Version classiqueVersion mobile

Les principes métaphysiques

 | 
Alexandre Declos
, 
Jean-Baptiste Guillon

III. Études de cas : les principes in situ

Existe-t-il un principe métaphysique d’identité ?

Sébastien Motta

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir à cet égard le célèbre texte de Max Black, « The Identity of Indiscernibles », Mind, 61(242), (...)

1La question qui va gouverner mon propos est celle de savoir s’il y a un « principe métaphysique d’identité ». Dans les discussions métaphysiques, il arrive fréquemment que l’on fasse appel à des principes mobilisant la notion d’identité ; et il arrive également, de temps à autre, que ces principes soient l’objet de controverses. Le fameux principe d’identité des indiscernables – si deux choses sont indiscernables à tous les égards, alors elles sont identiques, i.e. il n’y a en fait qu’une chose – en est un bon exemple. Typiquement, la controverse se focalisera alors sur la question de l’existence d’un contre-exemple au principe1. En effet, qu’un principe métaphysique soit compris comme un guide, comme une évidence, comme un point de départ ou encore comme une vérité généralissime, un principe est censé valoir dans tous les cas. Il y aurait quelque chose d’apparemment contradictoire à dire « c’est un principe métaphysique que ... (ceci ou cela)… sauf dans tel et tel cas ». Un principe est censé ne pas admettre d’exception. C’est donc d’une certaine façon un principe qu’un principe n’admette pas d’exception : si un principe admettait une exception, ce ne serait plus un principe. La faille méthodologique ou dialectique dans l’idée qu’un principe pourrait admettre des exceptions est que cette idée laisse la possibilité à celui qui la soutient d’avoir toujours raison et d’invoquer, quand il le souhaite, une exception à son principe ; on ne manquera alors pas de lui signaler ce qu’il peut y avoir d’ad hoc dans son exception (nous verrons dans quelques instants une illustration en acte de cela).

2De plus, je supposerai que je suis l’usage de nombreux métaphysiciens en suggérant qu’un principe est métaphysique quand il prétend avoir pour objet le monde ou la réalité prise comme un tout (peu importe que ce soient les caractéristiques actuelles ou possibles, la structure actuelle ou possible, les individus actuels ou possibles, les relations actuelles ou possibles de la réalité).

3Ceci étant, j’identifie dans la littérature métaphysique analytique contemporaine une proposition qui se situe à un niveau ultra-fondamental des discussions, qui mobilise la notion d’identité et qui semble avoir tout d’un principe métaphysique (c’est-à-dire qui semble jouer le rôle d’un principe métaphysique). Ce principe serait le suivant : « chaque chose (de la réalité) entretient avec elle-même et avec aucune autre chose qu’elle-même la relation d’identité ». Présenté comme une évidence, il est rare qu’il suscite un début de controverse. Je ne souhaite pas non plus pour ma part entamer une controverse sur ce principe si, comme je l’ai dit à l’instant, une controverse sur un principe passe par la découverte d’un contre-exemple au principe putatif. Je ne me lancerai donc pas dans une défense du type « Eh bien si, il y a au moins une chose dans la réalité qui n’entretient pas cette relation avec elle-même, et voici cette chose ». Ce que j’aimerais plutôt faire, c’est examiner un des présupposés du principe en question. Ce présupposé est que l’identité est une relation, et en particulier une relation objectuelle.

  • 2 Ce qui laisserait sinon la place à l’objection évidente que si l’identité est une relation et qu’un (...)

4Précision terminologique : nous parlons de « relation objectuelle » quand nous avons affaire à une relation qui relie entre eux des objets de notre domaine de discours ou qui relie un objet de notre domaine de discours à lui-même. Cette terminologie se veut donc, grâce à cette disjonction, neutre face aux difficultés auxquelles nous faisons face, et ne présume pas, quand nous parlons par exemple de la supposée relation d’identité, que nous avons forcément affaire à une relation entre des objets différents2.

