Version classiqueVersion mobile

Einstein au Collège de France

 | 
Antoine Compagnon
, 
Céline Surprenant

Einstein en voyage et les nouvelles perspectives de la physique dans les années 1920 et 1930 : un aperçu

Michel Paty

Texte intégral

Introduction. Science et politique dans l’entre-deux guerres

1Si les grandes contributions d’Einstein à la physique, qui lui ont valu sa renommée exceptionnelle, remontent aux deux premières décennies du xxe siècle, la période de l’entre-deux-guerres, présente un intérêt particulier sur les deux plans, de sa pensée scientifique d’une part, qui ne cesse pas d’être créative (contrairement à ce qui a pu souvent être dit et à trop d’idées reçues), et d’autre part, de son engagement politique et social motivé par des convictions profondément réfléchies. De cette période, qui s’étend de la fin de la Première Guerre mondiale, ou « Grande Guerre » de 1914-1918, au début de la Deuxième Guerre mondiale de 1939-1945, nous nous en tiendrons ici aux années ayant précédé la prise du pouvoir par Hitler en Allemagne en 1933, qui détermina l’exil d’Einstein hors de son pays natal vers les États-Unis, où une chaire lui fut offerte à l’Institute of Advanced Study de Princeton.

2La période qui nous occupe ici, de 1918 à 1933, fut pour Einstein celle d’une activité intense sur les deux plans, scientifique et socio-politique. Du point de vue scientifique, les nouvelles perspectives ouvertes en physique par les avancées récentes concernaient deux domaines bien distincts, auxquels Einstein avait contribué de manière exceptionnelle : celui de la physique moléculaire, atomique et des quanta d’une part, celui de la théorie de la relativité, restreinte et générale d’autre part.

3Malgré des débuts difficiles dans sa carrière professionnelle, Einstein fut très vite reconnu par ses pairs, physiciens théoriciens et expérimentateurs, et mathématiciens (pour ce qui concerne la théorie de la relativité générale), en raison de l’importance et de l’originalité de ses travaux de recherche. Il jouissait de cette estime dans les pays de langue allemande comme au niveau international. C’était lui, déjà, qui « donnait le ton » dans les rencontres des spécialistes, dès le Conseil Solvay de 1911, portant sur le rayonnement et les quanta, où il fut invité et auquel participèrent notamment Max Planck, Hendrik Lorentz, Paul Langevin, Henri Poincaré, Marie Curie… Cette reconnaissance par le milieu scientifique fut débordée, en 1919, par une célébrité soudaine et mondiale qui atteignit, au-delà des sphères savantes, l’« homme de la rue » et les responsables politiques.

  • 1 Voir Philip Frank, Einstein, his Life and Times, trad. G. Rosen, Suichi Kusaka, New York, Knopf, 19 (...)

4Einstein était depuis sa jeunesse préoccupé par les questions humaines, sociales et politiques, mais elles lui paraissaient si complexes qu’il préférait trouver refuge dans la pensée scientifique. Il éprouva toujours un sentiment de révolte profonde contre l’autoritarisme, le conformisme, l’esprit nationaliste et militariste, dont il avait souffert durant ses années d’écolier et de collégien dans l’Allemagne impériale dominée par la Prusse1. Ceci au point qu’il avait renoncé à la nationalité allemande, dès qu’il eût rejoint sa famille en Italie, au printemps 1894, acquérant la nationalité suisse dans la période de ses études supérieures à Aarau puis à Zurich, période qui fut très importante pour sa formation, pour le développement de ses aspirations personnelles et de sa liberté d’esprit.

5Ayant été nommé en 1913 à l’Académie des sciences et à l’Institut Kaiser Wilhelm, Einstein se trouvait à Berlin lorsque la Grande Guerre éclata. Il y manifesta déjà avec courage ses idées, refusant de s’associer aux initiatives nationalistes et bellicistes de collègues, en soutenant d’autres, d’orientation opposée, qui prônaient le dialogue et la coopération entre les nations. Dès que la guerre se termina, il se trouva en sympathie avec la République socialiste de Weimar, et soutint sans réserve les efforts pour établir une véritable démocratie en Allemagne.

  • 2 Romain Rolland évoque les visites d’Einstein dans son Journal des années de guerre 1914-1919, Paris (...)

6Pendant le conflit, Einstein avait entretenu des relations avec Romain Rolland, épistolaires dès mars 1915, puis directes et d’amitié réciproque. Einstein s’était ainsi rendu pendant la guerre à deux reprises en Suisse pour visiter l’écrivain français, militant pacifiste, qu’il admirait, et qui s’était fixé à Vevey2.

7Les deux préoccupations, scientifique et socio-politique (la seconde centrée alors sur la question de la paix et de la coopération culturelle et scientifique), forment le fond de tableau des voyages d’Einstein et l’on se voit tenu, sur un tel sujet, de ne pas négliger l’une au profit de l’autre, sans pour autant les mélanger. La vie de la pensée, et de la pensée scientifique en particulier, est indissociable de la vie humaine, personnelle et sociale, et la pensée est tributaire de l’expérience vécue dans des circonstances sociales et historiques données.

  • 3 Albert Einstein, The Travel Diaries of Albert Einstein: The Far East, Palestine & Spain, 1922-1923, (...)

8Nous nous situerons dans le contexte de quelques-unes des invitations, particulièrement significatives, faites à Einstein pour des conférences et des cours au long de ces années-là, dont certains ont été publiés. Nous nous appuierons dans ce qui suit sur ces textes, sur ses notes personnelles (il tenait un journal de voyage dans ses longs déplacements, du moins à partir de celui de 1921 en Orient et en Palestine3), sur sa correspondance, sur les relations de ces séjours qui furent données à l’époque, ainsi que sur les études historiques disponibles.

L’année 1919 et la conjonction de deux événements au niveau mondial, de nature très différente

L’événement de l’éclipse solaire de 1919 : observation de la courbure de l’espace au voisinage d’une grande masse de matière

  • 4 La déviation moyenne obtenue était de 1,64 seconde d’arc, la théorie prédisant 1,75 seconde.

9Parmi le nombre très restreint de spécialistes qui comprenaient vraiment et suivaient de près la théorie de la relativité générale d’Einstein figurait l’astronome britannique Arthur Eddington. C’est à son initiative qu’en Grande Bretagne la Royal Astronomical Society s’était préoccupée, dès 1917, de préparer une expédition scientifique pour mettre à profit les circonstances astronomiques exceptionnellement favorables de l’éclipse solaire qui devait avoir lieu le 29 mai 1919, visible sur la ligne de l’Équateur. Au moment de l’éclipse, le disque solaire, dans l’ombre de la Lune, se trouverait alors dans la région du Ciel des Hyades, un groupement d’étoiles particulièrement brillantes, et donc très visibles sur des plaques photographiques : il serait possible d’observer la déviation de leurs images due, selon la théorie d’Einstein, à la courbure des rayons lumineux qui en proviennent lorsqu’ils passent dans le voisinage de la masse solaire, par comparaison à leurs positions observées lorsque les rayons parviennent en ligne droite, sans corps céleste pour perturber leur parcours. L’expédition scientifique fut dédoublée, envoyée en deux lieux situés dans la zone autour de l’Équateur terrestre où aurait lieu l’éclipse totale : l’une à Principe (sur les côtes de Guinée en Afrique), et l’autre à Sobral (à l’intérieur semi-désertique de l’État de Ceará dans le Nordeste du Brésil). Les images des étoiles enregistrées sur les photographies, ensuite mesurées et analysées à l’Observatoire de Greenwich, montraient nettement le déplacement prédit par la théorie d’Einstein4. Ce résultat fut proclamé lors d’une réunion conjointe de la Royal Society et de la Royal Astronomical Society à Londres, le 6 novembre 1919. Il constituait une confirmation éclatante de la théorie de la relativité générale. La nouvelle fut très vite propagée dans le monde entier, débordant très largement les milieux scientifiques, et enflammant aussi bien (sinon davantage) le grand public profane, conférant à Einstein une soudaine célébrité.

Un autre événement de 1919 : la fin de la Première Guerre mondiale

10Un mois après l’observation de l’éclipse solaire, eut lieu un autre événement d’une nature bien différente, politique et historique : la fin officielle de la guerre de 1914-1918. Les puissances belligérantes signèrent en effet à Versailles, le 28 juin 1919, le traité de Versailles. Le traité de paix scellait la victoire des Alliés après les quatre terribles années de la Grande Guerre. La défaite de l’Allemagne, à la fin de l’année précédente, avait entraîné la chute du pouvoir impérial : Guillaume II, contraint d’abdiquer le 9 novembre 1918, la République fut proclamée à Weimar. Le gouvernement de la nouvelle république allemande signa l’Armistice dans la forêt de Compiègne, dans les environs de Rethondes, le 11 novembre 1918. L’Assemblée de Weimar ayant voté, le 25 juin 1919, à une très forte majorité l’acceptation de la paix sans condition, celle-ci fut signée et proclamée trois jours après, le 28.

Une conjonction de grande portée à la fois sur les plans scientifique, politique et social

11La conjonction entre les deux événements de signification si différente fut probablement l’une des raisons de l’engouement du grand public pour une théorie scientifique à laquelle il n’avait pas vraiment accès. Du moins pourrait-il assez vite se faire une idée de son importance, dans les grandes lignes, par les nombreuses publications de divulgation à différents niveaux qui fleurirent au long des années suivantes : la théorie d’Einstein remplaçait celle de Newton (Einstein était vu comme le nouveau Newton), l’espace et le temps étaient liés à la matière, etc.

  • 5 Cité dans Otto Nathan et Heinz Norden (dir.), Einstein on Peace (1960), préface de Bertrand Russell (...)

12De surcroît, la circonstance particulière qui entourait la formulation et la confirmation de cette théorie scientifique fondamentale pouvait apparaître surprenante dans le contexte du conflit entre les deux groupes de nations : elle avait été conçue en pleine guerre par un « savant allemand » et c’étaient des « savants britanniques » qui avaient rendu possible sa vérification, en mettant en œuvre les conditions de l’observation correspondante. Un scientifique britannique resté anonyme décrivit « à chaud » la situation de la manière suivante : « Le fait qu’une théorie formulée par un Allemand ait été confirmée par des observations effectuées par des Anglais a offert la possibilité d’une coopération plus étroite entre ces deux nations tournées vers la science [scientifically minded]. Indépendamment de la grande valeur de sa brillante théorie, Einstein a rendu à l’humanité un immense service5. » Cela résume somme toute assez bien, pour l’essentiel, et la coloration particulière de la popularité d’Einstein et la perspective de son double engagement en tant que personnalité publique. Les invitations qu’il reçut dans de nombreux pays en raison de cette aura exceptionnelle furent pour lui l’occasion d’œuvrer sur les deux plans : scientifique, en poursuivant ses recherches et en les communiquant et discutant, et politique, en contribuant à la reprise de la coopération culturelle et scientifique aux niveaux européen et mondial.

