Version classiqueVersion mobile

Histoire et historiens des idées

 | 
David Simonetta
, 
Alexandre de Vitry

Histoire des idées et histoire rhétorique et cognitive

Marc Angenot

Texte intégral

Une discipline illégitime

  • 1 M. Angenot, L’Histoire des idées. Problématiques, objets, concepts, méthodes, enjeux, débats, Liège (...)
  • 2 F. Dosse, « De l’histoire des idées à l’histoire intellectuelle », in M. Leymarie et J.-F. Sirinell (...)

1Dans mon étude parue en 2014, L’Histoire des idées1, je pars d’un constat qui justifie, par défaut à tout le moins, mon entreprise : la quasi-absence en langue française de travaux de problématisation, de typologie, de confrontation des méthodes et des présupposés, de discussion des enjeux, de théorisation et de synthèse de la chose « Histoire des idées » — discipline dont on peut dire que, d’une certaine manière, elle n’existe pas vraiment parce que sans identification stable ni statut académique en France et, quoique dans une moindre mesure, dans toute la francophonie. L’histoire des idées en France, ce n’est pas une discipline académique ayant pignon sur rue avec une plaque de cuivre sur la porte, mais une sorte de terrain vague où l’on aperçoit des passants, des squatters, des occupants sans titre. François Dosse est allé jusqu’à écrire plaisamment qu’en France, se dire historien des idées vous condamne à « l’indignité nationale2 ».

2Au contraire de cet ostracisme apparent dans le monde francophone, l’histoire des idées bénéficie d’une place reconnue et d’une pleine légitimité académique dans les mondes anglo-américain et germanique. Ce qui ne veut pas dire que la chose n’existe pas si l’on se met d’accord sur une définition par-delà les conventions et les étiquetages : beaucoup de chercheurs, connus et moins connus, relèvent indubitablement, à mon sens et au sens que je lui donne, de l’histoire des idées, mais ils relèvent « académiquement » de disciplines diverses et sont rarement identifiés comme tels, encore moins rapprochés comme formant un tout de problématiques et de conceptualisations à confronter, encore moins une communauté disciplinaire dont les membres seraient censés dialoguer entre eux. Comme s’il était tolérable de « faire de l’histoire des idées », mais pas de le revendiquer clairement ni trop haut. On rencontrerait ainsi des historiens, des politologues, des gens des sciences sociales, des philosophes, des littéraires, des philologues et des linguistes. Ils naviguent sous plusieurs pavillons de complaisance et ont recours à des outils notionnels hétérogènes, poursuivant des problématiques non seulement divergentes, mais recourant à des langages conceptuels qui se traduisent mal entre eux. Les universitaires qui, dans l’Hexagone, font de l’histoire des idées, ne l’identifient généralement pas sous ce nom. On la rencontre déguisée ou étiquetée sous d’autres qualifications : « analyse du discours » pour les chercheurs qui s’efforcent de marier sciences du langage et critique politique, histoire des idéologies pour les politologues, histoire culturelle, histoire des représentations, « archéologie du savoir » pour les disciples de Michel Foucault, « médiologie » pour ceux de Régis Debray.

Un sens précis à idée : une thèse et son argumentaire

3Les lexicographes ont peine à conférer au mot idée une définition englobante et un sens opératoire. Une idée est un ensemble censé cohérent (mais le « sentiment » de cohérence et ses critères ont eux-mêmes une histoire) de propositions prédiquant un sujet logique, c’est-à-dire un mot ou un syntagme qui dénomme. Une idée peut se ramener à une thèse (ou un court faisceau de thèses connexes co-étayées) accompagnée de son argumentaire, c’est-à-dire d’un nombre fini d’arguments récurrents et d’exempla qui les « soutiennent ».

