Version classiqueVersion mobile

Migrations et sociétés

 | 
François Héran

Préface

Pierre Rosanvallon

Texte intégral

  • 1 François Héran, Le Bourgeois de Séville. Terre et parenté en Andalousie, Paris, PUF, coll. « Socio (...)

1Élève à l’École normale de la rue d’Ulm, François Héran a été reçu en 1975 à l’agrégation de philosophie, mais comme d’autres de sa génération, dont certains sont maintenant ici ses collègues, il a fait le choix d’orienter sa vie de chercheur dans la direction des sciences sociales. Ce sera d’abord, pour lui, l’anthropologie. Sa thèse de troisième cycle a ainsi été consacrée à la terre et à la parenté en Andalousie1.

2Après ce travail sur la bourgeoisie agraire de la région de Séville, il se rend sur les hauts plateaux des Andes boliviennes pour y étudier l’impact des réformes agraires, alors en cours.

3À son retour en France, en 1980, il est recruté à l’Institut national d’études démographiques (Ined). Mis à la disposition de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), presque immédiatement, pour y œuvrer au sein de la division « Conditions de vie », il réoriente alors ses recherches dans une direction plus sociologique. Cette période sera aussi pour lui celle d’une formation très approfondie à la statistique ainsi qu’aux techniques de la démographie.

4Ces nouvelles compétences seront alors reconnues par sa nomination au poste de chef de la division des enquêtes et études démographiques de l’Insee, poste qu’il occupera pendant cinq ans, de 1993 à 1998, avant de retourner dans son institution mère, l’Ined. Il en devient, un an plus tard, le directeur, fonction qu’il exercera pendant plus de dix ans, jusqu’en 2009. C’est en son sein qu’il a mené toutes ses recherches ultérieures jusqu’à sa nomination au Collège de France à l’automne 2017.

5Ce très bref rappel de la carrière de François Héran ne laisse qu’entrevoir ce qui le caractérise intellectuellement : le fait d’être un chercheur en sciences sociales au sens le plus fort et le plus large du terme. Il n’est pas passé d’une discipline à l’autre, mais il a exploré et approfondi une compréhension globale du monde social qui lui a fait traverser en permanence les frontières disciplinaires.

  • 2 François Héran, Figures de la parenté : une histoire critique de la raison structurale, Paris, PUF (...)

6Trente ans après ses premiers pas d’anthropologue, il a ainsi publié, en 2009, un maître-livre dialoguant avec Claude Lévi-Strauss et Marcel Granet, Figures de la parenté, une histoire critique de la raison structurale2. Mais il a aussi été parallèlement un des piliers au long cours de la Revue française de sociologie, dans laquelle il a écrit des articles sur l’assise statistique de la sociologie ou la notion d’habitus qui ont fait référence.

7En tant que directeur de l’Ined, il a ouvert l’institution à la démarche des historiens comme à celle des économistes. Cette attention à la pluridisciplinarité s’est traduite chez lui par la production de très nombreux articles consacrés à la méthodologie et à l’histoire critique des sciences sociales. Mais il a, en même temps, toujours œuvré inlassablement, là où il se trouvait, pour établir des bases de données chiffrées, toujours plus rigoureuses et toujours plus pertinentes. C’est avec cette exigence qu’il a contribué à refondre, dans le cadre de l’Insee, les bases de données majeures sur les trajectoires des migrants.

8Cette question des migrants a ainsi été mise, depuis une vingtaine d’années, au cœur de ses travaux dans une perspective pluridisciplinaire. Dans un domaine submergé par les passions et les préjugés, terrain pionnier de l’éclosion de ce que l’on appelle maintenant « les faits alternatifs ou la post-vérité », il a toujours résolument œuvré à la tête de l’Ined, pour, je le cite : « Porter plus loin le regard et essayer de faire en sorte que l’on prenne en compte au premier chef les données démographiques de base et les grandes lames de fond qui définissent la dynamique des populations. »

9Il a ainsi publié des ouvrages de référence pour contribuer à ce que les faits se substituent aux fantasmes dans ce domaine. Et il a aussi joué un rôle scientifique décisif pour mettre le doigt sur l’inanité de certaines politiques publiques quand elles étaient décidées et mises en œuvre sous la pression d’idées reçues.

10Son arrivée au Collège de France coïncide avec la mise sur pied, sous sa responsabilité, d’un grand institut scientifique des migrations qui coordonnera les travaux de plus de 200 chercheurs dans toutes les disciplines. Avec lui, nous pouvons sûrement l’espérer, le travail savant pourra ainsi se mettre au service de la citoyenneté, plus éclairée, que ces grandes questions appellent pour résister à la tentation si forte des gouffres. Savant et citoyen, François Héran incarne parfaitement l’esprit de liberté de la recherche qui définit notre institution. Nous sommes donc pour cela heureux et fiers de l’écouter ce soir pour sa première leçon dans ces murs.

Notes

1 François Héran, Le Bourgeois de Séville. Terre et parenté en Andalousie, Paris, PUF, coll. « Sociologie et sciences de l’éducation », 1990.

2 François Héran, Figures de la parenté : une histoire critique de la raison structurale, Paris, PUF, coll. « Sociologies », 2009.

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search