Version classiqueVersion mobile

Histoire et historiens des idées

 | 
David Simonetta
, 
Alexandre de Vitry

Introduction

David Simonetta et Alexandre de Vitry

Patrizia Lombardo, qui encouragea ce projet dès ses premières étapes et nous fit l’honneur d’un texte important sur Lovejoy, nous a quittés en 2019. Ce volume lui est dédié.

Texte intégral

  • 1 Sur la situation de l’histoire des idées dans la recherche universitaire française, voir dans ce vo (...)

1C’est sous le double patronage de la chaire Histoire de la philosophie médiévale, d’Alain de Libera, et de la chaire Littérature française moderne et contemporaine, d’Antoine Compagnon, que s’est tenu au Collège de France, les 18, 19 et 20 mai 2016, le colloque « Histoire et historiens des idées », dont nous publions aujourd’hui les actes. Philosophie, littérature, histoire de la philosophie, histoire de la littérature, histoire, c’est sous ces auspices qu’ont été conduites les réflexions de ces journées autour d’une pratique aux contours encore indistincts, à cheval sur les disciplines, qui n’a par conséquent jamais bénéficié d’une existence universitaire définie, du moins en France1.

  • 2 A. O. Lovejoy, « Reflections on the history of ideas », Journal of the History of Ideas, vol. 1, no(...)
  • 3 Ibid. C’est aussi cet aspect de l’histoire des idées qui séduit Jean Ehrard : « Ce n’est pas une di (...)

2On peut estimer que cette situation indistincte de l’histoire des idées dans le champ universitaire est précisément ce qui lui donne toute sa valeur. L’histoire des idées serait par nature une pratique interdisciplinaire, faisant un pont entre des spécialités qui, d’ordinaire, ne se rencontrent pas. C’est ce que revendique Arthur O. Lovejoy dans le texte qu’il écrivit en 1940 pour lancer son Journal of the History of Ideas depuis l’université Johns-Hopkins. Sans doute, convient Lovejoy, la spécialisation dans le champ universitaire est-elle une condition nécessaire au progrès de la connaissance, mais elle borne aussi notre pleine compréhension du fonctionnement de la pensée humaine : « Les processus à l’œuvre dans l’esprit humain, tant à l’échelle de l’individu qu’à celle du groupe, qui se manifestent dans l’histoire, ne passent pas par des canaux étanches, correspondant aux divisions officielles qu’on a établies dans nos départements universitaires2. » L’homme a en propre de former des « idées générales » et celles-ci ne cessent de passer, de circuler d’un domaine à l’autre, d’une institution à une pratique, d’un art à une science. Les universitaires eux-mêmes, à l’époque de Lovejoy, s’en rendent bien compte ; ils sont de plus en plus nombreux, dit-il, à s’apercevoir que la spécialisation ne suffit pas à rendre compte de toutes les dimensions que recouvrent leurs propres objets de recherche. Il fallait donc qu’existât un cadre, un lieu de rencontre, où pût advenir cette coopération fructueuse entre les disciplines. Toutes les contributions soumises à la revue de Lovejoy étaient tendues vers un même but : montrer que « rien au monde ne migre autant que les idées » (ideas are the most migratory things in the world3).

  • 4 J. Ehrard, « Histoire des idées et histoire littéraire », op. cit., p. 68-80. C’est la thèse avancé (...)

3L’histoire des idées serait donc par nature une pratique interdisciplinaire ; c’est la généralité même de son objet qui l’impose. Reste que depuis l’époque où écrivait Lovejoy, elle a gagné une existence universitaire à part entière dans plusieurs pays. Aux États-Unis, bien sûr, autour de Johns-Hopkins depuis les années 1940, mais aussi en Angleterre, ou encore en Allemagne, sous les rubriques de la Geistesgeschichte, de l’Ideengeschichte ou de la Begriffsgeschichte de Reinhart Koselleck. En France, en revanche, elle est demeurée dans cette situation trouble et n’a jamais trouvé, jusqu’à ce jour, de place et de reconnaissance institutionnelle. Comme le montre Antoine Compagnon, c’est chez les spécialistes de littérature comparée qu’elle a souvent trouvé refuge. Le 18 novembre 1972, lors du colloque « Problème et méthodes de l’histoire littéraire », Jean Ehrard, l’auteur de L’Idée de nature en France dans la première moitié du xviiie siècle (1963), commençait sa communication intitulée « Histoire des idées et histoire littéraire4 » en se présentant lui-même comme « avocat commis d’office » de l’histoire des idées :

  • 5 Ibid., p. 68.

