Version classiqueVersion mobile

Darwin au Collège de France

 | 
Antoine Compagnon
, 
Céline Surprenant

« Venir trop tard » : sur L’Origine des espèces et sa première réception française (1859-1864)

Thierry Hoquet

Texte intégral

  • 1 Il faut ajouter à ce premier panorama l’élection de Victor Coste (1807-1873), le 4 août 1844, premi (...)

1Au Collège de France, la première chaire d’Histoire naturelle est inaugurée par Louis-Jean-Marie Daubenton (1716-1800) en 1778. Georges Cuvier (1769-1832) lui succède en 1800 mais, ne pouvant fournir un enseignement complet d’histoire naturelle, il demande à différents collègues de l’assister : Jean-Claude Delamétherie (1743-1817) pour la géologie ; Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) et Adolphe Brongniart (1801-1876) pour la botanique. À la mort de Cuvier en 1832, le Collège de France divise sa chaire en deux : Histoire naturelle des corps inorganiques, attribuée en 1832 à Élie de Beaumont (1798-1874) ; Histoire naturelle des corps organisés, attribuée à Georges Louis Duvernoy (1777-1855), zoologue de Montbéliard, un proche de Cuvier qui lui succède en 1837 (contre Henri-Marie Ducrotay de Blainville (1777-1850), qui lui a succédé au Muséum). Ce dédoublement des chaires est financé par la suppression de la chaire d’Anatomie humaine d’Antoine Portal (1742-1832), qui se trouvait vacante depuis 1832. À la mort de Duvernoy en 1855, c’est Pierre Flourens (1794-1867), membre par ailleurs de l’Académie des sciences (1828) et de l’Académie française (1840), qui lui succède à la chaire Histoire naturelle des corps organisés1. C’est donc ce dernier qui sera professeur en titre lorsque paraît, en 1862, la première traduction française de L’Origine des espèces de Charles Darwin. Celle-ci n’est pas l’œuvre d’un grand scientifique mais de la main de Clémence-Auguste Royer (1830-1902), une chargée de conférence enseignant un cours de philosophie pour les femmes à Lausanne.

  • 2 Voir Yvette Conry, Introduction du darwinisme en France, Paris, Vrin, 1974, p. 29-30 : « De 1859 à (...)
  • 3 Ernst Mayr, The Growth of Biological Thought: diversity, evolution and inheritance, Cambridge (MA), (...)
  • 4 Jean Gayon, « Darwin and Darwinism in France before 1900 », dans Michael Ruse (dir.), The Cambridge (...)
  • 5 Pierre Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, Paris, Garnier, 1864.

2De là, la plainte communément exprimée par les historiens du darwinisme, déplorant des traducteurs (et au premier chef : une traductrice) de piètre envergure scientifique, indice plus général de l’absence de reconnaissance de l’œuvre scientifique de Darwin en France, permettant de souligner l’indifférence suspecte avec laquelle ses idées furent reçues par ses contemporains2. Ici, le contraste se fait implicitement avec l’Allemagne, où, comme le dit Ernst Mayr, « tout le monde était évolutionniste3 ». Sur ce point, Jean Gayon a commencé d’apporter d’utiles correctifs, soulignant – contra Conry – que les œuvres de Darwin furent autant traduites en français qu’en allemand, et à peu près au même rythme, à une exception près – Le Voyage du Beagle, qui dut attendre 1874 pour une première traduction française4. Quoi qu’il en soit, et nous discuterons amplement ces points, la première réception de L’Origine des espèces se passe aux marges du Paris scientifique de l’époque, défini par le quadrilatère constitué par le Muséum national d’histoire naturelle, le Collège de France, la Faculté des sciences de Paris et l’Institut de France. Pour comprendre cela, les réflexions critiques de Pierre Flourens, alors âgé de 70 ans, peuvent nous servir de guide car, en dépit de leur ton quelque peu tapageur et peut-être caricatural, elles nous paraissent synthétiser un ensemble d’orientations de la science française de l’époque5. Or, à lire Flourens et ses collègues des grandes institutions scientifiques, il est tout à fait frappant que, pour les savants du Collège de France comme pour leurs collègues de l’Académie des sciences, de la Sorbonne ou du Muséum, Darwin vient trop tard.

3C’est là un constat maintes fois répété. Il est d’autant plus choquant que les idées de Darwin nous paraissent, vues d’aujourd’hui, avoir été tout à fait novatrices, voire révolutionnaires ! On comprend bien, par ce contraste, le problème qui habita les recherches pionnières d’Yvette Conry dans les années 1970. Pour expliquer un tel décalage, entre notre admiration inconditionnelle pour la rupture incarnée par la date du 24 novembre 1859 – première publication de On the Origin of Species à Londres – et l’exaspération moqueuse et pleine de morgue du savant Flourens à l’endroit du naturaliste anglais, il doit bien y avoir des causes ou des raisons. Comment la théorie révolutionnaire de l’évolution par sélection naturelle a-t-elle pu passer, aux yeux des plus grands savants, pour un archaïsme sans intérêt ? Conry chargea la malheureuse Clémence Royer du poids de toute la responsabilité dans cette affaire. Sans aucun doute, sa traduction ne réussit pas à convaincre les savants de l’époque qu’il se jouait là une rupture fondatrice. Cependant, l’état du texte livré par Royer ne suffit cependant pas à expliquer le sentiment général des savants : que Darwin vient « trop tard ».

  • 6 Point mentionné par Mathias Duval, Le Darwinisme : leçons professées à l’École d’anthropologie, Par (...)
  • 7 C. Darwin à A.R. Wallace, 15 juin 1864 : « A great gun Flourens has written a little dull book agai (...)

4Pour le comprendre, il nous faut rouvrir l’ouvrage critique de Flourens, car s’il paraît en 1864, il jouira encore d’une seconde édition en 18816. La réputation de cet ouvrage sera pourtant désastreuse. Comme l’exprime Darwin lui-même non sans ironie ni mordant : « Un gros calibre, Flourens, a dégainé un petit livre bien fade contre moi. Cela me réjouit fort car il est évident que notre cher ouvrage se répand en France. Il évoque “l’engouement” au sujet de ce livre [L’Origine] “truffé de pensées vaines et présomptueuses”7. » Ainsi, le succès de Flourens témoignerait seulement du succès croissant de Darwin. De fait, les darwiniens engagés seront impitoyables avec le secrétaire de l’Académie des sciences de Paris. Parmi eux, Thomas Henry Huxley, le célèbre « bouledogue » de Darwin n’hésitera pas à proclamer :

  • 8 Thomas Henry Huxley, « Criticisms of the Origin of Species » (1864), repris dans Darwiniana, Londre (...)

M. le secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences traite Darwin comme le premier Napoléon aurait traité un idéologue, tout en faisant preuve d’une déplorable faiblesse de logique et d’une information complètement superficielle : il adopte un ton d’autorité qui frise toujours le ridicule et passe parfois les limites des convenances8.

  • 9 T.H. Huxley, Les Sciences naturelles et les problèmes qu’elles font surgir [Lay Sermons. Addresses (...)

5En France où le texte de Huxley est connu, notamment grâce à une traduction française de 1877, beaucoup de lecteurs de Flourens seront consternés par l’ouvrage9. Ainsi du professeur d’anthropologie Mathias Duval (1844-1907) qui déplore « la forme légère et superficielle de l’argumentation » :

  • 10 Mathias Duval, Le Darwinisme : leçons professées à l’École d’anthropologie, op. cit., p. 429-430.

Il faut bien le dire, et il le faut d’autant plus que Flourens a été une haute personnalité scientifique, le fond même de l’argumentation est déplorablement faible ou même nul. Cela est fâcheux pour la renommée de la science française, car à l’étranger aussi on a lu le volume de Flourens, et Huxley ne s’est pas fait faute de l’apprécier à sa juste valeur10.

6Ainsi, de la lecture iconoclaste et enthousiaste de Clémence Royer à l’interprétation hautaine et indignée de Pierre Flourens, y a-t-il hiatus ou continuité ? Comment comprendre le contraste apparent entre elles ?

7Notre étude se déploie en deux temps, au cours desquels il s’agira pour nous de corriger certaines idées répandues sur la première réception française de Darwin : que la traduction Royer a constitué un obstacle insurmontable à la réception des idées de Darwin ; que Darwin n’était guère connu ni cité par les savants français avant la traduction de L’Origine des espèces. Dans un premier moment, il s’agit donc de s’interroger sur l’impact réel de la traduction Royer, sa diffusion et son pouvoir de nuisance – dossier déjà bien instruit. Dans un second moment, nous explorerons la signification de l’année 1859 pour les savants français. Ainsi, pour comprendre leur réception de Darwin, il importe de connaître leurs coordonnées intellectuelles : quels problèmes les préoccupent, quels débats les animent en l’an 1859 ?

I. Lire Darwin en traduction

1.2. Les deux Darwin, et l’ombre portée de Georges Cuvier

  • 11 L’Académie des sciences vient de lui préférer, quelques jours plus tôt, l’anatomiste de Saint-Péter (...)
  • 12 Revue des cours scientifiques de la France et de l’étranger, 7e année, n° 34, 23 juillet 1870, p. 5 (...)
  • 13 Revue des cours scientifiques de la France et de l’étranger, op. cit., p. 529.
  • 14 Ibid.
  • 15 (anonyme), « M. Ch. Darwin à l’Académie des sciences », Revue des cours scientifiques de la France (...)

8En juillet 1870, alors que la guerre avec la Prusse est déclarée, se tient une séance de l’Académie des sciences de Paris qui examine les titres de Darwin pour un poste de correspondant en zoologie en remplacement de l’anatomiste Jan Purkinje (1787-1869)11. On entendit alors un professeur du Collège de France émettre un jugement fort sévère sur Darwin. Il s’agissait du géologue Élie de Beaumont, titulaire de la chaire d’Histoire naturelle des corps inorganiques, qui se serait écrié : « c’est de la science mousseuse !12 ». Élie de Beaumont explique reconnaître la valeur de la théorie darwinienne de la formation des îles madréporiques, qu’il a autrefois enseignée dans ses cours ; mais « à ses yeux, M. Darwin a fait de bons travaux qu’il a ensuite gâtés par des idées dangereuses et sans fondements : il faut attendre pour l’élire qu’il ait renoncé à ses idées13 ». Par contraste, Henri Milne-Edwards ou Armand de Quatrefages, tout en insistant sur leur opposition aux doctrines transformistes, rendent hommage à la valeur des travaux spéciaux de Darwin. La figure de Darwin se dédouble : entre un Darwin réputé pour des théories locales ou pour des monographies importantes, et de l’autre côté, des déclarations radicales faisant de Darwin un amateur, voire un fantaisiste. Les jugements les plus caricaturaux viennent sans doute ici du zoologiste Émile Blanchard (1819-1900) qui voit dans Darwin un « amateur intelligent, mais non un savant » et proclame que « ce serait un malheur pour la science que de lui ouvrir les portes de l’Académie14 ». Quatrefages tire habilement parti de ce thème des « deux Darwin », dans son plaidoyer pondéré, en faveur du naturaliste anglais : « Il y a deux hommes dans M. Ch. Darwin : un naturaliste observateur et un penseur théoricien. Le naturaliste est exact, sagace et patient ; le penseur est original et pénétrant, souvent juste, parfois trop hardi15. »

  • 16 Ibid., p. 563.
  • 17 Ibid.
  • 18 Pietro Corsi, « The revolutions of evolution: Geoffroy and Lamarck, 1825-1840 », Bulletin du Musée (...)
  • 19 Voir T. Hoquet, « Spectres de Telliamed : Maillet dans l’histoire de l’évolution », Corpus, Revue d (...)

9À la vigoureuse expression « science mousseuse », appliquée à Darwin, feront écho les propos tenus par le botaniste Adolphe Brongniart (1801-1876), ancien assistant de Cuvier, qui renchérit que le système de Darwin ne serait qu’un « conte de fées16 ». Pour Brongniart, les darwiniens font fausse route en cherchant à résoudre de manière purement naturelle le problème de l’origine des espèces qui suppose au contraire une cause surnaturelle. Et Brongniart de citer encore ses souvenirs de la campagne d’Égypte napoléonienne : « le blé des pyramides d’Égypte, qui remonte à plus de quatre mille ans, [et] reproduit exactement les variétés aujourd’hui existantes17 ». On croirait voir ressusciter les analyses de Cuvier sur les ibis et les gavials égyptiens, et ses débats avec Geoffroy Saint-Hilaire18. C’est pourquoi L’Origine des espèces fut souvent comparée au Telliamed de Benoît de Millet, paru en 1744 et généralement conspué pour son transformisme fantaisiste et son physicalisme intégral19.