5Pourtant, que l’identité est une relation est loin d’aller de soi et comme on le sait, cette hypothèse a été historiquement fortement critiquée, au premier chef par Wittgenstein. Ainsi peut-on lire dans le Tractatus, en 5.5301 : « Que l’identité ne soit pas une relation entre objets, c’est évident ». Pour donner un autre éclairage à cet état de l’art, on pourrait même dire que la philosophie analytique (du langage) est en réalité inaugurée précisément par l’embarras qu’il y a à considérer que l’identité est une relation. Il y a ainsi quelque chose d’étrange à faire comme s’il n’y avait rien de plus évident à ce qu’elle soit une relation. Rappelons qu’un des articles classiques de Frege commence en effet précisément par ces lignes :

  • 3 Gottlob Frege, « Sens et dénotation », in : Écrits logiques et philosophiques, Paris, Seuil, 1971, (...)

La notion d’égalité [note de bas de page : « J’emploie le mot au sens d’identité et j’interprète “a = b” au sens de “a est la même chose que b” ou “a et b coïncident” »] propose à la réflexion quelques questions irrémissibles, auxquelles il n’est pas aisé de répondre. Est-ce une relation ? Une relation entre des objets, ou entre des noms ou signes d’objets3 ?

6On peut sans doute regretter que cette question pourtant pressante naguère ne le soit plus autant aujourd’hui. Ainsi est-il répété à l’envi que l’identité est une relation parfaitement inoffensive que toute chose possède exclusivement avec elle-même. Il est, en outre, rare que des conceptions alternatives de l’identité soient même ne serait-ce que mentionnées.

Relations et référence

7Pour éviter les oppositions stériles d’évidence, il me semble qu’il existe toutefois une batterie d’arguments visant à montrer que l’identité est mieux conçue si elle n’est pas conçue comme une relation. J’aimerais en présenter rapidement un, et esquisser ensuite – pour pallier au manque que j’évoquais à l’instant – une conception alternative de l’identité.

8L’argument que j’aimerais présenter passe par une loi que Geach appelle la « loi de Buridan ». Celle-ci peut être formulée de la manière suivante : la référence d’un nom dans une proposition ne saurait changer en fonction de la valeur de vérité de cette proposition.

9Si je dis par exemple « Michel est malade », la proposition exprimée par cette phrase peut très bien être vraie ou fausse, mais qu’elle soit vraie ou fausse ne change rien (ne devrait rien changer) au fait qu’elle concerne bien Michel (c’est une proposition à propos de Michel). Il y aurait quelque chose d’absurde à penser ou à dire que lorsqu’elle est fausse, elle concerne en fait quelqu’un d’autre que Michel, par exemple Luc.

  • 4 P. T. Geach, « Reference and Buridan’s Law », Philosophy, 62 (239), 1987, p. 9-10. Voir également d (...)

10Comme le dit Geach, quelqu’un qui aurait un projet en deux temps du type en premier lieu de dire la vérité dans les trois prochaines phrases qu’il prononcera et par la suite – après les avoir prononcées – déterminer de qui ou de quoi il parlait dans les propositions en question, aurait un projet en définitive inintelligible ou absurde4. Ce serait absurde parce que déterminer la valeur de vérité d’une phrase ne saurait se faire sans que la référence des expressions utilisées soit fixée.

11Il semble admissible de dire – lorsque l’on attribue une propriété à quelque chose (disons à un être humain) – que la proposition correspondante concerne l’être humain en question. Ainsi, si je dis « Michel est malade », je dis quelque chose de Michel (qui concerne Michel, qui est à propos de Michel). De la même façon, si j’attribue une relation (à un ou plusieurs êtres humains disons), la proposition correspondante concerne le ou les êtres humains en question. Par exemple, si je dis « Michel est plus intelligent que Joseph », je dis quelque chose de Michel (qu’il est plus intelligent que Joseph), de Joseph (que Michel est plus intelligent que lui), et de Michel et Joseph pris ensemble (que le premier est plus intelligent que le second). Qu’importe la façon de découper ou d’analyser, je dis quelque chose qui les concerne.

12Maintenant, quel est le rapport de tout cela avec l’identité ? Le rapport est le suivant. Prenons le cas d’un énoncé d’identité, du type :

« Balthazar est la même personne que Michel » (« Balthazar = Michel »).

13Au passage, il faut dire que l’expression « énoncé d’identité » est utilisée dans la littérature non pas pour ce que l’on entendrait peut-être ordinairement par une telle expression, c’est-à-dire par un énoncé du type « Je suis N. N. » (« Je suis Sébastien Motta »), autrement dit par une réponse à la question « Qui êtes-vous ? ». Un « énoncé d’identité » dans la littérature philosophique est paradigmatiquement un énoncé dans lequel nous trouvons un nom propre de part et d’autre du « “est” d’identité ».