13Les voyages d’Einstein s’inscrivent dans ce contexte où ils prennent toute leur signification.

L’engagement et les voyages d’Einstein

La situation politique internationale de l’après-guerre

14Einstein estimait, étant donné le contexte international, qu’il devait mettre sa récente notoriété sur le plan scientifique au service de la cause de la paix et de l’entente entre les peuples et les nations. Il s’agissait désormais, à ses yeux comme à ceux des personnes dont il était politiquement proche, de reconstruire au niveau international le dialogue et la coopération dans le domaine intellectuel. Cette nécessité devait contribuer à donner une marque particulière à ses activités publiques. Il ne s’agissait pas, pour lui, de tenir un rôle purement symbolique et passif, mais de s’engager par des actions effectives, qu’il entreprit résolument, tout en mesurant les inconvénients et les risques de prises de position publiques dans des matières touchant à la politique, et il le ferait sans jamais abdiquer sa liberté de jugement.

Conscience et engagement du citoyen (du monde)

  • 6 Déclaration publiée le 26 juin 1919 en première page du quotidien socialiste L’Humanité (fondé par (...)

15Dès juin 1919, Einstein s’associa à la « Déclaration de l’indépendance de l’Esprit », rédigée par Romain Rolland et lancée par celui-ci et plusieurs autres personnalités, parmi lesquelles Henri Barbusse, Benedetto Croce, Bertrand Russell, Rabindranath Tagore, Stefan Zweig6. L’appel s’adressait aux « travailleurs de l’esprit », c’est-à-dire aux intellectuels, pour qu’ils retrouvent leur « union fraternelle » brisée par un conflit qui avait vu l’abdication de l’intelligence au bénéfice des nationalismes étroits, pour qu’ils œuvrent, dans une compréhension mutuelle, à la recherche de la vérité (« la seule vérité, libre, sans frontières, sans limites, sans préjugés de race ou de castes »), au développement de la pensée (de l’« Esprit », qui est « libre, un et multiple, universel ») dans la perspective de l’humanité considérée comme un tout.

  • 7 La Commission a existé jusqu’en 1939. Après la Deuxième Guerre mondiale, c’est dans la même intenti (...)
  • 8 Sur ces circonstances, voir O. Nathan et H. Norden (dir.), Einstein on Peace, op. cit., p. 58-89.

16En 1922, Einstein fut ainsi appelé à faire partie de la Commission internationale de coopération intellectuelle (CICI) dès sa création7 dans le cadre de la Société des nations fondée deux ans plus tôt. Cette commission comprenait des personnalités représentatives, choisies parmi les pays membres, parmi lesquelles Einstein, Marie Curie, Henri Bergson, Hendryk A. Lorentz, George Gilbert Murray (historien de la littérature, britannique et australien), Robert Andrews Millikan (américain), Devendra N. Banerjee (économiste et juriste indien), Leopoldo Lugones (écrivain et poète argentin). Einstein y fit la connaissance de représentants de ces pays où il fut ensuite invité. Son nom avait été choisi avant même que l’Allemagne ne se joigne à la Société des Nations (ce qui n’eût lieu, en fait, que quatre ans plus tard), et il hésita à accepter en raison des malentendus possibles (notamment en Allemagne) : mais, assurément, il était hautement représentatif de cette dimension internationale de la culture que la Commission se proposait de promouvoir8.

  • 9 Voir Michel Paty, « Einstein et l’arme atomique : la responsabilité des scientifiques », La Pensée, (...)

17Rappelons très brièvement quelques éléments sur les idées et les engagements politiques d’Einstein. La responsabilité des scientifiques portait à ses yeux non seulement sur le partage des connaissances auprès des collègues et des étudiants, ainsi que du grand public, mais également sur les problèmes de société9. Ses idées « progressistes » sont bien connues : résolument démocrate, il revendiquait la justice sociale, le droit de tous à l’éducation et à la culture, prônait la tolérance, le cosmopolitisme (dans le sens kantien) et la paix entre les nations. Pacifiste longtemps affirmé, il était conscient des limites de cette position, et ne la maintint que jusqu’à la prise du pouvoir en Allemagne par le Parti nazi, qu’il sentit venir avec clairvoyance. Il s’engagea désormais sans réserve dans la lutte contre ce régime. Il dut quitter l’Allemagne et trouva refuge aux États-Unis.

Les premiers voyages d’Einstein dans l’après-guerre

18On comprend dès lors la signification de ces voyages, nombreux et parfois lointains, qu’Einstein effectua au long de toute cette partie de l’entre-deux-guerres où il était en poste et résidait à Berlin, jusqu’à son exil, soit quatorze années, de 1919 à 1933. Ses voyages en Europe, aux États-Unis, en Orient et Extrême-Orient, de l’Inde au Japon, en Palestine et en Amérique du Sud, furent suscités autant par une motivation sociale et politique, sans compter une curiosité naturelle à l’égard des autres peuples et cultures, que par le souci d’éclairer les nouvelles perspectives de la physique et du dialogue avec d’autres sur les connaissances d’une manière générale. Les invitations auxquelles il répondait furent faites pour une bonne part en concertation avec ses confrères de la Commission intellectuelle de la SDN.

  • 10 On trouvera une évocation et une analyse plus détaillée dans une extension du présent essai, jointe (...)

19C’est à partir de 1920 qu’il entreprit la série de voyages, de portée tant scientifique que politique pour des destinations diversifiées, qui nous retiendront maintenant. Nous ne pourrons pas les évoquer tous, ni complètement, dans les limites du présent travail10.

Leyde et Prague

20Einstein fut invité en Hollande, à l’université de Leyde où enseignait Paul Ehrenfest, pour donner une conférence, le 5 mai 1920, devant un public inhabituellement nombreux pour lui de 1 400 personnes, principalement constitué d’étudiants et d’enseignants. Son exposé sur « L’éther et la théorie de la relativité » se proposait de clarifier un sujet souvent mal compris même par bien des physiciens, celui du rapport de l’espace de la physique avec la géométrie et de la grande différence à cet égard entre les concepts d’espace dans la théorie de la relativité restreinte (le concept physique de champ se suffit à lui-même et n’a pas besoin du support traditionnel d’un éther : l’espace-temps y est absolu, non-physique), et dans celle de la relativité générale (l’espace-temps n’est plus seulement un référentiel pour la cinématique, il porte un contenu physique, qui intervient dans la dynamique, étant engendré et structuré par les champs de gravitation en chaque point, qui y déterminent l’élément de métrique ds2). L’espace de la relativité générale est donc pleinement physique et l’on peut, pour cette raison, le qualifier d’« éther », dans un sens d’ailleurs cartésien. Cette conférence importante, publiée peu après, a suscité des malentendus et a servi d’argument aux détracteurs d’Einstein (nombreux et souvent idéologiquement motivés), qui dénonçaient son « incohérence » en ayant supprimé l’éther avec la relativité restreinte et en le rétablissant avec la relativité générale, alors que les significations physiques du concept invoqué d’éther sont bien différentes dans les deux cas – Einstein insistait précisément sur cette différence.

  • 11 A. Pais, Albert Einstein. La vie et l’œuvre : « subtil est le Seigneur », op. cit., p. 515.

21L’université de Leyde le nomma « professeur invité régulier » avec un statut particulier : sa seule obligation était d’y enseigner quelques semaines par an. Il s’y rendit à nouveau le 27 octobre de la même année pour donner sa leçon inaugurale, et s’aquitta de sa tâche les années suivantes, de 1921 jusqu’en 1925, puis seulement en 193011.

  • 12 Rudolf Carnap, Hans Hahn et Otto Neurath, Wissenschaftliche Weltauffassung. Der Wiener Kreis, Artur (...)
  • 13 Quelques décennies plus tard, Franck donna lui-même un récit très vivant de ce séjour d’Einstein à (...)

22On le retrouve en janvier 1921 à Prague, ville de son premier poste universitaire : il y avait occupé la chaire de Physique théorique avant la guerre jusqu’en 1912. Philip Frank, qui lui avait succédé, sur sa recommandation, le reçut dans son laboratoire. Frank se tournait alors vers la philosophie, dans la tradition d’Ernst Mach (qui avait enseigné à Prague) : il devait rejoindre plus tard le Cercle de Vienne, comme l’un des membres fondateurs, avec Rudolf Carnap et d’autres. Le Manifeste du Cercle de Vienne12, publié en 1929, revendiquait Albert Einstein parmi ses inspirateurs « pour la physique » (aux côtés de Wittgenstein pour la philosophie, de Poincaré pour les mathématiques, etc.13).

23La Société Urania de Prague invita Einstein dans son programme de conférences à l’intention du public de langue allemande, devant une vaste audience, pour deux séances sur la théorie de la relativité, dont une de discussions, où se manifestèrent oppositions, malentendus, ignorances, et hostilité de caractère idéologique, comme en Allemagne à la même époque. Einstein était désireux de se rendre compte du nouveau cours des choses dans cette République de Tchécoslovaquie, constituée désormais en État indépendant et démocratique après la ruine de l’Empire des Habsbourg, avec Prague pour capitale, et de lui manifester sa sympathie et son soutien. Le Président de la jeune République Tchèque était Tomáš Masaryk, un intellectuel humaniste et démocrate, défenseur des minorités, qu’Einstein appréciait beaucoup.

Premier voyage aux États-Unis

  • 14 A. Einstein, Quatre conférences sur la théorie de la relativité faites à l’université de Princeton, (...)

24C’est en 1921 encore qu’Einstein fit son premier voyage aux États-Unis, pour deux mois, du 2 avril au 30 mai, en premier lieu à New York, où il accompagnait Chaim Weizmann, le dirigeant du mouvement sioniste, afin de recueillir des fonds pour la fondation d’une université hébraïque à Jérusalem. Lui-même n’était pas sioniste, mais désireux surtout de contribuer par sa présence « à améliorer le sort des persécutés » : en effet, avant, puis après la guerre, dans la plupart des pays d’Europe centrale, les jeunes gens catalogués comme « Juifs » se voyaient refuser la possibilité de poursuivre des études universitaires. Einstein avait accueilli avec enthousiasme l’idée d’une telle université. À son arrivée à New- York, une foule l’attendait. Sa descente de la passerelle de débarquement fut abondamment décrite par la presse, avec sa tête ébouriffée, sa pipe à la bouche et son étui de violon à la main. Durant son séjour, il visita des institutions universitaires et donna des conférences sur la physique, notamment à l’université de Princeton ; elles furent publiées peu de temps après en un livre resté à juste titre important14. À New York on lui remit la médaille Barnard à l’université Columbia. À Washington, il fut reçu à la Maison Blanche par le président Harding. Il fut aussi invité à Chicago, à Boston, et à Harvard où il rencontra le physicien Theodore Lyman, auteur de travaux importants en optique. Le public américain lui réserva un accueil invariablement enthousiaste.