Un linguiste, un historien peuvent traiter ici des relations entre l’histoire littéraire et l’histoire de la langue d’un côté, de l’autre l’histoire « globale », mais il est symptomatique que la tâche de parler pour l’histoire des idées ait dû être confiée à un littéraire5.

4L’histoire des idées n’est donc pas proprement absente du paysage français, mais, pour y exister, elle a dû se glisser dans d’autres disciplines, elles-mêmes en voie d’institutionnalisation.

5L’absence de véritable reconnaissance académique de cette discipline n’est-elle imputable qu’à un retard de la France sur ses voisins ou tient-elle à des réticences de fond, qui concerneraient l’objet même que cette pratique prétend traiter ? À la fin de la communication de Jean Ehrard, Jacques Chouillet interpella ce dernier, en lui faisant remarquer que l’histoire des idées ne pourrait sans doute jamais accéder au rang de discipline rigoureuse :

  • 6 Ibid., p. 85.

Je ne crois pas, très franchement, que l’on puisse imaginer une idée toute seule en dehors du champ gravitationnel de la science ou en dehors du champ gravitationnel de la littérature. Il me semble que l’idée par elle-même, réduite à sa simple formulation, n’a jamais constitué un champ et qu’elle n’a jamais conditionné quoi que ce soit ni dans l’histoire de la science, ni dans l’histoire de la littérature. Quand H. Dieckmann fait l’histoire de l’idée de génie chez Diderot, en réalité il fait entrer l’idée de génie dans le champ de la littérature et quand vous faites l’histoire des idées dans la première moitié du xviie siècle, vous vous référez à l’histoire de la science, lorsque vous invoquez le Dieu horloger dans votre ouvrage, vous vous référez à un champ linguistique d’origine cartésienne dont on sait très bien ce qu’il est et ce qu’il signifie dans l’histoire de la science. Mais ceci dit vous ne définissez pas une idée isolée de son champ scientifique6.

6À en croire Chouillet, une « idée » ne pourrait avoir de sens rigoureux qu’au sein d’un « champ gravitationnel » défini. Considérer les idées pour elles-mêmes, ce serait prétendre traiter unitairement des questions hétérogènes. Par exemple, le concept de « Dieu horloger », tel qu’on le trouve au xviie siècle, a un sens bien défini en histoire des sciences et l’on ne voit pas en quoi le fait de le considérer en tant qu’« idée » lui ajouterait une détermination supplémentaire. L’« idée » est-elle une catégorie suffisamment consistante pour qu’on prétende l’étudier pour elle-même ? De quelles idées l’histoire des idées pourrait-elle prétendre traiter en propre, qui n’entreraient pas dans la compétence particulière d’une discipline déjà existante ?

  • 7 Voir dans ce volume D. Simonetta, « Michel Foucault, le rapport de l’archéologie à l’histoire des i (...)

