a créé leur conseil de l’ordre ? Est-ce qu’il l’a oublié, Saad Zaghloul, le contrôleur de la justice, ou bien l’a-t-il oublié Aziz Khanki, ou bien Helbawy ?

67Messieurs les avocats, l’Egypte toute entière a-t-elle fondé votre conseil de l’ordre dans les abîmes de la terre, sans que personne eut conscience de la manière dont il prit corps ?...

68... La grandeur de Saad (Zaghloul) consiste en ce qu’il a compris la responsabilité inhérente à sa position de législateur et, qu’étant avocat lui-même, il a réalisé l’honneur de la profession jusqu’à valider son conseil de l’ordre, ce qui fut décrété le 1er janvier 1912, alors qu’il était ministre de la Justice, comme l’a dit dans son discours maître Kamel Sidky. Et nous sommes aujourd’hui en 1940. Et personne ne se lève pour dire quel est celui qui a ou bien quels sont ceux qui ont fondé le conseil ?

69Se trouve-t-il un de ces prétendus fondateurs qui puisse nous éclairer sur les faits qui ont concouru à sa fondation ?... Voici d’anciens documents tels qu’ils ont été rédigés... Le premier document est daté de décembre 1897 ».

Demeure de Guirguis Mikhaïl Amba Boula.
(Croquis : Messim Henein, à partir des souvenir de l’auteur).

Demeure de Guirguis Mikhaïl Amba Boula.(Croquis : Messim Henein, à partir des souvenir de l’auteur).

1. cour a : abreuvoir
2. Vestibule
3. salle de réception et séjour
4. salle à manger a : escalier menant à l’étage
5. Bureau
6. Couloirs
7. chambres à coucher
8. Toilettes
9. a : salle de bains b : salle de bains pour le personnel
10. garde-manger
11. Office
12. Resserre
13. logements du personnel
14. logements des gardiens
15. Garage
16. cuisine a : four à pain b : fourneaux
17. salle de pétrissage et apprêt des aliments
18. Laiterie
19. Silos
20. Bergerie
21. remise a : cour b : jaumes et pailles
22. a : pigeonnier b : poulailler
23. Écurie
24. étable des ânes
25. hangar aux chameaux
26. étable des bœufs et buffles a : mangeoires b : intruments agricoles

[La maison était construite en pierre et ciment et les plafonds supportés par des poutres. Les toits mobiles en nattes de jonc étaient également supportés par des poutres]

Mariage de Morcos Fahmy (1897)

Mariage de Morcos Fahmy (1897)

70Le retard des autorités à entériner le conseil de l’ordre avait entravé la parution d’une revue de l’ordre, dont Morcos avait établi les objectifs dès 1898 et qu’il ambitionnait de distribuer à l’étranger.

71L’année 1897 avait aussi été marquée par le mariage de Morcos. Sa femme, Lisa Guirguis Abd al-Malak, âgée de 18 ans, appartenait à la bourgeoisie cairote et, chose rare pour l’époque, ce fut un mariage d’inclination mutuelle. Intelligente, séduisante, Lisa maniait l’ironie le plus naturellement du monde et son rire cristallin égrené en cascades ponctuait l’humour des situations, tandis qu’avec un sens esthétique inné elle savait les maintenir dans leur contexte. Si elle n’avait reçu que l’instruction limitée qui était l’apanage des écoles de filles de la fin du siècle, elle n’en avait pas moins développé des qualités inhérentes d’ouverture et de profondeur. Tandis que son élégance s’alliait à la prestance de son mari, son grand courage et sa forte personnalité la portaient d’emblée à son niveau. Elle fut une compagne admirable, l’épaulant dans les crises graves qui devaient traverser sa carrière. Sa mort, survenue en 1937, plongea Morcos dans une solitude qu’il secouera difficilement.

  • 16 Les fleurs du lubech, appelées en arabe "barbe du pacha" peut-être en raison de leur parfum souvera (...)

72Après avoir résidé à Faggalah où Morcos avait son étude, ils s’installèrent vers 1900 en bordure pour ainsi dire du quartier, à l’avenue Abbas16 qui le ceinture au nord. Morcos fit alors venir ses frères cadets Abdou, Erian et Kamel de Sanhour pour compléter leurs études au Caire.

73Ils effectuaient le trajet de la maison à l’école khédiviale de Tawfiqieya et plus tard aux universités diverses juchés à dos d’ânes et flanqués de leurs âniers mensuellement appointés.

  • 17 Equivalent de Monsieur, "Khawaga" désignait les Occidentaux et par extension les chrétiens et les j (...)

74Cet amalgame de jeunesses différenciées par les âges et les conditions se laissait quelquefois égarer en chœur loin des disciplines collégiales dans une cavalcade effrénée le long des paisible berges du Nil du côté de Choubra ou bien, plus rarement, les jours de parfaite insubordination poussait jusqu’à l’auguste promenade princière, l’avenue des Pyramides. Envoûtés par la densité de l’ombre qu’offrait sa splendide allée d’eucalyptus dans les embranchements desquels, frileusement blottis, les lubechs dissimulaient coquettement leurs blonds bouquets d’or, ils en taquinaient les pollens au mépris des abeilles qui les butinaient, ils s’affublaient de coiffes de favoris ou de barbes17 façonnés avec les grappes des fleurs embaumées et humaient en vrais terriens, cette fragrance dont l’indicible poésie inondait l’opulente plaine couchée à perte d’horizon des deux côtés de l’allée sans hiatus jusqu’à la hauteur des Pyramides, sinon les sillonnements réguliers des cordons glauques tracés dans ce panorama de verdures par les canaux d’arrosement et le miroitement lointain du fleuve qui les alimentait. Ces jeux combinés d’eaux et de lumière indéfiniment répétés détaillaient ce gigantesque camaïeu en de si subtiles nuances que les senteurs chaudes et humides montant des carrés de cultures semblaient se fondre dans les résonnants effluves exhalés par les lubechs.

75Lorsque les bulletins scolaires signalèrent les licences de ses frères, Morcos, qui avait assumé leur entière responsabilité pour dégager son père alors en proie à des revers financiers commença par enquêter auprès des âniers complices puis se vit obligé de sévir. Mais ces délictueux rapportaient plus tard que les vertes semonces et même les corrections sévères de leur mentor procédaient de l’amusement plutôt que du courroux inhérent à la besogne.

  • 18 Mavros était grec, son nom l’indique. Un proverbe égyptien disait : Où que vous alliez, fut-ce au f (...)
  • 19 Pertinemment dénommée parce qu’abritant les plus grands faiseurs et réparateurs de tarbouches fourn (...)
  • 20 Tribunal de la communauté copte-orthodoxe.

76Les jours disciplinés, la bande de jeunes galopins s’octroyait un geuleton en récompense. Celui-ci consistait en une station à la sommaire épicerie-brasserie du Khawaga18 Mavros19 logée en face de la gare du Caire à l’entrée de la rue Faggalah non loin du quartier des Tarbouchiers20. Le dit Mavros, homme de biens, offrait au consommateur pour la somme de quatre millièmes un verre de bière agrémenté d’une petite écuelle contenant quelques olives, un morceau de fromage, des cacahuètes, un cornichon et du pain, non sans assaisonner le tout d’une plaisanterie encourageante.

77Ces jeunes gens fraîchement émoulus de leur village, les babines encore imprégnées de la mousse crémeuse du lait des bufflesses, trouvaient sans doute à cette nouvelle mousse un avant-goût des délices de Capoue. Morcos qui les avait précédés à ce comptoir édénique et avait préalablement tâté de la texture bénévole de son tenancier n’opposait aucune objection au couronnement savoureux de leurs journées de labeur.

78Ils furent encore plus étonnés que ravis de cette compréhension de leur aîné. Profondément hiérarchisée, l’éducation égyptienne bourgeoise exigeait des enfants les marques les plus inattendues de respect envers leurs parents, elle en exigeait autant des cadets envers leurs aînés. Ce souci de la déférence devenait une gangue tout juste bonne à étouffer les épanchements, les échanges et jusqu’aux liens familiaux. Morcos, qui en avait stigmatisé les abus dans son livre sur la femme, en balaya impatiemment les survivances avec ses jeunes frères comme plus tard avec ses enfants. C’est ainsi qu’il obligea de continuer à fumer ceux d’entre eux qu’il vit éteindre leur cigarette à son arrivée, alors que la seule odeur de tabac l’incommodait au point que, si certains visiteurs en abusaient, il faisait ouvrir à leur départ, fut-ce le soir en plein hiver, croisées et volets pour respirer un air pur. Il n’accepta jamais de boire son vin seul à table, son cognac ou son whisky ou quelque apéritif alors que la participation des puînés à la boisson s’appelait indécence, il n’accepta pas non plus qu’on interrompit un jeu à son arrivée, qu’on suspendit une discussion, et rejeta systématiquement tout le conventionnel qui fige les rapports et dévalorise toute vie.

79Journellement sillonnée par l’attelage du souverain, qui l’empruntait pour se rendre de sa résidence de Koubbeh Gardens au palais de Abdine, l’avenue Abbas était alors une allée verdoyante, un quartier résidentiel du Caire. Les Morcos y habitaient une villa à deux étages, entourée d’un jardin, qui faisait presque face au couvent du Sacré-Cœur. La villa était vaste. Le premier étage comprenait le vestiaire, le bureau de travail, les salles de réception, la salle à manger et un appartement pour les parents ; le second réservait aux parents un autre appartement, avec les chambres des enfants et de leurs gouvernantes, leur salle d’étude et leur salle à manger. Les communs se trouvaient au rez-de-chaussée ; un monte-charge transportait les repas aux deux étages supérieurs, et c’était, à chaque repas, le même émoi terrifié chez les enfants, lorsqu’à l’étage, la cage s’entrouvrait dans une funambulesque trépidation pour permettre la distribution des aliments, comme émergés d’une infernale ascension.

80Situées dans l’arrière jardin, les écuries avaient accès à la rue par une allée directement ouverte aux coursiers et aux attelages.

  • 21 Procès-verbal du magliss.
  • 22 Procès-verbal du magliss.
  • 23 Procès-verbal du 20 juin 1906 et 22 mars 1907.
  • 24 Lettre du Patriarcat, 7 juin 1906.
  • 25 idem.

81La vie du couple s’organisait autour de cette famille déjà nombreuse en même temps que la position de Morcos s’affermissait. Celui-ci, mandataire attitré de la famille khédiviale, conseiller du Patriarcat, ami des poètes Khalil Moutran, Ahmed Chawki, des artistes, tel Abd al-Hay qui aurait voulu détourner sa voix du barreau pour la dédier au chant, était secondé par le savoir-faire de sa femme. Les Morcos étaient, en quelque sorte, un des points de mire de la société du Caire. Chargé des affaires du Patriarcat copte orthodoxe, il en était le mandataire dès 1897. Fidèle aux principes communautaires, Morcos ne négligea point les intérêts de ses frères coptes. Membre du magliss Milly21, il fut élu à la séance du 22 décembre 1905 avec un quota de voix qui le classait second parmi 24 conseillers dont des vétérans22. Il présida en 1906 la commission chargée de remanier les lois du statut personnel23. Il fut ensuite désigné pour réorganiser le corps des tribunaux coptes. Il déclina l’offre mais on récusa son refus. Son projet de réforme présenté le 22 mars 1907 fut adopté à l’unanimité et le conseil lui adjoignit quatre membres pour en étudier l’application. C’étaient avec Morcos effendy Fahmy, Nakhla bey al-Motey, Morcos effendy Hanna, Selim effendy al-Baraty, Guirguis bey Henein24. Les procès-verbaux du Patriarcat établissent, par ailleurs, qu’il a présidé les séances du 12 avril 1907, du 26 juillet 1907, du 13 avril 1908, du 3 juillet 1908, du 2 octobre 1908, du 25 décembre 190825.

  • 26 La seule banque égyptienne jusqu’à la fondation de la banque Misr créée en 1920 par Talaat Harb sou (...)

