Version classiqueVersion mobile

Einstein au Collège de France

 | 
Antoine Compagnon
, 
Céline Surprenant

Einstein, du Collège de France à la Société française de philosophie

Jimena Canales

Texte intégral

  • 1 Les deux textes fondamentaux sur la visite d’Einstein à Paris en 1922 sont : Michel Biezunski, Eins (...)

La visite d’Albert Einstein à Paris en 1922 a reçu une attention considérable de la part de nombreux historiens. La relation du physicien avec les scientifiques français, en particulier Henri Poincaré, a également été largement examinée. Dans ce qui suit nous étudierons les aspects les plus importants de la visite d’Einstein qui ont été négligés jusqu’à maintenant, et nous examinerons les importantes répercussions de cette visite pour la pensée scientifique et philosophique. Le point de vue nouveau, intime et quotidien que nous adoptons pour mieux comprendre cet épisode historique, met en lumière les grandes divisions entre les sciences et les sciences humaines au cours du xxe siècle, et qui se sont intensifiées jusqu’à aujourd’hui1.

  • 2 Einstein à Elsa Einstein, 9 [8] avril 1922 [Paris]. Pour la correspondance d’Einstein et son journa (...)
  • 3 Einstein à Elsa Einstein, [29 mars 1922, Paris].
  • 4 Einstein à Elsa Einstein, 9 [8] avril 1922 [Paris].
  • 5 Einstein à Maurice Solovine, 20 avril 1922.

1« Tout s’est très bien passé », écrivit Albert Einstein à sa femme de Paris. Il préparait avec impatience son voyage de retour, tenant un « un sac bien rempli [nicht leere Ledertasche] » de l’argent que le baron de Rothschild lui avait donné. Au cours de son séjour parisien, il avait pu conserver « un morceau de savon de qualité et un tube de dentifrice » qu’il proposait d’offrir à sa femme à son retour2. Étonné de découvrir que l’affranchissement d’une lettre « coûtait alors 17 marks », il avait dû utiliser la poste avec parcimonie. « Ainsi », avait-t-il expliqué à sa femme « je n’écrirai pas très souvent3 ». En Allemagne, l’inflation était hors de contrôle. « Si seulement les Allemands savaient quels services je leur ai rendus ici en faisant cette visite », ils me remercieraient certainement, écrivait-il. « Mais ils sont trop étroits d’esprit [borniert] pour le comprendre », avait-il conclu4. Quand Einstein rentra à Berlin, il estima que la visite avait été « inoubliable, mais diablement fatigante5 ».

  • 6 Ambassadeur allemand à Paris ; rapport au ministère des Affaires étrangères, cité dans Siegfried Gr (...)
  • 7 Louis Dunoyer, « Einstein et la relativité (I) », La Revue universelle, vol. 9, n° 2, 15 avril 1922 (...)
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid., p. 179.

2La visite d’Einstein à Paris a été « un événement sensationnel que, par snobisme, les intellectuels de la capitale ne voulaient pas manquer6 ». Ceux-ci n’étaient pas les seuls à avoir été enthousiasmés par sa présence. « L’engouement de la foule pour une théorie qu’elle ne comprend manifestement pas » s’est répandu comme la peste à travers Paris7. Un observateur a décrit « la frénésie déchaînée dans le grand public par certains des commentateurs d’Einstein8 ». La venue d’Einstein à Paris « a ranimé et porté à son paroxysme la curiosité du public pour le savant et pour son œuvre9 ».

  • 10 Charles Nordmann, « Einstein à Paris », Revue des Deux Mondes, vol. 8, 1922, p. 926-937, ici p. 934

3Einstein s’était rendu dans la Ville lumière de Berlin. À l’arrivée de son train à la Gare du Nord, « photographes, reporters, cinématographes et personnalités officielles et diplomatiques l’attend[aient] en masses imposantes10 ». Le célèbre scientifique décida pourtant de descendre de l’autre côté des voies, s’échappant subrepticement de la gare, comme un cambrioleur. Il s’était frayé un chemin à travers les câbles dangereux et la signalisation, avant d’arriver à une petite porte conduisant au boulevard de la Chapelle, qui, l’après-midi, était aussi vide que le désert du Sahara. À l’abri des caméras et des foules, Einstein avait ri comme un enfant.

  • 11 La rencontre a été racontée dans « La Théorie de la relativité : séance du 6 avril 1922 », Bulletin (...)
  • 12 Einstein à Paul Langevin, 6 mars [1922], Berlin.
  • 13 Einstein à Paul Ehrenfest, 15 mars [1922], Berlin.
  • 14 Einstein à Maurice Solovine, 14 mars 1922, Berlin.
  • 15 Au cours de sa dernière année d’études secondaires à Aarau, c’est en français qu’Einstein avait obt (...)
  • 16 Maurice Montabré, « Une heure avec Einstein », L’Intransigeant, 10 avril 1922, cité dans M. Biezuns (...)
  • 17 Légende de la figure dans Lucien Jonas, L’Illustration, vol. 80, 8 avril 1922, p. 304.

4Au cours de sa visite, on interrogea le scientifique sur presque tout, des détails mathématiques de sa théorie à ses implications philosophiques les plus larges11. Cette rencontre fut difficile pour lui, puisqu’il connaissait bien le français, sans toutefois le parler couramment. « La langue me causera certainement quelques problèmes », avait-il expliqué à Paul Langevin, qui l’avait généreusement invité12. Avant la réunion, Einstein avait élaboré des stratégies pour minimiser les effets perturbateurs qui pourraient découler de ses carences d’expression en français. « Je dois m’exprimer à Paris au Collège de France en français – je tremble rien qu’à l’idée », confessa-t-il13. « Si seulement mon bec était mieux taillé en français [wenn nur mein Schnabel besser französisch gewetzt wäre] », déplorait-il de manière imagée14. Après tout, cette langue avait toujours été la matière scolaire qu’Einstein appréciait le moins, dans laquelle il avait obtenu ses pires notes, et celle qui l’avait fait passer pour un mauvais élève15. Pendant la conférence, un auditeur avait noté la manière dont Einstein prononçait « relativité » avec deux accents aigus sur les « e », et comment il prononçait mal « équations ». On disait qu’il avait en effet dit « rélativité » et « ékations »16. Son ami Paul Langevin, professeur de Physique générale et expérimentale (1909-1946) au Collège de France, celui là-même qui l’avait invité à Paris, est venu à sa rescousse. Il s’est assis « près de lui » pour « lui souffler les mots français qui, quelquefois, ne venaient pas facilement aux lèvres du conférencier17 ».

  • 18 Einstein à Elsa Einstein, [31 mars 1922], Paris.
  • 19 M. Montabré, « Une heure avec Einstein », art. cit.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.
  • 22 C. Nordmann, Notre maître le temps, Le Roman de la science, Paris, Hachette, 1924, p. 177.
  • 23 M. Solovine à Einstein, 27 avril 1922.

5« On me régale splendidement, comme jamais auparavant dans ma vie », écrivit Einstein à son épouse le vendredi soir avant qu’il ne rencontre Bergson18. Le physicien Jean Becquerel lui avait ouvert les portes de sa maison et avait invité à cette occasion une centaine d’autres convives19. Les discussions à « la bibliothèque [des Becquerel], en petit comité », avaient été « un supplément aux conférences du Collège de France », selon un journaliste20. « Tout ce que Paris compte de hauts personnages scientifiques » y étaient présents21. L’astronome Charles Nordmann, qui suivit de près la visite d’Einstein, expliqua les objectifs du physicien : « S’il est en effet une opinion contre laquelle Einstein s’est toujours élevé avec vigueur et notamment, on s’en souvient, lors des débats du Collège de France, c’est celle qui attribue à sa théorie une valeur purement formelle et mathématique22. » À certains égards, il a réussi. « L’attitude que l’on a ici par rapport à vos théories est maintenant complètement différente de ce qu’elle était auparavant », avait affirmé Maurice Solovine à son ami Einstein, quelques semaines plus tard23.