7Catégorie superflue, par rapport aux divisions rigoureuses du champ académique, mais catégorie aussi illusoire, selon certains. Car les « idées » dont on prétend faire l’histoire ne suggèrent-elle pas qu’il existerait une même « conscience » pour les penser ? En 1935, Paul Hazard, alors titulaire de la chaire Histoire des littératures comparées au Collège de France, intitulait son maître-livre La Crise de la conscience européenne. C’est bien la conscience de l’Europe tout entière qui y est dépeinte, à travers ses « crises », au gré de ses « idées » qui « s’affirment », « s’enhardissent » et remportent des « victoires ». Trente ans plus tard, l’ancien professeur de Michel Foucault à la rue d’Ulm, Georges Gusdorf, publie le premier volume de son Histoire des sciences humaines et de la pensée occidentale, où l’on peut lire un vibrant plaidoyer en faveur de l’histoire des idées, seul recours — selon Gusdorf — pour retrouver, derrière le morcellement des savoirs positifs, universitaires, « le sens de la figure humaine ». On comprendra sans difficulté que pour ceux qui, à la même époque, prédisent au contraire l’effacement progressif de cette figure de sable, l’histoire des idées apparaisse comme un ultime avatar d’un humanisme désuet. L’hostilité de Foucault à l’égard de l’histoire des idées vient de son refus d’appliquer à l’histoire et à la constitution des savoirs et des institutions les catégories naïves de la philosophie du sujet. Foucault refuse la facilité consistant à rendre compte d’une époque entière par une même « vision du monde », une même « mentalité » ; il refuse également, comme Georges Canguilhem, d’en extraire quelques rares « précurseurs », dont le génie individuel, par ce qu’il entrevoit de l’époque à venir, assurerait d’âge en âge la grande trame continue de l’histoire humaine. Au lieu de cela, il défend une discipline « archéologique » qui en resterait au niveau des énoncés, de leurs règles de formation et des savoirs positifs qui s’y dessinent7.

  • 8 K. Marx et F. Engels, Manifeste du parti communiste, in K. Marx, Œuvres, tome I : Économie I, Paris (...)

8À ces critiques concernant le caractère insuffisamment déterminé de la catégorie d’idée, il faut ajouter celles qui reprochent à l’histoire des idées de masquer les véritables déterminations de l’histoire intellectuelle. Dans le Manifeste du parti communiste, Karl Marx et Friedrich Engels s’en prenaient déjà à ceux qui ne voient pas que « les idées, les conceptions et les notions des hommes, en un mot leur conscience, changent avec tout changement survenu dans leurs conditions de vie, leurs relations sociales, leur existence sociale ». Ce ne sont pas, quoi qu’on en dise, les idées qui révolutionnent une société entière. Le changement dans les idées sanctionne seulement une mutation advenue dans les conditions matérielles d’existence. « Que démontre l’histoire des idées, si ce n’est que la production intellectuelle se transforme avec la production matérielle ? Les idées dominantes d’une époque n’ont jamais été que les idées de la classe dominante8. » L’histoire des idées serait toujours une histoire « d’en haut », aveugle aux déterminations économiques et sociales qui agissent effectivement sur les acteurs du champ intellectuel. Histoire hors-sol, hors-société, hors-politique, elle croit pouvoir examiner les superstructures idéelles comme des objets autonomes, indépendants des infrastructures concrètes.

  • 9 L. Febvre, « Les métamorphoses de la Cité de Dieu », Annales, no 3, Paris, 1954, p. 374.
  • 10 L. Febvre, « Histoire des idées, histoire des sociétés. Une question de climat », Annales, no 2, Pa (...)

9Cette critique s’est généralisée au-delà de la perspective marxiste proprement dite. On la retrouve, mutatis mutandis, dans le reproche d’« aristocratisme » que les historiens puristes adressent parfois à cette discipline qu’ils jugent trop « philosophique » ; on la retrouve notamment dans la critique qu’adresse Lucien Febvre à Étienne Gilson, au moment de la parution de La Philosophie au Moyen Âge, puis derechef au moment de la parution des Métamorphoses de la Cité de Dieu : « L’auteur vole de cime en cime, de grands esprits en grands esprits. Classique histoire des idées. Aristocratique histoire des idées9. » Que n’eût-il intégré davantage une perspective politique, sociale, économique à son histoire intellectuelle ! Gilson aurait alors ménagé cette porte de communication « par où le monde des idées [pût] reprendre dans nos esprits le contact qu’il avait tout naturellement avec le monde des réalités — quand il vivait10 ».

  • 11 Q. Skinner, « Meaning and understanding in the history of ideas », History and Theory, vol. 8, no 1 (...)
  • 12 Sur le sens exact de ces critiques, ainsi que celles de Leo Spitzer, voir dans ce volume F. Nef, « (...)
  • 13 R. Koselleck, « Histoire sociale et histoire des concepts » [1986], in : L’Expérience de l’histoire(...)

