Version classiqueVersion mobile

Les principes métaphysiques

 | 
Alexandre Declos
, 
Jean-Baptiste Guillon

I. Les principes et la constitution épistémologique de la métaphysique

Principes logico-formels et principes ontologico-formels

Sébastien Richard

Texte intégral

L’ontologie formelle : au carrefour du logique et de l’extralogique

  • 1 Varzi, A.C. (2010), Ontologie, trad. fr. J.-M. Monnoyer, Th. Van der Hallen et M. Mulcey, Paris, It (...)
  • 2 Ibid.

1L’ontologie formelle est née dans les Recherches logiques de Husserl, qui y distingue celle-ci des différentes ontologies matérielles. Dans la métaphysique analytique contemporaine, cette distinction entre deux types d’ontologies est, entre autres, acceptée par Achille Varzi. Il a ainsi proposé d’isoler au sein de l’ontologie une première partie matérielle qui tenterait de répondre à la question « Qu’est-ce qui existe ? »1. La tâche principale d’une telle ontologie matérielle serait d’exposer un système de « catégories ontologiques matérielles ». Deuxièmement, dans sa dimension formelle, l’ontologie traiterait de ce qui existe, « non pas aux fins d’en rédiger un inventaire détaillé ni pour en spécifier la nature, mais plutôt sous le profil général de ses caractéristiques nécessaires »2. Sa tâche serait d’isoler certaines relations et propriétés formelles valant entre les objets des différentes catégories matérielles sans discrimination. Dès lors, tandis que dans sa partie matérielle, l’ontologie pourrait refléter certaines préférences métaphysiques, comme le nominalisme, le réalisme, etc., dans sa partie formelle, il s’agirait de maintenir une neutralité métaphysique (et ontologique), de formuler des lois qui valent pour tout objet en général. C’est cette universalité objectuelle de l’ontologie formelle que nous examinerons dans cet article.

2La thèse fondamentale de l’ontologie formelle est qu’il existe des relations et des propriétés ontologiques uniquement formelles. Celles-ci sont généralement comprises, au sein d’un système formel, comme des constantes d’un certain type : des constantes formelles extralogiques. Elles se distinguent, d’un côté, en tant qu’elles sont extralogiques, des constantes logiques, comme le conditionnel, la disjonction, etc., et, d’un autre côté, en tant qu’elles sont formelles, des constantes matérielles, comme ‘(est) un homme’, ‘(est) aimé de’, ‘(est) spatialement proche de’, etc. Schématiquement, la situation est donc la suivante :

logique

extralogique

constantes logico-formelles

constantes ontologico-formelles

formel

constantes matérielles

matériel

3Si l’existence de constantes ontologico-formelles peut sembler relativement intuitive, la possibilité de les distinguer clairement des constantes logico-formelles et des constantes matérielles n’a rien d’évident. Nous allons essayer de préciser cette possibilité sur quelques exemples. Commençons par considérer une vérité ontologico-formelle simple :

[1] si ma main est une partie propre de mon bras et mon bras une partie propre de mon corps, alors ma main est une partie propre de mon corps.

4Pour Husserl, la proposition exprimée par [1] est formelle en ce qu’elle se laisse totalement formaliser, opération qui nous donne l’énoncé :

[2] (∀xyz)[((x ≪y ) ∧ (y ≪ z) ⊃ (x ≪ z)]

  • 3 Une partie propre d’un objet est une partie de cet objet qui ne lui est pas identique.

où nous avons utilisé ‘≪’ pour symboliser la relation ‘(est) une partie propre de’3. [2] signifie que si x est une partie propre de y et y une partie propre de z, alors x est une partie propre de z. Cet énoncé exprime donc la propriété de transitivité de la relation ‘(est) une partie propre de’. Ce qu’il faut bien remarquer, c’est que ce qui y est formalisé, au sens de mis en variable, ce sont les relata de ‘≪’, symbolisés par les lettres ‘x’, ‘y’ et ‘z’. Ces relata sont alors considérés comme des objets indéterminés (« des quelque chose »). La relation ‘(est) une partie de’ est d’emblée formelle et ne nécessite donc pas d’être formalisée ; nous n’avons fait ici que la symboliser. La même remarque s’applique évidemment aussi à la conjonction ‘∧’ et au conditionnel ‘⊃’, de sorte que les seules parties invariantes d’une proposition formelle sont celles qui appartiennent à la sphère formelle, qu’elle soit logique ou ontologique.

5Si maintenant nous considérons une vérité ontologico-matérielle telle que :

[3] une nuance de rouge ne peut exister sans une chose étendue qui ait cette nuance de rouge,

celle-ci ne se laisse pas totalement formaliser, puisque nous ne pouvons remplacer ‘rouge’ par n’importe quel autre terme, sans modifier dans certains cas sa valeur de vérité. Néanmoins, elle se laisse partiellement formaliser, en ce que les substitutions salva veritate possibles du terme ‘rouge’ sont limitées à une certaine catégorie, à savoir celle des couleurs. La limite matérielle à la formalisation de cette proposition est par conséquent :

[4] aucune couleur ne peut exister sans une chose étendue qui ait cette couleur,

où ‘couleur’ est un prédicat qui limite le domaine de discours aux choses colorées.

6Si un énoncé tel que [2] est vrai, ce n’est pas en vertu de sa seule forme logique. Cette dernière peut, en effet, nous être donnée par :

[5] (p ∧ q) ⊃ r,

ou par :

[6] (∀xyz)[((xRy) ∧ (yRz)) ⊃ (xRz)],

suivant le niveau de raffinement de l’analyse logique désiré. Mais ni [5] ni [6] n’expriment des propositions vraies, au contraire de celle exprimée par [2]. Si cette dernière proposition est vraie, c’est, d’une part, en vertu de la signification de constantes logico-formelles telles ‘∧’ et ‘⊃’, et, d’autre part, en vertu de la signification de la relation ‘≪’ qui est une constante ontologico-formelle. La proposition exprimée par [2] est une proposition ontologico-formelle mêlant une certaine complexité logique à une certaine complexité ontologique, la deuxième ne se réduisant pas à la première.

7Considérons maintenant la proposition vraie exprimée par l’énoncé suivant :

[7] (∀xy)[((x ≪ y) ⊃ ∼(y ≪ x)) ⊃ ∼(x ≪ x)],

qui signifie ‘si ≪  est une relation asymétrique, alors elle est irréflexive’. Bien qu’elle soit totalement formalisée et qu’elle porte sur la relation de partie propre, cette proposition est de nature logique, et non ontologique, à l’inverse de celle exprimée par [2]. Qu’est-ce qui différencie alors ces deux propositions ? Nous pourrions dire, avec Husserl, qu’entre les deux la différence est thématique : tandis que dans [2], nous sommes dirigés thématiquement vers les objets, dans [7], nous le sommes vers la signification ; ou, dans un langage moins connoté, que la première s’intéresse à la relation ‘≪’ en tant qu’elle vaut entre des objets, alors que la deuxième s’y intéresse en tant que relation. Cela se reflète dans le fait que [7], au contraire de [2], est la particularisation d’une loi logique plus générale, à savoir :

[8] (∀xy)[((xRy) ⊃ ∼(yRx)) ⊃ ∼(xRx)],

qui vaut pour toute relation. De la sorte, si nous instancions ‘R’ au moyen de n’importe quelle relation, la proposition obtenue reste vraie. C’est en particulier le cas d’une relation réflexive, comme, par exemple, celle de partie (impropre), car, dans ce cas, non seulement le conséquent est faux, mais également l’antécédent.

  • 4 Cf. Smith, B. et Mulligan, K. (1983), « Framework for Formal Ontology », Topoi, 3, p. 73.

8Finalement, nous pourrions dire que les propositions ontologico-formelles et les propositions logico-formelles sont des propositions vraies en vertu de leur seule forme, mais que là où les premières parlent des objets, les deuxièmes parlent des « manières d’en parler » ; tandis que les premières valent avant tout en vertu de la complexité ontologique, les secondes valent avant tout en vertu de la complexité logique4, même si ces deux types de propositions peuvent contenir à la fois des formes logiques et des formes ontologiques.

  • 5 Ryle, G. (1954), Dilemmas. The Tarner Lectures 1953, Cambridge, Cambridge University Press, p. 115.