À la Société française de philosophie

  • 24 C. Nordmann, « Einstein à Paris », art. cit., p. 937.
  • 25 Marcel Bataillon, « At the Collège de France », The Bergsonian Heritage, Thomas Hanna (dir.), New Y (...)

6Le philosophe Henri Bergson a assisté à la conférence d’Einstein au Collège de France. Parmi de nombreux autres participants, « dont le nom ne vient pas sous ma plume », racontait Charles Nordmann, « et qui modestement s’étaient perdus dans cette assemblée de l’intelligence française […] le profil si fin de M. Bergson mettait une note vive24 ». Son statut parmi les intellectuels était tel qu’un étudiant du Collège de France avait qualifié l’institution de « maison de Bergson », en notant que même ceux qui « étudiaient la science ne connaissaient pas le nom de Langevin25 ».

7Les conférences au Collège de France n’ont été qu’un prélude au conflit qui allait exploser entre Einstein et Bergson. Lorsque le directeur de la Société française de philosophie apprit qu’Einstein avait accepté l’invitation du Collège de France, il y avait vu une occasion évidente de le faire intervenir devant les philosophes. Cette fois, Bergson ne resterait pas coi.

  • 26 Isaac Benrubi, Souvenirs sur Henri Bergson, Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1942, p. 104.

8En ce jour « vraiment historique » où les deux savants se sont rencontrés, Bergson a été entraîné dans une discussion qu’il avait expressément souhaité éviter26. L’organisateur, qui espérait que la rencontre fût animée, a incité les participants à intervenir, comme l’a bien exprimé Édouard Le Roy, élève de Bergson et futur professeur de Philosophie moderne au Collège de France (1921-1940) : « Notre ami Xavier Léon [voulait] à tout prix que je parle. Face à son aimable insistance, je n’ai pas su m’y refuser. Mais au fond, je n’avais rien à dire ». Néanmoins, grâce aux « deux mots » prononcés par Le Roy, Bergson a été amené à prendre part à la discussion.

  • 27 « La Théorie de la relativité », art. cit., p. 102.

9Le Roy estimait que le point de vue des philosophes et celui des physiciens étaient également légitimes « mais qu’ils étaient, en fin de compte, différents : Je crois en particulier que le problème du temps n’est pas la même chose pour Einstein et pour Bergson ». Le Roy avait conclu en disant que, puisque « Bergson était parmi nous », il serait plus approprié que « Bergson lui-même prenne la parole27 ».

  • 28 Ibid, p. 107.
  • 29 Ibid.,
  • 30 Ibid. Cette affirmation est devenue : « plus einsteinien qu’Einstein », dans H. Bergson, Durée et S (...)

10Après avoir assisté silencieusement à la conférence du Collège de France la veille, Bergson répondit cette fois à contrecœur en insistant sur le fait qu’il « était venu [à la Société française de philosophie] pour écouter ». Dans une première intervention, il a rendu hommage au physicien étranger, en soulignant qu’il n’avait pas l’intention de s’engager avec lui dans un débat. Bergson n’avait aucune objection à sa théorie : « Je ne soulève aucune objection à votre théorie de la simultanéité, pas plus que je ne le fais à la théorie de la relativité en général28. » Ce qu’il voulait dire, c’est que « tout n’aboutissait pas à la relativité ». Il était clair : « Tout ce que je veux établir est simplement ceci : une fois admise que la théorie de la relativité est une théorie physique, tout n’est pas terminé29. » La philosophie, avait-il modestement avancé, avait encore une place. La philosophie l’a amené à conclure qu’« on est plus einsteinien que vous, monsieur Einstein30 ».

  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid.

11Il n’a fallu qu’une minute au physicien pour répondre, et énoncer l’idée, accablante pour Bergson, phrase qui a été depuis fréquemment citée : « Il n’y a donc pas un temps des philosophes31. » Einstein considérait qu’il n’y avait que deux manières valides de comprendre le temps, celui de la physique et celui de la psychologie : « Il ne reste qu’un temps psychologique qui diffère de celui du physicien ». La perspective simple et dualiste sur le temps préconisée par Einstein a consterné Bergson. Le philosophe a répondu en consacrant un livre entier à la confrontation de ses idées à celles du physicien. La théorie d’Einstein est « une métaphysique greffée sur la science, ce n’est pas de la science », avait-t-il écrit32. Einstein a riposté de manière énergique, en mobilisant toutes ses forces et ses ressources. Dans les années qui ont suivi la visite d’Einstein à Paris, il était entendu que Bergson avait perdu la partie contre le jeune physicien.

  • 33 « La Théorie de la relativité », art. cit., p. 99 ; « Il y a des événements objectifs », ibid., p.  (...)
  • 34 Ibid., p. 99.

12Lors de sa rencontre avec Bergson, Einstein a défendu sa définition du temps en affirmant qu’elle avait une « signification objective » et claire, qualités que n’avaient pas d’autres définitions. « Il y a des événements objectifs indépendants des individus », avait-t-il insisté ce jour-là, en sous-entendant que sa notion du temps en était un33. Sa théorie n’était pas seulement une hypothèse féconde ou une explication commode parmi d’autres. « On peut toujours choisir la représentation que l’on veut et qui nous est la plus commode pour le travail qu’on se propose ; mais celle-ci n’a pas de sens objectif34. »

13Le débat entre les deux hommes s’est rapidement intensifié. Après leur première réunion, Bergson et Einstein se sont réunis de nouveau quelques mois plus tard, cette fois, dans un but tout autre. Bergson était président du Comité international de coopération intellectuelle (CICI), l’une des branches les plus prestigieuses de la Société des Nations, dont Einstein était membre.

  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid., p. 2.

14Au début de l’automne 1922, Durée et Simultanéité, le livre controversé de Bergson a paru, car le philosophe pensait qu’il avait le « devoir » de défendre la philosophie contre l’empiètement de la science. Il n’y allait pas par quatre chemins : « L’idée que la science et la philosophie sont des disciplines différentes qui se complètent mutuellement […] suscite le désir et nous impose aussi le devoir de procéder à une confrontation35. » Bergson reproche à la théorie de la relativité, d’ailleurs très problématique, de passer « de la physique à la philosophie36 ».

  • 37 Bergson a remercié Einstein pour sa carte postale dans une lettre à Einstein, datée du 18 juin 1925 (...)

15Bergson et Einstein se sont rencontrés encore quelques fois et ont échangé quelques lettres. Einstein a envoyé une carte postale amicale à Bergson de Rio de Janeiro après leur rencontre à Paris37. Ils n’ont toutefois jamais plus débattu ensemble en public. Au lieu de cela, ils ont diffusé leurs positions respectives dans des publications et des lettres envoyées à divers correspondants. Certaines de ces lettres ont finalement été rendues publiques ; d’autres sont restées dans le domaine privé jusqu’à ce qu’elles aboutissent aux archives d’Einstein à Jérusalem ou à celles de Bergson à Paris. Elles nous permettent d’étudier la manière dont ils ont médit l’un de l’autre. Quelques années avant leur mort respective, Bergson a fait référence, en 1937, à Einstein, qui a mentionné Bergson une dernière fois en 1953. Ils ont souligné – une fois de plus – à quel point la perspective de l’autre leur restait erronée.

