Version classiqueVersion mobile

Darwin au Collège de France

 | 
Antoine Compagnon
, 
Céline Surprenant

La linguistique au prisme darwinien

Claude Blanckaert

Texte intégral

« Une lente et régulière évolution »

  • 1 [Robert Chambers], Vestiges of the Natural History of Creation, 10e éd., Londres, John Churchill, 1 (...)

1Sans doute s’étonnera-t-on de voir la linguistique des années 1860-1870 saisie par le darwinisme. N’ayons garde toutefois d’en blâmer l’incongruité. Le parallèle des langues et des espèces, jugé à l’époque « remarquable » et réel, souligne surtout la conversion du siècle au paradigme historique. Le Développement, affirmait Robert Chambers1, est la « seule loi » du monde organique et toutes les manifestations de l’esprit s’y soumettent comme elles l’expriment. La « marche » des langues n’y fait pas exception.

  • 2 Jacob Grimm, De l’Origine du langage, trad. Fernand de Wegmann, Paris, Librairie A. Franck, 1859, p (...)
  • 3 Auguste Brachet, Grammaire historique de la langue française, 37e éd., Paris, Bibliothèque d’éducat (...)
  • 4 J. Grimm, De l’origine du langage, op. cit., p. 8-9.

2La linguistique a souvent été perçue au xixe siècle comme une authentique science de la nature, classificatoire et nomologique, en référence aux études sur l’« organisme » des langues, leur « développement » orienté du monosyllabisme à la flexion et leur « dérivation » généalogique. Le langage, écrivait Jacob Grimm, progresse avec l’histoire humaine. Son génie peut se comparer à une « force naturelle, innée et féconde », dont l’« agitation vivante » n’offre à l’observateur qu’un « devenir continuel qui n’aboutit jamais à un état définitif »2. Depuis les temps pionniers de la découverte de la parenté d’origine entre le sanskrit et les langues d’Europe dites « aryennes », les grammairiens avaient en effet compris que l’état actuel d’un idiome résulte d’états antérieurs et, pour prolonger un propos d’Auguste Brachet daté de 1867, que « la parole, étant une fonction de l’espèce humaine, devait, comme tous les autres phénomènes naturels […] suivre dans ses transformations des règles nécessaires ». En centrant ses analyses sur la « texture même du langage », sans autres visées herméneutiques, la linguistique a pu s’individualiser, « se servir à elle-même de but3 » et éprouver, remarquait Grimm4, un bouleversement radical, pareil à celui qui métamorphosa la vieille botanique des apothicaires en anatomie comparée des végétaux.

  • 5 August Schleicher, « La théorie de Darwin et la science du langage. Lettre publique à M. le Dr Erne (...)
  • 6 Yvette Conry, L’Introduction du darwinisme en France au xixe siècle, Paris, Vrin, 1974, notamment p (...)
  • 7 Claude Blanckaert, « Le darwinisme et ses doubles : note sur la linguistique organiciste », Romanti (...)

3À partir des travaux fondateurs de Friedrich Schlegel, le vocabulaire vitaliste de l’embryologie devient commun dans la littérature spécialisée et l’équation des « racines » (i.e. les éléments primitifs lexicaux ou grammaticaux) aux « germes vivants » n’est plus à démontrer. Réciproquement, le darwinisme peut être pris « à la lettre ». Parmi les premiers ralliés, le philologue August Schleicher remarque en 1863 qu’en rupture avec un dualisme « dépassé », la doctrine de Darwin est la « fille légitime » de la pensée contemporaine : « Elle est essentiellement un essai d’histoire du développement5 ». La formule prête à l’équivoque. Elle masque certainement l’originalité du propos darwinien6. En contrepartie, elle fournit à une théorie qui le précède de deux générations, à savoir celle de la constitution « organique » des langues, un point de convergence et l’apport de concepts vite valorisés7.

  • 8 Friedrich Max Müller, Lectures on the Science of Language delivered at the Royal Institution of Gre (...)

4L’hypothèse du développement désormais acquise, il convenait pourtant d’expliquer l’accentuation des différences entre langues apparentées. De leur écart résultaient logiquement tant les lignes de démarcation existantes que leur distribution arborescente. Les « racines », le tronc, les branches. Bien avant les diagrammes de Charles Darwin ou Ernst Haeckel illustrant le principe phylétique, les linguistes sont déjà familiarisés avec l’image des ramifications de l’« arbre généalogique des langues mortes et vivantes ». Les langues « mères » et « filles » s’offrent à la reconstruction à partir d’une protoforme réputée d’abord « monosyllabique », puis agglutinante et flexionnelle. On peut en tracer l’ascendance ou le degré de parenté et, de là, remonter le temps jusqu’aux strates originelles, proprement « paléontologiques », de nos idiomes. Si les lois des changements phonétiques déterminent les variations, puis leur divergence, l’extension d’un dialecte aux dépens des autres oblitère les formes intermédiaires, ce qui favorise les formes extrêmes et les porte en avant. Il n’y manquait plus qu’un mécanisme, l’opérateur de triage qualifié par Max Müller, d’un mot souvent repris, l’« élimination naturelle8 ».

  • 9 Michel Bréal, « Examen critique de quelques théories relatives à la langue mère indo-européenne », (...)
  • 10 Ibid., p. 648.
  • 11 M. Bréal, « Les progrès de la grammaire comparée », Mémoires de la Société de linguistique de Paris(...)