9Les philosophes de tendance analytique attribuent généralement aux constantes formelles, outre le fait qu’elles possèdent une logique, une autre caractéristique, à savoir, selon l’expression de Gilbert Ryle5, le fait qu’elles soient « topic-neutral ». Il s’agit là de l’idée selon laquelle les propositions formelles sont vraies indépendamment de la teneur concrète des expressions qui les composent. Au premier abord, cette neutralité matérielle ne semble pas exactement la même du point de vue logico-formel et du point de vue ontologico-formel. Par exemple, dans la proposition qui affirme la transitivité du biconditionnel exprimée par :

[9] ((p ≡ q) ∧ (q ≡ r)) ⊃ (p ≡ r),

la neutralité porte sur la matière des propositions auxquelles renvoient les phrases que nous pouvons éventuellement substituer à ‘p’, ‘q’ et ‘r’. Elle est donc limitée : seules des phrases peuvent être substituées à ‘p’, ‘q’ et ‘r’ – toute autre substitution rendrait la proposition exprimée par [9] dénuée de sens. Dans une proposition telle que celle exprimée par [2], la neutralité porte sur la concrétude des objets désignés par les termes que nous pouvons éventuellement substituer à ‘x’, ‘y’ et ‘z’. Or les expressions pouvant elles-mêmes être considérées comme des objets, une proposition telle que celle exprimée par [2] peut être appliquée à des expressions. Elle peut s’appliquer à ce que Husserl appelait des significations, pour peu que celles-ci soient visées en tant qu’objets. Par exemple, l’énoncé :

[10] si ‘Brigitte’ est une partie propre de ‘aime Brigitte’ et ‘aime Brigitte’ est une partie propre de ‘Emmanuel aime Brigitte’, alors ‘Brigitte’ est une partie propre de ‘Emmanuel aime Brigitte’,

est un cas particulier de [2]. Il nous faut ici être attentif à ce dont nous parlons, car la différence entre le point de vue logique et le point de vue ontologique que nous pourrions estimer pouvoir tirer de ces exemples n’est peut-être pas pertinente. En fait, à bien y regarder, que ce soit dans [2] ou dans [9], les limitations et les neutralités dont nous parlons sont les mêmes. D’une part, que ce soit dans [2] ou dans [9], les substitutions doivent respecter les « catégories de signification » des expressions. De la sorte, si dans [9], nous ne pouvons substituer à ‘p’, ‘q’ et ‘r’ que des phrases, dans [2], nous ne pouvons substituer à ‘x’, ‘y’ et ‘z’ que des noms. D’autre part, dans les deux cas, il y a une neutralité eu égard aux objets (au sens large) que peuvent désigner les expressions substituées. Dans [9], nous pouvons substituer à ‘p’, ‘q’ et ‘r’ n’importe quel nom d’état de choses et, dans [2], nous pouvons substituer à ‘x’, ‘y’ et ‘z’ n’importe quel nom d’objet. Finalement, il y a donc bien ici une différence entre le point de vue logique et le point de vue ontologique : tandis que les limitations régissant la substitution salva congruitate d’expressions relèvent de la logique formelle, plus précisément de ce que Husserl appelait la « grammaire pure logique », la neutralité des propositions formelles par rapport à tout domaine d’objet est d’ordre ontologico-formel.

  • 6 Nous espérons pouvoir traiter de la question de la validité des autres principes ontologico-formels (...)

D’après nous, l’apparente simplicité de l’affirmation selon laquelle les propositions de l’ontologie formelle s’appliquent à tout domaine d’objet n’est pas sans cacher un certain nombre de difficultés. Par exemple, si nous comprenons aisément qu’une proposition ontologico-formelle telle que celle exprimée par [2] doit s’appliquer indifféremment à des objets tels que des arbres, des hommes, etc., nous pouvons nous demander si elle s’applique à des objets généraux, à des objets incomplets, ou encore à des objets impossibles. Y a-t-il un sens à parler d’une partie de l’espèce couleur ou d’une partie d’un cercle-carré ? Une solution serait évidemment de refuser à ceux-ci le titre d’objets. C’est ainsi que Stanisław Leśniewski refusait l’existence des objets impossibles ou généraux. Mais un tel refus était essentiellement lié, chez lui, à son point de vue nominaliste. Or la question du nominalisme est extrinsèque au point de vue métaphysiquement neutre de l’ontologie formelle. Pour examiner cette question, nous allons revenir plus en détail sur les travaux de trois philosophes ayant contribué à définir le projet d’ontologie formelle au début du xxe siècle : Husserl, Alexius Meinong et Roman Ingarden. Par souci de simplicité, nous nous restreindrons à deux principes ontologico-formels obtenus par conversion de principes logiques : le principe du tiers exclu et le principe de non-contradiction6. Ceux-ci sont particulièrement intéressants, car leur transversalité par rapport aux différentes catégories d’objets semble directement héritée du caractère formel des lois de la logique.

La corrélation logico-ontologique

  • 7 Husserl, E. (1993) [1913], Logische Untersuchungen. I. Prolegomena zur reinen Logik, 7e éd., Tübing (...)

Pour Husserl, l’ontologie formelle n’est pas une théorie isolée, mais est liée de manière étroite à la logique formelle. Cette liaison porte le nom de « corrélation logico-ontologique ». Il y a plusieurs aspects de cette corrélation, que nous allons détailler ici. Les lois logico-formelles et les lois ontologico-formelles s’ancrent dans certaines catégories : les « catégories de signification » (Bedeutungskategorien), pour les premières, et les « catégories objectuelles formelles » (formalen gegenständlichen Kategorien), ou « catégories ontologico-formelles », pour les secondes7. Par exemple, la proposition exprimée par l’énoncé [2], vue précédemment et qui établit la transitivité de la relation de partie à tout, s’ancre dans les catégories objectuelles formelles d’objet en général, de tout et de partie. La proposition exprimée par [9], qui établit la transitivité du biconditionnel, s’ancre en revanche dans la catégorie de signification de proposition.

  • 8 Cf. ibid., § 67, p. 243-244, trad. cit., p. 268-269 ; Husserl, E., (1993) [1913], Logische Untersuc (...)

10Husserl fournit à plusieurs reprises dans son œuvre des listes, plus ou moins variables, de ces deux types de catégories formelles8. Nous pouvons mentionner, pour les catégories de signification :

- nom, phrase, prédicat, etc.

et, pour les catégories objectuelles formelles :

- quelque chose, objet, chose, état de choses, qualité, unité, pluralité, relation, connexion, nombre, ordre, nombre ordinal, tout, partie, grandeur, etc.

  • 9 Prol., § 67, p. 244, trad. fr. cit., p. 269.

11Tandis que les premières se groupent autour de la catégorie de proposition, les secondes se groupent autour de la catégorie d’objet, mais il s’agit, d’un côté comme de l’autre, de concepts qui sont « indépendants de la particularité d’une matière de connaissance quelconque, et auxquels doivent se subordonner tous les concepts et les objets »9.

12La corrélation logico-ontologique s’exprime premièrement par une corrélation entre catégories de signification et catégories ontologico-formelles. Par exemple, la catégorie de nom renvoie à celle d’objet, la catégorie de proposition à celle d’état de choses, tandis que la catégorie de prédicat renvoie à celle de qualité ou de relation. En effet, si nous considérons la phrase ‘Emmanuel Macron est l’actuel Président de la République française’, celle-ci a pour corrélat ontologique l’état de choses qu’Emmanuel Macron est l’actuel Président de la République française. Quant au nom ‘Emmanuel Macron’, il renvoie à l’individu (objet) Emmanuel Macron. En revanche, il n’est pas évident de savoir à quelles catégories de signification renvoient les catégories objectuelles de nombre, de partie ou de grandeur. Il semble ainsi y avoir un débordement du logique par l’ontologique.

  • 10 LU, IV, § 49, p. 157 ; trad. fr. cit., p. 190-191.

13Selon Husserl, il y a non seulement une corrélation entre les catégories de signification et les catégories ontologico-formelles, mais également la possibilité de passer des premières aux secondes au moyen d’une opération particulière : la nominalisation. Celle-ci a une fonction d’objectivation, Considérons quelques exemples. Soit la proposition exprimée par ‘la Tour Eiffel est plus grande que l’Atomium’. Nous pouvons la formaliser complètement pour obtenir ‘a est dans la relation R à b’. Par nominalisation, nous pouvons mettre en évidence l’état de choses que a est dans la relation R à b, comme, par exemple, lorsque nous disons : le fait que a est dans la relation R à b est surprenant. Dans le passage de la proposition exprimée par le premier énoncé à celle exprimée par le deuxième, l’état de choses est devenu le sujet d’un énoncé en adoptant une forme nominale, par laquelle il s’« objective dans un mode nouveau, le mode nominal »10. Ce qui peut ici être effectué pour l’état de choses peut l’être pour d’autres catégories objectuelles formelles. De la sorte, à partir du même exemple, nous pouvons mettre en évidence la catégorie ontologique de relation. C’est ce qui se produit lorsque nous disons que l’être-relatif de a par rapport à b est transitif.

