Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Architecture et urbanisme dans la France de Vichy

 | 
Jean-Louis Cohen

Introduction

Jean-Louis Cohen

Texte intégral

1En 1987, l’historien Henry Rousso cernait les contours de ce qu’il nommait le « syndrome de Vichy » dans le discours politique français et dans la recherche historique sur la Seconde Guerre mondiale. Plus de trente années ont passé, et les manifestations de ce syndrome n’ont guère été considérées dans le champ de l’architecture, tout se passant comme si, à part les procès hâtivement instruits contre certains protagonistes, tels que Le Corbusier, aucun chercheur n’osait aborder dans son ensemble ce domaine pendant les quatre années de l’occupation allemande de la France.

2Qu’en fut-il donc de l’architecture, pendant que la France vivait sous la férule d’un des régimes les plus rétrogrades qu’elle ait connu, mais aussi l’un des plus engagés dans la modernisation du pays ? Il pourra sembler paradoxal de parler de l’architecture de la période de Vichy, pendant laquelle fort peu de chantiers furent entrepris. Mais les politiques architecturales conduites par l’État français ne sauraient se mesurer à la seule quantité — infinitésimale — d’édifices réalisés pendant l’Occupation — quelques fragments dérisoires de reconstruction, et quelques centres sportifs parisiens. Inversement proportionnelle à la production bâtie, celle des textes, l’ampleur des réorganisations administratives et la complexité des politiques sectorielles méritent une analyse croisée.

  • 1  Frédérique Boucher, et Danièle Voldman, Les Architectes sous l’Occupation, rapport de recherche, P (...)
  • 2  Robert Badinter, Un antisémitisme ordinaire : Vichy et les avocats juifs, 1940-1944, Paris, Fayard (...)
  • 3  Laurence Bertrand Dorléac, L’Art de la défaite : France 1940-1944, Paris, Seuil, 1993.
  • 4  Anatole Kopp, Frédérique Boucher et Danièle Pauly, L’Architecture de la reconstruction en France, (...)
  • 5  Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, F (...)

3Dans le champ professionnel, la seule étude sur le fonctionnement des instances telles que l’Ordre des architectes, créé le 31 décembre 1940, reste celle, confidentielle, de Frédérique Boucher et Danièle Voldman1. La destinée des architectes à l’heure des politiques raciales de Vichy n’a fait l’objet d’aucune étude comparable à celles réalisées sur d’autres professions libérales, comme les avocats, les médecins ou les notaires2. Aucune n’a abordé les enjeux esthétiques du travail architectural et leur prise en compte par l’État, comme Laurence Bertrand Dorléac l’a fait avec les artistes3. Au mieux en ont-elles déploré sommairement le conservatisme, sans véritablement entrer dans le détail du fonctionnement des institutions4. Quant aux appareils d’États spécialisés, ils sont restés hors du champ d’une étude exhaustive, comme celle de Marc-Antoine Baruch sur les hauts fonctionnaires5.

4Des zones d’ombre enveloppent aussi les modalités selon lesquelles l’Ordre, à peine créé, a procédé à la mise en œuvre des lois raciales, en appliquant un numerus clausus, tandis que l’exclusion des Juifs de l’enseignement de l’architecture n’a jamais été étudiée. En ce qui concerne le volet proprement criminel de la politique de Vichy, celui de la spoliation des Juifs, il a impliqué des architectes, notamment pour ce qui fut de l’évaluation des propriétés séquestrées et destinées à être vendues, et reste encore plus obscur. Purgée de ses professeurs juifs, l’École des beaux-arts poursuivit son activité à Paris et, sous la conduite d’Eugène Beaudouin à Marseille, pendant que le projet d’une section des hautes études architecturales y était longuement discuté, puis timidement mis en œuvre.

5Si certains aspects de la politique de Vichy dans le domaine de l’aménagement et de l’urbanisme sont bien connus, la lettre des délibérations conduites au sein des nombreux comités opérant à partir de l’été 1940 n’est pas connue. Dans le domaine de l’architecture, le rôle d’instances comme le Conseil des bâtiments civils, placé sous la tutelle de l’administration des Beaux-Arts, et celui du Comité national de la reconstruction, placé sous celle du Commissariat technique à la reconstruction immobilière, mérite d’être éclairci. Des enjeux doctrinaux fondamentaux ont été débattus dans ces cénacles, où des figures puissantes de l’académie et de la profession discutèrent des premiers plans de reconstruction, aboutissant à des conclusions assez variées. Sur le terrain, le traditionalisme modernisé pratiqué à Gien et le moderne classicisant du projet d’Auguste Perret à Amiens sont deux expressions des solutions hybrides adoptées, dont le spectre est bien plus ample.

  • 6  Dominique Barjot, La Grande Entreprise française de travaux publics, 1883-1974, Paris, Économica, (...)

6Les discussions sur la forme pertinente à donner aux villes reconstruites étaient surdéterminées par la politique de modernisation mise en œuvre dans le champ du bâtiment et des travaux publics. Le Comité d’organisation mis en place par le régime pressait, en effet, à la normalisation et à la standardisation, tandis que la réflexion sur la préfabrication s’engageait dans le cadre de la reconstruction6. Du coup, certains programmes apparemment inscrits dans le discours maréchaliste sur le « retour à la terre » finissaient par prendre un sens opposé, comme ce fut le cas du chantier 1425 sur le relevé des constructions rurales engagé par le musée des Arts et Traditions populaires de Georges Henri Rivière, qui aboutit à souligner la fonctionnalité et la modernité latente de l’architecture paysanne.

7Dans le champ de la presse, après la suspension de L’Architecture d’aujourd’hui, la création de L’Architecture française et de Techniques et architecture, et la poursuite de la publication d’Urbanisme, — revues soutenues dans les trois cas par des achats substantiels de l’État —, participèrent d’un dispositif assez efficace, qui n’avait guère que les plans de reconstruction comme actualité à discuter, une fois que fut épuisé le gisement des projets des dernières années d’avant la guerre. En des temps où l’édition était handicapée par la pénurie de papier, l’écho de leurs chroniques fut significatif. Leurs rédacteurs en chef respectifs Michel Roux-Spitz, André Hermant et Jean Royer ont laissé un ample corpus d’analyses et de visées prospectives dont les perspectives stratégiques méritent d’être interrogées, tout autant que leurs propos implicites.

8Nombre des mesures arrêtées sous Vichy trouvèrent leur source dans les stratégies de réforme inabouties de l’entre-deux-guerres, et la plupart d’entre elles resteront en vigueur à la Libération, souvent mises en œuvre par ceux-là même qui les avaient instaurées, car il n’y aura pas de « France année zéro », pour paraphraser Roberto Rossellini. Un tableau d’ensemble des continuités et des décalages entre les institutions et les programmes d’avant et d’après l’été 1944 reste à établir. Il y a fort à parier qu’il ferait apparaître le rôle éminent joué par les ingénieurs, notamment ceux des Ponts et Chaussées, dans la définition et la gestion des politiques du régime, au côté des architectes situés au sommet de la hiérarchie administrative.

  • 7  Certaines d’entre elles figurent dans la bibliographie de cet ouvrage, voir page 207.
  • 8  Voir les souvenirs inédits de Roland Bechmann. Pierre Dalloz, Mémoires de l’ombre, Paris, Éditions (...)
  • 9  André Muffang, entretien avec Rémi Baudouï, 1986, archives de l’auteur.
  • 10  Auguste Perret et Marie Dormoy, Correspondance 1922-1953, édition établie et présentée par Ana Bel (...)

9Les premières recherches engagées il y a près de quarante ans portaient pour l’essentiel sur la reconstruction, saisie dans ses dispositifs d’ensemble et au travers de cas localisés7. Depuis lors, thèses et recherches n’ont cessé de renouveler le regard, mettant en relief les itinéraires des protagonistes majeurs ou mineurs. Ces recherches ont bénéficié de l’intense production des historiens sur la période de Vichy. Les seuls témoignages disponibles sont désormais écrits. Il s’agit tout d’abord des indispensables mémoires comme celles rédigées par Roland Bechmann, Pierre Dalloz, Paul Landowski et Pierre Vago8. S’y ajoute la retranscription de quelques entretiens, tels ceux réalisés dans les années 1980 à l’occasion de la recherche que je dirigeai sur les relations entre la France et l’Allemagne9. Les correspondances, comme celle entre Auguste Perret et Marie Dormoy ou celle de Le Corbusier avec ses proches sont riches d’informations et permettent d’apprécier les réactions les plus secrètes de ces acteurs10. Par ailleurs, les fonds d’archives n’ont cessé de se multiplier, entre les ensembles rendus accessibles par une politique plus généreuse de l’État et la collecte des fonds d’architectes. Du coup, le paysage humain devient plus complexe et la géographie des projets plus précise.

10Toutes les contradictions d’une situation mouvante apparaissent ainsi — situation dans laquelle la reconstruction faisait autant figure de métaphore pour la transformation autoritaire du pays qu’elle avait le sens le plus littéral, dès lors qu’elle se condensait dans les plans et les projets. Les oppositions entre Paris et les régions et celles, intestines, des appareils d’État en proie aux luttes fratricides des cliques de Vichy, se dessinent. Nul monolithisme ne caractérise par ailleurs les discours énoncés au nom d’une modernité toujours latente dans le discours architectural ou d’un conservatisme aux formes multiples.