  • 3 R. G. Collingwood, The Idea of Nature, Oxford, Clarendon, 1945.
  • 4 A. O. Lovejoy, The Great Chain of Being. A Study of the History of an Idea, Cambridge, Harvard Univ (...)
  • 5 T. J. Ellingson, The Myth of the Noble Savage, Los Angeles, University of California Press, 2001.
  • 6 D. P. Walker, The Decline of Hell. Seventeenth-Century Discussions of Eternal Torment, Chicago, Uni (...)
  • 7 J. Delumeau, Une histoire du paradis [1992-2000], Paris, Hachette littératures, 2002 ; J. Le Goff, (...)
  • 8 R. Mauzi, L’Idée du bonheur dans la littérature et la Pensée françaises au xviiie siècle [1960], Pa (...)
  • 9 R. Mandrou, Magistrats et Sorciers en France au xviie siècle. Une analyse de psychologie historique(...)
  • 10 F. Meinecke, L’Idée de la raison d’État dans l’histoire des temps modernes [1923], trad. de l’allem (...)
  • 11 M. Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique [1961], Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1992 ; (...)
  • 12 M.-C. Blais, La Solidarité. Histoire d’une notion, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées (...)
  • 13 M. Banton, The Idea of Race [1977], Boulder, Westview Press, 1978 ; P.-A. Taguieff, La Force du pré (...)
  • 14 R.-P. Droit, Généalogie des barbares, Paris, Odile Jacob, 2007.
  • 15 Parmi de nombreux ouvrages sur le sujet, on peut citer P.-A. Taguieff, Le Sens du progrès. Une appr (...)

4Ainsi, « l’idée de nature » à travers les siècles a été étudiée jadis par Robin G. Collingwood, le fondateur anglais de l’histoire des idées3 : il s’agissait de retracer l’idée ou les idées successives de la nature, des Grecs et des Romains à Francis Bacon, Johannes Kepler, Baruch Spinoza, Isaac Newton, Gottfried W. Leibniz pour aboutir à la physique et la vision du cosmos du xxe siècle. Les historiens « classiques » ont eu pour fort, ou faible, de vouloir travailler dans la longue durée les idées les plus confuses et polysémiques, les plus protéiformes : l’égalité, le bonheur, la nature ; la grande chaîne des êtres, la scala naturae4 (Arthur O. Lovejoy), le bon sauvage5, l’enfer6 et, tant qu’à faire, le paradis, le purgatoire7, le bonheur8, la sorcellerie9, la raison d’État10, la folie, la prison11, la solidarité12, les races13, les barbares14, le progrès15, la conspiration criminelle, le complot mondial. Ce n’est toutefois pas le nom qui fait l’idée, c’est la croyance collective investie dans une argumentation qui répond censément aux questions fondamentales de l’homme-en-société : d’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ?

5Je peux reformuler alors l’objet de l’histoire des idées : cet objet, c’est l’étude des idées qui ont été crues, qui ont servi à légitimer des institutions, des mœurs et des programmes, à procurer des projets et à inciter à agir dans un sens déterminé. Les idées qu’on étudie ne sont pas des rêveries ni des fantaisies individuelles, non plus que des spéculations privées, des méditations in petto ; ce sont des idées qui furent crues dans et par la société et légitimées à travers ses instances. Les idées qui retiennent l’historien sont des idées qui furent crues, crues révélées, crues vraies, crues évidentes, crues démontrées, crues intéressantes et profondes, crues universelles et éternelles, et pourtant dont le cours de l’histoire montre (il est peu de leçon aussi constante de l’histoire, laquelle démontre fort bien certaines choses, du moins a contrario) qu’un jour, tôt ou tard, elles ont cessé de l’être.

6En ce sens, on peut dire (en prenant le sujet logique pour équivalent de l’idée, ce qui est un raccourci) que le contrat social est une « idée », que la perfectibilité indéfinie de Condorcet en est une autre (l’historien repérera des « précurseurs » à ces idées), que la loi des trois états développée par Auguste Comte positiviste en est une autre encore, connexe aux précédentes, et de même, le « passage du règne de la nécessité au règne de la liberté » chez Friedrich Engels. Ce sont ici des dénominations synthétiques que l’on peut déployer en un faisceau de propositions soutenues par des argumentations qui sont ou plutôt qui furent crédibles et persuasives.

7L’historien tend alors à assigner à l’idée un point de départ et à en décrire la portée et les avatars sur la moyenne ou la longue durée. Ainsi de la proposition fameuse, parce qu’inouïe en son temps, de Giambattista Vico : « L’esprit humain ne connaît d’autre réalité que l’histoire parce qu’il la fait », proposition qui hante, depuis la Scienza nuova, la pensée « historiste » jusqu’à nous.

Histoire de l’argumentation et des logiques persuasives : la rhétorique comme étude de faits historiques et sociaux

8J’aborde la rhétorique de l’argumentation comme l’étude de faits historiques et sociaux. J’étudie la rhétorique non comme un intemporel « art de persuader par le discours », mais comme une approche qu’il y a lieu d’inscrire au cœur de l’histoire intellectuelle, politique et culturelle.