82Tandis qu’il menait de front toutes ces activités, il avait aussi pensé affranchir les avoirs particuliers de la sujétion des banques étrangères. Il avait fondé dans ce but, en 1906, avec un groupe d’actionnaires, ses présumés amis, une banque authentiquement égyptienne, la « Banque du Caire »26. Mais plus imaginatif que gestionnaire ou spéculatif, il lui fut toujours difficile de penser en termes d’épargne. La malchance vint cette fois corroborer la tendance. Lorsqu’éclata la crise économique de 1909, Morcos Fahmy réunit le groupe des actionnaires et leur fit prêter serment de ne vendre aucune action, au contraire, de racheter toutes celles qui seraient jetées sur le marché. Seuls deux actionnaires observèrent le serment : Morcos Fahmy et son ami Fouad Saad. Ils se trouvèrent, du jour au lendemain, tous deux détenteurs de billets dépourvus de valeur. Pour colmater la ruine, Morcos Fahmy abandonna sans aucune contrepartie, un terrain qu’il avait acquis sur la pointe nord de l’île de Zamalek et qu’il avait payé cash cent mille L.E. en 1904, d’autres terrains sur le canal Mahmoudieya à Alexandrie et d’autres encore en Garbieya et au Fayoum.

83Il fit face à la débâcle avec un détachement peu commun et voilà que, seulement deux ans plus tard, il devait affronter une tragédie qui, celle-là, allait bouleverser sa vie et, pour toute une décade, gravement entraver sa carrière. Car, tout à son souci de bâtir, Morcos ne voyait pas, dans son sillage, grandir la jalousie ni se développer les intrigues. Ces deux ou trois années qui suivirent la débâcle financière de Morcos ne sont pourtant guère des années de recul ou d’inaction. Elles représentent, au contraire, avec la tranche de sa vie qui se déroule entre l’année 1919 et l’année 1923, un des moments culminants de ses activités politiques et sociales.

84En même temps qu’il créait une banque égyptienne, il essayait de fonder un hebdomadaire, La sécurité publique, pour attaquer l’occupant anglais sur son propre terrain, celui de la sûreté, afin d’obtenir le relâchement de l’étau qui paralysait la vie égyptienne et pourvoir le pays d’une armature sociale qui lui servit de tremplin vers de plus amples développements.

85La revue ne dépassa pas le stade du projet bientôt enfoui dans un tiroir. Mais l’idée devait naturellement habiter un juriste épris de progrès et d’idéal.

86Dans un pays tel que l’Égypte au sortir du xixème siècle, les biens et la vie des gens relevaient de la bonté divine plutôt que de la protection d’une police éclairée ou d’une vie sociale organisée. De vastes étendues de terres cultivées, incultes ou désertiques, tombaient sous la coupe des plus hardis : chefs de bandes capables de rançonner le bétail ou même les humains, en commençant par les enfants ; détrousseurs de grands chemins opérant pour leur propre compte ; assassins à la solde ou bien meurtriers de fortune. Pareille insécurité impliquait tant de précautions pour le moindre déplacement hors des villes que le plus petit voyage devenait une sorte d’expédition.

87Morcos, lorsqu’il se rendait avec sa femme dans leur propriété située en face du village de Mehallet-Malek dont elle n’était séparée que par la digue du Nil, parcourait les trois kilomètres, menant de la gare de Dessouk à sa demeure, escorté d’une douzaine de gardiens à cheval, solidement armés et jouissant de la redoutable notoriété qui consacre les gardes du corps.

88Il est vrai que Mehallet-Malek, dénombrant alors moins de trois mille âmes, tenait une place privilégiée sur le tableau des statistiques de la criminalité, puisqu’elle recélait proportionnellement plus de criminels qu’aucun autre lieu d’Egypte y compris la Haute-Égypte. Cette réputation avait même pesé quelque peu dans la balance au moment du choix d’une résidence d’été. Mais le site était beau et le sens esthétique l’emporta sur la peur du voisinage.

89Les Morcos y connurent des meurtres impunément perpétrés en plein jour ; d’autres qui recherchaient le secret abri de la nuit et du toit familial. C’est ainsi qu’une jeune fille d’un des cheiks du village, dont un simple manant avait regardé la beauté et qui avait répondu au regard, fut sauvagement égorgée par le chef de famille, dépecée et enfouie sous le fourneau de terre, qui, rebâti sur les débris de la malheureuse victime, devait en achever, sans peine et sans écho, l’incinération purifiante. Aux voisins qui avaient perçu des cris indistincts, on raconta qu’ayant été rendre visite à sa tante dans un lointain village, elle s’était peut-être égarée en route, qu’on avait en vain battu les chemins et fouillé la campagne. Et le cheikh infanticide vécut jusqu’un âge vénérable entouré de toutes les marques de considération dues au rang et à un comportement respectable.

Discours d’un novateur

90L’ambition patriotique de Morcos ne se bornait pas à essayer de secouer le joug britannique. Tout comme après avoir rêvé d’améliorer le sort de la femme, il avait entrepris la réglementation du barreau et des tribunaux coptes, il souhaitait assainir et relever le niveau de ses compatriotes à tous les échelons.

91De 1909 à 1911, il prononça une série de discours tendant tous à l’émancipation sociale, morale et intellectuelle du peuple aussi bien qu’à l’assouplissement de la main de fer qui le régissait.

92Dans ces discours comme dans l’ouvrage sur la femme, comme plus tard dans ses chroniques politiques, Morcos apparaît comme un novateur hardi. Nombreuses sont ses suggestions encore en voie d’application, quand elles ne sont pas oubliées, ou bien devenues objets de scandale. L’un des premiers que l’on ait retrouvés est intitulé « De la sécurité publique ». Il a été prononcé au Club du Parti « Al-Omma » (La patrie) et publié par l’organe du parti, Al-Garida (Le Journal), la voix des intellectuels la plus autorisée alors.

93Intégralement reproduit, il parut en manchette dans les tirages des 13 février, 10 et 11 mars 1909.

94« La sécurité, dit l’orateur, est la base de notre bonheur, si relatif soit-il. Elle est à chaque individu, le sentiment que sa personne, sa famille, ses intérêts moraux autant que matériels, sont à l’abri des exactions, des malversations ».

95Deux ennemis la menacent, « l’un apparent qui est faible en réalité vis-à-vis de la force sociale, c’est le criminel sous ses aspects divers ; l’autre ennemi, celui qui menace vraiment et complètement la sécurité est un ennemi puissant, dont l’habitude a enraciné le pouvoir dans les consciences et dont la routine journalière a légalisé la présence, respecté les actions, sanctifié les appétits et, qui plus est, a soumis les gens aux exploits de sa force. Je veux parler [...] du chef de l’Etat qui dispose d’un pouvoir illimité, ne s’inclinant devant aucune sanction, ne respectant aucun droit. Le mal qui découlerait de son gouvernement serait plus grave que les malheurs des sociétés environnées par l’anarchie des assassins, des détrousseurs de grands chemins, et des criminels de toutes sortes. Parce que le gouvernant, lui, commet les crimes au nom du droit et de l’autorité, qu’il jouit de la confiance légale et de privilèges hérités, et que l’apparat de son entourage l’entretient dans l’illusion d’un droit royal, divin et terrestre. Il n’est aucune possibilité de le combattre si la société entière ne se ligue pas ».

96Par-delà les carences sociales, par-delà l’impasse où se débat un Etat décapité, c’est le gouvernant réel, l’occupant, que vise ce préambule. Et le discours s’agence dans la même progression ascendante ; il étudie les possibilités autochtones des réformes sociales et juridiques, pour aboutir à la critique de l’arbitraire pratiqué par l’administration britannique.

97Appuyé sur sa double expérience d’avocat et de propriétaire terrien, il recherche d’abord à asseoir la sécurité sur des bases solides. « La sécurité n’existe que si elle est garantie par une législation », code civil, code criminel. « Il ne s’agit pas de révolution [...] ». Son esprit répugne aux révolutions ; il est un des pionniers du pacifisme ; il s’agit plutôt de réformes civiles, assurant la vie individuelle contre les tentatives criminelles, et les biens privés contre la rapine des puissants. Il y a aussi des qualités morales requises pour fonder la sécurité : la vérité, la solidarité, la bienveillance.

98Or, nous manquons de la base légale et de l’appui moral.

99Légalement, nous souffrons de l’absence d’une Constitution civile, qui égalise les droits individuels et réprime les abus du pouvoir.

100Moralement, nous sommes affligés d’une ignorance qui fausse les consciences et les familiarise avec le crime. Cette ignorance engendre : 1- Une vacuité qui apprête l’homme à tous les emplois. Le faible, asservi par le fort, est réduit au rôle de sbire, comme cela arrive fréquemment dans les campagnes où, sous l’initiative d’un chef hardi, s’organisent rapines et crimes. 2- La fausseté et la pleutrerie. Il est quasiment impossible d’obtenir la vérité, fut-ce à l’endroit d’un crime perpétré au vu et au su d’un chacun, et le témoin devenu complice, « le criminel peut rentrer chez lui, dormir sans remords, oubliant jusqu’au visage de sa victime ».

101Remontant aux mobiles de la criminalité, l’orateur relève la rareté des crimes passionnels : « Ne cherchez pas la femme, dit-il, n’ayant pas d’entité sociale, elle suscite de rares passions, provoque peu de crimes ». Le besoin non plus n’entraîne pas souvent de geste meurtrier, la vie étant relativement facile en Egypte, le sol fertile et le paysan habituellement généreux (qualité qu’il semble, hélas, avoir perdue depuis l’accrue de ses possessions terriennes).

102Les crimes, selon les statistiques de 1891 à 1906, découlent principalement de l’intérêt, des rivalités, de la vengeance. Pour remédier à ces désordres, Morcos Fahmy suggère plus d’une réforme. La réforme primordiale, celle dont il préconisera toujours l’urgence, celle dont il met l’exécution au-dessus de toute discussion, c’est l’instauration d’une Constitution civile, qui, elle, délimite les forces quelles qu’elles soient et réprime les abus d’où qu’ils viennent.

103Il trace ensuite tout un programme de relèvement des diverses couches sociales, en commençant par la police, responsable de l’ordre, et la population rurale où l’ignorance totale fait régner le chaos.

104C’est d’abord « l’instruction des organismes responsables de la sécurité » et leur soumission à un « entraînement éducatif » qui comporterait l’adjonction au programme d’études des officiers de police des deux premières années de cours à la Faculté de Droit, évitant ainsi la surcharge du budget que nécessiterait un enseignement distinct. C’est ensuite la hausse du traitement de ces officiers, pour inciter les éléments valables à embrasser cette carrière peu attrayante en soi.

105Et puis surtout, l’orateur insiste sur le fait que les « activités policières, directement tributaires de la loi », ne peuvent s’exercer que dans « le cadre des décisions juridiques, la justice étant l’esprit qui pense et la police la main qui exécute ».

  • 27 Chef de village ou de quartier.

106Les fonctions de maire, de cheikh balad27 ou de garde champêtre, étaient héréditaires ou bien soumises à la désignation gouvernementale. Les deux systèmes également corrosifs, dit Morcos Fahmy, assurent souvent l’impunité soit à des incapables, soit à de redoutables malfaiteurs. Il propose l’adoption du système électoral pour désigner ces responsables de l’assainissement de la vie campagnarde. Il suggère même la création de conseils régionaux, qui contrôleraient les maires, leurs cheikhs balads, et leurs gardiens. Les membres de ce conseil, eux aussi, devaient être élus par leurs commensaux, afin « d’éveiller la conscience nationale, d’apprendre à l’ignorant, au simple fellah, que cette main puissante qui mène la charrue du matin au soir en échange d’un infime salaire, est la même qui dirige sa vie sociale au sein de son gouvernement, le rappeler à sa propre dignité, lui enseigner le sens de la solidarité, sans fatigue, sans école, sans surcharge du budget ».

  • 28 Sous-officier de police.

107La relation de la ronde effectuée par le gardien de nuit ainsi que le détail du périple entrepris par le moawen28 responsable de son district, qui terminent la première partie du discours, révèlent, aussi bien que l’humour de l’orateur, son profond souci de la carence morale résultant de l’inoccupation. Morcos Fahmy veut y remédier en créant des sources de travail et, comme la surcharge du budget et le défaut de professeurs expliquent le manque d’écoles, il propose d’y remédier en instituant des écoles artisanales, qui pallieraient la vacuité et le paupérisme, en attendant que les moyens de l’Etat permettent l’extension de l’enseignement parce que, dit-il, « un métier est éducateur et que l’éducation donne souvent des résultats moraux supérieurs à ceux de l’instruction ».

108Ce vaste programme de réformes ne verra le jour que près d’un demi-siècle plus tard. Le discours conclut en revenant sur les exactions d’un pouvoir abusif qu’il avait signalées dès l’exorde. Puis, revenant à l’arbitraire des gouvernements dénoncés auparavant, il attaque les abus de la police anglaise.

109Afin de juguler les soulèvements nationaux, l’occupation britannique pratiquait la déportation des suspects au mépris de toute procédure. Morcos Fahmy stigmatise cette illégalité. Il souligne l’immoralité profonde de la déportation et réprouve l’arbitraire des méthodes qui autorisent de flagrantes injustices « livrant l’individu à la délation, ruinant des vies innocentes [...] ou bien exacerbent le criminel en le déracinant, et conduisent au pire des déséquilibres sociaux, au plus légitime sentiment d’insécurité ».

110Il termine en rappelant à l’Angleterre que, la première en Europe, elle s’est battue pour la légalité et pour l’inviolabilité des droits de l’individu.

111Le 9 avril 1909 paraît également dans Al-Garida un discours, prononcé cette fois au Théâtre arabe, qui s’élève contre la remise en vigueur de la censure, érigée en loi par les Anglais en 1881, qui était tombée en désuétude depuis 1894, et que, sous le nom de « loi des imprimés » Sir Eldon Gorst avait contraint Boutros pacha Ghali de réactiver le 25 mars 1909, croyant arrêter ainsi l’essor du mouvement nationaliste.

112Ce discours est l’œuvre d’un philosophe, d’un idéaliste et d’un poète autant que d’un patriote ardent. Il témoigne de l’esprit pacifiste qui transparaît dans tous les écrits de Morcos comme dans toutes ses manifestations. Loin d’être une abdication, son pacifisme est un appel à l’union en vue de la force :

113« Lorsqu’un imminent péril éclate et que, de la plaine ou de la vallée, la bataille se déplace vers les portes de la cité et les fondement des demeures, les devoirs se transforment et le combat incombe à chaque individu, qu’il soit fort ou qu’il soit faible, connaissant l’art de la lutte ou l’ignorant ; l’affrontement s’impose à la femme conjointement avec l’homme. A ces heures d’angoisse mortelle, les hommes se rassemblent, ils refont leur unité.

114Les Egyptiens se trouvent aujourd’hui dans une de ces heures cruciales. C’est pour cela que s’abaissent les barrières et que s’effacent les frontières et que les classes fusionnent et il revient à chacun de nous de se tenir dans la voie qui lui est tracée et d’abandonner son devoir quotidien pour accomplir un devoir plus impérieux et plus grand ». Délimitant sa position, Morcos poursuit : « Nous ne menons pas une enquête politique, mais nous défendons un droit naturel, qui doit demeurer au-dessus des lois de la politique, de ses caprices, de ses princes.

115Nous sommes réunis [...] en vue du bien et de la paix. Nous connaissons notre droit et nous le demandons, nous appuyant en cela sur la force suprême, la seule que nous possédions, la force immanente du droit.

116Il est dit qu’entre les nations le droit s’arrache avec les dents [...]. Ceux qui énoncent de tels principes assimilent l’homme à des bêtes féroces, rapaces, ne connaissant que le vandalisme, ne possédant dans l’âme aucune des attributions qui différencient l’homme de l’animal sauvage.

117Je vous demande d’appuyer vos exigences sur la force intrinsèque du droit, de sorte qu’il demeure notre infaillible guide vers le calme et l’équité ».

118Il veut éclairer ses compatriotes sur la portée de cette loi concernant la censure :

119« Certains d’entre nous ont pensé qu’elle n’intéressait qu’un petit groupe de trafiquants de l’écriture et des publications et que l’ablation de nos libertés était hors de question.

120Cette sorte d’illusion est un triste indice que nous sommes encore loin d’une appréciation réelle de la vie sociale [...]. La presse est à la nation ce qu’est la langue au corps humain.

121Les journaux n’appartiennent pas aux seuls journalistes ; ils sont la langue de la patrie en hypothèse et en vérité ».

122Répondant aux motifs invoqués en faveur de l’application de la loi, il les combat par les principes mêmes de la liberté de la presse :

123« Si les journalistes s’égarent et outrepassent les normes de leur mandat spirituel, le journal étant la propriété de la nation, chacun pouvant y écrire ce qu’il veut, l’erreur s’y peut rectifier, et le sage corrigera ce qu’un esprit inconsidéré aura publié. De sorte que la publication revient à sa fonction réelle et demeure la voix du peuple, et non pas un instrument de troc ou d’asservissement.

124Les journaux sont le lieu de rencontre des pensées, et le carrefour de l’œuvre publique ».

125Considérant la mission d’éclaireur du journaliste, il précise :

126« Il en est du journaliste comme du pilote du navire qui éclaire sa route et la dirige parmi les vagues tumultueuses, au sein d’épaisses ténèbres, supportant ce labeur dans l’intérêt des voyageurs, non pour lui-même ou son propre avantage ».

127Il rappelle alors que le journal est le média le plus accessible à l’expression individuelle :

128« Les journaux sont de vastes fleuves où baigne le plus petit penseur qui veut tenter sa chance d’exprimer une opinion. De sorte que la loi s’abat, directement et spécifiquement, sur la nation toute entière, et sur chacun de ses membres personnellement.

129La plume est la langue des sociétés ».

130Après une brève relation des efforts déployés par les hommes pour parvenir à transmettre à leurs fils leurs actions valeureuses, leur culture, leur heur et prospérité, il poursuit ainsi :

131« Sur tous ces exploits de l’humanité vient s’abattre aujourd’hui la loi inspirée de la censure et s’appesantir ses commandements et ses prohibitions.

132Vous ne trouvez pas, dans l’histoire, de nation dont le gouvernement ait asservi la pensée, et où semblable loi ait figuré dans sa législation, sans que cette loi ait entraîné l’asphyxie et la mort ».

133Il relève que les pouvoirs les plus arbitraires du monde antique depuis l’Egypte des Pharaons jusqu’à la Rome « de la royauté sacrée, à l’empire absolu, à la république », n’ont jamais exigé de leurs sujets « ce que nous impose en exactions la loi de la censure au xxème siècle », et il rattache la naissance de l’idée censoriale aux guerres de religion :

134« Il n’est guère survenu de guerre religieuse entre les hommes qu’elle n’ait altéré les progrès de la science et de la pensée [...]. Aucune nation n’a jamais [...] imaginé que les idées des hommes, ou leur rédemption, puissent être assujetties au pouvoir du prince régnant, sinon après le déclenchement des guerres religieuses qui ont aveuglé et assourdi les âmes et avili la nature humaine, la rejetant en deçà de sa condition ».

135Recherchant la motivation de cette loi, il ne craint pas de railler le gouvernement :

136« Y aurait-il parmi nous un groupe d’impies qui ait foulé aux pieds les prescriptions du Dieu Tout Puissant ? [...] Nous ne connaissons de crime verbal que celui qui attenterait à l’auguste majesté du Dieu Tout Puissant. Le croyant peut pécher par parole, il peut pécher en pensée, il peut pécher aussi dans ses croyances. Mais au sein des sociétés, il n’est pas de crime sans une action préjudiciable. [...]. Voudrait-on qu’en nous une sainte inspiration surveille nos agissements et nos paroles, connaisse nos intentions secrètes et ce qui en transparaît, et qu’elle doive, pour ce qui est de notre salut, tenir la place des dieux ; et que l’on ne pourrait nommer et que la pensée ne saurait effleurer, que sous une forme prescrite, et avec des mots au sens déterminé ? Et que celui qui s’en écarterait, serait un impie ? Ils ne veulent pas laisser à César ce qui est à César, ni à Dieu ce qui est à Dieu ».

137Puis, poussant l’ironie, il ajoute :

138« Entendez pourquoi notre gouvernement a promulgué cette loi. Nous sommes contraints de nous en prendre à notre gouvernement puisque l’action a été entreprise en son nom, qu’il en assume la responsabilité, si même il y a été obligé.

139Je ne m’engage pas dans une voie de blâme et de reproche. Ce serait pourtant le moins que puisse attendre la patrie de ses hommes.

140Je ne blâme personne parce que je lis dans le décret du gouvernement les signes de la pitié et du désarroi ».

141Les signes de la pitié, il les voit dans le fait que « tout en notifiant que cette loi est effective depuis 1881, le gouvernement se refuse pourtant à l’appliquer sans un nouveau décret, rédigé comme un avertissement, comme une mise en garde ».

142Il’ les décèle « dans la publication de deux décrets successifs issus le même jour, le second amendant le premier en appliquant la loi à la presse seulement, éliminant les autres imprimés, alors que son texte englobait toutes les publications ».

143Il les voit enfin « dans la clause laxiste qui subordonne l’autorité et les décisions du ministère de l’intérieur, soit à un recours en justice, soit à un appel au conseil des Ministres ».

144Parlant du désarroi lisible à travers la rédaction des décrets, il conclut que « le gouvernement disposait sciemment de ce dont il n’est pas censé disposer », ajoutant à cela « que le gouvernement n’a trouvé, pour formuler cette loi, que les termes indiquant son irresponsabilité », puisqu’il appuie sa décision sur la demande de « certains députés » qui redoutaient pour le bien public les débordements journalistiques.

145Mais, dit-il, « notre gouvernement n’ignore pas, non plus que nous, que quelques députés peuvent errer et que leurs assertions ne sauraient revêtir l’importance des déclarations nationales, sinon après qu’elles ont été étudiées et leur portée définitivement établie [....]. Nous remercions en tous cas notre gouvernement de présenter cette excuse, révélant qu’il nous respecte et qu’il respecte nos dires et nos opinions à un point qui n’aura jamais été confessé ».

146Et s’il était exact que certains journaux aient versé dans l’extrémisme, « il y a eu à toute époque et en tout lieu, des journaux équilibrés et des journaux emportés... Notre loi n’existe dans aucun autre pays », souligne-t-il.

147Il s’attaque ensuite à l’arbitraire de cette loi :

148« Un individu en a insulté un autre et lui a causé préjudice. Quelle est la punition de ce crime verbal ? L’accomplissement de la législation entraînerait-il [...] l’ablation de la langue de l’agresseur ?

149Je doute que quelqu’un puisse répondre par l’affirmative, quelles que soient les circonstances de l’agression ou quelle que soit l’importance de la personne agressée.

150Et pourtant telle est, à la lettre, la loi de la censure. La presse, qui se trouve être la langue de la patrie, s’est emportée ; cette langue doit être coupée ».

151Mais alors, dit-il, tous les droits dont on a abusé devraient être supprimés et il n’en subsisterait aucun puisqu’il est dans la condition humaine d’abuser de ce qui lui est donné et que « le bonheur de la société et le bonheur de l’individu sont tous deux liés à une chose, et c’est le respect de la liberté individuelle dans toutes ses manifestations ; le respect même de ses phases de violence, le respect de ses erreurs, le respect de ses vertus. Il n’est d’autre limite à cette liberté individuelle, que celle opposée par un autre individu, qui penserait que cette liberté porte atteinte à l’un de ses droits ; et il reviendrait à la justice de départager les opposants.

152Mais quant à la loi de la censure, nous n’y connaissons pas les limites du droit de parler. Nous ne savons pas quand est autorisée l’accusation, ni quelle elle sera, ni ce qui est permis, ni ce qui est défendu ; et nous ne savons pas quel sera le jugement pour cette accusation, introduite en secret, et qui est jugée en secret, sans que le condamné sache rien de ces agissements qui ruinent sa carrière et ses espoirs, et sa liberté, et ceci par le fait d’un mot qui peut n’être rien autre qu’un indice de sa pureté d’intention ou de la droiture de sa conscience ».