Royaume-Uni et Italie

  • 15 Lord Richard Burdon Haldane (1856-1928) fut ministre de la Guerre au début de la guerre de 1914-191 (...)

25Einstein rentra en Europe en passant par le Royaume-Uni, où il s’arrêta à Londres, à l’invitation de l’homme d’État Lord Haldane15, dans la perspective de redonner vie aux relations scientifiques entre le Royaume-Uni et l’Allemagne, interrompues par la guerre. Il donna une conférence au King’s College, une autre à l’université de Manchester, et rencontra des personnalités aussi diverses que Lloyd George, Bernard Shaw, mais aussi, bien sûr, le grand mathématicien et philosophe Alfred North Whitehead (auteur, avec Bertrand Russell, des Principia Mathematica). Il demanda à être conduit sur la tombe de Newton, devant laquelle il s’inclina, geste hautement symbolique de la part de celui que beaucoup désignaient comme un « nouveau Newton », dont il avait supplanté les théories. Lord Haldane le qualifia lui-même ainsi dans l’introduction qu’il fit de la conférence d’Einstein au King’s College.

  • 16 Pour une description détaillée du « climat » scientifique et politique en Italie à l’époque en rapp (...)

26En octobre 1921, il entreprit un voyage en Italie, pays de Galilée et des mathématiciens contemporains Gregorio Ricci-Curbastro et Tullio Levi-Civita qui lui avaient fourni l’outil mathématique de la relativité générale, le « calcul différentiel absolu » ou calcul tensoriel. L’Académie des sciences italienne, la prestigieuse Accademia dei Lincei, la plus ancienne d’Europe, avait élu Einstein comme membre correspondant au printemps précédent, et il y parla de ses travaux en séance restreinte. L’invitation principale venait de l’université de Bologne, plus particulièrement du mathématicien et philosophe Federigo Enriques. Il y donna (en italien) trois conférences sur la théorie de la relativité ; la troisième, sous le titre « La conception relativiste de l’Univers » abordait les perspectives ouvertes par la théorie de la relativité générale vers une cosmologie scientifique. Le 27, c’est à l’université de Padoue, où Galilée avait enseigné trois siècles auparavant, qu’il prononça une conférence sur sa théorie. La théorie d’Einstein fut reçue dans un contexte où les idéologies, la religion et la politique (Mussolini venait d’accéder au pouvoir) influaient beaucoup sur l’appréciation des nouvelles conceptions scientifiques, dans le grand public comme dans le milieu universitaire16.

En France : physique, mathématiques et philosophie

27Au début de l’année 1922, Einstein termina son premier article portant sur sa recherche d’une théorie du champ continu gravitationnel et électromagnétique unifié, le premier d’une longue série, car ce devait être désormais le thème principal et bientôt pratiquement exclusif de son programme théorique. Ce fut aussi l’année de son premier voyage en France depuis la guerre de 1914-1918.

  • 17 Voir M. Paty, « Poincaré, Langevin et Einstein », Épistémologiques. Philosophie, sciences, histoire (...)

28Einstein était déjà venu en France avant la guerre, au printemps 1913, à l’invitation de Paul Langevin, professeur de Physique générale et expérimentale (1909-1946). Tous deux se connaissaient par leurs travaux respectifs, mais aussi personnellement par leur participation aux Conseils Solvay17, et s’étaient liés d’une amitié solide sur les plans humain et intellectuel. Langevin avait alors décidé de l’inviter pour donner les « Conférences Michonis » de 1914, projet différé en raison des hostilités.

  • 18 Voir M. Paty, « The Scientific Reception of Relativity in France », trad. W.K. Ishikawa, dans T. Gl (...)

29Huit ans plus tard le projet fut repris et Einstein se rendit à Paris, où il séjourna du 1er au 9 avril, pour exposer ses théories de la relativité et en débattre avec ses collègues français. Les circonstances, tant du point de vue scientifique que politique, étaient bien différentes de ce qu’elles étaient en 1913. Les travaux scientifiques d’Einstein n’étaient alors connus que de quelques spécialistes, et il n’était alors que sur le chemin de sa théorie de la relativité généralisée. En 1922, sa renommée était devenue immense, malgré la difficulté de sa théorie qui bouleversait les notions les plus communes, comme l’espace et le temps, et des connaissances scientifiques que l’on pensait définitivement acquises, comme la théorie newtonienne de la gravitation18.

30Quant au contexte politique, il était marqué par les traumatismes récents de la guerre et les passions encore vives de l’antagonisme violent qui avait opposé la France et l’Allemagne depuis une cinquantaine d’années. Le séjour d’Einstein eut lieu dans un climat politique délicat, marqué par l’hostilité d’une partie des savants français contre un savant de Berlin : ni l’Académie des sciences ni la Société française de physique ne l’invitèrent. Et, d’Allemagne, l’Académie des sciences berlinoise fit hautement savoir sa réprobation de l’acceptation par Einstein de l’invitation française. Einstein avait cependant pris le risque de se rendre à Paris, fortement soutenu par le ministre des Affaires étrangères de la République de Weimar, Walther Rathenau. Son voyage et son séjour furent en fin de compte un succès sur tous les plans et ils eurent une grande portée.

31En réalité, Einstein avait cru devoir, dans un premier temps et à son grand regret, décliner l’invitation, pour ces raisons politiques précisément. Mais le ministre Rathenau lui ayant fait valoir l’importance de ce voyage pour la reprise de bonnes relations entre les deux pays, Einstein accepta l’invitation. Langevin lui répondit aussitôt :

  • 19 Paul Langevin, lettre à Einstein du 27 février 1922, dans Luce Langevin, « Paul Langevin et Albert (...)

Vous m’avez rendu très heureux en acceptant l’invitation du Collège de France. Vous avez compris, et vos collègues comprendront certainement, ce que signifie le geste par lequel nous désirons, non seulement rendre un hommage mérité à votre personne et à vos idées, mais encore ouvrir la voie à des relations meilleures, qu’exige l’intérêt supérieur de l’esprit. Vous rendez, en acceptant, un grand service à la cause du travail qui nous réunit tous19.

Les séances au Collège de France

  • 20 Le 31 mars (exposé magistral) et les 3, 5 matin et après-midi, et 7 avril (séances de discussions). (...)
  • 21 Je ne peux ici qu’en faire une évocation rapide, renvoyant aux comptes rendus détaillés qui en ont (...)

32Einstein suggéra à Langevin de consacrer la plus grande partie des séances à des échanges où il répondrait à des questions, comme à « une sorte de petit congrès de la relativité », ce qui serait « plus agréable et plus utile » que de simples exposés de la théorie à partir d’un texte tout préparé comme il l’avait fait lors de ses voyages récents. Son séjour fut bien rempli. Il donna (en français) cinq séances de conférences et débats au Collège de France20, puis il fut au centre d’une séance mémorable et particulièrement significative de la Société française de philosophie, et il fut également reçu par la Société astronomique de France21.

  • 22 L. Langevin, « L’aspect général de la théorie de la relativité », Bulletin scientifique des étudian (...)

33Pour préparer une partie de l’auditoire attendu, mais aussi le grand public, Langevin avait donné la veille de la venue d’Einstein (le 30 mars) une conférence pour les étudiants, intitulée « L’aspect général de la théorie de la relativité », et aussitôt publiée dans le Bulletin scientifique des étudiants de Paris en avril-mai 192222.

34L’exposé d’Einstein à la première séance au Collège de France porta donc sur la théorie de la relativité, dont il présenta les idées directrices dans ses deux phases, restreinte et généralisée, et les raisonnements suivis dans son élaboration : les principes et les notions physiques, le rapport à l’expérience, le rôle des mathématiques. Il en proposait une approche critique, anticipant les objections à venir dans les débats, et soulignant que la théorie de la relativité était une théorie physique, dans laquelle les relations formelles, mathématiques, correspondent à des réalités physiques. C’est un point sur lequel il insistait particulièrement dans les conférences, car sa théorie de la relativité générale était très souvent considérée comme une théorie mathématique, en raison de sa forme et des mathématiques avancées qu’elle mettait en œuvre (les géométries non-euclidiennes et le calcul tensoriel).

35Les quatre séances suivantes, consacrées aux questions et discussions, eurent lieu dans l’amphithéâtre de physique du Collège, du 4 au 7 avril, devant un auditoire plus restreint d’ « initiés », principalement des scientifiques, mathématiciens, physiciens, astronomes (ce fut d’eux qu’émanèrent les interventions), mais aussi, comme nous le savons, quelques philosophes (dont Henri Bergson et Édouard Le Roy). Relevons, parmi les éléments marquants des questions débattues, deux problèmes, désormais « classiques », relatifs à la signification physique de la théorie.

36Le premier fut posé par Paul Painlevé (mathématicien et homme politique) qui présenta à la formulation de la relativité restreinte une objection en forme de paradoxe : la relativité du mouvement d’inertie de deux référentiels peut s’accompagner d’une dissymétrie entre leurs durées propres malgré la réciprocité de leurs mouvements. Painlevé s’appuyait sur l’expérience de pensée d’un train en mouvement par rapport à une gare qui reste immobile, le train allant puis revenant avec une vitesse égale en sens inverse : pour un même événement, les durées propres écoulées respectives dans le train et dans la gare lorsqu’ils se rejoignent, indiquées par leurs horloges et que l’on peut calculer, sont différentes, malgré le caractère relatif du mouvement. Einstein leva l’objection en faisant valoir que le problème portait non sur deux référentiels mais sur trois, puisqu’il y avait eu retournement du mouvement du mobile entre la fin de son trajet aller et le début de son trajet retour, retournement (de -v à +v) qui supposait une accélération (aussi quasi instantanée fût-elle), laquelle échappait à la considération de la relativité restreinte. Painlevé se déclara convaincu. Langevin fut chargé par Einstein et Painlevé de résumer la réponse à l’objection, tous les auditeurs n’ayant pas nécessairement bien suivi le débat, détaillé principalement au tableau noir. La réponse d’Einstein à l’objection de Painlevé mettait certes en évidence la cohérence conceptuelle et logique de la relativité restreinte, mais en même temps sa limite à ne considérer que les mouvements d’inertie, et aussi bien la voie de son dépassement par la relativité générale, qui étend le principe de relativité à tous les mouvements d’accélération quelconque et, par le principe d’équivalence (de la masse inertielle et de la masse gravitationnelle), formule ce faisant la dynamique du champ de gravitation.