9Une idée n’est jamais qu’historique : on ne peut avoir n’importe quelle idée, croyance, conviction, opinion, entretenir n’importe quel « programme de vérité » à n’importe quelle époque. À chaque époque, l’offre est limitée à un faisceau avec des prédominances et des émergences. Les « esprits audacieux » le sont encore à la manière de leur temps, bien qu’il soit des plus intéressants, non de juger des idées dévaluées du haut de notre transitoire état de convictions acceptables et de valeurs établies, mais d’explorer ce qui formait les limites du pensable pour une époque donnée. Il n’y a certes pas un mystérieux Zeitgeist, un esprit de l’époque qui orchestrerait les pensées et imprégnerait tous les esprits, mais il s’établit en tout temps des limites au pensable, au dicible et au raisonnable — limites invisibles, imperceptibles par la nature des choses à ceux qui sont dedans. C’est cette limitation inhérente à la production discursive que Foucault désignait comme la « rareté » : tout n’est jamais ni en tout temps dicible ni concevable. Chaque ensemble discursif inscrit dans la durée est soumis à des contraintes limitatives et raréfactrices, notamment en ce qui touche aux règles admissibles de passage d’une « idée » ou, pour parler concrètement, d’une proposition à une autre. L’ensemble formé par une idée prédominante à un moment donné n’est pas « plénitude et richesse infinie » : il est formé de contraintes entropiques avec une marge de variations, ce que l’on peut désigner comme établissant, à un moment donné et en un secteur donné, le dicible et le pensable au-delà duquel on ne peut apercevoir (sinon par anachronisme) le noch nicht Gesagtes, le « pas-encore-dit », pour transposer Ernst Bloch.

10La démarche que j’esquisse n’est pas un programme de recherche parmi d’autres : elle est pour moi établie au cœur de toute réflexion historique et culturelle. Il est particulièrement révélateur pour l’étude des sociétés, de leurs contradictions et de leur évolution, d’étudier les formes du persuasible et du convaincant, les genres et les topoï (les « lieux » au sens d’Aristote) qui s’y légitiment, y circulent, s’y concurrencent, y émergent ou se dévaluent et disparaissent.

11Je répète ma thèse : il n’est pas d’analyse des discours en société, d’analyse des idéologies, des systèmes d’idées d’aujourd’hui, de jadis ou naguère, sans prise en considération des argumentations, des tactiques persuasives qui les étayent et en assurent la crédibilité en un temps donné. (Il y a certes des récits dans les soubassements des « idées », mais ces récits relèvent de la parabole ou de l’exemplum, c’est-à-dire du persuasif par induction.) Vous pourriez tomber d’accord sur tout ceci. Mais il n’est pas vrai que la plupart des spécialistes des sciences historiques et sociales, s’ils font jamais ce constat, se donnent les moyens descriptifs et herméneutiques appropriés pour en rendre raison.

Sodalités : les groupes à base de persuasion

12Une histoire dialectique et rhétorique telle que je l’envisage est alors l’étude de la variation diachronique, historique, des types d’argumentations persuasives, des moyens de preuve, des méthodes de persuasion. Rien ne me semble plus spécifique aux groupes sociaux, aux « familles » idéologiques et aux « champs » institutionnels et professionnels, que l’argumentable qui y prédomine. Une telle histoire du raisonnable et des enchaînements persuasifs acceptés et efficaces est à peine ébauchée ou, plus exactement, il en existe bien des éléments sous un vocabulaire disparate chez divers chercheurs — mais nulle synthèse.

13Que les idées soient des faits argumentatifs et rhétoriques a pour corrélat heuristique que, dans tout état de société, elles se fixent en un nombre fini de schémas récurrents et de règles de combinaison ; ensemble qui est maîtrisable et dont on peut repérer les variations en diachronie.

  • 16 M. Rodinson, De Pythagore à Lénine. Des activismes idéologiques, Paris, Fayard, 2003.