153Insurgé contre la vague des accusations dirigées contre la presse, il attaque directement :

154« Si les Européens ne veulent commercer avec nous que s’ils nous savent incapables de proférer un mol de liberté et de justice, et seulement si nous ignorons ce qu’est la dignité des âmes, ils ont toute liberté de garder leurs illusions et nous resterons tributaires de nos obligations. Et si chaque Egyptien ne trouvait en lui-même d’autre trace de son identité nationale que celle qu’un mot, lu dans un journal, peut effacer, alors Seigneur, quel que soit le remède pratiqué pour raviver son sentiment patriotique ce ne sera plus qu’une agglomération de mots vides de tout contenu ».

155Et d’ailleurs, dit-il, où sont les prémisses de la révolution et les signes de l’anarchie tant redoutée ?

156« Tout ce qui est advenu, c’est qu’un groupe de jeunes gens, éloignés de toute notion de révolution ou de ses entreprises, se sont trouvés réunis par un noble sentiment que ne peut extirper nulle force actionnée par l’homme et qu’ils ont perpétré ce crime atroce, ils ont crié : "Vive la liberté".

157Si c’est là un crime, nous n’aurons pour ceux qui nous ont précédés dans le crime, que miséricorde, et nous intercéderons pour eux ».

158Et s’il était vrai que la patrie se soit associée au gouvernement en dénonçant les menées subversives des journaux, « Au nom de quoi la dépouillez-vous injustement de ses propriétés, la propriété des journaux, et la privez-vous de la liberté d’écrire et du droit de penser ?

159Etrange, étrange, vous châtiez les journaux parce qu’ils vous désapprouvent et vous châtiez la patrie parce qu’elle vous approuve. Puisse le Seigneur nous révéler la voie salvatrice, exempte des malheurs du châtiment ».

160Il ne voit en définitive pas de profit à cette loi pour celui qui l’édicté :

161« Est-il raisonnablement possible ou même imaginable que la pensée se soumette à l’omnipotence des lois ? Elle est l’oiseau qui vole, fendant les couches atmosphériques de leur base à leur sommet, sans être arrêté par les nuages et sans crainte des pluies et des tonnerres.

162L’idée est un oiseau que l’œil ne peut apercevoir et que la main ne peut effleurer et le chasseur le plus habile serait téméraire qui prétendrait l’abattre avec ses armes.

163Elle est le souffle qui se déplace de lieu en lieu, qui surgit de peuple en peuple sans que se révèle sa trajectoire, et sans que l’œil perçoive son action, de sorte qu’il est impossible de la châtier ou d’en circonscrire les effets.

164Si vous imaginez avoir raison d’elle et que vous la foulez aux pieds, elle vous désarçonne de par sa propre force et resurgit, triomphante, nimbée de gloire et la puissance, subjuguée, s’incline devant sa grandeur et sa majesté. Elle peut se taire, ses manifestations peuvent s’éclipser, vous la croyez alors morte et que son message est terminé sans préavis, sans un signe. Une nuit profonde règne alors, où s’égare le chemin, où s’exaspère l’angoisse.

165L’idée, c’est le feu dans le volcan. Si elle est prisonnière et que s’accomplit sa maturation, elle explose, avec tout ce qu’elle recèle de force et de violence ; plus rien ne l’entrave alors de ce qu’elle rencontre sur sa route, ni ce qu’elle peut occasionner de destruction, ni ce qu’elle peut accomplir d’achèvement ».

166Pour appuyer l’irréductibilité de l’idée, il cite le « et pourtant elle tourne » de Galilé. « Il a proféré ces derniers mots en voyant la mort devant ses yeux, parce que c’était une pensée mûrie en sa conscience, qui a éprouvé le besoin de se révéler à l’univers ; et il n’appartient pas à l’homme de transgresser la nature. Plus les voies de la persécution se sont déchaînées, plus leur violence a renforcé le droit et dévolu sa valeur à la pensée, et raffermi sa suprématie ».

167Il envisage ensuite la position de l’Égyptien vis-à-vis de cette loi et quelle attitude il convient d’adopter :

168« C’est nous qui sommes les forts, la loi, elle, est faible.

169Il nous incombe d’agir [...] avec calme et maîtrise [...]. Nous n’avons pas besoin de force car la loi est en elle-même très faible. Elle n’est forte que contre elle-même et elle va au suicide.

170[...] Nous bornerons notre action à rappeler à ceux qui sont capables d’élaborer les lois, et puis de les anéantir, qu’ils détiennent un droit qu’ils ne peuvent outrepasser, et que nous possédons un droit qu’ils sont tenus de respecter.

171Si, toutefois, [...] cette loi [...] faisait partie de nos besoins nouveaux [...], je vous demanderais de l’appliquer [...] toute entière [...] sous son véritable aspect et nous la tuerions.

172Ils disent qu’il n’existe pas de droit à la liberté de la parole [...]. Nous répondons que nous nous désistons de tout droit, que nous ne voulons pas du droit à la propriété, que nous ne voulons pas de fortune, et que nous ne voulons plus lutter, de sorte qu’il ne subsiste ni avocat ni juge.

173Qu’écrit le journaliste ? Avec quoi l’avocat plaide-t-il ? Et sur quel droit le juge appuie-t-il l’énoncé de ses jugements, alors qu’on nous arrache le droit primordial, celui qui engendre la totalité des droits et les supporte ? ».

174Et soulignant sa conception de la mission de l’avocat et du journaliste :

175« Si l’on prétend que le recours à cette liberté d’écrire et de parler relève des phantasmes du songe, il est spécialement requis de la presse et du barreau de ne point écrire, de ne pas parler.

176En agissant ainsi [...], ils démontreraient qu’il est aux hommes des droits que ne peut bafouer le premier despote venu ».

177Il conclut par un dernier défi à l’oppression :

178« Il a pu arriver que certaines nations occupent d’autres pays, mais les sacrifices et les cœurs prévalent contre la force et contre les conquêtes et nous affirmons que nos cœurs ne diffèrent pas de ceux des autres.

179Si vous m’avez approuvé dans ce débat, nous dirons en chœur :  »Vive le droit, vive la patrie, vive la paix !« .

180Je ne vous laisserai pas dire après cela, avec toutes les forces de votre être : A bas l’oppression ! Je dirai plutôt tout seul  »Vive l’oppression« , parce qu’elle révèle aux peuples leurs droits ! ».

181Le discours eut une forte résonance. Il n’est, pourtant, pas mentionné par les historiens du mouvement nationaliste, non plus que par les militants de la liberté d’expression.

  • 29 Boutros pacha Ghali, Premier ministre copte, nommé en novembre 1908, assassiné en février 1910.
  • 30 Al-Wardany, jeune fondamentaliste, assassin de Boutros Ghali.

182Mais en 1910, lorsqu’après l’assassinat de Boutros pacha Ghali le 21 février29, l’Égypte se trouvait au bord de la guerre civile, avec les coptes déchaînés contre les musulmans, et les musulmans scandant dans les rues le slogan du triomphe : « Al-Wardany30 katal al-Nosrani » (le Wardany a tué le Nazaréen) et que certains ulémas, dont le cheikh Chaouiche, écrivaient en parlant des coptes : « Nous ferons de leurs peaux des lanières pour les fouetter et de leurs chevelures des cordes pour les pendre », à ce moment crucial, c’est vers l’éloquence convaincante de Morcos Fahmy que se tournent les responsables du gouvernement pour essayer d’appaiser les esprits.

183Il parla au Jardin de l’Ezbekieya le 23 mars et son discours fut publié par Al-Garida, le 27, sous la manchette « L’Union nationale ».

184Comme l’indique le titre, le discours développe l’idée maîtresse de sa lutte de patriote, celle-là même qui sous-tend son premier ouvrage La femme en Orient, qui se dessine nettement dans sa conférence sur la « Sécurité publique » et qu’il exposera plus amplement, en l’asseyant sur des bases juridiques, dans un discours prononcé au siège de Al-Garida, qui suivra de près celui-ci, intitulé « De la Constitution », publié par le journal le 3 avril 1910.

185Après un bref hommage à l’affliction nationale, le discours sur l’unité accuse l’antagonisme, ouvertement exploité par la presse des deux communautés égyptiennes, la copte et la musulmane. Il dénonce l’écueil des interprétations religieuses, la dangereuse inanité des querelles autour du meurtre, des mobiles du meurtre et de l’attribution du crime au fanatisme : « La patrie pleure aujourd’hui un de ses hommes éminents les plus efficaces. Est-il possible qu’après cela, le souhait de cette patrie qui pleure son chef soit de perdre des dizaines et des centaines de ses enfants dévoués ? ».

186Il souligne, en revanche, et non sans poésie, tout ce qui devrait unir ces parties : l’héritage d’un même passé glorieux, la jouissance des mêmes traditions, la lutte côte à côte pour un même sol, dont il exprime la pénétrante douceur qui devrait inciter à l’entente et grâce à laquelle « le musulman a vécu fraternellement avec le chrétien » ; puis il élève ses auditeurs à l’idée de patrie, par-dessus le clan et la communauté : « Il n’existe au devant d’une conscience comprenant le sens du mot patrie, ni musulman, ni copte. Il existe des Égyptiens, rien de plus ».

187Cernant le problème de la division entre Égyptiens, il croit en avoir trouvé les raisons profondes, par-delà les querelles religieuses, dans une carence de la solidarité, due à l’absence de vie familiale qu’il considèrera toujours comme la base essentielle de toute vie sociale :

188« Il n’est pas trace de solidarité dans nos sociétés en bloc. Et il n’en est pas dans les diverses parties en particulier. Vous ne trouverez aucun indice de cette solidarité chez quelque communauté que vous imaginiez. Vous ne la trouverez pas entre musulmans, si vous imaginez qu’il existe parmi nous une société musulmane ; Vous ne la trouverez pas entre coptes, si vous imaginez également qu’ils possèdent une vie sociale. Vous ne la trouverez même pas entre membres d’un même groupe qui se sont réunis et entendus pour agir en vue d’un même objectif et que l’on supposait unis dans l’esprit et dans l’action ».

189Quelles furent les réactions de l’assistance à l’énoncé de ces vérités sévères ? Quelles furent-elles lorsque l’orateur réprimanda les deux parties antagonistes pour leur attitude devant le drame ? Ou bien, lorsque l’avocat reprenant le pas sur le médiateur, il défendit l’idéal, non pas les voies, du jeune assassin et de ses acolytes, et qu’il s’indigna de la nullité de résonance chez les poètes à la vue de cet acte d’abnégation désespéré ?

190L’émotion qu’il témoigne n’entrave toutefois pas l’expression de sa réprobation et il explique aux jeunes « qu’ils ne sont pas, eux, les responsables du destin de leur pays, pas avant que la vie les charge de cette responsabilité, avant qu’elle leur enseigne ses lois profondes et qu’ils discernent la vérité à travers les leçons de l’histoire et leurs applications, de sorte qu’ils ressentent profondément la responsabilité de leurs agissements et que l’expérience les éclaire sur le sens du véritable intérêt patriotique ».

191Conscient de la périlleuse position des gouvernants, partagés entre les exigences de l’occupation et les aspirations nationales, il rappelle ironiquement aux journalistes leur prétendue mission d’éclaireurs et leur demande, en même temps que « d’épurer leur style, de faire comprendre au peuple que nos gouvernants ne sont pas nos ennemis, que ce ne sont point eux qui nous ont dépouillés de nos droits ; qu’au contraire, ils souffrent nos souffrances et ils vivent nos espoirs et que nous ne devons pas diffamer les âmes intègres, et ne pas nous glorifier de verser le sang de nos pères ».

192Le discours sur l’unité nationale se termine par un vibrant appel à une solidarité, reposant sur ses bases premières, les assises familiales.