  • 38 Le commentaire de Bergson n’est pas inclus dans The Collected Papers of Albert Einstein, op. cit. V (...)

16Les biographes du physicien ne mentionnent que rarement Bergson. Si le débat a été en grande partie effacé de la postérité en ce qui concerne Einstein, il a été périodiquement rappelé par beaucoup d’adeptes de Bergson38. Les années qui ont suivi la rencontre des deux savants à Paris peuvent être comparées à celles des guerres de religion – avec cette différence majeure : au lieu de débattre sur l’exégèse de la Bible, des grands penseurs appartenant à nombreuses disciplines ont débattu sur la façon de lire le déroulement complexe de la nature à travers le temps.

Durée et simultanéité

  • 39 Avant-propos de la deuxième édition élargie de 1923 (qui contenait déjà les trois annexes visant à (...)
  • 40 Appendice 3 dans la deuxième édition élargie de 1923, Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p.  (...)

17Dans la préface de la deuxième édition de Durée et Simultanéité, Bergson affirme que son message central était de « prouver explicitement qu’il n’y a pas de différence, en ce qui concerne le temps, entre un système animé d’un mouvement quelconque et un système en translation uniforme39 ». Dans le même ouvrage, il a déclaré catégoriquement que si une horloge voyageant à une vitesse proche de celle de la lumière était comparée à une horloge stationnaire, elle ne présenterait pas de retard lorsqu’elle retrouverait l’horloge stationnaire à son retour40. Cette affirmation allait complètement à l’encontre du concept de dilatation temporelle de la théorie de la relativité.

  • 41 Alan D. Sokal et Jean Bricmont, Fashionable Nonsense: Postmodern intellectuals’ abuse of science, N (...)

18La plupart des interprètes du débat Einstein-Bergson insistent sur le fait que Bergson a commis une erreur dans Durée et Simultanéité, parce qu’il n’aurait pas entièrement compris la physique de la relativité. On en veut pour preuve l’idée, énoncée dans l’ouvrage, que le temps n’est pas modifié selon la vitesse du système auquel il appartient. Plus tard, les commentateurs ont estimé que la remarque de Bergson selon laquelle « une fois de retour sur Terre, elle [une horloge] marque le même temps que l’autre » témoignait de sa profonde incompréhension de la relativité41. Cette seule déclaration de la part de Bergson sur le retard de l’horloge a suffi à le discréditer aux yeux de la plupart des scientifiques et de certains philosophes.

  • 42 Bien que ma lecture de cette phrase concorde avec celle d’Élie During (« Cet énoncé, pris à la lett (...)
  • 43 H. Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. 24.
  • 44 H. Bergson, « Les Temps fictifs et le temps réel », Revue de philosophie 31, n° 3, 1924, p. 248 ; r (...)
  • 45 H. Bergson à Lorentz, 9 novembre 1924, Paris, dans H. Bergson, Correspondances, op. cit., p. 1119-1 (...)

19Dans l’avant-propos concerné, Bergson avait écrit le mot « Temps » en lettres majuscules. Il signalait ainsi à ses lecteurs qu’il ne faisait pas simplement référence au concept usuel de « temps » en lettres minuscules42. Le reste du livre indiquait clairement qu’il ne se référait pas au même concept de temps que celui des physiciens. Qu’est-ce que Bergson n’acceptait-il pas dans la relativité ? Dans une note en bas de page, il certifiait qu’il admettait pleinement ses résultats : « La vérité est que le groupe de transformation découvert par [Hendrik] Lorentz assure, d’une manière générale, l’invariance des équations de l’électromagnétisme43. » Ailleurs dans le livre, il insistait sur le fait que ses scrupules ne concernaient pas du tout les résultats ou les conclusions techniques de la physique. Aucun d’eux n’était censé porter sur la physique : « Seulement elle est étudiée en vue d’une réponse à la question posée par le philosophe, et non plus par le physicien ». « La question », ajouta-t-il, « n’est plus du ressort de la physique44. » Il ne fallait pas prendre au pied de la lettre l’idée qu’il n’y avait « aucune différence » entre le temps d’un système en mouvement et celui d’un système stationnaire. Car cela n’était « qu’une façon de parler », afin d’atteindre « le fond des choses », avait-t-il expliqué à Hendrik Lorentz45.

  • 46 H. Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. vi.
  • 47 Ibid., p. 208.
  • 48 Ibid., p. vi.
  • 49 Ibid., p. 180.
  • 50 Ibid., p. 206.

20Bergson indique bien dans la préface de Durée et Simultanéité qu’il n’avait pas l’intention de rejeter des faits d’observation : « Nous prenons les formules […] terme par terme, et nous découvrons à quelle réalité concrète, à quelle chose perçue ou perceptible correspond chaque terme46. » Bergson voulait que davantage, et non pas moins, de poids soit placé sur l’expérience et les mathématiques. Il voulait revenir aux résultats de l’expérience de Michelson-Morley, une expérience qui avait été au cœur des discussions sur la théorie de la relativité. Il ne s’est opposé qu’à certaines extensions philosophiques de la relativité. « Mais la physique rendrait service à la philosophie en abandonnant certaines façons de parler qui induisent la philosophie en erreur, et qui risquent de tromper le physicien lui-même sur la portée métaphysique de ses vues47. » Selon lui, ces façons confuses de parler provenaient des savants comme Einstein, qui voulaient transformer « cette physique, telle quelle, en philosophie48 ». Einstein, soutenait le philosophe, a suivi aveuglément les traces de Descartes, il est « le continuateur de Descartes49 ». Bergson était en désaccord avec les physiciens qui s’autorisaient des formules de la relativité « pour mettre tous les systèmes au même rang et pour déclarer que tous leurs Temps se valent50 ».

  • 51 Ibid., p. 54.

21Bergson trouvait en outre la définition du temps d’Einstein en termes d’horloges complètement aberrante. Il cherchait à établir une définition plus fondamentale de la simultanéité, qui ne s’arrêterait pas aux horloges mais qui expliquerait pourquoi celles-ci sont utilisées. Si cette conception beaucoup plus fondamentale de la simultanéité n’existait pas, alors « les horloges ne serviraient à rien ». « Personne ne les fabriquerait, ou du moins personne ne les achèterait ». Certes, on achetait des horloges pour « connaître l’heure », affirmait Bergson. Mais « savoir quelle heure il est » présupposait que la correspondance entre le chronomètre et un « événement qui se produit » était significative pour la personne concernée, de sorte qu’elle commandât son attention. Que certaines correspondances entre les événements puissent être significatives pour nous, alors que la plupart des autres ne le sont pas, explique notre sens fondamental de la simultanéité et l’usage commun des horloges. Autrement « ce seraient des mécaniques qu’on s’amuserait à comparer les unes aux autres ; elles ne seraient pas employées à classer des événements ; bref, elles existeraient pour elles et non pas pour nous rendre service. Elles perdraient leur raison d’être pour le théoricien de la Relativité comme pour tout le monde, car il ne les fait intervenir, lui aussi, que pour marquer le temps d’un événement51 ».

  • 52 Ibid., p. 96.