14Je donne à rationnel — ou mieux dit, à raisonnable — un sens historiciste : le terme se rapporte à l’ensemble des schémas persuasifs qui ont été acceptés quelque part et en un temps donné ou qui sont acceptés en tel ou tel milieu, dans telle ou telle « sodalité » politique, par exemple comme sagaces et convaincants, alors même qu’ils seront tenus pour faibles, sophistiques, « aberrants » en d’autres cultures, d’autres milieux ou d’autres temps. Sodalité est un mot vieilli qui a été exhumé naguère par Maxime Rodinson16. Eugène Dupréel, maître de Chaïm Perelman à Bruxelles, avait introduit jadis le concept de « groupe à base de persuasion » : au contraire des communautés naturelles, comme une famille, un village, un quartier, le sociologue ou l’historien doit isoler une catégorie de communautés dont la cohésion est exclusivement rhétorique, comme le sont les « familles » intellectuelles, les mouvements politiques, les écoles littéraires et philosophiques.

15En effet, la rhétorique est un mécanisme à engendrer des communautés de croyance, à les enfermer en des connivences — on peut dire avec Debray des communions — susceptibles de résister indéfiniment aux objections « extérieures » et d’intimider les réticents intérieurs. Une idée répétée et « confessée » procure de l’identité, de la communion ; elle permet de se positionner face à des adversaires et de reconnaître les siens — choses fonctionnelles et parfois vitales qui n’ont guère à voir avec la foi du charbonnier. La peur d’oser concevoir une objection à la « ligne », objection qui sera tenue pour un reniement, la peur de passer pour un renégat, tel a été, dans les idéologies totales, l’instrument psychagogique efficace pendant un siècle — le xxe — du refoulement des « doutes », et la raison de ces conformismes idéologiques perpétués et de ces fidélités « de toute une vie » à des convictions que l’on n’avait plus vraiment.

Arsenaux

16Il convient alors de reconstituer ce que je désigne comme les arsenaux argumentatifs propres à une époque, à un « milieu » ou une sodalité de cette époque et qui évoluent en s’altérant. Cette reconstitution va permettre de montrer comment l’histoire moderne a été déchiffrée, anticipée, raisonnée, comprise, comment les groupes humains se sont positionnés et ont (sur)vécu dans l’histoire en cherchant à donner du sens au cours des choses. Ce sont ces arsenaux composés d’une liste courte et à variation lente de schémas de raisonnements « persuasifs » ad hoc qui engendrent les idées, les idéologies, les doctrines, les systèmes intellectuels et les « soutiennent ».

17L’analyse rhétorique permet précisément — c’est son avantage heuristique — de réduire la diversité chatoyante des « occurrences » et des individualités qui se les approprient « en situation » à un court arsenal de moyens argumentatifs récurrents : à un Immerwiedergleich (selon l’expression de Walter Benjamin). L’analyse rhétorique fait apercevoir en moyenne durée l’éternel retour du même. Et elle fait apercevoir ces récurrences dans une périodicité a quo et ad quem dont il devient possible de fixer les limites. Elle permet ainsi de construire des idéaltypes étayés par des tendances marquées en moyenne ou longue durées.

18Ceci, que j’applique à l’étude des idées du passé, vaut mutatis mutandis du reste pour l’analyse de la doxa de notre époque. À celui qui est immergé dans les discours de son époque, à vous et moi, « les arbres cachent la forêt ». À assister aux débats acharnés en politique, aux confrontations d’esthétiques antipathiques l’une à l’autre, à percevoir les spécialisations et les spécificités, les talents et les opinions diverses, la rareté des répertoires rhétoriques et la pression de l’hégémonie discursive restent cachées.

Émergence, prédominance et obsolescence

  • 17 Voir F. Furet, Le Passé d’une illusion. Essai sur l’idée communiste au xxe siècle [1995], Paris, Li (...)
  • 18 Pour reprendre un vers du « Sonnet en X » de Stéphane Mallarmé, paru en 1899 dans le recueil Poésie (...)

19L’historien des idées est confronté constamment à l’obsolescence du convaincant et du tenu-pour-rationnel. Le passé est un vaste cimetière d’« idées mortes » produites par des gens disparus, idées qui furent tenues, jadis ou naguère, pour convaincantes, démontrées, acquises, aussi bien qu’importantes, mobilisatrices, etc. Les idées dont l’historien fait l’histoire sont des idées qui ont été reçues pour crédibles, pour fondées, pour « solides » et qui, au moment où il les étudie, sont dévaluées ou en voie de l’être. Des idées aussi tenues pour innocentes ou même nobles et devenues suspectes a posteriori (ainsi de l’« idée » communiste vue par François Furet et son école17). Des idées en leur temps convaincantes, motivantes, structurantes, devenues inanes et stériles. Des idées mortes ou languissantes au moment où l’historien s’en empare, des idées qui ne sont plus « que des mots », abolis bibelots d’inanités sonores18 ! On peut sans nul doute admettre l’universalité de la raison humaine, axiome anthropologique qui n’engage guère concrètement, et se poser le genre de questions dont je fais état qui portent, non sur la pensée humaine dans son abstraction universelle, mais sur des faits discursifs et psychagogiques particuliers qui sont ipso facto sociaux et historiques.