10Ces oppositions ont leur pendant dans le monde anglo-saxon. Depuis les célèbres critiques adressées par le britannique Quentin Skinner à la méthode d’Arthur O. Lovejoy dans les années 196011, nombreux sont ceux qui rejettent cette dernière au motif qu’elle relèverait d’un idéalisme abstrait, d’un « platonisme » détaché du contexte précis d’apparition des idées12. Même chez ceux qui ont continué de se présenter comme historiens des idées, il est devenu inévitable de rappeler l’articulation nécessaire de toute démarche de cet ordre à une enquête sociale. Du côté de l’histoire conceptuelle, Koselleck juge ainsi que « langage » et « société », sans que l’un puisse l’emporter sur l’autre, « sont au nombre des préalables métahistoriques sans lesquels nulle histoire, nulle historiographie ne sont pensables13 ». Plus récemment enfin, c’est par la notion de « discours » que Marc Angenot parvient à réconcilier les aspirations de l’histoire des idées, dont le chercheur se revendique, et l’impératif d’une attention rigoureuse aux déterminations sociales :

  • 14 M. Angenot, L’Histoire des idées : problématiques, objets, concepts, méthodes, enjeux, débats, Lièg (...)

Histoire des idées et histoire des discours se confondent, elles ne peuvent que se confondre pour qui n’entretient pas l’idéaliste intuition qu’une Pensée transcendante aux prises avec la Chose-en-soi est dissimulée dans un discours qui l’envelopperait, qui l’« exprimerait » en la dissimulant14.

  • 15 À ce complexe méthodologique imposé à l’histoire des idées par le marxisme, on pourra ajouter une a (...)

11Ainsi le consensus semble-t-il acquis et la critique marxiste intériorisée par ceux-là mêmes qui poursuivent encore une entreprise d’histoire des idées15. Cette dernière conserve-t-elle alors une quelconque spécificité ?

Critique de la critique

  • 16 Voir dans ce volume C. Tiercelin, « À quoi tient la force d’une idée ? ».

12Ces critiques sont devenues si courantes qu’elles oblitèrent parfois la compréhension du sens exact de cette entreprise chez ses fondateurs. Le présent ouvrage propose un retour aux textes mêmes des historiens des idées, permettant ainsi d’évaluer à leur juste mesure les accusations parfois hâtives d’idéalisme ou, selon une terminologie plus philosophique, de « réalisme » des idées qu’on oppose à cette méthode. Il est apparu, par exemple, que ce qui caractérise l’œuvre de Lovejoy n’est en rien son platonisme supposé, mais au contraire son attention constante à ce qui fait, selon l’expression de Claudine Tiercelin, la « force des idées » dans l’histoire. Cette attention implique une prise en compte constante de l’ancrage social et linguistique des idées et autorise du même coup une comparaison serrée et instructive avec le pragmatisme naissant. Bien que l’on puisse reprocher à Lovejoy de n’avoir pas assez développé la dimension sémantique des « idées », restant ainsi en deçà de ce qu’on a pris l’habitude d’appeler le linguistic turn, sa réflexion autour du dynamisme de l’activité mentale recoupe pour une large part l’esprit du pragmatisme de Charles S. Peirce : pour l’un comme pour l’autre, « une idée tire sa signification et sa seule signification, de l’action à tout le moins possible ou concevable, qui la teste dans le réel16 ».

  • 17 Voir dans ce volume P. Lombardo, « Lovejoy et la vie des idées ».

13Selon Patrizia Lombardo, l’originalité de la démarche de Lovejoy consiste à avoir développé très tôt une perspective « cognitiviste » qui prend en compte le rôle des émotions et des états affectifs dans les processus intellectuels. Le rôle cognitif des émotions n’est pas chez lui envisagé d’un point de vue expérimental, mais à travers l’analyse de la vie des idées dans l’histoire. Ainsi, bien que la notion d’« idée » semble, à première vue et chez ses détracteurs, renvoyer à une conception intellectualiste ou spiritualiste de l’histoire, on constate que l’esprit humain dont Lovejoy fait le récit se donne en réalité toujours comme « unité complexe du penser et du sentir ». Les idées sont ce vers quoi sont dirigées l’attention et les émotions des hommes à un moment donné de leur existence historique17.