  • 23 Voir C. Nordmann, « Einstein expose et discute sa théorie », art. cit., p. 154-156.

37L’autre problème marquant fut celui, soulevé par le mathématicien Jacques Hadamard (professeur de Mécanique analytique et céleste au Collège de France de 1909 à 1937), d’une éventuelle singularité dans l’équation de Schwarzschild, forme simple de l’équation de la relativité générale appliquée à l’astronomie, pour caractériser le mouvement d’un point matériel mobile dans le champ de gravitation d’un corps massif. Cette singularité apparaît pour une certaine valeur du rapport entre le rayon vecteur du point considéré et la masse du corps autour duquel ce point gravite : « que pourrait-il se produire lorsque le terme devient infini ? » se demandait Hadamard. Dans un premier temps, Einstein se déclara embarrassé, la formule cessant d’être applicable si un tel cas venait à se présenter : il le baptisa du nom de « catastrophe Hadamard ». Suivit alors une discussion sur la possibilité effective ou non de l’existence physique d’un astre pour lequel les grandeurs considérées correspondraient à la singularité (il était clair que ce n’était pas le cas du Soleil, mais cela ne suffisait évidemment pas comme réponse). À la séance suivante et dernière, le vendredi 7 avril en fin d’après-midi, Einstein apporta le résultat d’un calcul qu’il avait effectué entretemps, relativement aux propriétés physiques d’astres dont les masses seraient très grandes, en l’occurrence leurs pressions internes correspondantes, qui devraient être également très grandes, de telle sorte que l’excès de masse se transformerait en rayonnement alors émis. Mais il ne pouvait en dire plus en l’état des connaissances. Hadamard et le reste des participants s’estimèrent satisfaits23. En fait, l’avenir dirait que la « catastrophe Hadamard » est en quelque sorte empêchée par l’existence physique des « trous noirs ». (Il s’agit aujourd’hui d’une curiosité mathématique, qui n’a pas de contrepartie en physique, laquelle impose des conditions pour lesquelles l’équation de Schwarzschild n’est plus valide.)

  • 24 Émile Picard, « La théorie de relativité et ses applications à l’astronomie », Annuaire du Bureau d (...)

38Ces séances furent, de l’aveu général, très réussies. Mis à part quelques opposants irréductibles (notamment les physiciens Georges Sagnac et Édouard Guillaume), la plupart des auditeurs et des interlocuteurs d’Einstein se déclarèrent en faveur de ces idées nouvelles et de cette théorie qui avait montré la cohérence de ses propositions et sa puissance quant à la représentation des phénomènes, et ils manifestèrent une vive sympathie pour le travail d’Einstein et sa personnalité. D’autres, tout en admirant la belle construction abstraite et formelle qu’est la théorie de la relativité, demeuraient encore sceptiques à l’égard de sa pertinence comme théorie physique. Tel l’astronome Émile Picard, qui indiquait ne s’être pas encore fait « une opinion sur la place que l’avenir réservera à l’édifice si séduisant par certains côtés construit par Einstein », se demandant « si c’est un progrès que de chercher à ramener la physique à la géométrie », mais en étant « plein d’admiration pour l’effort accompli24 ». Painlevé résistait lui-même à admettre le système de la théorie de la relativité dans son ensemble, car cela reviendrait à « reléguer aux vieilles lunes l’édifice majestueux de la physique classique », pour reprendre l’expression de Charles Nordmann.

Aux Sociétés astronomique et de philosophie

  • 25 Ces trois tests étaient : l’avance séculaire du périhélie de Mercure, observée par Le Verrier au xi (...)
  • 26 Voir le compte-rendu des interventions d’Albert Einstein et de Paul Langevin, « Applications astron (...)

39Einstein participa également à une séance de la Société astronomique de France consacrée aux « Applications astronomiques de la relativité ». Il y fit un bref exposé sur les trois tests alors pensables de la théorie de la relativité générale25. Il indiquait qu’à l’inverse, ces phénomènes pouvaient fournir des informations importantes pour l’astronomie, telles que la détermination des masses de corps célestes. Paul Langevin ajouta ensuite un commentaire complémentaire sur des « questions cosmogoniques », touchant à la finitude d’un Univers pourtant sans limites, qui ressortait de la théorie de la relativité à partir de la considération des rapports entre les masses des corps de l’Univers26.

  • 27 M. Paty, « Einstein et la philosophie en France : à propos du séjour de 1922 », art. cit.
  • 28 Société Française de Philosophie (1922). La théorie de la relativité, Séance du 6 avril 1922, inter (...)

40La séance de la Société française de philosophie, qui eut lieu dans un amphithéâtre de la Sorbonne, fut également un événement exceptionnel, réunissant des philosophes, des mathématiciens, des physiciens et des astronomes. Cette rencontre fut l’occasion d’approfondir philosophiquement les significations de ces connaissances nouvelles27. Mentionnons seulement ici les noms des intervenants : Langevin, Hadamard, Élie Cartan, Painlevé, Paul Lévy, Jean Becquerel, pour les scientifiques ; Xavier Léon, Léon Brunschvicg, Édouard Le Roy, Henri Bergson, Émile Meyerson, pour les philosophes, et le psychologue Henri Piéron (futur professeur de Physiologie des sensations au Collège de France de 1923 à 1951). Et, bien entendu Einstein, qui répondit notamment à Bergson et à sa conception du temps opposant le temps du physicien et le temps réel de l’expérience humaine, en situant la différence, non pas selon un temps qui serait celui des philosophes, mais selon « un temps psychologique différent du temps du physicien ». Henri Piéron intervint dans le même sens pour réfuter la durée bergsonienne, considérant que le temps psychologique était trop imprécis face au temps physique28.

Visite aux champs de ruines de la Grande Guerre

  • 29 Voir O. Nathan et H. Norden, Einstein on Peace, op. cit., p. 47-54.

41Einstein avait manifesté son désir, avant de quitter la France, de se rendre sur « les lieux dévastés par la guerre », ce qu’il fit le 10 avril, sur le chemin du retour, accompagné en voiture par Paul Langevin, Charles Nordmann et Maurice Solovine. Ils s’arrêtèrent notamment à Saint-Quentin et à Jeumont dans le Nord, villes particulièrement meurtries, et se recueillirent devant les ruines. Quelques jours plus tard, Einstein exprimait dans un petit article de Clarté, la revue que Romain Rolland venait de fonder avec Henri Barbusse et d’autres, toute sa satisfaction des journées passées à Paris, tant par les intérêts scientifiques partagés que par les discussions de caractère politique lors de sessions privées. Il admirait, dans ces dernières, de la part de ses interlocuteurs, l’absence de haine et de sentiment de revanche avec la victoire, et seulement le vif souci et le chagrin de tout ce qui était arrivé. Et il remarquait que le ressassement des tragiques événements subis ne serait pas d’une grande utilité pour le rétablissement moral des deux pays. Ce qui lui semblait le plus important, concluait-il, c’était la coopération entre eux dans la reconstruction des zones dévastées : une telle coopération ne pouvait se fonder que sur la confiance mutuelle, et celle-ci ne pouvait être créée que par la culture de relations personnelles ; et la courageuse invitation que le Collège de France lui avait faite était un premier pas significatif dans cette direction29.

  • 30 Voir P. Frank, Einstein, his Life and Times, op. cit., p. 50-52.

42L’arrière-plan politique en Allemagne restait toujours sombre. Le 24 juin 1922 Walther Rathenau était assassiné par des militants d’extrême droite30. Einstein, qui avait entretenu avec lui des relations étroites, en fut vivement affecté. Le bruit commença à courir qu’il figurait lui-même sur une liste de personnalités à assassiner en priorité, établie par la même mouvance politique.

  • 31 Voir M. Paty, Einstein philosophe. La physique comme pratique philosophique, Paris, PUF, coll. « Ph (...)

43Il trouva une certaine tranquillité en s’absentant de Berlin quelques temps, répondant à des invitations provenant d’universités du nord de l’Allemagne, notamment à Hambourg, où il eut le loisir de converser longuement chez le philosophe Ernst Cassirer, de l’école néo-kantienne de Marbourg, qui s’intéressait de près à la physique nouvelle et à la théorie de la relativité, et avait proposé des modifications originales et très appropriées à la doctrine de Kant pour tenir compte de leurs leçons épistémologiques31.

Inde, Japon, Palestine et Espagne

  • 32 Voir A. Einstein, Journal de voyage : Extrême-Orient, Palestine, Espagne, 1922-1923, op. cit.
  • 33 Jun Ishiwara, « The record of professor Einstein’s lectures » (1923), trad. Y. Ono, dans Spencer We (...)

44De début octobre 1922 à mars 1923, Einstein, accompagné de sa femme Elsa, s’embarqua à Marseille sur un vapeur japonais pour un voyage de six mois en Orient et Extrême-Orient (Ceylan, Inde, Chine, Japon), avec un retour par la Palestine et l’Espagne32. Après Ceylan, il passa par Shangaï, le 15 novembre, et parvint à Kobe, au Japon, le 20 novembre. Il resta plus de deux mois au Japon, où il fut reçu par l’Impératrice qui s’entretint avec lui (en français), et donna des conférences (en allemand, avec traduction). L’une d’elle, à l’université de Kyoto (le 14 décembre), portait sur son cheminement propre vers la théorie de la relativité33 et éclairait sa démarche intellectuelle (choix des principes, rôle de l’expérience, analyse critique des concepts).

45Einstein fut marqué par ce contact avec l’Orient. Il avait constaté de ses yeux la grande misère de la plus grande partie des populations notamment en Inde et en Chine, et sa motivation pour s’engager en faveur de la justice sociale et du partage de l’éducation, ne pouvait que s’en trouver renforcée. D’un autre côté, il s’enchanta des qualités traditionnelles de l’humanité orientale, tant en Inde qu’en Chine et au Japon, – le calme et la modération, la méditation, la politesse, le goût pour la beauté –, qui contrastaient avec ce qu’il avait côtoyé en Europe au long de ces années troublées, et il en garda un souvenir lumineux.

  • 34 P. Frank, Einstein, his Life and Times, op. cit., p. 198-201.
  • 35 T. Glick, « Relativity in Spain », dans T. Glick (dir.), The Comparative Reception of Relativity, o (...)

