Version classiqueVersion mobile

Darwin au Collège de France

 | 
Antoine Compagnon
, 
Céline Surprenant

Théodule Ribot, la psychologie et l’évolutionnisme

Serge Nicolas

Texte intégral

  • 1 Théodule Ribot, La Psychologie anglaise contemporaine, Paris, Ladrange, 1870, p. 178.

S’il est une idée qui tend à prévaloir dans les sciences modernes, c’est celle de progrès, d’évolution, de développement.
Théodule Ribot1

  • 2 Voir la biographie de J. Bowlby, Charles Darwin : Une nouvelle biographie, Paris, PUF, 1995 et l’an (...)
  • 3 Voir S. Nicolas, Histoire de la psychologie, Paris, Dunod, 2001 ; J.M. Baldwin, Mental Development (...)
  • 4 Sur les travaux en psychologie comparée de Georges John Romanes, voir J.S. Schwartz, « Georges John (...)
  • 5 Voir la biographie de Y. Delange, Jean-Baptiste Lamarck, Arles, Actes Sud, 2002, et les analyses de (...)
  • 6 S. Nicolas et D.J. Murray, « Théodule Ribot (1839-1916), founder of French psychology: A biographic (...)

1En tant que biologiste évolutionniste, Charles Darwin (1809-1882) a été l’un des savants les plus influents qui ait contribué au développement de la psychologie moderne2. Son influence a surtout été marquante sur la psychologie américaine naissante. En effet, les grandes figures de la psychologie fonctionnaliste américaine se sont réclamées de lui à maintes reprises, tels James Mark Baldwin (1861-1934) et Frank Angell (1857-1939)3. L’œuvre évolutionniste de Darwin est ainsi à l’origine de l’émergence de deux branches de la psychologie : la psychologie comparative et la psychologie développementale4. Mais cette influence a été plus indirecte sur la psychologie scientifique française, laquelle s’est davantage appuyée sur l’évolutionnisme de Herbert Spencer, qui lui-même prenait appui sur l’œuvre de Lamarck (1744-1829)5, que sur l’évolutionnisme de Darwin. C’est ce que l’on constate en s’intéressant à l’œuvre du fondateur de la psychologie scientifique française, Théodule Ribot (1839-1916), qui fut professeur au Collège de France de 1888 à 1901 à la chaire de Psychologie expérimentale et comparée, créée pour lui, après avoir enseigné à la Sorbonne quelques années auparavant6.

Théodule Ribot (1839-1916), professeur de Psychologie expérimentale et comparée au Collège de France (1888-1901)

Théodule Ribot (1839-1916), professeur de Psychologie expérimentale et comparée au Collège de France (1888-1901)

© Collection privée S. Nicolas

I. La chaire de psychologie au Collège de France (1888)

  • 7 S. Nicolas, « L’introduction de l’enseignement de la psychologie scientifique en France : Théodule (...)
  • 8 Voir J.I. Brooks, « Philosophy and psychology at the Sorbonne, 1885-1913 », Journal of the History (...)

2Théodule Ribot fut le premier en France, et très probablement le premier au monde, à qui l’on ait confié dès 1888 une chaire de psychologie7. La psychologie nouvelle, dégagée des considérations métaphysiques chères aux philosophes de l’époque, avait enfin droit de cité en France au sein d’une structure académique liée à l’enseignement supérieur. Si la Sorbonne et les universités françaises en général avaient été méfiantes face au développement de l’orientation scientifique de la psychologie8, le Collège de France prenait acte de l’émergence de la nouvelle discipline cultivée à l’étranger, notamment par des philosophes et des physiologistes, dont les plus en vue à l’époque étaient certainement Wilhelm Wundt (1832-1920) en Allemagne et William James (1842-1910) aux États-Unis. Le Collège de France avait ainsi décidé de promouvoir son principal représentant en France, mais lors de la création de la chaire, Ribot fut alors en compétition directe avec un autre personnage très apprécié dans les milieux philosophiques de l’époque : Henri Joly (1839-1925).

Henri Joly (1839-1925)

Henri Joly (1839-1925)

© Clémence Moutoussamy

  • 9 J.P. Rothschild et J. Grondeux (dir.), Adolphe Franck philosophe juif, spiritualiste et libéral dan (...)
  • 10 Archives du Collège de France, Procès-verbaux des assemblées des professeurs du Collège de France, (...)
  • 11 H. Joly, L’Instinct. Ses rapports avec la vie et avec l’intelligence. Essai de psychologie comparée(...)
  • 12 T. Ribot, L’Hérédité. Étude psychologique sur ses phénomènes, ses lois, ses causes, ses conséquence (...)

3Grâce à l’appui d’Ernest Renan (1823-1892), administrateur du Collège de France et titulaire de la chaire de Langues et littératures hébraïques, chaldaïques et syriaques, cette chaire fut le résultat de la transformation d’une chaire existante [Droit de la nature et des gens, créée en 1774] laissée vacante par le départ à la retraite de son titulaire, le philosophe cousinien Adolphe Franck (1809-1893), auteur du fameux Dictionnaire des sciences philosophiques (1844), publié en plusieurs volumes9. La transformation et le titre même de cette nouvelle chaire avaient été longuement discutés au cours d’une séance de l’Assemblée des professeurs du Collège de France tenue le 4 décembre 188710. Le titre exact de la chaire qui avait été retenu était Psychologie expérimentale et comparée. Celui qui avait d’abord insisté (sans succès) pour le maintien du titre de la chaire existante, puis pour l’adoption du nouveau titre fut [Jean] Charles Lévêque (1818-1900), l’influent professeur de philosophie grecque et latine du Collège de France depuis 1861, aidé de quelques-uns de ses collègues notamment de Jean-Félix Nourrisson (1825-1899), professeur de Philosophie moderne depuis 1874. Les philosophes du Collège de France soutenaient Henri Joly, le suppléant de Franck à la chaire du Droit de la nature et des gens depuis 1886-1887. Ce candidat tout désigné était également un philosophe de l’école spiritualiste, mais aussi spécialiste dans le champ de la psychologie comparée depuis sa thèse sur l’instinct de 1869, ses travaux sur la comparaison entre l’homme et l’animal de 1877, et ses enseignements sur ce sujet à la Sorbonne entre 1881 et 188311. Cependant, Ribot pouvait également de son côté se prévaloir du titre de spécialiste dans ces domaines, notamment avec sa thèse sur l’hérédité psychologique publiée en 1873, mais aussi avec des travaux ultérieurs dans le champ de la psychologie pathologique12.

Charles Lévêque (1818-1900), professeur de Philosophie grecque et latine au Collège de France (1861-1900)

Charles Lévêque (1818-1900), professeur de Philosophie grecque et latine au Collège de France (1861-1900)

© Collection privée S. Nicolas

  • 13 P. Vermeren, Victor Cousin : Le Jeu de la philosophie et de l’État, Paris, L’Harmattan, 1995 ; P. V (...)

4Joly avait adopté la méthode héritée du philosophe fondateur de l’école spiritualiste éclectique française, Victor Cousin (1792-1867), qui fut la figure emblématique de la philosophie française de la première moitié du xixe siècle. Sous son « règne académique », la psychologie fut considérée par les philosophes universitaires français comme étant au fondement des études philosophiques13. Cette psychologie ne présentait pas cependant un caractère scientifique et ne s’appuyait que sur la méthode d’introspection.

Victor Cousin (1792-1867), professeur de philosophie à la Sorbonne

Victor Cousin (1792-1867), professeur de philosophie à la Sorbonne

© Collection privée S. Nicolas

5C’est dans la préface de ses Fragments, en 1826, que Cousin s’est exprimé pour la première fois avec le plus de netteté sur la psychologie. Il avait alors abordé un point capital, c’est-à-dire la méthode :

  • 14 V. Cousin, Préface, Fragmen(t)s philosophiques, Paris, Sautelet, 1826, p. xii.

Rentrer dans la conscience et en étudier scrupuleusement tous les phénomènes, leurs différences et leurs rapports, telle est la première étude du philosophe ; son nom scientifique est la psychologie. La psychologie est donc la condition et comme le vestibule de la philosophie. La méthode psychologique consiste à s’isoler de tout autre monde que celui de la conscience pour s’établir et s’orienter dans celui-là où tout est réalité, mais où la réalité est si diverse et si délicate ; et le talent psychologique consiste à se placer à volonté dans ce monde tout intérieur, à s’en donner le spectacle à soi-même, et à en reproduire librement et distinctement tous les faits que les circonstances de la vie n’amènent que furtivement et confusément14.

  • 15 Mais dans une autre préface sur le même sujet [V. Cousin, « Préface », Fragments philosophiques, 2e(...)

6La méthode psychologique consiste ainsi à se renfermer dans la conscience où se trouvent les phénomènes appréciables par l’observation intérieure15. La psychologie conduit inéluctablement à une refonte de la philosophie et à ajourner l’étude de la métaphysique. Par l’application de cette méthode introspective, le philosophe est amené insensiblement à la découverte intuitive du vrai, du bien et du beau. Mais Cousin n’a jamais voulu développer une psychologie indépendamment de la philosophie.

  • 16 S. Nicolas, La Psychologie de Th. Jouffroy, Paris, L’Harmattan, 2003.
  • 17 S. Nicolas, Histoire de la psychologie, op. cit. ; S. Nicolas, Histoire de la psychologie française(...)
  • 18 J.-J. Goblot, « Jouffroy et Cousin », dans É. Fauquet (dir.), Victor Cousin Homo Theologico-Polit (...)

7La révolution psychologique opérée dans l’enseignement par Cousin a été poursuivie parallèlement par Théodore Jouffroy (1796-1842) qui appartenait à la même école de pensée que Cousin16. Jouffroy se séparait cependant de celui-ci sur ce point capital que la psychologie n’était pas seulement pour lui une méthode servant de fondement à la métaphysique, mais qu’elle était la seule véritable science philosophique. Jouffroy est généralement considéré comme le fondateur officiel au xixe siècle de la psychologie spiritualiste française17. Jouffroy a développé la pensée de Cousin, et s’est spécialisé dans le domaine de la psychologie. Ainsi, on peut le considérer comme le fondateur de la science psychologique18. La révolution opérée par les éclectiques avait été de mettre la psychologie au rang de science (Jouffroy) ou de méthode (Cousin) fondamentale.

Paul Janet (1823-1899), professeur de philosophie à la Sorbonne

Paul Janet (1823-1899), professeur de philosophie à la Sorbonne

© Collection privée S. Nicolas

  • 19 Voir J.I. Brooks, The Eclectic Legagy, op. cit.
  • 20 P. Janet, « La psychologie et ses modernes critiques », Revue des Deux Mondes, n° 112, 1892, p. 413 (...)
  • 21 P. Janet, Principes de métaphysique et de psychologie, vol. 1, Paris, Delagrave, 1897, p. 132.

8Au cours des années 1860, on trouvait toujours les principaux représentants du spiritualisme éclectique parmi les professeurs des universités et les membres de l’Institut (Académie des sciences morales et politiques), représentants et champions de l’orthodoxie philosophique. Parmi les plus actifs avocats de cette école, mentionnons Paul Janet (1823-1899) et Elme Caro (1826-1887), ainsi que les membres de l’Institut et professeurs au Collège de France Adolphe Franck et Charles Lévêque. C’est cependant Paul Janet, considéré comme le successeur de Cousin, qui a probablement été le plus influent parmi eux19. Au cours des derniers cours qu’il donna à la Sorbonne entre 1888 et 1892, il défendait encore la fameuse définition de la psychologie qu’avait fournie Jouffroy en 1826 : « La psychologie est la science des faits de conscience20 ». Selon Janet, « Cette définition, malgré les plaisanteries et les objections auxquelles elle a été en butte […] est demeurée triomphante, inébranlable et inébranlée21 ». C’est cette psychologie régnante surannée qui était enseignée à l’université au moment de la l’introduction du darwinisme en France.

II. L’introduction du darwinisme en France (1860)

  • 22 C. Darwin, On the Origin of Species by means of Natural Selection, or the Preservation of Favoured (...)
  • 23 A. Laugel, « Nouvelle théorie d’histoire naturelle. L’origine des espèces [On the Origin of Species(...)

9À l’époque où Joly et Ribot étaient encore tous deux étudiants à l’École normale supérieure au début des années 1860, on commence à parler en France de la nouvelle théorie de Darwin dans les milieux littéraires et scientifiques. L’ouvrage majeur de Charles Darwin paraît le 24 novembre 185922. Quelques mois plus tard, en avril 1860, la Revue des Deux Mondes en donne une longue analyse sous la plume du publiciste Auguste Laugel (1830-1914). C’est cet ancien polytechnicien, ingénieur des Mines, futur chroniqueur au quotidien Le Temps (1871) et écrivain distingué bien connu des philosophes et scientifiques de son époque, qui a assuré la publicité du savant anglais au début des années 186023.

  • 24 C. Darwin, De l’Origine des espèces ou des lois du progrès chez les êtres organisés (Traduit en fra (...)
  • 25 Voir le chapitre 2 dans ce volume, dans lequel Thierry Hoquet nuance les vues négatives de la récep (...)
  • 26 P. Janet, Le Matérialisme contemporain, Paris, Germer Baillière, 1864, p. 151-156 et p. 156-179 res (...)

10C’est en mai 1862 que paraît la première traduction française de l’ouvrage de Darwin. Cette traduction fut réalisée par Clémence Royer (1830-1902) d’après le texte de la 3e édition anglaise de 1861, que Darwin avait enrichie d’un historique de la théorie évolutionniste24. La longue préface de la traductrice fit scandale car celle-ci y donnait une interprétation personnelle de l’ouvrage, où pointait des idées positivistes, eugénistes et antireligieuses, préface qui fut condamnée par Darwin lui-même25. Le public français était ainsi en mesure de juger la théorie de Darwin d’après le texte même de l’auteur. Parmi les philosophes influents de l’époque, c’est Paul Janet qui fit, dans son ouvrage sur le matérialisme contemporain de 1864, une première présentation des vues de Darwin, et qui proposa une première série de critiques de la théorie de l’évolution du point de vue philosophique26. S’appuyant sur la récente traduction française de Clémence Royer, Janet soulignait notamment que,

  • 27 Le terme de cause finale (causa finalis) a été introduit dans la langue philosophique par la scolas (...)
  • 28 P. Janet, Le Matérialisme contemporain, op. cit., p. 178-179.

Malgré les objections nombreuses que nous avons élevées contre la théorie de M. Darwin, nous ne prenons pas directement parti contre cette théorie, dont les zoologistes sont les vrais juges. Nous ne sommes ni pour ni contre la transmutation des espèces, ni pour ni contre le principe de l’élection naturelle. La seule conclusion positive de notre discussion est celle-ci : aucun principe jusqu’ici, ni l’action des milieux, ni l’habitude, ni l’élection naturelle, ne peut expliquer les appropriations organiques sans l’intervention du principe de finalité27. […] Or, je le demande à M. Darwin lui-même, quel intérêt a-t-il à soutenir que l’élection naturelle n’est pas guidée, n’est pas dirigée ? Quel intérêt a-t-il à remplacer toute cause finale par des causes accidentelles ? On ne le voit pas28.

  • 29 A. Laugel, « Darwin et ses critiques », Revue des Deux Mondes, n° 74, 1868, p. 130-156. Voir E. Fai (...)
  • 30 Voir Y. Conry, L’Introduction du darwinisme en France au xixe siècle, Paris, Vrin, 1974, pour une l (...)
  • 31 A. Laugel, « Darwin et ses critiques », op. cit., p. 141.

11Dans un nouvel article publié quelques années plus tard, en 1868, dans la Revue des Deux Mondes, Laugel présentera au public français une vue générale des écrits des plus influents critiques de l’époque sur la théorie de Darwin, et plus particulièrement les textes d’Ernest Faivre (1868), de Paul Janet (1864), que nous venons de citer, et de Flourens (1863, 1864)29. Tout en soulignant que les critiques, philosophes et naturalistes, s’attachent généralement à l’idée de l’immutabilité de l’espèce30, répondant ainsi notamment aux arguments que Janet avait développé dans Le Matérialisme contemporain, il concluait : « On peut épouser les idées du naturaliste anglais sans renoncer à reconnaître une fin dans la nature, un progrès dans la création. Darwin ne cherche en somme à éclaircir que la façon dont se propagent les variations31 ».

Charles Ferdinand Reinwald (1812-1891)

Charles Ferdinand Reinwald (1812-1891)

© Collection privée S. Nicolas

  • 32 C. Darwin, De la variation des animaux et des plantes sous l’action de la domestication, trad. J.-J (...)
  • 33 C. Darwin, La Descendance de l’homme et la sélection naturelle, trad. J.-J. Moulinié, Paris, C. Rei (...)
  • 34 C. Darwin, L’Expression des émotions chez l’homme et les animaux (traduit de l’anglais par les doct (...)
  • 35 Voir D. Becquemont, « Notes sur les éditions françaises et anglaises de L’Origine des espèces », da (...)
  • 36 C. Darwin, L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la lutte pour l’existence d (...)
  • 37 C. Darwin, L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la lutte pour l’existence d (...)
  • 38 A.R. Wallace, La Sélection naturelle. Essais, trad. L. de Candolle, 1872 ; E. Haeckel, Histoire de (...)
  • 39 Y. Conry, L’Introduction du darwinisme en France au xixe siècle, op. cit.

12À partir de cette époque les éditeurs français se sont intéressés de très près aux écrits de Darwin. C’est le cas notamment de Charles Ferdinand Reinwald (1812-1891), qui a diffusé en traduction française l’œuvre du savant naturaliste anglais. D’ailleurs l’image et la réputation scientifiques de la maison d’édition Reinwald ont reposé surtout sur la thématique de l’évolutionnisme. Reinwald a commençé à publier l’œuvre de Darwin en 1868 avec l’ouvrage De la variation des animaux et des plantes sous l’action de la domestication, qui avait été traduit en français par Jean-Jacques Moulinié (1830-1872)32. Cette traduction sera suivie de beaucoup d’autres dont La Descendance de l’homme et la sélection naturelle (1872)33 et L’Expression des émotions (1874)34, qui intéressent plus particulièrement les psychologues et les philosophes. On a vu que la première traduction française de l’ouvrage majeur de Darwin, L’Origine des espèces, ne fut tout d’abord pas éditée chez Reinwald35. S’étant brouillé avec sa traductrice française, Darwin demanda à Reinwald de publier la traduction française de la 5e édition de son ouvrage. C’est ainsi que fut éditée en 1873 la traduction de J.-J. Moulinié36. Après la disparition de Moulinié, Reinwald fit paraître en 1876 la traduction d’Edmond Barbier (1834-1880) établie à partir de la 6e et dernière édition anglaise du texte37. Reinwald a édité plusieurs traductions des écrits de Darwin, réunies en 12 volumes, souvent réimprimés ou réédités ultérieurement. Mais outre l’œuvre de Darwin, Reinwald a aussi publié les œuvres d’autres savants évolutionnistes étrangers, notamment celles d’Alfred Russel Wallace, Ernst Haeckel, John Romanes et August Weismann38. La théorie darwinienne apportait avec elle la rupture d’un ordre et engendra de fait en France des critiques et des résistances très bien analysées par Yvette Conry39. C’est dans le contexte d’un intérêt croissant pour l’œuvre de Darwin et des écrits évolutionnistes en général que les philosophes se sont de plus en plus intéressés à la question de l’évolutionnisme.

  • 40 P. Flourens, Psychologie comparée, Paris, Garnier frères, 1865.
  • 41 H. Joly, L’Instinct, op. cit.

13Essentiellement issue des discussions menées autour des écrits polémiques de Darwin par les psychologues naturalistes, la psychologie comparée apparaît au cours des années 1860 comme une science singulièrement renouvelée, sinon nouvelle40. Celui qui l’a représentée avec éclat en France fut le philosophe Henri Joly, qui inaugura ce nouveau champ de recherche philosophique. Joly, celui-là même qui s’opposera à Ribot vingt ans plus tard à la chaire de Psychologie au Collège de France, s’interrogea en 1869 dans sa thèse de doctorat sur les liens entre l’instinct et l’intelligence41, en soutenant l’existence d’une différence de nature et non de degré entre l’instinct et l’intelligence. Pour lui, contrairement à ce que pensent les évolutionnistes, l’intelligence humaine n’est pas le produit de l’instinct, il n’existe aucune continuité entre l’instinct et l’intelligence.

  • 42 C. Lévêque, « Rapport sur le concours relatif à la psychologie des animaux », Comptes rendus des sé (...)

14L’année suivante, l’Académie des sciences morales et politiques met au concours la question de la psychologie comparée de l’homme et de l’animal. Le président est Charles Lévêque, celui-là même qui dix-sept ans plus tard (1887) soutiendra Joly contre Ribot. Après un premier rapport négatif sur les divers mémoires reçus, le prix ne fut décerné qu’en 1876 au mémoire de Joly42. Le rapport établi par Lévêque souligne que l’auteur

  • 43 C. Lévêque, « Deuxième concours sur la psychologie des animaux », Comptes rendus des séances et tra (...)

a un art particulier de monter des phénomènes élémentaires aux plus élevés qui rappellent les procédés habituels de Maine de Biran, et il n’hésite pas à emprunter à l’école évolutionniste ce qu’elle a de bon ; mais c’est afin d’en mieux combattre les exagérations et les transitions impossibles […] Sa réfutation de la séduisante doctrine de l’évolution psychologique a paru plus forte et plus décisive que tout ce qui a été jusqu’ici tenté dans le même sens43.

  • 44 H. Joly, Psychologie comparée. L’homme et l’animal, op. cit.

15Le mémoire, publié en 1877 sous le titre Psychologie comparée. L’homme et l’animal, avait pour but de discuter du darwinisme psychologique44. Joly y repousse la méthode évolutionniste et combat l’idée d’une évolution psychologique régulière de l’animal à l’homme. Il reprenait d’ailleurs les idées de sa thèse de 1869 en soulignant que : 1° L’animal n’a que des instincts sans intelligence, l’homme n’a que de l’intelligence sans instincts ; 2° L’instinct suffit à expliquer toutes les actions de l’animal, l’intelligence est toujours présente dans l’homme.

  • 45 C. Lévêque, « Présentation du livre de Henri Joly, Psychologie comparée, l’homme et l’animal », Jou (...)
  • 46 Ibid., p. 6.
  • 47 Ibid., p. 216.
  • 48 E. Caro, « Idée générale de l’évolution », Revue politique et littéraire, n° 12, 1873, p. 592-594 ; (...)

16Le livre de Joly fut un succès de librairie, une seconde édition fut même publiée quelques années plus tard en 1886 chez le même éditeur. À cette occasion, soit quelques mois avant la séance de l’Assemblée des professeurs du Collège de France, où les candidatures de Joly et Ribot furent confrontées l’une à l’autre pour la chaire de Psychologie expérimentale et comparée, Charles Lévêque en fit une présentation au Journal des savants. S’il y soulignait l’importance de la psychologie comparée, « l’une des sciences les plus actives de notre temps45 », il insistait surtout sur l’importance de l’ouvrage : « Parmi les livres si nombreux qu’a suscités le problème des ressemblances et des différences entre l’homme et l’animal, et dont les auteurs se sont placés au point de vue psychologique, celui-ci est assurément le plus complet et le mieux ordonné46 ». Il ajoutait « Si ce livre manquait, la psychologie de notre temps présenterait une lacune47 ». Lévêque était d’accord avec l’auteur pour dire que l’intelligence n’était pas sortie, comme le pensent les représentants de l’école darwiniste, des transformations successives des espèces vivantes ; l’intelligence de l’homme ne provient pas de celle de l’animal. Cette position faisait écho aux oppositions constantes à l’évolutionnisme de la plupart des philosophes de l’époque48.

III. Ribot et la psychologie évolutionniste anglaise (1870)

  • 49 T. Ribot, La Psychologie anglaise contemporaine, op. cit.

17En 1870, Ribot fait paraître son premier livre en tant qu’auteur qui porte sur la psychologie anglaise de son époque49. Un long manifeste pour une psychologie nouvelle ouvre le livre. Ribot y critique la psychologie spiritualiste de son temps représentée notamment par Janet, Caro, