Version classiqueVersion mobile

Les principes métaphysiques

 | 
Alexandre Declos
, 
Jean-Baptiste Guillon

II. Au principe de la réalité : la question de la fondation

Le brutalisme de la fondation

Alexandre Declos

Texte intégral

“There is a theory which states that if ever anyone discovers exactly what the Universe is for and why it is here, it will instantly disappear and be replaced by something even more bizarre and inexplicable. There is another theory which states that this has already happened.”

Douglas Adams, The Restaurant at the End of the Universe

Introduction

1La « fondation » [grounding] s’est trouvée au cœur de nombreuses discussions philosophiques récentes. Cette notion, de manière générale, vise à permettre l’analyse des rapports de priorité ou de dépendance ontologique qui peuvent exister entre certaines entités ou certains faits. Elle est ainsi étroitement corrélée à une interrogation sur ce qui est plus ou moins fondamental dans la réalité. S’il est possible de considérer que les rapports de fondation ne concernent que certaines « régions » ou certains « niveaux » de l’être, beaucoup s’accordent aujourd’hui pour penser que la réalité est structurée de manière fondationnelle in extenso. Une question qui reste polémique, toutefois, est celle de savoir s’il existe un niveau ontologique fondamental, qui serait lui-même non fondé.

2Dans cet article, je tenterai de montrer que ces discussions récentes sur la fondation et la fondamentalité invitent à rejeter le « Principe de Raison Suffisante » [PRS], ou du moins, l’une de ses formulations. Autrement dit, j’entends affirmer que les métaphysiciens qui conçoivent la réalité comme une structure fondationnelle doivent admettre l’existence de faits bruts, dénués de raison. Contre le PRS, ils se trouveraient donc engagés à adopter une forme de « brutalisme ». Deux développements indépendants seront proposés afin de défendre cette hypothèse. Il s’agira avant tout de vérifier que le PRS est directement incompatible avec le « Fondationnalisme Métaphysique » [FM], puis de prémunir cette conclusion contre plusieurs objections possibles. Je défendrai ensuite le bien-fondé d’une certaine critique envers l’« Infinitisme Métaphysique » [IM], qui implique ultimement de rejeter cette doctrine et, avec elle, le PRS. La conclusion proposée sera donc la suivante : si le FM est vrai et/ou si l’IM est intenable, alors il y a de bonnes raisons de penser que le PRS est faux.

3Le parcours de cet article sera le suivant. Je proposerai d’abord quelques considérations introductives sur le PRS, le rationalisme et le brutalisme (section 1), avant d’envisager plus en détail la notion de fondation métaphysique (section 2) ainsi que les doctrines du FM et de l’IM (section 3). Il s’agira ensuite de montrer que le FM est directement incompatible avec le rationalisme (section 4). Enfin, je proposerai de défendre que l’IM se heurte à une objection massive, qui conforte, une fois de plus, la thèse brutaliste (section 5).

1. Rationalisme et brutalisme

1.1. Rationalisme et PRS

  • 1 Suivant Della Rocca (2010) et Dasgupta (2016), notamment.
  • 2 Cette différence se trouve bien exprimée par formule de Jacques Bouveresse : « Ce n’est pas parce q (...)

4Le rationalisme, tel que ce terme sera utilisé ici1, désigne l’acceptation du PRS. Selon les défenseurs de ce principe, éminent dans la tradition métaphysique, rien n’est sans raison, ce qui revient à dire qu’aucune chose n’est inexplicable. Cette affirmation doit être comprise comme une proposition métaphysique et non comme un simple réquisit épistémologique. Il arrive souvent que nous ne soyons pas en mesure de fournir l’explication d’un phénomène, pour diverses raisons théoriques ou pratiques. Ce que le PRS exige n’est pas que nous soyons de facto capables de tout expliquer. Il stipule, plutôt, qu’il existe et doit exister une raison suffisante, soit une explication, pour tout phénomène2. Ainsi, le rationaliste n’a pas besoin de défendre que nous pourrons, un jour, tout expliquer. Ce qu’il soutient, c’est plutôt que toute chose, métaphysiquement parlant, est explicable.

  • 3 Pruss (2006).
  • 4 On trouve trace de cette idée, notamment, chez Spinoza (Éthique, I, 11, 2).

5Bien sûr, il est potentiellement égarant de parler du PRS, puisqu’il existe plusieurs versions non équivalentes de ce principe3. On peut considérer qu’il porte sur des entités (Tahko, 2018), des faits (Della Rocca, 2010), ou encore, des propositions (Pruss, 2006 ; Guigon, 2015). Le PRS peut également être restreint de sorte à ne porter que sur ce qui existe, ou bien s’étendre aux-non existants (dans ce cas, la non-existence des licornes, par exemple, devrait avoir une raison suffisante4). Se pose aussi la question de savoir si le PRS concerne simplement les entités qui existent actuellement ou s’il faut également le faire porter sur les possibilia. Le principe peut enfin varier en force modale, selon qu’il inclura ou non le domaine du nécessaire (voir Pruss, 2006).

6S’il existe, donc, plusieurs variantes non équivalentes du PRS, reste que ce principe jouit d’une certaine plausibilité prima facie sous sa formulation la plus générale. Comme le note Della Rocca (2013), son éminence dans la tradition philosophique procède vraisemblablement de notre croyance naturelle en l’intelligibilité du réel. L’acceptation du PRS, autrement dit, semble trouver son origine dans la réticence à admettre l’existence de faits bruts ou inexplicables. Si je me réveillais un matin dans un pays à l’autre bout du monde, ma réaction ne consisterait pas à croire que cette étrange situation est sans raison. Je chercherais, au contraire, une explication, qu’il s’agisse de déterminer si j’ai été victime d’un kidnapping, si je rêve, si je suis fou, ou quoi que ce soit d’autre. Peu importe si je trouve de fait une explication. L’important est que je croirai sans doute qu’il doit y avoir une explication. On retrouve cette même demande explicative dans la science, qui répugne à admettre des phénomènes en droit inexplicables (Pruss, 2006, 255). Ainsi le PRS trouve-t-il un soutien dans l’attitude naturelle qui consiste à refuser de croire au pur mystère ou à l’intrinsèquement inexplicable.

7Cela étant, le PRS a été la cible de vives attaques dans la littérature métaphysique contemporaine. Il n’est pas exagéré de dire, avec Dasgupta, que le rationalisme est désormais considéré comme « une position archaïque, qui n’a guère besoin d’être prise au sérieux aujourd’hui » (2016, 379). Plusieurs raisons peuvent expliquer ce point. D’abord, le PRS a fréquemment été convoqué à titre de prémisse dans les arguments cosmologiques (Reichenbach 2017). À cet égard, beaucoup jugent que l’acceptation du PRS implique d’admettre l’existence d’un être nécessaire, sinon divin, ce qui peut fournir une raison de le rejeter (aussi bien que de l’accepter !). Un certain nombre d’inquiétudes ont également été formulées quant à la compatibilité du PRS avec nos meilleures théories scientifiques, et notamment, avec les phénomènes indéterministes du niveau quantique (Pruss, 2006). Enfin, le discrédit du PRS est surtout dû à un argument puissant qui a été formulé à son encontre par Van Inwagen (1983) et Bennett (1984), resté connu sous le nom de « l’effondrement modal » [modal collapse]. Celui-ci, en son principe, consiste à montrer que la vérité du PRS entraînerait d’accepter la doctrine très problématique du nécessitarianisme, c’est-à-dire l’idée que toute proposition vraie l’est nécessairement.

8Je ne chercherai pas ici à décider de l’acceptabilité intrinsèque du PRS, ni à statuer sur la question de savoir quelle est sa meilleure formulation. Il s’agira plutôt que de vérifier que ce principe, sous l’une de ses formes, est incompatible avec certaines doctrines métaphysiques concernant la structure de la réalité. La version du principe que j’entends examiner porte sur des faits (qui seront désignés dans ce qui suit par des crochets : [f], [f1], [f2],…), plutôt que sur des propositions ou des entités. Qui plus est, je considérai une version du PRS qui se comprend dans les termes d’une notion substantielle d’explication métaphysique, qui sera présentée plus loin. Le PRS, tel que je le discuterai ici, peut donc être énoncé comme suit :

PRS : Tout fait possède une explication métaphysique.

9Pour le redire, je comprendrai le rationalisme comme la doctrine qui accepte le PRS ainsi compris.

1.2. Anti-rationalisme ou « brutalisme »

10Pour les raisons évoquées ci-dessus, beaucoup de métaphysiciens rejettent aujourd’hui le PRS. Par là, ils acceptent la thèse que j’appellerai le « brutalisme ». Le brutalisme est la position qui procède de l’acceptation de faits « bruts », c’est-à-dire d’états de choses qui obtiennent de manière contingente, sans explication ou sans raison dernière (Hudson 1997) :

  • 5 Une formulation alternative est celle de Markosian (1998). Selon lui, dire que [f] est un fait brut (...)

Brutalisme : Il existe des faits bruts, c’est-à-dire dénués d’explication métaphysique5.

11La notion de « fait brut », ici, est comprise en un sens ontologique. Elle permet de désigner les états de chose qui existent sans dériver ou dépendre d’autres faits sous-jacents. À cet égard, il convient de ne pas confondre les faits bruts, ontologiquement parlant, avec les faits qui n’ont présentement pas d’explication mais dont on présume qu’ils pourraient ou pourront en avoir une –ce qu’on pourrait appeler des faits épistémiquement bruts. Un fait ontologiquement brut ne peut et ne pourra jamais être expliqué. Il s’agit donc d’un fait inexplicable par principe. Bien sûr, admettre l’existence de faits ontologiquement bruts ou « sans pourquoi » contrevient au PRS. Le brutalisme est donc la position directement opposée au rationalisme, tel qu’on l’a défini plus haut.

  • 6 Ce qui ne revient pas à dire qu’une telle chose n’est pas concevable ou métaphysiquement possible. (...)

12Sous sa version peut-être la plus englobante, le brutalisme peut être défendu comme une thèse cosmologique, qui consiste à affirmer que l’existence de l’Univers est, en son principe, dépourvue de raison (voir Parfit, 1998). Comme la fameuse rose de Silesius, l’Univers serait « sans pourquoi ». Non seulement, il aurait pu ne pas être, mais le fait qu’il soit tel qu’il est actuellement serait dénué de raison ou d’explication. Suivant cette thèse, l’existence de la réalité, et même de la réalité telle qu’elle est, serait un fait brut. S’il est possible d’accepter une thèse brutaliste regardant l’existence de l’univers ou ses propriétés fondamentales, il est important de noter que le brutalisme n’est jamais défendu de manière intégrale. Il n’existe pas, à ma connaissance, de métaphysicien acceptant la version la plus radicale du brutalisme, qui consisterait à dire qu’il n’existe que des faits bruts, de sorte qu’il n’existerait d’explication ou de raison suffisante pour aucun fait6. La raison en est que cette thèse semble simplement fausse : nous pouvons déjà, de toute évidence, produire des explications ou déterminer la raison suffisante d’un nombre indéfini de faits et de phénomènes.