  • 20 Voir la défense de Sara Joan Miles, « Clémence Royer et De l’Origine des espèces : traductrice ou t (...)

10Plus généralement, nous avons vu que Pierre Flourens n’hésita pas à prendre pour acquise la traduction Royer, pourtant contestable, de natural selection par élection naturelle, et à s’appuyer sur celle-ci pour accuser Darwin d’avoir « personnifié » la nature en donnant à la « nature » une puissance d’« élection20 ». Nous touchons ici un point important : c’est que, pour ces naturalistes, l’ombre de Georges Cuvier plane encore sur le Collège de France.

  • 21 Georges Cuvier, « Nature », Dictionnaire des sciences naturelles, t. XXXIV, 1825, p. 261-268.

11Dans un article célèbre du Dictionnaire des sciences naturelles, Cuvier avait prononcé un réquisitoire fort argumenté contre tous les vices liés à la personnification de la « nature » : le fait qu’on prétende que « la nature ne fait rien en vain », ou encore qu’on parle de « la sagesse » ou de « la bonté » de la nature : chaque fois, notait Cuvier, on croit parler de la nature quand en réalité on parle du Créateur21. C’est à ce texte et à ses acquis méthodologiques que pense Flourens quand il reproche à Darwin de donner des personnifications archaïques :

Ou l’élection naturelle n’est rien, ou c’est la nature ; mais la nature douée d’élection, mais la nature personnifiée : dernière erreur du dernier siècle : le xixe siècle ne fait plus de personnifications.

  • 22 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., resp. p. 53 et p. 65

Mais que d’idées obscures, que d’idées fausses ! Quel jargon métaphysique jeté mal à propos dans l’histoire naturelle, qui tombe dans le galimatias dès qu’elle sort des idées claires, des idées justes. Quel langage prétentieux et vide ! Quelles personnifications puériles et surannées ! Ô lucidité ! Ô solidité de l’esprit français, que devenez-vous22 ?

  • 23 Voir Thierry Hoquet, « Translating natural selection: true concept, but false term ? », Bionomina, (...)
  • 24 François-Jules Pictet, « Sur l’origine de l’espèce par Charles Darwin », Archives des sciences phys (...)
  • 25 Édouard Claparède, « M. Darwin et sa théorie de la formation des espèces », Revue germanique, t. 16 (...)
  • 26 Dans l’Introduction du darwinisme en France, Conry parle de « trahison du texte darwinien » (p. 263 (...)

12Ainsi, ce qui révulse Flourens et paraît suggérer que Darwin vient trop tard, c’est le style darwinien, et tout particulièrement ce que suggère son concept de natural selection. Clémence Royer, devant traduire non seulement le terme natural selection, mais aussi le verbe « to select » ou le participe « selected », s’était résolue, sur les conseils du psychologue Édouard Claparède, à employer les termes de la famille d’élire et élection. Le problème était donc avant tout terminologique : pour traduire l’anglais to select, selected, selection, on dispose en français d’élire, élu, élection, mais pas de sélire, sélu, sélection23. Royer aurait aussi bien pu dire, pour éviter tout néologisme, « choix naturel » : c’est d’ailleurs le choix que fit le paléontologue genevois François-Jules Pictet en 186124. La décision de Royer, quoiqu’appuyée sur les recommandations de Claparède25, suscitera l’ire de nombreux commentateurs, dont Yvette Conry qui lui fera jouer un rôle déterminant dans « la non-introduction de Darwin en France26 ».

13Or, il est frappant ici que, sans revenir au terme anglais de selection et à ce qu’il signifie dans les pratiques des éleveurs anglais, Flourens se borne à tourner le concept en ridicule :

M. Darwin commence par imaginer une élection naturelle ; il imagine ensuite que ce pouvoir d’élire qu’il donne à la nature est pareil au pouvoir de l’homme. Ces deux suppositions admises, rien ne l’arrête ; il joue avec la nature comme il lui plaît, et il lui fait faire tout ce qu’il veut.

  • 27 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 6 et p. 52. Voir (...)

Et, pour cette transformation, on imagine une élection naturelle que, pour plus de ménagement, on me dit être inconsciente, sans s’apercevoir que le contresens littéral est précisément là : élection inconsciente27.

  • 28 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 7.
  • 29 Voir la traduction Royer, p. 92 : « De même que toutes les œuvres de la nature sont infiniment supé (...)
  • 30 P. Flourens (Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 6-9) cite seuleme (...)

14Flourens prend élection au premier degré : le terme signifie choix et suppose donc une instance qui choisit. La critique porte donc sur le point de la terminologie dans laquelle s’exprime la conceptualité scientifique. Le problème principal est l’analogie établie entre l’activité de la nature et l’activité humaine : « choisi[r] les variations utiles, écart[er] les variations contraires28 ». Par-là, Darwin « mêle à tout cela un langage métaphorique qui l’éblouit, et il imagine que l’élection naturelle qu’il donne à la nature aurait des effets incommensurables (c’est son mot), immenses et que n’a pas le faible pouvoir de l’homme.29 ». Or, L’Origine des espèces contenait déjà, sous la plume de Darwin, des observations critiques concernant le choix du terme natural selection, qui était à l’époque un terme technique quasi inconnu du public. Si bien que Darwin était tout à fait conscient des défauts de son terme et ne cessera de le rappeler au fil des éditions de L’Origine30. Si parler d’« élection naturelle » paraît un oxymore, c’est qu’« élection » désigne un pouvoir intelligent, alors que « naturelle » désigne précisément une absence d’intelligence : il s’agirait donc de décrire les puissances de la nature comme une sorte d’élection inconsciente ce dont Darwin se défend. Flourens se trouve donc inlassable à déplorer sous la plume de Darwin une « personnification » de la nature :

  • 31 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 11.

voilà le procédé constant de M. Darwin : il commence par demander la permission de personnifier la nature, et puis par un dato non concesso, il raisonne comme si cette permission était accordée31. […]

  • 32 Ibid., p. 12.

Ainsi, toujours des métaphores ! La nature choisit, la nature scrute, la nature travaille et travaille sans cesse, et travaille à quoi ?… à changer, à perfectionner, à transformer les espèces32.

  • 33 Ibid., p. 30-31.

L’élection naturelle n’est, sous un autre nom, que la nature. Pour un être organisé, la nature n’est que l’organisation, ni plus ni moins. Il faudra donc aussi personnifier l’organisation, et dire que l’organisation choisit l’organisation. L’élection naturelle est cette forme substantielle dont on jouait autrefois avec tant de facilité33.

  • 34 Ibid., p. 21.

15La dernière comparaison est particulièrement significative car elle renvoie à la critique menée par Descartes contre les qualités occultes de la scholastique. Or il est notable que dans cette affaire, les partisans cartésiens de la physique des tourbillons usèrent du même argument contre l’attraction newtonienne. De même que l’attraction fut assimilée par les cartésiens aux qualités occultes, la sélection naturelle a prêté le flanc à l’accusation de personnifier la nature. Darwin se voit donc accusé d’avoir été aveuglé par son concept d’« élection naturelle » : du fait du rôle immense qu’elle joue dans son système, elle lui aurait troublé la vision, et l’aurait conduit non pas à travestir les faits intentionnellement, mais à les percevoir comme à travers un songe métaphysique : c’est pourquoi Flourens croit bon de rappeler que « les faits, vus en eux-mêmes, diffèrent des faits vus à travers l’esprit de système et les fantômes de l’abstraction34. »

  • 35 Herbert Spencer, The Principles of Biology, Londres, Williams and Norgate, 2 vols., t. 1, 1864, p.  (...)

16Ici encore, ce point est-il spécifiquement français, imputable à l’influence persistante de Cuvier sur les savants français ? On peut ici s’étonner que le célèbre Alfred Russel Wallace attire l’attention sur ces points dans une lettre à Darwin datée du 2 juillet 1866 : Wallace commente alors un essai du philosophe Paul Janet (1823-1899) qui déplore justement le caractère mental et intentionnel suggéré par le terme élection. La logique voudrait que les deux naturalistes anglais déplorent, dans leurs échanges, la mauvaise traduction proposée par Royer et dissertent sur l’écran constitué par les langues vernaculaires. Loin s’en faut cependant. Au lieu d’accuser les Français de manquer ici de clairvoyance, Wallace relaie leurs critiques : il rapporte que natural selection est un mauvais terme, et Darwin lui concède cela sans peine. C’est bien pour cela que Darwin ajoutera bientôt à natural selection l’expression empruntée à Herbert Spencer de « survival of the fittest35 ». Ce en quoi il suit la recommandation de Wallace mais aussi se conforme aussi aux réticences exprimées par les différents savants français.

1.2. Royer avant Darwin

  • 36 Joy Harvey, « Almost a man of genius ». Clémence Royer, Feminism and Nineteenth-Century Science, Ne (...)

17À la sortie de son ouvrage en Angleterre, Charles Darwin se tourna vers Armand de Quatrefages (1810-1892), le premier savant français à s’être exprimé sur ses théories, pour trouver un traducteur. Une première intention vint d’un certain Pierre Talandier, professeur de français en exil en Angleterre, mais son projet ne fut accepté par aucun éditeur. On avance alors le nom de Louise Swanton Belloc (1796-1881), qui compte déjà la traduction de plusieurs romans à son actif : mais L’Origine est un ouvrage technique si bien que Darwin exige des garanties scientifiques et Belloc recule. C’est finalement Clémence-Auguste Royer, une conférencière française exilée en Suisse, autodidacte au caractère détonnant, qui se chargera de la traduction de la troisième édition anglaise36. Elle fait paraître en 1862 sa traduction sous un titre qui déjà s’éloigne de l’original anglais : De l’Origine des espèces, ou des Lois du progrès chez les êtres organisés, chez Guillaumin et Masson. Elle s’expliquera de son intérêt pour les idées de Darwin par la coïncidence qu’elle y rencontra avec les idées qu’elle-même exposait alors à Lausanne dans ses enseignements. Royer ne prétend pas être une disciple de Darwin : elle évoque plutôt une sorte de rencontre intellectuelle entre deux grands esprits – le sien et celui du naturaliste anglais. Elle le dit dans sa préface à l’ouvrage de Darwin :

  • 37 Voir C. Royer, « Préface », dans C. Darwin, De l’Origine des espèces, ou Des lois du progrès chez l (...)

Je crois d’ailleurs pouvoir réclamer une sorte de solidarité dans les doctrines de M. Darwin ; car le même hiver où son ouvrage était publié à Londres, j’émettais de mon côté, bien que moins savamment et moins complétement, les mêmes idées sur la succession et l’évolution progressive des êtres vivants, dans un cours de Philosophie de la nature et de l’histoire, que je faisais à Lausanne et que j’ai répété partiellement en d’autres villes. Je dois dire que je rencontrai parmi les protestants suisses les mêmes oppositions que M. Darwin chez les protestants d’Angleterre37.

18Elle n’aura de cesse de le répéter tout au long de sa carrière, revenant sans cesse sur sa priorité à l’égard des idées associées au nom de Darwin :

  • 38 Voir la lettre de Clémence Royer à Armand de Quatrefages, 30 avril 1891, Paris, MNHN, Ms 2258, fol. (...)

L’Académie des sciences doit, cette année, décerner le prix Jean-Reynaud. Mes trente années de travaux ne m’autorisent-elles pas à y prétendre ? Il est destiné à récompenser des œuvres originales, des idées nouvelles, ayant une portée philosophique. N’ai-je pas contribué à renouveler en France la philosophie naturelle ? J’ai devancé Darwin en affirmant la théorie d’évolution, d’après Lamarck, dans mon cours de 1859-1860 à Lausanne ; c’est ce même hiver que paraissait en Angleterre L’Origine des espèces dont je n’ai entrepris la traduction que parce que j’y trouvais une confirmation de mon enseignement. Dans ma préface et mes notes, j’ai devancé les conclusions les plus tardives de Darwin. Dans mon Origine de l’homme et des sociétés (1870), j’ai devancé Descent of Man. Dans ce même ouvrage et dans mes notes, j’ai devancé Haeckel, et dans un dernier mémoire (Revue d’anthropologie, 1890), j’ai présenté une solution nouvelle du problème de l’espèce. […] Vous comprendrez et vous excuserez ma demande, et j’ai confiance que vous voudrez bien l’appuyer de votre haute autorité38.