193Si même la teneur du discours froissa certaines susceptibilités, il dut toucher les classes pensantes d’Egypte. Nous trouvons l’expression de cet intérêt dans les vers dédiés par Aly al-Ghayaty qui tient une place considérable dans la poésie égyptienne de l’époque, « A l’orateur de la paix ». L’œuvre est citée dans Al-Ahram du samedi 16 mai 1992, à la page 9, sous l’en-tête « Vous avez été équitable envers un peuple auquel vous appartenez », avec un préambule dont le signataire « Mahmoud Kamel, Inspecteur de l’enseignement aux adultes » termine sa présentation par ces mots : « Ces propos connurent la plus favorable des répercussions sur les esprits pacifistes [...] ».

« À l’orateur de la Paix
Vous avez discouru en évitant l’écueil de la passion En écartant les voies de l’antagonisme. Vous avez été équitable envers un peuple auquel vous appartenez. En dépit de l’agression d’un ignare Et quoique celui-ci fut assisté d’un autre ignare
Vous êtes un copte loyal à sa patrie. Nous voulons substituer à la foi des ignorants la foi patriotique. Vous et moi sommes frères dans notre pays. Nous avons longtemps vécu dans la religion de la paix.
Et s’il survenait une alerte nous défendrions ensemble notre patrie »

194Le discours sur l’unité nationale fut très vite suivi, comme il est signalé plus haut, par celui sur la Constitution dont il est en quelque sorte corollaire et qui, comme les autres discours, s’adresse, par-delà les foules, à l’élite, aux dirigeants, et surtout aux autorités anglaises qui opposaient un veto absolu à l’autodétermination de l’Egypte et intervenaient jusque dans ses affaires intérieures.

195Ce fut une des premières voix à s’élever pour demander une Constitution civile, la première en tout cas à s’exprimer publiquement et à critiquer les motifs allégués par l’occupant pour étayer son refus de la laisser instaurer. Tandis que les autres nationalistes, comme le déplore Morcos, acceptant l’objection de l’impéritie, s’efforçaient de prouver l’aptitude des Egyptiens pour les soustraire à cette restriction, Morcos, lui, invalide « cette excuse, affublée d’une apparence de principe social ». « Une nation, dit-il, débute dans la liberté, elle se fortifie en elle, puis elle parvient à son accomplissement par le moyen de sa liberté et à cause de sa liberté » parce que « la liberté n’est pas un bien qui s’acquiert avec le temps [...] ; elle est l’effet de l’existence, et elle en est la signification essentielle ; et c’est elle qui éduque toutes les qualités par lesquelles l’homme réalise tant son bonheur que son malheur ».

196Après avoir dit de la liberté qu’« elle est l’air que personne ne possède et qui appartient à tous, elle est le ciel et elle est la terre et elle est l’existence » et que « nous la méritons parce que c’est nous et parce que c’est elle », il appuie ses arguments sur l’éclatement des deux révolutions, l’américaine et la française.

197Publié comme les autres en manchette, le discours, par l’énoncé de ses idées laïques ne manqua pas de provoquer la colère des coptes et des musulmans. On peut en mesurer l’impact aux termes du compte-rendu paru dans le même tirage que le texte, le 4 avril 1910, à la seconde colonne de la quatrième page :

198« Hier après-midi le siège de la Garida était comble. Plus de mille personnes, notables, avocats, étudiants étaient venus entendre le discours de l’avocat Morcos Fahmy au sujet de la Constitution égyptienne.

  • 31 Ancien gouverneur de province. Actuellement préfet de police.

199L’orateur gravit l’estrade à cinq heures et demie, accompagné à droite et à gauche par des membres du parti La patrie et par des personnalités distinguées, dont Leurs Excellences Mahmoud Soliman pacha, président du parti, Aly Chaarawy pacha, secrétaire du parti, Ahmed Yehia pacha, Ismaïl Abaza pacha, Mustapha Khalil pacha, Mustapha Maher pacha, précédemment moudir31 de Minieh, Mohamed Anis pacha, Hassan Tawfiq pacha, maître Ibrahim bey Al-Helbawy, Hussein bey Abdine, Mohammed bey Sadek Abaza, Mohammed bey Tawfiq Shihab al-Din, Mohammed bey Tamam Habariry, Mohammed bey Madkour, Issa bey Tarar, Abd al-Satar bey Al-Bassel, et les avocats Wissa Wassef, Assad bey Makar, Riad effendi Guirguis et Youssef bey Al-Mouelhy.

200Un instant après, l’orateur se tint debout entre deux drapeaux égyptiens et fut accueilli par des applaudissements. Il répandit alors sur l’auditoire des trésors d’éloquence et les plus profondes exhortations, et il semblait manipuler à son gré les cœurs de ses auditeurs, les exaltant tantôt dans un ardent amour de la patrie, et tantôt les rejetant vers l’affliction et le mépris en leur insufflant la haine de la dépendance et du fanatisme. Développant ainsi un thème puis l’autre, sans souffler, il imposait le calme et la réflexion à son auditoire, et lui adressait les plus sages des conseils patriotiques jusqu’à ces mots "Le copte souhaite-t-il entrer dans le rang des étrangers, ennemis de sa patrie ?". Un jeune copte surgit alors des rangs, criant de toutes ses forces : "A bas l’orateur" puis le prenant à partie : "Vous déshonorez la patrie copte". Morcos garda son calme et sa maîtrise. On perçut alors une rumeur grandissante et le cri de "Vive la patrie copte" s’éleva par trois fois ; sur quoi un autre protestataire se leva pour proclamer "Vive la patrie musulmane". Puis, les remous s’apaisèrent, l’assistance se calma, et tout être pensant put apprécier la sagesse déployée par l’orateur et la fougue de son inspiration qui remuèrent si profondément son auditoire que les contradicteurs du début s’écrièrent : "Nous les coptes, nous demandons la Constitution".

201L’orateur parla ainsi durant une heure et demie. Son discours terminé, il s’assit et la salle retentit d’applaudissements prolongés et répétés et les assistants l’acclamèrent à plusieurs reprises, répétant "Vive la Constitution", puis ils se retirèrent en commentant ce qu’ils avaient entendu et prodiguant à l’orateur leurs louanges et l’expression de leur admiration.

202Quant au discours, nous l’avons reproduit aujourd’hui afin que nos lecteurs se joignent à ceux qui l’ont entendu et qui l’ont compris ».

203Plus encore que les réactions de l’audience, ces mots « qui l’ont compris » révèlent la teneur novatrice du discours et sa répercussion dans le monde des intellectuels.

204Pourtant, les protestations relatées par Al-Garida ne furent pas les seules à l’accueillir car la revue ne voulut pas rendre un compte exact de l’hostilité déclenchée à l’audition du discours. L’impression en fut si violente que les frères et beaux-frères de Morcos, qui assistant à l’audience et redoutant une fâcheuse issue, simulèrent le délire d’un enthousiasme qu’ils éprouvaient d’ailleurs, juchèrent sur leurs épaules le héros du jour et fendant la foule au galop le jetèrent dans sa voiture non sans ordonner au cocher de filer à bride abattue. Il souleva d’autres colères qui ne prirent point de gants non plus. Un des protestataires fit mine d’y mettre les formes, puisque pour masquer son identité, il signait « le fils de l’illumination du royaume ». Était-elle céleste cette illumination ?

205Rédigée sur une feuille de papier estampillée « Café de la Paix », « Place de l’Opéra », et datée du 6 avril 1909, c’est-à-dire quelques jours seulement après la publication des deux discours sur l’unité nationale d’abord, sur la Constitution ensuite, elle se compose d’un préambule agressif, suivi d’un sévère rappel à la morale et au devoir chrétien.

« Cher Monsieur,
L’auteur de cette lettre souhaite rester ignoré de vous, de crainte qu’après sa lecture, vous voyiez des raisons de rompre toute relation amicale (!) avec lui. Mais il désire que vous la lisiez attentivement pour dire ensuite ce que vous en pensez, en toute liberté de parole et d’action, sans vous soucier d’un préambule philosophique, semblable à ceux avec lesquels vous alertez les nerfs de vos auditeurs.
Monsieur,
Dans vos deux discours publiés par Al-Garida, vous avez dit vouloir (à plus d’une fin) la Constitution pour les coptes. Je ne vous attaquerai pas, puisque vous vous battez de bonne foi. Mais les coptes vous rejetteront car ils ne peuvent croire à la bonne foi ; ils la redoutent et préfèrent se dispenser de vos interventions sociales, si elles se résument à vos deux discours abscons. Nous, les coptes, avons été créés libres, nous aimons la liberté et nous demandons une constitution sans entrave. Nous haïssons le fanatisme religieux et disons à tous ceux qui professent une autre foi que la nôtre : la religion est à Dieu et le comportement aux hommes. Telle est la constitution des coptes ; elle est autrement claire que vos discours ténébreux.
N’oubliez pas que nous nous trouvons aujourd’hui au devant d’une querelle avec l’extérieur et que nous devons négliger nos dissensions intérieures jusqu’à l’extinction de la querelle mentionnée.
Il vous incombe, à l’heure actuelle, de chercher à résoudre nos problèmes internes, comme ceux du maglis milly, car nous manquons de la force nécessaire pour solutionner les difficultés extérieures.
N’engagez pas, maintenant, les étudiants dans un grave dilemme, alors qu’ils ont besoin d’employer à leurs études le temps qu’ils gaspilleraient aux préoccupations politiques, car nous sommes tous soucieux d’assurer leur avenir.
Appliquez-vous à cela et ne l’oubliez pas. S’ils maîtrisent leurs sentiments et s’opposent à mon opinion, n’imaginez pas que vous pourrez dire : ils ont maîtrisé leur intellect avant leurs sentiments.
Et je vous salue.
Le Fils de l’illumination du royaume »

  • 32 Les biens propres à l’Eglise copte, constitués en waqfs, c’est-à-dire en biens inaliénables.
  • 33 Il est pour le moins amusant de noter les termes de Cromer définissant Mustapha pacha Fahmy : "An e (...)

206En dépit de sa débâcle financière, Morcos Fahmy, semble alors à l’apogée de sa renommée et de son influence ; renommée qui rebondira avec « l’affaire des Chemins de fer », influence qui s’imposera une fois encore au congrès d’Assiout, alors qu’en butte aux plus sournoises attaques, il était déjà déféré au parquet sous le poids d’inculpations déshonorantes et alors même qu’il s’était attiré de nombreuses inimitiés parmi les coptes conservateurs, en demandant la remise en vigueur du décret khédivial de 1882, lequel créait un conseil administratif laïque destiné à contrôler l’emploi des biens cléricaux coptes32. Promulgué par Mustapha pacha Fahmy, appuyé par les Anglais33, le décret avait été infirmé par Riaz pacha et le désordre et la dilapidation continuaient.

  • 34 La lettre est rédigée en français.
  • 35 La livre égyptienne était alors au pair avec la livre anglaise.

207Morcos Fahmy avait adressé une première requête à Boutros pacha Ghali le priant de remédier à la situation. Le Premier ministre n’ayant pas répondu, il écrivit alors une lettre au « Ministre Plénipotentiaire de Sa Majesté Britannique au Caire »34 lui exposant l’incurie où se trouvaient les finances ecclésiastiques dont les revenus annuels chiffraient pourtant plus de 100 000 livres35.

208Le Patriarche refusait l’ingérence du conseil laïque, alléguant qu’il amoindrissait son autorité d’abord, et que, par-dessus le marché, les membres de ce conseil faisaient preuve d’autant de malhonnêteté que d’incapacité.

209« L’occupation britannique, dit Morcos au ministre anglais, a pris soin de toutes les branches de l’administration. Il n’est pas une branche qui n’ait ressenti l’effet plus ou moins salutaire de ses interventions.

210Cependant, pour des raisons que nous ne voulons pas apprécier, elle n’a jamais songé à s’intéresser à ce triste état de toute une communauté qui forme une fraction très importante de la nation égyptienne ».

211Il réclame l’assainissement du conseil afin de pouvoir en affecter les revenus aux multiples besoins de la communauté : l’éducation, l’instruction des enfants, des adultes, du clergé dont l’ignorance faisait tache ; la protection des veuves, des orphelins, une sorte d’assurance sociale avant la lettre. Il termine, affirmant que « tous les coptes qui pensent dans le pays sont absolument convaincus que Son Excellence appréciera leurs revendications d’un œil plus humain ».