13Pour cette raison, le brutalisme est généralement présenté et défendu de manière plus locale. Il s’agit alors de dire que certains faits (ou certains types de faits) sont bruts. Ned Markosian (1998), par exemple, a défendu que la composition est brute, ce qui revient à affirmer qu’il n’y a pas d’explication au fait que certains arrangements de choses, mais pas d’autres, composent une nouvelle entité. Défendre une telle conception vis-à-vis de la composition n’implique pas de statuer quant à l’explicabilité ou l’inexplicabilité d’autres types de faits. Notons que l’on trouve de telles stratégies brutalistes « locales » dans de nombreux débats métaphysiques (concernant, par exemple, la similarité, les propriétés naturelles, le réalisme moral, la nécessité). Ce qui leur est commun est l’affirmation que certains faits ou certaines vérités n’ont pas d’explication. Le point important est que ces diverses stratégies brutalistes « locales » contreviennent au PRS tel que défini plus haut, et donc au rationalisme. Admettre l’existence d’un fait brut (ou d’un type de faits bruts) suffit à garantir cette conclusion.

2. Fondation métaphysique, rationalisme, brutalisme.

14Ces premiers points posés, il faut maintenant revenir plus précisément sur la notion de « fondation », afin de voir comment celle-ci peut servir à définir le rationalisme et le brutalisme.

2.1. La notion de fondation.

  • 7 Je m’en tiendrai ici à quelques remarques introductives et générales sur le grounding. Le lecteur p (...)

15Le grounding, en métaphysique, se veut capturer un certain type de détermination ou de dépendance ontologique, qui aurait pour corrélat une forme substantielle d’explication métaphysique7. Généralement parlant, on peut dire que x fonde y si y dépend de x dans sa nature ou son existence. La notion de fondation, ainsi comprise, se trouve de fait convoquée dans un grand nombre d’affirmations ou de positions philosophiques. En voici un aperçu (je reprends quelques-uns de ces exemples à Carnino, 2017) :

a) Le singleton {Socrate} existe parce que Socrate existe.

b) Les faits mentaux sont déterminés par les faits physiques.

c) Les propriétés esthétiques dépendent des propriétés physiques.

d) Cette balle est colorée parce que cette balle est rouge.

e) Les dispositions sont basées sur des propriétés catégoriques.

16Toutes ces propositions ont en commun de faire intervenir la notion de fondation, en affirmant que certaines choses dépendent d’autres. Les choses qui sont fondées, à cet égard, sont moins fondamentales que celles qui les fondent. On peut dire que si y est fondé par x alors y est « métaphysiquement dérivé » par rapport à x (Schaffer, 2009, 373). On peut alors introduire une distinction entre ce qui est dérivé et ce qui est absolument fondamental :

x est dérivé : quelque chose fonde x

x est absolument fondamental : rien ne fonde x

Bien sûr, il peut aussi exister des choses qui en fondent d’autres tout en étant elles-mêmes fondées. Dans ce cas, on dira que ces choses sont relativement fondamentales ou, si l’on veut, qu’elles sont plus fondamentales que ce qu’elles fondent.

  • 8 Il est courant, mais pas systématique, de tenir la fondation comme unitaire. Certains défendent que (...)
  • 9 Il faut dire, cependant, que ces deux points sont eux aussi controversés. En premier lieu, certains (...)

17Il faut maintenant dire un mot rapide des aspects plus techniques de la fondation. Dans cet article, je partirai d’un certain nombre de suppositions, en considérant la fondation comme une forme unifiée et primitive de dépendance ontologique8, et plus particulièrement, comme une relation obtenant entre des faits9. Pour simplifier, je ne parlerai ici que des cas de fondation totale, laissant de côté la question de la fondation partielle (Schaffer, 2009, 376). Enfin, je partirai de la vision la plus orthodoxe et répandue de la fondation, qui la considère comme un ordre partiel strict ; ce qui signifie qu’elle est comprise comme possédant les propriétés logiques suivantes :

Asymétrie : (∀x)(∀y) [(xFy) → ~(yFx)]

(si x fonde y, alors y ne fonde pas x)

Irréflexivité : (∀x) ~(xFx)

(aucun x ne se fonde lui-même)

18Transitivité : (∀x)(∀y)(∀z) [(xFy yFz) → (xFz)]

(si x fonde y et si y fonde z, alors x fonde z)

  • 10 S’il est peu controversé de rapprocher explication métaphysique et fondation, il est en revanche dé (...)

19Un dernier point, crucial, doit être mentionné. La notion de fondation, dans la littérature, est souvent étroitement liée, et même tout bonnement identifiée, à celle d’explication10. En effet, dire que y est fondé par x permet de rendre compte de l’existence ou de la nature de y. Mais il faut immédiatement ajouter que la fondation se veut correspondre à un type spécifique d’explication, qui se distingue de l’explication causale ordinaire (Fine, 2001, 15). Si je dis que la balle possède la propriété déterminable d’être colorée parce qu’elle possède la propriété déterminée d’être rouge, par exemple, il n’en va pas ici d’un lien causal, mais d’une dépendance d’une autre nature, que la fondation est précisément supposée capturer. C’est pour cette raison que le grounding peut être compris comme une forme d’explication proprement métaphysique, qui se distingue des explications causales plus ordinaires. L’idée d’un rapport étroit entre fondation et explication, qui plus est, tire sa plausibilité du fait que l’explication semble posséder la même structure que la fondation. La différence entre ce qui fonde et ce qui est fondé correspond assez intuitivement à celle qui existe entre l’explanans et l’explanandum. Il est également tenu pour évident que l’explication, tout comme la fondation, est asymétrique et irréflexive (Rosen 2010, Raven 2013). Autrement dit, on admet généralement que si une chose en explique une autre, l’inverse ne vaut pas ; et d’autre part, que rien ne s’explique soi-même.

2.2. Grounding, rationalisme, brutalisme

Tout ceci étant posé, nous pouvons formuler plusieurs propositions qui permettront de tenir ensemble la notion de fondation, le brutalisme, et le PRS. Nous venons de dire que la fondation est étroitement liée voire identifiée à celle d’explication métaphysique. Il est commun, dès lors, d’admettre l’équivalence fondation-explication suivante :

(EFE) : Si [f] fonde [f1], alors [f] explique métaphysiquement [f1]

Ainsi que sa converse :

(EFE’) : Si [f] explique métaphysiquement [f1], alors [f] fonde [f1]

À l’aide de (EFE) et (EFE’), nous pouvons arriver à une compréhension plus précise du brutalisme. Puisque nous avons admis que, si [f] est brut, alors [f] ne possède pas d’explication métaphysique ; et puisque dire d’un fait qu’il ne possède pas d’explication métaphysique revient à asserter qu’il n’est pas fondé, on peut dire qu’un fait est brut s’il n’est pas fondé. Ce qui permet de comprendre le brutalisme comme suit :

Brutalisme : Il existe des faits qui ne sont pas fondés

Ce qui revient à :

Brutalisme : Il existe des faits absolument fondamentaux

  • 11 Voir notamment Dasgupta (2016); Bliss (2013); Schnieder et Steinberg (2016); Levey (2016); Guigon ( (...)

20Cette compréhension fondationnelle du brutalisme a pour contrepartie une définition fondationnelle du PRS, que beaucoup d’auteurs ont explorée dans la littérature récente11. L’idée est simple. Puisque dire qu’un fait est fondé revient à affirmer qu’il possède une explication métaphysique, et puisque le PRS énonce que tout fait possède une explication métaphysique, ce principe équivaut finalement à :

PRS : Tout fait est fondé

Soit :

PRS : Il n’existe pas de faits absolument fondamentaux

21Maintenant que nous sommes en possession d’une définition fondationnelle du rationalisme et du brutalisme, il nous faut considérer deux thèses métaphysiques majeures que la notion de fondation permet de formuler : le FM et l’IM.

3. FM et IM

  • 12 L’opposition du FM et de l’IM, il est vrai, n’épuise pas l’espace logique. Reste le cas du « Cohére (...)

22Comme il a été dit plus haut, la notion de fondation cherche à capturer des rapports de priorité ou de dépendance ontologique. Elle invite donc naturellement à s’interroger sur la structure fondationnelle de la réalité, c’est-à-dire non seulement à demander ce qui fonde quoi, mais à déterminer s’il existe des faits absolument fondamentaux ou si, au contraire, tout fait est dérivé. La métaphysique récente de la fondamentalité s’est concentrée sur l’étude de cette structure fondationnelle et des différentes formes qu’elle pourrait prendre (voir Tahko, 2018). Dans cet article, je vais m’intéresser aux deux thèses les plus prédominantes qui ont été avancées en réponse à cette question: le Fondationnalisme Métaphysique et l’Infinitisme Métaphysique12.

3.1. Le Fondationnalisme Métaphysique

23Considérons, avant tout, le FM. Selon cette doctrine, la réalité est hiérarchiquement structurée par des relations de fondation et cette structure fondationnelle se termine dans un fondement lui-même non fondé. Le FM, à cet égard, défend que la fondation est la fois asymétrique et bien fondée (Thompson, 2016, 40).

  • 13 J’omets, pour des raisons de place, une précision intéressante : plusieurs auteurs ont pu défendre (...)

24Le réquisit d’asymétrie implique qu’il existe une direction et même une hiérarchie fondationnelle, qui court du plus au moins fondamental. Le FM propose donc une image stratifiée de la réalité, où différents niveaux se trouvent organisés en charpente (Schaffer, 2003, 498). Ce n’est pas cette idée, toutefois, qui singularise le FM, puisque l’IM, comme on verra, peut tout aussi bien admettre ce point. La spécificité du FM réside plutôt dans l’idée que la fondation est bien fondée, ce qui consiste à dire que toute chaîne fondationnelle se termine dans un élément qui est lui-même non fondé (voir Trogdon, 2013 ; Cameron, 2008 ; Bliss, ms ; Rosen, 2010 ; Tahko, 2018). Cette exigence permet de bloquer les régressions fondationnelles infinies qui ne se terminent ou ne s’acheminent pas vers un niveau fondamental13. L’idée centrale du FM est donc d’affirmer qu’il existe un fondement de l’être, un niveau minimal et fondamental (Schaffer, 2003, 498). Puisque la fondation est transitive, tous les niveaux seraient ultimement fondés dans ce niveau basique et lui-même non-fondé. On supposera ici que ce niveau fondamental consiste en des faits primitifs, que l’on pourra appeler les fondamentalia.