5Aussi bien, loin d’être un héritage intangible, la « vie du langage » ressemble à une végétation qui croît, prospère ou dépérit selon les circonstances, entre en concurrence avec ses congénères. En 1876, Michel Bréal, professeur de Grammaire comparée au Collège de France (1866-1905), explique, à titre d’exemple, que des nombreuses « racines » qui ont, avec le temps, formé les mots nouveaux de notre famille de langues, les plus abstraites ou les plus claires, aptes à se différencier de manière agissante, ont pu « dévorer, en quelque sorte » les anciens appellatifs. De là cette évidence : « La lutte pour l’existence, qui est une loi en linguistique comme en histoire naturelle, a dû en faire disparaître une partie9 ». Au-delà de l’interprétation agonistique possible des phénomènes langagiers, de la morphologie jusqu’à la matière sonore des mots, les « lois organiques » en jeu dans leurs « transformations successives10 » reportent l’attention sur ces « forces cachées qui déterminent la forme et décident de la destinée des idiomes ». La dynamique des langues ne doit rien au hasard ni au choix raisonné des locuteurs : « La division de la langue mère en tant d’idiomes et de dialectes n’est pas l’œuvre d’un morcellement aveugle, mais le produit d’une lente et régulière évolution11 ».

Des rapprochements admis ou… contestés

  • 12 Émile Ferrière, Le Darwinisme, 2e éd., Paris, Germer Baillière, s.d. [1872], p. 6.
  • 13 Stephen G. Alter, Darwinism and the Linguistic Image. Language, Race and Natural Theology in the Ni (...)
  • 14 A. Schleicher, « La théorie de Darwin et la science du langage. Lettre publique à M. le Dr Ernest H (...)
  • 15 Voir Liba Taub, « Evolutionary ideas and “empirical” methods: the analogy between language and spec (...)

6L’hypothèse féconde de la « descendance avec modification » créait un climat intellectuel de connivence et d’émulation. La réception du darwinisme en linguistique fut largement médiatisée par la conception organique des langues que partageaient nombre de spécialistes. La sélection naturelle et la doctrine transformiste venaient appuyer ce dispositif. En 1872, un exposé populaire du darwinisme trahissait un sentiment répandu en affirmant qu’« à nulle science, pas même à l’histoire naturelle, la théorie de Évolution ne s’adapte avec autant de justesse qu’à l’histoire des langues12 ». La rencontre entre la linguistique et le darwinisme fut donc moins opportuniste qu’objective. Elle mérite aussi d’être nuancée car ce chassé-croisé des influences démontrerait aisément que les interactions opèrent en tous sens13. On ne saurait parler, comme on le fait souvent, d’un registre d’application univoque profitant d’abord à une linguistique en quête de légitimité ou de modèles explicatifs. Bien au contraire. La linguistique confirme le darwinisme en lui conférant un étayage empirique précieux. Personne n’a vérifié la transformation des espèces. Elle reste hypothétique. Or la transformation des langues s’observe à l’échelle des siècles. C’est un avantage incontesté et toujours rappelé quand il faut prouver la réalité du transformisme. C’est pourquoi, explique Schleicher, « nous sommes arrivés les premiers à nier l’origine brusque et subite des espèces » : « Les rapports linguistiques sont ainsi comme des exemples visibles, riches d’enseignements, qui font voir l’origine des espèces du sein de formes communes : la science du langage éclaire ces domaines où manquent encore, du moins pour le moment, des cas démonstratifs de même sorte14 ». Concrétisant la théorie de la descendance, l’histoire des langues fournit un test pratique au darwinisme. Tel est son atout, reconnu par tous les protagonistes15.

  • 16 Mathias Duval, « Évolution des espèces, évolution des mots. Parallèle transformiste », L’Homme. Jou (...)
  • 17 Piet Desmet, La Linguistique naturaliste en France (1867-1922). Nature, origine et évolution du lan (...)
  • 18 Abel Hovelacque, « L’évolution du langage », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 3e s (...)
  • 19 Ibid., p. 376.
  • 20 Ibid., p. 383-384.
  • 21 AHovelacque, La Linguistique, 2e éd., Paris, Reinwald, 1877, p. 40-41.
  • 22 A. Hovelacque, « La linguistique et la théorie de Darwin », Revue d’Anthropologie, t. 1, 1872, p. 1 (...)

7Le parallèle des langues et des espèces devient classique. Depuis Charles Lyell, Ludwig Büchner, Ernst Haeckel ou Edgar Quinet, professeur de Langue et littératures de l’Europe méridionale (1841-1875), jusqu’à Arsène Darmesteter, le « darwinisme des lettres » fait sens par ses répétitions. Le rapprochement entre ces deux ordres de faits, enchérit l’anatomiste Mathias Duval, est désormais « admis par tous les hommes de science16 ». La force d’imprégnation du référent organique et du transformisme n’est pourtant pas si consensuelle. À Paris, le darwinisme idéologisé a séduit deux générations de libres penseurs qui n’y verront souvent qu’un tremplin d’expression matérialiste. La « linguistique naturaliste », d’orientation schleicherienne, s’ouvre délibérément aux plus litigieuses questions de polygenèse et d’origine absolue du langage. Elle se développe, autour d’Abel Hovelacque, André Lefèvre et Julien Vinson pris pour simples repères, en dehors des structures académiques de la linguistique17. Elle fera cause commune avec l’anthropologie dont elle partage la philosophie réductrice et hiérarchisante. L’inégalité des langues reflète le perfectionnement graduel des organes cérébraux. Toutes les races n’ayant pas le même potentiel, les idiomes les plus avancés en évolution l’emportent. En ce sens, « les langues qui se trouvent en collision nous offrent le spectacle des groupes animaux qui ont à lutter les uns contre les autres pour assurer leur existence. Il faut gagner sur ses concurrents ou se résigner à disparaître devant leurs progrès18 ». Si les langues coïncident avec les races, la sélection naturelle n’est pas même métaphorique : le langage se conduit réellement « comme un organisme19 ». Il subit des métamorphoses tantôt progressives tantôt régressives, peut entrer en « décadence » par simplification, « moindre effort20 », hypertrophie ou sénilité. Il vit, il meurt. Isolat « préhistorique » dans une Europe moderne, la langue basque doit périr comme périront tous les dialectes agglutinatifs des Indiens d’Amérique, sans « atteindre la couche supérieure21 ». Par conséquent, « en ce qui touche la compétition vitale, le terrain linguistique est un champ où elle s’exerce d’une façon frappante22 ». Au final, elle sanctionne l’« anachronisme » ou l’« infériorité ».