14Si l’identité est une relation objectuelle, une telle relation sera alors en jeu dans un énoncé d’identité. Mais observons la chose suivante : si un tel énoncé est vrai, il ne concernera qu’une seule personne (ce sera un énoncé disant quelque chose à propos d’une seule personne, de Balthazar, alias Michel), autrement dit, la référence des noms propres « Michel » et « Balthazar » sera la même. Cet énoncé dira de l’objet Michel qu’il est dans une relation d’identité à ce même objet, l’objet Michel, aussi connu sous le nom de Balthazar. En revanche, si l’énoncé est faux, l’énoncé concernera deux personnes (ce sera un énoncé disant quelque chose [de faux] à propos de deux personnes, de Balthazar d’une part et de Michel d’autre part). Cet énoncé dira de l’objet Michel qu’il est dans une relation d’identité à cet autre objet, l’objet Balthazar. Autrement dit, un énoncé d’identité, si l’on suppose qu’il s’agit d’un énoncé disant quelque chose à propos de quelqu’un, viole la loi de Buridan.

  • 5 K. Wehmeier fait brièvement allusion à un argument donné par Pardey qui est assez proche de celui q (...)
  • 6 Je renvoie le lecteur à mon ouvrage intitulé Le Mélange des genres. Critique de l’ontologie par l’é (...)

15Cette première bizarrerie devrait nous indiquer qu’il y a certainement quelque chose qui ne va pas dans le présupposé de départ, le présupposé voulant qu’un énoncé d’identité revient à dire quelque chose de quelqu’un5. Autrement dit, cet argument semble remettre en cause l’idée qu’un énoncé d’identité met en jeu une relation objectuelle. L’argument fonctionne, bien entendu, comme une réduction à l’absurde : c’est en supposant que l’identité est une relation que nous arrivons à la conclusion qu’elle violerait – utilisée dans des énoncés – la loi de Buridan. Puisqu’il est inacceptable qu’une relation (i.e. un énoncé dans lequel figure une relation objectuelle) puisse violer la loi de Buridan, on en conclut que l’identité n’est pas une relation. Bien entendu, ici comme ailleurs, rien n’empêche la dispute verbale de revenir au premier plan : pour s’extirper de cet argument, il suffit pour l’opposant de dire que l’identité (et sa sœur jumelle la différence) sont des relations à part ou spéciales (en ceci qu’elles seules violent la loi de Buridan, par exemple). Il suffit donc de dire qu’il y a une exception à la loi de Buridan. Au-delà de ce qu’une telle réponse pourrait – comme annoncé plus tôt – sembler avoir d’ad hoc, elle invite certainement à fournir d’autres arguments contre le caractère supposément relationnel de l’identité. Puisque ce n’est pas le lieu pour présenter d’autres arguments6, j’aimerais – dans un deuxième mouvement – montrer qu’au moins une conception alternative existe.

Une comparaison avec une comparaison

16Vu par le prisme du principe métaphysique présumé, il est tentant de voir dans l’identité une sorte de relation substantielle ou super substantielle (ce serait la relation qui donnerait du corps, qui protègerait et qui, d’une certaine façon, empêcherait ceux qui la possèdent de dépérir).

17J’aimerais proposer désormais une comparaison, qui aura pour but d’indiquer une autre direction possible (avec l’objectif modeste de montrer qu’il existe à tout le moins d’autres options) : penser que l’identité est une relation entre objets, ce serait comme penser que le plus ou le moins sont des relations entre objets. Ici et par la suite, j’utilise les expressions « le plus » et « le moins » comme des termes abstraits, dont les termes concrets seraient les adjectifs « plus » et « moins » ou des constructions comme « plus que », « moins que » (à l’instar du terme abstrait « l’identité » – on pourrait tout aussi bien dire « la supériorité » et « l’infériorité »).