11Les contributions rassemblées ici se fondent sur des interventions présentées lors d’un colloque organisé au Collège de France le 16 juin 2016, au terme de mon cours consacré pendant le printemps de cette année à l’architecture sous l’Occupation. Sans prétendre à une exhaustivité inaccessible autant qu’illusoire, elles éclairent les relations entre l’architecture et les autres dimensions de la politique de l’État français, et permettent de comprendre à la fois les logiques d’ensemble et leur manifestation locale.

12L’inscription de l’architecture dans le champ des techniques et, plus largement, dans les stratégies technocratiques est étudiée respectivement par Yvan Delemontey et Rémi Baudouï. Ses relations en quelque sorte latérales avec les autres domaines de la culture littéraire et artistique sont explorées par Laurence Bertrand Dorléac, pour ce qui est de l’art, par Dorothée Imbert, pour ce qui est du paysage, et par Guillemette Morel Journel, au travers du cas singulier des écrits de Le Corbusier.

13Les stratégies de réforme engagées dans et par les administrations sont considérées par Tricia Meehan, qui souligne la continuité de l’action du conseil des Bâtiments civils, tandis qu’Antonio Brucculeri présente les entreprises de Louis Hautecœur à la direction des Beaux-Arts. La pédagogie des établissements d’enseignement ayant maintenu leur activité est évoquée par Frédéric Seitz, à propos de l’École spéciale d’architecture, et moi-même à propos de l’École des beaux-arts.

14Quant aux territoires concrets sur lesquels s’appliquent programmes et idéologies, ils sont considérés à des échelles croissantes, d’un périmètre urbain parisien comme l’îlot insalubre no 16, étudié par Isabelle Backouche, à une région entière saisie par le discours identitaire comme la Bretagne, auscultée par Daniel Le Couédic, en passant par un département dans lequel la reconstruction fut résolue et précoce, comme le Loiret, sur lequel se penche Christel Palant-Frapier.

15Enfin, la liquidation des années noires, au centre du propos de Danièle Voldman sur l’épuration de la profession d’architecte au lendemain de la Libération, amorce des réflexions ultérieures sur l’ombre que Vichy continua longtemps à porter sur l’urbanisme et l’architecture de la France.

Notes

1  Frédérique Boucher, et Danièle Voldman, Les Architectes sous l’Occupation, rapport de recherche, Paris, Institut d’histoire du temps présent, ministère de l’Équipement, 1992.

2  Robert Badinter, Un antisémitisme ordinaire : Vichy et les avocats juifs, 1940-1944, Paris, Fayard, 1997. Henri Nahum, La Médecine française et les Juifs, 1930-1945, Paris, L’Harmattan, 2006. Vincent Le Coq et Anne-Sophie Poiroux, Les Notaires sous l’Occupation (1940-1945) : acteurs de la spoliation des Juifs, Paris, Nouveau Monde éditions, 2015.

3  Laurence Bertrand Dorléac, L’Art de la défaite : France 1940-1944, Paris, Seuil, 1993.

4  Anatole Kopp, Frédérique Boucher et Danièle Pauly, L’Architecture de la reconstruction en France, 1945-1953, Paris, Éditions du Moniteur, 1982.

5  Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997.

6  Dominique Barjot, La Grande Entreprise française de travaux publics, 1883-1974, Paris, Économica, 2006. Yvan Delemontey, Reconstruire la France : l’aventure du béton assemblé, 1940-1955, Paris, Éditions de La Villette, 2015.

7  Certaines d’entre elles figurent dans la bibliographie de cet ouvrage, voir page 207.

8  Voir les souvenirs inédits de Roland Bechmann. Pierre Dalloz, Mémoires de l’ombre, Paris, Éditions du Linteau, 2012. Paul Landowski, Journal, http://journal.paul-landowski.com. Pierre Vago, Une vie intense, Bruxelles, Archives d’architecture moderne, 2000.

9  André Muffang, entretien avec Rémi Baudouï, 1986, archives de l’auteur.

10  Auguste Perret et Marie Dormoy, Correspondance 1922-1953, édition établie et présentée par Ana Bela de Araujo, Paris, Éditions du Linteau, 2009. Le Corbusier — Correspondance — Lettres à la famille — tome II : 1926-1946, édition établie, annotée et présentée par Rémi Baudouï et Arnaud Dercelles, Gollion, Infolio, 2013.

© Collège de France, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540