  • 39 Voir C. Darwin, Sull’origine delle specie per elezione naturale, ovvero Conservazione delle razze p (...)
  • 40 La première traduction espagnole complète, signée Enrique Godínez, paraît seulement en 1877 à Madri (...)
  • 41 Voir C. Darwin, Origem das Espécies, Porto, Lello e Irmão Editores, s.d. [1913].

19La traduction Royer parue en 1862 aura une influence non négligeable et connaîtra trois éditions successives (1862, 1866, 1870). Si elle fut finalement désavouée par Darwin, c’est avant tout parce qu’elle ne se souciait guère de transposer dans la version française les différentes modifications et inflexions imposées par Darwin au texte de son livre, au fil des éditions anglaises. Les Italiens se méfient de la version Royer et se dotent de leur propre traduction dès 1864 mais il faut noter que, pour traduire natural selection, la version italienne recourt à elezione naturale de même que la traductrice française emploie, nous l’avons vu, élection naturelle39. En outre, la version française paraît avoir été couramment utilisée dans le monde hispanophone ou lusophone, où les premières traductions seront plus tardives. En Espagne, où la première traduction doit attendre 1877, on a pu noter que la pénétration des idées darwiniennes se faisait notamment à partir de textes français, et qu’une première tentative de traduire Darwin fut faite sur la base de la troisième édition de la traduction Royer (1870)40. De même, la première traduction en portugais, par Joaquim Dá Mesquita Paul, ne paraîtra qu’en 1913 et sera faite à partir d’une autre traduction française – indice de l’influence persistante de cette langue41.

  • 42 Celle-ci sera incluse dans la première tentative de traduction espagnole de 1972. Voir F. Pelayo, « (...)
  • 43 Y. Conry, Introduction du darwinisme en France, op. cit. Voir notamment sa conclusion (p. 425) : «  (...)
  • 44 Y. Conry (dir.), De Darwin au darwinisme : science et idéologie, Paris, Vrin, 1983.

20Par Royer, l’ouvrage de Darwin se trouve placé dans une lignée qui n’est, certes, guère académique. En témoignent notamment l’introduction de la notion de « progrès » dans le titre ou la scandaleuse préface philosophique de Royer42. On peut dès lors reprocher à celle-ci – comme le fit Yvette Conry – d’avoir contribué à retarder « l’introduction du darwinisme en France43 ». Pourtant, il est fort difficile d’opposer une authentique « science » darwinienne à un discours d’« idéologie » qui relèverait de Royer et des penseurs sociaux, économistes ou anthropologues44.

21De fait, la traduction Royer sera annotée avec soin par les savants français, et prise comme le reflet fidèle des idées de l’auteur anglais par les plus grands scientifiques de l’époque. Une décennie plus tard, le philosophe Charles Lévêque (1818-1900), titulaire de la chaire de Philosophie grecque et latine au Collège de France, devra faire amende honorable lors d’une séance de l’Académie des sciences morales et politiques, pour avoir critiqué à tort la traduction Royer. Lévêque tente de défendre Darwin contre ses lecteurs français, qui trop souvent, déplore-t-il, soit ne l’ont pas lu, soit ne le connaissent qu’à travers la traduction française,

  • 45 Compte rendu des débats de l’Académie des sciences morales et politiques, séance du samedi 19 juill (...)

traduction inexacte, accompagnée d’une préface et de notes qui achèvent de dénaturer la pensée de l’auteur, et contre lesquelles M. Darwin a protesté énergiquement en retirant au premier traducteur l’autorisation qu’il lui avait accordée, pour la donner à un autre plus fidèle. Ce fait mérite d’être signalé, car le public s’est fait, sur la foi de la traduction dont il s’agit, un Darwin tout différent du vrai Darwin. Celui-ci déclare hautement qu’il n’entend en aucune façon attaquer l’idée de Dieu ni les Écritures, mais seulement proposer une théorie pour expliquer le « comment » de la création45.

  • 46 Journal Officiel de la République française, 2 août 1873, p. 5209 a.

22Sur ce point, Lévêque devra se rétracter et reconnaître « que le cas du premier traducteur [Royer] est beaucoup moins grave qu’il ne l’avait cru » : la protestation de Darwin se réduisant au fait que la troisième édition française de la traduction Royer (1870) est incomplète puisqu’il y manque environ cinquante-quatre pages dont la quatrième édition anglaise (1866) s’était vue augmentée46.

  • 47 Annotation en marge de la page 125 de la traduction Royer, notée par Gaudry sur son exemplaire. Voi (...)

23Que les savants français n’aient rien à redire de la traduction Royer, on en juge par Pierre Flourens, qui, si sévère avec Darwin, ne songe pourtant à aucun moment à remettre en cause la littéralité de la traduction ou les vertus de la traductrice. Bien loin de repousser les savants, la traduction Royer permet à certains grands professeurs de voir dans l’œuvre de Darwin un soutien pour leur vision providentialiste de l’histoire de la vie. Ainsi du paléontologue Albert Gaudry (1827-1908) du Muséum d’histoire naturelle, qui n’hésite pas à écrire, en marge de son exemplaire de l’édition Royer : « Tout ce qui est dit sur l’élection naturelle prouve l’intervention directe du créateur (mots barrés par Gaudry) de Dieu […] Sans cette intervention toutes [ces pages] n’ont pas de sens. […] La lecture de cet ouvrage prouve l’a[ction] continuelle de Dieu.47 »

  • 48 Voir T. Hoquet, Darwin contre Darwin, Paris, Seuil, 2009, p. 335-336, ainsi que les clarifications (...)
  • 49 Jacques Roger, « Darwin en France », Annals of Science, vol. 33, 1976, p. 481-484, ici p. 482.

24C’est donc bien que le problème se situe ailleurs : Royer est peut-être un symptôme mais elle ne saurait être entièrement responsable de toute la réception faussée de L’Origine. Pour toutes ces raisons, il serait fautif de dissocier des « idéologues » comme Royer d’authentiques « scientifiques » comme le seraient par exemple le botaniste de Kew Gardens à Londres, J.D. Hooker48. On peut dire avec l’historien des sciences de la vie Jacques Roger : « Si commode au premier abord que soit [la] distinction entre science et idéologie, elle résiste mal à une analyse assez attentive, surtout lorsqu’il s’agit de la biologie du xixe siècle.49 »

  • 50 Voir en particulier, le premier chapitre du livre d’Y. Conry, « Qu’est-ce qu’introduire ? », op. ci (...)
  • 51 Voir sur ces points, l’ensemble des travaux de Pietro Corsi, et notamment l’article : P. Corsi et P (...)

25Pour comprendre l’introduction des idées darwiniennes en France, il nous faut abandonner la référence à un bien hypothétique « darwinisme », qu’il aurait fallu « introduire » en France mais dont le sens serait toujours à définir50. Une fois mis de côté l’épineux problème du « darwinisme », trop polysémique et fluant pour être facilement repéré, on constate alors, par contraste, combien la persona scientifique de Darwin était abondamment citée avec déférence, autrement dit, tout à fait bien introduite dans les cercles et les débats scientifiques de l’époque51. Plus qu’une différence entre science et idéologie, il nous faut donc interroger la signification de l’année 1859 du point de vue de l’histoire des sciences naturelles.

II. 1859 dans les sciences françaises

2.1. Mutabilisme, espèce et taxinomie : le sérieux du professeur Godron de Nancy

26Outre Pierre Flourens, le jugement d’un autre professeur du Collège de France, Claude Bernard, est également révélateur de l’horizon dans lequel Darwin est lu. Bernard cite en effet Darwin en passant, dans son Introduction à l’étude de la médecine expérimentale :

  • 52 Claude Bernard, Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Paris, Baillière, 1865, p. 159 (...)

Il faut admirer sans doute ces vastes horizons entrevus par le génie des Goethe, Oken, Carus, Geoffroy Saint-Hilaire, Darwin, dans lesquels une conception générale nous montre tous les êtres vivants comme étant l’expression de types qui se transforment sans cesse dans l’évolution des organismes et des espèces, et dans lesquels chaque être disparaît individuellement comme un reflet de l’ensemble auquel il appartient52.

  • 53 Ernst Mayr, The Growth of Biological Thought, op. cit., p. 425 ; trad. Marcel Blanc, Histoire de la (...)

27Bernard prend la biologie de Darwin pour celle d’un romantique allemand : elle n’est pas distinguée de celle d’autres transformistes radicaux, disciples de la Naturphilosophie. Au point qu’on peut dire de Claude Bernard ce qu’Ernst Mayr a suggéré de certains physiologistes allemands (comme Johannes Müller ou Rudolf Leuckart) : que leur refus d’adopter l’évolution était le contrecoup des spéculations débridées des Naturphilosophes53.

  • 54 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 2 et p. 32.
  • 55 Ibid., p. 36.

28Sur quoi cela s’appuie-t-il ? Flourens, de même, reproche à Darwin de confondre la variabilité et la mutabilité : c'est-à-dire qu’il l’accuse de prendre les variations minimes ou nuances pour un « changement radical d’une espèce en une autre », qui serait sans limite et qui « ne s’est jamais vu »54. En déclarant que les variétés étaient des espèces naissantes (incipient species), Darwin aurait initié « la chaîne de ses mutations » : « La variété se fait espèce, l’espèce se fait type de genre, le genre passe du genre à l’ordre, l’ordre passe à la classe55 » Ainsi la théorie de Darwin est associée à une confusion des rangs taxinomiques qui en fait un simple épigone d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, l’adversaire du grand Cuvier.

  • 56 Dominique Alexandre Godron, De l’Espèce et des races dans les êtres organisés et spécialement de l’ (...)

29En outre, suivant le fil conducteur de 1859, un autre ouvrage contribue à faire passer la théorie darwinienne pour une idée ancienne et dépassée, notamment concernant la question de l’espèce. L’Origine des espèces se voit constamment comparée à un ouvrage du très estimé Dominique Alexandre Godron (1807-1880), doyen de la faculté des sciences à Nancy et auteur d’un ouvrage en deux volumes, intitulé De l’espèce et des races dans les êtres organisés et spécialement de l’unité de l’espèce humaine56. De ses deux longs volumes, Godron tire la conclusion suivante, inflexible :

  • 57 D.A. Godron, De l’Espèce et des races, op. cit., t. I, p. 174-175.

Il résulte des faits […] qu’en remontant aussi haut que possible dans les temps historiques, nous ne pouvons trouver aucun indice qui nous porte à penser que les espèces sauvages se soient modifiées dans leurs caractères essentiels, qu’elles se soient transformées les unes dans les autres, que des types entièrement nouveaux soient nés ou naissent journellement des types anciens57.

30Ainsi, Godron martèle sa conclusion de page en page : « Tous les faits connus se réunissent, au contraire, pour démontrer que […] les caractères spécifiques […] sont invariables. » Il réfute ainsi l’efficacité de tous les « prétendus agents modificateurs » (le climat, l’exposition, l’altitude, la nature du sol, etc.) et il conclut que tous ces facteurs ne produisent jamais que des modifications légères, accidentelles, purement individuelles et réversibles.

  • 58 Adolphe d’Archiac, Cours de paléontologie stratigraphique. 1re année, 2e partie, Paris, F. Savy, 18 (...)
  • 59 Ibid., p. 115-117.

31Les deux ouvrages de Godron et Darwin parus en 1859 sont comparés par Étienne Jules Adolphe Desmier de Saint-Simon, vicomte d’Archiac (1802-1868), professeur de paléontologie au Muséum national d’histoire naturelle (1851) et membre de l’Académie des sciences (1857). Dans son Cours de paléontologie stratigraphique, d’Archiac nous dresse le portrait contrasté de ces deux auteurs : Darwin « eut un grand retentissement, fut traduit dans plusieurs langues et eut plusieurs éditions en peu de temps » ; Godron « passa presque inaperçu pour beaucoup de personnes58 ». Le professeur français ne peut s’empêcher d’exprimer un sentiment d’injustice dans « la différence de ces destinées ». Mais ici encore, on est reconduit à l’excellente réputation naturaliste de Darwin : l’auteur anglais, « depuis longtemps connu par de grands voyages, par des livres d’un haut mérite et d’un vif intérêt scientifique, a émis et développé une de ces idées qui frappent les esprits faciles à s’éprendre de ce qui semble nouveau. » Au contraire, « le savant français, botaniste distingué, mais dont le nom était peu répandu en dehors de sa spécialité, s’était imposé la tâche modeste de réunir et de discuter un vaste ensemble de preuves à l’appui d’une opinion ancienne, adoptée par le plus grand nombre des naturalistes. » Au fond, cette différence de popularité est injuste car « le livre de M. Darwin ne développe que les idées personnelles de l’auteur et de ses amis. Celui de M. Godron résume l’histoire de la science sur son objet spécial59 ».