18Si je définis, en effet, le plus comme une relation objectuelle en estimant que nous avons affaire, quand nous avons affaire aux termes concrets du plus, à un prédicat à deux places qui serait « … est plus que … », une désapprobation et une protestation généralisées s’ensuivront rapidement : il n’y a en effet pas de sens à dire « Éloïse est plus que Mélanie » ou « Mon stylo est plus que ton stylo ». Ici, nous comprenons facilement que, sans précision, ces propos sont en fait aberrants, mal construits, égarés : « plus quoi ? » demanderons-nous impatiemment. Plus jeune ? Plus intelligente ? Plus appropriée ? Si, hors de tout contexte, on cherche à dire quelque chose en disant « mon stylo est plus que ton stylo », il y aurait là le signe d’une confusion.

19La confusion vient précisément de ce que le plus n’est pas une relation : on pourrait dire que c’est une opération qui transforme un prédicat monadique exprimant une propriété qui se prête à des mesures, ou bien à une hiérarchie, ou encore à un ordre, en un prédicat dyadique – en une relation – qui aura ultimement pour fonction de comparer les deux termes de la relation. Mais il y aurait quelque chose de problématique à confondre la relation sur laquelle on arrive après l’opération avec l’opération elle-même.

20Comment faut-il alors concevoir la construction d’un propos dans lequel entre en jeu la supériorité (le plus) ? Nous pouvons partir, par exemple du prédicat « … est intelligent ». L’opération « plus » va transformer ce prédicat monadique en un prédicat dyadique « ... est plus intelligent que ... », ce qui nous permettra de proposer ensuite les comparaisons suivantes : « Michel est plus intelligent que Romain », « Gaël est plus intelligent que José », et ainsi de suite. Cette façon de concevoir la supériorité (le plus) vaut également pour l’infériorité (le moins) : nous pouvons construire mutatis mutandis des propos comme « Michel est moins intelligent que Romain » en suivant le même patron (i.e. en transformant un prédicat monadique en un prédicat dyadique de comparaison). Évidemment, je ne dis pas que tout va pour le mieux avec de tels propos, je signale simplement que le présupposé d’un tel propos – c’est trivial – est que le prédicat « être intelligent » fait habituellement partie de ces prédicats qui se prêtent au jeu de la mesure ou de l’ordre. On peut évidemment discuter, remettre en cause et même rejeter un tel présupposé, mais là n’est pas la question.

  • 7 Bien évidemment, dire par exemple « Éloïse est plus » est tout aussi inintelligible. Le problème ne (...)

21Nous comprenons alors facilement qu’il est possible de concevoir l’égalité comme une opération similaire, ou mieux comme la définition de l’opération « ni plus ni moins ». Cette comparaison permet, en outre, d’exprimer un malaise, celui qui consiste à passer furtivement de la notion d’identité à celle d’égalité, et inversement. Ce passage est malvenu et il y a quelque chose d’égarant à construire le paradigme d’un énoncé faisant jouer la notion d’identité sur le modèle d’une égalité, i.e. en utilisant, le signe paradigmatique pour l’égalité – à savoir « = » – dans la construction d’un « énoncé d’identité ». Les exemples scolaires du type « Hespérus = Phosphorus » ou « George Orwell = Eric Blair » ont donc quelque chose de mystifiant. Le plus ou le moins, comme nous l’avons vu, ne sont tout d’abord pas des relations entre objets (des relations objectuelles) : « Hespérus est plus que Phosphorus » ou « Eric Blair est moins que George Orwell » ne veulent rien dire7. Ce n’est pas que de tels propos putatifs sont faux, c’est qu’ils n’ont aucun sens isolément, ils sont inachevés en tant que propos : on demandera en effet aussitôt « plus quoi ? » ou « moins quoi ? » – ce serait, à ce titre, comme dire « George Orwell est ni » ; on demandera en effet aussitôt « ni quoi ni quoi ? ». En contraste, « Hespérus est plus massive que Phosphorus » ou « Eric Blair est moins intelligent que George Orwell » sont parfaitement intelligibles (même s’ils sont par ailleurs faux).

22Remarquons en outre que si l’égalité se comprend comme « ni plus ni moins », on peut alors comprendre un jugement d’égalité de la façon suivante, dans ce que l’on pourrait appeler une « recette pour l’égalité » :

1. Nous partons d’un prédicat qui exprime une propriété qui (ou dont on estime qu’elle) se prête aux mesures, par exemple « ... est intelligent ».