14L’opération de nominalisation permet de mettre en évidence les catégories formelles de l’objet corrélatives à toute forme de signification. Par conséquent, elle ne se limite pas aux seules catégories de signification, mais s’applique également aux « formes catégoriales » ‘ou’, ‘et’, ‘si …, alors’, etc. Se révèle ainsi une autre forme de la corrélation logico-ontologique, à savoir celle entre les constantes formelles ontologiques et les constantes formelles logiques. Par exemple, la disjonction renvoie à la somme méréologique : ‘Emmanuel Macron ou Angela Merkel’ correspond à la somme méréologique d’Emmanuel Macron et Angela Merkel, c’est-à-dire le tout dont chaque partie chevauche une partie d’Emmanuel Macron ou une partie d’Angela Merkel. De même la conjonction renverrait au produit méréologique ou la copule à la relation de partie à tout. Dans ce dernier cas, s’il est vrai que ma main est blanche, alors la blancheur individuelle de ma main, ce que l’on appelle généralement un trope de blancheur, est une partie ma main. À nouveau, la corrélation logico-ontologique est imparfaite, car, par exemple, quel est le corrélat ontologique de la négation ?

15Venons-en maintenant à la corrélation logico-ontologique censée se manifester au niveau des lois formelles. Husserl parle ici d’une « convertibilité » des lois de la logique formelle en lois relevant de l’ontologie formelle. Dans ses Ideen I, il affirme que cette convertibilité porte sur « toutes » les lois de la logique formelle :

  • 11 Husserl, E. (2002) [1913], Ideen zu einer reinen Phänomenologie und phänomenologischen Philosophie. (...)

Toute loi de la logique formelle peut être convertie [umwenden] en loi équivalente de l’ontologie formelle. Le jugement qui portait sur des jugements porte maintenant sur des états de choses ; il ne porte plus sur des membres de jugements (par exemple sur des significations nominales), mais sur des objets, non plus sur des significations prédicatives mais sur des marques caractéristiques [Merkmale], etc. On ne parle plus de vérité, de validité des propositions judicatives, mais de la composition des états de choses, de l’être des objets11.

  • 12 Cf. Husserl, E. (1906-1907), Einleitung in die Logik und Erkenntnistheorie: Vorlesungen 1906-1907, (...)
  • 13 Łukasiewicz, J. (2000) [1910], Du principe de contradiction chez Aristote, trad. fr. D. Sikora, L'É(...)

16Par exemple, du point de vue logique, nous pouvons énoncer le principe de non-contradiction selon lequel un énoncé de la forme ‘S est p et S n’est pas p’ n’est pas vrai, mais nous pouvons aussi le formuler sous la forme d’un principe ontologico-formel, à savoir qu’il n’existe aucun état de choses de la forme ‘S est p et S n’est pas p12 ou il n’existe pas d’objet individuel O qui à la fois possède et ne possède pas la propriété p, c’est-à-dire ce que Łukasiewicz appelle le « principe ontologique de [non-]contradiction »13. Ces deux derniers principes ne portent plus sur des propositions, mais, pour le premier, sur des états de choses et, pour le second, sur des objets.

17Pour prendre un autre exemple, à la loi logico-formelle exprimant la transitivité de la copule – ‘si A est B et B est C, alors A est C’ – correspond la loi ontologico-formelle exprimant la transitivité de l’inclusion ensembliste – ‘si l’ensemble a est inclus dans l’ensemble b et l’ensemble b est inclus dans l’ensemble c, alors a est inclus dans l’ensemble c’ –, mais aussi celle exprimant la transitivité de la relation de partie à tout– ‘si c est une partie de b et b est une partie de a, alors c est une partie de a’. De même, à la loi logique d’identité – ‘A est A’ –, nous pouvons faire correspondre la réflexivité de l’identité – ‘a = a’ – ou la réflexivité de la relation de partie à tout – ‘a est une partie de a’.

  • 14 Cf. LU IV, § 14, p. 336 ; trad. fr. cit., p. 131.

18Dans la quatrième Recherche logique, contrairement à ce qui est affirmé dans les Ideen I, Husserl soutient que la convertibilité ne porte que sur une « partie » des lois formelles14, sans plus de précision. Et, dans les cours d’Introduction à la logique et à la théorie de la connaissance de 1906-1907, c’est même à un débordement des lois logico-formelles par les lois ontologico-formelles que nous assistons :

  • 15 Husserl, E., 1906-1907, op. cit., § 15, p. 55 ; trad. fr. cit., p. 103-104.

Jusqu’ici, nous avions seulement pris connaissance de propositions ontologico-formelles qui avaient résulté comme conversions allant de soi des lois formelles de la signification (lois de validité des significations). L’idée d’une ontologie formelle comme discipline apriorique qui recherche dans une généralité formelle, toutes les vérités qui appartiennent à l’essence de l’objectivité en général, conduit cependant plus loin, en tout cas bien plus loin que l’on ne s’y attendrait au vu des propositions du domaine que nous avons privilégié à titre d’exemple, donc plus loin que la sphère de la logique formelle traditionnelle. Bien plus, cette doctrine de l’objet la plus générale de toutes, cette ontologie formelle embrasse la mathématique formelle en son entier15.

Il y a donc des lois de l’ontologie formelle, à savoir celles qui relèvent de la mathématique formelle, qui ne résultent pas de la conversion de lois logico-formelles.

19Mais nous pouvons aussi trouver des lois ontologico-formelles qui ne résultent pas d’une conversion de lois logico-formelles en dehors du domaine des mathématiques, du moins compris au sens strict. C’est, par exemple, le cas de la loi d’extensionalité méréologique :

[11] (a ≪ b) ⊃ (∃z)((zb) ∧ ∼(z ≪ a)),

qui affirme que si a est une partie propre de b, alors il existe une partie propre de b qui n’est pas une partie propre de a. Ce principe n’est pas valide d’un point de vue logique, mais il est tout à fait intuitif et relève de la théorie des touts et des parties, généralement conçue comme étant une partie de l’ontologie formelle. Pour prendre un autre exemple, non méréologique cette fois, le fait qu’un objet a dépende existentiellement d’un objet b peut être défini comme le fait qu’il est dans l’essence de a que si a existe, alors b existe :

[12] (a  b) = Def a (E!(a⊃ E!(b)).

20Nous avons alors comme principe que si a dépend existentiellement de b, alors, nécessairement, si a existe, alors b existe

[13] (a ≺ b) ⊃ □(E !(a) ⊃ E!(b)).

  • 16 Sur la notion de dépendance existentielle, cf. Correia, F. (2005), Existential Dependence and Cogna (...)

Ce principe relève d’une théorie de la dépendance existentielle16, qui est, elle aussi, habituellement conçue comme faisant partie de l’ontologie formelle.

  • 17 LU, III, § 12, p. 255 ; trad. fr. cit., p. 39.

21Il y a donc une corrélation imparfaite entre le domaine de la logique formelle et celui de l’ontologie formelle, c’est entendu. Mais quel est le statut des lois ontologico-formelles obtenues par conversion des lois logico-formelles ? Nous avons évoqué précédemment le fait que les lois formelles étaient considérées comme « topic-neutral ». Husserl, pour sa part, parle de leur caractère « analytique ». Nous pouvons comprendre cela de la manière suivante : les lois relevant du domaine formel sont analytiques, parce qu’elles valent indépendamment de toute teneur concrète qui y serait exprimée. Elles sont, dit Husserl, « absolument générales », dans la mesure où leur « vérité est pleinement indépendante de la nature concrète de leurs “objectités” (conçues comme déterminées ou dans une généralité indéterminée), ainsi que de la facticité éventuelle du cas donné et de la valeur de la position éventuelle d’existence »17. Comme nous l’avons déjà mentionné, elles ne contiennent que des concepts formels ou des variables. Par exemple, le principe logique de non-contradiction ‘il n’est pas le cas que : S est p et S n’est pas p’ est vrai peu importe la teneur concrète de la proposition exprimée par ‘S est p’. De même la transitivité de la relation de partie à tout ‘si c est une partie de b et b est une partie de a, alors c est une partie de a’, vaut peu importe la teneur concrète que l’on peut conférer aux termes ‘a’, ‘b’ et ‘c’.

