Version classiqueVersion mobile

Architecture et urbanisme dans la France de Vichy

 | 
Jean-Louis Cohen

Punir les architectes collaborateurs

Danièle Voldman

Texte intégral

1Tout au long de l’entre-deux-guerres, les architectes avaient tenté de réglementer leur profession pour en protéger le titre et en écarter les constructeurs — ingénieurs organisés depuis 1934, géomètres, entrepreneurs — à l’œuvre sans avoir un diplôme spécifique, ni posséder la mention DPLG (diplômé par le gouvernement). C’est pourquoi la création de l’Ordre à l’automne 1940 sembla réaliser leurs vœux. Dans le cadre de la suppression des organisations syndicales décidée par Vichy, cette nouvelle institution remplaçait les organismes traditionnels de défense professionnelle (syndicats, associations, fédérations, sociétés, etc.). L’instauration de l’Ordre diminua radicalement le nombre des hommes de l’art pouvant prétendre au titre d’architecte. Jusqu’à la Libération, seuls 6 400 praticiens sur les quelques 12 000 recensés dans le pays avant la guerre remplirent les conditions pour être inscrits à son tableau et être ainsi déclarés officiellement architectes. Furent écartés les non-diplômés, les patentés récents, mais aussi les indésirables aux yeux du régime : les Juifs au-delà d’un quota de 2 % des inscrits, les étrangers, les francs-maçons et les personnes connues pour leur opposition au gouvernement. Comme par ailleurs, celui-ci avait fait de la reconstruction des villes et des villages détruits par les opérations militaires une priorité nationale, les architectes avaient des perspectives d’emploi fort bien venues après le marasme des années 1930. Leur adhésion au régime semblait donc logique.

  • 1  Une toute première version de cette recherche est parue dans la revue de la Bibliothèque de docume (...)

2De fait, hormis des personnalités comme André Lurçat ou Pierre Villon, on trouve peu de grands noms de l’architecture parmi les opposants déclarés à Vichy, et pas davantage parmi les praticiens « ordinaires », rencontrés ça et là au hasard des divers dossiers d’agrément qu’ils eurent à remplir depuis la fin de 1944 pour obtenir des chantiers, expertiser des biens détruits ou contribuer à remplir des demandes de dommages de guerre. Dès lors que les architectes en tant que groupe professionnel ont adhéré avec un certain enthousiasme aux nouvelles structures mises en place entre 1941 et 1943, si ce n’est à l’idéologie de la Révolution nationale elle-même, comment l’épuration a-t-elle frappé un corps de métier choyé par un régime qui leur avait procuré des avantages institutionnels et matériels1 ?

Les trois volets de l’épuration

  • 2  Sur l’épuration en général, François Rouquet et Fabrice Virgili, Les Françaises, les Français et l (...)

3À partir de la Libération et du rétablissement de la légalité républicaine, l’épuration légale, c’est-à-dire les sanctions prises à l’encontre des personnes ayant collaboré avec les occupants allemands et avec Vichy, ont relevé d’une triple démarche. La première, sur le plan judiciaire, consistait à condamner à la prison ou aux travaux forcés ceux qui avaient pris fait et cause pour la Révolution nationale et l’idéologie nazie. Le gouvernement provisoire de la République avait confiée cette tâche à des juridictions d’exception créées dans chaque département. Elles étaient composées d’une cour de justice qui jugeait au pénal les cas les plus graves, passibles d’une peine privative de liberté et d’une chambre civique devant laquelle comparaissaient les personnes non punissables pénalement mais qui relevaient du crime d’indignité nationale, institué à cette occasion. Elles étaient punies de la peine infamante de dégradation nationale définie par l’ordonnance du 16 août 1944. La loi était rétroactive et flétrissait le condamné par la déchéance de ses droits civiques2. Elle pouvait durer de quelques mois à la vie entière selon la gravité des faits reprochés. Si l’on reprend les chiffres établis par Anne Simonin, 95 252 Françaises et Français ont été condamnés à l’indignité entre 1946 et 1951, dernière année des audiences des chambres civiques. Le bilan général de l’épuration judiciaire légale au niveau national s’établit à 1 % de la population inquiétée par les différents tribunaux d’épuration, soit environ 350 000 personnes ; 7 037 condamnations à mort ont été prononcées dont 791 exécutées. D’après les comptages établis par Gilles Morin, à partir des dossiers conservés à la préfecture de police de Paris, moins d’une centaine d’architectes répartis dans toute la France ont été condamnés par les cours de justice et les chambre civiques.

4Deuxièmement, sur le plan administratif, il s’agissait d’exclure des postes de responsabilité ceux qui avaient « rompu le pacte national », autrement dit le personnel qui avait servi dans les instances de Vichy. Mais dans le même temps, une distinction était établie entre ceux que l’on pouvait considérer comme de purs techniciens et ceux qui avaient joué un rôle politique. Cette distinction protégea finalement les architectes qui avaient travaillé à la reconstruction des villes. Ainsi, parmi les membres du Commissariat à la reconstruction immobilière, seul son dirigeant, André Muffang, fut sanctionné par une mise à la retraite d’office. Le reste du personnel fut versé dans le tout nouveau ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme. Quant aux membres du Conseil supérieur de l’Ordre des architectes, responsables des inscriptions au tableau et donc des mises à l’écart des Juifs et des opposants, ils ne furent pas inquiétés.

  • 3  Archives de Paris, fonds Perotin/3314/71/1.

5Enfin, l’épuration professionnelle ou économique consistait à confisquer les bénéfices réalisés par les « profiteurs de guerre ». Pour le secteur de l’architecture, elle visait avant tout les agences et les cabinets qui avaient travaillé pour des chantiers civils ou militaires allemands : réfection ou aménagement d’immeubles et de locaux pour les troupes d’occupation, construction d’aérodromes et de casemates pour les murs de l’Atlantique ou de la Méditerranée. Ces activités furent évaluées par la Commission des profits illicites qui condamnait les contrevenants à des amendes proportionnelles à l’importance des chantiers exécutés. Cette Commission nationale était divisée en comités départementaux. Pour la Seine, il en fut créé deux en octobre 1944, mais devant le nombre de dossiers à traiter, ils furent portés à six en janvier 1945 et à douze en décembre 19463. Les accusés, architectes, métreurs, dessinateurs, entrepreneurs, constructeurs, commis, en contestèrent exceptionnellement le bien-fondé et le montant, dont ils s’acquittèrent rapidement auprès du fisc tout en poursuivant leurs activités.

6L’imbrication de ces trois types de sanctions, judiciaires, administratives et professionnelles, a été accentuée par le statut même des architectes. Ceux-ci, hormis leurs opinions politiques personnelles, pouvaient en effet, tout en exerçant leur profession à titre libéral, être fonctionnaires, employés par des municipalités ou des ministères, et avoir été membres des instances gouvernementales de la reconstruction. Alors que la profession avait enfin obtenu une protection contre la concurrence par la création de l’Ordre auquel il fallait adhérer sous peine d’exercice illégal de l’architecture, les pouvoirs issus de la Résistance, tout occupés à la réorganisation du pays, allaient-ils le faire disparaître en raison de sa naissance sous un régime honni ?

La question du maintien de l’Ordre

7La menace était rien moins qu’irréaliste. Ne fallait-il pas considérer comme collaborateurs tous les architectes qui s’étaient inscrits à l’Ordre ? Cette solution radicale n’allait-elle pas semer le trouble et la désorganisation alors que les ruines accumulées pendant la guerre demandaient la mobilisation de tous les constructeurs ? Le compromis était indispensable. Le 1er septembre 1944, quelques jours après la libération de Paris et l’installation dans la capitale du gouvernement provisoire de la République, un décret suspendit l’Ordre tel qu’il existait depuis décembre 1940, sans pour autant le dissoudre. En attendant l’organisation de nouvelles élections censées mieux représenter la diversité démocratique des adhérents, l’ancien conseil — appelé Comité ou Conseil national provisoire —, était habilité à expédier les affaires courantes. Par un arrêté ministériel du même jour, il était aussi officiellement chargé d’une mission d’épuration administrative et professionnelle. La contradiction entre le maintien des anciens membres et leur fonction épurative n’échappa pas aux membres du Conseil. Conscients des possibles mises en cause de leur propre personne, ainsi que des risques de règlements de compte, comme de « délation et d’insinuations non fondées », ils se sentirent investis d’une mission temporisatrice pour limiter les conflits et les mises à l’écart brutales.

  • 4  Procès-verbaux du Conseil supérieur provisoire de l’Ordre des architectes, 12 septembre 1944.
  • 5  Procès-verbaux du Conseil supérieur provisoire de l’Ordre des architectes, 19 septembre 1944.

8Tout au long du mois, les discussions allèrent bon train sur l’opportunité de dissolution de l’Ordre. Pour Jules Formigé, le président du Comité national provisoire, il devait être maintenu puisque sa création avait été « l’aboutissement des vœux et des efforts de toute la profession bien antérieurement au gouvernement de Vichy4 ». S’il fallait, disait-il, apporter des améliorations plus en phase avec la restauration de la légalité républicaine — sous-entendu revenir par exemple sur la mise à l’écart des Juifs et des opposants —, il restait indispensable pour la bonne organisation de la profession. Cette position était largement partagée dans la plupart des conseils régionaux, eux aussi soumis à la même procédure de suspension, en attendant que les commissaires de la République surveillent l’organisation de nouvelles élections. Ainsi, le 19 septembre, Georges Sébille, président du puissant Conseil régional de la Seine, déclarait-il de façon quelque peu discutable, devant le Conseil national, que les comités régionaux avaient montré « une entière indépendance vis-à-vis des autorités occupantes et du gouvernement de Vichy » et qu’il n’y avait pas lieu de les renouveler5. Dans la plupart des conseils régionaux, comme à Bourges pour la région Centre, les commissaires de la République firent respecter les procédures et supervisèrent les élections sans conflit. Néanmoins, cette vision ne fit pas l’unanimité, notamment dans les régions où les résistants avaient davantage de visibilité et étaient plus offensifs. Ainsi, dans le courant du mois de novembre, à Marseille et à Toulouse, les commissaires de la République nommèrent sans consultation de la profession les nouveaux conseils régionaux. Parmi les cinq membres du nouveau conseil de la région marseillaise, dont le siège était à Aix-en-Provence, deux d’entre eux n’étaient pas inscrits à l’Ordre, et cela choquait profondément les mandarins de l’architecture.

  • 6  Procès-verbaux du Conseil supérieur de l’Ordre des architectes, 19 décembre 1944.

9Finalement, le nouveau Conseil supérieur, désigné par décret le 4 décembre 1944, comprit à la fois des anciens membres comme Jules Formigé et Louis-Hippolyte Boileau et des représentants de la Résistance comme le communiste André Croizé. Après s’être empressé de supprimer des imprimés et des questionnaires remis aux candidats à l’Ordre les passages qui avaient trait à l’appartenance des impétrants à des sociétés secrètes et aux questions raciales, il poursuivit ses occupations habituelles concernant les marchés ou les honoraires, tout en abordant la délicate question de l’épuration6.

  • 7  Procès-verbaux du Conseil supérieur provisoire de l’Ordre des architectes, 24 octobre 1944.

10Le 29 septembre 1944, avant même la nomination du nouveau conseil, une commission d’épuration provisoire avait été constituée au sein de l’Ordre. Aux quatre représentants des sociétés professionnelles anciennes (Roger Béguin pour la Société centrale, Chicon pour la Société des architectes diplômés par le gouvernement, Charles Recoux pour l’École spéciale d’architecture et Vermeil représentant les architectes des Arts décoratifs), étaient adjoints trois représentants dits « des groupes de résistance » : Roger Vissuzaine du Front national des architectes, Paul Ohnenwald et Roger Poissenot, un ancien des Jeunesses communistes et des Brigades internationales. La prépondérance des architectes adeptes de l’ancien Ordre n’était pas du goût des partisans d’un changement radical. Plusieurs propositions d’un élargissement de la commission à des représentants des groupes de résistance furent présentées dans le courant de l’automne7. Le conseil provisoire tergiversait, peu empressé à les accepter, arguant du fait qu’il fallait attendre la constitution définitive du nouveau Conseil supérieur et de ses conseils régionaux. Ceci d’autant plus que la passation de pouvoir dans les régions controversées n’était toujours pas achevée.

  • 8  Archives de Paris, 2327W 131 et AD Loiret, 30 AJ 67683.

11Pendant près d’un an, en attendant son organisation définitive, la commission provisoire réfléchit à la façon de procéder. Après quelques mois confus, c’est finalement par l’ordonnance du 13 septembre 1945 que fut constituée la section officielle d’épuration au sein du Conseil supérieur. Elle était composée de cinq membres élus (Roger Expert, Jean-Baptiste Mathon, Michel Roux-Spitz, Paul Tournon et Roger Vivier) et de trois suppléants (Auguste Perret, Jacques Duvaux et Fernand Chevalier)8. Les représentants des mouvements de résistance avaient disparu pour faire place à des notables qui assuraient la continuité avec l’Ordre du temps de Vichy. N’ayant pas à statuer sur l’aspect proprement judiciaire des poursuites, seulement consultée par les administrations concernées pour les recrutements de leur personnel, il s’agissait surtout pour elle de déterminer si ces condamnations devaient être suivies de sanctions propres à la corporation. Quels motifs seraient retenus ? Quels types de peines ? Les confrères incriminés seraient-ils exclus de l’Ordre ? La radiation serait-elle temporaire ou définitive ?

L’Ordre maintenu préside à l’épuration

12Pour les aspects économiques et certaines décisions administratives, la section d’épuration était saisie soit par le ministère de l’Éducation nationale auquel était rattachée la direction de l’architecture, soit par une plainte signée et motivée émanant de particuliers. L’instruction était du ressort des conseils régionaux. Chaque section régionale entendait les architectes incriminés ainsi que « tous les témoins utiles ». Pour limiter les accusations non fondées et les règlements de compte tardifs, elle ne pouvait être saisie des dossiers que pendant un délai de trois mois après la publication de l’ordonnance de l’automne 1944, soit avant le 14 décembre. Alors que seule une partie du pays était libérée et que la guerre continuait, il est possible que ce court laps de temps ait également été déterminé pour réduire le nombre de poursuites en rendant difficile la constitution des dossiers. Quant à la décision, elle devait être rendue dans les six mois. Ces délais avaient été prévus du temps de l’instauration de la commission provisoire. Ils furent loin d’être respectés, d’une part parce que les conseils ne faisaient pas diligence pour traiter les dossiers, de l’autre parce qu’il fallait du temps pour leur transmission des conseils régionaux au Conseil supérieur, non seulement à cause de l’audition des témoins et des arguments de la défense, mais en raison de la désorganisation des transports et des liaisons postales à travers le pays. Ainsi, André Roginski (dénommé Yvan dans le dossier de la préfecture de police), avait été frappé d’indignité nationale par la chambre civique du Loir-et-Cher, en raison de son inscription au RNP. Il demanda son transfert de la circonscription d’Orléans à celle de Dijon et, grâce à cette nouvelle domiciliation, ne fut pas inquiété. On retrouve quelques autres cas ayant par cette manœuvre échappé aux poursuites de l’Ordre.

  • 9  Archives de Paris, 2327W 78, Dossiers nominatifs des architectes radiés et qui ont dû démissionner
  • 10  Archives de Paris, 2327W 77, Dossiers nominatifs des architectes radiés et qui ont dû démissionner

13Toujours est-il que la décision finale revenait à la section nationale qui fonctionnait comme une cour d’appel. Pour les quelques cas qui nous sont connus, les appels ont été dans l’ensemble entendus, les décisions de l’instance nationale ayant été plus clémentes que celles prises dans les régions. Il en fut ainsi du Parisien Maurice Laschett de Polignac, qui avait été condamné à cinq ans de travaux forcés en décembre 1944. De sa prison, il demanda à continuer de figurer au tableau de l’Ordre. Celui-ci instruisit l’affaire pendant de longs mois et finit par le radier en mars 1948. Il fut néanmoins réintégré en 1950, puisque, avait-il argumenté auprès du conseil, sa peine avait pris fin en décembre 1949. Bien que connu pour ses opinions antisémites, anticommunistes et antimaçonnes, ayant eu un fils engagé dans la Waffen SS, son recours avait été entendu par le Conseil supérieur car il n’apparaissait pas, selon lui, que « M. Laschett, au point de vue professionnel ait apporté sa collaboration d’architecte aux occupants9 ». En revanche, un autre Parisien, l’ancien cagoulard André Girardin, parti sans laisser d’adresse, n’y fit pas appel. Il fut radié à la suite du rapport de Roger Béguin devant le Conseil régional de la région parisienne, qui le qualifia de « type même du collaborateur de l’ennemi10 ».

  • 11  Cf. p. 73 sq. dans le présent ouvrage.

14Divers architectes eurent d’autres stratégies pour continuer leurs activités. Ainsi de Jean Corlouer, signalé par Daniel Le Couédic11 grâce à ses recherches dans les archives du Conseil régional de Bretagne. Au moment de sa condamnation à l’indignité nationale en décembre 1944, il était engagé sous l’identité de Jean Ruffé (du nom de jeune fille de sa mère) dans la Légion étrangère. Son bataillon ayant rejoint la compagnie Rhin et Danube, il reçut la croix de guerre avec citation et fut promu maréchal des logis. Une fois démobilisé, il s’installa en Tunisie et travailla pour des entreprises du BTP sous son nouveau nom. Il fut cependant contraint de révéler son identité lorsqu’il demanda une reconstitution de carrière en vue de sa retraite.

15Les sanctions étaient graduées en fonction de l’importance du crime ou du délit : blâme en Chambre du conseil pour les peines les plus légères, avertissement avec inscription au dossier, suspension pendant une durée qui ne pouvait excéder cinq ans, radiation. Celle-ci mise à part, les architectes relevant de l’épuration économique avaient le droit, comme il a été dit, de continuer d’exercer pendant qu’ils remboursaient leur « profits illicites », la peine étant logiquement totalement levée à l’expiration de leur dette.

  • 12  Sur les agréments et leur retrait, Danièle Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 194 (...)

16De nature différente, un dernier type de sanction consistait pour les pouvoirs publics à retirer aux architectes les agréments qu’ils avaient obtenu du Commissariat à la reconstruction immobilière pour travailler dans les chantiers de la reconstruction menés par Vichy, en tant qu’urbanistes, architectes en chef et architectes d’opération. Entre 1941 et 1944, quelque 5 600 praticiens, après avoir été inscrits à l’Ordre, avaient été agréés par les instances gouvernementales, la plupart pour des chantiers situés dans plusieurs départements. À partir de sa création en novembre 1944, le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU) fut chargé d’examiner les demandes d’architectes pour travailler sur les immenses chantiers de reconstruction12. La révision des listes, auxquelles le Conseil de l’Ordre fut associé, entraîna fort peu de retraits d’agréments pour des motifs politiques (intelligence avec l’ennemi, appartenance à la milice, au Cercle européen, au Groupe Collaboration et au Rassemblement national populaire ainsi que pour services rendus à la Gestapo), environ 150 en 1945 et 1946. À partir de 1947 et surtout de 1951, avec les lois d’amnistie, ils furent tous réintégrés.

Qu’est-ce qu’un profiteur de guerre ?

  • 13  Archives de Paris, 2327W 131, Ordre des architectes, vie de l’institution.

17Restait la question des architectes ayant participé à l’exclusion des Juifs en effectuant l’expertise de leurs biens avant leur vente pour aryanisation selon les directives du Commissariat général aux questions juives. Relevaient-ils de la commission de confiscation des profits illicites ? Cela semblait logique puisqu’à côté des notaires et des huissiers, nombre de praticiens avaient procédé à leur évaluation et devaient de ce fait rembourser les honoraires perçus. Le problème avait été débattu dès le début du mois de mai 1945 par la Compagnie des architectes experts auprès du tribunal de la Seine13. Devant les nombreuses réclamations venues d’acquéreurs de biens spoliés, demandant aux architectes de leur rendre les honoraires perçus qui seraient venus en déduction de ce qu’ils avaient eux-mêmes à payer, la Compagnie soutint que les expertises n’avaient pas forcément « permis ou facilité la vente des biens juifs ». De plus, selon l’Ordre, nombre d’architectes avaient été commis d’office pour les accomplir, sans les avoir cherchées. Il était donc injuste d’assimiler ces praticiens à des « profiteurs ou à des marchands de biens. Dans la plupart des cas, au contraire, ils [avaient] fait leurs expertises en toute conscience, et, précisément, dans le but de faire échec aux manœuvres de spoliation visées dans l’ordonnance du 25 avril 1945 », — qui prévoyait le remboursement des honoraires touchés par les architectes ayant participé aux opérations de vente de biens juifs.

18Entre la fin 1944 et 1946, l’Ordre, main dans la main avec les associations d’architectes reconstituées, se mobilisa contre une mesure qu’il estimait injuste. Ces organisations répétèrent que leurs confrères incriminés n’avaient fait qu’exercer « honnêtement » leur métier. Ils avaient même, plaidaient-ils, protégé les spoliés en sous-estimant la valeur de leur bien. C’est pourquoi, les condamnations par la Commission de confiscation des profits illicites à la restitution des honoraires, assorties ou non d’une amende, donnèrent lieu à d’innombrables contestations et à des batailles de procédure. En mai 1945, la question n’était toujours pas résolue et occupait les séances du Conseil de l’Ordre. Aux dénégations vertueuses qui viennent d’être évoquées s’ajouta un argument pour le moins étrange : selon l’Ordre, étant donné qu’aucune disposition de l’article 9 de l’ordonnance du 26 août 1944 énumérant les conséquences de l’indignité nationale n’était nommément applicable à la profession d’architecte en tant que telle, un architecte condamné pour ce motif ne devait pas, pour ce seul fait, être automatiquement exclu de l’Ordre et privé du droit d’exercer sa profession. Encouragés par la nécessité de faire travailler les architectes à la réparation des ruines, les juristes qui conseillaient l’Ordre avaient trouvé une faille dans la législation. Néanmoins, la gêne était palpable puisque les condamnés ne pouvaient faire partie ni d’un conseil régional, ni du Conseil supérieur.

  • 14  AD Loiret, 30 AJ 67685.

19Après l’examen des premières réclamations au cours de l’été 1945, et devant le nombre de cas à traiter, la jurisprudence évolua entre 1945 et 1947. Contrairement à l’épuration judiciaire, qui eut tendance à devenir moins sévère au cours du temps, elle fut plutôt défavorable à la profession, peut-être à cause du retour des confrères prisonniers et de la concurrence pour obtenir les chantiers qui s’ouvraient sur tout le territoire14. Alors que, dans un premier temps, l’argument selon lequel les expertises avaient été faites en faveur des propriétaires et qu’il s’agissait donc de résistance et non de collaboration, elles furent peu à peu considérées comme « ayant servi la cause de l’ennemi ». Après de nombreux recours, les architectes finirent par payer.

Conclusion

20La section d’épuration du Conseil supérieur de l’Ordre estima ses travaux achevés le 14 mars 1946. D’après la synthèse établie par le conseil, 79 dossiers avaient été soumis à son examen. Ils concernaient les cas litigieux que les conseils régionaux n’arrivaient pas à juger sans en référer à l’instance nationale. L’imprécision des documents ne permet pas de savoir s’ils concernent l’ensemble du territoire ou plus vraisemblablement uniquement ceux de la région parisienne (la moitié des architectes étant inscrit dans ce conseil régional). Sur ces 79 dossiers, 33 architectes firent l’objet d’une décision négative et furent ainsi blanchis ; cinq furent écartés en raison de plaintes tardives ; quatre reçurent un blâme, quatre autres un avertissement, sept furent suspendus et huit furent radiés. 26 dossiers furent jugés non recevables ou laissés en attente alors que la section avait proclamé avoir terminé ses travaux. Si ces chiffres concernent bien uniquement le Conseil régional de la région parisienne, une vingtaine de membres ont été sanctionnés sur environ 3 000 inscrits au tableau, soit à peine 0,6 %. À l’échelle nationale, seule une étude systématique menée dans les archives des conseils régionaux pourrait donner une estimation ou une évaluation plus précises.