22Toute la force du travail d’Einstein, soutenait Bergson, était redevable à la façon dont la notion de temps dans sa théorie fonctionnait comme un « signe » qui appelait à un concept naturel et intuitif de la simultanéité : « la simultanéité savante, celle qu’on induit de la concordance entre horloges réglées optiquement l’une sur l’autre, coïncidait avec la simultanéité intuitive ou naturelle ; et c’est uniquement parce qu’elle vous servait à reconnaître cette simultanéité naturelle, parce qu’elle en était le signe, parce qu’elle était convertible en simultanéité intuitive, que vous l’appeliez simultanéité52. »

  • 53 H. Bergson, La Pensée et le Mouvant. Essais et conférences, F. Worms (dir.), Arnaud Bouaniche et al(...)
  • 54 Ibid., p. 162.

23Bergson avait déjà considéré, en 1889, le temps en termes du « temps de l’horloge » et avait rapidement écarté le concept. Quelque chose de différent, de nouveau, d’important, et qui se situe en dehors du temps de l’horloge, devait être inclus dans notre compréhension du temps. En se concentrant exclusivement sur le monde réel et en estimant qu’il était éternellement fixe, on risquait de se fermer à de nouvelles possibilités. « Disons que dans la durée, considérée comme une évolution créatrice, il y a création perpétuelle de possibilité et non pas seulement de réalité », expliquait-il53. Cette même idée a été reformulée dans Durée et Simultanéité : « Le temps est pour moi ce qu’il y a de plus réel et de plus nécessaire ; c’est la condition fondamentale de l’action ; – que dis-je ? c’est l’action même54. »

  • 55 Einstein à Richard B. Haldane, 11 septembre 1922, Berlin.
  • 56 Einstein, Journal de voyage au Japon, la Palestine et l’Espagne [le 6 octobre 1922 au 12 mars 1923] (...)

24Des mois après le débat, Einstein a écrit à Lord Richard Burdon Haldane, auteur d’un important livre sur la théorie de la relativité, pour lui dire qu’il avait « reçu le livre de Bergson et [qu’il] en avait lu une partie mais [qu’il n’avait] pas encore été en mesure de [s’]en faire une idée55 ». Plus tard cet automne-là, il avait finalement trouvé le temps de l’examiner plus attentivement en l’apportant avec lui lors de son long voyage en paquebot de Marseille au Japon. Il commença à le lire le jour du départ. Un « vacarme majeur » le réveilla tôt le lendemain matin, et il nota quelques mots rapides sur le livre dans son journal de voyage : « Les philosophes dansent constamment autour de la dichotomie : le psychologiquement réel et le physiquement réel et diffèrent seulement dans des évaluations à cet égard ». Ils sont donc cycliquement pris dans un débat éternel entre idéalisme et matérialisme. Reconnaissant cependant que Bergson avait pleinement « saisi la substance de la théorie de la relativité », il n’a pas vu comment les vues du philosophe sur le temps ont été précisément conçues pour dépasser ces deux catégories. La contribution de Bergson était, selon lui, « d’objectiver» les aspects psychologiques du temps56.

25Au cours du débat, Einstein a explicitement énoncé ce qu’il considérait comme le but de la philosophie et pourquoi, selon lui, elle ne devait pas jouer de rôle en ce qui concerne le temps. Devant son contradicteur, il a donné à la philosophie un rôle très limité et s’est expliqué sur les deux façons courantes de penser le temps, selon la psychologie et la physique. Mais dans la plupart des cas, les conceptions physiques et psychologiques du temps ne devraient pas trop différer l’une de l’autre. Or, face à des événements très rapides, c’est le contraire qui est vrai. Dans ces cas, le fait que l’on ne perçoive pas la simultanéité par rapport à la simultanéité déterminée par un instrument est évident ; ces déterminations diffèrent considérablement de celles qui sont établies à l’aide d’instruments. Dans un univers marqué par des événements se produisant à des vitesses proches de celle de la lumière, la différence entre les deux est extrême.

  • 57 « La Théorie de la relativité », art. cit., p. 107.
  • 58 Ibid.

26Selon Einstein, la philosophie a été utilisée pour expliquer la relation entre la psychologie et la physique. « Le temps du philosophe, je crois, est à la fois psychologique et physique », expliqua-t-il à Paris57. Mais la relativité, en se concentrant sur des phénomènes très rapides, a montré à quel point les perceptions psychologiques du temps sont vraiment erronées. Les conceptions psychologiques du temps, affirmait Einstein, ne sont pas seulement fausses, elles ne correspondent tout simplement à rien de concret. « Ce ne sont rien de plus que des constructions mentales, des entités logiques58. » En raison de l’énorme vitesse de la lumière, les humains ont « instinctivement » généralisé leur conception de la simultanéité et l’ont appliquée à tort au reste de l’Univers. La théorie d’Einstein corrigeait alors cette généralisation erronée. Au lieu de croire en une zone de chevauchements entre les conceptions psychologiques et physiques du temps (où les deux sont importantes, bien que l’une soit moins exacte que l’autre), il a fait valoir qu’il s’agissait en réalité de deux concepts distincts, soit une évaluation mentale (psychologique) qui n’était tout à fait insuffisante que par rapport au à un concept « objectif » : le temps physique.

27Pour Bergson, cette leçon – que les évaluations psychologiques et physiques du temps étaient différentes – au contraire, rendait la tâche du philosophe encore plus intéressante, surtout parce que personne, pas même les physiciens, ne peut se soustraire au problème du lien entre le temps instrumental et l’inquiétude humaine.

28Lorsque Bergson est entré dans la mêlée pour la première fois en 1922, il a insisté sur le fait qu’un seul des temps marqué par des horloges qui s'éloignent l’une de l’autre à des vitesses proches de celle de la lumière était « réel » tandis que l’autre était « fictif ». Selon lui, les deux temps ne pouvaient pas être comparés parce que l’un des deux était exactement l’image inverse de l’autre. Ils sont « absolument réciproques ». Le refus du philosophe de comprendre les deux temps en termes équivalents allait devenir son talon d’Achille – c’est en relation à ce refus que des légions de lecteurs ont pensé qu’il n’avait pas compris la théorie de la relativité.

  • 59 H. Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. 79.

29Après que Bergson a été vivement critiqué pour avoir considéré que les deux horloges de la théorie de la relativité étaient complètement interchangeables, il s’est expliqué plus longuement. Il avait, à diverses occasions, décrit les « conditions » particulières selon lesquelles les deux temps différaient l’un de l’autre : « Dans ces conditions, le temps de Paul est cent fois plus lent que celui de Pierre59. » Mais l’écart entre les temps des voyageurs n’implique pas nécessairement qu’ils doivent tous deux être considérés sur un pied d’égalité. Après avoir reçu de nombreuses critiques de la part des ceux qui soutenaient Einstein, Bergson s’est concentré sur la question de savoir ce qu’impliquait l’idée de la différence entre les temps de l’horloge et ceux des voyageurs. C’est ce qu’il a formulé de plus clair à ce sujet deux ans après sa première rencontre avec Einstein dans « Les Temps fictifs et le temps réel » (mai 1924). Dans ce texte, il insiste sur le fait que même si les horloges des voyageurs différaient, son argument majeur restait valable : à savoir que la philosophie se devait d’étudier ces différences. Et si l’une des horloges des voyageurs présentait un temps différent de celui de l’autre, se demandait Bergson ? Cet écart ne signifiait pas nécessairement que le temps lui-même se dilatait et devait être compris selon Einstein. Dès lors qu’il y avait une différence, et que celle-ci était liée à une différence de temps, alors leurs temps n’étaient pas égaux dans tous les sens. Ces différences étaient extraordinaires, soutenait-il, et le physicien n’avait pas le droit de les écarter et de considérer les deux observateurs comme traitant d’une entité unique, précieuse et contestée : le temps.

  • 60 H. Bergson, « Les Temps fictifs et le temps réel », art. cit., p. 254.

30Si l’on ne tenait pas compte de la dissymétrie, Bergson était prêt à concéder à Einstein qu’on « pourrait naturellement dire que [les horloges voyageant à des vitesses différentes] ne peuvent pas fonctionner en synchronicité ». Dans ce cas, « en effet, le temps ralentit lorsque la vitesse augmente ». Mais ces horloges ne sont pas équivalentes dans tous les sens parce que l’une d’entre elles a subi quelque chose que l’autre n’a pas subi. Considérées du « point de vue social », insista-t-il, ces distinctions importaient profondément60.

  • 61 H. Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. 24.

31Des physiciens influents travaillant alors sur la théorie de la relativité étaient d’accord avec Bergson, y compris Paul Painlevé, Henri Poincaré, Lorentz et Albert A. Michelson. Tout en admettant qu’aucune expérience ne leur permît de décider si l’un de ces deux temps pouvait avoir un statut spécial, ils refusèrent d’accepter qu’il fût impossible de ne pas en retenir un au détriment de l’autre. Selon eux, cette impossibilité technique ne signifiait pas non plus qu’il serait impossible à l’avenir de trouver un moyen d’isoler l’un des temps comme unique et spécial – ou du « point de vue social » comme l’a dit Bergson. Accepter « l’invariance des équations électromagnétiques » ne menait pas nécessairement à l’interprétation d’Einstein61.

Priorité et invariance

32Les historiens se sont souvent demandé pourquoi Lorentz, Poincaré et Michelson – les trois hommes dont la recherche se rapprochait le plus de celle d’Einstein – n’ont pas retenu sa théorie de la relativité. Ils ont convenu que la théorie de la relativité telle que conçue par Einstein était acceptable mais ne l’était pas nécessairement. Ils ont soutenu, en fin de compte, que c'était aux scientifiques eux-mêmes de l’accepter ou non. Il a été essentiel pour eux de considérer le rôle de Bergson, en tant qu’individu, collègue, mentor, ami, et confident – en plus du rôle général et de l’impact de sa philosophie – dans leur prise de position vis-à-vis de la théorie de la relativité.

  • 62 « Poincaré n’a jamais compris la base de la relativité spéciale », et, plus tard : « pourquoi Poinc (...)

33Les historiens ont toujours considéré que Poincaré, comme Bergson, n’avait pas totalement compris la théorie de la relativité62. Mais l’histoire de sa relation à Einstein et à la théorie de la relativité est beaucoup plus complexe que ce jugement ne le laisserait penser. Le problème n’était pas qu’il ne la comprenait pas ; c’était plutôt qu’il ne voyait pas de raison de l’accepter. Poincaré avait mesuré certaines des implications les plus révolutionnaires de la relativité de nombreuses années avant les premières publications d’Einstein à ce sujet, parues en 1905, et c’est pourquoi il a attribué leur découverte à Lorentz – plutôt qu’à Einstein.

  • 63 H. Poincaré et al. au Comité du prix Nobel, v. 28 janvier 1902, à Scott Walter, dans Étienne Bolmon (...)

34En 1902, Poincaré a proposé la candidature de Lorentz pour le prix Nobel, qu’il a effectivement remporté. Dans sa lettre au comité du prix Nobel, Poincaré avait attribué à Lorentz le mérite d’avoir fait connaître le concept de dilatation temporelle, et décrit son « invention ingénieuse du “Temps réduit” », où « tout se passe comme si l’horloge en un seul endroit ralentissait par rapport à l’autre. » Lorentz, selon Poincaré, avait également noté qu’« aucune expérience concevable ne permettait de découvrir » une différence entre une horloge qui voyage et une autre stationnaire, outre le fait qu’aucune expérience ne permettait de nous prononcer sur un temps plutôt que sur un autre. Il a aussi attribué à Lorentz le mérite d’avoir transformé notre concept de la simultanéité. La découverte « surprenante » de Lorentz expliquait pourquoi « deux phénomènes se produisant dans deux endroits différents peuvent sembler simultanés même s’ils ne le sont pas63 ». Lorentz avait fait référence à l’une des deux mesures comme temps local (et dans les équations de longueur similaire, il l’appelait longueur apparente), mais Einstein a fini par croire que ce temps n’avait rien d’unique, encore moins de « local » ou d’« apparent ». La lettre de Poincaré a été signée par quelques-uns des physiciens les plus renommés de l’époque, y compris Wilhelm Röntgen, Henri Becquerel, et Max Planck, ce qui montre que la plupart de ces physiciens ont également attribué certaines des idées centrales de la théorie de la relativité à Lorentz.

  • 64 H. Poincaré, « Rapport sur les travaux de H.A. Lorentz, ca. 31 janvier 1910 », dans La Correspondan (...)

35Dans un rapport ultérieur sur le travail de Lorentz, Poincaré a repris certaines des affirmations qu’il avait faites lors de la candidature de Lorentz pour le prix Nobel. Il a notamment expliqué comment, dans le cas des horloges en mouvement, Lorentz avait montré qu’il était impossible de déclarer que l’une était exacte et que l’autre était en retard. Il a expliqué qu’il était « impossible de déceler autre chose que les vitesses relatives des corps les uns par rapport aux autres, mais [que] nous dev[i]ons renoncer à connaître aussi bien leurs vitesses relatives par rapport à l’éther que leurs vitesses absolues64 ».

36Poincaré, Lorentz et Bergson s’accordaient sur de nombreuses questions soulevées par l’interprétation de la théorie de la relativité. Bergson considérait que les idées qu’il avait développées dans Durée et Simultanéité étaient compatibles avec celles de Lorentz. Les discussions sur la physique du temps étaient particulièrement tendues en raison de l’implication de Einstein, Bergson et Lorentz dans le CICI, l’une des branches les plus prestigieuses de la Société des Nations, dont Bergson a été président entre 1922 et 1925. Lorentz a été appelé à remplacer Einstein après que le physicien, en colère, a démissionné du comité, citant la présence de Bergson au Comité comme l’une des raisons de sa démission. Plus tard, Lorentz a été choisi comme successeur à la présidence.

  • 65 H.A. Lorentz, Das Relativitätsprinzip: Drei Vorlesungen gehalten in Teylers Stiftung zu Haarlem. Be (...)

37Dans trois conférences données à Haarlem en 1913, Lorentz expliquait comment la question de savoir qui d’entre les deux avait raison ne pouvait être laissé à l’expérience et certainement pas à celle d’Einstein lui-même, car il s’agissait de questions épistémologiques : « L’évaluation de ces concepts appartient en grande partie à l’épistémologie, à qui le verdict peut également être laissé ». Lorentz a ensuite décrit tout ce qui clochait dans l’interprétation d’Einstein, en soulignant deux points centraux. Le premier problème avait trait à l’équivalence du temps et l’espace, qui n’étaient tout simplement pas interchangeables : « Une différence incomparable existe entre les concepts spatiaux et temporels, une différence qu’on ne peut certainement pas supprimer entièrement. Vous ne pouvez pas voir les coordonnées de temps comme totalement égales en statut avec les coordonnées spatiales65. » La deuxième question portait sur l’équivalence du statut des différents temps. Bien que Lorentz ait reconnu et ait découvert qu’aucune expérience ne pouvait nous permettre de différencier ces temps l’un de l’autre, néanmoins, il ne pensait pas qu’ils étaient tous deux équivalents.

  • 66 Svante Arrhenius, « Presentation Speech », 10 décembre 1922, dans Nobel Lectures in Physics (1901-1 (...)