  • 18 Voir dans ce volume F. Nef, « Pathos métaphysique et sémantique philosophique ».
  • 19 P. Bénichou, discussion faisant suite à la communication de J. Ehrard, « Histoire des idées et hist (...)
  • 20 Voir dans ce volume R. de Calan, « L’histoire critique des sciences : un chapitre dans l’histoire d (...)
  • 21 Ibid.

14L’histoire des idées ne se confond donc pas avec l’histoire de la philosophie en ceci qu’elle s’intéresse moins aux déterminations rigoureuses qu’un concept reçoit à l’intérieur d’un champ théorique donné, qu’aux idées « effectivement pensées » par les hommes à une époque donnée, avec tout ce que cela peut charrier de confusion et de « pathos métaphysique18 ». C’est ce qui, aux yeux de Paul Bénichou, attire irrésistiblement l’histoire des idées du côté de la littérature : « La littérature naît au moment où une idée se produit sous une forme sensible et vivante19. » Mais cela n’implique pas pour autant qu’elle s’applique seulement à des objets littéraires. Appliquée à l’histoire des sciences, cette perspective cherche à rendre compte de la dimension « à la fois cumulative et erratique » des savoirs, à l’opposé d’un modèle positiviste. Comme le montre Ronan de Calan à propos de l’Histoire du matérialisme de Friedrich-Albert Lange, il s’agit de mettre en scène une histoire où « les idées s’affrontent, se rencontrent, se choquent, s’attirent, interagissent, selon un modèle qui n’est pas si lointain du modèle de la représentation ou de l’idée fourni par Johann F. Herbart, contemporain de Georg W. F. Hegel : certaines idées sont plus fortes que d’autres et ont tendance à prédominer20 ». L’histoire des idées se définit ainsi par ce dont elle se démarque : elle n’est « ni une histoire paradigmatique, ni une histoire des systèmes, encore moins bien sûr une théorie de la grande marche du progrès scientifique21 ».

  • 22 Voir dans ce volume A. de Libera, « Heidegger, de la déconstruction à l’histoire de l’Estre (Geschi (...)
  • 23 Voir dans ce volume P. Simon-Nahum, « Isaiah Berlin, historien ».

15C’est peut-être cette pars destruens de l’histoire des idées qui en constitue la caractéristique principale — et c’est ce qui autorise qu’on la compare, sous certains traits, à la « destruction » heideggérienne22. Non seulement l’histoire des idées ne se confond pas avec l’histoire positiviste du progrès de la connaissance, mais elle peut, à bien des égards, en constituer l’antidote. Chez Arthur O. Lovejoy, chez Isaiah Berlin, chez Eric Voegelin, en France chez Paul Bénichou ou Alain Besançon, on retrouve une même prise de distance à l’égard de la croyance en une marche progressive de l’histoire de la vérité, qui se confondrait avec celui du progrès des sciences. D’où, par exemple, l’intérêt d’un penseur comme Berlin pour les « Contre-Lumières », plutôt que pour des penseurs libéraux comme Helvétius, Voltaire, Condorcet, Holbach, au demeurant plus proches de ses propres convictions politiques. C’est que le rationalisme de ces derniers et « la croyance au progrès élevé au rang de dogme religieux les conduisent à imposer une vision du monde, là où leurs opposants des Contre-Lumières se montrent davantage sensibles à l’idée d’une histoire chaotique et aux écarts dans lesquels l’entraînent les actions des individus23 ».

  • 24 Voir dans ce volume A. de Vitry, « Politique de l’histoire des idées : autour de Paul Bénichou ».
  • 25 C’est le titre qu’a choisi Alain Besançon pour le recueil de ses essais paru récemment aux Belles L (...)
  • 26 Voir dans ce volume A. de Vitry, « Politique de l’histoire des idées : autour de Paul Bénichou ».
  • 27 Ibid.