212Il n’en fut rien. Seul le silence répondit. Morcos reporta ses revendications au congrès copte d’Assiout qui siégea les 6, 7 et 8 mars 1911.

Solidarité communautaire

  • 36 Kyracos Mikhaïl, Coptes and Moslems under British Control, Smith Elder C°, London, 1911, ch. III, p (...)

213Organisé pour essayer de combattre la discrimination systématiquement pratiquée par l’Angleterre et le gouvernement, tant dans la distribution des emplois gouvernementaux, que dans l’administration des intérêts privés, le projet du congrès s’était heurté à l’hostilité des deux pouvoirs, l’étranger et l’autochtone. Sir Eldon Gorst, dans une dépêche via Reuter, affirmait avoir visité les provinces qui dénombrent le plus de coptes et, qu’après une « enquête exhaustive », il avait vu qu’ « en dehors du Caire, les coptes n’avaient pas de raison sérieuse de se plaindre et, qu’en général, coptes et musulmans vivent tranquilles si on les laisse à eux-mêmes ! » [...] et que « les intérêts éducatifs des coptes recevaient des conseils provinciaux toute la considération qui leur était due ». Or, dans la seule province d’Assiout, les coptes payaient 32% des taxes et devaient recourir aux écoles privées pour l’éducation de leurs enfants36.

214Le télégramme de Sir Eldon Gorst avait provoqué une grande émotion chez les coptes qui expédièrent une protestation publiée par le Times du 17 février 1911 : « Il est très difficile de croire que le contenu du télégramme indique correctement l’opinion de l’agence britannique. Sir Eldon Gorst a passé de rares heures dans chaque lieu et il n’est pas aisé de concevoir qu’il ait pu mener une enquête  »exhaustive«  sur une question aussi complexe que le traitement appliqué aux coptes par les conseils provinciaux, pour ce qui est des intérêts éducatifs ».

215Mais l’hostilité vis-à-vis du congrès ne fléchit point. Et, comme le Patriarche avait adressé une encyclique à ses ouailles, les exhortant à la mesure et regrettant que le conseil se tienne si loin du Caire, les opposants, dont un certain nombre de coptes, racontèrent que le congrès avait été condamné par le Patriarche et accusèrent ses membres de rébellion. Quant au gouvernement britannique, il avait demandé aux agents consulaires des différents Etats européens, siégeant en Haute-Égypte, agents coptes pour la plupart, de boycotter le congrès. Les consuls menacèrent de se démettre de leurs responsabilités plutôt que de trahir le congrès.

216Le congrès eut donc lieu. Les faits et gestes en sont relatés in extenso dans un fascicule de cent deux pages, imprimé en 1911 par l’imprimerie du Journal d’Égypte dont le siège était à Faggalah ; l’ouvrage, actuellement épuisé, est intitulé Rapport des Actes et Procès-Verbaux de la Société Générale des Coptes d’Égypte. Le discours prononcé par Morcos Fahmy y est consigné à partir de la page 67. Une autre relation moins littérale et un peu moins détaillée occupe toute la première page du quotidien Misr du 9 mars 1911, lequel quotidien avait consacré la presque totalité de ses tirages des 7, 8 et 9 mars 1911 aux lendemains des séances, dont il rendait fidèlement compte.

217Nommé secrétaire du congrès, Morcos, en plus de son discours, intervint à plusieurs reprises dans les débats internes du congrès ; quant aux rapports avec l’extérieur, ce fut lui qui rédigea l’ensemble des textes publiés pour essayer d’améliorer les relations du congrès avec les autorités et l’opinion publique. La relation du discours que nous donnons ici résulte d’un collationnement aussi fidèle que possible des deux textes, celui du Rapport et celui du journal Misr. Les relations des interventions, elles, sont presque identiques dans les deux sources. Elles figurent aux pages 87 et 88, 92 et 93 du Rapport et à la page 2 et aux colonnes 5 et 6 du Misr du 9 mars.

218Au second jour du congrès, le 7 mars, un membre avait suggéré de substituer à la dénomination « congrès copte », celle de « congrès des chrétiens », ou même « congrès des non-musulmans ». Morcos objecta qu’étant réunis en qualité de « coptes », ils étaient tenus de maintenir la position qu’ils s’étaient fixée, et que d’ailleurs, leurs demandes concernaient les coptes seuls. Son objection fut approuvée. Il donna à l’énoncé de la demande du jour sa formule définitive, supprimant les termes qu’il jugeait susceptibles de provoquer le rejet de cette demande.

219Le 9 mars à 9 heures du matin, en réponse à des demandes d’éclaircissement formulées la veille par les auditeurs de son discours, il résuma ainsi les réclamations qui en constituent la base :

220« Le congrès demande que le gouvernement assure la sécurité matérielle des coptes dans leurs moyens d’existence et leur sécurité morale dans la permanence d’un tribunal du statut personnel, indépendant, et il délègue soit la commission générale soit le comité exécutif, si la commission générale le mandatait à cet effet, pour réclamer tout ce qui relève des exigences auxquelles doit subvenir l’appareil gouvernemental, qui est tributaire du principe de l’égalité obligatoire dans la distribution du trésor public pour les besoins de la nation.

  • 37 Waqfs, biens inaliénables, revenant à l’Etat après un temps déterminé dans le cas de propriété indi (...)
  • 38 Rapport du congrès, p. 92.

221Lorsque la proposition fut soumise à la discussion, Gorgui bey Wissa demanda de supprimer la demande relative aux waqfs37, objectant que de la mentionner à ce moment-là pourrait susciter des discussions contraires aux intérêts coptes. Après un bref débat, on opta pour la suggestion de Gorgui bey Wissa et la mise au point de Morcos effendy fut adoptée, en omettant le sujet contesté »38.

222Et comme, déchaînée contre le congrès, la presse le harcelait de ses attaques, la réaction du congrès est ici relatée par le journal Misr :

223« Il ne paraissait pas un journal qui n’accablât les coptes, les accusant de traîtrise. A quoi voulaient-ils en venir ? Faire échouer le congrès alors que sa réussite émerveillait chacun ou bien infirmer ses décisions ? A la demande du penseur génial Morcos Fahmy, les membres de l’Assemblée se réunirent et décidèrent de publier la protestation qu’il avait rédigée et dont voici la teneur :

Assiout, le 8 mars, 7h28 du soir
La Société générale des coptes, réunie à Assiout, a constaté avec le plus vif regret que certains journaux égyptiens prodiguent leurs efforts pour camoufler les intentions de la Société, clairement explicitées pourtant, par les déclarations et les discours de ses orateurs et de ses porte-parole et qui ne visent qu’à l’établissement d’une entente constante et à l’affermissement de l’union nationale basée sur le principe de l’égalité entre Egyptiens.
L’Association a laissé sans y répondre les allégations passionnées publiées avant les réunions de l’Assemblée et à nouveau durant le cours de ces réunions, persuadée que le langage journalistique changerait totalement dès que la presse aurait pris connaissance des discours et des décisions du Congrès. En dépit de cela, certains journaux, décidés à leurrer les innocents, publient des faits mensongers, parlent d’intentions inexistantes et taisent tout ce qui révèle la loyauté des objectifs coptes, tant dans leurs discours que dans leurs écrits.
Considérant donc de son devoir de faire connaître ses objectifs, l’Association va publier un résumé de ses entreprises et le distribuer à tous les Egyptiens et à tous ceux du monde civilisé qui s’intéressent à notre mouvement.
Loin de chercher à susciter des querelles religieuses, les coptes, tout au long de leurs réunions, se sont bornés à n’énoncer que des demandes purement civiles, fondées sur leurs droits, ainsi qu’à exprimer leur espoir dans une solidarité nationale, supportée par l’égalité naturelle, indépendamment de toute autre considération. Et ils ne comptent, pour réaliser leur espoir, que sur la justice de Sa Grandeur le Souverain du pays et sur l’appui des membres de Son Gouvernement équitable.
L’ouverture des débats s’est effectuée au Nom de Dieu et sous les auspices de Sa Majesté Khédiviale et la Société proteste de toutes ses forces contre les manœuvres agitatrices, dont elle rejette l’entière responsabilité sur ceux qui, sans peser leurs actes et sans craindre Dieu, suggèrent aux ignorants un état de choses dont ils connaissent pertinemment la fausseté, voulant faire croire à un mouvement religieux pour mieux entraver une quête de justice civile.
La Société demande enfin aux Egyptiens raisonnables qui sont responsables de la sécurité du pays de prendre garde aux graves dangers qui peuvent résulter de ces déchaînements délibérés et immotivés, comme elle refuse de croire que les musulmans éclairés acceptent la responsabilité dont les journaux entendent les charger devant l’humanité et devant l’histoire.
La Société Générale des Coptes Le Président Bushra

224Le rapport fut immédiatement expédié aux adresses suivantes : le Premier ministre, le département de la presse, tous les journaux européens et arabes : Al-Moayed, Al-Garida, Al-’Ilm, Al-Watan, Al-Makam, Al-Ahali, Wadi Al-Nil, Misr, La Bourse, La Réforme, Le Progrès, L’Egypte Nouvelle, La Gazette, Le Phare d’Alexandrie, et ainsi qu’un journal grec ».

225Au lendemain du congrès, le 12 mars 1911, le quotidien Al-Akhbar, qui publiait une notice sur chacun des douze délégués du Caire, écrivait de Morcos Fahmy :

  • 39 Le journaliste fait erreur. C’est seulement cinq ans auparavant puisque le livre de Morcos Fahmy pa (...)

226« Le premier à réclamer l’émancipation de la femme et à rejeter le voile, en paroles et en action, il a écrit à ce sujet un livre intitulé La femme en Orient, qu’il a publié dix ans avant39 que Kassim bey Amin n’expose ses idées. Il a fait partie du groupe nationaliste qui a assailli le siège du journal Al-Mokattam et a traîné le carrosse du Khédive et il a propagé l’esprit patriotique chez ces concitoyens.

227On ne le voit pas souvent dans les clubs ou les manifestations publiques et il ne fréquente que de rares amis.

228Il discute volontiers et tient à faire prévaloir ses opinions. Peu prodigue de ses écrits et de ses paroles, il atteint toutefois, lorsqu’il écrit ou qu’il parle, à une élévation rarement égalée, tant dans la pensée que dans l’expression ».

  • 40 Consulter La totalité des Actes du Premier congrès Egyptien tenu à Héliopolis, Impr. Amiryia, Le Ca (...)

229« La responsabilité devant l’humanité et devant l’histoire » invoquée par la dépêche de protestation de Morcos fut dûment déclinée par les conférenciers du congrès islamique40 dont les séances, tenues du 29 avril au 4 mai 1911, soit moins de deux mois après le congrès copte, ont pour objectif principal, la réfutation globale des demandes coptes.

230Les visées des débats s’accusent dès les premiers discours, celui du président de l’Assemblée, Mustapha pacha Riad, suivi par ceux de ses trois délégués, Loutfy bey Al-Sayed, Ahmed Abd al-Latif et Abd al-Aziz Fahmy. Enumérées quand elles ne sont pas déformées, les demandes coptes sont toutes rejetées. Toutes prêtent à la même qualité d’accusation, procédant de l’hypocrisie, aboutissant à la traîtrise.

  • 41 Les textes sont soulignés ici conformément à l’ouvrage La totalité des Actes du Premier congrès Egy (...)

231Le président remercie donc, comme faire se doit, « les membres venus de tous les coins de l’Egypte pour servir l’intérêt général et chercher une entente entre les communautés composant l’unité égyptienne dont l’édifice allait être détruit par le congrès des coptes »41.

232En dépit du fait que les coptes aient soigneusement publié leur programme avant, pendant et après, le congrès islamique déclare que :

233« Les coptes ont œuvré clandestinement [...] et il n’est pas de doute qu’une œuvre élaborée dans ces conditions est inquiétante, si même l’Assemblée Générale était convoquée dans l’intention d’étudier les problèmes purement coptes relatifs à leur statut personnel ».

234Les coptes avaient déclaré trop souvent, disait la moqueuse contrepartie, que loin de contredire l’intérêt général, leur propre intérêt corroborait celui de la nation, mais ils « considèrent qu’il existe une incompatibilité entre les intérêts du copte et les intérêts du musulman, et ils entendent obtenir des prérogatives leur allouant, dans les cadres représentatifs de notre pays, des membres coptes capables de défendre leurs intérêts minoritaires, comme si la majorité et la minorité dans les pays étaient soumises à la doctrine religieuse et non aux principes politiques. Ils expédient leur délégué en Angleterre présenter leurs doléances, dont il ne ressort que le fanatisme des musulmans à l’encontre des chrétiens en Egypte ».

235L’orateur se laisse aller aux conclusions extrêmes, affirmant l’invraisemblable :

236« Il est indubitable que [...] les coptes entendent constituer un Etat indépendant et qu’ils prétendent, par ce moyen et avec l’appui de l’Angleterre chrétienne, acquérir en Egypte, eux les minoritaires démunis, le droit de suzeraineté sur la grandiose majorité islamique. Et il est évident qu’un tel agissement doit fatalement provoquer la pire des réactions sur les esprits des musulmans et qu’il n’en résultera que des manœuvres haineuses entre la faible minorité et la puissante majorité.

237Dans l’intérêt de la patrie qui deviendrait le théâtre des hostilités religieuses, un comité a été formé, qui constitue ce congrès général égyptien, pour étudier les démarches des copies, évaluer leurs demandes au barème de la justice et discriminer le valable du préjudiciable, le possible de l’impossible et décréter pour eux ce qu’il considère un droit et qui les dispensera de recourir à leurs frères ou de se plaindre à d’autres ».

238Le congrès se propose aussi, au vue de son importance (il comprenait 2 500 membres environ, dont les ministres, des députés de provinces, des fonctionnaires de haut rang, des journalistes et des notables), « d’étudier les problèmes généraux le plus exhaustivement possible », en exceptant expressément « les problèmes politiques, qu’ils soient d’ordre interne ou externe, parce que les circonstances où se trouve l’Égypte, du point de vue politique, n’autorisent pas ce congrès à s’immiscer dans la politique sans qu’il en résulte le sacrifice total de toutes les aspirations au nom desquelles il a été réuni ».

239La réaffirmation que « quelle que soit l’éthique politique adoptée par les membres de la majorité, et dont l’influence a prévalu et quelle qu’en soit l’interprétation, les majoritaires et les minoritaires doivent comprendre que cela n’a rien à voir avec la religion » est immédiatement suivie par son antithèse : « Il est à chaque État sa religion officielle et cela est nécessaire et même fait partie intégrante de sa Constitution » et ensuite par le couronnement de l’antithèse : « Ce qui est complètement incompréhensible, c’est qu’il y ait dans un état plus d’une religion officielle. Il n’y a donc aucun sens à reconnaître que des minorités religieuses s’ingèrent dans la politique en tant que telles ou qu’elles acquièrent des droit généraux dépassant ceux qui relèvent des droits religieux et de la liberté de conscience. La religion de la patrie égyptienne, c’est la religion islamique seule ».

240Puis vient l’accusation de manœuvres régressives, sans égard pour les contradictions ou les assertions fausses :

241« Les droits en Égypte et leurs modalités sont distribués entre tous les Égyptiens également, sans prérogative pour aucun d’entre eux, qu’il soit musulman, chrétien ou juif. Et ce serait une injustice flagrante si la discrimination touchait quelque individu de ces communautés parce qu’il appartient à la religion égyptienne, la musulmane, ou à quelque autre religion. Tel était le monde au temps des divisions religieuses ; ne revenons pas au xxème siècle ériger les croyances religieuses en fondements aux prérogatives dans les droits nationaux...

242Nous ne pouvons nier que tel était l’état des choses en Égypte jusqu’à une époque qui n’est plus très proche. Mais le gouvernement et quelques journaux ont laissé croire que, si l’on avait réservé aux coptes certaines fonctions dans l’Assemblée consultative, c’était afin de leur permettre de défendre leurs intérêts de minoritaires. Il en est résulté que certains ont cru que les coptes, par le fait de leur minorité chrétienne, pouvaient du même coup constituer une minorité politique, dont les intérêts contredisent les intérêts de la majorité. Et c’est sur cette idée que beaucoup de coptes ont construit leurs plaintes et leurs prétentions. C’est cette même idée, mêlée à des prétentions appréciables, qui s’est manifestée dans leur quête de positions spéciales, d’assurances spéciales, de clubs spéciaux, de journaux politiques spéciaux pour défendre leurs intérêts politiques. Et leurs journaux les ont dénommés, dernièrement, la patrie copte. Tout cela démontre que l’erreur primordiale du gouvernement a nourri leurs ambitions et fortifié leurs appétits jusqu’à créer, en tant que coptes, une ligue copte qui leur permette, échelon par échelon, d’arriver à la maîtrise du pouvoir en Egypte, en s’appuyant sur l’occupation chrétienne et sur le fait que les Egyptiens redoutent plus que quiconque d’être accusés de fanatisme. Toutes ces prétentions sont apparues, saillantes, dans leurs journaux d’abord, puis dans leur dernier congrès. Tandis que leurs attaches avec les Evangélistes américains et certains représentants de l’Eglise anglicane et les journaux anglais les ont profondément leurrés, leur faisant croire qu’il était dans le pouvoir de l’occupant de transformer l’Egypte en un théâtre de querelles religieuses et de munir les minorités religieuses de prérogatives exceptionnelles, sous le prétexte qu’elles sont une minorité religieuse.

243Jusqu’à il n’y a pas longtemps, reconnaît pourtant l’orateur, les coptes détestaient réclamer un droit politique en tant que coptes ; au contraire, ils étaient parmi les premiers à se dire Egyptiens avant toute chose. Il est certain que si l’Egyptien avant toute chose vient à demander un droit, il ne peut le demander qu’en tant qu’Egyptien seulement ».

244La conclusion est certes bien amenée.

245Quant au reproche de duplicité, il repose sur des preuves pour le moins cocasses, puisque, contrairement aux lois élémentaires de la réciprocité, l’orateur affirme au nom des musulmans la « réalité » de sentiments qu’il accuse les coptes de contrefaire :

246« Cela est évident en dépit de l’amabilité de leurs orateurs, qui dépasse les cadres de l’amabilité puisqu’ils déclarent dans leur congrès vivre avec les musulmans dans la plus complète entente. Et il n’est pas improbable que le rapport entre leur déclaration au congrès relative à la bienveillance des musulmans à leur égard (ce qui est la réalité) et l’ambiguïté de leurs agissements et les moyens qu’ils ont choisis pour parvenir à leurs fins révèlent généralement qu’ils ont relégué les musulmans de côté et se sont mis à marchander avec l’administration anglaise en Egypte, au sujet des fonctions que détiennent les musulmans, s’imaginant que les musulmans, au sein de ce marchandage, se contenteront de n’être pas taxés de fanatisme religieux ou bien du témoignage qu’ils auront amélioré leur comportement avec leurs frères coptes ».

247La conclusion s’impose à nouveau, découlant rigoureusement de toutes ces affirmations qui avaient dénaturé la teneur des demandes coptes et ridiculisé leurs intentions :

248« Notre devoir est de déclarer que nous ne connaissons pas de minorité religieuse dont les intérêts contredisent les intérêts des Egyptiens et requièrent une attention spéciale, non plus que des privilèges concernant les lois qui régissent l’Egypte et tous les Egyptiens indistinctement ».

249À propos de la suggestion d’un membre du congrès copte d’instituer le repos dominical, institution qui entraînerait, certes, bien d’inutiles complications administratives, l’argument du député musulman est pour le moins surprenant puisqu’il prétend reconnaître aux juifs la même « autochtonéité » qu’aux coptes et à un degré moindre s’il faut s’en tenir aux termes : « Ils ont demandé un congé du dimanche égal à celui du vendredi, négligeant le jour des juifs dont pourtant les prescriptions sabbatiques sont plus rigoureuses que ne l’est l’ordre d’abstention du travail dominical pour les chrétiens ».

250C’est d’ailleurs, à chaque demande, la référence aux juifs, comme pour infirmer l’« autochtonéité » des coptes. Et, en dépit des préambules affirmant que les Etats étaient gouvernés par les « principes politiques » et « non soumis à la doctrine religieuse », l’argument de la religion d’Etat intervient à nouveau pour infirmer l’égyptianité des coptes. « Ils ont demandé cela (le congé dominical) non parce que c’est un droit national qui doit être dispensé aux deux communautés également, ou qu’il soit nécessaire au bien du pays, mais parce que c’est le signe du ralliement religieux de leurs églises. Ils le demandent, malgré qu’il contrevienne à notre ralliement politique et à nos usages nationaux prouvant ainsi qu’ils sont coptes avant toute chose. Le repos du vendredi fait partie de la souveraineté. Le gouvernement libanais, constitué par des chrétiens dirigeant un pays à majorité chrétienne, a conservé le repos du vendredi, par respect pour l’Etat souverain qui l’assujettit ».

251L’entreprise dévoile la traîtrise des coptes et les moyens déployés pour sa réussite en accusent la gravité :

252« C’est la prétention de profiter de l’occupation chrétienne pour abolir les traditions islamiques au mépris de la majorité et pour répartir les pratiques culturelles en deux parts absolument égales, entre une petite minorité dont certains membres relèvent de la religion anglaise, et la grande majorité islamique ».

253La question d’une égalité relative dans la distribution des emplois gouvernementaux, soulevée par un autre congressiste copte, ne se pose pas pour l’orateur :

254« Il est évident que l’homme à qui est conféré le pouvoir de gouverner ses semblables ne peut exercer ce pouvoir dans un gouvernement tel que le gouvernement égyptien, que si les gens le considèrent tolérant envers toutes les communautés et les gens les plus tolérants dans le gouvernement sont les musulmans, non parce qu’ils sont musulmans, mais parce que le fanatisme et l’intolérance ne font pas partie des sentiments des majoritaires, tandis que les évènements prouvent que ce sont les sentiments des minoritaires religieux, s’ils ne veulent pas être anéantis par la majorité ».

255Le risque d’être anéanti par la tolérance, serait-il une vertu propre à l’Egypte du début du siècle ?

256Il ne reste plus qu’à déplorer les agissements du congrès, sa grave erreur d’avoir soulevé au nom de la communauté le problème des gouverneurs de province :

257« Il est regrettable que les coptes, dans leurs dernières déclarations à l’Assemblée générale des coptes aient sanctionné l’opinion du gouvernement à leur endroit en donnant la preuve irréfutable qu’ils agissent en tant que coptes par dessus tout alors qu’un gouverneur de province se doit d’être égyptien par dessus tout.

258Certes, il est profondément regrettable que les copies se montrent en Egypte sous cet aspect que déplore leur patrie. Car ils n’ont réuni leur Assemblée générale que pour s’y borner à ce qui les concerne eux seuls au sein des problèmes généraux ».

259Qu’aurait-on pu trouver pour mieux les accabler, si les malheureux coptes n’avaient tant clamé leur allégeance et leur détermination à ne pas empiéter sur les problèmes généraux qui relèvent de l’Etat ? Puis, revenant à leur éviction des fonctions supérieures, on leur assène, après une soigneuse transposition des cadres litigieux, une incontestable supériorité sur le seul terrain de l’administration fiscale, celle des percepteurs d’impôts, en mettant en avant le rapport numérique des coptes et des musulmans : 1877 coptes contre moins de 50 musulmans. On disait à l’époque que les coptes comptaient plus sûrement...

260L’exécution s’évertue ensuite d’apparaître un peu moins sommaire. En demandant d’accéder aux positions clés, les coptes ignoraient qu’il est à cela des empêchements dirimants, auxquels les musulmans ont été contraints de se rendre :

261« On ne peut s’empêcher de constater que le copte, s’il vient à remplir les fonctions de supérieur dans quelque administration, applique la solidarité exclusivement à ses frères en religion. Cela a été le cas dans les administrations où furent appointés plusieurs chefs coptes, telles que les greffes, les contrôles des finances et les directions du trafic ferroviaire qui n’enrôlaient plus d’employé musulman. Il est indubitable que de telles constatations doivent servir de leçon profitable au gouvernement toutes les fois qu’il envisage de nommer un chef de service copte ».