22La distinction entre catégories ontologico-matérielles et catégories ontologico-formelles nous permet de préciser la nature analytique des lois de l’ontologie formelle : elles sont analytiques, parce qu’elles sont transversales à toute catégorie ontologico-matérielle : elles sont valides peu importe la catégorie matérielle des objets considérés. Cela ne veut toutefois pas dire qu’il n’y ait pas de lois ontologico-formelles qui ne soient pas restreintes à certaines catégories ontologico-formelles. Par exemple, la formulation du principe ontologique de non-contradiction, qui affirme qu’il n’existe aucun état de choses de la forme ‘S est p et S n’est pas p’, relève d’une ontologie formelle des états de choses, tandis que celle qui affirme qu’il n’existe pas d’objet O qui à la fois possède et ne possède pas la propriété p relève d’une ontologie formelle de l’objet individuel. Mais, dans les deux cas, peu importe la catégorie matérielle dont relèvent les états de choses ou les objets individuels considérés, ces lois doivent être vraies.

23Dans ce qui suit, nous n’allons pas remettre en cause cette interprétation, mais la préciser dans le cas des principes ontologiques du tiers exclu et de non contradiction. Selon nous, si ces lois ontologico-formelles sont bien transversales aux différentes catégories ontologico-matérielles, elles ne sont pas restreintes uniquement à certains domaines ontologico-formels, mais également à certains domaines formels existentiels. Autrement dit, elles ne sont pas transversales aux modes d’être des objets considérés. Cela implique évidemment de reconnaître, à côté de la forme et de la matière des objets, des manières d’être différentes qui peuvent échoir ou non aux objets. Husserl n’ayant pas traité spécifiquement la question de savoir si les lois de l’ontologie formelle sont transversales aux différentes manières d’exister, nous allons examiner cette question en nous appuyant sur les travaux d’un autre élève de Franz Brentano, à savoir Meinong, et sur ceux de l’un des plus brillants disciples réalistes de Husserl, à savoir Ingarden.

Les objets incomplets selon Meinong

  • 18 Meinong, A. (1921), « Selbstdarstellung », in Meinong A., 1978, Gesamtausgabe, VII, éd. R. Haller, (...)

24Meinong distinguait principalement deux types d’objets : ceux qui sont « complets » (vollständig) et ceux qui sont « incomplets » (unvollständig). Un objet complet est un objet dont nous pouvons dire, de toute détermination d’« être-tel » (Sosein) (positive ou négative), qu’elle lui convient ou qu’elle ne lui convient pas18. En d’autres termes, un objet est complet, lorsqu’il est déterminé eu égard à toute propriété, un objet est incomplet lorsque ce n’est pas le cas.

25Meinong distingue essentiellement deux types d’objets complets :

  • 19 Meinong, A. (1899), « Über Gegenstände höherer Ordnung und deren Verhältnis zur inneren Wahrnehmung (...)

1) Les objets réels, c’est-à-dire les objets qui, « au cas où ils n’existeraient pas, pourraient du moins exister d’après leur nature19 ». En ce sens, une maison, un chronographe, un livre, une couleur, un son ou de l’électricité sont des objets réels.

2) Les objets idéaux, c’est-à-dire les objets qui ne peuvent jamais être caractérisés comme existant temporellement, parce qu’ils sont en dehors du temps. Par exemple, un triangle rectangle équilatéral individuel ou le nombre deux sont des objets idéaux

Ces deux types d’objets ne sont pas de la même manière, ils n’ont pas le même mode d’être. Tandis que les objets réels existent, ont existé ou existeront, les objets idéaux « consistent » (bestehen) seulement.

26Les objets incomplets peuvent également être séparés en deux catégories :

3) Les objets qui n’ont pas d’être, parce qu’ils sont impossibles, comme le cercle-carré, qui n’est ni rond ni non rond.

4) Les objets qui sont « indéterminés à l’égard de l’être » (seinsunbestimmt), qui ne possèdent ni l’être, ni le non-être. Nous ne pouvons déduire du fait qu’il est faux que de tels objets possèdent l’être la conclusion selon laquelle il est vrai qu’ils possèdent le non-être. Le triangle général est, d’après Meinong, un objet de ce type.

27Pour Meinong, l’incomplétude de certains objets les rend impropres à être. Ils sont au-delà de l’être et du non-être et relèvent du domaine de l’« hors l’être » (außersein). Ce sont donc des objets qui sont dépourvus de tout mode d’être (ou de non-être).

  • 20 Nous reprenons dans ce qui suit plusieurs analyses que nous avons exposées dans notre article : 201 (...)

28De tels objets ne semblent pas satisfaire le principe du tiers exclu20. Il faut toutefois faire attention à la manière dont nous énonçons ce principe. Dans la formulation suivante :

[14] O possède p ou O ne possède pas p,

  • 21 Meinong, A. (1915), Möglichkeit und Wahrscheinlichkeit, in Meinong A., 1972, Gesamtausgabe, vol. VI (...)

la négation est ambiguë. Porte-t-elle sur le prédicat ‘p’ ou sur la phrase ‘O possède p’ dans sa totalité ? Est-elle nominale ou propositionnelle ? Meinong distingue clairement ces deux sens de la négation : il appelle « étendue » (erweiterte) la négation qui porte sur toute la phrase et « restreinte » celle qui porte uniquement sur le prédicat21.

29En prenant la négation figurant dans [14] au sens restreint, nous obtenons alors la formulation suivante du principe du tiers exclu :

[15] O possède p ou O possède non-p,

  • 22 Voir Meinong, A. (1915), op. cit., § 25, p. 172.

que l’on peut qualifier de restreinte ou d’ontologique. Les objets incomplets de Meinong satisfont-ils ce principe ? Si tel était le cas, nous devrions pouvoir déduire du fait qu’il est faux que O possède p qu’il est vrai que O possède non-p. Prenons le cas de l’« objet conceptuel » qu’est le triangle, c’est-à-dire le triangle en général. Celui-ci est-il déterminé eu égard à toutes ses propriétés ? Les objets conceptuels, c’est-à-dire ce que nous pourrions aussi appeler les « objets généraux », subsument des objets individuels. Par exemple, le triangle considéré in abstracto subsume tous les triangles individuels. Cette caractéristique est une conséquence, chez les défenseurs des objets généraux, de ce que l’on peut appeler le « principe d’attribution générique » : les objets généraux possèdent toutes les propriétés communes aux objets individuels qu’ils subsument. À cet égard, le triangle en général doit posséder trois angles et trois côtés, puisque tous les triangles individuels possèdent trois angles et trois côtés. Mais le triangle général est-il équilatéral ? À l’évidence non. S’ensuit-il alors qu’il soit non équilatéral ? Autrement dit, du fait qu’il ne possède pas la propriété d’équilatéralité, doit-il pour autant posséder la propriété complémentaire de non-équilatéralité ? D’après Meinong22, les triangles particuliers possèdent toutes les propriétés possédées par le triangle général. Dès lors, si ce dernier possédait la propriété d’être non équilatéral, ce serait également le cas de tous les triangles individuels, en ce compris, les triangles individuels qui sont équilatéraux. Cela étant impossible, il faut en conclure que le triangle considéré in abstracto ne possède ni la propriété d’équilatéralité ni la propriété de non-équilatéralité. Dès lors, le triangle général, comme tous les objets incomplets est indéterminé eu égard à au moins une de ses propriété et ne satisfait pas le principe ontologique du tiers exclu dans sa version restreinte.

30Satisfait-il alors ce que nous pouvons appeler sa formulation étendue :

[16] O possède p ou il n’est pas le cas que O possède p ?

Meinong soutient qu’il en est bien ainsi. Par exemple, l’instanciation suivante de [16] :

[17] le triangle général possède l’équilatéralité ou il n’est pas le cas que le triangle général possède l’équilatéralité

est vraie, puisqu’il n’est pas le cas que le triangle général possède l’équilatéralité. Il en est de même de la suivante :

[18] le triangle général possède la non-équilatéralité ou il n’est pas le cas que le triangle général possède la non-équilatéralité,

puisqu’il n’est pas le cas que le triangle général possède la non-équilatéralité.

31Le même genre de démonstration que celle que nous venons d’effectuer pour l’objet général qu’est le triangle pourrait être formulé pour les objets impossibles, comme le cercle carré. De manière générale, les objets incomplets meinongiens ne satisfont donc pas la version ontologique du principe du tiers exclu. En revanche, ils satisfont bien sa version logique – l’énoncé [16] n’est qu’une variante de ce principe. Le principe ontologique du tiers exclu étant obtenu, selon Husserl, par conversion du principe logique du tiers exclu, nous sommes en présence d’un principe ontologique obtenu par conversion d’un principe logique qui n’est pas satisfait par certains objets, à savoir ceux qui sont dépourvus de mode d’être. Les objets complets, c’est-à-dire les objets réels ou idéaux, satisfont par contre autant la version ontologique (restreinte) du principe du tiers exclu que sa version logique (étendue).