16Les enjeux de cette entreprise vont au-delà de la prise en compte de la dimension pluraliste et contingente de l’histoire. Dans la seconde moitié du xxe siècle, l’histoire des idées s’articule explicitement à une analyse des sources idéologiques de ce que l’on commence à appeler le totalitarisme. Quand Bénichou critique le saint-simonisme ou le comtisme au motif qu’ils auraient construit une science sociale totale prétendument apte à déterminer sans contingence les destinées ultimes de l’humanité et à conduire grâce à cette connaissance absolue à une émancipation complète de l’homme, fût-ce au prix des pires violences24, c’est manifestement à un mal plus profond qu’il s’en prend, celui qui atteint aussi le marxisme, dont Bénichou avait un temps été proche, avant de s’en détourner. L’expérience de ces idéologies totales que sont les totalitarismes redonne à cette discipline jugée parfois désuète une légitimité. L’historien des idées étudie les idéologies comme un médecin diagnostiquerait un symptôme ou des phénomènes de « contagion25 », ou un hérésiologue une maladie de l’âme. L’« idée », cette catégorie si souvent critiquée pour son caractère illusoirement totalisant devenait soudain la catégorie pertinente pour rendre compte des illusions du totalitarisme. Échappant fictivement au champ gravitationnel d’un savoir constitué, l’« idée », envisagée comme objet d’étude historique, devenait précisément l’outil à partir duquel rendre compte de ces théories scientifiques passées hors de leur ordre : devenues visions du monde ou religion nouvelle. À partir des années 1970, ceux qui se réclament de l’histoire des idées le font souvent en retournant explicitement le reproche que Marx avait adressé en son temps à cette discipline : ils veulent montrer que la réalité matérielle est travaillée dans ses soubassements par des idées ; montrer la religiosité et la dimension idéologique qui accompagnent une histoire apparemment rivée au matérialisme et au cours impersonnel du progrès de la science. « Il s’agit pour ces auteurs non de démythifier les superstructures par l’étude des infrastructures, de dégonfler la baudruche noétique grâce au matérialisme historique, mais de se livrer au contraire à une histoire religieuse des pseudo-sciences nouvelles du social et du politique, marxisme en tête26. » Eric Voegelin parle de « religions politiques » ou de « religions intramondaines » (innerweltliche Religionen), Raymond Aron de « religions séculières », Alain Besançon, à la suite de Voegelin, de « gnose » idéologique. Dans tous les cas, « c’est bien la confusion du scientifique, du religieux et du politique que tous étudient et dénoncent en s’efforçant d’en retracer la généalogie27 ».

17Ici s’arrête la possibilité d’unifier davantage cette discipline. Au reste, l’objectif de ce livre n’est pas de donner à l’histoire des idées la cohérence disciplinaire qu’elle n’a jamais eue, mais d’insister au contraire sur la diversité des figures d’historiens qui la composent, ainsi que sur la variété des méthodes qu’elle autorise. En suivant la pensée d’intellectuels aussi atypiques dans leurs parcours et leurs œuvres qu’Étienne Gilson, Hippolyte Taine, Arthur O. Lovejoy, Isaiah Berlin, Ernst Mach, Michel Foucault et Martin Heidegger, nous verrons que cette pratique s’est faite au moins autant par ceux qui s’y sont affiliés que par ceux qui s’en sont départis, et qu’elle est plus facilement présentable sous la forme d’une galerie de portraits qu’à la manière d’un discours de la méthode.

Notes

1 Sur la situation de l’histoire des idées dans la recherche universitaire française, voir dans ce volume M. Angenot, « Histoire des idées et histoire rhétorique et cognitive ».

2 A. O. Lovejoy, « Reflections on the history of ideas », Journal of the History of Ideas, vol. 1, no 1, 1940, p. 4. Notre traduction.

3 Ibid. C’est aussi cet aspect de l’histoire des idées qui séduit Jean Ehrard : « Ce n’est pas une discipline — encore moins une addition de disciplines — mais plutôt une approche qui vise à la fois à l’analyse et à la synthèse. L’histoire des idées n’a pas de sources spécifiques ; elle emprunte sa matière à toutes les branches du savoir historique, histoire de la philosophie, des sciences, de la religion, de l’art, etc. et bien sûr aussi à l’histoire littéraire. » (« Histoire des idées et histoire littéraire », in : Problème et méthodes de l’histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 1974, p. 71.) La toute jeune revue italienne Journal of Interdisciplinary History of Ideas a repris à son compte l’ambition initiale d’Arthur O. Lovejoy. Voir à ce sujet l’éditorial de M. Albertone et E. Pasini, « A New Journal/Une nouvelle revue », Journal of Interdisciplinary History of Ideas, vol. 1, 2012.