  • 60 Biologiste, zoologiste et anthropologue français, membre de l’Académie des sciences en 1852 puis ti (...)
  • 61 Voir Armand de Quatrefages, Charles Darwin et ses précurseurs français. Étude sur le transformisme, (...)

32Un même démenti paraît être adressé à Darwin concernant de possibles origines simiesques de l’humain. Ici encore, Darwin semble venir trop tard. Il était encore possible, du temps de Buffon, répètent les savants français, de croire qu’humains et singes étaient indiscernables du point de vue de l’anatomie interne. Mais ce n’est plus le cas depuis les travaux de Georges Louis Duvernoy, qui succéda à Cuvier à la chaire d’Histoire naturelle des corps organisés au Collège de France, avant d’obtenir en 1850, une chaire au Muséum en remplacement de Ducrotay de Blainville. Les travaux de Duvernoy seront cités par son disciple et élève, Armand de Quatrefages (1810-1897)60 : là où Darwin et Huxley « répètent à diverses reprises que, au point de vue de l’organisation, il y a en tout plus de différences des singes inférieurs aux singes supérieurs que de ceux-ci à l’homme », Quatregages renvoie notamment aux mémoires de Duvernoy pour montrer que ce n’est pas le cas61.

  • 62 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 47-48.
  • 63 Ibid., p. 1.
  • 64 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 31.

33On comprend mieux dès lors que Flourens, constatant l’incroyable succès de Darwin, déplore le pouvoir d’un livre « fait avec un art infini » au point qu’il a déjà « presque gagné tout le monde62 ». En dépit de son triomphe, les professeurs français s’étonnent. Darwin, « inutile et incertain », pourrait-on risquer en reprenant l’ancienne formule de Pascal sur Descartes. D’abord, sans doute parce que n’ayant pas lu Godron, Darwin est moins utile et moins certain que lui sur le sujet de l’espèce. Ainsi, déplore Flourens, Darwin « ne nous dit pas ce qu’il entend par espèce et ne se donne aucun caractère sûr pour la définir63 ». Il manque de faits et ne cite pas « un seul fait, je dis un seul, dont on puisse conclure qu’une espèce s’est changée en une autre64 ».

  • 65 Ibid., p. 79.
  • 66 Ibid., p. 86-87 : « Aujourd’hui, le temps est venu des expériences, j’entends des grandes expérienc (...)
  • 67 Jean Gayon, « Darwin and Darwinism in France before 1900 », op. cit., p. 243-249. De même, Laurent (...)

34Contre cela, Flourens défend une étude de la variabilité de l’espèce qui soit disjointe du songe de mutabilité. Il trouve cela dans deux travaux contemporains : les recherches sur les poiriers de Joseph Decaisne (1807-1882) – qui permettent d’établir « l’apparition contemporaine de races nouvelles, et en définitive l’unité spécifique de toutes les races et variétés d’une même espèce » – et celles de Charles Naudin (1815-1899) sur l’hybridité pour qui les races et variétés désignent de « faibles espèces », qui sont comme des « formes dérivées d’un premier type spécifique et ayant par conséquent une origine commune65 ». Plus encore que les faits collectés par des naturalistes empiristes, Flourens admire chez eux les prémisses d’une histoire naturelle expérimentale66. Ici, on peut reprendre les conclusions de Jean Gayon : les Français auraient raté Darwin parce qu’ils avaient Claude Bernard et Louis Pasteur67.

  • 68 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 91 : « Le plus gr (...)

35Pour Flourens, la seule voie cohérente pour envisager la transformation des espèces est l’hybridation : or celle-ci établit plutôt la fixité. En effet, aux travaux de Joseph Gottlieb Kölreuter (1733-1806), qui établissent la stérilité des hybrides, les expériences de Naudin ajoutent la preuve de leur fécondité dans le même temps qu’il interprète l’hybridité comme le mélange instable entre deux souches, et en tire un argument en faveur de la fixité des espèces68. Si bien que Flourens estime qu’il y a dans ces travaux une supériorité sur ceux de Darwin qui n’est pas métaphysique, mais méthodique :

  • 69 Ibid., p. 85.

Le mérite le plus particulier, et, si je puis ainsi dire, le plus original, de MM. Decaisne et Naudin est de n’avoir laissé de place, dans leurs travaux, que pour les faits. De tels travaux sont inappréciables. Ici, rien de supposé, rien d’omis. Ne rien supposer et ne rien omettre, a dit un grand philosophe de nos jours [Victor Cousin, 1792-1867], c’est toute la méthode69.

  • 70 Louis de Vilmorin, « Ajonc sans épines. Note sur un projet d’expérience ayant pour but de créer une (...)

36On remarque ici l’existence de plusieurs traditions transformistes, caractérisées par les mécanismes qu’elles mettent en avant : habitude chez Lamarck, natural selection chez Darwin, hybridation chez les éleveurs français. Cela conduit fréquemment à confondre le concept typiquement anglais de natural selection avec les méthodes mises en œuvre par les éleveurs français. La sélection des éleveurs anglais procède par l’accumulation de petites différences ; la méthode pratiquée par exemple par la famille Vilmorin est tout à fait différente, consistant à « affoler la plante », c’est-à-dire à déstabiliser son équilibre intérieur entre la force d’hérédité et la force de variabilité70. Ainsi, au-delà de la question terminologique, les modèles de l’hérédité sont déterminants pour comprendre l’incompréhension relative au procédé même de sélection.

37Ainsi, du point de vue d’un 1859 français, Darwin paraît « venir trop tard » : sa théorie paraît négliger les faits positifs établis par l’histoire naturelle et patiemment collectés par Godron, mais plus encore : les principes de la méthode expérimentale. De plus, son refus de définir l’espèce ainsi que son nominalisme concernant les rangs taxinomiques (la variété redéfinie comme « incipient species ») sont compris comme une coupable légèreté plutôt que comme une révision complète des fondements de la classification.

2.2. Darwin avant Darwin : un débat sur les Galápagos à l’Académie des sciences

  • 71 Ceci est le point de départ de T. Hoquet, Revisiting the Origin of Species: The Other Darwins, Lond (...)
  • 72 G. Molina (« Le savant et ses interprètes », art. cit., p. 361-386) observe ainsi (p. 362) que c’es (...)
  • 73 Voir l’analyse des collections naturalistes liées au voyage du Beagle : The Structure and Distribut (...)

38On se trompe de question si l’on identifie Darwin exclusivement à son ouvrage évolutionniste. Dans les débats scientifiques de l’époque, le nom de Charles Darwin n’est pas attaché à l’ouvrage nommé Origine des espèces : d’une part, il renvoie, dans le monde anglo-saxon, aux fantaisies lyriques de son grand-père Erasmus Darwin (1731-1802)71 ; d’autre part, en France, le nom de Darwin est bien connu des savants, mais pour son voyage de circumnavigation sur le navire HMS Beagle (1831-1836), qui l’a mené notamment dans l’archipel des Galápagos72. Si ces textes ne sont pas nécessairement connus de première main, les observations de Darwin étaient connues au moins grâce à différents traités de Lyell. Si bien que le nom de Darwin était indéniablement associé au Journal de voyage et à la théorie de la formation des atolls, dont même Élie de Beaumontreconnaîtra qu’il l’a enseignée dans ses cours73. C’est à ce sujet qu’il est cité par de nombreux auteurs français, mais toujours en rapport avec des questions géologiques fondamentales : l’apparition de formations géologiques originales ou la relation entre l’émergence des montagnes et l’existence de déluges, ou encore l’interprétation de faunes fossiles particulières. Ainsi, la théorie des atolls est citée notamment par Auguste Laugel dans la Revue des Deux Mondes début 1860 :

  • 74 Auguste Laugel, « Nouvelle théorie d’histoire naturelle. L’origine des espèces », Revue des Deux Mo (...)

La réputation de M. Darwin comme naturaliste est déjà ancienne ; il fit autrefois le tour du monde sur le Beagle, et à son retour publia des souvenirs de voyages pleins de charme, des ouvrages relatifs à divers phénomènes naturels, notamment à la formation des îles de corail dans l’Océan Pacifique74.

39On trouve également le nom de Darwin très souvent évoqué à propos de ses observations dans les îles Galápagos. Charles Lyell, dans ses Éléments de géologie traduits en 1839, évoquait l’autorité de son ami Darwin, à propos des fossiles d’ichtyosaure : jusqu’à présent, l’existence de reptiles marins semblait être une hypothèse étonnante car on n’en connaissait aucun représentant vivant. On pouvait certes se fonder sur l’analogie avec les chéloniens (les tortues), qui ont des représentants terrestres, d’eau douce ou d’eau salée. Mais

  • 75 Charles Lyell, Éléments de géologie, trad. Tullia Meulien, sous les auspices de François Arago, Par (...)

la découverte récente d’un saurien marin a rendu désormais inutile toute supposition à ce sujet. Cet animal a été trouvé dans les îles Galápagos, lors de la visite faite par le Beagle en 1835, à cet archipel, où ses mœurs furent observées par M. Darwin75.

40Ces débats sur l’existence de reptiles actuels permettant de mieux interpréter d’anciens fossiles d’espèces disparues, sont bien connus et souvent cités dans la littérature scientifique de l’époque. De manière frappante, un journal populaire, L’Ami des sciences de Victor Meunier, qui propose à ses lecteurs une synthèse sur l’origine des déluges, évoque les cas d’irruptions soudaines d’îles nouvelles, débattues par les géologues de l’époque et convoque alors le nom de Darwin :

  • 76 Victor Meunier, « Le prochain déluge », L’Ami des sciences. Journal du Dimanche, 5e année, n° 45, 6 (...)

D’après le savant voyageur Darwin, les tremblements de terre de 1822 et de 1835 ont surélevé de plusieurs mètres les côtes du Chili et de la chaîne des Andes. Et son opinion est que les chaînes de montagnes résultent d’une succession de petits soulèvements produits pendant les tremblements de terre76.

41Il existe en géologie deux théories rivales quant à la formation des montagnes : l’une, la théorie des soulèvements brusques, qu’on dira « catastrophiste », est associée au professeur du Collège de France, le géologue Élie de Beaumont ; l’autre, dite « uniformitarienne » et associée à Charles Lyell, suppose des soulèvements beaucoup plus lents, opérant par degrés. Darwin est cité parmi les disciples de Lyell. C’est encore en ce sens qu’en 1859, le naturaliste Félix-Archimède Pouchet évoque, d’après Lyell, les travaux de Darwin :

  • 77 Félix-Archimède Pouchet, Hétérogénie ou traité de la génération spontanée, Paris, J.B. Baillière et (...)

Darwin et plusieurs autres savants ont aussi reconnu que certaines régions très étendues de l’Amérique méridionale, furent autrefois le théâtre de soulèvements lents et progressifs, qui ont donné naissance aux plaines de la Patagonie, toutes jonchées de coquilles marines récentes, qui en attestent éloquemment la jeunesse77.

  • 78 Voir « M. Ch. Darwin à l’Académie des sciences », Revue des cours scientifiques, t. 7, n° 36, 6 aoû (...)

42Les ouvrages de Lyell offrent un prisme à travers lequel plusieurs savants français ont une première connaissance de Darwin. C’est notamment le cas d’Élie de Beaumont, le grand adversaire français de Lyell et ces points affleureront encore en 1870 lorsqu’il sera question de faire élire Darwin à l’Académie des sciences78.

43Plusieurs savants puiseront dans Lyell, tout en infléchissant chaque fois les informations qu’ils y prélèvent. Ainsi, il est clair, à lire les Éléments de Lyell, que Darwin et lui-même considèrent établi que la faune et la flore des Galápagos sont de caractère américain : par-là, les deux anglais admettent que ces îles ont été peuplées à partir d’individus ou de germes ayant migré depuis le continent voisin. Mais il n’en est pas du tout de même en France. Ainsi, lors de la séance du 17 janvier 1859 à l’Académie des sciences, l’amiral Abel Aubert du Petit-Thouars (1793-1864), de retour de mission, communique à ses confrères différentes « Observations faites aux îles Galápagos » :

  • 79 Abel Aubert du Petit-Thouars, « Observations faites aux îles Galápagos », Comptes rendus de l’Acadé (...)

Toutes ces îles, d’une création volcanique encore récente, sont dans un état de développement progressif et bien marqué qui permet de constater d’une manière certaine l’ancienneté comparative de leur origine. L’une d’elles, Albe Marle, est encore à l’état d’incandescence ; le volcan qui l’a produite jette toujours de la fumée et parfois des flammes79.