46En février, il reprit la mer pour le trajet du retour, faisant une première escale d’une douzaine de jours en Palestine, où il fut l’objet d’un accueil officiel de la part des autorités (le gouverneur britannique, Lord Herbert Samuel tint à l’héberger chez lui), et où il observa les réalisations (il visita des kibboutz) et les problèmes de la cohabitation des Juifs et des Arabes, se faisant l’avocat du dialogue et de la compréhension (cela fut mal perçu par les sionistes extrémistes)34. De Palestine il regagna l’Europe en passant par l’Espagne. Il arriva à Barcelone, puis se rendit à Madrid et à Saragosse, donnant dans ces trois villes des conférences (en français). À Madrid, il fut reçu par le roi Alphonse xiii, avec qui il eut un entretien. La conférence qu’il donna à la résidence des étudiants fut introduite par le philosophe José Ortega y Gasset. Celui-ci, qui avait publié l’année précédente un essai sur La signification historique de la théorie d’Einstein (portant sur la relativité restreinte), fit un vibrant éloge du savant qu’il plaçait dans la lignée des Copernic, Galilée, Kepler et Newton. Mais dans le public, à part quelques mathématiciens, bien peu étaient en mesure de comprendre exactement de quoi il s’agissait35.

47Ce fut au cours de ce long voyage qu’il reçut l’information que le prix Nobel lui avait été décerné au mois de décembre 1922 (au titre de l’année 1921). Comme il n’avait pu être présent à la séance officielle, il se rendit à Göteborg au mois de juillet 1923 pour prononcer sa conférence en présence du roi de Suède.

  • 36 A. Einstein, « Théorie quantique du gaz parfait monoatomique (en deux parties) » (1924-1925), dans (...)

48L’année 1924 ne fut pas pour Einstein une année de voyages. Mais ce fut celle où il composa deux articles fondamentaux sur la statistique des systèmes quantiques (rayonnement et atomes de spin entier) identiques indiscernables, dite « de Bose-Einstein » (1924-1925) qui, avec la statistique de Fermi-Dirac pour les électrons et autres particules de spin demi-entier (formulée vers la même époque), allait s’avérer l’une des propriétés caractéristiques majeures des systèmes physiques quantiques. Le travail d’Einstein démontrait, par une autre voie que Louis de Broglie, mais convergente avec celle-ci, les propriétés ondulatoires des corpuscules quantiques36.

Einstein en Amérique du Sud

49Au printemps de 1925, Einstein fit un voyage d’un peu plus de deux mois en Amérique du Sud, de mars à mai, qui le mena en Argentine, en Uruguay et au Brésil, à l’invitation des universités ou écoles supérieures et des Académies des sciences, récemment fondées ou en voie de l’être.

  • 37 Selon le témoignage de Guido Beck, rapporté dans Roberto Vergara Caffarelli, « Einstein e o Brasil  (...)
  • 38 Aloyso de Castro (1881-1959), professeur à la faculté de médecine de Rio de Janeiro et Membre des A (...)

50La communauté scientifique argentine avait pris l’initiative, dès la fin de 1923, par une action conjointe des universités de Buenos Aires – qui en fut l’instigatrice –, de Córdoba et de Tucumán, d’inviter l’auteur de la théorie de la relativité pour un séjour d’un mois, dans la perspective, semble-t-il, d’une invitation permanente ultérieure éventuelle, étant donné la recrudescence en Allemagne du nationalisme et de l’antisémitisme, la montée déjà perceptible du nazisme, et les menaces adressées à Einstein37. L’invitation lui avait été transmise par Leopoldo Lugones lors d’un passage en Allemagne. Lugones était écrivain, journaliste et professeur à l’université de La Plata ; Einstein et lui se connaissaient par la Commission de coopération intellectuelle de la SDN dont Lugones faisait partie, comme également, pour le Brésil, Aloyso de Castro38.

  • 39 Journal de voyage en Amérique du Sud, Argentine, Uruguay, Brésil, mars-avril-mai 1925, inédit ; man (...)

51Lors de ses séjours dans les trois pays latino-américains, Einstein s’exprimait en français, sauf lors de ses rencontres avec les communautés allemandes et israélites. Outre les comptes rendus parus dans la presse et les revues plus spécialisées, nous disposons des textes – peu connus – de certaines de ses conférences et communications aux Académies, ainsi que de son propre Journal de voyage en Amérique du Sud, encore inédit39, où il notait au jour le jour, d’une manière télégraphique, quelques impressions de ce voyage. D’une manière générale, les séjours d’Einstein, les exposés qu’il présenta, leur réception, les contacts avec les scientifiques rencontrés, ses réactions elles-mêmes, témoignent de la situation de la physique théorique et des mathématiques dans les pays visités, des « pays jeunes », qui étaient politiquement indépendants depuis seulement un siècle, de régimes affirmés démocratiques mais aux sociétés inégales et complexes, et qui cherchaient leur voie vers le développement.

Buenos Aires

52Parti de Hambourg le 5 mars 1925, le navire de Einstein parvint à Buenos Aires vingt jours plus tard, après avoir fait escale en chemin à Rio de Janeiro le 21, puis à Montevideo, le 24, escales au cours desquelles il eut un premier contact avec des représentants des institutions qui l’invitaient.

  • 40 Ibid.
  • 41 A. Einstein, « Geometria no euclidea y fisica », Revista mathematica hispano-america (Buenos Aires) (...)
  • 42 A. Einstein, Journal de voyage en Amérique du Sud, Argentine, Uruguay, Brésil, op. cit.

53Durant son séjour d’un mois en Argentine, du 24 mars au 23 avril, Einstein resta principalement à Buenos Aires. Mais ses hôtes l’emmenèrent aussi à La Plata (le 2 avril) et à Cordoba, où il passa trois jours (du 11 au 14 avril) et prononça une conférence devant les universitaires réunis en session solennelle40. À Buenos Aires, il donna des conférences et fut reçu comme membre d’honneur par l’Académie des sciences récemment fondée. À la séance de l’Académie, il lui fut demandé de répondre à des questions posées par des spécialistes sur la physique atomique et du rayonnement ainsi que sur la théorie de la relativité générale. Il donna à la faculté des sciences physiques et naturelles une série de huit exposés. L’un d’eux retient particulièrement l’attention. Publié en espagnol, il a pour titre « La géométrie non euclidienne et la physique ». Einstein y indique, en partant de l’interrogation de Bernhard Riemann dans sa dissertation de 1854 sur la nature de la géométrie de l’espace physique, comment la théorie de la relativité générale s’est trouvée formulée pour y répondre41. Il prononça également, à la faculté de philosophie, une conférence intitulée « Positivisme et idéalisme : la géométrie et l’espace fini et sans limite », qu’il mentionne dans son Journal comme « la représentation intuitive de l’espace sphérique42 ».

Montevideo

  • 43 Ibid., du 24 avril au 2 mai 1925.
  • 44 Einstein, lettre à Carlos Vaz Ferreira, aimablement communiquée par M. Uruguay A. Rossani, de l’Uni (...)

54Sur le chemin du retour de Buenos Aires vers l’Europe, il fit deux escales et séjours d’une semaine chacune. La première, à Montevideo, du 24 avril au 2 mai, où il donna trois conférences43. Il eut l’occasion de s’entretenir avec le philosophe Carlos Vaz Ferreira, qui lui donna son livre sur William James. Après l’avoir lu, Einstein lui exprima dans une lettre son accord avec James pour dire que « la vérité ne peut être entendue dans le sens pragmatiste44 ».

Rio de Janeiro

  • 45 Signalons la parution, à l’occasion du centenaire de l’observation de l’éclipse, du volume riche en (...)

55La seconde longue escale eut lieu, pour un séjour du 4 au 12 mai, à Rio de Janeiro, alors capitale du Brésil, le pays où avaient été effectuées six ans auparavant, en 1919, une partie des observations de la courbure des rayons lumineux passant près de la masse solaire, cachée aux yeux au moment de l’éclipse. Mais c’était à Sobral, dans l’état de Ceará, bien loin de Rio45.

  • 46 A. Einstein, « Observações sobre a situação actual da theoria da luz », Revista da Academia brasile (...)

56Il fut reçu (le 7 mai) à l’Académie brésilienne des sciences, alors en formation (elle s’appelait alors Société brésilienne des sciences), comme membre correspondant, y donnant une communication originale sur la signification d’une expérience importante alors en cours sur la physique quantique, sous le titre « La situation actuelle de la nature de la lumière ». Il s’agit de l’expérience de Bothe et Geiger, qui précisa le résultat obtenu deux ans auparavant sur les propriétés corpusculaires de la lumière par la mise en évidence de l’effet Compton. L’expérience étudiait les éventuelles corrélations angulaires entre le photon et l’électron émis dans une collision entre un rayon lumineux et un atome. Une telle corrélation signa l’individualité des systèmes quantiques, par-delà les informations statistiques, individualité qu’Einstein estimait nécessaire pour des systèmes physiques réels (à juste titre, comme l’avenir l’a confirmé), et dont il pensait que la théorie quantique à venir devrait rendre compte. Cette problématique (conclue positivement quelque temps plus tard par le résultat dans ce sens de l’expérience) précéda de peu la véritable explosion théorique que représenta à partir de l’année suivante l’apparition de la mécanique quantique. Et la question de l’individualité resta désormais au cœur des interrogations d’Einstein après l’avènement de celle-ci46.

  • 47 R.V. Caffarelli, « Einstein e o Brasil », art. cit.
  • 48 A. Einstein, Journal de voyage en Amérique du Sud, Argentine, Uruguay, Brésil, op. cit., mars-avril (...)
  • 49 Henrique Morizé, président de l’Académie, qui avait participé à l’expédition à Sobral (mais pour l’ (...)

57Il prononça également une conférence au Club des ingénieurs (le 6 mai, sur la relativité restreinte) et une autre à l’École polytechnique (le 8 mai, sur la relativité générale). Ces conférences furent l’occasion de débats passionnés chez les scientifiques, mais aussi dans la société intellectuelle47, même s’ils furent plutôt décevants. Einstein le note dans son Journal de voyage en Amérique du Sud : il n’a pas rencontré de véritable interlocuteur au Brésil sur les questions scientifiques abordées48. Amoroso Costa, pionnier des idées relativistes au Brésil, voyageait alors en Europe, et la génération des physiciens et des mathématiciens connaissant la nouvelle théorie était encore fort limité49. Le Brésil disposait alors de peu d’écoles d’ingénieurs et ses premières universités ne furent fondées que dans la décennie suivante.

  • 50 « Prächtige Idee für neue Theorie des Zus. Gravitation Elektrizität » (8-10 avril 1925).

58Einstein rentra en Europe à la fin du mois de mai. Il avait pu durant ce long voyage, notamment pendant les traversées, travailler à sa nouvelle théorie unifiée : déjà à l’aller (le problème est mentionné dans son Journal de voyage aux dates des 12 et 17 mars), et au retour, entre Rio et le port européen d’arrivée, Hambourg (avec escale au Havre). Mais aussi durant les séjours à terre : son Journal est ponctué de temps à autres de brèves notes, laconiques, mais suffisamment expressives de l’enthousiasme du chercheur sans cesse en éveil : « Idée magnifique sur la nouvelle théorie d’unification Gravitation-Électricité50 ».

Derniers voyages avant l’exil

Bruxelles, le Conseil Solvay de 1927 : présentation de la mécanique quantique

  • 51 Conseil de physique Solvay (1928) ; Électrons et photons. Rapports et discussions du cinquième Cons (...)
  • 52 Dix-sept sur les vingt-neuf participants invités étaient (ou allaient être dans les années suivante (...)
  • 53 Les deux versions proposées, mécanique ondulatoire et mécanique quantique, étant équivalentes quant (...)

59La période que nous abordons maintenant (trop rapidement et brièvement) est celle des derniers voyages d’Einstein avant son exil. Elle commence par un déplacement à Bruxelles pour participer au cinquième Conseil de physique Solvay de 1927. Celui-ci, qui avait pour thème « Électrons et Photons », est resté le plus célèbre de l’histoire de cette institution, car il marqua également de manière durable l’histoire de la physique51. Il rassembla les principaux protagonistes (souvent très jeunes52) du nouveau cours de toute une partie de la physique, que l’on peut qualifier de « révolution quantique », aboutissement de l’ensemble des recherches tâtonnantes depuis l’introduction en 1900 du quantum d’action par Planck. Ce Congrès fut en effet consacré pour l’essentiel à la présentation de la mécanique quantique53, qui constitua dans les années suivantes et jusqu’à nos jours la base théorique fondamentale de tout le domaine de la physique atomique et subatomique. La nouvelle théorie semblait poser des problèmes d’interprétation inédits, par son degré de formalisation mathématique et son éloignement apparent des phénomènes directement accessibles par l’expérience, problèmes que Niels Bohr proposa d’élucider par une approche mixte, physique et philosophique, qu’il présenta devant le Conseil, et connue depuis comme « interprétation de Copenhague » ou « philosophie de la complémentarité ». L’interprétation de Bohr mettait en avant la nécessité d’introduire dans la théorie même la présence de l’observateur, ce qui avait des incidences sur des conceptions aussi générales que l’objectivité et la réalité physique.

  • 54 Voir, par exemple, M. Paty, « The nature of Einstein’s objections to the Copenhagen interpretation (...)

60Einstein avait accompagné de très près tous les développements physiques proprement dits, pour lesquels il avait marqué son intérêt et son approbation. Cependant il n’était pas persuadé que la nouvelle théorie fût aussi fondamentale et définitive que la plupart des physiciens le pensaient. Sollicité de présenter une contribution au Conseil, il déclina l’offre. La suite est une longue histoire, qui excède les limites de cet exposé54.

Paris, 1929 : enclenchement de la collaboration Einstein-Élie Cartan sur le « parallélisme distant » et la théorie physique unifiée

  • 55 A. Einstein, « Théorie unitaire du champ physique », Annales de l’Institut Henri Poincaré I, 1930, (...)
  • 56 Voir Paul Valéry, Cahiers, t. II, Paris, Gallimard, coll. « Biblio. de la Pléiade », 1974. Voir éga (...)
  • 57 La première avait eu lieu en 1922.
  • 58 É. Cartan et A. Einstein, Letters on Absolute Parallelism, op. cit. Voir M. Paty, Einstein philosop (...)

61Einstein fut invité à Paris, en novembre 1929, pour la séance solennelle de remise du titre de docteur honoris causa de l’université de Paris qui venait de lui être conféré et pour donner deux conférences à l’Institut Henri Poincaré sur ses tentatives en direction d’une théorie unitaire55. Paul Valéry, qui y assista, rapporte avoir été frappé par l’expression remarquable employée par Einstein qui disait rechercher, en l’absence de données plus précises, « un point de vue d’architecture56 ». Ce séjour fut l’occasion de la seconde rencontre, suscitée par Langevin, d’Einstein avec le mathématicien Élie Cartan57, qui fut le début d’une étroite et fructueuse collaboration épistolaire entre Einstein et Cartan au long des trois années suivantes sur la question du « parallélisme distant », notion développée par Cartan avec celle de « torsion » : ces idées suscitèrent l’intérêt d’Einstein en rapport à sa recherche d’une théorie unifiée de la gravitation et de l’électromagnétisme58.

1930-1933. À Pasadena (Californie)

  • 59 P. Frank, Einstein, his Life and Times, op. cit., p. 224-225.

62Nous suivrons encore Einstein dans un nouveau voyage aux États-Unis, de décembre 1930 à février 1931. Il était accompagné par son épouse Elsa, par sa secrétaire, Helen Dukas, et par son assistant et proche collaborateur, Walther Mayer, avec lequel il travaillait depuis deux ans sur sa théorie unifiée. Partis d’Anvers le 2 décembre, les voyageurs étaient en route vers Pasadena en Californie, où Einstein était invité, ainsi que Michelson, au Caltech (California Institute of Technology) par le directeur de l’Institut, Robert Millikan, lauréat du prix Nobel de physique de 1923, et membre de la Commission de coopération intellectuelle de la SDN. Dans l’esprit d’Einstein, et sans doute aussi dans celui de Millikan, le voyage avait une dimension politique, sa collaboration scientifique pouvant contribuer à encourager le peuple et le gouvernement américains à agir en faveur de la paix internationale, comme il l’exprima dans une déclaration publique faite lors de son arrivée59.

  • 60 A. Einstein, « Über den gegenwärtigen Stand des allgemeinen Relativitätstheorie. On the present sta (...)
  • 61 Le récit en a été reconstitué par José Altschuler dans Las 30 horas de Einstein en Cuba – Einstein’ (...)

63En escale à New York, Einstein prononça à l’université de Yale sa conférence « Sur l’état actuel de la théorie de la relativité générale », publiée peu après60. Après une autre escale de 30 heures à Cuba, les 19 et 20 décembre61, et la traversée du canal de Panama, Einstein et ses compagnons de voyage débarquèrent à San Diego en Californie, puis poursuivirent par train jusqu’à Pasadena, où ils parvinrent au seuil de la nouvelle année, le 1er janvier 1931. Einstein eut en particulier, pendant les deux mois de son séjour, l’occasion de visiter l’Observatoire du Mont Wilson (où eurent ensuite lieu plusieurs observations importantes en rapport avec la théorie de la relativité générale).

  • 62 Voir L. Langevin, « Paul Langevin et Albert Einstein d’après une correspondance et des documents in (...)

64Après son retour en Europe, Einstein reprit la mer moins d’un an plus tard pour un nouveau séjour aux États-Unis, toujours en Californie, en décembre 1931, avec un programme semblable au précédent. Avant son départ d’Anvers, son ami Paul Langevin fit le voyage depuis Paris pour le rencontrer62. Cela a sans doute à voir avec le projet en cours, à son initiative, de créer une chaire pour Einstein au Collège de France.

  • 63 P. Frank, Einstein, his Life and Times, op. cit., p. 225.

65En fait, lors de ce séjour aux États-Unis, on proposa à Einstein un poste de professeur à l’Institute for Advanced Study de Princeton (New Jersey). Il rentra à Berlin au printemps de 1932, « juste à temps pour être témoin de l’agonie de la République allemande », selon les mots de Philipp Frank63. En effet, les élections présidentielles en Allemagne qui eurent lieu au mois de mars portèrent au pouvoir le vieux maréchal Hindenburg, candidat des républicains, mais en fait conservateur et partisan nostalgique de l’ancienne monarchie, qui fit le jeu de la droite et de l’extrême droite. Il désigna d’ailleurs, à la fin de janvier 1933, Adolf Hitler comme chancelier.

66Einstein fit un troisième séjour à Pasadena au cours de l’hiver 1932-1933. En quittant Berlin, à l’automne, il pressentait déjà ces événements, et avertit sa femme qu’elle ne reverrait probablement jamais leur villa idyllique de Caputh, dans la banlieue berlinoise. De fait, lorsqu’ils revinrent en Europe au printemps de 1933, les nazis avaient totalement pris le pouvoir et s’occupaient activement de la nazification de l’Allemagne et en particulier des universités, soumises à une « aryanisation » forcée et massive, soutenue par de nombreux universitaires, tels Philipp Lenard, membre du parti nazi et contempteur de longue date de la théorie de la relativité, déclarée « science juive et dégénérée », qui poursuivit Einstein d’une haine opiniâtre.

1933-1946. Une chaire au Collège de France

67Einstein décida de ne pas rentrer en Allemagne, et séjourna plusieurs mois à Coq-sur-Mer, en Belgique, à l’invitation du couple royal, dans la résidence que celui-ci mettait régulièrement à sa disposition lors des Conseils Solvay. C’est de là qu’il démissionna publiquement avec fracas des Académies des sciences de Prusse et de Bavière. Son jugement sur la situation politique en Allemagne fut d’une lucidité sans concession, comme en témoigne sa lettre à Paul Langevin, en date du 5 mai 1933, dans laquelle il écrivait :

  • 64 L. Langevin, « Paul Langevin et Albert Einstein d’après une correspondance et des documents inédits (...)

Ce qui est aujourd’hui une menace contre la culture deviendra bientôt une grave menace au point de vue militaire, si tous les pays qui sont encore régis par des parlements ne se ressaisissent pas pour exercer une action énergique, qui aujourd’hui encore pourrait avoir un caractère purement économique64.

68Entretemps, les démarches pour la création d’une chaire au Collège de France avaient abouti et Einstein exprima, dans la même lettre à Langevin, sa reconnaissance en ces termes :

  • 65 Anatole de Monzie (1876-1947) était alors ministre de l’Éducation nationale.

Le merveilleux comportement du gouvernement français et de mes collègues français à mon égard m’a apporté une très grande joie. Je n’ai pas encore pu remercier officiellement car je n’ai pas encore eu la communication officielle de mon élection au Collège de France. Je vous serais très obligé de le faire savoir à M. de Monzie pour qu’il ne s’étonne pas de mon silence65.

69Mais lorsque la notification officielle lui parvint, il s’était déjà installé à Princeton, où il resta jusqu’à la fin de ses jours, et il dut renoncer à la chaire du Collège. Sept années plus tard, dans la France occupée, Langevin était arrêté par les Allemands, le 30 octobre 1940, jeté en prison puis placé en résidence surveillée à Troyes. Le gouvernement de Vichy le fit aussitôt démettre de ses fonctions au Collège de France et à l’École de physique et chimie.