262Puis vient le témoignage magnanime :

263« Les musulmans n’ignoraient pas cet état de choses, mais ils le permettaient, de crainte de semer la division entre les éléments nationaux égyptiens et pour éviter d’être taxés de fanatisme. Mais les coptes ont haussé le ton très haut, se prétendant spoliés quant aux emplois, privés d’une partie de la maîtrise gouvernementale, et demandant l’octroi des positions clés de l’administration. Il n’est donc plus de raison de celer la condition lamentable, prévalant dans les administrations de l’Etat jusqu’aujourd’hui... Ce qui est requis pour la désignation d’un gouvernant, c’est que les gouvernés ne haïssent point le pouvoir qui les régit. Et comme le peuple était assez loin de discerner avec évidence entre le fonctionnaire musulman et le fonctionnaire copte, mais qu’aujourd’hui il a parfaitement ressenti que sa tolérance s’est retournée contre lui en fanatisme et que le fait d’avoir élu des représentants coptes plutôt que musulmans, dans certaines conscriptions, ne lui a guère valu la moindre considération aux yeux des coptes [...] le conseil [...] demande au congrès de ratifier la sélection proportionnelle appliquée à la désignation des dirigeants provinciaux et d’attirer l’attention du gouvernement sur ce qui se produit dans certaines administrations, afin d’y apposer un frein qui arrête les malversations dans les choses d’ordre général ».

264Le cheikh Abd al-Aziz Chaouiche, lui, s’attaque au discours de Morcos Fahmy pour le ramener à néant, aussi bien que son auteur. Il ne le nomme pas, mais le désigne formellement, en mentionnant le titre du discours : « La Caisse de l’Etat égyptien, source de toutes les subventions aux services d’utilité publique à égalité ».

265Alors que le discours débute par une mise au point de la position copte, dont certaines déclarations des congressistes précédents auraient pu compromettre l’interprétation, Chaouiche taxe le préambule de vague et tout le discours de « n’avoir rien dit de précis en dépit de ses digressions et de sa loquacité ».

  • 42 Relative aux waqfs.

266Il laisse d’abord entendre que les demandes de Morcos Fahmy lui sont suggérées par d’autres membres du congrès, mais cela ne l’empêche pas ensuite de conclure à « la déception qu’il [Morcos] n’a pu cacher lorsque le congrès lui a demandé d’écarter cette demande42 de la liste ».

267Dans le refus opposé par le congrès islamique à la demande du financement gouvernemental pour les biens waqfs coptes, un des principaux arguments était que les waqfs musulmans, loin de grever la caisse de l’Etat de frais supplémentaires, étaient pour elle une source de revenus. Tandis que le premier discours, celui de Loutfy al-Sayed, de Abd al-Aziz Fahmy et Ahmed Abd al-Latif, évalue ce revenu des waqfs à quatre mille cent soixante-et-onze livres pour les cinq années précédentes, Chaouiche mentionne quinze mille livres pour chaque année. De plus, Chaouiche raille la prétention des coptes à l’universelle compétence : « Il semble, à celui qui les entend, qu’ils ont atteint une capacité et un pouvoir qui leur permettent d’élaborer un Etat tel qu’il n’en ait jamais existé, aux exploits inégalés, et qu’ils ne peuvent être surpassés par un seul parmi les millions de musulmans qui partagent leur niveau de vie ».

268Le railleur omet de dire que Morcos avait prohibé l’aspiration aux postes clés, conseillant plutôt aux coptes et à tout Egyptien de s’engager dans la vie publique, en homme connaissant sa valeur...

269Plus loin la raillerie se hausse jusqu’à la dérision :

270« Il aurait été plus logique de la part de cet orateur et de ceux qui l’appuient, s’il faut l’en croire, qu’il gère lui-même l’administration des waqfs coptes, afin de persuader ceux qui l’entendent de la véracité de leurs assertions concernant l’efficacité... »

271La ruine spectaculaire de Morcos autorisait l’élégance de la plaisanterie, tout comme le fait que Morcos, à deux doigts de la radiation qui devait le frapper, à peine un mois plus tard en juin, harcelé par le parquet et la cour, était devenu la cible des journalistes assez éminents pour modeler l’opinion. Il était même recommandable de saper sa réputation d’éloquence. Le cheikh Chaouiche ne s’en priva guère : « Il semblait savoir aussi bien que nous qu’il s’était attaqué à une lâche hérissée de difficultés que n’importe quel orateur ne peut surmonter aisément et qu’il avait assumé un rôle dont il ne pouvait sortir triomphant ».

272A sa demande de remaniement des tribunaux du statut personnel, c’est encore l’objection juive qui lui est opposée, suivie par la nomenclature des sectes musulmanes et des rites « nazaréens » qu’il faudrait alors pourvoir de tribunaux spécifiques.

273Mais ce n’est pas sans fondement que Chaouiche s’attaque à celui qui, d’une part réclame une répartition égalitaire des financements de la caisse de l’Etat, et de l’autre, rejette toute comptabilité en précisant : « Je veux dire par là que je m’élève avec mon frère musulman à une atmosphère d’entente et que nous piétinions ces questions financières, reléguant les comptes et les discussions pécuniaires... »

  • 43 Tapis sacré ramené annuellement du pèlerinage à la Mecque et promené en procession à dos de chameau (...)

274Il eut quand même été plus honnête de situer la phrase dans son contexte puisqu’elle faisait suite aux sarcasmes de l’ami musulman au sujet du mahmal43, sarcasmes qui avaient profondément révolté Morcos et qui l’avaient poussé à expliciter la nature de ses revendications. Il ne s’agissait pas, comme dans un cas d’héritage, d’une répartition quantitative proportionnelle entre deux communautés, mais d’un trésor public pourvoyant à tous les besoins des sujets, en raison de leur primauté et de leur urgence, comme dans tous les pays jouissant d’une Constitution civile et d’un statut égalitaire. C’était l’expression du généreux altruisme de Morcos, chevillé à toutes ses démarches, fussent-elles entreprises pour de légitimes revendications. Mais une réforme de ce calibre pourrait-elle s’emmancher de la sorte, même si le principe en était accepté ?

Notes

1 La "Chabas des Martyrs", chef lieu du district de Kallin.

2 Amba, titre épiscopal, indique une ascendance ecclésiastique.

3 Misr, 14 avril 1919.

4 Al-Akhbar, 12 mars 1911.

5 idem.

6 Al-Mar’a fil-shark (La femme en Orient), éd. Al-Ta’alif.

7 La citation a été rappelée par VAhram du 13 septembre 1964 sous la rubrique "70 ans auparavant".

8 Effets de l’application de la censure sur le mouvement nationaliste égyptien, Yunan Labib, ed. Université Ain-Shams, 1968, p. 266 (arabe).

9 Yunan Labib, op. cit, Les Mémoires du Khédive Abbas Hilmy II, p. 266.

10 Alors le rendez-vous des membres de la famille régnante et du Gotha cairote, aujourd’hui Club des officiers.

11 Al-Mossawar, fin janvier 1955, "Morcos FAHMY prince des avocats" par Sabry Aboul Magd, Al-Mohama, janvier 1955, p. 1 - sept. /oct. 1974, p. 121.

12 Al-Mossawar, janvier 1955, Sabry Aboul Magd, art. cit.

13 Al-Ahram, 7 mars 1937. Al-Mossawar, n° 961 (12 mars 1943) reproduit le procès-verbal. Al-Mohama, sept/oct. 1974. Al-Mohama, janvier 1955.

14 Ne pas confondre Tawfiq al-Hakim, "le vieux journaliste", avec son homonyme, l’écrivain, essayiste, novelliste, dramaturge.

15 Aujourd’hui avenue Ramsès, artère de jonction entre Héliopolis et Le Caire.

16 Les fleurs du lubech, appelées en arabe "barbe du pacha" peut-être en raison de leur parfum souverain, invitaient infailliblement à la facétie. Ce ravissant arbuste et ses fleurs voluptueuses ont malheureusement été bannis d’Egypte par ordre du ministère de l’Agriculture parce qu’ils propagent le ver du coton.

17 Equivalent de Monsieur, "Khawaga" désignait les Occidentaux et par extension les chrétiens et les juifs autochtones. Certains coptes islamisés transformèrent la désignation Khawaga en un nom patronymique Khafaga.

18 Mavros était grec, son nom l’indique. Un proverbe égyptien disait : Où que vous alliez, fut-ce au fond des déserts, et que vous y trouvez une pierre soulevez-là, elle abrite un épicier grec.

19 Pertinemment dénommée parce qu’abritant les plus grands faiseurs et réparateurs de tarbouches fournissant la haute société.

20 Tribunal de la communauté copte-orthodoxe.

21 Procès-verbal du magliss.

22 Procès-verbal du magliss.

23 Procès-verbal du 20 juin 1906 et 22 mars 1907.

24 Lettre du Patriarcat, 7 juin 1906.

25 idem.

26 La seule banque égyptienne jusqu’à la fondation de la banque Misr créée en 1920 par Talaat Harb sous l’impulsion du mouvement wafdiste et dans le même but : créer une indépendance économique.

27 Chef de village ou de quartier.

28 Sous-officier de police.

29 Boutros pacha Ghali, Premier ministre copte, nommé en novembre 1908, assassiné en février 1910.

30 Al-Wardany, jeune fondamentaliste, assassin de Boutros Ghali.

31 Ancien gouverneur de province. Actuellement préfet de police.

32 Les biens propres à l’Eglise copte, constitués en waqfs, c’est-à-dire en biens inaliénables.

33 Il est pour le moins amusant de noter les termes de Cromer définissant Mustapha pacha Fahmy : "An enlightened Prime Minister acting in conformity with English ideas", Modem Egypt, Earl of Cromer Macmillan, London, 1908, tome 2, B. 212.

34 La lettre est rédigée en français.

35 La livre égyptienne était alors au pair avec la livre anglaise.

36 Kyracos Mikhaïl, Coptes and Moslems under British Control, Smith Elder C°, London, 1911, ch. III, p. 21.

37 Waqfs, biens inaliénables, revenant à l’Etat après un temps déterminé dans le cas de propriété individuelle.

38 Rapport du congrès, p. 92.

39 Le journaliste fait erreur. C’est seulement cinq ans auparavant puisque le livre de Morcos Fahmy parut en 1894 et celui de Kassim Amin en 1899.

40 Consulter La totalité des Actes du Premier congrès Egyptien tenu à Héliopolis, Impr. Amiryia, Le Caire, 1911.

41 Les textes sont soulignés ici conformément à l’ouvrage La totalité des Actes du Premier congrès Egyptien tenu à Héliopolis.

42 Relative aux waqfs.

43 Tapis sacré ramené annuellement du pèlerinage à la Mecque et promené en procession à dos de chameau dans les villes et les villages.

Table des illustrations

Légende • Abdou Guirguis à l’Ecole d’agriculture (1894)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende • Morcos Fahmy, 1ère année à Tawfîqiyya.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1340/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Demeure de Guirguis Mikhaïl Amba Boula.(Croquis : Messim Henein, à partir des souvenir de l’auteur).
Légende 1. cour a : abreuvoir2. Vestibule3. salle de réception et séjour4. salle à manger a : escalier menant à l’étage5. Bureau6. Couloirs7. chambres à coucher8. Toilettes9. a : salle de bains b : salle de bains pour le personnel10. garde-manger11. Office12. Resserre13. logements du personnel14. logements des gardiens15. Garage16. cuisine a : four à pain b : fourneaux17. salle de pétrissage et apprêt des aliments18. Laiterie19. Silos20. Bergerie21. remise a : cour b : jaumes et pailles22. a : pigeonnier b : poulailler23. Écurie24. étable des ânes25. hangar aux chameaux26. étable des bœufs et buffles a : mangeoires b : intruments agricoles
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1340/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Mariage de Morcos Fahmy (1897)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1340/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540