  • 80 Ibid, p. 146 et p. 147.

44L’amiral français dresse le portrait d’îles sans terreau végétal, entièrement stériles, monceaux de scories, de laves et de pierres non agglomérées. Ce n’est que peu à peu que la terre se prépare, qu’un limon se forme aux sommets de ces reliefs, qui sert de principe pour le développement de la vie. À plusieurs reprises, Du Petit-Thouars s’interroge : « D’où ces animaux tirent-ils leur origine ? […] Quelle est leur origine ?80 » – ce qui pose la question du possible transport de germes, et de la ressemblance de ces espèces animales et végétales à celles de l’Amérique ou d’autres territoires voisins comme la Polynésie.

  • 81 Ibid.
  • 82 Henri Milne-Edwards, « Mémoire sur la distribution géographique des crustacés [lu à l’Académie des (...)
  • 83 Comptes rendus de l’Académie des sciences, op. cit., t. 48, p. 148. Milne-Edwards est nommé en 1841 (...)

45Le zoologiste Henri Milne-Edwards (1800-1885) entend lui aussi apporter quelques compléments susceptibles d’expliquer, dit-il, « l’origine des êtres vivants dans ce petit archipel81 ». Selon lui, une telle faune n’a pu provenir ni de la côte d’Amérique, ni des terres actuellement existantes à l’est ou au sud de l’archipel. Dans un article de 1838 où il se prononçait en faveur de différents « centres de création », il avait affirmé que « les parages des îles Galápagos paraissent constituer, sous le rapport des Crustacés qui les habitent, une autre région particulière ; il en est de même pour le Chili et les Terres Magellaniques82. » Alors d’où ces animaux et ces plantes inconnues ont-ils pu tirer leur origine ? Milne-Edwards est en faveur de l’existence de « centres de création », à partir desquels les espèces auraient ensuite « irradié ». Si bien qu’au contraire de son collègue, le zoologiste affirme que ces îles sont les vestiges d’un ancien continent qui se serait affaissé et dont on ne voit plus paraître que les principales saillies. Ainsi, la faune de ces îles, toute particulière, ne serait pas une formation nouvelle, mais au contraire les débris d’une ancienne formation géologique en grande partie détruite83.

46On comprend ici dans quel débat idéologique la référence à Darwin et ses observations des Galápagos se trouvent prises : il ne s’agit pas seulement d’arbitrer entre des causes brusques et des causes lentes, ou de trancher entre Lyell et Cuvier ou Beaumont. Il s’agit de déterminer si la vie apparaît dans un nombre limité de « centres de création », si au contraire, des germes migrent d’une terre à l’autre, ou encore, si la vie peut apparaître à partir de rien, sur des terres nouvellement jaillies des eaux. Et pour sauver leurs hypothèses, certains savants vont jusqu'à supposer l’existence de continents quasi entièrement engloutis plutôt que d’accepter l’idée d’un certain degré de transformation des espèces.

  • 84 Charles Lyell, Éléments de géologie, op. cit., p. 459.

47De même, la référence au « saurien marin » qui peuple l’archipel des Galápagos au point qu’on l’appelle « terre à reptiles », ce cas célèbre de l’Amblyrynchus cristatus emprunté par Lyell aux travaux de Darwin, nourrit également des réflexions sur les espèces qu’on dirait aujourd’hui « endémiques ». Lyell (toujours d’après Darwin) souligne que les oiseaux, les reptiles, les insectes et les plantes qui peuplent les Galápagos, appartiennent, à très peu d’exceptions près, à des espèces que l’on ne rencontre en aucun autre endroit du monde84. Dans ce cadre, cet exemple du « saurien marin » est également cité par Félix-Archimède Pouchet (1800-1872), dans son Hétérogénie de 1859 – dont le sous-titre faisait un « traité de la génération spontanée » :

  • 85 F.-A. Pouchet, Hétérogénie ou traité de la génération spontanée, op. cit., p. 481.

Darwin, qui a visité ces îles, les considère aussi comme étant de nature volcanique et sorties récemment de l’Océan. Sous le rapport de leur faune, elles sont surtout remarquables par l’excessive abondance de serpents, de tortues et de lézards qu’elles nourrissent ; celle-ci est telle que ce naturaliste dit qu’on pourrait nommer cet archipel la Terre à reptiles. C’est dans les Galápagos que Darwin a rencontré, en extrême abondance, le seul saurien marin que l’on connaisse actuellement, et dont, par conséquent, les mœurs sont analogues à celles des grands lézards antédiluviens85.

  • 86 Ibid., p. 480.
  • 87 Jean-Claude Delamétherie, Leçons de géologie : données au Collège de France, Paris, Courcier, 1816, (...)
  • 88 Alexander von Humboldt, « Des volcans de Jorullo (Extrait de son Essai sur la Nouvelle-Espagne, p.  (...)
  • 89 Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, « Création », dans Dictionnaire classique d’histoire naturelle(...)
  • 90 J.-B. Bory, « Création », t. V, p. 44, à propos du Dronte (ou Dodo) : Les humains n’y « ont pas sur (...)

48Pouchet, on le voit, insiste beaucoup dans son texte sur le caractère primordial de la faune de l’archipel : pas de mammifères, mais quantité de reptiles de toutes sortes. Il cite en effet l’archipel des Galápagos de pair avec le cas des Mascareignes, qu’il interprète comme « une preuve de plus à tous ces vivants témoins des soulèvements successifs des continents et des îles86 ». Dans ces débats sur les soulèvements d’îles nouvelles et sur leur peuplement faunistique et floristique, Pouchet convoque des sources aussi diverses que les Questions naturelles de Sénèque, les Institutions de Justinien ou différentes sources géologiques plus récentes comme Jean-Claude Delamétherie à propos du soulèvement en 1732 d’une île près des Açores « d’où il sortait des flammes87 » ou Alexander von Humboldt sur une montagne formée en 1759 par l’éruption d’un volcan mexicain (le Jorullo)88. À l’arrière-plan, ce débat renvoie à une page fameuse du Dictionnaire classique d’histoire naturelle où Jean-Baptiste Bory de Saint Vincent (1778-1846) discute l’origine de l’île de Mascareigne, monde neuf surgi, tout incandescent, au milieu des flots de la mer89. L’histoire de son peuplement animal et végétal s’explique pour Bory, non par des migrations liées aux vents ou à la mer, ou par des introductions liées à l’activité humaine, mais par l’activité spontanée d’une nature qui produit90. Darwin est ici convoqué dans le même registre d’idées, comme l’un des observateurs de référence sur une région comparable.

  • 91 Voir Robert Chambers, Vestiges of the Natural History of Creation (1844), 10e éd., Londres, Churchi (...)

49Ce traitement n’est en rien propre à la France et l’on retrouve Darwin cité de même dans les célèbres Vestiges of the Natural History of Creation, parus anonymement en 1844 et promis à un grand succès éditorial. Ainsi, dans la dixième édition de 1853, on peut lire à propos de l’évolution des formes vivantes, que l’auteur conjecture l’existence d’une « loi organique » expliquant, mieux que les changements dans la géographie physique, la succession des formes vivantes contenues dans les différentes strates fossiles. Pour cela, il s’appuie sur le fait que la succession des formes fossiles conservées dans les différentes couches géologiques ne suit pas un rapport étroit au climat – point qui a été précisément documenté par Darwin91.

50Il y a donc bien une actualité de Darwin en 1859, mais c’est le Darwin voyageur et géologue qui est partout convoqué. Ses observations sont citées en très bonne part, au service de différentes thèses concernant l’apparition des formes vivantes et des reliefs. Ces questions sont en rapport avec l’histoire de la Terre, l’origine de la vie et l’évolution du vivant, puisque les débats sur l’histoire de la terre et les peuplements floristiques et faunistiques des îles évoquent le vieux Bory de Saint-Vincent et son sulfureux article « Création ». Darwin connaissait d’ailleurs fort bien cet article puisque le Dictionnaire d’histoire naturelle figurait dans la bibliothèque emportée sur le Beagle. On peut donc dire qu’en 1859, il y a bien un Darwin français : c’est un observateur qui est pris entre les spéculations de Bory de Saint-Vincent et les imprécations de du Petit-Thouars contre Milne-Edwards.

2.3. Portrait de Charles Darwin en Félix-Archimède Pouchet : L’Origine dans les débats sur la génération spontanée

51Avant d’être connu pour sa « mousseuse » théorie de l’origine des espèces, Darwin est célèbre pour son expertise de géologue et de voyageur : cela oriente, on l’a dit, les lecteurs de Darwin vers la question de la génération spontanée des premières formes, idée qui paraît à de nombreux savants de l’époque à la fois ancienne, mythologique et dépassée. Un texte du botaniste Antoine Laurent Apollinaire Fée (1789-1874), initialement paru dans la Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, nous en donne un aperçu. Il commence de la sorte :

  • 92 Antoine Laurent Apollinaire Fée, Le Darwinisme ou examen de la théorie relative à l’origine des esp (...)

Ce système, savamment développé mais trop absolu dans ses conclusions, cherche à établir qu’il n’existe, pour le règne animal et pour le règne végétal, que trois ou quatre types, encore pourrait-il bien se faire qu’il n’y en eût qu’un seul92.

  • 93 Ibid.

52Pour Fée, le succès du darwinisme tient à sa radicalité qui séduit et éveille la curiosité. Pourtant, observe-t-il aussitôt, « ce n’est pas que le darwinisme soit chose absolument nouvelle, du moins quant aux bases sur lesquelles il est établi93 ». Et de citer Restif de La Bretonne, La Découverte australe, comme ayant soutenu une thèse comparable : à savoir qu’un seul animal et un seul végétal seraient à l’origine de tous les vivants. On constate que Fée ne place pas du tout au fondement du darwinisme le concept d’une sélection naturelle des variations. Pour lui, ce qui importe, c’est la reconduction de toutes les formes à un (ou quelques) prototype(s). Darwin est compris par Fée comme un tenant des centres de création, avec création de types localisés.

53Une telle lecture, qui peut passer aujourd’hui pour une méprise complète sur le caractère novateur de la théorie darwinienne, n’est pas le fait d’un auteur mineur et on trouve le même type d’argument chez Pierre Flourens. Celui-ci, en effet, comme beaucoup de ses contemporains, commence à lire Darwin par la fin, à la conclusion de L’Origine, page 484 de la première édition anglaise (1859), soit dans la traduction française de Clémence Royer :

  • 94 C. Darwin, De l’Origine des espèces ou des lois du progrès chez les êtres organisés, op. cit., p. 6 (...)

Je pense que tout le règne animal est descendu de quatre ou cinq types primitifs tout au plus, et le règne végétal d’un nombre égal ou moindre. L’analogie me conduirait même un peu plus loin, c’est-à-dire à la croyance que tous les animaux et toutes les plantes descendent d’un seul prototype94.

54Flourens, qui cite ce passage à plusieurs reprises (p. 16 et p. 36) en fait « le dernier mot de M. Darwin et de son livre » : le dernier mot, c’est à la fois la conclusion et le point le plus fondamental. Ce qui invite à lire Darwin par la fin, c’est la recherche de la cohérence logique du système présenté dans L’Origine et particulièrement la quête du commencement du système : « donner une théorie complète de la formation des êtres d’après M. Darwin », c’est remarquer avant tout

  • 95 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 45.

que son système n’a pas de commencement. Le commencement obligé de tout système, qui fabrique les êtres de toutes pièces, est la génération spontanée. On a beau s’en défendre : tout système de ce genre commence par la génération spontanée ou y aboutit : témoins, Lamarck, Geoffroy Saint-Hilaire, et les autres, tous à la suite de Buffon95.

  • 96 Ibid., p. 52.

55Voici donc Darwin incriminé dans le droit sillage des molécules organiques de Buffon. Or, proteste Flourens : « On m’annonce un traité sur l’origine des espèces. J’ouvre le livre, et, sur l’origine des espèces, je ne trouve rien. Il s’agit seulement de leur transformation.96 »

  • 97 Émile Gautier, Le Darwinisme social, Paris, Derveaux, 1880, cite : « Production des espèces à la fa (...)