32Cette disparité ontologique entre les objets complets et les objets incomplets ne se manifeste pas qu’au niveau du principe du tiers exclu. Elle se présente aussi au niveau du principe de non-contradiction, mais de manière différente. En effet, en vertu de ce que nous avons dit du triangle général, nous pouvons aussi affirmer que :

[19] il n’est pas le cas que : le triangle possède l’équilatéralité et le triangle possède la non-équilatéralité,

et :

[20] il n’est pas le cas que : le triangle possède l’équilatéralité et il n’est pas le cas que le triangle possède l’équilatéralité.

  • 23 Du moins si nous admettons que posséder la propriété d’être carré implique de posséder la propriété (...)

33Autrement dit, l’objet incomplet qu’est le triangle satisfait le principe ontologique (et logique) de non-contradiction. Ce n’est cependant pas le cas de l’objet contradictoire qu’est le cercle-carré. Celui-ci étant à la fois rond et non rond23, il possède à la fois une propriété et la propriété complémentaire. De manière générale, aucun objet impossible ne satisfait le principe ontologique de non-contradiction. En revanche, les objets de ce type satisfont bien sa formulation étendue, c’est-à-dire sa version logique. En effet, d'une part, il est le cas que le cercle-carré est rond et, d’autre part, il n'est pas le cas qu’il n’est pas le cas qu’il est rond, de sorte que :

[21] il n’est pas le cas que : le cercle-carré possède la rondeur et il n’est pas le cas que le cercle-carré possède la rondeur,

est vrai.

Une difficulté

34La disparité ontologique que nous avons rencontrée au niveau des principes du tiers exclu et de non-contradiction entre les objets complets et les objets incomplets n’est évidemment pertinente que s’il y a un sens à parler d’objets incomplets. Plusieurs philosophes ont contesté ce point, notamment au sein de l’École de Lvov-Varsovie.

  • 24 Sur point, nous renvoyons à notre article à paraître : « Are there Ideal Objects: The Controversy b (...)
  • 25 Cf. Findlay, J.N. (1963), Meinong's Theory of Objects and Values, 2nd ed., Oxford, Oxford Universit (...)
  • 26 Cf. Meinong, A. (1915), op. cit., p. 176.
  • 27 Sur la définition des propriétés nucléaires et extranucléaires, cf. Jacquette, D. (2001), « Nuclear (...)

35Considérons une autre propriété possédée par tous les triangles individuels, à savoir l’individualité. En vertu du principe d’attribution générique, valant pour tous les objets généraux, le triangle en général devrait posséder l’individualité, puisque tous les objets qu’il subsume sont individuels. Or le triangle en général est, comme son nom l’indique, général. Un tel objet semble donc impossible, puisqu’il serait à la fois général et individuel. C’est là le principe sur lequel reposent les preuves d’impossibilité des objets généraux développées par Tadeusz Kotarbiński et Leśniewski24. La théorie meinongienne des objets possède toutefois les ressources pour les contourner. Meinong distinguait, à la suite d’une suggestion d’Ernst Mally25 – l’un de ses élèves –, deux types de propriétés : les propriétés « nucléaires » (konstitutorisch) et les propriétés « extranucléaires » (außerkonstitutorisch)26. Les propriétés nucléaires d’un objet sont des propriétés qui appartiennent à sa nature, c’est-à-dire à ce que Meinong appelle son être-tel. Les propriétés extranucléaires, en revanche, n’appartiennent pas directement à la nature d’un objet, mais surviennent sur ses propriétés nucléaires27. Par exemple, un objet rouge a la propriété nucléaire d’être rouge et la propriété extranucléaire d’être simple. Pour prendre d’autres exemples, être rond, être fait d’or, être un homme, avoir trois côtés, etc., sont toutes des propriétés nucléaires, alors qu’être impossible, être pensé par Meinong, être incomplet, subsumer trois objets, etc., sont toutes des propriétés extranucléaires.

36Une fois muni de cette distinction entre deux types de propriétés, nous pouvons facilement éviter le problème soulevé précédemment : il suffit de limiter le principe d’attribution générique des objets généraux aux propriétés nucléaires. De la sorte, si tous les triangles individuels possèdent la propriété d’être individuels, ce n’est pas le cas du triangle général, car cette propriété, à la différence de la propriété de posséder trois côtés, n’est pas une propriété nucléaire, mais une propriété extranucléaire.

37Si l’on peut sauver la théorie meinongienne des objets incomplets de la contradiction, celle-ci peut encore sembler insatisfaisante d’un point de vue ontologique, dans la mesure où ces objets sont au-delà de l’être et du non-être ; ils sont dépourvus de tout mode d’être. Il est, par exemple, étrange d’affirmer que le triangle en général est indéterminé quant à l’être. Nous aurions plutôt tendance à dire qu’il s’agit d’un objet idéal, existant en dehors du temps. Plus fondamentalement, on peut aussi se demander ce que peut bien être un objet hors l’être. Il existe néanmoins une théorie qui, tout en étant exempte du genre de défauts qui affectent la théorie meinongienne des objets incomplets, retrouve certaines de ses intuitions : l’ontologie des objets bifaces d’Ingarden. Nous allons maintenant l’aborder.

Les objets bifaces selon Ingarden

  • 28 En fait, Ingarden considère que tout objet existe d’une certaine manière et qu’il n’y a pas de mode (...)
  • 29 Ingarden, R. (1983), L’Œuvre d’art littéraire, trad. fr. P. Secretan, Lausanne, L’Âge d’Homme, § 20 (...)
  • 30 Ingarden, R., (1964-1974), Der Streit um die Existenz der Welt, vol. II.1, Tübingen, Niemeyer, § 50 (...)
  • 31 Cela signifie que, au niveau linguistique, il est possible de distinguer pour ces objets deux types (...)

38Chez Meinong, le fait que certains objets soient incomplets implique qu’ils ne peuvent exister sous aucune forme que ce soit. Pour Ingarden, en revanche, les objets que l’on pourrait considérer comme incomplets possèdent un mode d’être28. Envisageons à nouveau le cas du triangle général. Il s’agit de ce qu’Ingarden appelle une « idée ». Les idées sont analogues aux objets conceptuels de Meinong, dans la mesure où elles subsument des objets individuels et possèdent toutes les propriétés communes à tous les objets individuels qu’elles subsument. Toutefois, contrairement aux objets conceptuels meinongiens, les idées ne sont pas hors l’être : ce sont des objets idéaux, existant en dehors du temps. Par ailleurs, les idées ne possèdent les propriétés qu’elles héritent des objets individuels qu’elles subsument que sous un certain aspect. En effet, les idées sont, à la différence des objets individuels existant de manière « autonome », des objets « bifaces » (doppelseitig/dwustronny). Plus précisément, elles possèdent à la fois une « teneur » (Gehalt/zawartość) et une « structure » (Struktur/struktura)29. La teneur d’un objet contient les marques caractéristiques qui lui échoient du fait d’être l’idée de certains objets. Par exemple, l’idée de triangle contient dans sa teneur la marque caractéristique de posséder trois angles ou celle de posséder trois côtés, parce que tous les triangles individuels possèdent trois angles. La structure d’une idée contient, quant à elle, toutes les marques caractéristiques qui lui échoient qua idea30. Par exemple, l’idée de triangle possède dans sa structure la marque caractéristique de généralité ou celle d’être biface. Cette distinction peut sembler identique à la distinction meinongienne entre propriétés nucléaires et propriétés extranucléaires. Elle permet en tout cas d’échapper aux arguments de Kotarbiński et Leśniewski contre les objets généraux. Néanmoins, il ne s’agit pas, pour Ingarden, de distinguer deux types de propriétés, mais deux manières de posséder des propriétés31. Tout se passe comme s’il y avait deux « porteurs » de propriétés distincts au sein d’un même objet − il y a, dit Ingarden, « une étrange dualité, un curieux “double supportement” [Doppelträgerschaft/dwupodmiotowość] » des objets qui possèdent à la fois une teneur et une structure.

  • 32 Ibid., vol. II.1, § 50, p. 232 ; trad. angl. cit., p. 227.
  • 33 Évidemment, plus une idée est générale, plus grand sera le nombre de variables dans sa teneur (Inga (...)