  • 19 C. Perelman, Justice et Raison, Bruxelles, Presses universitaires de Bruxelles, coll. « Université (...)
  • 20 R. Amossy, « Les enjeux du “déraisonnable” : rhétorique de la persuasion et rhétorique du dissensus (...)

20L’historicité du raisonnable, la variation historique du bon sens et du sentiment d’évidence, est illustrée à plusieurs reprises par Perelman dans ses réflexions de juriste, avec le cas notamment de l’accession des femmes au barreau en Belgique19. Mlle Popelin ayant demandé en 1888 son inscription au barreau et l’affaire ayant été évoquée à la Cour de cassation de Belgique, dans la mesure où la loi était muette sur ce « cas », une jeune femme belge, docteur en droit, a jugé, dans un arrêt du 11 novembre 1889, que « si le législateur n’avait pas exclu par une disposition formelle les femmes du barreau, c’était parce qu’il tenait pour un axiome trop évident pour qu’il faille l’énoncer que le service de la justice était réservé aux hommes ». Remarquable raisonnement circulaire ! Le récit toutefois ne s’arrête pas ici car nous évoluons dans la logique du progrès. Ruth Amossy20 résume ainsi :

Ce qui paraissait déraisonnable en 1888, au point qu’on n’avait pas jugé nécessaire d’insérer dans la loi une clause stipulant que les femmes étaient exclues du service de la justice, s’est complètement transformé : une loi du 7 avril 1922 a autorisé les femmes à prêter le serment d’avocat, et c’est aujourd’hui leur exclusion du barreau qui paraîtrait déraisonnable.

21Toutefois, bon exemple de coupure synchronique dans l’évidence sociétale, la jeune femme qui avait fait des études de droit et demandé en 1888 à s’inscrire au barreau ne partageait manifestement pas la conception du déraisonnable qui avait guidé la sentence du tribunal. L’évident, l’absurde, l’insoutenable, le téméraire, l’aberrant sont des catégories variables historiquement et qui polarisent en synchronie une hégémonie centrale et des marges dissidentes.

Intraduisibilité argumentative et obsolescences rationnelles

  • 21 Ma traduction de C. L. Becker, The Heavenly City of the 18th-Century Philosophers, New Haven/Londre (...)
  • 22 Ibid.

22Un historien américain d’avant-guerre, Carl L. Becker, a développé dans The Heavenly City of the 18th-Century Philosophers le concept, intéressant mais pas limpide, de « climats d’opinions » successifs scandant l’histoire des idées et entre lesquels — unité de la raison humaine ou pas — l’incompréhension serait radicale. En vue d’illustrer cette notion, Carl L. Becker analyse un passage de Thomas d’Aquin sur le droit naturel, un développement sur l’idée de monarchie chez Dante. Ce n’est pas que le lecteur moderne soit en désaccord avec ces grands esprits ou qu’il pense autrement sur ces sujets, à supposer qu’il en pense quelque chose, c’est qu’il se trouve, dit Becker, devant une manière de raisonner radicalement autre. Il est somme toute placé devant « l’impossibilité nue de penser comme cela », pour transposer Foucault. « Ce qui me gêne, écrit Becker, est qu’on ne saurait écarter Dante ou saint Thomas comme des gens peu intelligents. Si leur argumentation nous est inintelligible, ce fait ne peut être attribué à un manque d’intelligence de leur part21. » Qu’une argumentation appelle ou non l’assentiment, suggère-t-il, ne dépend donc pas de la logique supposée intemporelle qui la soutient, mais du « climat d’opinion » dans lequel elle baigne. Ce « climat » est défini par l’historien comme une sorte de filtre imposant à Dante et à Thomas d’Aquin « un usage particulier de l’intelligence et un type de logique spécial22 ». Une telle définition reste obscure, mais Becker avait mis le doigt sur un fait intrigant, omniprésent et négligé. Il mettait dans ce « climat d’opinion » allégué, la croyance littérale au récit de la Genèse et une gnoséologie existentielle ad hoc, l’existence étant conçue par l’homme médiéval comme un drame cosmique composé par un dramaturge suprême suivant une intrigue centrale et un plan rationnel. Qu’en est-il de la raison et la logique, si elles sont radicalement altérées par des « climats » successifs qui sont inintelligibles les uns aux autres ? Thomas d’Aquin ne peut ni nous persuader ni être réfuté par nous, constate Becker, car il est devenu rationnellement intraduisible. Ce n’est pas même qu’on puisse juger ses démonstrations fragiles ou spécieuses ; elles sont simplement inintelligibles au regard de ce que nous considérons comme rationnel :

  • 23 Ibid., p. 12.