  • 66 P. Langevin, lettre à A. Einstein, 25 janvier 1946, dans L. Langevin, « Paul Langevin et Albert Ein (...)

70Inutile de dire qu’Einstein fit tout son possible pour aider son ami, dès qu’il eût connaissance de l’arrestation de Langevin, menacé en raison de son antifasciste militant66. Il tenta de faire intervenir les autorités des États-Unis, écrivit des lettres pour susciter l’invitation dans une université américaine de celui qu’il considérait comme « l’un des plus éminents savants contemporains ». Langevin ne put s’évader de sa résidence surveillée de Troyes qu’en mai 1944, grâce à Frédéric Joliot et à des réseaux de la Résistance qui le firent passer clandestinement en Suisse. Il revint à Paris (qui avait été libéré le 25 août) au mois de septembre. Quelque temps après, il écrivit à Einstein une lettre émouvante, datée du 25 janvier 1946, dans laquelle il résume les tribulations des années noires, les siennes et celles de ses proches (notamment sa fille Hélène, déportée, et son gendre Jacques Solomon, fusillé par les nazis).

  • 67 A. Einstein, lettre (début 1947) à la revue La Pensée à la mort de Paul Langevin, dans L. Langevin, (...)

71Paul Langevin mourut fin 1946. Einstein écrivit une très belle lettre en son hommage, adressée à la revue La Pensée – dont Langevin avait été l’un des fondateurs, et que celle-ci publia aussitôt. La lettre commençait ainsi : « La nouvelle de la mort de Paul Langevin m’a bouleversé plus que la plupart des événements arrivés pendant ces décevantes et tragiques années… ». Mu par la mémoire d’une proximité profonde de leurs pensées et de leurs convictions, et des engagements correspondants, Einstein poursuivait : « C’est qu’il y a dans une génération si peu d’hommes qui réunissent l’intuition claire de l’essence des choses avec le sentiment intense des exigences vraiment humanitaires et la capacité d’agir avec énergie. Quand un homme comme celui-là nous quitte, il y a un vide qui paraît insupportable pour ceux qui restent67 ».

  • 68 Einstein mourut à Princeton le 18 avril 1955.

72Ici s’arrête, en forme d’épilogue, cette évocation des voyages d’Einstein68.

Notes

1 Voir Philip Frank, Einstein, his Life and Times, trad. G. Rosen, Suichi Kusaka, New York, Knopf, 1947, p. 10-11. Sur la biographie d’Einstein, voir notamment Rudolf Kayser, Albert Einstein. A Biographical Portrait, New York, Boni, 1930 ; Carl Seelig, Albert Einstein. A Documentary Biography (1954), trad. M. Savill, Londres, Staples Press, 1956 ; Banesh Hoffmann, Albert Einstein, créateur et rebelle (1972), trad. P. Manly, Paris, Seuil, 1975 ; B. Hoffmann et Helen Dukas, Albert Einstein. The Human Side, Princeton, NJ, Princeton Univ. Press, 1979 ; Abraham Pais, Albert Einstein. La vie et l’œuvre : « subtil est le Seigneur », trad. C. Jeanmougin et H. Seyrès, Paris, InterEd, 1993.

2 Romain Rolland évoque les visites d’Einstein dans son Journal des années de guerre 1914-1919, Paris, Albin Michel, 1952, p. 510. Voir aussi P. Frank, Einstein, his Life and Times, op. cit., p. 13-21. Romain Rolland avait publié au-dessus de la mêlée (Genève, Ollendorf, 1915), traduit aussitôt en plusieurs langues sauf en allemand. Le titre initialement choisi était Au-dessus de la haine.

3 Albert Einstein, The Travel Diaries of Albert Einstein: The Far East, Palestine & Spain, 1922-1923, Z. Rosenkranz (éd.), Princeton, NJ, Princeton Univ. Press, 2018 ; A. Einstein, Journal de voyage : Extrême-Orient, Palestine, Espagne, 1922-1923, trad. S. Zékian, préface de William Marx, Paris, Payot-Rivages, 2019. Le texte allemand du journal a été publié dans The Collected Papers of Albert Einstein, vol. 13: The Berlin years: Writings and Correspondence, January 1922-March 1923, trad. A. M. Hentschel and O. Moses, Diana K. Buchwald et al. (éd.), Princeton, NJ, Princeton Univ. Press, 2012.

4 La déviation moyenne obtenue était de 1,64 seconde d’arc, la théorie prédisant 1,75 seconde.

5 Cité dans Otto Nathan et Heinz Norden (dir.), Einstein on Peace (1960), préface de Bertrand Russell, New York, Schoken Books, 1968, p. 27-28.

6 Déclaration publiée le 26 juin 1919 en première page du quotidien socialiste L’Humanité (fondé par Jean Jaurès), au moment de la signature du traité de Versailles. Dans une perspective semblable, Romain Rolland fonda la revue Europe en 1923.

7 La Commission a existé jusqu’en 1939. Après la Deuxième Guerre mondiale, c’est dans la même intention qu’est créé l’UNESCO dans le cadre de l’ONU qui remplaça la SDN.

8 Sur ces circonstances, voir O. Nathan et H. Norden (dir.), Einstein on Peace, op. cit., p. 58-89.

9 Voir Michel Paty, « Einstein et l’arme atomique : la responsabilité des scientifiques », La Pensée, n° 250, mars-avril 1986, p. 51-62.

10 On trouvera une évocation et une analyse plus détaillée dans une extension du présent essai, jointe à d’autres textes complémentaires composés antérieurement, dans un livre à paraître sous le titre Einstein en voyage. Science, culture, politique et société (en préparation).

11 A. Pais, Albert Einstein. La vie et l’œuvre : « subtil est le Seigneur », op. cit., p. 515.

12 Rudolf Carnap, Hans Hahn et Otto Neurath, Wissenschaftliche Weltauffassung. Der Wiener Kreis, Artur Wolf Verlag, Wien 1929 ; trad. fr., La Conception scientifique du monde : le Cercle de Vienne (1929), dans Antonia Soulez (dir.), Manifeste du Cercle de Vienne et autres écrits, Paris, PUF, 1985.

13 Quelques décennies plus tard, Franck donna lui-même un récit très vivant de ce séjour d’Einstein à Prague dans P. Frank, Einstein, his Life and Times, op. cit., p. 169-174.

14 A. Einstein, Quatre conférences sur la théorie de la relativité faites à l’université de Princeton, trad. M. Solovine, Paris, Gauthier-Villars, 1955.

15 Lord Richard Burdon Haldane (1856-1928) fut ministre de la Guerre au début de la guerre de 1914-1918, et joua à nouveau un rôle politique important à partir de 1924. Il s’intéressait de très près aux questions d’éducation et de science.

16 Pour une description détaillée du « climat » scientifique et politique en Italie à l’époque en rapport à la relativité, voir Barbara J. Reeves, « Einstein politicized: The early reception of relativity in Italy », dans Thomas Glick (dir.), The Comparative Reception of Relativity, Dordrecht, Reidel, coll. « Boston Studies in the Philosophy of Sciences », 1987, p. 189-229, et sur la visite d’Einstein, p. 190, p. 199, p. 200, p. 225.

17 Voir M. Paty, « Poincaré, Langevin et Einstein », Épistémologiques. Philosophie, sciences, histoire. (Philosophy, Science, History, Paris/São Paulo), vol. 2, n° 1-2, janvier-juin 2002, p. 33-73 et M. Paty, « Paul Langevin (1872-1946), la relativité et les quanta », Bulletin de la Société française de physique, n° 119, mai 1999, p. 15-20.

18 Voir M. Paty, « The Scientific Reception of Relativity in France », trad. W.K. Ishikawa, dans T. Glick (dir.), The Comparative Reception of Relativity, op. cit., p. 113-167.

19 Paul Langevin, lettre à Einstein du 27 février 1922, dans Luce Langevin, « Paul Langevin et Albert Einstein d’après une correspondance et des documents inédits », La Pensée, n° 161, janvier-février 1972, p. 3-40, p. 11-18. La lettre d’acceptation d’Einstein à Langevin du début mars a été perdue depuis, mais Charles Nordmann en donne un extrait dans sa relation sur les conférences d’Einstein (C. Nordmann, « Einstein expose et discute sa théorie », Revue des Deux Mondes, t. 9, n° 92, 1922, p. 129-166, ici p. 130), auquel nous nous référons dans le paragraphe suivant : les expressions entre guillemets y sont reprises de cet extrait de la lettre d’Einstein à Langevin.

20 Le 31 mars (exposé magistral) et les 3, 5 matin et après-midi, et 7 avril (séances de discussions). L’audience était réservée aux invités et aux auditeurs préalablement inscrits, pour éviter des infiltrations intempestives de groupes nationalistes (d’extrême droite) qui s’étaient déchaînés dans la presse les jours précédents.

21 Je ne peux ici qu’en faire une évocation rapide, renvoyant aux comptes rendus détaillés qui en ont été proposés par ailleurs, notamment les deux récits qu’en ont donné à l’époque l’astronome Charles Nordmann (« Einstein expose et discute sa théorie », art. cit.) et J.B. Pomey, « Les conférences d’Einstein au Collège de France », Le Producteur, 1922, t. VIII, n° 19, p. 201-206 ; Émile Borel, « Einstein à Paris » (1922), dans Maurice Fréchet, Émile Borel. Philosophe et homme d’action, Paris, Gauthier-Villars, 1967. Voir aussi P. Frank, Einstein, his Life and Times, op. cit., p. 194 ; O. Nathan et H. Norden (dir.), Einstein on Peace, op. cit., p. 47 ; Jean Langevin, « À propos du séjour d’Einstein en France organisé par Paul Langevin au printemps de 1922 », Cahiers Fundamenta Scientiae, n° 79, 1979 ; Michel Biezunski, « Einstein à Paris », La Recherche, n° 132, avril 1982, p. 502-510 ; M. Paty, « Einstein et la philosophie en France : à propos du séjour de 1922 », Cahiers Fundamenta Scientiae, n° 93, 1979, p. 23-41 (voir également Bulletin de la Société française de physique, n° 35, janvier 1980, p. 9-12 ; La Pensée, n° 210, février 1980, p. 3-11).

22 L. Langevin, « L’aspect général de la théorie de la relativité », Bulletin scientifique des étudiants de Paris, avril-mai 1922.

23 Voir C. Nordmann, « Einstein expose et discute sa théorie », art. cit., p. 154-156.

24 Émile Picard, « La théorie de relativité et ses applications à l’astronomie », Annuaire du Bureau des longitudes, Paris, 1922, p. B 1-29.