4 J. Ehrard, « Histoire des idées et histoire littéraire », op. cit., p. 68-80. C’est la thèse avancée par Antoine Compagnon dans le présent volume : voir son article, « Paul Hazard transatlantique ». Sur les liens entre histoire des idées et critique littéraire, voir aussi dans ce volume G. Métayer, « Critique impressionniste et histoire des idées : le moment Anatole France ».

5 Ibid., p. 68.

6 Ibid., p. 85.

7 Voir dans ce volume D. Simonetta, « Michel Foucault, le rapport de l’archéologie à l’histoire des idées éclairé par l’étude de manuscrits inédits ».

8 K. Marx et F. Engels, Manifeste du parti communiste, in K. Marx, Œuvres, tome I : Économie I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1994, chap. 2, p. 157-195.

9 L. Febvre, « Les métamorphoses de la Cité de Dieu », Annales, no 3, Paris, 1954, p. 374.

10 L. Febvre, « Histoire des idées, histoire des sociétés. Une question de climat », Annales, no 2, Paris, 1946, p. 161. Voir dans ce volume F. Michel, « Étienne Gilson, historien des idées ».

11 Q. Skinner, « Meaning and understanding in the history of ideas », History and Theory, vol. 8, no 1, 1969, p. 3-53.

12 Sur le sens exact de ces critiques, ainsi que celles de Leo Spitzer, voir dans ce volume F. Nef, « Pathos métaphysique et sémantique philosophique ».

13 R. Koselleck, « Histoire sociale et histoire des concepts » [1986], in : L’Expérience de l’histoire, Paris, Gallimard/Seuil, coll. « Hautes Études », 1997, p. 104.

14 M. Angenot, L’Histoire des idées : problématiques, objets, concepts, méthodes, enjeux, débats, Liège, Presses universitaires de Liège, coll. « Situations », 2014, p. 68.

15 À ce complexe méthodologique imposé à l’histoire des idées par le marxisme, on pourra ajouter une autre tradition déterministe venue notamment d’Hippolyte Taine, dont on retrouverait les traces chez des auteurs aussi différents que Jean-Paul Sartre, Pierre Bourdieu et Michel Foucault. Voir dans ce volume P. Engel, « Taine et ses neveux ».

16 Voir dans ce volume C. Tiercelin, « À quoi tient la force d’une idée ? ».

17 Voir dans ce volume P. Lombardo, « Lovejoy et la vie des idées ».

18 Voir dans ce volume F. Nef, « Pathos métaphysique et sémantique philosophique ».

19 P. Bénichou, discussion faisant suite à la communication de J. Ehrard, « Histoire des idées et histoire littéraire », op. cit.

20 Voir dans ce volume R. de Calan, « L’histoire critique des sciences : un chapitre dans l’histoire des idées ».

21 Ibid.

22 Voir dans ce volume A. de Libera, « Heidegger, de la déconstruction à l’histoire de l’Estre (Geschichte des Seyns) ».

23 Voir dans ce volume P. Simon-Nahum, « Isaiah Berlin, historien ».

24 Voir dans ce volume A. de Vitry, « Politique de l’histoire des idées : autour de Paul Bénichou ».

25 C’est le titre qu’a choisi Alain Besançon pour le recueil de ses essais paru récemment aux Belles Lettres. Dans la postface, Besançon revendique ce « tour d’esprit médical » qui lui fait aborder les problèmes historiques comme des pathologies, des contagions ou des épidémies (A. Besançon, Contagions. Essais, 1967-2015, Paris, Les Belles Lettres, 2018, p. 1453).

26 Voir dans ce volume A. de Vitry, « Politique de l’histoire des idées : autour de Paul Bénichou ».

27 Ibid.

© Collège de France, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search