39Tout comme les objets incomplets meinongiens, les objets bifaces ingardéniens ne satisfont pas le principe ontologique du tiers exclu, mais ils ne le font pas tous pour la même raison. Prenons encore l’idée de triangle. Cet objet concrétise de manière idéale des « qualités pures » ou « essentialités ». Par exemple, le triangle en général concrétise idéalement la qualité d’avoir trois angles. Cette concrétisation idéale peut être réalisée de deux manières différentes au niveau de la teneur de l’idée, dans la mesure où celle-ci contient deux types de constituants : des « constantes » et des « variables ». Les constantes sont les marques caractéristiques de la teneur d’une idée qui correspondent aux marques caractéristiques communes à tous les objets individuels subsumés par cette idée. Aux marques caractéristiques qui ne sont pas communes à tous ses objets individuels correspondent des marques caractéristiques variables dans la teneur de l’idée. Par exemple, la marque caractéristique de posséder trois angles est une constante de la teneur de l’idée de triangle en général, mais pas la marque caractéristique d’avoir un côté de trois centimètres de long, puisque tous les triangles individuels n’ont pas nécessairement un côté d’une telle longueur. Néanmoins, tout côté d’un triangle individuel doit posséder une longueur déterminée. Simplement, cette longueur varie de triangle à triangle. Dès lors, la teneur du triangle en général doit posséder la marque caractéristique, variable, d’avoir des côtés de longueurs déterminées. Les variables dans la teneur d’une idée sont, dit Ingarden, la « concrétisation d’une possibilité pure de concrétisation »32 d’une qualité dans un objet individuel. Elles ne déterminent pas quelles déterminations particulières doivent échoir aux objets individuels subsumés par une idée, mais prescrivent seulement celles qui peuvent leur échoir33.

40Si les idées peuvent ne pas satisfaire le principe ontologique du tiers exclu, ce n’est pas le cas de tous les objets idéaux. Les objets idéaux individuels – par exemple, les triangles particuliers ou les nombres – satisfont bien ce principe. La raison en est que nous n’y trouvons pas de différence entre teneur et structure et que c’est au niveau de sa teneur qu’un objet ne satisfait pas le principe ontologique du tiers exclu. De la sorte, alors que pour Meinong la limite entre les objets qui sont ontologiquement déterminés et ceux qui ne le sont pas était parallèle à celle entre les objets qui ont de l’être (les objets réels et les objets idéaux), elle est parallèle, chez Ingarden, à celle entre les objets qui sont bifaces et ceux qui ne le sont pas, les objets bifaces pouvant être idéaux, et donc exister d’une certaine manière.

  • 34 Ingarden, R. (1964-1974), op cit., vol. II.1, § 47, p. 224 ; trad. angl. cit., p. 219.
  • 35 Ingarden, R. (1983), L’Œuvre d’art littéraire, trad. fr. P Secretan, Lausanne, L’Âge d’Homme, § 38, (...)
  • 36 Sur ce point, nous renvoyons à notre article : « Sur un débat qui n’a pas eu lieu : approche ingard (...)

41Les idées ne sont pas les seuls objets bifaces pour Ingarden. C’est également le cas des objets purement intentionnels, c’est-à-dire des produits créés par un acte de visée intentionnelle doté d’un contenu. Les objets fictifs sont un exemple typique d’objets de ce type. Par exemple, Mme Bovary est un objet biface, parce que, du point de vue de sa teneur, elle possède la propriété d’être la femme de Charles Bovary et d’être l’amante de Léon, alors que, du point de vue de sa structure, elle possède la propriété d’être un objet fictif et celle d’être une création de Flaubert. Étant bifaces, les objets purement intentionnels ne satisfont pas le principe ontologique du tiers exclu34. Ainsi, du point de vue de la teneur d’Emma Bovary, nous ne pouvons dire, du moins à notre connaissance, ni qu’elle aime le porto, ni qu’elle n’aime pas le porto. La teneur d’un objet purement intentionnel, à la différence de celle d’une idée, ne contient cependant pas de variables. Si un objet de cette sorte ne satisfait pas le principe ontologique du tiers exclu, c’est pour une autre raison : sa teneur présente ce qu’Ingarden appelle des « lieux d’indétermination » (Unbestimmtheilsstellen miejsca niedookreślenia)35. Cela signifie que certaines marques caractéristiques et les marques caractéristiques qui en sont les compléments sont tout simplement absentes de la teneur des objets purement intentionnels. Une marque caractéristique variable est bien une marque caractéristique, au sens où elle est la concrétisation d’une qualité dans la teneur d’une l’idée, elle en fait partie pour ainsi dire, alors qu’un lieu d’indétermination est un manque de concrétisation dans la teneur d’un objet purement intentionnel. Du fait que Flaubert n’a pas précisé dans ses écrits si Mme Bovary était une amatrice de porto ou non, elle ne possède ni cette marque caractéristique ni la marque caractéristique complémentaire ; elle est indéterminée eu égard à la propriété d’être une amatrice de porto. Les objets purement intentionnels se rapprochent de ce point de vue des objets incomplets de Meinong. Il y a toutefois une différence importante entre les deux : si les objets incomplets de Meinong sont au-delà de l’être et du non-être, les objets purement intentionnels d’Ingarden possèdent bien un mode d’être : ils existent de manière purement intentionnelle36.

  • 37 Pour les idées, cf. Ingarden, R. (1964-1974), op cit., vol. II.1, § 50, p. 243 ; trad. angl. cit., (...)

42Qu’en est-il à présent du principe ontologique de non-contradiction ? Ingarden en dit peu de choses, si ce n’est que les objets bifaces, qu’ils soient purement intentionnels ou idéaux, ne le satisfont pas nécessairement, mais il ne donne pas, à notre connaissance, d’exemple d’une telle violation37. Si nous reprenons l’exemple meinongien du cercle-carré, on comprendra qu’il s’agit, dans l’ontologie du phénoménologue polonais, d’un objet purement intentionnel, d’un produit d’une visée pourvue d’un contenu, qui, dans sa teneur, possède des marques caractéristiques contradictoires, à savoir, au moins, celle d’être rond et celle d’être non rond. Il n’est pas clair en revanche que l’idée de triangle en général possède, dans sa teneur, des marques caractéristiques contradictoires, car si certaines caractéristiques des triangles individuels peuvent contredire celles d’autres triangles individuels, les caractéristiques communes à tous les triangles individuels sont, elles, non contradictoires. Il faut probablement supposer que seules certaines idées peuvent posséder des caractéristiques contradictoires, à savoir celles qui subsument des objets qui, comme le cercle-carré, sont eux-mêmes contradictoires.

Conclusion

43Au premier abord, le caractère analytique des lois ontologico-formelles semble impliquer leur universalité objectuelle : elles seraient valables pour tout objet. Mais, déjà chez Husserl, nous trouvons des lois ontologico-formelles qui ne valent que pour certaines catégories ontologico-formelles. Par exemple, nous pouvons énoncer une formulation du principe ontologique de non-contradiction restreinte à la catégorie d’état de choses : un état de choses de la forme ‘S est p’ ne peut pas consister en même temps qu’un état de choses de la forme ‘S n’est pas p’. L’affirmation du caractère analytique des lois ontologico-formelles signifie seulement que de telles lois sont transversales aux différentes catégories matérielles. Par exemple, peu importe le sens concret que nous donnons aux termes ‘S’ et ‘p’ dans l’énoncé précédent du principe ontologique de non-contradiction, l’énoncé obtenu sera toujours vrai.

44La reconnaissance d’objets incomplets, chez Meinong, ou d’objets bifaces, chez Ingarden, ne remet pas en cause cette thèse. Elle implique seulement d’accepter de nouvelles catégories d’objets : une catégorie « non ontologique » d’objets hors l’être, pour le premier, et des catégories ontologiques d’objets idéaux et purement intentionnels, pour le second. Ces nouveaux objets ne satisfont pas nécessairement les principes ontologiques du tiers exclu et de non-contradiction. Cependant, lorsqu’ils sont valables pour une certaine catégorie d’objets – celle des objets réels et celle des objets idéaux chez Meinong ; celle des objets individuels chez Ingarden –, leur validité reste transversale par rapport à toute détermination matérielle. En nous restreignant au cas d’Ingarden, nous pouvons dès lors dire que nous avons des lois ontologico-formelles différentes selon la catégorie objectuelle formelle considérée, mais également selon le mode d’être (la catégorie existentielle). Il ne suffit pas de restreindre, par exemple, une version du principe ontologique de non-contradiction aux états de choses, il faut le restreindre aux états de choses réels. Un texte littéraire projette des états choses purement intentionnels, par exemple, que Madame Bovary est la femme de Charles Bovary, mais il est tout à fait possible qu’un même texte projette des états de choses contradictoires. Cela peut résulter d’une imprudence de l’auteur, mais aussi d’une volonté délibérée, pour créer, disons, une situation absurde.