25Il existe, assurément, de nombreuses formes possibles de FM, qui diffèrent en fonction de qu’elles acceptent en guise de fondamentalia (il pourrait s’agir, par exemple, de faits relatifs aux essences, aux lois de la nature, à un créateur divin, parmi d’autres possibilités). Outre cette variation qualitative, le FM peut aussi admettre une variation directionnelle. Si l’on s’en tient simplement à considérer la structure méréologique du monde – et à supposer que celle-ci soit proprement capturée par la notion de fondation –, deux grands types de FM peuvent être distingués (Schaffer, 2010, 31-32). Le fondationnaliste « moniste » défend que ce sont les faits à propos du Cosmos, soit de l’univers compris comme tout, qui sont absolument fondamentaux. En ce cas, la fondation est descendante : les faits à propos des parties propres du cosmos seront dérivés des faits à propos du Cosmos (c’est-à-dire fondés par eux). Le FM moniste admet en ce sens une priorité ontologique des touts sur leurs parties propres. Puisque le Cosmos est compris comme une somme méréologique maximale, il possède une priorité absolue sur tout ce qui existe. La version « pluraliste » du FM, à l’inverse, défend que les faits à propos des parties propres minimales du Cosmos sont absolument fondamentaux. Cela revient à tenir la fondation pour ascendante. Les faits à propos des simples méréologiques fonderaient tous les autres faits, y compris les faits concernant le Cosmos. Dans cette perspective, ce sont donc les parties qui possèdent une priorité métaphysique sur les touts qu’elles forment.

  • 14 Voir aussi Schaffer (2009, 353) ; Audi (2012, 710) ; Dasgupta (2014a, 536).

S’il existe sans doute d’autres formes possibles de FM, le point important ici est simplement de tomber d’accord sur ce qu’emporte minimalement cette doctrine. Je propose la caractérisation suivante14 :

FM : pour tout fait [f], ou bien [f] est non fondé (si c’est un fondamentalium) ou bien [f] est ultimement fondé par les fondamentalia

3.2. L’Infinitisme Métaphysique

  • 15 Voir notamment : Cameron (2008) ; Tahko (2014, 2018) ; Bliss (2013); Morganti (2014), Bohn (2018).

26Maintenant, disons un mot du principal opposant au FM, savoir l’IM. Cette thèse a connu un certain succès dans la littérature récente15. Elle consiste, en son essence, à défendre que les chaînes de fondation ne se terminent pas dans une base fondamentale. Autrement dit, l’IM est la position qui découle du rejet de l’idée que la fondation est bien fondée : la structure fondationnelle continuerait à l’infini, sans jamais atteindre de niveau basique ou absolument fondamental. Cette position peut varier en force (Thompson, 2016). A minima, elle consiste à admettre l’existence d’au moins un fait qui, tout en étant fondé, n’est pas ultimement fondé par un fait absolument fondamental – ce qui revient de facto à accepter une chaîne infinie de fondation. Sous sa version plus forte, qui est celle que je discuterai ici, l’IM affirme que tout fait est tel qu’il est fondé, sans pourtant être fondé par des faits absolument fondamentaux. Cela revient à croire que tout fait, dans la réalité, est dérivé.

  • 16 Par exemple : « le monde repose sur quatre éléphants, les quatre éléphants sur une tortue, la tortu (...)

27Ici encore, il faut relever que plusieurs variantes non-équivalentes d’IM sont envisageables. Selon une première version, l’IM défend que la réalité possède une complexité infinie : chaque niveau de la chaîne fondationnelle est différent du précédent, au sens où il s’y trouve des types à chaque fois distincts de faits. Une autre variante d’IM est la « régression infinie ennuyeuse », où les chaînes de fondation sont telles qu’à un certain moment se trouvent répétés à l’infini de mêmes faits ou une même structure de faits16. On peut aussi, et pour s’en tenir là encore à la structure méréologique de la réalité, considérer des formes d’IM qui varient en termes de direction : l’infinité fondationnelle peut être tenue pour descendante, ascendante, voire les deux à la fois – ce qui correspond aux scénarios de mondes junky, hunky, et gunky (voir Declos, à paraître).

  • 17 Cette définition pourrait être affinée, car elle semble en l’état à peu près correcte pour définir (...)

28Quoiqu’il en soit de ces subtilités, on peut proposer cette définition générique de l’IM (sous sa version forte)17 :

IM : pour tout fait [f], [f] est fondé, mais il n’est pas le cas que [f] est ultimement fondé par un ou des faits absolument fondamentaux.

  • 18 Par souci de simplicité, je laisse de côté le cas des mondes « mixtes », où il existerait certaines (...)

29En un mot, alors que le FM admet l’existence de faits absolument fondamentaux, l’IM asserte quant à lui qu’il n’existe que des faits dépendants ou dérivés18. Ces définitions du FM et de l’IM étant posées, je voudrais maintenant considérer leur rapport au rationalisme et au brutalisme.

4. FM & PSR

30Considérons, en premier lieu, la relation du FM au PRS. Je ne vais pas, ici, tenter de montrer que le FM est vrai. Plus minimalement, je veux suggérer que si le FM est vrai, alors le rationalisme – et donc le PRS – est faux. Autrement dit, j’entends maintenir que le FM est engagé par principe envers une forme de brutalisme.

31Mais comment justifier cette idée ? La réponse s’ensuit simplement des définitions que nous avons proposées plus tôt. En effet, si posséder une explication métaphysique, pour un fait, revient à être fondé, et si le FM consiste à dire qu’il existe des faits absolument fondamentaux et donc non fondés, alors le FM implique de dire qu’il existe des faits dénués d’explication métaphysique, contre le PRS. En d’autres termes, si être fondé, c’est être métaphysiquement expliqué, alors les faits absolument fondamentaux, qui ne sont pas fondés, sont métaphysiquement inexplicables. Admettre l’existence d’un niveau fondamental, inviterait donc aussitôt, et par définition, à adopter une forme de brutalisme.

  • 19 Voir Bliss (2018, 2014); Cameron (2008); Dasgupta (2016).

32Cet engagement principiel du FM quant à l’existence de faits bruts a été relevé par plusieurs auteurs dans la littérature19. Nous pourrions en rester là pour arguer que le FM est essentiellement brutaliste. Les choses, toutefois, ne sont sans doute pas si simples. Même si c’est chose rare dans les faits, le défenseur du FM pourrait vouloir accepter le PRS et déployer différentes stratégies allant en ce sens. Ce sont ces différentes stratégies « anti-brutalistes » que je veux maintenant examiner, puis contester.

4.1. Fondation réflexive et auto-explication

33Une première manière de contester l’incompatibilité du PRS et du FM consisterait à défendre que le niveau fondamental n’est pas sans explication. À première vue, cette stratégie pourrait sembler contradictoire dans les termes. Si être absolument fondamental revient à ne pas être fondé, et donc à ne pas posséder d’explication, vouloir trouver une explication aux fondamentalia reviendrait à dire qu’ils sont fondés – ce qui est absurde. Toutefois, il semble possible de relâcher quelque peu cette équivalence entre explication et dépendance ontologique, à condition d’abandonner l’idée que la fondation est irréflexive – soit l’idée qu’aucun fait ne peut se fonder lui-même.

  • 20 « Quoique les fondationnalistes métaphysiques acceptent l’hypothèse de non-circularité, il se pourr (...)

34L’idée d’une fondation réflexive, en vertu de l’équivalence entre fondation et explication que nous avons exposée, correspondrait à celle d’un fait auto-explicatif. Ce qui m’intéresse, ici, est que si la fondation peut être réflexive, il existe alors des faits auto-fondés qui s’expliquent métaphysiquement eux-mêmes. Or cette possibilité, pourrait suggérer son défenseur, permettait de réconcilier le PRS et le FM : le niveau fondamental ne serait pas brut ou dénué d’explication, puisqu’il serait à lui-même sa propre fondation ou sa propre explication20. Tout, dans la réalité, aurait donc bien une explication. Les faits dérivés seraient ultimement expliqués par les fondamentalia et les fondamentalia s’expliqueraient eux-mêmes.

35Cette proposition, toutefois, me semble devoir être rejetée pour plusieurs raisons :

  • 21 « Un être qui ne dépend dans son existence de rien d’autre que lui-même […] peut également être déc (...)
  • 22 Ce point fait écho à l’argument fameux de Van Inwagen (1983) et Bennett (1984) dirigé à l’encontre (...)

36(1) Un premier problème réside dans le statut modal des faits auto-fondés. On a souvent suggéré que de tels faits, s’ils existent, doivent être nécessaires21, la suggestion inverse semblant peu intelligible. Si c’est là ce que le partisan du FM veut défendre à propos des fondamentalia, son hypothèse entraînera donc de croire que les fondamentalia sont nécessaires. Or ceci est problématique pour la raison suivante. On admet généralement, un principe de nécessitation pour la fondation (c’est-à-dire l’idée que si x fonde y, alors nécessairement, si x obtient, y obtient). Mais en ce cas, tenir le niveau absolument fondamental pour nécessaire entraînerait de croire que le reste de l’édifice fondationnel le serait également. Autrement dit, considérer les fondamentalia comme nécessaires conduit à accepter la vérité de cette position controversée qu’est le nécessitarianisme, qui affirme que rien n’est contingent ou que tout est nécessaire. Si c’est là le prix à payer pour concilier PRS et FM, beaucoup seront d’avis qu’il est bien trop lourd à payer22.

37(2) Une autre difficulté est que la notion de fondation réflexive semble contrevenir à l’idée même de priorité ontologique, au sens où elle autorise à affirmer qu’un fait peut être plus fondamental que lui-même. Or cette idée semble absurde : un fait auto-fondé devrait être métaphysiquement prioritaire sur lui-même, ce qui semble une hypothèse inintelligible. Nous pouvons renforcer cette critique de la manière suivante. Supposons que le fait [f] soit absolument fondamental et auto-fondé. Ceci semble impliquer que [f] existe à un niveau absolument fondamental NF, mais aussi, puisque [f] est fondé par lui-même, à un niveau inférieur NF-1. Ce qui est absurde, puisque dans ce cas NF ne serait pas un niveau absolument fondamental, contre l’hypothèse. Qui plus est, il est possible que ce modèle engendre une régression à l’infini de la fondation, puisqu’il semble que l’on pourrait dire ici que [f] à NF-1 est lui-même fondé par [f] à NF-2, etc.

38Sans doute pourrait-on répondre, ici, que les niveaux ontologiques sont identifiés par les faits qui s’y trouvent. Deux niveaux contenant les mêmes faits fondamentaux seraient alors identiques (Bliss, 2018). Dans ce cas, le problème serait réglé, puisque NF et NF-1 devraient être identifiés. Mais cette réponse ne fonctionnera pas dans le cas, en théorie possible, où un fait absolument fondamental et autofondé coexisterait, au sein d’un même niveau, avec des faits qui ne sont pas absolument fondamentaux. Autrement dit, s’il est possible que se trouve, à un même niveau ontologique, un fait absolument fondamental autofondé et un ou plusieurs fait(s) dépendant(s), alors la réponse proposée à l’instant ne fonctionne pas. On arriverait donc bien à l’idée, problématique, qu’un fait absolument fondamental se trouve à deux niveaux de la hiérarchie fondationnelle, ce qui semble absurde. La seule manière d’échapper à cette objection serait de stipuler qu’à chaque niveau où se trouve un fait absolument fondamental, ne peuvent exister que des faits absolument fondamentaux. Mais l’on ne voit pas pourquoi il faudrait, par principe, admettre une telle suggestion : l’idée que les niveaux de la réalité devraient être « purs » semble une suggestion gratuite, qui n’est pas acceptable dès lors qu’elle n’est pas défendue de manière indépendante.