2. Nous construisons grâce à l’opération « plus » et « moins » les prédicats à deux places d’argument : « … est plus intelligent que … » et « … est moins intelligent que … ».

3. Nous remplissons les places d’argument de ces deux prédicats par un couple tiré de notre domaine de quantification : « a est plus intelligent que b » et « a est moins intelligent que b ».

4. Nous nions chacun de ces prédicats et nous en donnons la conjonction : « a n’est pas plus intelligent que b et a n’est pas moins intelligent que b ». Autrement dit (en nous permettant un solécisme) « a est égal intelligent que b ». Par la suite, j’exprimerai une relation de comparaison obtenue par l’opération d’égalité de la façon suivante : « … est F-égal à … », avec la restriction évoquée plus tôt concernant les termes qui peuvent prendre la place de « F » (i.e. les termes qui expriment une propriété qui se prête aux mesures ou aux ordres). Plutôt que notre solécisme « a est égal intelligent que b », nous aurions pu dire « a est aussi intelligent que b » ou « a est autant intelligent que » (qui sont grammaticalement corrects).

23L’égalité semble donc bien être une opération qui donne – elle aussi – lieu à des relations de comparaison. Notons toutefois que ces opérations sont soumises à des règles constitutives du sens de ces opérations, exprimées de manière générale, par exemple par des considérations comme : quel que soit le prédicat monadique (F) utilisé et quels que soient les objets de notre domaine (x, y) considérés, si x est plus F que y, alors y sera moins F que x. Autre exemple, quel que soit le prédicat monadique (F) utilisé, et quels que soient les objets (x, y, z), si x est plus F que y et que y est plus F que z, alors x est plus F que z. Ce sont ces règles que nous sommes tentés de considérer comme des propriétés des relations « être plus », « être moins » ou « être égal ». Pour ce qui nous intéresse, nous avons les règles suivantes constitutives du sens de « égal » qui risquent d’être confondues avec les caractéristiques familières de la supposée relation d’identité.

24Quel que soit le prédicat monadique (F) utilisé et quels que soient les objets (x, y, z), nous aurons :

I. x est F-égal à x (x n’est pas plus F que x, et x n’est pas moins F que x).

Cette règle de l’égalité ressemble fortement à ce que l’on cherche à reconnaître comme la « réflexivité de l’identité ».

II. Si x est F-égal à y, alors y est F-égal à x (si x n’est ni plus F que y, ni moins F que y, alors y n’est ni plus F que x, ni moins F que x).

Cette règle de l’égalité semble constituer ce que l’on cherche à reconnaître comme la « symétrie de l’identité ».

III. Si x est F-égal à y et que y est F-égal à z, alors x est F-égal à z (si x n’est ni plus F ni moins F que y et que y n’est ni plus F ni moins F que z, alors x n’est ni plus F ni moins F que z).

Cette règle de l’égalité semble enfin constituer ce que l’on cherche à reconnaître comme la « transitivité de l’identité ».

25On remarquera en outre (grâce aux équivalences données entre parenthèses) que ces règles peuvent simplement découler des règles constitutives du sens des opérations « plus » et « moins » (cela veut dire qu’elles font système et qu’en rejeter une équivaut à rejeter tout le système). Tout cela n’est pas très étonnant et revient simplement à dire que l’opération « égal » construit des relations de comparaison qui sont forcément (par une nécessité grammaticale) des relations d’équivalence.

26Un autre point de comparaison important serait le suivant : si je dis « Michel est plus intelligent que Romain », il serait saugrenu de penser qu’un tel propos puisse se décomposer de la façon suivante : « Michel est intelligent, et Romain est intelligent, et Michel est plus que Romain ». Encore une fois, on veillera à bien distinguer cette décomposition de cette autre décomposition : « Michel est intelligent, et Romain est intelligent, et Michel l’est plus que Romain », qui est, elle, parfaitement acceptable. La différence entre ces deux décompositions est cruciale puisque l’une reconnaît le plus comme une relation objectuelle, tandis que l’autre ne le fait pas. Cette tentative de décomposition repose sur l’espoir que le plus exprimerait une relation absolue, i.e. que « … est plus que … » exprimerait une relation entre les objets de notre domaine de discours. Or, de la même façon, si je dis (en gardant notre solécisme) « Michel est égal-intelligent que Romain », il y aurait quelque chose d’absurde à vouloir décomposer ce propos en disant « Michel est intelligent, Romain est intelligent, et Michel = Romain ». Les opérations « plus », « moins » et « égal » ne sont pas, encore une fois, des relations entre des objets.