  • 38 Nous renvoyons sur cette question à notre article : 2016, « Y a-t-il une ontologie existentielle ? (...)

45Admettre que certains objets ne satisfont pas les principes ontologiques du tiers exclu et de non-contradiction implique que l’on accepte qu’il y ait certains objets qui, comme pour Meinong, sont dépourvus d’être ou, comme pour Ingarden, qui ont d’autres modes d’être que le mode d’être réel. Cela ne va évidemment pas de soi. Les objets hors l’être ont souvent semblé absurdes aux métaphysiciens et c’est généralement la raison pour laquelle ils ont rejeté la théorie meinongienne de l’objet. L’ontologie ingardénienne ne possède pas ce défaut. Elle semble, en revanche, nous demander de prendre parti pour le réalisme métaphysique, au détriment d’une position nominaliste. Mais, en fait, ce n’est pas le cas, du moins dans un premier temps. Elle exige seulement que les ontologies formelles et matérielles de Husserl soient suppléées par une ontologie existentielle qui a à charge d’analyser les différents modes d’être possibles. Évidemment, il est toujours possible de refuser à cette ontologie formelle un statut autonome en faisant des modes d’être des aspects purement formels des objets. L’ontologie existentielle serait alors absorbée dans l’ontologie formelle. Pour des raisons que nous ne pouvons examiner ici, nous pensons que cette solution n’est pas viable38.

  • 39 On parle généralement de « pluralisme ontologique », mais l’appellation que donne Ingarden lui-même (...)
  • 40 La théorie de Meinong implique aussi la reconnaissance de cette thèse, puisque pour lui il y a deux (...)
  • 41 Il nous semble toutefois que plusieurs problèmes en ontologie de la fiction, qui n’ont, à notre sen (...)

46La question de savoir s’il y a effectivement des objets qui existent de manière différente est une question qui est extérieure à l’ontologie et qui vient après ses analyses. C’est au terme d’une enquête, qu’Ingarden qualifie de « métaphysique », que nous devrons accepter ou rejeter la thèse du « pluralisme existentiel »39, qui affirme qu’il y a plusieurs modes d’être40. Ingarden n’a malheureusement jamais développé d’argument en sa faveur, se contentant, si l’on peut dire, de fournir une analyse détaillée des différents modes d’être possibles41. Si un jour l’on parvenait à fournir une preuve métaphysique de la nécessité de reconnaître différents modes d’être (ce dont on peut douter), alors la question du réalisme et du nominalisme serait réglée et, en admettant que les analyses d’Ingarden soient correctes, nous devrions également accepter qu’il y ait des objets qui ne satisfont pas certains principes ontologico-formels selon le mode d’être qui leur échoie. Dans le cas contraire, la question cesserait tout simplement de se poser.

Bibliographie

Correia, F. (2005). Existential Dependence and Cognate Notions, Munich, Philosophia Verlag.

Findlay, J.N. (1963). Meinong's Theory of Objects and Values, 2nd ed., Oxford, Oxford University Press.

Husserl, E. (1906-1907). Einleitung in die Logik und Erkenntnistheorie: Vorlesungen 1906-1907, in Husserl E., 1984, Husserliana XXIV, éd. U. Melle, Dordrecht, Nijhoff; trad. fr. L. Joumier : Introduction à la logique et à la théorie de la connaissance (1906-1907), Paris, Vrin, 1998.

––– (1993) [1913]. Logische Untersuchungen. I. Prolegomena zur reinen Logik, 7e éd., Tübingen, Max Niemeyer ; trad. fr. H. Elie, A. L. Kelkel et R. Schérer : Recherches logiques. Tome 1. Prolégomènes à la logique pure, 5e éd., Paris, PUF, 2002.

––– (1993) [1913]. Logische Untersuchungen. II.1. Untersuchungen zur Phänomenologie und Theorie der Erkenntnis, 7e éd., Tübingen, Max Niemeyer; trad. fr. H. Elie, A. L. Kelkel et R. Schérer : Recherches logiques. Tome 2. Recherches pour la phénoménologie et la théorie de la connaissance, 2 vol., 4e et 5e éds., PUF, 2002.

––– (2002) [1913]. Ideen zu einer reinen Phänomenologie und phänomenologischen Philosophie. I. Allgemeine Einfuhrung in die reine Phänomenologie, 6e éd., Tübingen, Max Niemeyer ; trad. fr. P. Ricœur : Idées directrices pour une phénoménologie et une philosophie phénoménologique pure. Tome premier : introduction à la phénoménologie pure, Paris, Gallimard, 1950.

Ingarden, R. (1925). Essentiale Fragen. Ein Beitrag zum Problem des Wesens, Halle-sur-Saale, Niemeyer.

––– (1964-1974). Der Streit um die Existenz der Welt, 3 vol., Tübingen, Niemeyer ; trad. angl. partielle A. Szylewicz : Controversy over the Existence of the World, vol. I et II, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2013-2016.

––– (1983). L’Œuvre d’art littéraire, trad. fr. P. Secretan, Lausanne, L’Âge d’Homme.

Jacquette, D. (2001). « Nuclear and Extranuclear Properties », in Albertazzi, L., Jacquette, D. et Poli, R. (dir.), The School of Alexius Meinong, Ashgate, Aldershot, p. 397-426.

Łukasiewicz, J. (2000) [1910]. Du principe de contradiction chez Aristote, trad. fr. D. Sikora, Paris, L'Éclat.

Meinong A. (1899). « Über Gegenstände höherer Ordnung und deren Verhältnis zur inneren Wahrnehmung » in A. Meinong, 1971, Gesamtausgabe, vol. II, éd. R. Haller, Graz, Akademische Druck - u. Verlagsanstalt, p. 377-480 ; trad. fr. G. Fréchette : « Sur les objets d’ordre supérieur et leur rapport à la perception interne », in D. Fisette, G. Fréchette (dir.), À l’école de Brentano, Paris, Vrin, 2007, p. 261-341.

Meinong, A. (1915). Möglichkeit und Wahrscheinlichkeit. Beiträge zur Gegenstandstheorie und Erkenntnistheorie, in Meinong, A., 1972, Gesamtausgabe, vol. VI, éd. R. Chisholm, Graz, Akademische Druck - u. Verlagsanstalt.

––– (1921). « Selbstdarstellung », in Meinong, A., 1978, Gesamtausgabe, VII, éd. R. Haller, Graz, Akademische Druck - u. Verlagsanstalt, p. 1-62 ; trad. fr. J.-F. Courtine et M. de Launay : « Présentation personnelle », in Meinong, A., Théorie de l'objet et Présentation personnelle, Paris, Vrin, 1999, p. 115-188.

Richard, S., (2015). « Sur un débat qui n’a pas eu lieu : approche ingardénienne contre approche meinongienne des objets fictifs », Slavica Bruxellensia [revue en ligne], 11.

––– (2016). « Y a-t-il une ontologie existentielle ? Sur l’architectonique ontologique d’Ingarden », in Richard, S. et Malherbe, O. (dir.), Form(s) and Modes of Being. The Ontology of Roman Ingarden, Berne/New York, Peter Lang, p. 25-52.

––– (2017). « Catégories d’objet et modes d’être chez Meinong », Les Études philosophiques, 173, p. 367-384.

––– [à paraître]. « Are there Ideal Objects: The Controversy between Kotarbiński and Ingarden », in Fréchette G., Fisette D. et Janoušek H. (dir.), Franz Brentano’s Philosophy after One Hundred Years. From History of Philosophy to Reism, Dordrecht, Springer.

Ryle, G., (1954). Dilemmas. The Tarner Lectures 1953, Cambridge, Cambridge University Press.

Smith, B. et Mulligan, K. (1983). « Framework for Formal Ontology», Topoi, 3, p. 73-85.

Varzi, A.C. (2010) [2005]. Ontologie, trad. fr. J.-M. Monnoyer, Th. Van der Hallen et M. Mulcey, Paris, Ithaque.

Notes

1 Varzi, A.C. (2010), Ontologie, trad. fr. J.-M. Monnoyer, Th. Van der Hallen et M. Mulcey, Paris, Ithaque, p. 35.

2 Ibid.

3 Une partie propre d’un objet est une partie de cet objet qui ne lui est pas identique.

4 Cf. Smith, B. et Mulligan, K. (1983), « Framework for Formal Ontology », Topoi, 3, p. 73.

5 Ryle, G. (1954), Dilemmas. The Tarner Lectures 1953, Cambridge, Cambridge University Press, p. 115.

6 Nous espérons pouvoir traiter de la question de la validité des autres principes ontologico-formels dans un prochain article.

7 Husserl, E. (1993) [1913], Logische Untersuchungen. I. Prolegomena zur reinen Logik, 7e éd., Tübingen, Max Niemeyer, § 67, p. 244 ; trad. fr. H. Elie, A. L. Kelkel et R. Schérer : Recherches logiques. Tome 1. Prolégomènes à la logique pure, 5e éd., Paris, PUF, 2002, p. 269. Désormais abrégé Prol.

8 Cf. ibid., § 67, p. 243-244, trad. cit., p. 268-269 ; Husserl, E., (1993) [1913], Logische Untersuchungen. II.1. Untersuchungen zur Phänomenologie und Theorie der Erkenntnis, 7e éd., Tübingen, Max Niemeyer, III, § 11, p. 252 ; trad. fr. H. Elie, A. L. Kelkel et R. Schérer : Recherches logiques. Tome 2. Recherches pour la phénoménologie et la théorie de la connaissance, vol. 2, 5e éd., Paris, PUF, 2002, p. 35-36. Désormais abrégé LU.

9 Prol., § 67, p. 244, trad. fr. cit., p. 269.

10 LU, IV, § 49, p. 157 ; trad. fr. cit., p. 190-191.

11 Husserl, E. (2002) [1913], Ideen zu einer reinen Phänomenologie und phänomenologischen Philosophie. I. Allgemeine Einführung in die reine Phänomenologie, 6e éd., Tübingen, Max Niemeyer, § 148, p. 307 ; trad. fr. P. Ricœur : Idées directrices pour une phénoménologie et une philosophie phénoménologique pure. Tome premier : introduction à la phénoménologie pure, Paris, Gallimard, 1950, p. 496.

12 Cf. Husserl, E. (1906-1907), Einleitung in die Logik und Erkenntnistheorie: Vorlesungen 1906-1907, in Husserl E., 1984, Husserliana XXIV, éd. U. Melle, Dordrecht, Nijhoff, § 14, p. 54 ; trad. fr. L. Joumier : Introduction à la logique et à la théorie de la connaissance (1906-1907), Paris, Vrin, 1998, p. 102.

13 Łukasiewicz, J. (2000) [1910], Du principe de contradiction chez Aristote, trad. fr. D. Sikora, L'Éclat, Paris, p. 48.

14 Cf. LU IV, § 14, p. 336 ; trad. fr. cit., p. 131.

15 Husserl, E., 1906-1907, op. cit., § 15, p. 55 ; trad. fr. cit., p. 103-104.

16 Sur la notion de dépendance existentielle, cf. Correia, F. (2005), Existential Dependence and Cognate Notions, Munich, Philosophia Verlag.

17 LU, III, § 12, p. 255 ; trad. fr. cit., p. 39.

18 Meinong, A. (1921), « Selbstdarstellung », in Meinong A., 1978, Gesamtausgabe, VII, éd. R. Haller, Graz, Akademische Druck - u. Verlagsanstalt, B.II, p. 18 ; trad. fr. J.-F. Courtine et M. de Launay : « Présentation personnelle », in Meinong, A., Théorie de l'objet et Présentation personnelle, Paris, Vrin, 1999, p. 136.

19 Meinong, A. (1899), « Über Gegenstände höherer Ordnung und deren Verhältnis zur inneren Wahrnehmung », in Meinong, A., 1971, Gesamtausgabe, vol. II, éd. R. Haller, Graz, Akademische Druck - u. Verlagsanstalt, § 6, p. 394 ; trad. fr. (modifiée) G. Fréchette : « Sur les objets d’ordre supérieur et leur rapport à la perception interne », in Fisette, D. et Fréchette, G. (dir.), À l’école de Brentano, Paris, Vrin, 2007, p. 275.

20 Nous reprenons dans ce qui suit plusieurs analyses que nous avons exposées dans notre article : 2017, « Catégories d’objet et modes d’être chez Meinong », Les Études philosophiques, 173, p. 367-384.

21 Meinong, A. (1915), Möglichkeit und Wahrscheinlichkeit, in Meinong A., 1972, Gesamtausgabe, vol. VI, Graz, Akademische Druck - u. Verlagsanstalt, § 25, p. 171.

22 Voir Meinong, A. (1915), op. cit., § 25, p. 172.

23 Du moins si nous admettons que posséder la propriété d’être carré implique de posséder la propriété d’être non rond.

24 Sur point, nous renvoyons à notre article à paraître : « Are there Ideal Objects: The Controversy between Kotarbiński and Ingarden », in Fréchette G., Fisette D. et Janoušek H. (dir.), Franz Brentano’s Philosophy after One Hundred Years. From History of Philosophy to Reism, Dordrecht, Springer.

25 Cf. Findlay, J.N. (1963), Meinong's Theory of Objects and Values, 2nd ed., Oxford, Oxford University Press, p. 176.

26 Cf. Meinong, A. (1915), op. cit., p. 176.

27 Sur la définition des propriétés nucléaires et extranucléaires, cf. Jacquette, D. (2001), « Nuclear and Extranuclear Properties », in Albertazzi L., Jacquette, D. et Poli, R. (dir.), The School of Alexius Meinong, Aldershot, Ashgate, p. 397-426.

28 En fait, Ingarden considère que tout objet existe d’une certaine manière et qu’il n’y a pas de mode d’être commun à tous les objets.

29 Ingarden, R. (1983), L’Œuvre d’art littéraire, trad. fr. P. Secretan, Lausanne, L’Âge d’Homme, § 20, p. 112 (traduction modifiée).

30 Ingarden, R., (1964-1974), Der Streit um die Existenz der Welt, vol. II.1, Tübingen, Niemeyer, § 50, p. 231 ; trad. angl. A. Szylewicz : Controversy over the Existence of the World, Controversy over the Existence of the World. II, Francfort-sur-le-Main., Peter Lang, 2013-2016, p. 227.

31 Cela signifie que, au niveau linguistique, il est possible de distinguer pour ces objets deux types de prédication.

32 Ibid., vol. II.1, § 50, p. 232 ; trad. angl. cit., p. 227.

33 Évidemment, plus une idée est générale, plus grand sera le nombre de variables dans sa teneur (Ingarden R., 1925, Essentiale Fragen. Ein Beitrag zum Problem des Wesens, Halle-sur-Saale, Niemeyer, p. 61). Ainsi, le triangle en général possède la marque caractéristique constante d’avoir trois angles, alors que la figure plane convexe possède la marque caractéristique variable d’avoir un nombre déterminé d’angles.

34 Ingarden, R. (1964-1974), op cit., vol. II.1, § 47, p. 224 ; trad. angl. cit., p. 219.

35 Ingarden, R. (1983), L’Œuvre d’art littéraire, trad. fr. P Secretan, Lausanne, L’Âge d’Homme, § 38, p. 211 et Ingarden, R. (1964-1974), op cit., vol. II.1, § 50, p. 231 ; trad. angl. cit., p. 227.

36 Sur ce point, nous renvoyons à notre article : « Sur un débat qui n’a pas eu lieu : approche ingardénienne contre approche meinongienne des objets fictifs », Slavica Bruxellensia [revue en ligne], 11.

37 Pour les idées, cf. Ingarden, R. (1964-1974), op cit., vol. II.1, § 50, p. 243 ; trad. angl. cit., p. 236.

38 Nous renvoyons sur cette question à notre article : 2016, « Y a-t-il une ontologie existentielle ? Sur l’architectonique ontologique d’Ingarden », in Richard, S. et Malherbe, O. (dir.), Form(s) and Modes of Being. The Ontology of Roman Ingarden, Peter Lang, Berne/New York, p. 25-52.

39 On parle généralement de « pluralisme ontologique », mais l’appellation que donne Ingarden lui-même à cette thèse me semble préférable.

40 La théorie de Meinong implique aussi la reconnaissance de cette thèse, puisque pour lui il y a deux modes d’être : réel et idéal.

41 Il nous semble toutefois que plusieurs problèmes en ontologie de la fiction, qui n’ont, à notre sens, toujours pas reçu de solution satisfaisante, pourraient être résolus de manière élégante en admettant au moins le mode d’être purement intentionnel. Quant au mode d’être idéal, il a souvent été invoqué pour résoudre plusieurs difficultés en ontologique des mathématiques, notamment, mais c’est là le sujet d’un autre article.

© Collège de France, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search