Version classiqueVersion mobile

Les Fileuses de Velázquez. Textes, textures, images

 | 
Victor Stoichita

Introduction

Carlo Ossola

Texte intégral

1Monsieur l’Administrateur,
Chers collègues,
Cher Victor,
Mesdames, Messieurs,

2Victor Stoichita est un Weltman, un homme universel qui a fait de l’Europe sa patrie, son foyer de recherche, un lieu fourmillant d’idées, de figures, d’interrogations critiques, de rencontres culturelles inattendues.

  • 1 Cf. Victor Stoichita, L’Image de l’Autre – Noirs, Juifs, musulmans et « Gitans » dans l’art occide (...)
  • 2 Oublier Bucarest, Arles, Actes Sud, 2014.

3Cette pluralité de regards est confirmée non seulement par l’expérience biographique, européenne, de l’auteur – de la Roumanie à l’Italie, de la France à l’Allemagne, de l’Espagne à la Suisse –, mais aussi par ses travaux, surtout les plus récents. Je pense notamment à L’Image de l’Autre – Noirs, Juifs, musulmans et « Gitans » dans l’art occidental des Temps modernes1, et, un peu plus biographique, Oublier Bucarest2.

4Victor Stoichita sait toujours trouver, dans sa recherche historique et iconographique, l’image de l’Autre, le regard que nous ne regardons pas mais qui nous regarde. Dans cette perspective, si la thèse d’Umberto Eco, à l’aube de cette chaire européenne, avait été celle de la quête constante, dans les siècles de l’Europe, d’une langue idéale et commune, ce que nous pouvons attendre de Victor Stoichita est opposé et complémentaire. L’unité profonde d’une civilisation européenne qui reconnaît constamment ses limites et se renouvelle en creusant en soi l’attente et l’image de l’autre.

5D’autre part, toute marginalité se définit par rapport à l’idée implicite d’un centre – culturel, politique, symbolique – et la quête d’un centre hantera les esprits et les arts jusqu’à l’époque des Lumières, de Paris à Saint-Pétersbourg, de Berlin à Madrid, à Rome.

6Victor Stoichita est un ami fidèle du Collège de France. Il a déjà été notre invité à la chaire de Littératures modernes de l’Europe néolatine en 2007-20083 et il a plusieurs fois donné des conférences d’une grande richesse et profondeur. Il a également occupé la chaire du Louvre en 20144, en consacrant ses cours à l’image de l’Autre.

  • 5 L’Instauration du tableau : métapeinture à l’aube des temps modernes, Genève, Droz, 1999.

7Dans son essai L’Instauration du tableau5, Victor Stoichita rappelait que, dès que l’image se détache des parois – de l’Église, des lieux du pouvoir politique – et devient un tableau, un objet mobile, alors les chemins des arts se multiplient, se croisent, et commence la longue histoire des collections et des musées.

  • 6 L’Œil mystique. Peindre l’extase dans l’Espagne du Siècle d’Or, Paris, Le Félin, 2011.
  • 7 Brève histoire de l’ombre, Genève, Droz, coll. « Titre courant », 2000.

8Son point de vue, enfin, n’est jamais frontal : un spectateur qui décrit et représente. Il suffirait de rappeler les instances implicites que déploie son magnifique volume L’Œil mystique6 ou encore sa Brève histoire de l’ombre7, où il place au centre même de sa réflexion l’un des textes les plus essentiels de Charles Baudelaire que je me permets de vous citer –c’est en même temps Baudelaire et Victor Stoichita :

  • 8 Charles Baudelaire, Le Peintre de la vie moderne, in : Œuvres complètes, t. III : L’art romantique(...)

Pour le parfait flâneur, pour l’observateur passionné, c’est une immense jouissance que d’élire domicile dans le nombre, dans l’ondoyant, dans le mouvement, dans le fugitif et l’infini. Être hors de chez soi et pourtant se sentir partout chez soi8 […].

9« Être hors de chez soi et pourtant se sentir partout chez soi » : c’est aussi la leçon morale que, par sa biographie et par ses travaux, Victor Stoichita nous offre.

Notes

1 Cf. Victor Stoichita, L’Image de l’Autre – Noirs, Juifs, musulmans et « Gitans » dans l’art occidental des Temps modernes, Paris, Hazan, 2014.

2 Oublier Bucarest, Arles, Actes Sud, 2014.

3 https://www.college-de-france.fr/site/carlo-ossola/guestlecturer-2007-2008.htm

4 https://www.louvre.fr/progtems/la-chaire-du-louvrel-image-de-l-autre-par-victor-i-stoichita/presentation#tabs

5 L’Instauration du tableau : métapeinture à l’aube des temps modernes, Genève, Droz, 1999.

6 L’Œil mystique. Peindre l’extase dans l’Espagne du Siècle d’Or, Paris, Le Félin, 2011.

7 Brève histoire de l’ombre, Genève, Droz, coll. « Titre courant », 2000.

8 Charles Baudelaire, Le Peintre de la vie moderne, in : Œuvres complètes, t. III : L’art romantique, Paris, Michel Lévy Frères, 1868, p. 64.

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search