39(3) Il existe, enfin, des raisons plus proprement épistémiques de supposer que la fondation n’est pas réflexive. Tout d’abord, étant donné la correspondance admise plus haut entre fondation et explication, admettre la possibilité d’une fondation réflexive impliquerait de contester un principe qui est généralement tenu pour évident, à savoir l’irréflexivité de l’explication (Guigon, 2015). Dire qu’un fait peut s’expliquer lui-même semble inacceptable, tout simplement parce qu’une telle explication serait circulaire. En ce sens, un argument simple serait de dire que, puisque la fondation est (ou correspond à) une explication métaphysique, et puisque l’explication est nécessairement irréflexive, alors la fondation est nécessairement irréflexive (voir Raven, 2013).

40Une deuxième manière de rejeter la possibilité d’une fondation réflexive à partir de considérations épistémologiques serait de dire que les explications réflexives sont inacceptables, car elles sont triviales ou non informatives (Bliss 2018, 2). Supposons que l’on m’interroge sur la raison d’un certain fait [f]. Clairement, il serait étrange de répondre que [f] possède bien une explication, à savoir … [f] lui-même ! On pourrait ici se plaindre que l’énoncé « [f] parce [f] » est tautologique et n’explique rien : il n’apporte aucune nouvelle information, ne montre pas comment [f] peut donner lieu à [f], ou pourquoi F existe plutôt que rien ou plutôt qu’autre chose. À cet égard, il semble que l’idée d’un fait auto-explicatif ne se distingue guère de celle d’un fait brut : si un fait se fonde ou s’explique directement lui-même, il n’y a pas d’explication substantielle au fait qu’il obtienne. En somme, on pourrait défendre qu’il est dans la grammaire même de l’explication qu’aucune chose ne s’explique elle-même (Oppy, 2006, 277-278).

41Différentes pistes sont donc ouvertes pour rejeter l’hypothèse d’une fondation réflexive, qui n’est sans doute pas la meilleure manière de défendre une version rationaliste de FM. Cela dit, il existe d’autres options « anti-brutalistes » qui sont ouvertes au fondationnaliste, qu’il reste à considérer.

4.2. Les fondamentalia autonomes

42Une seconde manière de contester l’incompatibilité du FM et du PRS pourrait consister à défendre que les faits absolument fondamentaux ne sont pas bruts, non pas au sens où ils auraient une explication, mais plutôt dans la mesure où ils échapperaient tout simplement à la demande explicative. C’est la thèse qu’a récemment défendu Dasgupta (2016). À suivre son propos, un partisan du FM pourrait affirmer qu’il existe un niveau absolument fondamental, mais que le PRS reste vrai puisque les faits absolument fondamentaux ne sont pas aptes à recevoir d’explication : il n’y aurait pas de sens à vouloir les expliquer. Auquel cas, leur absence d’explication ne serait pas une violation du PRS.

  • 23 Pruss a envisagé une même idée à partir d’un exemple d’une autre sorte : « 1 = 1 n’est pas un fait (...)

43L’essence de la proposition de Dasgupta consiste à distinguer entre plusieurs types de faits. Certains sont aptes à être fondés, mais ne le sont pas. Ce sont les faits « bruts », qui sont de facto inexplicables. Il y a, ensuite, les faits qui sont aptes à être fondés et qui le sont. Ce sont les faits « dérivatifs », qui sont de facto explicables. Enfin, il y aurait des faits qui ne sont pas aptes à être fondés en premier lieu. Ce sont les faits « autonomes », ou inexplicables de jure, puisqu’ils échappent tout bonnement à la demande explicative (Dasgupta, 2016, 385)23.

  • 24 Voir aussi Fine (1994) et Rosen (2010).

44Bien sûr, se pose alors la question de savoir quels types de faits peuvent être autonomes. La proposition de Dasgupta est qu’il s’agit de faits relatifs aux essences (2016, 86). Si l’on suppose que les faits autonomes sont absolument fondamentaux, la suggestion est ici que les essences des constituants de ces faits constituent le fondement où s’arrête la demande explicative. Le fait qu’il soit essentiel à l’eau d’être composée d’H2O, par exemple, devrait être compris comme autonome24. Ceci signifie que la question de savoir pourquoi il est essentiel à l’eau que d’être composée d’H2O n’a pas d’explication, non parce qu’il s’agit d’un fait brut, mais parce que ce n’est pas là un fait apte à recevoir une explication. Il est essentiel à l’eau d’être H2O, simplement puisque c’est ce qu’est l’eau. Les faits relatifs aux essences, ainsi, viendraient mettre fin à la demande explicative. Cette proposition permet, en théorie, de réconcilier FM et PRS : il existerait une hiérarchie fondationnelle, et tout fait dérivé serait ultimement fondé par des faits absolument fondamentaux mais autonomes. En ce cas, il est vrai qu’aucun fait ne serait dénué d’explication, soit parce qu’il est fondé par un autre, soit parce qu’il est absolument fondamental mais inapte à être fondé.

45Maintenant, que pourrait-on répondre à cette proposition anti-brutaliste ?

  • 25 « Il n’existe pas de limitations préalablement imposées sur les sortes de faits dont nous pouvons d (...)

46Un premier type de critique pourrait porter sur la distinction entre faits autonomes et faits bruts. Dasgupta défend cette distinction à l’aide d’une analogie. Selon lui, tout comme il serait absurde de demander l’explication causale d’une vérité mathématique, il est inintelligible de chercher à expliquer métaphysiquement (soit à fonder) les faits relatifs aux essences. Toutefois, cette analogie n’est pas entièrement convaincante. L’explication causale, de fait, possède bien une « limitation de portée » inhérente, puisqu’elle concerne seulement les phénomènes spatio-temporels – échouant, de ce fait, à porter sur le domaine d’entités abstraites comme les nombres. En revanche, l’on peut douter que l’explication métaphysique soit limitée de la sorte. Comme le relève Ted Sider, aucun fait ne semble par principe échouer à être un explanandum possible en métaphysique25. Aussi, l’objection que l’on pourrait faire à Dasgupta est qu’il n’est en rien intégré dans la signification même de la notion de « fondation » que certains types de faits doivent tomber hors de son champ d’application. En théorie, tout fait est apte à être fondé et donc à être expliqué métaphysiquement. Qu’il le soit ou non est une autre affaire. Tout ce qui importe est qu’il semble ad hoc de faire tomber par principe certains types de faits hors du domaine de l’explication métaphysique. Si cette objection est juste, on pourrait, alors, disputer l’existence de faits autonomes, inaptes à l’explication métaphysique.

47Un second problème porte sur l’identification des faits absolument fondamentaux aux faits autonomes. Dasgupta défend qu’il est dans la nature des faits absolument fondamentaux d’être autonomes, puisqu’ils portent sur les essences des constituants de ces faits. Mais l’idée que tous les faits absolument fondamentaux et seulement eux s’avèrent échapper à demande toute explicative peut sembler une supposition gratuite, d’autant plus si c’est sur cette clause que repose ultimement le PRS. Je n’aurai pas le temps de développer ces suggestions, mais il semble au moins possible qu’il puisse exister des faits absolument fondamentaux qui ne soient pas relatifs aux essences, mais aussi que les faits portant sur les essences soient fondés par quelque chose d’autre. Ainsi, la proposition de Dasgupta demanderait beaucoup plus de raffinement pour montrer que les faits absolument fondamentaux sont tous autonomes, et que seuls les faits portant sur les essences sont autonomes (voir Bohn, 2018, 179, pour une discussion sur ce point).

48Aussi, il semble que l’appel à de supposés faits « autonomes » n’est pas des plus satisfaisants. Un fondationnaliste rationaliste pourrait toutefois mobiliser une dernière stratégie différente pour nier l’incompatibilité du FM et du PRS.

4.3. Fondamentalité sans brutalité

  • 26 « La fondamentalité n’est pas équivalente à la brutalité, ni ne devrait être utilisée comme guide v (...)

49L’avocat d’un FM rationaliste pourrait chercher à nier l’équivalence que nous avons posée entre brutalité et fondamentalité, ou autrement dit, défendre que ce n’est pas parce qu’un fait est absolument fondamental qu’il est brut. C’est une thèse qui a été récemment défendue par Taylor (2018)26. Si cela est juste, le PRS pourrait en principe être réconcilié avec le FM : les faits absolument fondamentaux pourraient posséder des explications.

50Taylor développe cette thèse à l’aide de l’exemple que voici. Imaginons un univers qui ne serait composé que de quatre carreaux plats, deux noirs et deux blancs, que l’on appellera W, X, Y, et Z. Supposons que ces carreaux sont arrangés en forme de carré et que le carreau noir W occupe la partie haute gauche de ce carré (Taylor suppose, pour les fins de l’exemple, que les directions dans l’espace sont absolues). Nous aurions donc :

51Stipulons maintenant que W, X, Y et Z ne dépendent de rien d’autre dans leur existence et qu’ils ne se décomposent pas en entités plus fondamentales. En ce cas, les carreaux ou, plutôt, les faits à leur propos sont les fondamentalia dans cet univers. À partir de cet exemple, Taylor défend que l’explication métaphysique peut valoir horizontalement, soit entre les fondamentalia. Ce qui revient à dire que l’on pourrait expliquer certains faits à propos des carreaux à l’aide de faits à propos d’autres carreaux, et donc expliquer des faits qui se trouvent à un même niveau de fondamentalité. Par exemple, considérons le carreau noir W, qui se trouve en haut à gauche de l’univers. Si nous voulons expliquer le fait que W se trouve dans la région « haute et gauche » de l’univers, alors nous pouvons proposer l’explication suivante : les tuiles X, Y et Z occupent trois places. Puisqu’il n’existe que quatre « places » dans l’univers, et que X, Y, et Z sont occupés, il n’y a aucun autre endroit où W peut être situé. W doit donc se situer en haut à gauche de l’univers. Ce raisonnement, dit Taylor, explique le fait que W est situé là où il est situé. Si cet argument est juste, des faits absolument fondamentaux semblent donc expliquer d’autres faits également absolument fondamentaux. Dans ce cas, on pourrait envisager que le PRS soit conciliable avec le FM : il existerait un niveau absolument fondamental mais tel que les faits n’y sont pourtant pas bruts.