La seule chose que nous ne puissions pas faire avec la Somme de Saint Thomas est d’en rencontrer les arguments sur leur propre terrain. Nous ne pouvons ni nous montrer d’accord avec eux ni les réfuter. […] Ses conclusions ne nous paraissent ni vraies ni fausses, mais seulement dépourvues de pertinence23.

23Plus proche de nous, vers la fin du xixe siècle qui a été mon domaine de prédilection, les argumentations qui soutiennent la nosographie de l’hystérie selon l’école de Charcot, qui ailleurs démontrent la mission historique du prolétariat, qui permettent de conjecturer les caractères qui seront ceux de l’insaisissable Missing Link, le chaînon manquant en paléontologie humaine, ne commencent pas moins à nous offrir à l’examen une certaine étrangeté avec le recul de plus d’un siècle. Or ce qui doit surtout intéresser le chercheur, à mon sens, ce n’est pas tant l’idée centrale comme telle, idée certes dévaluée, ce sont les raisonnements et les exempla, les faits allégués, confrontés et interprétés, qui sont tissus autour d’elle. L’imputation d’irrationalité est trop facilement appliquée au passé cognitif. C’est stérile. L’alchimie, l’astrologie, la géomancie, la phrénologie de Franz J. Gall, la physiognomonie de Johann C. Lavater sont des sciences dévaluées dont les présupposés et les démarches sont fréquemment jugés de nos jours « irrationnels » de bout en bout. Mais « de leur temps », il me faut bien avouer qu’ils ne l’étaient pas du tout et pour de « bons esprits ». Que les raisonnements du passé ne nous semblent plus rationnels ne permet pas de les écarter sans en scruter la « logique », car il n’est pas raisonnable de penser que le présent soit le juge ultime du passé — et il n’est pas indifférent de voir que, dans le passé, certaines idées, certaines thèses aient découlé d’un effort soutenu de rationalisation et de démonstration, alors que ces raisonnements mêmes nous sont devenus incompréhensibles. Je ne donne alors à rationnel, ainsi que je le suggérais en commençant, qu’un sens historique : c’est l’ensemble des schémas argumentatifs et des « démarches » persuasives qui ont été acceptés quelque part et en un temps donné par des gens que la société jugeait sagaces et raisonnables.

Coexistence de multiples logiques argumentatives

  • 24 M. Angenot, Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits, coll. (...)
  • 25 A. O. Hirschmann, Deux siècles de rhétorique réactionnaire, trad. de l’anglais par P. Andler, Paris (...)

24Dans mon traité de rhétorique antilogique, Dialogues de sourds24, j’ai développé la description contrastée de quatre grandes « logiques » concurrentes qui s’affrontent au cours de la modernité, quatre grands types de communautés rhétoriques, appréhendés au cours de mes études de la pensée politique et sociale des deux derniers siècles, types qui ont du reste été identifiés également par des chercheurs très divers de formation et de préoccupations. Ces types forment des idiosyncrasies argumentatives qui ont été accompagnées et sont encore accompagnées du sentiment, non moins attesté « au dehors », qu’on se trouve en face de manières de penser spécieuses, illogiques, menant à des conclusions tronquées ou absurdes et qui ne sont susceptibles que de prêcher à des convaincus. Quoique je me sois heurté souvent, en travaillant sur le xixe siècle et sur le siècle passé, à ces divergences et incompatibilités logiques et quoique je voie la plupart des historiens des idées s’y heurter à leur tour (mais sans creuser le problème en général), je ne prétends pas que les quatre catégories que j’ai construites — la rhétorique réactionnaire (le paradigme d’Albert Hirschmann tant soit peu amendé25), la pensée conspiratoire articulée à la logique du ressentiment, la logi-que immanentiste-instrumentale, la raison que j’ai désignée comme « utopique-gnostique » — épuisent les formes possibles de pentes divergentes de raisonnement. Ces quatre logiques constituent cependant à mon sens, dans l’histoire moderne, celle des deux siècles de la modernité, les formes prédominantes, résurgentes les plus continûment polarisées.