21Dans l’état actuel de la recherche, qu’il faudrait compléter par des études dans chacun des 26 conseils régionaux, on conclura que l’épuration sous son triple aspect — judiciaire, administratif et professionnel — a été relativement clémente pour un corps qui avait vu dans l’épisode de Vichy une bonne occasion de s’organiser en éliminant ses concurrents tout en proposant ses compétences pour penser la future reconstruction. Si l’on suit les discours de ses représentants, elle a répondu à une double logique de défense de la profession. D’une part, la sévérité patriotique ne pouvait s’appliquer qu’à des cas exceptionnels, non représentatifs de l’ensemble des bâtisseurs. Ceux-ci n’étaient pas renommés pour contester l’autorité gouvernementale, surtout quand elle leur avait donné gain de cause. L’exemple de Le Corbusier est à cet égard éclairant. Certes, il avait, en vain, proposé ses services à Vichy. Il est vrai qu’il n’avait jamais fait mystère de ses préférences pour les gouvernements autoritaires qui auraient su imposer son architecture moderne contre les tenants de la tradition. Tous les non-démocrates auraient-ils été des collaborateurs ? La réponse donnée par les représentants des architectes fut négative. D’autre part, il leur fut relativement facile d’affirmer que leurs confrères avaient par leurs activités sous l’Occupation contribué à soulager les souffrances de la population grâce aux travaux de défense passive, de construction de baraques et de travaux de première urgence et surtout qu’ils avaient anticipé l’avenir en réalisant les plans de la future reconstruction, repris sans grande modification après 1945.

22L’épisode de l’épuration fut vite oublié, même si resurgissent périodiquement des polémiques sur leur attitude pendant les années sombres. Car commençait alors un âge d’or pour les architectes, qui avec l’essor de la construction de masse, transforma pour longtemps l’exercice de leur métier.

Notes

1  Une toute première version de cette recherche est parue dans la revue de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), « L’épuration des architectes », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 39/40, juillet-décembre 1995, p. 26-27.

2  Sur l’épuration en général, François Rouquet et Fabrice Virgili, Les Françaises, les Français et l’épuration (1940 à nos jours), Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2018 ; sur l’indignité nationale, Anne Simonin, Le Déshonneur dans la République. Une histoire de l’indignité 1791-1958, Paris, Grasset, 2008. Merci à Gilles Morin et à Fabrice Virgili pour leurs conseils éclairés.

3  Archives de Paris, fonds Perotin/3314/71/1.

4  Procès-verbaux du Conseil supérieur provisoire de l’Ordre des architectes, 12 septembre 1944.

5  Procès-verbaux du Conseil supérieur provisoire de l’Ordre des architectes, 19 septembre 1944.

6  Procès-verbaux du Conseil supérieur de l’Ordre des architectes, 19 décembre 1944.

7  Procès-verbaux du Conseil supérieur provisoire de l’Ordre des architectes, 24 octobre 1944.

8  Archives de Paris, 2327W 131 et AD Loiret, 30 AJ 67683.

9  Archives de Paris, 2327W 78, Dossiers nominatifs des architectes radiés et qui ont dû démissionner.

10  Archives de Paris, 2327W 77, Dossiers nominatifs des architectes radiés et qui ont dû démissionner.

11  Cf. p. 73 sq. dans le présent ouvrage.

12  Sur les agréments et leur retrait, Danièle Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1944. Histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 252-258.

13  Archives de Paris, 2327W 131, Ordre des architectes, vie de l’institution.

14  AD Loiret, 30 AJ 67685.

© Collège de France, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search