56On relève ici un contresens sur le terme anglais « origin » : Flourens l’entend comme l’histoire d’un premier peuplement, comme dans le débat entre du Petit-Thouars et Milne-Edwards, alors que Darwin entend par là un processus d’apparition progressif. Il apparaît ici qu’origin est un faux ami en français : mieux vaudrait parler de formation ou de production des espèces, ce qui sera d’ailleurs proposé en 1880 par le journaliste anarchiste Émile Gautier (1853-1937)97. Pris dans le piège linguistique qui, en français, associe la question de l’origine à celle du commencement radical des choses, Flourens ne peut échapper à une conclusion :

  • 98 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 46-47. Voir aussi (...)

Faute de génération spontanée, M. Darwin est réduit à créer ses espèces avec d’autres espèces. Il tire les êtres actuels d’existences antérieures, mais cela est peu sensé. […] M. Darwin écrit un livre sur l’origine des espèces, et, dans ce livre, ce qui manque, c’est précisément l’origine des espèces. Ce que c’est que de venir trop tard : on ne croit plus aujourd’hui à la génération spontanée98.

57Aveuglé par une confusion terminologique, Flourens pense tenir Darwin dans un étau logique – d’où l’apparente supériorité et superficialité de son approche : faute de pouvoir engendrer directement la vie, Darwin se verrait contraint – par l’un de ces raisonnements dialectiques dont Kant a analysé les mécanismes – à la faire dériver, d’ancêtre en ancêtre, et cela, sans fin jusqu’au premier progéniteur ; c’est alors, au terme de la chaîne de régression logique, qu’il est acculé à une alternative : divinité ou génération spontanée. Ainsi, triomphe apparemment Flourens : « En histoire naturelle, il n’y a que deux origines possibles : ou la génération spontanée, ou la main de Dieu. Choisissez. »

  • 99 Ibid., p. 68.

58C’est précisément pour cela que Darwin vient trop tard et que Flourens peut s’exclamer, plein d’ironie : « Heureux Lamarck ! » C’est que l’un des termes de l’alternative, la génération spontanée « n’est pas », si bien que le naturaliste se trouve nécessairement renvoyé à l’autre : « la main de Dieu », comme seule origine possible de la vie99. Tout l’ouvrage de Flourens, et donc la réception de Darwin au Collège de France, se trouve par là éclairé par le débat français, réveillé par l’Hétérogénie ou traité de la génération spontanée du naturaliste rouennais Félix-Archimède Pouchet et par le débat qui s’en suivit avec l’ensemble de la communauté scientifique, jusqu’aux réfutations de Louis Pasteur admises par l’Académie des sciences en 1865. L’Origine n’est donc qu’un prétexte pour traiter de la question de la génération spontanée et Flourens clôt sa réfutation de Darwin par différents mémoires historiques, l’un sur la génération des insectes, l’autre sur la génération des vers parasites et le troisième enfin sur la génération des infusoires.

59Dans ce cadre, la voix de Clémence Royer détonne, qui mettait en garde les scientifiques dès 1862 :

  • 100 C. Royer, préface, op. cit., p. xxx.

Il est au moins étonnant, par exemple, de voir mêler la théorie de M. Darwin sur l’origine des espèces, à la question des générations spontanées, surtout lorsque ce sont des professeurs, des savants en titre qui se rendent coupables d’une pareille méprise. C’est à se demander si de tels critiques ont eu entre les mains l’ouvrage dont ils parlent, ou plutôt s’ils ne l’ont pas jugé sur ouï-dire d’après le seul bruit qu’en ont fait les orthodoxes scandalisés, un évêque d’Oxford en tête. Mais il faut dire que M. Charles Darwin n’a pas seulement à lutter contre la passion religieuse, contre la presse ultramontaine ou puritaine, son organe, et contre les dédains ridicules de l’ignorance et des préjugés, il a encore contre lui la routine scientifique elle-même100.

  • 101 Blackwood’s Edinburgh Magazine, Février 1861, vol. 89, n° 544, p. 165 : « While Mr Darwin’s Origin (...)

60Royer ne manque pas ici de lucidité quand elle voit la routine scientifique se mêler au souci de l’orthodoxie religieuse et conspirer à unir Darwin à Pouchet pour réfuter l’un et l’autre d’un même geste. En outre, il ne s’agit pas là d’un biais proprement français et le débat anglais a pu servir ici de répétition générale. Royer évoque le cas de l’évêque Samuel Wilberforce. De même, on peut lire dans le Blackwood’s Edinburgh Magazine de février 1861, une comparaison entre Darwin et Pouchet : si l’homme Darwin a l’avantage (capacités intellectuelles supérieures, nouveauté et esprit philosophique de ses doctrines), « les deux ouvrages se trouvent prompts à susciter les passions polémiques, et à jeter un jour cruel sur la grande imperfection de notre culture scientifique101 ». Avant de conclure :

  • 102 C’est le nom que Spencer donne à la théorie de l’évolution dès 1852.
  • 103 Blackwood’s Edinburgh Magazine, ibid. : « there is no practical result to be anticipated from the D (...)

On n’a aucun résultat pratique à attendre de l’hypothèse du développement102, ou de celle de la génération spontanée ; mais elles ont des conséquences spéculatives qui ne sont pas sans intérêt », en tant notamment qu’elles affectent notre vision métaphysique de la création103.

  • 104 F.-A., Hétérogénie, op. cit., p. 485 : « La science ne permet plus aujourd’hui de contester la succ (...)

61Ainsi, L’Origine de Darwin et l’Hétérogénie de Pouchet sont comparables et comparées dans leur statut méthodologique (hypothétique), leur impact (controversé), et leurs conséquences (métaphysiques ou spéculatives). Cela se produit quand bien même Pouchet est loin de soutenir la théorie darwinienne de la transmutation des espèces et défend plutôt la théorie des créations successives des paléontologues François-Jules Pictet (1809-1872) ou Alcide d’Orbigny (1802-1857). Pouchet est en cela cohérent : pour justifier l’importance d’une « hétérogénie », il doit réfuter l’idée d’une chaîne continue de transmission de la vie, et c’est pourquoi il divise l’histoire du vivant en différents moments successifs, alors même qu’en soutenant la production des espèces par sélection naturelle, Darwin soutient l’unité et la continuité généalogique du monde vivant, et réfute du même coup la doctrine des créations spéciales104. Sur la vie, l’hétérogénie est donc un polygénisme, alors que le descent with modification darwinien est un monogénisme.

62En ce sens, on comprend le contresens complet qui se joue. Selon Flourens, le système de Darwin, pour tenir debout, doit en passer par des thèses réputées caduques (comme la génération spontanée) et peu importe que son système n’ait rien à voir avec ce domaine, comme Royer elle-même avait jugé utile de le rappeler. « Venir trop tard », comme le formule Flourens, c’est se trouver privé des principes fondamentaux supposés nécessaires pour soutenir une thèse.

Conclusion. Au-delà de l’opposition fixisme/transformisme, évolutionnisme/créationnisme

  • 105 Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, Histoire naturelle générale des règnes organiques, principalement é (...)
  • 106 I. Geoffroy Saint-Hilaire, Histoire naturelle générale, op. cit., p. 429 : En ce qui touche l’ordre (...)

63Loin que Clémence Royer doive prendre sur elle tout le poids de la résistance aux idées darwiniennes en France, de nombreuses autres raisons laissent penser aux savants français actifs en 1859 que la thèse de Darwin n’est pas nouvelle mais qu’elle est au contraire archaïque et périmée. C’est que, comme l’a montré Pietro Corsi, l’idée de la transmutation a été abondamment discutée par les naturalistes de la première moitié du xixe siècle, si bien que Flourens et ses collègues disposent contre ces thèses de tout un arsenal argumentatif et méthodologique avec lequel ils entendent réfuter Darwin. Indéniablement, l’influence de Cuvier se fait encore sentir jusque dans les années 1870, particulièrement chez des savants comme Élie de Beaumont ou Adolphe Brongniart qui ont travaillé à ses côtés, ou chez Pierre Flourens qui veut en conserver l’esprit. Ce « cuviérisme » joue à plusieurs niveaux le rôle de rempart anti-darwinien : c’est anti-transformisme rétif à toute idée de « mutationnisme » par hostilité aux idées de Lamarck comme à celles de Geoffroy Saint-Hilaire ; il est catastrophiste par opposition à l’uniformitarisme d’un Lyell ; il refuse toute manière de parler de la « Nature » qui s’approcherait d’une personnification. Cela dit, on doit veiller à ne pas durcir l’opposition d’un créationnisme fixiste à un transformisme évolutionniste, ou d’une orthodoxie religieuse à quelques fortes têtes radicales spéculant sur l’origine de la vie dans le sillage de Telliamed. La question porte plutôt sur les limites de la variabilité, une fois celle-ci prise en compte et distinguée de la mutabilité. De même, une fois les variétés identifiées, quel est leur rapport à l’espèce ? Ainsi, on aurait tort de faire de Godron un fixiste sans nuance. Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, lui-même défenseur d’une « théorie de la variabilité limitée de l’espèce » dans son Histoire naturelle générale des règnes organiques, souligne que même pour le fixiste Godron, il est possible que, par le passé, les êtres organisés n’aient pas été fixes105. S’il faut concéder que Godron paraît devoir être rangé parmi les partisans les plus absolus de l’immutabilité, insistant que le climat en particulier « n’altère en aucune façon les caractères des espèces végétales », cela n’entraîne pas l’opposition radicale de Godron à toute théorie de la transformation des formes vivantes. Ainsi, l’histoire de la vie de l’hétérogéniste Pouchet est discontinuiste et le conduit à accepter des créations successives et, de même, le refus de la mutabilité des espèces chez Godron ne suffit pas à en faire l’adversaire de toute transformation. Si les vues de Godron sont bien en opposition à la théorie de la transformation par habitudes adoptée par Lamarck, elles « ne le sont donc nullement avec » d’autres systèmes de transformation comme celui d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire106. On comprend ici que les positions sont plus complexes que l’opposition évolution/création, ou fixisme/transformisme. L’opposition est également d’ordre épistémologique et philosophique : elle porte sur la démarcation des faits et des hypothèses, sur la question de la méthode expérimentale et sur une certaine conception du travail scientifique, notamment relativement aux personnifications ou à la place des métaphores en science. En un sens, elle rejoue la querelle des Cartésiens et des Newtoniens, et elle aura la même issue pour l’orgueil national des scientifiques français : l’histoire leur aura donné tort.

Notes

1 Il faut ajouter à ce premier panorama l’élection de Victor Coste (1807-1873), le 4 août 1844, premier titulaire d’une chaire d’Embryogénie comparée au Collège de France. Voir Jean-Louis Fischer, « La création de la chaire d’Embryogénie comparée du Collège de France (1844) [À la mémoire d’Étienne Wolff (1904-1996)] », Revue d’histoire des sciences, vol. 51, n° 4, 1998, p. 435-456.

2 Voir Yvette Conry, Introduction du darwinisme en France, Paris, Vrin, 1974, p. 29-30 : « De 1859 à 1862, le darwinisme subit en quelque sorte le temps du mépris, au sens où références et publications sont rares avant la traduction de Clémence Royer. […] Aucune mention de quelque intérêt n’indique qu’en France, à cette date, le nom de Darwin implique autre chose qu’une curiosité exotique ou une coquetterie d’érudit. » Conry doit cependant admettre que Darwin est membre depuis 1837 de la Société géologique de France (p. 30, note 3). Voir également Robert E. Stebbins, « France », dans Thomas F. Glick (dir.), The Comparative Reception of Darwinism, Austin (Texas), Univ. of Texas Press, 1974.

3 Ernst Mayr, The Growth of Biological Thought: diversity, evolution and inheritance, Cambridge (MA), The Belknap Press of Harvard Univ. Press, 1982, trad. Marcel Blanc ; Histoire de la biologie. Diversité, évolution, et hérédité, Paris, Fayard, 1989, p. 367 : « tout le monde acceptait les idées évolutionnistes en Allemagne durant la première moitié du xixe siècle ».

4 Jean Gayon, « Darwin and Darwinism in France before 1900 », dans Michael Ruse (dir.), The Cambridge Encyclopedia of Darwin and Evolutionary Thought, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 2013, p. 243-249, ici p. 244. Gayon lui-même tombe dans la déploration quand il soulève la question suivante (« Darwin and Darwinism in France before 1900 », art. cit. p. 244) : « Therefore, the issue of the reputation of Darwin in France is not a question of diffusion of his works. Obviously, Darwin was widely translated and commented upon. The right question is: By whom was he recognized? ». Il évoque alors l’absence de scientifiques majeurs parmi les préfaciers ou traducteurs de Darwin et reprend finalement à son compte le thème d’une « non-réception de Darwin parmi les naturalistes français » (p. 247). Voir aussi la seconde partie du chapitre, p. 300-312.

5 Pierre Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, Paris, Garnier, 1864.

6 Point mentionné par Mathias Duval, Le Darwinisme : leçons professées à l’École d’anthropologie, Paris, Delahaye et Lecrosnier, 1886, p. 429.

7 C. Darwin à A.R. Wallace, 15 juin 1864 : « A great gun Flourens has written a little dull book against me; which pleases me much for it is plain that our good work is spreading in France. He speaks of the “engouement” about this book “so full of empty and presumptuous thoughts”. » Frederick Burckhardt et al. (éd.), The Correspondence of Charles Darwin, Cambridge, Cambridge Univ. Press, vol. 12, 1985-, p. 249.

8 Thomas Henry Huxley, « Criticisms of the Origin of Species » (1864), repris dans Darwiniana, Londres, Macmillan, 1893 [Collected Essays, t. II], p. 98.

9 T.H. Huxley, Les Sciences naturelles et les problèmes qu’elles font surgir [Lay Sermons. Addresses and Reviews], trad. J. Sarazin, Paris, Baillière, 1877. Le passage cité se trouve à la page 412.

10 Mathias Duval, Le Darwinisme : leçons professées à l’École d’anthropologie, op. cit., p. 429-430.

11 L’Académie des sciences vient de lui préférer, quelques jours plus tôt, l’anatomiste de Saint-Pétersbourg, Johann Friedrich von Brandt (1802-1879) sur un poste de correspondant (section d’Anatomie).

12 Revue des cours scientifiques de la France et de l’étranger, 7e année, n° 34, 23 juillet 1870, p. 529 : « C’est de la science mousseuse, s’est écrié pendant la discussion un académicien qu’on dit être M. Élie de Beaumont. » Voir aussi T.H. Huxley, « On the reception of the Origin of Species » (1887), Life and Letters of Charles Darwin, Francis Darwin (éd.), 1959, t. I, p. 539.

13 Revue des cours scientifiques de la France et de l’étranger, op. cit., p. 529.

14 Ibid.

15 (anonyme), « M. Ch. Darwin à l’Académie des sciences », Revue des cours scientifiques de la France et de l’étranger, t. 7, n° 36, 6 août 1870, p. 561-564, ici p. 561.

16 Ibid., p. 563.

17 Ibid.

18 Pietro Corsi, « The revolutions of evolution: Geoffroy and Lamarck, 1825-1840 », Bulletin du Musée d’anthropologie préhistorique de Monaco, n° 51, 2012, p. 97-122.

19 Voir T. Hoquet, « Spectres de Telliamed : Maillet dans l’histoire de l’évolution », Corpus, Revue de Philosophie, n° 59, 2010, p. 153-186.

20 Voir la défense de Sara Joan Miles, « Clémence Royer et De l’Origine des espèces : traductrice ou traîtresse ? », Revue de synthèse, 4e série, t. 110, 1989-1, p. 61-83 ainsi que Joy Harvey, « Darwin in a French dress: translating, publishing and supporting Darwin in nineteenth-century France », dans Eve-Marie Engels et Thomas F. Glick (dir.), The Reception of Charles Darwin in Europe, Londres, Continuum, 2008, vol. 2, p. 354-374, ici p. 358.

21 Georges Cuvier, « Nature », Dictionnaire des sciences naturelles, t. XXXIV, 1825, p. 261-268.

22 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., resp. p. 53 et p. 65.

23 Voir Thierry Hoquet, « Translating natural selection: true concept, but false term ? », Bionomina, vol. 3, 2011, p. 1-23 ; version augmentée dans H. Fangerau et al., Classification and Evolution in Biology, Linguistics and the History of Science, Stuttgart, Steiner, 2013, p. 67-95.

24 François-Jules Pictet, « Sur l’origine de l’espèce par Charles Darwin », Archives des sciences physiques et naturelles, Bibliothèque universelle, 2e série, vol. 7, mars 1860, p. 233-255, notamment p. 234 : « il fait intervenir, d’une manière ingénieuse, sous le nom de choix naturel (natural selection), un nouvel agent dont il explique très bien l’action probable ; mais auquel il accorde, je crois, une puissance trop étendue. »

25 Édouard Claparède, « M. Darwin et sa théorie de la formation des espèces », Revue germanique, t. 16, août 1861, p. 523-559 ; t. 17, octobre 1861, p. 232-263, notamment, p. 261 : « De toutes les théories de l’origine des espèces, celle de M. Darwin est sans contredit la plus logique, la plus satisfaisante et, en même temps, une des plus simples. Il est acquis désormais à la science que l’élection naturelle est un puissant facteur de la formation des espèces. »

26 Dans l’Introduction du darwinisme en France, Conry parle de « trahison du texte darwinien » (p. 263), d’« importation d’un produit frelaté » (op. cit., p. 264) et suppose à l’origine de ce processus de déformation de la pensée darwinienne des motifs à la fois métaphysiques et politiques (le « déisme militant » et le « libéralisme » de Clémence Royer l’auraient poussée à spiritualiser Darwin, p. 266).

27 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 6 et p. 52. Voir aussi p. 30 : « Une fois ce principe posé, d’un pouvoir électif occupé sans relâche à choisir ce qui est bon et à éliminer ce qui est mauvais, il n’était plus besoin que de matériaux disponibles, et ce qui les fournit, c’est la concurrence vitale. »

28 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 7.

29 Voir la traduction Royer, p. 92 : « De même que toutes les œuvres de la nature sont infiniment supérieures à celles de l’art, l’élection naturelle est nécessairement prête à agir avec une puissance incommensurablement supérieure aux faibles efforts de l’homme. »

30 P. Flourens (Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 6-9) cite seulement les passages à charge en omettant que, si Darwin mentionne les critiques du terme, il a toujours pris soin de répondre aux objections. Ainsi, Flourens cite la traduction Royer, p. 116 : « Plusieurs écrivains ont critiqué ce terme d’élection naturelle. […] Dans le sens littéral du mot, il n’est pas douteux que le terme d’élection naturelle ne soit un contresens. » Alors que le passage complet donne (p. 116-117) : « Plusieurs écrivains ont critiqué ce terme d’élection naturelle ; c’est probablement qu’ils l’ont mal compris. […] Dans le sens littéral du mot, il n’est pas douteux que le terme d’élection naturelle ne soit un contresens ; mais qui n’a jamais protesté contre les chimistes lorsqu’ils parlent des affinités électives des diverses substances élémentaires. Et cependant, à parler strictement, on ne peut dire non plus qu’un acide élise la base avec laquelle il se combine de préférence. On a dit que je parlais de l’élection naturelle comme d’une puissance divine ; mais qui trouve mauvais qu’un auteur parle de l’attraction ou de la gravitation comme réglant les mouvements des planètes ? » (nous soulignons).

31 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 11.

32 Ibid., p. 12.

33 Ibid., p. 30-31.

34 Ibid., p. 21.

35 Herbert Spencer, The Principles of Biology, Londres, Williams and Norgate, 2 vols., t. 1, 1864, p. 444, § 165.

36 Joy Harvey, « Almost a man of genius ». Clémence Royer, Feminism and Nineteenth-Century Science, New Brunswick (NJ), Londres, Rutgers Univ. Press, 1997, p. 63-64.

37 Voir C. Royer, « Préface », dans C. Darwin, De l’Origine des espèces, ou Des lois du progrès chez les êtres organisés, Paris, Guillaumin-Masson, 1862, p. xxxv-xxxvi.

38 Voir la lettre de Clémence Royer à Armand de Quatrefages, 30 avril 1891, Paris, MNHN, Ms 2258, fol. 224-225, publiée dans Y. Conry, L’Introduction du darwinisme, op. cit., p. 437.

39 Voir C. Darwin, Sull’origine delle specie per elezione naturale, ovvero Conservazione delle razze perfezionate nella lotta per l’esistenza, prima traduzione italiana col consenso dell’autore, per cura di Giovanni Canestrini e Luigi Salimbeni, Modena, Tipi di Nicola Zanichelli e Soci, 1864, « Al lettore » : « Inoltre noi pensiamo che se, per avventura, quei dotti italiani che non conoscono l’inglese credessero valersi della traduzione francese di Madame Royer, essi non acquisterebbero certo un’idea precisa e inalterata del testo, essendo tale traduzione in molti punti erronea e generalmente troppo libera ed inesatta [En outre, nous sommes convaincus que si, d’aventure, les savants italiens ne sachant pas l’anglais croyaient tirer profit de la traduction française de Mme Royer, ils n’acquerraient cependant pas une idée précise et inaltérée du texte, car cette traduction est en de nombreux points erronée et, d’une manière générale, trop libre et inexacte]. »

40 La première traduction espagnole complète, signée Enrique Godínez, paraît seulement en 1877 à Madrid, d’après la sixième édition anglaise. Voir C. Darwin, El origen de las especies por medio de la selección natural, Madrid, Biblioteca Perojo, 1877. Sur ce point, voir Francisco Pelayo, « Darwinism and paleontology: reception and diffusion of the theory of evolution in Spain », dans Eve-Marie Engels et Thomas F. Glick (dir.), The Reception of Charles Darwin in Europe, op. cit., p. 386-399, ici p. 387.

41 Voir C. Darwin, Origem das Espécies, Porto, Lello e Irmão Editores, s.d. [1913].

42 Celle-ci sera incluse dans la première tentative de traduction espagnole de 1972. Voir F. Pelayo, « Darwinism and paleontology: reception and diffusion of the theory of evolution in Spain », art. cit., p. 387.

43 Y. Conry, Introduction du darwinisme en France, op. cit. Voir notamment sa conclusion (p. 425) : « sans précurseur comme sans successeur, le darwinisme est resté sans introduction, radicalement inintelligible. » Il y avait à l’introduction du darwinisme une véritable « condition d’impossibilité », conclut Conry qui énumérait des obstacles théoriques et des résistances idéologiques et faisait jouer à Royer un rôle particulièrement néfaste.

44 Y. Conry (dir.), De Darwin au darwinisme : science et idéologie, Paris, Vrin, 1983.

45 Compte rendu des débats de l’Académie des sciences morales et politiques, séance du samedi 19 juillet 1873, reproduit dans le Journal Officiel de la République française, dimanche 27 juillet 1873, p. 1081 b.

46 Journal Officiel de la République française, 2 août 1873, p. 5209 a.

47 Annotation en marge de la page 125 de la traduction Royer, notée par Gaudry sur son exemplaire. Voir Pascal Tassy, « Albert Gaudry et l’émergence de la paléontologie darwinienne au xixe siècle », Annales de paléontologie, vol. 92-1, 2006, p 41-70, ici p. 49.

48 Voir T. Hoquet, Darwin contre Darwin, Paris, Seuil, 2009, p. 335-336, ainsi que les clarifications très précises de Gérard Molina, « Le savant et ses interprètes », dans P. Tort (dir.), Darwinisme et société, Paris, PUF, 1992, p. 361-386. Celui-ci observe notamment (p. 379) : « parmi le petit nombre de nations possédant une école d’histoire naturelle, c’est en France seulement que la présentation de l’œuvre darwinienne a inextricablement mêlé l’optique idéologique et l’optique scientifique. Mais […] ce serait une illusion de croire que la thématique de Clémence Royer constitua une sorte de système “social-darwiniste” français… »

49 Jacques Roger, « Darwin en France », Annals of Science, vol. 33, 1976, p. 481-484, ici p. 482.

50 Voir en particulier, le premier chapitre du livre d’Y. Conry, « Qu’est-ce qu’introduire ? », op. cit., p. 15-28.

51 Voir sur ces points, l’ensemble des travaux de Pietro Corsi, et notamment l’article : P. Corsi et Paul J. Weindling, « Darwinism in Germany, France and Italy », dans David Kohn (dir.), The Darwinian Heritage, Princeton, Princeton Univ. Press, 1985, p. 683-729.

52 Claude Bernard, Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Paris, Baillière, 1865, p. 159 ; rééd. Paris, Champs-Flammarion, p. 140.

53 Ernst Mayr, The Growth of Biological Thought, op. cit., p. 425 ; trad. Marcel Blanc, Histoire de la biologie, op. cit, p. 368. Voir aussi Robert J. Richards, The Romantic Conception of Life: science and philosophy in the age of Goethe, Chicago-Londres, Univ. of Chicago Press, 2002, chapitre 14.

54 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 2 et p. 32.

55 Ibid., p. 36.

56 Dominique Alexandre Godron, De l’Espèce et des races dans les êtres organisés et spécialement de l’unité de l’espèce humaine, 2 vols., Paris, J.B. Baillière, 1859.