  • 23 Patrick Tort, « Évolutionnisme et linguistique : l’histoire naturelle des langues », dans P. Tort, (...)
  • 24 Gaston Paris, « Compte rendu d’A. Schleicher, La théorie de Darwin. De l’importance du langage pour (...)
  • 25 Ibid.

8Malgré l’audience de la linguistique « naturaliste », la critique se montre immédiate et pugnace dans le courant « historico-comparatif » de la Société linguistique de Paris. La traduction des écrits « darwiniens » de Schleicher en 1868 soulève un vent de fronde. Dénonçant ces « abus de métaphores commodes », le romaniste de l’École pratique des hautes études créée par Gaston Duruy cette année-là, et futur professeur de Langue et littérature française du Moyen Âge (1872-1903), Gaston Paris fait peser l’hypothèque sur ce que Patrick Tort appelle la « systématisation schleicherienne23 ». La notion d’organisme linguistique est éreintée. Schleicher confond sciemment l’espèce et l’individu. Or c’est à l’individu seul que s’applique l’idée de naissance ou de mort. Le destin de l’espèce n’est pas préformé dans un germe fécond. On ne saurait donc conclure que le langage est doué d’une vie autonome, qu’il naît, croît, vieillit avant de s’effacer : « Le développement du langage n’a pas sa cause en lui-même24 ». Puisque l’homme parle spontanément, il faut en chercher les raisons physiologiques ou psychologiques dans la nature humaine. Mais si le langage, comme le pensent Schleicher, Hovelacque ou Brachet, est une « fonction » du cerveau et des organes de la parole, l’assimiler à l’organisme se révèle aussi contradictoire qu’exagéré. Aucun physiologiste ne prendrait la partie pour le tout. « Je n’admets pas », tranche Gaston Paris, « la proposition fondamentale d’où naissent toutes les autres25 ».

  • 26 Ibid.

9D’autre part, la même pétition de principe condamne le greffon darwinien à ne jamais faire souche. Oppose-t-on des langues « fortes » et « faibles » ? C’est prendre l’effet pour la cause. L’image de la concurrence vitale fait écran à la compréhension des phénomènes sociaux qui décident de leur bonne ou mauvaise fortune : « L’extension et la disparition des langues ne dépendent aucunement de leur constitution organique, mais bien des qualités et des succès des hommes qui les parlent, c’est-à-dire de circonstances purement historiques26 ». À l’ouverture de cette philippique comme en conclusion, Paris renvoie son lecteur détrompé aux publications de Michel Bréal.

Le corail du langage

  • 27 M. Bréal, Essai de sémantique (science des significations) (1897), Limoges, Éditions Lambert-Lucas, (...)
  • 28 Voir Simone Delesalle, « L’Essai de sémantique de Bréal, du “transformisme” à la diachronie », intr (...)

10On ne saurait en douter, Bréal personnifie le front du refus. Adversaire de la « mise en scène » vitaliste, expédiant d’un trait vengeur la « fantasmagorie » de l’organisme, « mot creux, mot trompeur27 », il opposerait volontiers le volontarisme de l’utilité à l’inexorable logique du phonétisme ambiant. Mais, comme j’en ai fait citation, celui que Gaston Paris qualifie « d’habile traducteur de Bopp » a pu souscrire lui-même, dans plusieurs de ses écrits, aux postulats du développement et à ses stades obligés. La sémantique, mot créé en 1883, vient pourtant cristalliser sa pensée constante, sans autre contradiction ni apostasie. Il l’inscrit dans l’histoire des cultures. C’est en recentrant sur le monde des hommes l’appréciation des « lois intellectuelles » d’évolution du langage qu’il se révèle décidément plus dialecticien, et sans doute meilleur darwinien que ses contemporains. Schleicher est en ligne de mire et, avec lui, le placage mécanique des catégories biologiques en vogue28.

  • 29 Hans W. Giessen et Heinz-Helmut Lüger, « Michel Bréal, une carrière interdisciplinaire », dans Entr (...)
  • 30 M. Bréal, « La science du langage », La Revue scientifique de la France et de l’étranger, 2e série, (...)
  • 31 Ibid., p. 1008.

11Le programme naturaliste de Bréal, inspiré de ses prédécesseurs et de Franz Bopp dont il fut l’élève à l’université de Berlin29, reste explicite. « Le principe essentiel de la linguistique, c’est qu’en rapprochant des idiomes de même origine, on peut reconstituer leur histoire ». Les langues affines s’éclairent mutuellement. Tel mot ici inexplicable tant il s’est usé ou contracté, peut ailleurs se retrouver dans une version moins altérée. Telle forme grammaticale atrophiée a conservé son « entier développement » dans une autre « langue sœur30 », etc. L’épigenèse a ses vertus. Elle a permis d’établir la parenté, insoupçonnable un demi-siècle plus tôt, des langues dites « indo-européennes ». D’abord féconde, cette hypothèse invite à repenser leur filiation et accorder leur pluralité à l’unité d’une souche commune, en dépit des renouvellements qu’opèrent, sur le sens et la forme, « des siècles de parole ». Faut-il, pour cela, questionne Bréal, s’en remettre à l’abstraction des « racines » et supposer que de lointaines étymologies, toujours transparentes, gardent éternellement leur valeur. Ce serait, réplique-t-il, « une étrange violence que de vouloir nous ramener, de par l’étymologie, aux notions que nos ancêtres ont attachées à ces mots il a dix, vingt ou trente siècles31 ». Ce serait violent et inutile. La langue est mobile. Son flux charrie les impérities du temps. Autant perdre de vue que le passé ne préjuge pas l’avenir, que l’aspect d’une langue se transforme indéfiniment avec ses locuteurs.

  • 32 Adolphe Pictet, Les Origines indo-européennes. Aryas primitifs. Essai de paléontologie linguistique(...)

12C’est pourtant sous ces conditions implicites, aprioristes, que les partisans de la « paléontologie linguistique » ont entrepris de reconstruire l’univers mental et matériel du peuple originel « indo-européen » pour produire le grand récit de ses irradiations d’Orient en Occident. L’« esprit de conjecture » aime à se transporter au commencement des choses. Il s’en fait l’interprète, enjambe le temps corrupteur et prétend accéder, par la seule analyse, au berceau du type pur ancestral. Les mots durent autant que les os, affirme Pictet. Un peuple « inconnu à toute tradition » s’anime à nouveau sous le regard philologique32 et, par ricochet, s’empare du futur en le configurant. Quoique « restituée par hypothèse », la langue-mère indo-européenne veille sur ses enfants. Pour un peu, elle deviendrait un guide. Ainsi Schleicher la « place toujours en tête de ses recherches grammaticales ». Pour Bréal, cette démarche récurrente tourne à l’arbitraire :

  • 33 M. Bréal, « Examen critique de quelques théories relatives à la langue mère indo-européenne », op.  (...)

Tout ce que nous mettons dans ces mots, dits indo-européens, se trouvant fourni (comme le nom de la langue elle-même) par les idiomes qui sont venus jusqu’à nous, il est clair que nous ne saurions tirer de cette source aucune connaissance positive. Ce serait renverser l’ordre logique que de prétendre éclairer nos idiomes à l’aide de l’indo-européen33.

  • 34 Ibid., p. 635.
  • 35 M. Bréal, « De la forme et de la fonction des mots », Revue des cours littéraires de la France et d (...)

13On sent les « dangers du système » et ses illusions rétrospectives. En définitive, l’idée de « pureté » de langue et même l’évocation des « origines », les germes et les racines participent d’un imaginaire créationniste. Ne croirait-on pas, à lire les linguistes modernes, se représenter l’Arya primordial « sous les traits d’un autre Adam » donnant des noms aux êtres et figeant leurs acceptions34. Le darwinien Schleicher et tous ses « nombreux imitateurs » s’engagent alors dans une entreprise « risquée » ou contre-productive. Ils réifient des entités labiles en oubliant que « tout, dans le langage, procède de [l’homme] et s’adresse à lui35 ».

  • 36 Voir Étienne Gilson, D’Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosop (...)
  • 37 M. Bréal, « La science du langage », op. cit., p. 1010.
  • 38 Ibid.
  • 39 M. Bréal, « De la forme et de la fonction des mots », op. cit., p. 67.

14De même que Darwin36, Bréal ne traite ni des origines absolues, ni de l’existence même des pseudo-espèces linguistiques. La grammaire comparée ne fournit pas d’arrêts. Elle suggère, au contraire, la contingence de l’histoire et la nature bricoleuse de l’opiniâtreté humaine. « Le langage est une mer où il y a des remous en sens contraire37 ». Affaire de circonstances et d’adaptation. Ce serait donc beaucoup dire, ou ne rien dire, que d’attribuer à notre système de signes une « vie propre », « un développement indépendant de l’homme38 » : « Quand on lit les grands ouvrages de M. Bopp ou de M. Schleicher, il semble, par moments, qu’on ait devant soi la description d’un quatrième règne de la nature39 ».

  • 40 Ibid.
  • 41 M. Bréal, « La science du langage », op. cit., p. 1008.

15À cet égard, la figure vulgarisée de l’« arbre généalogique », simple épure pour Darwin devenue tableau réaliste du « développement d’une souche donnée » chez Schleicher, est tout à fait fautive. Elle donne une clarté trompeuse à l’engendrement des formes et à l’intelligence d’un processus toujours complexe, hétérochrone, enchevêtré. On peut y soupçonner plus encore certaines concessions au monophylétisme et à l’ontologie de l’espèce qui naît, se déploie, se rétracte et décline quand s’annonce sa progéniture. Tout est écrit par avance. Aucune place n’y est faite au hasard, au recyclage ou à la créativité humaine. Le code des grammairiens paraît si rigide, qu’à parcourir leurs travaux on croirait parfois assister « à une série de cristallisations de la parole40 ». Le mort saisit le vif et, pour un peu, la souche présenterait une vigueur de sève qu’envieraient les bourgeons terminaux. Telle est l’image de l’arbre qu’elle inverse les priorités. Avec ses finalités prescrites et cette fixité sémantique qui, déjà chez Honoré Chavée ou Adolphe Pictet, témoigne pour une « âme » de la grande race aryenne, elle gomme l’évolution qu’elle voudrait montrer. Or, « peu importe, pour l’usage actuel que nous faisons des mots, leur point de départ ; c’est le point d’arrivée qui est l’essentiel41 ». Le modèle de l’arbre est erroné. Il peut être écarté.

  • 42 Charles Darwin, carnet B, 1837, dans Howard E. Gruber et Paul H. Barrett, Darwin on Man. A psycholo (...)
  • 43 Voir les remarques d’Howard E. Gruber et Paul H. Barrett dans ibid., p. 141 sq. ; citation p. 145.

16Cependant, dans ses premiers carnets sur la transmutation, Darwin a dirigé ses efforts vers une autre image valorisable. L’arbre de la vie serait mieux nommé le « corail de la vie » : « La base des branches est morte, de sorte qu’on ne peut plus voir les passages42 ». Cette réflexion amène Darwin à esquisser ses premiers diagrammes. Puisque « l’espèce éteinte devient l’espèce qui l’a éteinte », la base des ramifications nombreuses n’est tracée qu’en pointillé43. Le socle s’est minéralisé et c’est pourquoi, filant la même métaphore par une voie indépendante, Michel Bréal pourra esquiver toutes les questions d’origine absolue ou même de réalisme des langues actuelles. Les dépôts s’y superposent. Ainsi, dans « l’organisme de la langue française », il faut faire une part au passé, une autre à son développement original :

  • 44 M. Bréal, « Les progrès de la grammaire comparée », op. cit., p. 88.

Il y a donc lieu de distinguer dans notre langue un fonds héréditaire qui a vécu autrefois d’une vie organique, mais qui est comme pétrifié et mort, et ne subit plus d’autres modifications que la lente usure du temps ; et d’autre part un fonds non moins ancien si l’on en considère les éléments constitutifs, mais qui est resté vivant et qui est capable de s’accroître et de se propager44.

  • 45 M. Bréal, Revue critique d’histoire et de littérature, 6e année, 1872, p. 311.
  • 46 M. Bréal, « La science du langage », op. cit., p. 1010.

17En republiant les opuscules darwiniens de Schleicher en 1868, Bréal ne fait aucune concession. Il donne seulement à voir les pièces d’un procès. Pour l’essentiel, il se démarque de la littérature d’inspiration « développementaliste » en vogue. Là où « l’esprit de système » traite les racines comme le degré zéro de la parole humaine, ou même d’une certaine famille de langues, chacun doit se persuader que d’autres créations, d’autres essais précèdent, aussi indéterminés qu’inaccessibles. La prétendue langue aryenne primitive n’est sans doute elle-même que le « résidu d’une ou plusieurs évolutions linguistiques antérieures45 ». Le langage n’aura, sous ce rapport, ni bornes assignables, ni « commencement46 ». Comme le corail, selon la comparaison de Darwin, il évolue en permanence et dans des contextes changeants. Même dans ses parties vivantes, les strates temporelles sont tellement remaniées et anastomosées qu’il serait hasardeux d’en dégager la séquence. Il n’existe, du reste, aucune assurance qui vaille relative à la simplicité, la pureté ou la perfection présumée des « origines ».

L’esprit du darwinisme

  • 47 M. Bréal, « Examen critique de quelques théories relatives à la langue mère indo-européenne », op.  (...)
  • 48 Ibid., p. 638.
  • 49 M. Bréal, « La science du langage », op. cit., p. 1010.
  • 50 Ibid.

18Les vicissitudes de l’évolution offrent un spectacle tout autre : « Le langage nous représente une longue suite de tentatives à moitié réussies, à moitié avortées, qui se mêlent et qui se combattent47 ». Le concept de « sélection naturelle » s’applique adéquatement au filtre de ces tâtonnements, erreurs et réorientations. Par là est éconduite l’axiomatique idéale de Schleicher. Le bricolage du langage laisse ainsi peu de place à la divination du passé. « Nos linguistes » pourtant, dit Bréal en substance, raisonnent à la manière des philosophes du xviiie siècle qui voulaient déchiffrer la création dans l’opacité du présent. C’était même l’argument des « origines », comme si, précisément, rien n’avait précédé ni survécu des anciens temps. Or, nulle langue ne naît, tout se transforme. On peut affirmer, en positif, qu’il n’y eut pas de « modèle unique48 », que le langage évolue sans saccades ni débuts et que ses classes taxinomiques se fondent l’une dans l’autre, en conformité de vue avec le principe actualiste des géologues : « Les transitions sont à peine sensibles […]. Les mêmes causes qui agissent sous nos yeux ont dû faire sentir leur influence dès les premiers jours49 ». La variation, pour être aléatoire, se soumet néanmoins à des régularités dont le réinvestissement et la spécialisation, laquelle répartit des valeurs différentes à des signes d’abord synonymes50.

  • 51 M. Bréal, Mélanges de mythologie et de linguistique (1882), Limoges, Éditions Lambert-Lucas, 2005, (...)

19La transformation dans le même sens, la convergence, l’usage et le défaut d’usage dessinent des tendances probabilistes qu’on rapprocherait utilement des pages que Darwin consacrait, en 1868, aux causes de variations, à leurs lois, et aux effets de la sélection inconsciente. La parité des considérations, moins objectivées chez Bréal, est intéressante, en ce qu’elle attesterait, au-delà d’un emprunt difficile à prouver, l’isomorphisme des réflexions. Bréal n’est pas darwinien par occasion mais par situation. Il pense comme Darwin. Il traite du corps du langage comme d’une archive. Pour lui comme pour John Herschel ou Darwin, les mots sont comparables à des blocs de roches que l’érosion ou les rivières rabotent jusqu’aux galets polis51. Ils changent de forme, de liaison, d’accentuation et de sens. Les racines qu’on pose arbitrairement au point de départ du langage n’ont pas de signification obvie et presque providentielle. Dès lors qu’on suppose que l’indo-européen, langue à flexions, descend d’une matrice monosyllabique, alors même qu’il n’emploie pas de « racines nues », c’est pure conjecture que d’en déduire le son primitif ou la fonction expressive d’origine. Les racines qu’on croit simples sont vraisemblablement elles-mêmes dérivées, et peut-être même déterminées après coup par simplification phonétique quand, par rétroaction, l’articulation vient les nuancer, les adoucir et les spécifier. Personne n’en connaîtra jamais la prononciation ou le degré initial de généralité. La « fantaisie » se donne libre cours. « Je crois », conclut Bréal,

  • 52 M. Bréal, « Examen critique de quelques théories relatives à la langue mère indo-européenne », op.  (...)

qu’ici encore il faut faire la part des transformations successives éprouvées par le langage. Le jour où commença le système agglutinatif, un instrument d’une puissance extraordinaire était créé. Il devait avoir un double effet : 1° transformer en racines tous les mots qui étaient pris dans ses engrenages ; 2° faire peu à peu tomber dans l’oubli, comme superflus, comme obscurs ou comme surannés, la plus grande partie des mots qui n’étaient pas saisis par ce mécanisme52.

  • 53 Ibid., p. 650.
  • 54 Ibid., p. 633.
  • 55 Ibid., p. 637-638.
  • 56 Ibid., p. 642.

20La performance des nouveaux types phonétiques a décidé de leur supériorité dans la lutte engagée, sans exclure toutefois la survivance d’antiques monosyllabes « qui, grâce à des circonstances particulières, ont su se défendre et se maintenir53 », le mélange des dialectes54 ou des coïncidences entre mots de familles distinctes venues des tréfonds d’une époque anté-grammaticale commune55. Il en résulte qu’on a, bien à tort, exagéré « la portée logique et l’harmonie primordiale des formes grammaticales56 ». Le mythe d’un âge d’or langagier littéralement pré-historique, cher à Chavée, Schleicher et trop de commentateurs, s’estompe et, avec lui, toute la surcharge axiologique de prétendues « métamorphoses de décadence » ou « corruptions phonétiques ». Le darwinisme évince la finalité. Mais il confère un sens inédit, profond, à la contingence des événements. Bréal peut désormais réinterpréter l’évolution des langues sous la seule condition acceptable, celle de l’efficacité, de l’intérêt et de l’avantage relatif.

  • 57 M. Bréal, « De la forme et de la fonction des mots », op. cit., p. 67.

Ce serait une singulière erreur de croire que chacune de ces altérations soit un dommage porté à la langue, et qu’à chaque pas qui éloigne les mots de leur type primitif l’idiome se rapproche de la décadence. Non seulement c’est un fait que certaines langues, tout en s’altérant, ont gagné en précision et en richesse, mais on peut démontrer que souvent l’altération phonique aide les opérations de la pensée et doit être considérée, non comme un accident fâcheux, mais comme un changement favorable à l’expression de nos idées57.

  • 58 Ibid., p. 68.

21Avant d’être une norme, l’utile est une réalité concrète. En l’occurrence, l’héritage des siècles passés deviendrait bien vite « encombrant » si le langage « ne s’était pas façonné à des besoins nouveaux et à des habitudes d’esprit différentes »58. Il y va d’une nécessité. Il n’y aurait d’ailleurs aucun perfectionnement possible pour un instrument parfait. Le langage nous sert, il s’adapte.

  • 59 Ibid., p. 71.
  • 60 Ibid.
  • 61 M. Bréal, Essai de sémantique (science des significations), op. cit., chap. XIV.
  • 62 Ibid., p. 82.
  • 63 M. Bréal, « De la forme et de la fonction des mots », op. cit., p. 71.

22En 1866, Bréal reproche à tous les nostalgiques de n’avoir pas compris que c’est, de toutes les inventions humaines, « la plus ancienne, la plus spontanée et la plus continue59 ». Le formalisme des grammairiens s’en trouve minoré : quand on présente les idiomes comme des « organismes portant en eux-mêmes le principe de leur croissance et le germe de leur destruction », on parodie les naturalistes. Pour un peu, la lettre du langage oblitérerait l’esprit, alors que « les mots n’existent qu’au moment où nous les pensons et les comprenons60 ». Ils doivent donc s’émanciper des étymologies anciennes pour multiplier leurs potentialités d’emploi – ce que Bréal appellera ultérieurement la « polysémie61 » – ou s’éteindre : « La sagesse à demi consciente qui préside à l’élaboration du langage fait l’élagage des formes inutiles. Ce qui ne sert pas est supprimé62 ». Persuadé que la philologie comparée tire sa dignité du fait qu’elle nous parle de « nous-mêmes », de l’agir humain et du commerce avantageux des consciences, Bréal affirme que chaque époque, chaque nation, aura le langage dont elle a besoin63. Et dans la mesure où la fonction modifie l’organe phonique, que le sens fait retour sur la forme pour la subordonner aux usages, les sélections sociales, tantôt réfléchies, tantôt intuitives ou aveugles, pèseront sur les constructions « maladroites, incorrectes, obscures » pour n’en retenir que les mieux aptes à exprimer la pensée.

  • 64 Ibid.

23Bréal parle souvent de la liberté humaine. En matière de communication, il est nécessaire d’être compris. Néanmoins la volonté à l’œuvre n’équivaut pas à une concertation. L’innovation résulte plutôt des effets induits et cumulatifs de l’intelligence, des convenances sociales, des habitudes et du mode ordinaire des échanges. Beaucoup d’essais n’atteindront pas leur but. D’autres viendront à se préciser ou se corriger : « L’esprit humain ne laisse s’écrouler que les parties de l’édifice qui lui sont devenues inutiles64 ».

  • 65 Ibid.

24L’horloge biologique du « développement » est par trop idéale. Sans l’histoire humaine qui les anime, l’observation extérieure des formes du langage ressemblerait, dit-il, à ces listes scrupuleuses de faits et de chiffres compilés par les statisticiens. Elles resteraient vaines si l’effort des intellectuels et des économistes n’en dévoilait la cause sociale. Le langage doit ainsi perdre son autonomie ou ses attaches organiques pour être rendu à son cours réel : « Ce n’est donc pas seulement à l’origine des races qu’il faut placer la création des idiomes ; nous les créons à tout moment, car tous les changements qui les affectent sont notre œuvre. […] Il n’y a pas de langage en dehors de nous65 ».

Conclusion

  • 66 Jacques Léonard, « Histoire des sciences médicales et histoire des mentalités », Revue de synthèse, (...)
  • 67 M. Bréal, Essai de sémantique (science des significations), op. cit., p. 29.

25Dans le premier mouvement de réception des écrits darwiniens, l’amalgame des genres entre « développement » et « évolution » a brouillé bien des frontières épistémologiques. Devenue science naturelle, la linguistique pourra revendiquer l’héritage du transformisme sans s’inféoder, sinon par trahison et « contrebande des concepts66 » aux thèses de Darwin. Son mode de raisonnement reste ignoré au temps fort des ralliements. La problématique des transferts ne rend pas compte de l’entrelacs des situations, des retours et détours auxquels s’appliquerait mieux ici l’image lacanienne de l’anneau de Möbius. Il forme cercle mais se retourne incessamment. La linguistique dite « naturaliste » est du même ordre. Bréal ne tient pas August Schleicher pour un darwinien sincère ou cohérent. Il le campe plutôt en disciple de l’« école mystique67 ». Son idée de décadence lui paraîtra toujours réversive de toute logique sociale. Puisque le langage émane de l’homme et qu’il traduit les « progrès de l’esprit », la grammaire comparée, s’il faut choisir, se classe résolument parmi les sciences historiques.

  • 68 Voir M. Bréal, « Le langage et les nationalités », Revue des Deux Mondes, vol. 108, 1er décembre, 1 (...)
  • 69 M. Bréal, Essai de sémantique (science des significations), op cit., p. 29.
  • 70 Ibid., p. 28.

26Ce grand partage ne fait pas pour autant de Bréal un adversaire de Darwin. Bien au contraire. Il n’en bannit que l’excès ou le travestissement politique, le social-darwinisme, la guerre des langues et sa vision raciale qui voudrait que le langage s’incarne dans l’histoire sans en paraître le produit68. Le principe sélectif de parcimonie, qui règle la communication humaine en l’appropriant à ses fins, lui suggère d’autres pistes, autrement fécondes. Sans en faire affichage doctrinal, sans slogan ni caricature, le linguiste prolonge la grande conviction darwinienne, et dans le même sens relatif, c’est-à-dire relationnel : « J’ai montré », résume-t-il en 1897, « que l’histoire du langage, à côté de changements poursuivis avec une rare conséquence, présente aussi quantité de tentatives ébauchées, et restées à mi-chemin69 ». L’organicisme a donc « le tort de nous dispenser de chercher les causes véritables70 ».

Notes

1 [Robert Chambers], Vestiges of the Natural History of Creation, 10e éd., Londres, John Churchill, 1853, p. 305.

2 Jacob Grimm, De l’Origine du langage, trad. Fernand de Wegmann, Paris, Librairie A. Franck, 1859, p. 50-51.

3 Auguste Brachet, Grammaire historique de la langue française, 37e éd., Paris, Bibliothèque d’éducation J. Hetzel, 1885-1895, p. 1.

4 J. Grimm, De l’origine du langage, op. cit., p. 8-9.

5 August Schleicher, « La théorie de Darwin et la science du langage. Lettre publique à M. le Dr Ernest Hæckel » (1863), trad. Charles de Pommayrol, réimp. dans Patrick Tort, Évolutionnisme et linguistique, Paris, Vrin, 1980, p. 65.

6 Yvette Conry, L’Introduction du darwinisme en France au xixe siècle, Paris, Vrin, 1974, notamment p. 91-107.

7 Claude Blanckaert, « Le darwinisme et ses doubles : note sur la linguistique organiciste », Romantisme, n° 154, 2011, p. 65-75.

8 Friedrich Max Müller, Lectures on the Science of Language delivered at the Royal Institution of Great Britain in April, May and June 1861, Londres, Longman, Green, Longman and Roberts, 1861, p. 371.

9 Michel Bréal, « Examen critique de quelques théories relatives à la langue mère indo-européenne », Journal des savants, oct. 1876, p. 650, n. 1.

10 Ibid., p. 648.

11 M. Bréal, « Les progrès de la grammaire comparée », Mémoires de la Société de linguistique de Paris, t. 1, 1868, p. 85.

12 Émile Ferrière, Le Darwinisme, 2e éd., Paris, Germer Baillière, s.d. [1872], p. 6.

13 Stephen G. Alter, Darwinism and the Linguistic Image. Language, Race and Natural Theology in the Nineteenth-Century, Baltimore/Londres, Johns Hopkins Univ. Press, 1999.

14 A. Schleicher, « La théorie de Darwin et la science du langage. Lettre publique à M. le Dr Ernest Hæckel », op. cit., p. 70.

15 Voir Liba Taub, « Evolutionary ideas and “empirical” methods: the analogy between language and species in works by Lyell and Schleicher », The British Journal for the History of Science, t. 26, 1993, p. 171-193.

16 Mathias Duval, « Évolution des espèces, évolution des mots. Parallèle transformiste », L’Homme. Journal illustré des sciences anthropologiques, 1884, n° 20, p. 621.

17 Piet Desmet, La Linguistique naturaliste en France (1867-1922). Nature, origine et évolution du langage, Louvain-Paris, Peeters, 1996 ; Sylvain Auroux (dir.), « Le naturalisme et ses désordres », Histoire Épistémologie Langage, t. 29, n° 2, 2007 ; et Carita Klippi, La Vie du langage : la linguistique dynamique en France de 1864 à 1916, Lyon, ENS Éditions, 2010, en part. chapitre 4.

18 Abel Hovelacque, « L’évolution du langage », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 3e série, t. 8, 1885, p. 387.

19 Ibid., p. 376.

20 Ibid., p. 383-384.

21 AHovelacque, La Linguistique, 2e éd., Paris, Reinwald, 1877, p. 40-41.

22 A. Hovelacque, « La linguistique et la théorie de Darwin », Revue d’Anthropologie, t. 1, 1872, p. 111.

23 Patrick Tort, « Évolutionnisme et linguistique : l’histoire naturelle des langues », dans P. Tort, Évolutionnisme et linguistique, op. cit., p. 7-40.

24 Gaston Paris, « Compte rendu d’A. Schleicher, La théorie de Darwin. De l’importance du langage pour l’histoire naturelle de l’homme », Revue critique d’histoire et de littérature, n° 42, 1868, p. 242.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 M. Bréal, Essai de sémantique (science des significations) (1897), Limoges, Éditions Lambert-Lucas, 2005, p. 175.

28 Voir Simone Delesalle, « L’Essai de sémantique de Bréal, du “transformisme” à la diachronie », introduction, dans M. Bréal, Essai de sémantique (science des significations), op cit., p. 9-24 ; Marina di Palo, « Sujet cognitif et sujet linguistique », Histoire Épistémologie Langage, t. 32, n° 2, 2010, p. 37-55 (en part. section 2) ; Carita Klippi, La Vie du langage, op cit., en part. p. 278-291. Pour un contexte plus large, consulter la grande Histoire des idées linguistiques, t. 3, S. Auroux (dir.), Liège, Mardaga, 2000, notamment le 4e chapitre, section 2, S. Auroux et Simone Delesalle, « La sémantique », p. 205-217.

29 Hans W. Giessen et Heinz-Helmut Lüger, « Michel Bréal, une carrière interdisciplinaire », dans Entre la France et l’Allemagne : Michel Bréal, un intellectuel engagé, H.-H. Lüger, H.W. Giessen, Bernard Weigel (dir.), Limoges, Lambert-Lucas, 2012, p. 13.

30 M. Bréal, « La science du langage », La Revue scientifique de la France et de l’étranger, 2e série, t. 8, n° 43, 1879, p. 1007.

31 Ibid., p. 1008.

32 Adolphe Pictet, Les Origines indo-européennes. Aryas primitifs. Essai de paléontologie linguistique, Paris/Genève, Joël Cherbuliez, 1859, p. 6-7.

33 M. Bréal, « Examen critique de quelques théories relatives à la langue mère indo-européenne », op. cit., p. 632-633.

34 Ibid., p. 635.

35 M. Bréal, « De la forme et de la fonction des mots », Revue des cours littéraires de la France et de l’étranger, 4e année, n° 5, 1867, p. 67.

36 Voir Étienne Gilson, D’Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie, Paris, Vrin, 1971, p. 228 sq.

37 M. Bréal, « La science du langage », op. cit., p. 1010.

38 Ibid.

39 M. Bréal, « De la forme et de la fonction des mots », op. cit., p. 67.

40 Ibid.

41 M. Bréal, « La science du langage », op. cit., p. 1008.

42 Charles Darwin, carnet B, 1837, dans Howard E. Gruber et Paul H. Barrett, Darwin on Man. A psychological study of scientific creativity [Together with Darwin’s early and unpublished Notebooks transcribed and annotated by Paul H. Barrett], New York, E.P. Dutton & Co, 1974, p. 442.

43 Voir les remarques d’Howard E. Gruber et Paul H. Barrett dans ibid., p. 141 sq. ; citation p. 145.

44 M. Bréal, « Les progrès de la grammaire comparée », op. cit., p. 88.

45 M. Bréal, Revue critique d’histoire et de littérature, 6e année, 1872, p. 311.

46 M. Bréal, « La science du langage », op. cit., p. 1010.

47 M. Bréal, « Examen critique de quelques théories relatives à la langue mère indo-européenne », op. cit., p. 639.

48 Ibid., p. 638.

49 M. Bréal, « La science du langage », op. cit., p. 1010.

50 Ibid.

51 M. Bréal, Mélanges de mythologie et de linguistique (1882), Limoges, Éditions Lambert-Lucas, 2005, p. 246.

52 M. Bréal, « Examen critique de quelques théories relatives à la langue mère indo-européenne », op. cit., p. 648.

53 Ibid., p. 650.

54 Ibid., p. 633.

55 Ibid., p. 637-638.

56 Ibid., p. 642.

57 M. Bréal, « De la forme et de la fonction des mots », op. cit., p. 67.

58 Ibid., p. 68.

59 Ibid., p. 71.

60 Ibid.

61 M. Bréal, Essai de sémantique (science des significations), op. cit., chap. XIV.

62 Ibid., p. 82.

63 M. Bréal, « De la forme et de la fonction des mots », op. cit., p. 71.

64 Ibid.

65 Ibid.

66 Jacques Léonard, « Histoire des sciences médicales et histoire des mentalités », Revue de synthèse, t. 104, n° 111-112, 1983, p. 358.

67 M. Bréal, Essai de sémantique (science des significations), op. cit., p. 29.

68 Voir M. Bréal, « Le langage et les nationalités », Revue des Deux Mondes, vol. 108, 1er décembre, 1891, p. 615-639.

69 M. Bréal, Essai de sémantique (science des significations), op cit., p. 29.

70 Ibid., p. 28.

© Collège de France, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search