52Je ne crois pas, toutefois, que cet argument soit convaincant. Tout d’abord, il semble clair que ce raisonnement ne fonctionnerait pas si l’on admettait une thèse moniste à la Schaffer (2010), où ce qui est absolument fondamental et dérivé seraient respectivement le Cosmos et ses parties propres. En effet, si le tout qu’est le carré était absolument fondamental, alors les faits à propos de la position des carreaux (i.e., de ses parties propres) seraient dérivés. Ils seraient fondés par certains faits à propos du carré lui-même. Il suffit donc de renverser la direction de la fondation, pour ainsi dire, afin d’écarter l’objection de Taylor.

53Outre cette première complication, il existe une difficulté plus sérieuse dans cet argument. Il me semble que l’explication supposée valoir ici entre les fondamentalia n’est pas un contre-exemple à l’incompatibilité du FM et du PRS, dans la mesure où il ne s’agit pas du type d’explication qui figure dans le PSR tel que nous l’avons défini. Pour rappel, cette formulation fondationnelle du PRS se conçoit comme une exigence d’explication métaphysique, qui consiste ultimement à savoir ce qui fonde quoi. Or ici, l’idée de Taylor ne saurait consister à dire que X, Y et Z expliquent métaphysiquement W. Car dans ce cas, cela reviendrait à dire que X, Y et Z fondent W. Or cela reviendrait à admettre que les faits fondamentaux sont fondés, ce qui est une contradiction.

54Puisque l’on ne peut dire que X, Y, Z fondent W, il s’ensuit que l’explication proposée ici de la position de W n’est pas une explication métaphysique, mais une explication d’une autre sorte. C’est un point que l’on peut déjà discerner, en réalité, à partir du fait que l’explication proposée ne porte pas sur la nature ou la raison de l’existence de W. Dans notre exemple, nous avons peut-être expliqué – par élimination – pourquoi W se trouve là où il se trouve. En revanche, nous n’avons pas expliqué pourquoi W existe. Pas plus n’avons-nous expliqué pourquoi W occupe cette position donnée plutôt qu’une autre : après tout, il semble que ce carreau aurait parfaitement pu occuper la région « basse droite » de cet univers, soit la position occupée par Z. L’explication proposée par Taylor s’avère donc finalement bien mince. Il en ira bien sûr de même pour X, Y, et Z. Si W, X, Y et Z sont des fondamentalia, toutes ces questions relatives à leur existence ou leur nature ne sauraient trouver de réponse, simplement puisque ces entités ne sont fondées par rien d’autre. Ainsi les faits métaphysiques substantiels à propos de ces entités restent bruts. Puisqu’il ne peut se comprendre comme un cas d’explication métaphysique entre les fondamentalia, l’argument de Taylor échoue donc à montrer que l’on peut être fondationnaliste sans être brutaliste.

55J’en ai dit assez sur l’incompatibilité du FM et du PRS. Si ce qui précède est juste, les stratégies anti-brutalistes que pourraient déployer les fondationnalistes ne fonctionnent pas, ou ont des conséquences trop problématiques pour être aisément acceptables. En ce cas, adhérer au FM, c’est dire qu’il existe des faits absolument fondamentaux et donc bruts. Autrement dit, si le FM est vrai, le PRS est faux. Le FM semble donc foncièrement engagé envers le brutalisme de la fondation.

5- IM et PRS

56Si l’on admet que le FM est par principe engagé envers une forme de brutalisme, le rationaliste pourrait avoir une bonne raison ici de se tourner vers l’IM. Cette stratégie serait d’autant plus justifiée que le PRS, en réalité, s’ensuit trivialement de la définition de l’IM que nous avons proposée. En effet, si l’IM consiste à dire que tout fait est dépendant (c’est-à-dire, fondé par un autre), et si être dépendant revient à posséder une explication métaphysique, alors le PRS et l’IM sont équivalents. Pour le dire autrement, si être absolument fondamental revient à être inexpliqué, le PRS peut se comprendre comme l’idée que rien n’est absolument fondamental, ce qui est précisément la thèse infinitiste. L’IM affirme que tout fait est fondé par un autre et il est donc, stricto sensu, équivalent à notre formulation du PRS.

57Si l’on en restait là, il n’y aurait donc aucune forme de brutalisme dans l’IM, bien au contraire. Toutefois, je veux montrer dans ce qui suit que l’IM tel que nous l’avons formulé est difficilement défendable et qu’il ne semble pas être le cas qu’il n’existe que des faits dépendants. Dans ce cas, l’IM comme le PRS tombent ensemble – ce qui, une nouvelle fois, plaide pour le brutalisme de la fondation.

5.1. L’argument leibnizien

  • 27 Voir Bliss (2010, 2014) ; Bohn (2018).

58Les défenseurs de l’IM sont engagés par principe à admettre une régression explicative infinie : pour tout fait, il existera toujours un autre fait qui fondera et donc expliquera ce fait. Les infinitistes prétendent que cette régression est innocente27. Si [f1] est fondé par [f2], [f2] par [f3], et ainsi de suite à l’infini, sans que la chaîne de fondation n’arrive jamais ni ne s’achemine vers un niveau fondamental, tout dans cette chaîne possède une explication métaphysique, puisque chaque fait y est fondé par un autre (Bohn, 2018, 173). Le PRS serait donc préservé.

59Toutefois, il a fréquemment été relevé dans la littérature que cette analyse pose problème (voir par exemple Dasgupta, 2016 ; Parfit, 1998 ; Pruss, 2006, Rowe, 1975). En effet, même à admettre que, dans une série fondationnelle infinie, chaque fait serait fondé et donc expliqué par le précédent (ou le suivant, selon la direction de la fondation), il semble qu’il reste ici une chose qui n’est pas expliquée ou fondée, savoir l’existence de la série infinie des faits dépendants elle-même, ou encore, de cette série plutôt qu’une autre ou plutôt qu’aucune. Que chaque fait de la série soit expliqué par un autre ne permettrait donc pas de dire que tout possède une explication, puisqu’il resterait ici un fait inexpliqué : le fait qu’il existe des faits dérivés. En ce cas, le PRS serait violé : il resterait au moins un fait non fondé.

  • 28 « On ne peut trouver la raison suffisante de l’existence ni dans aucune chose particulière, ni dans (...)

60Cet argument dirigé à l’encontre d’une régression ontologique infinie possède un pedigree historique certain et a souvent été convoqué dans le cadre de la discussion des arguments cosmologiques. Puisque l’en trouve une formulation très claire chez Leibniz28, je l’appellerai « l’argument leibnizien ». On peut, pour les fins présentes, le représenter comme suit :

Argument leibnizien :

(P1) S’il existe des faits dérivés, il existe un fait G qui est l’existence de la série entière et infinie des faits dérivés (SEIFD).

(P2) Il existe des faits dérivés.

(C1) Il existe un fait G qui est l’existence de la SEIFD (P1, P2).

(P3) G requiert une explication (via le PRS).

(P4) G ne peut être expliqué par un ou plusieurs des membres de SEIFD.

(C2) G ne peut être expliqué par un fait dérivé (C1, P3, P4).

(C3) Ou bien G est brut, ou bien G est expliqué par un fait absolument fondamental (C1, P3, C2).

  • 29 Voir Pruss (2006, 17) ; Rowe, (1975, 444).

61Ce qui m’intéresse ici est bien sûr l’idée que, si cet argument est juste, l’IM ne peut prétendre respecter le PRS tel que nous l’avons formulé, dans la mesure où il reste encore quelque chose de non fondé et partant de métaphysique inexpliqué dans la série entière et infinie des faits dépendants29. La conclusion prend en ce sens la forme d’un dilemme fatal à l’IM et au PRS : ou bien l’existence de la SEIFD est elle-même un fait brut/absolument fondamental, ou bien elle est expliquée par un fait brut absolument fondamental – dans les deux cas, il s’ensuit que tout fait n’est pas dépendant ou métaphysiquement explicable, et donc l’IM et le PRS sont faux. L’argument leibnizien plaide ainsi pour le brutalisme de la fondation, au sens où il montre qu’il doit exister au moins un fait absolument fondamental qui demeure métaphysiquement inexplicable.

  • 30 On trouve une telle stratégie chez Maitzen (2012). Sans entrer dans le détail ici, je dois dire qu’ (...)

62Mon objectif, dans ce qui suit, est de défendre l’argument leibnizien contre deux principales objections, qui concernent les prémisses les plus controversées de cet argument, savoir (P1) et (P4). Je reconnais qu’il serait aussi possible rejeter (P3) pour réconcilier IM et PRS, c’est-à-dire, d’accepter que la SEIFD existe, mais de mettre en question le fait qu’il soit possible ou requis de l’expliquer. Pour des raisons de temps, je ne discuterai pas cette réponse30. Cela mis à part, nous pouvons maintenant considérer une première objection qu’un infinitiste pourrait faire à l’argument leibnizien, qui consisterait à contester (P1).

5.2. Objection 1 : contre l’existence de la SEIFD

  • 31 « Demander la cause d’une série comme tout repose sur l’hypothèse erronée que la série est quelque (...)
  • 32 Il serait peut-être possible de dire que la SEIFD n’est rien d’autre ou rien de plus que la somme o (...)

63Nier (P1), c’est refuser qu’il existe une SEIFD en tant qu’entité ou réalité supplémentaire et distincte de ses membres31. Cette stratégie pourrait être défendue de plusieurs manières32, mais je vais considérer ici celle qui me semble la plus prometteuse et qui a été envisagée récemment par Bohn (2018).

64Supposons qu’il existe une fondation descendante infinie de faits en faits. Admettons ensuite qu’il existe plusieurs chaînes descendantes infinies de fondation, chacune fondant la précédente. Enfin, acceptons qu’il existe une totalité de toutes les chaînes de fondation descendantes infinies, ce qui correspond à que nous avons appelé la SEIFD. Selon Bohn, tandis que l’IM est engagé à expliquer ce qui fonde tel fait ou telle chaîne de fondation, il ne saurait prétendre répondre à la question de savoir ce qui fonde la SEIFD. C’est que cette question, dit-elle, est « incohérente ». Ce qui justifie cette assertion est l’argument suivant. Supposons que la SEIDF consiste en un fait omni-inclusif [g]. D’après l’IM/PRS, il doit exister un ou des faits qui fondent [g]. Puisque la fondation est comprise comme ordre partiel strict, ce ou ces faits doivent être distincts de [g]. Donc, [g] n’est pas omni-inclusif, contrairement à la supposition initiale. La conclusion que l’on peut en tirer est que l’IM ne devrait pas s’engager à accepter qu’il existe une SEIFD. Autrement dit, « chaque fait individuellement parlant possède un fondement, mais tous les faits pris ensemble (…) ne peuvent avoir de fondement » (Bohn, 2018, 172). En ce cas, le PRS pourrait être sauvé : tout fait aurait une explication et puisqu’il n’y aurait pas de SEIFD, il n’y aurait pas de fait supplémentaire à expliquer à son sujet.

65La réponse que l’on peut faire à Bohn me semble être la suivante. Son argument peut être représenté sous la forme du modus ponens suivant : <Si l’IM est vrai, il ne peut pas exister de SEIFD. Or l’IM est vrai. Donc il ne peut exister de SEIFD>. Le problème est que cet argument est bien sûr une pétition de principe, si l’on ne montre pas indépendamment que l’IM est vrai. Il est donc important de noter qu’il ne permet pas, par lui-même, de montrer qu’il n’existe pas de SEIFD. Il ne peut le faire qu’à la condition de montrer, par ailleurs, que l’IM est vrai ou du moins préférable à ses concurrents. Qui plus est, on pourrait très bien opposer à cet argument le modus tollens suivant : <Si l’IM est vrai, il ne peut exister de SEIFD. Or il existe une SEIFD. Donc l’IM est faux>. Bien sûr, Bohn pourrait ici se plaindre qu’il en va d’une pétition de principe inverse, puisque ce qui est en question est justement de savoir s’il existe ou non une SEIFD. Mais peut-être avons-nous des raisons des raisons indépendantes de croire qu’il existe ou doit exister une SEIFD. S’il existe des faits dépendants, et une infinité d’entre eux, on voit mal ce qui empêcherait de penser qu’il existe une série infinie de faits dépendants, et donc qu’il existe un fait qui consiste en l’existence de la série infinie des faits dépendants. À tout le moins me semble-t-il que le fardeau de la preuve incombe ici à ceux qui nient qu’il existe une SEIFD. En tout cas, l’objection de Bohn contre (P1), en l’état, ne fonctionne pas. Pour être tenable, elle devrait être supplémentée par un autre argument en faveur de l’IM. Sans quoi, il ne pourra justifier le rejet de la SEIFD.

5.3. Objection 2 : les membres de la SEIFD peuvent expliquer/fonder la SEIFD

  • 33 Hume écrivait ainsi : « Si je vous montrais les causes particulières de chaque individu dans une co (...)

66Considérons un autre type d’objection à l’argument leibnizien qui consisterait cette fois à refuser la prémisse (P4), soit à affirmer que celle-ci peut être métaphysiquement expliquée par un ou plusieurs de ses membres. Cette proposition fait écho à ce que Pruss (2006) appelle le principe « Hume-Edwards » (HE). Celui-ci énonce que, si nous considérons une série telle que chaque membre y explique individuellement le suivant ou le précédent, il n’y a rien d’autre à expliquer : il n’existe pas d’explication supplémentaire distincte de l’explication individuelle de chaque membre33.

  • 34 Certains partisans du principe HE pourraient même vouloir dire que celui-ci est trivialement vrai d (...)

67Dans le cadre de la discussion présente, cette suggestion peut se comprendre comme suit. À celui qui demanderait une explication de la SEIFD, l’on pourrait répondre qu’il n’est pas nécessairement le cas qu’il y ait une explication de la série qui soit distincte de celle de chacun de ses membres. Si nous supposons qu’il existe une chaîne fondationnelle, où [f] est fondé (expliqué) par [f1], [f1] par [f2], et ainsi de suite à l’infini, nous avons tout ce qu’il faut pour répondre à la question de savoir ce qui explique métaphysiquement n’importe quel fait qui obtient dans cette chaîne. Rien de plus ne serait requis pour satisfaire notre demande explicative concernant la SEIFD. Dans ce cas, (P4) devrait être rejetée, et le défenseur de l’IM pourrait maintenir le PRS. Si tous les membres de la SEIFD suffisent à expliquer le fait qu’il existe une SEIFD, tout fait aurait bien une explication métaphysique. Cette stratégie, notons-le, est d’autant plus probante que le principe HE semble plausible à première vue34.

68Je crois, toutefois, que l’on peut prémunir l’argument leibnizien de cette objection, dans la mesure où il existe plusieurs manières de montrer que le principe HE est (au moins parfois) faux.

69(1) Considérons tout d’abord une objection intuitive, due à Pruss (2006, 44). Supposons qu’un boulet de canon soit tiré à 10 h 00 et soit propulsé dans l’air jusqu’à 10 h 01, moment auquel il touche le sol. Appelons pr(t) la proposition qui énonce la position et la vitesse, ou de manière générale, l’état du boulet de canon au temps t. Appelons P la conjonction de toute les propositions pr(t) où l’on a 10h00 < t <10h01. Clairement, cette conjonction est infinie, et chacun de ses membres y est expliqué par un autre. Pourtant, et même si chaque membre de la conjonction trouve une explication, Pruss remarque que la trajectoire du boulet de canon elle-même n’est pas expliquée par la série infinie d’explications en quoi consiste P. « Clairement, p n’est ni ne pourrait être auto-explicatif : la trajectoire d’un boulet de canon n’est pas auto-explicative » (2006, 44). Donc, le principe HE est faux.

70Cette objection, à mon sens, n’est pas cependant la plus satisfaisante. L’exemple de Pruss tire sa plausibilité du fait que l’on adopte un point de vue extérieur sur la trajectoire du boulet de canon : nous savons que quelqu’un doit avoir fabriqué le boulet, qu’il a dû être propulsé, qu’il l’a été d’une certaine façon, de sorte que sa trajectoire n’est pas auto-explicative. Mais l’adoption d’un tel point de vue extérieur n’est pas disponible dans le cas de la SEIFD, qui par définition est omni-inclusive. Ce n’est pas donc pas une objection très probante, me semble-t-il, contre le principe HE.

71(2) Une seconde manière de rejeter le principe HE est de noter que celui-ci présuppose implicitement que l’explication est agglomérative, soit l’idée que si l’on explique individuellement chaque conjoint d’une conjonction, alors on a du même coup expliqué la conjonction. Mais cette idée semble fausse, comme le montre l’exemple suivant, que je reprends à Gale (1991, 254-255 ; voir aussi Pruss, 2006).

  • 35 Comme le remarque Gale, non seulement il peut y avoir une explication d’une conjonction ou d’un agr (...)

72Supposons que deux individus A et B se trouvent dans une même banque à une même heure et que leur présence respective ait chacune une explication : A est venu faire un dépôt sur ordre de son patron, C ; tandis que B est venu faire un retrait sur ordre de son patron, D. Clairement, il se pourrait qu’il n’y ait rien d’autre à ajouter. Il pourrait n’y avoir aucune explication supplémentaire à propos de la présence conjointe des individus A et B, hormis les explications individuelles de leur présence respective. Dans ce cas, le principe HE serait correct. Mais il se pourrait aussi qu’il y ait une explication de leur présence conjointe qui ne se réduise pas à la conjonction des explications individuelles de leur présence respective. On peut imaginer, par exemple, que C et D ont eux-mêmes un patron, E, qui leur a demandé d’envoyer leurs employés à la banque. Dans ce cas, il existe une explication supplémentaire de leur présence conjointe qui est distincte des explications individuelles de la présence de A et de B35. En bref, il n’est pas toujours le cas que, si nous avons une explication pour x et une explication pour y, alors nous avons une explication pour x et y. Mais alors, le principe HE ne peut prétendre au titre de vérité conceptuelle nécessaire. Il suffit dès lors au partisan de l’argument leibnizien de maintenir que le cas de la SEIFD est précisément un cas où l’explication ultime de la série est distincte des explications individuelles de ses membres.

  • 36 Cette objection est aussi formulée par Pruss de la manière suivante : « Supposons que nous ayons un (...)

73(3) Une dernière objection, là encore formulée par Pruss (2006), consiste à montrer que le principe HE produit, dans le cadre d’une régression explicative infinie, un cas inacceptable d’explication circulaire. Admettons le principe HE et supposons que nous ayons une série infinie de faits telle que fn est expliqué par fn+1. Suivant HE, on suppose ici que la SEIFD est expliquée par la somme des explications de chacun des membres qui y figurent. Maintenant, appelons E la conjonction de tous les faits « pairs » dans SEIFD (f2, f4, etc.), et O la conjonction de tous les faits « impairs » (f1, f3, etc.) dans cette même série. Il est certain que tout conjoint de E a une explication en termes de O, puisque tout fait p2n est expliqué par un fait p2n+1. O explique donc E, si l’on admet le principe HE où la conjonction est expliquée par l’explication de chacun de ses conjoints. Mais, par le même raisonnement que celui qui précède, on pourrait dire que tout conjoint de O a une explication en termes de E, puisque tout fait p2n+1 est expliqué par un fait p2n+2. Donc, E explique O. Nous arrivons donc au résultat contre-intuitif suivant : on explique E en termes de O et O en termes de E. Puisque les explications circulaires de la sorte sont inacceptables, la supposition que le principe HE est vrai conduit à une circularité vicieuse, qui viole le réquisit d’asymétrie de la fondation36.

74Il existe sans doute d’autres objections au principe HE, mais nous en avons dit assez pour conclure que celui-ci est au moins parfois faux Il ne peut donc être utilisé pour désamorcer la prémisse (P4) de l’argument leibnizien. En ce cas, le partisan de l’IM ne peut prétendre expliquer tout fait : il toujours restera un fait brut, savoir celui de l’explication de l’existence de la SEIFD plutôt qu’une autre ou plutôt qu’aucune.

Conclusion

75J’ai ici développé deux analyses successives et indépendantes qui plaident pour le brutalisme de la fondation. La première a consisté à montrer que le FM est incompatible avec le PRS tel qu’initialement caractérisé : si le premier est vrai, il s’ensuit que le second est faux. Comme il a été vérifié, les stratégies permettant de contester ce résultat sont problématiques et peu convaincantes. Ma deuxième proposition a porté sur la relation du PRS et de l’IM. Le PRS et l’IM, on l’a vu, s’avèrent solidaires et même équivalents : un rationaliste devrait donc embrasser l’IM, et inversement. Toutefois, j’ai essayé de défendre l’argument leibnizien qui, s’il est correct, implique qu’il existe au moins un fait absolument fondamental et donc brut, contre l’IM et le PRS. Aussi, si le FM implique le brutalisme, et si l’IM n’est pas tenable, je conclus que les métaphysiciens qui pensent la réalité comme une structure fondationnelle sont, jusqu’à preuve du contraire, engagés à admettre l’existence de faits bruts ou dénués de raison.

76Les quelques éléments proposés ici, cela dit, ici ne se veulent pas établir l’impossibilité de la défense du PRS dans un cadre fondationnel. Peut-être existe-t-il d’autres stratégies en faveur d’un FM rationaliste que celles discutées plus haut, ou encore, des défenses plus probantes des stratégies envisagées ici. De même, il existe peut-être des manières différentes ou plus convaincantes, pour l’IM, de résister à l’argument leibnizien. Enfin, il serait certainement intéressant d’examiner ce que devient le rationalisme dans le cadre du « Cohérentisme Métaphysique », qui se veut une voie alternative à l’IM et au FM, et qui ouvre possiblement la voie à une forme distincte de PRS fondationnel (Declos, à paraître). Toutefois, et en attendant cette contre-attaque rationaliste, il y a lieu de croire que fondation métaphysique et Principe de Raison Suffisante ne font pas bon ménage.