57 D.A. Godron, De l’Espèce et des races, op. cit., t. I, p. 174-175.

58 Adolphe d’Archiac, Cours de paléontologie stratigraphique. 1re année, 2e partie, Paris, F. Savy, 1864, p. 64-65.

59 Ibid., p. 115-117.

60 Biologiste, zoologiste et anthropologue français, membre de l’Académie des sciences en 1852 puis titulaire, en 1855, de la chaire d’Anthropologie et d’Ethnographie au Muséum national d’histoire naturelle de Paris.

61 Voir Armand de Quatrefages, Charles Darwin et ses précurseurs français. Étude sur le transformisme, Paris, Germer Baillière, 1870, p. 366, 2e éd., 1892, p. 270.

62 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 47-48.

63 Ibid., p. 1.

64 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 31.

65 Ibid., p. 79.

66 Ibid., p. 86-87 : « Aujourd’hui, le temps est venu des expériences, j’entends des grandes expériences et qui touchent aux questions vitales et fondamentales de la science : MM. Decaisne et Naudin commencent. » À Decaisne et Naudin, Flourens ajoute ses propres expériences sur les « métis » de chacal et de chien (p. 109) : « Je donne au produit des unions croisées le nom de métis, parce que le métis me paraît fait, par moitié, de chacune des deux espèces productrices. »

67 Jean Gayon, « Darwin and Darwinism in France before 1900 », op. cit., p. 243-249. De même, Laurent Loison présente les néo-lamarckiens français comme des disciples de Bernard et Pasteur. Voir L. Loison Qu’est-ce que le néolamarckisme ? Les biologistes français et la question de l’évolution des espèces, 1870-1940, Paris, Vuibert, 2010.

68 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 91 : « Le plus grand fait de l’histoire naturelle est celui de la fixité des espèces. Si l’espèce changeait, l’hybridation serait assurément le moyen le plus direct et le plus efficace d’opérer ce changement. Point du tout, l’hybridation est le moyen qui met le plus complètement dans son jour la fixité de l’espèce. »

69 Ibid., p. 85.

70 Louis de Vilmorin, « Ajonc sans épines. Note sur un projet d’expérience ayant pour but de créer une race d’ajonc sans épines se reproduisant à partir de graines », Bulletin de la Société industrielle d’Angers (sept-oct. 1851), repris dans Revue horticole, 4e série, t. 1, 1852, p. 22-29.

71 Ceci est le point de départ de T. Hoquet, Revisiting the Origin of Species: The Other Darwins, Londres et New York, Routledge, 2018. Les deux Darwin, le poète Erasmus et le voyageur Charles, se trouvent cités par exemple de manière indifférenciée dans l’ouvrage de William John Broderip, Leaves from the Notebook of a Naturalist, Londres, Parker, 1852.

72 G. Molina (« Le savant et ses interprètes », art. cit., p. 361-386) observe ainsi (p. 362) que c’est seulement « avant 1859 » que « les écrits de Charles Darwin sont peu cités en France, y compris les travaux géologiques, malgré son élection en 1837 comme membre étranger de la Société Géologique de France. » En revanche, dès 1858-1859, il y a, note-t-il, une « brusque notoriété de Darwin, consécutive à l’exposition de sa théorie ».

73 Voir l’analyse des collections naturalistes liées au voyage du Beagle : The Structure and Distribution of Coral Reefs, Being the first part of the geology of the voyage of the Beagle, under the command of Capt. Fitzroy, R.N. during the years 1832 to 1836 (Londres, Smith Elder & Co, 1842), ainsi que C. Darwin, Journal of Researches into the Natural History and Geology of the Countries Visited during the Voyage of HMS Beagle round the World, under the command of Capt. Fitz Roy, Londres, John Murray, 1845. Pour la référence à Élie de Beaumont, Revue des cours scientifiques de la France et de l’étranger, 7e année, n° 34, 23 juillet 1870, p. 529.

74 Auguste Laugel, « Nouvelle théorie d’histoire naturelle. L’origine des espèces », Revue des Deux Mondes, 30e année, t. XXVI, 1er avril 1860, p. 644-671, ici p. 647.

75 Charles Lyell, Éléments de géologie, trad. Tullia Meulien, sous les auspices de François Arago, Paris, Pittois-Levrault, 1839, p. 458.

76 Victor Meunier, « Le prochain déluge », L’Ami des sciences. Journal du Dimanche, 5e année, n° 45, 6 novembre 1859, p. 709.

77 Félix-Archimède Pouchet, Hétérogénie ou traité de la génération spontanée, Paris, J.B. Baillière et fils, 1859, p. 479. Il s’agit ici d’une translittération d’un passage de Lyell, Éléments de géologie, op. cit., p. 108-109 : « D’après les observations de M. Darwin et de plusieurs autres savants, il paraît que certaines régions très étendues de l’Amérique méridionale ont été le théâtre d’un soulèvement lent et progressif, lequel a donné naissance aux plaines unies de la Patagonie, couvertes de coquilles marines récentes, et aux pampas de Buénos-Ayres. »

78 Voir « M. Ch. Darwin à l’Académie des sciences », Revue des cours scientifiques, t. 7, n° 36, 6 août 1870, p. 561-564, ici p. 562, où Élie de Beaumont précise « son opinion sur la valeur des mémoires géologiques de Darwin » : « Il reconnaît l’originalité et le mérite du travail sur les îles de corail, dont le mode de formation a été démontré par lui, mais une partie des faits avaient déjà été indiqués par Quoy et Gaimard ; quant aux recherches géologiques sur l’Amérique du Sud, elles ont surtout pour but d’établir que les Andes auraient été produites par une série de tremblements de terre, ce que M. Élie de Beaumont n’admet pas (ces travaux de Darwin sont conçus dans la doctrine de son ami sir C. Lyell, qui était adversaire de la théorie des soulèvements établie par M. Élie de Beaumont). »

79 Abel Aubert du Petit-Thouars, « Observations faites aux îles Galápagos », Comptes rendus de l’Académie des sciences, t. 48, 1859, p. 144-147.

80 Ibid, p. 146 et p. 147.

81 Ibid.

82 Henri Milne-Edwards, « Mémoire sur la distribution géographique des crustacés [lu à l’Académie des sciences le 3 septembre 1838] », Annales des sciences naturelles, 2e série, t. 10, 1838, p. 129-174, ici p. 136. Voir aussi p. 140 : « d’après les collections faites aux îles Galápagos par M. Cuming, et décrites en grande partie par M.T. Bell, il nous paraît évident que cette partie du grand Océan doit constituer une région carcinologique particulière. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter les yeux sur la longue liste d’espèces nouvelles et même de genres distincts, qui ont été découverts dans ces parages et qui n’ont pas été trouvés ailleurs. L’aspect général de cette faune carcinologique est même très différent de celui qu’offre l’ensemble des espèces dont les mers d’Asie et de l’Australasie sont peuplées ; car ici ce sont les Oxyrhinques qui dominent. »

83 Comptes rendus de l’Académie des sciences, op. cit., t. 48, p. 148. Milne-Edwards est nommé en 1841, à la chaire d’Entomologie du Muséum national d’histoire naturelle. En 1862, il succède à Isidore Geoffroy Saint-Hilaire à la chaire de Mammalogie et d’Ornithologie du Muséum. Il est aussi doyen de la Faculté des sciences de Paris. Du Petit Thouars lui apportera la réplique : voir « Formation récente des îles de l’Océan Pacifique », Comptes rendus de l’Académie des sciences, op. cit., t. 48, p. 212-213, avec une nouvelle réplique de Milne-Edwards, p. 213-214.

84 Charles Lyell, Éléments de géologie, op. cit., p. 459.

85 F.-A. Pouchet, Hétérogénie ou traité de la génération spontanée, op. cit., p. 481.

86 Ibid., p. 480.

87 Jean-Claude Delamétherie, Leçons de géologie : données au Collège de France, Paris, Courcier, 1816, t. II, p. 184. Voir aussi p. 260, « Des montagnes et des vallées produites par l’explosion des feux souterrains ».

88 Alexander von Humboldt, « Des volcans de Jorullo (Extrait de son Essai sur la Nouvelle-Espagne, p. 249) », Journal de physique, t. 69, août 1809, p. 149-155.

89 Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, « Création », dans Dictionnaire classique d’histoire naturelle, Paris, Rey et Gravier-Baudouin Frères, 1824, t. V, p. 42 : « toute la masse de ce point du globe, convulsivement élevé au sein de l’Océan, fut originairement incandescente et liquéfiée par le feu ».

90 J.-B. Bory, « Création », t. V, p. 44, à propos du Dronte (ou Dodo) : Les humains n’y « ont pas surtout apporté avec eux ce Dronte, oiseau monstrueux, qu’ils furent si étonnés d’y voir et dont ils exterminèrent la race : où l’eussent-ils pris ? D’où l’auraient-ils amené ? Il n’exista jamais ailleurs ; il fut propre au sol, et création locale d’une nature trop hâtée de produire, il semblait porter dans son ridicule ensemble le cachet d’une certaine inexpérience organisatrice. »

91 Voir Robert Chambers, Vestiges of the Natural History of Creation (1844), 10e éd., Londres, Churchill, 1853, réédité par John M. Lynch, Bristol, Thoemmes, 2000, p. 90, qui cite à ce sujet « an observation of some importance » publiée par Darwin dans son Journal : dans les Galápagos, les tortues et les lézards remplacent les mammifères herbivores et sont les formes prédominantes de vie, comme ce fut le cas à l’ère secondaire. Pour Darwin, cette prédominance des reptiles n’est pas liée au climat, puisqu’au secondaire, le climat était humide, alors qu’a contrario, dans les Galápagos, le climat est plutôt aride et tempéré.

92 Antoine Laurent Apollinaire Fée, Le Darwinisme ou examen de la théorie relative à l’origine des espèces, Paris, Masson, 1864, p. 3.

93 Ibid.

94 C. Darwin, De l’Origine des espèces ou des lois du progrès chez les êtres organisés, op. cit., p. 669. Voir On the Origin of Species, 1859, p. 484 : « I believe that animals have descended from at most only four or five progenitors, and plants from an equal or lesser number. Analogy would lead me one step further, namely, to the belief that all animals and plants have descended from some one prototype. »

95 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 45.

96 Ibid., p. 52.

97 Émile Gautier, Le Darwinisme social, Paris, Derveaux, 1880, cite : « Production des espèces à la faveur de la sélection naturelle ou à la faveur de la conservation des races, accomplies dans la lutte pour l’existence. » Pour le terme de « formation », voir T. Hoquet, Darwin contre Darwin, op. cit., p. 68.

98 P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, op. cit., p. 46-47. Voir aussi p. 65-68. L’expression génération spontanée est systématiquement en italique dans le texte de Flourens.

99 Ibid., p. 68.

100 C. Royer, préface, op. cit., p. xxx.

101 Blackwood’s Edinburgh Magazine, Février 1861, vol. 89, n° 544, p. 165 : « While Mr Darwin’s Origin of species has been occupying the scientific and semi-scientific circles of England, a similar agitation has been excited among the scientific circles of France, by the Memoirs presented to the Academy, as well as by his more elaborate Treatise, in which M. Pouchet has proclaimed the doctrine of Spontaneous Generation. The work of Mr Darwin differs greatly from that of M. Pouchet in ability, in novelty and in philosophic spirit; but both works are calculated to excite polemical passions, and both accordingly bring into painful relief the very imperfect condition of our scientific culture. »

102 C’est le nom que Spencer donne à la théorie de l’évolution dès 1852.

103 Blackwood’s Edinburgh Magazine, ibid. : « there is no practical result to be anticipated from the Development Hypothesis, or from that of Spontaneous Generation; but there is a speculative result of no little interest, inasmuch as these hypotheses are thought to affect certain metaphysical views of Creation, supposed to involve important consequences. »

104 F.-A., Hétérogénie, op. cit., p. 485 : « La science ne permet plus aujourd’hui de contester la succession des créations. »

105 Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, Histoire naturelle générale des règnes organiques, principalement étudiée chez l’homme et les animaux, t. II, Paris, Victor Masson, 1859, p. 428.

106 I. Geoffroy Saint-Hilaire, Histoire naturelle générale, op. cit., p. 429 : En ce qui touche l’ordre présent des choses, ou, comme le dit M. Godron, jusqu’aux limites de la période géologique actuelle, [ce] défenseur de la fixité et le successeur de Lamarck [É. Geoffroy Saint-Hilaire] ont au fond les mêmes vues, et ils les expriment parfois dans les mêmes termes. »

© Collège de France, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search