25 Ces trois tests étaient : l’avance séculaire du périhélie de Mercure, observée par Le Verrier au xixe siècle, la courbure des rayons lumineux an voisinage de grandes masses, confirmée en 1919 (voir plus haut), et la déviation du spectre lumineux dans un champ de gravitation (objet d’observations alors en cours).

26 Voir le compte-rendu des interventions d’Albert Einstein et de Paul Langevin, « Applications astronomiques de la relativité, séance du mercredi 5 avril 1922 », dans Bulletin de la Société astronomique de France, 36e année, 1922, p. 196-205.

27 M. Paty, « Einstein et la philosophie en France : à propos du séjour de 1922 », art. cit.

28 Société Française de Philosophie (1922). La théorie de la relativité, Séance du 6 avril 1922, interventions de Xavier Léon, Paul Langevin, Jacques Hadamard, Albert Einstein, Élie Cartan, Paul Painlevé, Paul Lévy, Jean Perrin, Jacques Becquerel, Édouard Le Roy, Henri Bergson, Émile Meyerson, Henri Piéron, Bulletin de la Société française de philosophie, t. XVII, 1922, p. 91-112 ; voir M. Paty, « Einstein et la philosophie en France : à propos du séjour de 1922 », op. cit.

29 Voir O. Nathan et H. Norden, Einstein on Peace, op. cit., p. 47-54.

30 Voir P. Frank, Einstein, his Life and Times, op. cit., p. 50-52.

31 Voir M. Paty, Einstein philosophe. La physique comme pratique philosophique, Paris, PUF, coll. « Philosophie d’aujourd’hui », 1993, p. 323-333.

32 Voir A. Einstein, Journal de voyage : Extrême-Orient, Palestine, Espagne, 1922-1923, op. cit.

33 Jun Ishiwara, « The record of professor Einstein’s lectures » (1923), trad. Y. Ono, dans Spencer Weart et Melba Philipps (dir.), History of Physics. Readings from Physics Today, n° 2, New York, American Institute of Physics, 1985, p. 243-245. Sur le séjour d’Einstein au Japon, voir Ippei Okamoto et Kenchichiro Koizumi, « Albert Einstein in Japan », American Journal of Physics, vol. 49, n° 10, 1981, p. 930-939.

34 P. Frank, Einstein, his Life and Times, op. cit., p. 198-201.

35 T. Glick, « Relativity in Spain », dans T. Glick (dir.), The Comparative Reception of Relativity, op. cit., p. 231-263, en particulier p. 248-268 ; voir aussi T. Glick, Einstein in Spain. Relativity and the Recovery of Science, Princeton, NJ, Princeton Univ. Press, 1988.

36 A. Einstein, « Théorie quantique du gaz parfait monoatomique (en deux parties) » (1924-1925), dans A. Einstein, œuvres choisies. vol. 1, Quanta. Mécanique statistique et physique quantique, F. Balibar, O. Darrigol et B. Jech (éd.), Paris, Seuil/CNRS Éditions, coll. « Sources du savoir », 1989, p. 172-192.

37 Selon le témoignage de Guido Beck, rapporté dans Roberto Vergara Caffarelli, « Einstein e o Brasil », Ciencia e Cultura, 1979, p. 1435-1455.

38 Aloyso de Castro (1881-1959), professeur à la faculté de médecine de Rio de Janeiro et Membre des Académies brésiliennes de médecine et des lettres.

39 Journal de voyage en Amérique du Sud, Argentine, Uruguay, Brésil, mars-avril-mai 1925, inédit ; manuscrit et transcription dactylographiée, Archives Albert Einstein, université hébraïque de Jérusalem et université de Boston.

40 Ibid.

41 A. Einstein, « Geometria no euclidea y fisica », Revista mathematica hispano-america (Buenos Aires), vol. 2, 1926, p. 72-76 (trad. espagnole de l’original en allemand, non retrouvé). Voir chapitre 7, « Physique et Géométrie, 2 : interprétation et construction », dans M. Paty, Einstein philosophe. La physique comme pratique philosophique, op. cit., pour une analyse détaillée de ce texte et de sa place dans la pensée épistémologique et philosophique d’Einstein.

42 A. Einstein, Journal de voyage en Amérique du Sud, Argentine, Uruguay, Brésil, op. cit.

43 Ibid., du 24 avril au 2 mai 1925.

44 Einstein, lettre à Carlos Vaz Ferreira, aimablement communiquée par M. Uruguay A. Rossani, de l’Université de Montevideo dans un courrier à l’auteur (M.P.) en date du 6 mars 1995. Voir M. Paty, « La réception de la théorie de la relativité au Brésil et l’influence des traditions scientifiques européennes », Archives internationales d’histoire des sciences, vol. 49, n° 143, 2000, p. 331-368.

45 Signalons la parution, à l’occasion du centenaire de l’observation de l’éclipse, du volume riche en informations inédites et mises au point, et bien illustré, que vient de publier l’Observatoire de Rio de Janeiro, en édition bilingue (portugais et anglais) : Alba Livia Tallon Bozi et Marilia Pessoa (dir.), O eclipse de 1919 (A comprovação da teoria da relatividade geral, a física moderna e o observatório nacional). – The Eclipse of 1919 (The evidence of the theory of general relativity, modern physics and the national observatory), Observatório Nacional, Rio de Janeiro, 2019.

46 A. Einstein, « Observações sobre a situação actual da theoria da luz », Revista da Academia brasileira de sciencias, n° 1, avril 1926, p. 1-3 (communication à l’Académie brésilienne des sciences, 7 mai 1925), trad. R. Marinho. Pour une analyse de cette conférence, voir M. Paty, « Einstein e a física quântica no periodo da sua viagem à America latina », trad. F. Morais, dans A.T. Tolmasquim, M. de Almeida, M. Vergara (dir.), Einstein para além do seu tempo, Rio de Janeiro, Museu de Astronomia, Bruxedo, 2008, p. 115-136 et M. Paty, « Considerações sobre o caminho original de Einstein rumo a uma teoria quântica da radiação (A propósito do artigo « Einstein y el efecto Compton ») », trad. M.-A. Corrêa, Scientiae Studia (Revista Latino Americana de Filosofia e História da Ciência), São Paulo, vol. 11, n° 1, janvier-mars 2013, p. 221-242 et annexes, p. 210, p. 220).

47 R.V. Caffarelli, « Einstein e o Brasil », art. cit.

48 A. Einstein, Journal de voyage en Amérique du Sud, Argentine, Uruguay, Brésil, op. cit., mars-avril-mai 1925.

49 Henrique Morizé, président de l’Académie, qui avait participé à l’expédition à Sobral (mais pour l’étude de la couronne solaire) se trouvait malade pendant une partie du séjour d’Einstein et n'était d’ailleurs pas spécialiste de la théorie de la relativité.

50 « Prächtige Idee für neue Theorie des Zus. Gravitation Elektrizität » (8-10 avril 1925).

51 Conseil de physique Solvay (1928) ; Électrons et photons. Rapports et discussions du cinquième Conseil de physique tenu à Bruxelles du 24 au 29 octobre 1927 sous les auspices de l’Institut international de physique Solvay, Gauthier-Villars, Paris, 1928. Voir Max Jammer, The Conceptual Development of Quantum Mechanics, New York, Mc Graw-Hill, 1966, ainsi que Jagdish Mehra et Helmut Rechenberg, The Historical Development of Quantum Theory. The Completion of Quantum Mechanics, 1926-1941, vol. 6, Berlin, Springer, 2000.

52 Dix-sept sur les vingt-neuf participants invités étaient (ou allaient être dans les années suivantes) lauréats du prix Nobel.

53 Les deux versions proposées, mécanique ondulatoire et mécanique quantique, étant équivalentes quant aux phénomènes.

54 Voir, par exemple, M. Paty, « The nature of Einstein’s objections to the Copenhagen interpretation of quantum mechanics », Foundations of Physics, vol. 25, n° 1, 1995, p. 183-204.

55 A. Einstein, « Théorie unitaire du champ physique », Annales de l’Institut Henri Poincaré I, 1930, p. 1-24.

56 Voir Paul Valéry, Cahiers, t. II, Paris, Gallimard, coll. « Biblio. de la Pléiade », 1974. Voir également la note de Robert Debever à propos de la lettre d’Élie Cartan à Einstein du 3 décembre 1929, dans É. Cartan et A. Einstein, Letters on Absolute Parallelism [allemand et français], trad. J. Leroy et J. Ritter, Robert Debever (dir.), Princeton, NJ, Princeton Univ. Press, 1979, p. 22.

57 La première avait eu lieu en 1922.

58 É. Cartan et A. Einstein, Letters on Absolute Parallelism, op. cit. Voir M. Paty, Einstein philosophe. La physique comme pratique philosophique, op. cit., chap. 5 ; M. Paty, « La réception de la relativité au Brésil et l’influence des traditions scientifiques européennes », Archives internationales d’histoire des sciences, vol. 49, n° 143, 2000, p. 331-368.

59 P. Frank, Einstein, his Life and Times, op. cit., p. 224-225.

60 A. Einstein, « Über den gegenwärtigen Stand des allgemeinen Relativitätstheorie. On the present status of the general relativity theory. », Yale University Library Gazette, n° 6, 1930, p. 3-10. (Original allemand, p. 3-6 et traduction anglaise, p. 7-10).

61 Le récit en a été reconstitué par José Altschuler dans Las 30 horas de Einstein en Cuba – Einstein’s 30 hours in Cuba, La Havane, Editoria Academia, 1993.

62 Voir L. Langevin, « Paul Langevin et Albert Einstein d’après une correspondance et des documents inédits », art. cit., p. 27. Le voyage de Langevin est également évoqué dans une lettre postérieure d’Einstein que nous citons ci-dessous (ibid., p. 28).

63 P. Frank, Einstein, his Life and Times, op. cit., p. 225.

64 L. Langevin, « Paul Langevin et Albert Einstein d’après une correspondance et des documents inédits », art. cit., p. 28.

65 Anatole de Monzie (1876-1947) était alors ministre de l’Éducation nationale.

66 P. Langevin, lettre à A. Einstein, 25 janvier 1946, dans L. Langevin, « Paul Langevin et Albert Einstein d’après une correspondance et des documents inédits », art. cit., p. 39. A. Einstein, lettre à P. Langevin du 5 mai 1933 dans L. Langevin, « Paul Langevin et Albert Einstein d’après une correspondance et des documents inédits », art. cit., p. 28-29.

67 A. Einstein, lettre (début 1947) à la revue La Pensée à la mort de Paul Langevin, dans L. Langevin, « Paul Langevin et Albert Einstein d’après une correspondance et des documents inédits », art. cit., p. 39-40.

68 Einstein mourut à Princeton le 18 avril 1955.

© Collège de France, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search