38Quand Einstein a reçu le prix Nobel (en 1922 pour l’année 1921), le président du Comité Nobel expliqua que, bien que « la plupart des discussions [ait porté] sur sa théorie de la relativité », ce n’est pas au vu de cette théorie qu’Einstein a reçu le prix. Pourquoi donc ? Les raisons de cette attribution sont certainement variées et complexes, mais le coupable a été cité nommément ce soir-là : « Ce n’est un secret pour personne qu’à Paris, le célèbre philosophe Bergson a contesté cette théorie ». Bergson avait montré que la relativité « se rapporte à l’épistémologie » plutôt qu’à la physique – et ses propos ont « donc fait l’objet d’un débat animé dans les cercles philosophiques66 ».

Culture matérielle et technologique

39En s’interrogeant sur la validité du travail d’Einstein, les commentateurs ont souvent soupesé les idées de Bergson et celles d’Einstein en s’intéressant aux découvertes scientifiques qui ont présidé à l’invention de la télégraphie, du téléphone, et de la radio. Certains ont soutenu que ces technologies démontraient qu’il fallait accepter la théorie d’Einstein. Mais selon Bergson, celles-ci devaient être envisagées sous l’angle de la transmission du sens qu’elles rendent possible, et non pas seulement du point de vue de la technique. Le rappel des possibilités engendrées par les nouvelles technologies n’ont fait que créer plus de divisions entre les protagonistes du débat.

  • 67 H. Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. 16.

40Malgré le fait que Bergson a entièrement accepté « l’invariance des équations électromagnétiques », considérées comme les piliers de la théorie de relativité, il a refusé les conclusions qu’Einstein en a tirées. Le philosophe a soigneusement réfléchi au rapport entre un observateur stationnaire et un observateur voyageant en termes de communications électromagnétiques. Il a imaginé ce que serait un dialogue entre « Pierre » et « Paul », alors qu’ils s’éloignaient à toute vitesse l’un de l’autre, et l’a retranscrit en un dialogue entre les deux observateurs. Pierre dit à Paul : « au moment où tu t’es détaché de moi […] ton Temps s’est enflé, tes horloges se sont désaccordées ». Selon Bergson, il était « évident » que Paul « répondrait » à Pierre : que tout était normal pour lui (Paul) et que c’était le système de Pierre qui avait mal tourné67.

41La conversation entre les deux voyageurs, telle que la raconte Bergson, n’a mené nulle part. Faite de répétitions alternatives des mêmes arguments entre les deux, elle est marquée par le malentendu et la méfiance. Pour examiner en profondeur les sujets de son intérêt – comment la science migrait du concret à l’abstrait –, Bergson a souligné les aspects du paradoxe des voyageurs, appelé plus tard « paradoxe des jumeaux », que le recours à de nouvelles technologies électromagnétiques ne permettait pas d’expliquer davantage. Le compte rendu technique des effets réciproques de la dilatation temporelle des voyageurs n’était pas à même de résoudre les questions philosophiques qui y étaient mises en jeu. Aucune explication technique, d’ailleurs, ne pouvait suffire à soutenir les idées d’Einstein à l’égard de la relativité, puisque ses affirmations sur le temps en général dépassait les limites de la technologie.

Derniers mots

  • 68 H. Bergson à Eugène Minkowski, 6 août 1936, Vevey, Suisse.

42Bergson a mentionné Einstein une dernière fois, par écrit, en 1937, à l’âge de soixante-dix-huit ans. Dans un long courrier qu’il envoya au Congrès Descartes, il s’est d’abord excusé : il était trop malade pour y assister. Il a ensuite expliqué comment, en pensant à Descartes, Einstein lui était immédiatement venu à l’esprit, et qu’il était assez vieux pour se souvenir du premier Congrès. Mais presque quatre décennies plus tard, sa santé était si fragile qu’il pouvait à peine écrire. « Une nouvelle et grave poussée rhumatismale fait qu’écrire est devenu pour moi une véritable souffrance », avait-t-il expliqué à un ami pendant ces années. « D’autre part, je n’ai jamais pu dicter68. » Faisant un effort vaillant pour surmonter son arthrite débilitante à cette occasion, Bergson a écrit sur Einstein une dernière fois.

  • 69 H. Bergson, « Message au Congrès Descartes », dans Écrits philosophiques, op. cit., p. 696-701, ici (...)
  • 70 Ibid.

43Il a alors décrit Einstein comme quelqu’un de brillant, futé, et ambitieux, qui était autant porté par la discipline que par le plaisir. Einstein était selon lui un homme qui « avait pratiqué le grand art du tourisme, parcourant, comme soldat d’abord, puis pour son plaisir, l’Allemagne, la Hongrie, la Suisse, la Hollande, d’autres pays encore », jusqu’au moment où Einstein s’est fixé en Amérique pour organiser « sa vie de manière à avoir le plus de rayonnement possible69 ». Puis, Bergson a accusé Einstein d’avoir utilisé la Société des Nations non pas dans le but de promouvoir les relations parmi les scientifiques et les intellectuels, mais principalement comme un forum de réseautage utile; il « prenait contact avec les savants de divers pays, correspondait avec une princesse, enseignait à une reine. » Certes, Bergson se représentait Einstein plongé dans ses pensées. Mais il le voyait surtout comme un véritable héros : « mais je le vois aussi dans la barque où des bateliers complotent de le voler et de le jeter par-dessus bord, les devinant, tirant l’épée et tenant en respect les bandits70 ». La scène décrite par Bergson ressemble à celles des nouveaux films à succès et les films de propagande qui conquéraient un public de plus en plus large pendant ces années.

  • 71 Einstein, « Autobiographical Notes », dans Albert Einstein: Philosopher-Scientist, Paul Arthur Schi (...)
  • 72 Besso à Einstein, 24 décembre 1951, Genève. L’échange de lettres Besso-Einstein sont publiées dans (...)

44Einstein a survécu à Bergson pendant près d’une décennie et demie, mais il n’a pas arrêté de penser au philosophe. « Me voici assis pour écrire, à l’âge de 67 ans, quelque chose comme ma propre notice nécrologique71. » C’est ainsi qu’Einstein commençait un texte autobiographique sur sa vie et son travail. Besso, ayant lu cette auto-nécrologie, avait soumis quelques questions difficiles au savant. Lors du Réveillon de Noël 1951, Besso lui a demandé de renouveler les conversations sur Bergson. « J’aimerais formuler le désir de Bergson comme suit », expliquait son ami à Einstein: « rendre objectif le temps subjectif72 ». Dans les discussions qui ont duré jusqu’à leur mort, ces deux amis de longue date ont discuté de la flèche du temps, de son passage, et de Bergson.

  • 73 Einstein à Ruth Levitova, 13 mai 1952, Princeton.

45D’autres lettres de cette période montrent à quel point Bergson a continué d’être présent à l’esprit d’Einstein. En réponse à une lettre de la déléguée syndicale Ruth Levitova, Einstein a expliqué comment « la physique ne connaît que des valeurs différentes du temps », mais n’a aucune possibilité d’expression pour « maintenant » (présent), pour « passé » et pour « futur », et il concluait en disant que « cette caractéristique de la science exacte a été vivement ressentie et attaquée par Henri Bergson (à mon avis sans justification)73 ».

  • 74 Palle Yourgrau, A World Without Time: The Forgotten Legacy of Gödel and Einstein, New York, Basic B (...)