25C’est pourquoi — je terminerai en évoquant ceci comme une démarche ou approche complémentaire — l’histoire des idées est inséparablement une histoire des controverses interminables, notamment entre tenants de « logiques » incompatibles. La vie intellectuelle française est scandée par de vives et amères controverses, à la fois savantes et « publiques », des querelles successives qui la polarisent à tout coup en deux camps — avec une ligne de faille et une répartition chaque fois différente, mais qui creuse pourtant des sillons déjà tracés et « avive les plaies ». Querelles qui s’engagent et se terminent dans l’incompréhension réciproque et l’indignation « morale », qui se réduisent régulièrement à des dialogues de sourds.

  • 26 R. Amossy, Apologie de la polémique, Paris, PUF, coll. « L’interrogation philosophique », 2014.
  • 27 J. Altwegg, Die Republik des Geistes. Frankreichs Intellektuelle zwischen Revolution und Reaktion, (...)

26Or il fallait constater jusqu’à tout récemment l’absence en langue française de travaux de problématisation, de discussion des enjeux, de théorisation de cette histoire des controverses intellectuelles et des polémiques publiques. L’Apologie de la polémique26 d’Amossy est venue heureusement combler en partie cette lacune. Néanmoins, une fois encore, l’histoire des controverses demeure limitée à quelques bons échantillons en français. Elle forme au contraire un secteur de l’histoire intellectuelle particulièrement développé et académiquement identifié en domaine allemand. Il a fallu du reste que ce soit un chercheur suisse alémanique, Jürg Altwegg, qui esquisse avec érudition une histoire des polémiques entre lettrés en France du xviiie siècle à 1989 dans son Republik des Geistes27.

  • 28 P.-A. Taguieff, « L’argumentation politique. Analyse du discours et Nouvelle rhétorique. À la mémoi (...)
  • 29 M. Angenot, La Parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982.
  • 30 M. Angenot, La Querelle des « nouveaux réactionnaires » et la critique des Lumières, Montréal, Chai (...)

27Dans un essai d’hommage au théoricien de la nouvelle rhétorique qui fut mon maître, Chaïm Perelman, Pierre-André Taguieff a proposé un correctif à la rhétorique consensuelle qui était celle du philosophe bruxellois en mettant en exergue un aspect inhérent à tout échange rhétorique, à savoir « les éléments de ce que j’appellerai, dit-il, une polémologie discursive28 ». Taguieff, qui se revendique expressément comme historien des idées — ce qui n’est pas fréquent —, retient la polémicité parmi les traits par lesquels l’argumentation rhétorique se distingue de la démonstration logique. Je n’ai cessé de travailler dans ce sens et ce n’est pas par hasard que ce sont des historiens des idées qui se rencontrent pour mettre en avant ce critère : toute histoire des idées fait apparaître continûment des affrontements de thèses irréconciliables, des « dialogues de sourds », des controverses interminables entre des positions défendues bec et ongles. Mon exposé s’achève abruptement sur l’esquisse de ces perspectives de méthode qui ont inspiré plusieurs de mes livres depuis La Parole pamphlétaire29 jusqu’à La Querelle des « nouveaux réactionnaires » et la critique des Lumières30.

28L’histoire des idées ne peut que demeurer un programme disciplinaire peu discipliné. Procurer une méthodologie unifiée à l’histoire des idées est une mission impossible. Entreprise impossible de fabriquer une méthodologie syncrétique en confondant et mixant les démarches de Raymond Aron, de Michel Foucault, de Régis Debray avec celles de Zeev Sternhell et de Pierre-André Taguieff ! Sans parler de mes références et de mes admirations éclectiques, hors Hexagone, à Arthur O. Lovejoy, Isaiah Berlin, Quentin Skinner, Eric Voegelin, Hans Blumenberg, Reinhart Koselleck… À quoi bon essayer de tirer une problématique unique et une méthode unifiée de vivants et de morts qui seraient incapables de s’entendre sur des principes élémentaires et dont les conceptualisations et conclusions, surtout dans le domaine de la pensée politique, demeureront en conflit insurmontable ?

Notes

1 M. Angenot, L’Histoire des idées. Problématiques, objets, concepts, méthodes, enjeux, débats, Liège, Presses universitaires de Liège, coll. « Situations », 2014.