  • 8 Ici aussi, il est certainement contestable que les termes « moche » et « beau » (ou les prédicats « (...)
  • 9 Je vais préciser dans un instant cette dernière remarque, trop brève pour le moment.

27D’un point de vue psychologique, il est (peut-être) tentant de penser que « être plus que » serait la relation de comparaison par excellence, la mère de toutes les comparaisons, un peu comme l’identité serait la relation objectuelle par excellence (la mère de toutes les relations). Pourrais-je toutefois dire de manière cohérente, et en guise de comparaison ultime, « mon stylo est plus que ton stylo », avec l’idée que sa supériorité serait en quelque sorte absolue (mon stylo serait supérieur au tien à tous les égards) ? C’est très douteux car si l’on ne restreint pas les égards en question, il est difficile de voir comment nous pourrions échapper à toutes sortes de contradictions. Ainsi, dans cette optique, en disant « mon stylo est plus que ton stylo », il s’ensuivrait inévitablement par exemple : il est plus onéreux et il est aussi plus économique, il est plus beau, mais il est aussi plus moche8 ! Cette idée enfantine d’une relation de comparaison absolue est donc absurde, elle est le fruit d’une confusion, et les fruits d’une confusion ne sauraient être assimilables. Cet autre point de comparaison joue également en faveur de l’abandon de l’idée que « plus » jouerait le rôle d’une relation objectuelle, et les errements et les malentendus – qui sont pourtant assez clairs dans un tel cas de figure – se retrouvent de manière moins claire dans des considérations sur la notion d’identité. La différence entre l’égalité et l’identité pourrait se formuler ainsi : l’égalité nous fait passer d’un prédicat à une place d’argument à un prédicat à deux places d’argument, tandis que l’identité nous fait passer d’un prédicat à deux places d’argument à un prédicat à une place d’argument9.

28Pour récapituler, la comparaison que je viens de dresser possède trois avantages :

29(1) Elle nous familiarise avec l’idée d’une opération qui prend comme argument un prédicat et qui donne comme valeur un prédicat. Ici, nous avons affaire à des opérations (« plus que », « moins que » et « égal à ») qui transforment un prédicat monadique en un prédicat au moins dyadique. Je dis que cette opération transforme un prédicat monadique en un prédicat au moins dyadique car rien n’empêche en effet de considérer que l’opérateur transforme un prédicat monadique en un prédicat dont l’arité est supérieure à 2. Par exemple, nous avons dit qu’à partir du prédicat « … est intelligent », nous arrivions sur la relation « … est plus intelligent que … », mais la relation de comparaison peut très bien valoir entre trois, quatre, cinq ou n objets de notre domaine. Nous pourrions ainsi dire « … est plus intelligent que … et … » (« Michel est plus intelligent que Romain et Sandrine »). À strictement parler, il faudrait donc formuler la différence entre l’opération d’identité et l’opération d’égalité de la façon suivante : l’opération d’identité transforme un prédicat d’arité n (avec n > 1) en un prédicat d’arité m (avec m < n), tandis que l’opération d’égalité transforme un prédicat à une place d’argument en un prédicat d’arité m (avec m ≥ 2).

30(2) Elle nous permet de distinguer nettement la notion d’égalité de la notion d’identité : toutes les deux relèvent d’une opération d’ordre supérieur (qui prend comme argument un prédicat et qui donne comme valeur un prédicat), et ni l’une ni l’autre ne sont des relations objectuelles, mais il ne s’agit toutefois pas des mêmes opérations. Nous venons de donner dans le point précédent le détail de cette différence. Cette différence est une raison suffisante pour ne pas penser ou soutenir que l’égalité et l’identité sont des opérations interchangeables.

  • 10 C’est ce que l’on appelle dans la littérature « la relativité sortale de l’identité ».

31(3) Elle nous familiarise également avec une idée importante, l’idée d’une dépendance d’une opération à un (type de) prédicat. Les opérations « plus », « moins » et « égal » (le plus, le moins, l’égalité) dépendent intrinsèquement d’un prédicat pour s’exécuter ; sans un prédicat monadique d’un certain type (exprimant des propriétés pouvant donner lieu à des mesures ou des ordres), l’opération « plus » reste lettre morte. Une dépendance à un certain type de prédicat est également, me semble-t-il, à l’œuvre dans l’identité10.

  • 11 Pour une étude plus complète, voir le premier chapitre de mon ouvrage Le Mélange des genres. Critiq (...)

32Ces remarques programmatiques ne sont bien entendu pas en tant que telles décisives, mais elles ont au moins l’avantage de signaler ou d’attirer l’attention sur une ligne de divergence qui est rarement remarquée dans les discussions11. Je pense par ailleurs, si cette divergence est prise au sérieux, qu’elle trace une voie possible pour une critique radicale de la métaphysique conçue comme science. Si je reviens maintenant à ma question initiale, j’ai essayé de suggérer – en considérant le meilleur candidat à un principe métaphysique d’identité (meilleur en cela qu’il n’est aujourd’hui pour ainsi dire jamais questionné et pourtant fréquemment utilisé) – que la réponse pourrait être négative, et qu’il n’y aurait rien de tel qu’un (rien qui soit un) principe métaphysique d’identité. Bien entendu, si la critique radicale que j’évoquais à l’instant est menée jusqu’à son terme, la conséquence est alors que l’idée même d’un principe métaphysique est dénuée de sens.

Notes

1 Voir à cet égard le célèbre texte de Max Black, « The Identity of Indiscernibles », Mind, 61 (242), avril 1952, p. 153-164, traduction et présentation Sébastien Motta, « L’identité des indiscernables », Philosophia Scientiæ, 16 (3), 2012, p. 113-132.

2 Ce qui laisserait sinon la place à l’objection évidente que si l’identité est une relation et qu’une relation est une relation entre des objets différents, alors l’identité serait une relation impossible.

3 Gottlob Frege, « Sens et dénotation », in : Écrits logiques et philosophiques, Paris, Seuil, 1971, p. 102.

4 P. T. Geach, « Reference and Buridan’s Law », Philosophy, 62 (239), 1987, p. 9-10. Voir également du même auteur Reference and Generality, Ithaca, Cornell University Press, 1980, p. 10.

5 K. Wehmeier fait brièvement allusion à un argument donné par Pardey qui est assez proche de celui que je viens de donner (sans toutefois utiliser la loi de Buridan), voir K. Wehmeier, « Wittgensteinian Tableaux, Identity, and Co-Denotation », Erkenntnis, 69 (3), 2008, p. 363-376.

6 Je renvoie le lecteur à mon ouvrage intitulé Le Mélange des genres. Critique de l’ontologie par l’élucidation du concept d’identité, à paraître aux éditions Classiques Garnier.

7 Bien évidemment, dire par exemple « Éloïse est plus » est tout aussi inintelligible. Le problème ne vient donc pas du nombre de termes.

8 Ici aussi, il est certainement contestable que les termes « moche » et « beau » (ou les prédicats « … est moche » ou « … est beau ») se prêtent à des mesures, mais puisque l’argument ne repose pas sur cette question – comme en atteste la pertinence de l’autre exemple –, je n’ai pas besoin de me prononcer à ce sujet. Penser qu’il suffit – pour sortir de cet embarras – de se débarrasser des prédicats contradictoires ne fera pas l’affaire et repose sur une idée problématique : celle selon laquelle tout ce qui se prête à des mesures forme un tout cohérent. Tout ce qui se prête à une hiérarchie ne saurait pourtant former un tout cohérent.

9 Je vais préciser dans un instant cette dernière remarque, trop brève pour le moment.

10 C’est ce que l’on appelle dans la littérature « la relativité sortale de l’identité ».

11 Pour une étude plus complète, voir le premier chapitre de mon ouvrage Le Mélange des genres. Critique de l’ontologie par l’élucidation du concept d’identité (à paraître). L’idée que l’identité serait mieux conçue comme une opération d’ordre supérieur se trouve chez un auteur peu lu et peu discuté, C. J. F. Williams, What is Identity ?, Oxford, Clarendon Press, 1989 et Being, Identity, and Truth, Oxford, Clarendon Press, 1992.

Auteur

UMR 7304 Centre Gilles Gaston Granger

© Collège de France, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search