46Loin du vieux continent et vivant dans un cadre complètement différent au 112 rue Mercer à Princeton, New Jersey, Einstein ne lâchait pas prise dans le débat qui l’a opposé au philosophe français mort depuis longtemps. Comment Einstein a-t-il pu continuer à soutenir que le passage du temps était simplement subjectif ? Comment s’expliquait-il ses propres rides, sa propre santé qui se détériorait ? Avait-il légué aux physiciens un « monde sans temps », comme son ami le mathématicien Kurt Gödel l’accusait d’avoir fait74 ?

  • 75 Besso à Einstein, 13 juin 1952, Genève.
  • 76 Einstein à Besso, 13 juillet 1952, [Princeton].
  • 77 Einstein à Besso, 13 juillet 1952, [Princeton].

47Après avoir évoqué le nom de Bergson en cette veille de Noël, Besso lui écrivit de nouveau l’été suivant pour lui demander si la question de savoir ce qu’il y a de si étrangement contraignant dans l’écoulement du temps ne le préoccupait jamais. La question avait-elle de quoi contrarier Einstein ? Besso terminait sa lettre en demandant pardon à son interlocuteur : « Pardonne à ton Michele, qui est maintenant vraiment vieux » d’avoir encore une fois soulevé la question75. Peut-être Einstein répondrait-il alors différemment à cette question ? Ces songeries semblaient convenir à des vieillards forcés de faire le point et de contempler le passé au lieu de l’avenir. L’« écoulement forcé du temps », répondait Einstein, « se présente à nous de façon impérative ». Mais ce sens du temps qui passe est dû à un « bagage de conscience » subjectif que les scientifiques pourraient corriger76. Einstein se souvenait jusqu’à quel point sa conception du temps avait été contestée, en grande partie par Bergson. Il comprenait ce qui avait motivé Besso à faire allusion à une expérience subjective à la fin de sa vie. Il se permit de reformuler ainsi la question de Besso : « Tu affirmes que ce passage [du temps] est accompagné par une souffrance, qui – si on l’interprète en physicien – se rattache à des processus irréversibles. Je ne sais pas exactement comment t’aider », a-t-il d’abord répondu modestement, en soulignant que la différence entre notre expérience du passé, du présent et de l’avenir était due au fait que notre perspective subjective était limitée. « C’est ce qui chagrine particulièrement Bergson », répondit-il77.

  • 78 Einstein à Besso, 29 juillet [1953].

48Les lettres suivantes montrent qu’Einstein n’a pas réussi à convaincre son ami. Einstein cita Bergson une fois de plus dans leur correspondance, pour comparer ses points de vue avec ceux de Besso : « Tu ne peux te faire à l’idée que le temps subjectif avec son “maintenant” ne doit avoir aucune signification objective. Voir Bergson78 ! »

Notes

1 Les deux textes fondamentaux sur la visite d’Einstein à Paris en 1922 sont : Michel Biezunski, Einstein à Paris : le temps n’est plus..., Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, coll. « Histoire de science », 1991, et Jean Langevin et Michel Paty, « Einstein et la philosophie en France : à propos du séjour d’Einstein en France en 1922 », Cahiers Fundamenta Scientiae, n° 33, 1979, p. 23-41. Nous traitons ces questions en détail dans The Physicist and the Philosopher: Einstein, Bergson and the debate that changed our understanding of time, Princeton, NJ, Princeton Univ. Press, 2015.

2 Einstein à Elsa Einstein, 9 [8] avril 1922 [Paris]. Pour la correspondance d’Einstein et son journal, voir The Collected Papers of Albert Einstein, Diana Kormos Buchwald et al. (dir.), 14 vols., Princeton, NJ, Princeton Univ. Press, 1987-.

3 Einstein à Elsa Einstein, [29 mars 1922, Paris].

4 Einstein à Elsa Einstein, 9 [8] avril 1922 [Paris].

5 Einstein à Maurice Solovine, 20 avril 1922.

6 Ambassadeur allemand à Paris ; rapport au ministère des Affaires étrangères, cité dans Siegfried Grundmann, Einsteins Akte, Berlin, Springer-Verlag, 1998, p. 212.

7 Louis Dunoyer, « Einstein et la relativité (I) », La Revue universelle, vol. 9, n° 2, 15 avril 1922, p. 179-188, ici p. 180.

8 Ibid.

9 Ibid., p. 179.

10 Charles Nordmann, « Einstein à Paris », Revue des Deux Mondes, vol. 8, 1922, p. 926-937, ici p. 934.

11 La rencontre a été racontée dans « La Théorie de la relativité : séance du 6 avril 1922 », Bulletin de la Société française de philosophie, vol. 22, n° 3, 6 avril 1922, p. 91-113. Cet article a été réimprimé plusieurs fois, notamment dans Henri Bergson. Écrits et paroles, vol. 3, Rose-Marie Mossé-Bastide (éd.), Paris, PUF, coll. « Biblio. philosophie contemporaine », 1957, p. 497-503 ; Henri Bergson, « Discussion avec Einstein », dans H. Bergson, Mélanges, André Robinet et al. (éd.), Paris, PUF, 1972, p. 1340-1347 ; et H. Bergson, « Einstein et Bergson, 1922 », dans Durée et Simultanéité. À propos de la théorie d’Einstein, Frédéric Worms (dir.), Élie During (éd.), Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2009. On en trouve un extrait traduit dans P.A.Y. Gunter, Bergson and the Evolution of Physics, Knoxville, Univ. of Tennessee Press, 1969, p. 128-135.

12 Einstein à Paul Langevin, 6 mars [1922], Berlin.

13 Einstein à Paul Ehrenfest, 15 mars [1922], Berlin.

14 Einstein à Maurice Solovine, 14 mars 1922, Berlin.

15 Au cours de sa dernière année d’études secondaires à Aarau, c’est en français qu’Einstein avait obtenu sa plus basse note. « Introduction to the centenary edition », dans Einstein’s Miraculous Year: Five papers that changed the face of physics, John J. Stachel (dir.), Princeton, NJ, Princeton Univ. Press, 2005, p. xv-lxxii, ici p. xx.

16 Maurice Montabré, « Une heure avec Einstein », L’Intransigeant, 10 avril 1922, cité dans M. Biezunski, Einstein à Paris, op. cit., p. 45, p. 126-127.

17 Légende de la figure dans Lucien Jonas, L’Illustration, vol. 80, 8 avril 1922, p. 304.

18 Einstein à Elsa Einstein, [31 mars 1922], Paris.

19 M. Montabré, « Une heure avec Einstein », art. cit.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 C. Nordmann, Notre maître le temps, Le Roman de la science, Paris, Hachette, 1924, p. 177.

23 M. Solovine à Einstein, 27 avril 1922.

24 C. Nordmann, « Einstein à Paris », art. cit., p. 937.

25 Marcel Bataillon, « At the Collège de France », The Bergsonian Heritage, Thomas Hanna (dir.), New York, Columbia Univ. Press, 1962, p. 107-118, ici p. 107. L’auteur fait référence aux années 1911-1912.

26 Isaac Benrubi, Souvenirs sur Henri Bergson, Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1942, p. 104.

27 « La Théorie de la relativité », art. cit., p. 102.

28 Ibid, p. 107.

29 Ibid.,

30 Ibid. Cette affirmation est devenue : « plus einsteinien qu’Einstein », dans H. Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. 55.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 « La Théorie de la relativité », art. cit., p. 99 ; « Il y a des événements objectifs », ibid., p. 107.

34 Ibid., p. 99.

35 Ibid.

36 Ibid., p. 2.

37 Bergson a remercié Einstein pour sa carte postale dans une lettre à Einstein, datée du 18 juin 1925, et citée dans Angelo Genovesi, « Henri Bergson : Lettre à Einstein », Filosofia, vol. 49, n° 1, 1998, p. 31, et dans A. Einstein, Correspondances françaises. Œuvres choisies, Françoise Balibar (dir.), 6 vols., Paris, Seuil/CNRS Éditions, 1989, vol. 4, p. 39.

38 Le commentaire de Bergson n’est pas inclus dans The Collected Papers of Albert Einstein, op. cit. Voir le document 131, vol. 13, p. 129-131.

39 Avant-propos de la deuxième édition élargie de 1923 (qui contenait déjà les trois annexes visant à répondre à certaines des objections les plus pertinentes soulevées par les physiciens), H. Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. viii.

40 Appendice 3 dans la deuxième édition élargie de 1923, Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. 199-213, ici p. 208.

41 Alan D. Sokal et Jean Bricmont, Fashionable Nonsense: Postmodern intellectuals’ abuse of science, New York, Picador, 1998, p. 176. Les auteurs attribuent également cette erreur à la compréhension qu’avait Maurice Merleau-Ponty de la relativité.

42 Bien que ma lecture de cette phrase concorde avec celle d’Élie During (« Cet énoncé, pris à la lettre, est évidemment inacceptable pour un physicien »), je considère que la mise en majuscules du mot « Temps » indique une différence par rapport à la notion de physicien. É. During, « Dossier critique. I. Notes », H. Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. 253. Pour une note sur le jeu subtil de Bergson avec la mise en majuscules, voir É. During, « Introduction au dossier critique », dans H. Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. 237.

43 H. Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. 24.

44 H. Bergson, « Les Temps fictifs et le temps réel », Revue de philosophie 31, n° 3, 1924, p. 248 ; réédité dans H. Bergson, Mélanges, op. cit., p. 1432-1449 et dans H. Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. 417-430.

45 H. Bergson à Lorentz, 9 novembre 1924, Paris, dans H. Bergson, Correspondances, op. cit., p. 1119-1122 et p. 1121. Réédité et annoté dans H. Bergson, Écrits philosophiques, Arnaud Bouaniche et al. (dir.), Paris,  PUF, coll. « Quadrige », 2011, p. 556-559.

46 H. Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. vi.

47 Ibid., p. 208.

48 Ibid., p. vi.

49 Ibid., p. 180.

50 Ibid., p. 206.

51 Ibid., p. 54.

52 Ibid., p. 96.

53 H. Bergson, La Pensée et le Mouvant. Essais et conférences, F. Worms (dir.), Arnaud Bouaniche et al. (éd.), Paris, PUF, 2009, p. 13.

54 Ibid., p. 162.

55 Einstein à Richard B. Haldane, 11 septembre 1922, Berlin.

56 Einstein, Journal de voyage au Japon, la Palestine et l’Espagne [le 6 octobre 1922 au 12 mars 1923]. Voir l’entrée pour le 9 octobre 1922 : « Hier j’ai examiné le livre de Bergson sur la relativité et le temps. Étrange que le temps seul soit problématique à lui, mais pas l’espace. Il me frappe comme ayant la compétence linguistique plus que la profondeur psychologique. Il n’est pas très scrupuleux concernant le traitement objectif de facteurs psychiques. Mais il semble vraiment saisir la substance de la théorie de la relativité et ne se met pas en opposition avec cela. Les philosophes dansent constamment autour de la dichotomie : le psychologiquement réel et le physiquement réel et diffèrent seulement dans des évaluations à cet égard. Soit celui-là apparaît comme une “simple expérience individuelle” ou celui-ci comme une “simple construction de la pensée”. Bergson appartient à la dernière sorte, mais il objective à sa façon sans s’en apercevoir ».

57 « La Théorie de la relativité », art. cit., p. 107.

58 Ibid.

59 H. Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. 79.

60 H. Bergson, « Les Temps fictifs et le temps réel », art. cit., p. 254.

61 H. Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. 24.

62 « Poincaré n’a jamais compris la base de la relativité spéciale », et, plus tard : « pourquoi Poincaré n’a-t-il jamais compris la relativité spéciale ? », dans Abraham Pais, “Subtle is the Lord…”: The Science and the Life of Albert Einstein, Oxford, Oxford Univ. Press, 1982, 21, p. 164 ; « Pour sa part, Poincaré ne semble jamais avoir pleinement compris la percée d’Einstein », dans Walter Isaacson, Einstein: His Life and Universe, New York, Simon et Schuster, 2007, p. 135 ; « Lorsqu’il [Poincaré] s’est finalement penché sur la question de la relativité, en 1912, il était clair qu’il ne la comprenait pas », Dennis Overbye, Einstein in Love, New York, Penguin, 2000, p. 145.

63 H. Poincaré et al. au Comité du prix Nobel, v. 28 janvier 1902, à Scott Walter, dans Étienne Bolmont, André Coret (dir.), La Correspondance entre Henri Poincaré et les physiciens, chimistes et ingénieurs, Bâle, Birkhäuser, 2007, p. 399.

64 H. Poincaré, « Rapport sur les travaux de H.A. Lorentz, ca. 31 janvier 1910 », dans La Correspondance entre Henri Poincaré et les physiciens, chimiste, ingénieurs, op. cit., p. 438.

65 H.A. Lorentz, Das Relativitätsprinzip: Drei Vorlesungen gehalten in Teylers Stiftung zu Haarlem. Beihefte zur Zeitschrift für mathematischen und naturwissenschaftlichen Unterricht, Leipzig, B.G. Teubner, 1914, p. 23.

66 Svante Arrhenius, « Presentation Speech », 10 décembre 1922, dans Nobel Lectures in Physics (1901-1921), Singapore, World Scientific, 1998, p. 479, cité dans A. Pais, “Subtle is the Lord…”, op. cit., p. 510 ; A. Pais, Einstein Lived Here, Oxford, Clarendon Press, 1994, p. 75. Bien que Pais ait mentionné la référence à Bergson au cours de la présentation, il ne lui a pas attribué de signification : « Pourquoi Einstein n’a-t-il pas reçu le prix Nobel de la relativité ? En grande partie, je crois, parce que l’Académie subissait tellement de pression pour lui accorder un prix ». « How Einstein Got the Nobel Prize », dans A. Pais, “Subtle is the Lord…”, op. cit., p. 511.

67 H. Bergson, Durée et Simultanéité, op. cit., p. 16.

68 H. Bergson à Eugène Minkowski, 6 août 1936, Vevey, Suisse.

69 H. Bergson, « Message au Congrès Descartes », dans Écrits philosophiques, op. cit., p. 696-701, ici p. 700.

70 Ibid.

71 Einstein, « Autobiographical Notes », dans Albert Einstein: Philosopher-Scientist, Paul Arthur Schilpp (dir.), La Salle (Illinois), Open Court, 1949, p. 3.

72 Besso à Einstein, 24 décembre 1951, Genève. L’échange de lettres Besso-Einstein sont publiées dans Albert Einstein et Michele Besso, Correspondance 1903-1955, trad. Pierre Speziali, Paris, Hermann, 1972.

73 Einstein à Ruth Levitova, 13 mai 1952, Princeton.

74 Palle Yourgrau, A World Without Time: The Forgotten Legacy of Gödel and Einstein, New York, Basic Books, 2005.

75 Besso à Einstein, 13 juin 1952, Genève.

76 Einstein à Besso, 13 juillet 1952, [Princeton].

77 Einstein à Besso, 13 juillet 1952, [Princeton].

78 Einstein à Besso, 29 juillet [1953].

Auteur

University of Illinois at Urbana-Champaign

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search