2 F. Dosse, « De l’histoire des idées à l’histoire intellectuelle », in M. Leymarie et J.-F. Sirinelli (dir.), L’Histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, 2003, p. 161.

3 R. G. Collingwood, The Idea of Nature, Oxford, Clarendon, 1945.

4 A. O. Lovejoy, The Great Chain of Being. A Study of the History of an Idea, Cambridge, Harvard University Press, 1936.

5 T. J. Ellingson, The Myth of the Noble Savage, Los Angeles, University of California Press, 2001.

6 D. P. Walker, The Decline of Hell. Seventeenth-Century Discussions of Eternal Torment, Chicago, University of Chicago Press, 1964.

7 J. Delumeau, Une histoire du paradis [1992-2000], Paris, Hachette littératures, 2002 ; J. Le Goff, La Naissance du purgatoire, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 1981.

8 R. Mauzi, L’Idée du bonheur dans la littérature et la Pensée françaises au xviiie siècle [1960], Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque de l’évolution de l’humanité », 1994.

9 R. Mandrou, Magistrats et Sorciers en France au xviie siècle. Une analyse de psychologie historique [1968], Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 1989 ; R. Muchembled, La Sorcière au village : xve-xviiie siècle [1979], Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 1991.

10 F. Meinecke, L’Idée de la raison d’État dans l’histoire des temps modernes [1923], trad. de l’allemand par M. Chevallier, préface de F. Chabod, Genève, Droz, coll. « Travaux d’histoire éthico-politique », 1973.

11 M. Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique [1961], Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1992 ; Surveiller et Punir [1971], Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 1994.

12 M.-C. Blais, La Solidarité. Histoire d’une notion, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 2007.

13 M. Banton, The Idea of Race [1977], Boulder, Westview Press, 1978 ; P.-A. Taguieff, La Force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles [1988], Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1990.

14 R.-P. Droit, Généalogie des barbares, Paris, Odile Jacob, 2007.

15 Parmi de nombreux ouvrages sur le sujet, on peut citer P.-A. Taguieff, Le Sens du progrès. Une approche historique et philosophique [2004], Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2006.

16 M. Rodinson, De Pythagore à Lénine. Des activismes idéologiques, Paris, Fayard, 2003.

17 Voir F. Furet, Le Passé d’une illusion. Essai sur l’idée communiste au xxe siècle [1995], Paris, Librairie générale française, coll. « Références : histoire », 2003.

18 Pour reprendre un vers du « Sonnet en X » de Stéphane Mallarmé, paru en 1899 dans le recueil Poésies.

19 C. Perelman, Justice et Raison, Bruxelles, Presses universitaires de Bruxelles, coll. « Université libre de Bruxelles, Travaux de la Faculté de philosophie et lettres », 1963.

20 R. Amossy, « Les enjeux du “déraisonnable” : rhétorique de la persuasion et rhétorique du dissensus », in B. Frydman et M. Meyer (dir.), Chaïm Perelman (1912-2012). De la nouvelle rhétorique à la logique juridique, Paris, PUF, coll. « L’interrogation philosophique », 2012, p. 17-37.

21 Ma traduction de C. L. Becker, The Heavenly City of the 18th-Century Philosophers, New Haven/Londres, Yale University Press, 1974, p. 5.

22 Ibid.

23 Ibid., p. 12.

24 M. Angenot, Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits, coll. « Essai », 2008.

25 A. O. Hirschmann, Deux siècles de rhétorique réactionnaire, trad. de l’anglais par P. Andler, Paris, Fayard, coll. « L’espace du politique », 1991.

26 R. Amossy, Apologie de la polémique, Paris, PUF, coll. « L’interrogation philosophique », 2014.

27 J. Altwegg, Die Republik des Geistes. Frankreichs Intellektuelle zwischen Revolution und Reaktion, Munich, R. Piper, 1986.

28 P.-A. Taguieff, « L’argumentation politique. Analyse du discours et Nouvelle rhétorique. À la mémoire de Chaïm Perelman, 1912-1984 », Hermès, no 8-9, 1990, p. 261.

29 M. Angenot, La Parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982.

30 M. Angenot, La Querelle des « nouveaux réactionnaires » et la critique des Lumières, Montréal, Chaire James McGill d’étude du discours social de l’université McGill, coll. « Discours social », vol. XLV, 2014.

© Collège de France, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search