Bibliographie

Audi, P. (2012). « Grounding: Toward a Theory of the In-Virtue-Of Relation », Journal of Philosophy, 109 (12), 685-711.

––– (2012b). « A Clarification and Defence of the Notion of Grounding », in : Correia et Schnieder, 101-121.

Barnes, E. (1994). « Explaining Brute Facts », Proceedings of the Philosophy of Science Association, 199 (1), 61-68.

Bennett, J. (1984). A Study of Spinoza’s Ethics, Indianapolis, Hackett Press.

Bliss, R. L. et Priest, G. (dir.) (2018). Reality and its Structure: Essays in Fundamentality, New York, Oxford University Press.

Bliss, R. L. (2013). « Viciousness and the Structure of Reality », Philosophical Studies, 166(2), 399-418.

––– (2014). « Viciousness and Circles of Ground »Metaphilosophy, 45 (2), 245-256.

––– (2018). « Grounding and Reflexivity », in : Bliss et Priest, 70-90.

––– (ms.) « Metaphysical Foundationalism and the Principle of Sufficient Reason », URL : https://www.dropbox.com/s/n756zbourl4f0i7/MF%20and%20PSR%20%28Bliss-Final%29.pdf?dl=0

Bliss, R. et Trogdon, K. (2014). « Metaphysical Grounding », in : The Stanford Encyclopedia of Philosophy, URL : https://plato.stanford.edu/archives/win2016/entries/grounding

Bohn, E.D. (2018). « Indefinitely Descending Ground », in : Bliss et Priest, 167-181.

Bouveresse, J. (2013). Dans le labyrinthe : nécessité, contingence et liberté chez Leibniz, Paris, Publications du Collège de France.

Cameron, R. (2008). « Turtles all the Way Down: Regress, Priority, and Fundamentality », The Philosophical Quarterly, 58 (230), 1-14.

Carnino, P. (2017). « Fondation métaphysique », version académique, in : M. Kristanek (dir.), L’Encyclopédie Philosophique, URL : http://encyclo-philo.fr/fondation-metaphysique-a/

Correia, F. (2010). « Grounding and Truth-Functions”, Logique et Analyse, 53(211), 251-279.

Correia, F. et Schnieder, B. (dir.) (2012). Metaphysical Grounding: Understanding the Structure of Reality, Cambridge, Cambridge University Press.

Dasgupta, S. (2014). « The Possibility of Physicalism », Journal of Philosophy 111(9-10)557-592.

––– (2016). « Metaphysical Rationalism », Noûs, 50 (2), 379-418.

Davey, K. et Clifton, R. (2001). « Insufficient Reason in the ‘New Cosmological Argument’ », Religious Studies, 37(4), 485-490.

Declos, A. (à paraître). « La réalité est-elle cohérente ? », in : Monnoyer, J-M. (dir.), Guide de métaphysique compréhensive.

Della Rocca, M. (2010). « PSR », Philosophers' Imprint, 10 (7), 1-13.

––– (2013). « Adventures in Rationalism », Philosophic Exchange, 43(1).

DeRosset, L. (2013). « Grounding Explanations », Philosophers’ Imprint, 13 (7), 1-26.

Edwards, P. (1967) « The Cosmological Argument », in : Burrill, D. R. (dir.), The Cosmological Arguments, New York, Doubleday,113-114.

Fine, K. (1994). « Essence and Modality », Philosophical Perspectives, 8, 1-16.

––– (2010). « Some Puzzles of Ground »Notre Dame Journal of Formal Logic, 51(1), 97-118.

––– (2012). « Guide to Ground », in : Correia et Schnieder (dir.), 37-80.

Gale, R. M. (1991). On the Nature and Existence of God, Cambridge, Cambridge University Press

Guigon, G. (2015). « A Universe of Explanations », in : Bennett, K. et Zimmerman, D.W. (dir.), Oxford Studies in Metaphysics, vol. 9, Oxford, Oxford University Press, 345-375.

Hume, D. (2005), Dialogues sur la religion naturelle, Paris, Vrin.

Koslicki, K. (2015). « The Coarse-Grainedness of Grounding », in : Bennett et Zimmerman, 306-44.

Leibniz, G. W. (2001). « De la production originelle des choses prises à sa racine », in : Opuscules philosophiques choisis, tr. fr. Paul Schrecker, Paris, Vrin.

Levey, S. (2016). « The Paradox of Sufficient Reason », Philosophical Review Recent Issues 125(3), 397-430.

Maitzen, S. (2012). « Stop Asking Why There's Anything », Erkenntnis 77 (1), 51-63.

Markosian, N. (1998). « Brutal Composition », Philosophical Studies, 92 (3), 211-249.

Morganti, M. (2014). « Metaphysical Infinitism and the Regress of Being », Metaphilosophy, 45 (2), 232-244.

Oppy, G. (2006). Philosophical Perspectives on Infinity, Cambridge, Cambridge University Press.

Parfit, D. (1998). « Why Anything? Why This? », Times Literary Supplement, July 3, 3-5.

Pruss, A.R. (2006). The Principle of Sufficient Reason: A Reassessment, Cambridge, Cambridge University Press.

Rosen, G. (2010) « Metaphysical Dependence: Grounding and Reduction », in : Hale et Hoffmann (dir.), Modality: Metaphysics, Logic, and Epistemology, Oxford, Oxford University Press, 109-36.

Schaffer, J. (2003). « Is There a Fundamental Level? », Noûs 37 (3), 498-517

––– (2009). « On What Grounds What », in : Chalmers et al., 247-283.

––– (2010). « Monism: The Priority of the Whole », Philosophical Review, 119 (1), 31-76.

––– (2012). « Grounding, transitivity, and contrastivity », in : Correia et Schnieder, 122-138.

Schnieder, B. et Steinberg, A. (2016). « Without Reason ». Pacific Philosophical Quarterly,97 (4), 523-541.

Sider, T. (à paraître). « Ground Grounded ». Philosophical Studies, 1-21.

Tahko, T. (2014). « Boring Infinite Descent », Metaphilosophy, 45 (2), 257-269

––– (2018) « Fundamentality », in : The Stanford Encyclopedia of Philosophy, URL : https://plato.stanford.edu/archives/fall2018/entries/fundamentality

Taylor, R. (1992). Metaphysics. Englewood Cliffs: Prentice Hall.

Taylor, E. (2018). « How to Make the Case for Brute Facts », in : Vintiadis E. et Mekios C. (dir.), Brute Facts, Oxford, Oxford University Press, 41-68.

Thompson, N. (2016). « Grounding and Metaphysical Explanation », Proceedings of the Aristotelian Society, 116(3), 395-402.

Trogdon, K. (2013). « Grounding: Necessary or Contingent? », Pacific Philosophical Quarterly, 94(4), 465-485.

Rabin, G.O. et Rabern, B. (2016). « Well Founding Grounding Grounding », Journal of Philosophical Logic 45(4), 349-379.

Raven, M.J. (2012). « In Defence of Ground », Australasian Journal of Philosophy, 90 (4), 687-701.

––– (2013). « Is Ground a Strict Partial Order? », American Philosophical Quarterly, 50 (2) 191-199.

––– (2015). « Ground », Philosophy Compass, 10 (5), 322-333.

Reichenbach, B. (2017). « Cosmological Argument », in : The Stanford Encyclopedia of Philosophy, URL : https://plato.stanford.edu/archives/fall2019/entries/cosmological-argument

Rowe, W. L. (1975). The Cosmological Argument, Princeton, Princeton University Press.

van Inwagen, P. (1983). An Essay on Free Will, Oxford, Oxford University Press.

Wilson, J. (2014). « No Work for a Theory of Grounding », Inquiry, 57 (5-6), 1-45.

Notes

1 Suivant Della Rocca (2010) et Dasgupta (2016), notamment.

2 Cette différence se trouve bien exprimée par formule de Jacques Bouveresse : « Ce n’est pas parce que vous n’avez pas trouvé de raison ou seulement des raisons insuffisantes que vous devez vous considérer comme autorisés à croire qu’il n’y a pas de raison. » (2013, 15, § 7).

3 Pruss (2006).

4 On trouve trace de cette idée, notamment, chez Spinoza (Éthique, I, 11, 2).

5 Une formulation alternative est celle de Markosian (1998). Selon lui, dire que [f] est un fait brut équivaut à dire qu’il n’est pas le cas que [f] obtient en vertu d’un fait ou de plusieurs autres faits.

6 Ce qui ne revient pas à dire qu’une telle chose n’est pas concevable ou métaphysiquement possible. Pour reprendre l’exemple de Barnes (1994), on peut concevoir un monde possible qui ne consisterait qu’en une succession d’explosions vivement colorées qui adviendraient aléatoirement dans le temps et l’espace, sans aucune raison que ce soit.

7 Je m’en tiendrai ici à quelques remarques introductives et générales sur le grounding. Le lecteur pourra trouver des analyses plus poussées chez Audi (2012), Bliss et Trogdon (2014), Correia et Schnieder (2012), Fine (2010, 2012), Raven (2012), Rosen (2010) et Schaffer (2009).

8 Il est courant, mais pas systématique, de tenir la fondation comme unitaire. Certains défendent que derrière l’unité du nom, se cachent plusieurs formes distinctes de dépendance ontologique (voir notamment Koslicki 2015 et Wilson 2014). De même, on pourrait avancer que la fondation n’est pas primitive, de sorte qu’elle devrait être analysée dans les termes d’une autre notion, comme la survenance, la conséquence modale, ou l’essence. Ces questions ne seront pas abordées ici.

9 Il faut dire, cependant, que ces deux points sont eux aussi controversés. En premier lieu, certains définissent la fondation de manière opératoire plutôt que relationnelle. Dans ce cas, la fondation est comprise comme un opérateur sententiel, ce qui est supposé être plus neutre ontologiquement (voir Correia, 2010; Fine, 2001, Raven, 2015). D’autre part, certains refusent de considérer que les relata de la fondation sont des faits, et défendent qu’il peut s’agir d’items de n’importe quelle catégorie ontologique, comme des propositions, des particuliers, des tropes, etc. (voir Schaffer 2009). Je laisserai également ces débats de côté.

10 S’il est peu controversé de rapprocher explication métaphysique et fondation, il est en revanche débattu de savoir s’il faut identifier ou non les deux notions. Je suivrai un certain nombre d’auteurs ici en présupposant que tel est le cas (Rosen 2010, Fine 2012, Raven 2012, Dasgupta 2014b). Dans cette perspective, la fondation est tout simplement une explication, la plus fondamentale qui soit en métaphysique. Si x fonde y, alors x explique métaphysiquement y, et vice versa. Pour une approche différente, selon laquelle fondation et explication métaphysique sont distincts mais étroitement liés, voir Audi (2012b), Correia et Schnieder (2012), Schaffer (2012).

11 Voir notamment Dasgupta (2016); Bliss (2013); Schnieder et Steinberg (2016); Levey (2016); Guigon (2015).

12 L’opposition du FM et de l’IM, il est vrai, n’épuise pas l’espace logique. Reste le cas du « Cohérentisme Métaphysique » (CM), qui nie que la fondation soit un ordre partiel strict, aboutissant de ce fait à la conclusion qu’il existe des « boucles » fondationnelles. Cette position, qui n’a été discutée dans la littérature métaphysique que récemment, reste assez minoritaire. Je ne la considérerai donc pas ici, d’autant que j’en ai ailleurs traité en détail (Declos, à paraître). Il suffira de noter que le CM est parfaitement compatible avec le PRS, quoiqu’il rencontre des difficultés qui lui sont propres sur le plan explicatif – notamment en ce qu’il doit accepter des explications métaphysiques symétriques ou circulaires.

13 J’omets, pour des raisons de place, une précision intéressante : plusieurs auteurs ont pu défendre que le FM est de plein droit compatible avec l’acceptation de chaînes infinies de fondation (Cameron, 2008 ; Bliss 2013; Dixon 2016 ; Rabin et Rabern 2016 ; Tahko 2018). Ces discussions révèlent qu’un partisan du FM n’a pas nécessairement besoin de défendre que toute chaîne de fondation est telle qu’il possible d’atteindre le fondement en un nombre fini d’étapes à partir de n’importe quel niveau de la chaîne. Ce qu’il doit maintenir à tout prix, par contre, est qu’il existe un niveau fondamental. Ce que le FM ne peut tolérer n’est donc pas tant l’existence de chaînes infinies de fondation que l’idée qu’il n’existe pas de fondamentalia.

14 Voir aussi Schaffer (2009, 353) ; Audi (2012, 710) ; Dasgupta (2014a, 536).

15 Voir notamment : Cameron (2008) ; Tahko (2014, 2018) ; Bliss (2013); Morganti (2014), Bohn (2018).

16 Par exemple : « le monde repose sur quatre éléphants, les quatre éléphants sur une tortue, la tortue sur deux chameaux, les chameaux sur quatre éléphants, les quatre éléphants sur une tortue, … et répétez ainsi à l’infini » (Tahko 2014, 261; voir aussi Schaffer, 2003).

17 Cette définition pourrait être affinée, car elle semble en l’état à peu près correcte pour définir également la position différente qu’est le « Cohérentisme Métaphysique ». Cela dit, et puisque cette dernière position ne sera pas discutée ici, nous pourrons nous en tenir à cette caractérisation, approximative et perfectible, de l’IM fort.

18 Par souci de simplicité, je laisse de côté le cas des mondes « mixtes », où il existerait certaines chaînes fondationnelles bien fondées et d’autres qui ne le seraient pas. Puisque de tels scénarios induiraient une violation du PRS, mon argument général ne sera affecté par cette éventualité.

19 Voir Bliss (2018, 2014); Cameron (2008); Dasgupta (2016).

20 « Quoique les fondationnalistes métaphysiques acceptent l’hypothèse de non-circularité, il se pourrait qu’ils puissent l’abandonner sans grande conséquence. Peut-être pourraient-ils même, comme chez Leibniz, restreindre la possibilité d’une autodépendance aux fondamentalia […] ; ceci pourrait autoriser que les fondamentalia, mais rien d’autre, soient auto-explicatifs, ce qui permettrait finalement au fondationnaliste de recourir au PSR » (Bliss, ms, 14 ; voir aussi De Rosset 2013, 5, n. 15).

21 « Un être qui ne dépend dans son existence de rien d’autre que lui-même […] peut également être décrit comme un être nécessaire […] car dans le cas où quelque chose existe par sa propre nature et ne dépend de rien d’autre, il est impossible que cette chose n’existe pas, ce qui revient à dire qu’elle est nécessaire » (Taylor, 1992, 107-108).

22 Ce point fait écho à l’argument fameux de Van Inwagen (1983) et Bennett (1984) dirigé à l’encontre du PRS, que nous avons mentionné plus haut.

23 Pruss a envisagé une même idée à partir d’un exemple d’une autre sorte : « 1 = 1 n’est pas un fait brut : il n’y a pas d’énigme ici (même pas d’énigme insoluble) quant à savoir pourquoi cela est vrai : une fois que vous voyez que 1 = 1, que reste-t-il comme objet d’étonnement ? » (2006, 123).

24 Voir aussi Fine (1994) et Rosen (2010).

25 « Il n’existe pas de limitations préalablement imposées sur les sortes de faits dont nous pouvons demander l‘explication métaphysique. […] Personne ne dirait, par exemple, qu’un fait mathématique se situe en dehors hors du champ de l’explication métaphysique. S’il existe des faits mathématiques, alors on peut demander en quoi consiste le fait qu’ils obtiennent ou ce qui les fondent. […] L’explication métaphysique s’avère non analogue à l’explication causale […] précisément sur ce point crucial, en raison des ambitions expansives du projet d’explication métaphysique » (Sider, 2018, 9).

26 « La fondamentalité n’est pas équivalente à la brutalité, ni ne devrait être utilisée comme guide vers cette dernière. La raison en est que les faits les plus fondamentaux ont parfois des explications. Ils ne sont pas expliqués par des faits plus fondamentaux, mais n’en peuvent pas moins posséder des explications » (Taylor, 2018, 51).

27 Voir Bliss (2010, 2014) ; Bohn (2018).

28 « On ne peut trouver la raison suffisante de l’existence ni dans aucune chose particulière, ni dans tout l’agrégat ou l’ensemble. Supposons qu’il y ait eu un livre éternel des éléments de géométrie, et que les autres aient été successivement copiés sur lui. Il est évident que, bien qu’on puisse rendre compte du livre présent par le livre qui en a été le modèle, on ne pourra cependant jamais, en remontant en arrière à autant de livres qu’on voudra, en venir à une raison parfaite ; car on a toujours à se demander pourquoi de tels livres ont existé de tout temps, c’est-à-dire pourquoi ces livres et pourquoi ils sont ainsi écrits. Ce qui est vrai des livres, l’est aussi des divers états du monde ; car malgré certaines lois de transformations, l’état suivant n’est en quelque sorte que la copie du précédent, et, à quelque état antérieur que vous remontiez, vous n’y trouvez jamais la raison parfaite, c’est-à-dire pourquoi il existe certain monde, et pourquoi ce monde plutôt que tel autre […]. Les raisons du monde sont donc cachées dans quelque chose d’extramondain différent de l’enchaînement des états ou de la série des choses dont l’agrégat constitue le monde (Leibniz, 2001, 169).

29 Voir Pruss (2006, 17) ; Rowe, (1975, 444).

30 On trouve une telle stratégie chez Maitzen (2012). Sans entrer dans le détail ici, je dois dire qu’il me semble comparativement être une mauvaise stratégie, pour l’IM, de vouloir rejeter (P3) tout en acceptant (P1) et (P4). La raison en est que, si l’on admet (1) qu’être absolument fondamental, c’est être inexpliqué, et (2) que l’IM/PRS nie qu’il y ait quoi que ce soit qui soit inexpliqué, alors il semble vrai par définition que la SEIFD, si elle existe, possède une explication.

31 « Demander la cause d’une série comme tout repose sur l’hypothèse erronée que la série est quelque chose d’autre ou de plus que les membres dont elle est composée […] Comme l’expression « ce chien » ou « cet homme », l’expression « cette série » est aisément comprise comme dénotant un objet individuel. Mais cette réflexion montre qu’il s’agit d’une erreur » (Edwards, 1967, 113).

32 Il serait peut-être possible de dire que la SEIFD n’est rien d’autre ou rien de plus que la somme ou conjonction des faits dérivés individuels qui la composent, auquel cas il ne s’agirait pas d’un fait supplémentaire en attente d’explication (Edwards 1967, 163). Dans une veine un peu différente, on pourrait rejeter l’idée d’une SEIFD en refusant de dire que tous les faits dépendants peuvent être ramenés dans une unique totalité (voir Levey, 2016, pour une discussion apparentée). Certains auteurs jugent que l’idée d’un « Grand Fait Contingent Conjonctif » conduit à une contradiction (Davey et Clifton, 2001), prétention qui est toutefois controversée (Pruss, 2006, 99-100). Peut-être une idée du même genre pourrait-elle être défendue à l’encontre de la SEIFD.

33 Hume écrivait ainsi : « Si je vous montrais les causes particulières de chaque individu dans une collection vingt particules de matière, je trouverais fort déraisonnable que vous vinssiez ensuite me demander la cause des vingt, prises en un tout. Cela est suffisamment expliqué par l’explication de la cause des parties » (2005, 249).

34 Certains partisans du principe HE pourraient même vouloir dire que celui-ci est trivialement vrai dans le cas qui nous occupe, puisqu’il est généralement admis qu’il fait partie de la logique de la fondation que les conjonctions soient fondées dans leurs conjoints. Si la SEIFD peut se comprendre comme une conjonction, le principe HE serait donc correct par principe. Cela dit, je crois que cette idée est erronée. Avant tout, il est peu clair de savoir si la SEIFD est une conjonction, puisqu’elle consiste en des faits, plutôt que des propositions. Ensuite, même si la SEIFD était une conjonction, l’on pourrait répondre qu’elle ne peut pas être fondée ou expliquée par ses conjoints, dès lors que l’on demande ce qui explique son existence de manière contrastive. Autrement dit, il n’est pas le cas que les conjoints de la SEIFD expliquent cette dernière, si l’on demande ce qui explique qu’il existe cette SEIFD plutôt qu’une autre ou une SEIFD plutôt qu’aucune. En ce sens, si l’on affirme que la question est celle de savoir pourquoi il y a des faits dérivés plutôt qu’aucun, ou pourquoi il y a ceux-ci plutôt que d’autres, le principe HE ne peut être trivialement vrai.

35 Comme le remarque Gale, non seulement il peut y avoir une explication d’une conjonction ou d’un agrégat qui soit distincte de l’explication de chacun des conjoints ou des parties, mais il semble même raisonnable de s’attendre à ce que soit le cas, dans certaines situations. Lorsqu’un ensemble de faits semble trop improbable pour être une coïncidence, nous nous mettons en quête d’une explication distincte de l’explication que peuvent recevoir chacun de ces faits pris individuellement.

36 Cette objection est aussi formulée par Pruss de la manière suivante : « Supposons que nous ayons une séquence infinie de poules et d’œufs, chaque œuf donnant naissance à une poule et chaque poule à un œuf subséquent. Alors, […] si nous acceptons des explications infiniment régressives, nous devrions embrasser l’idée que l’existence et activité des membres de l’ensemble des œufs sont expliqués par l’existence et l’activité de l’ensemble des poules tandis que l’existence et l’activité des poules et expliquée par celle des œufs. Ceci est circulaire et échoue clairement à répondre à la question de savoir pourquoi il y a des poules et des œufs en premier lieu » (Pruss, 2006, 43-44).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/7940/img-1.png
Fichier image/png, 2,4k

© Collège de France, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search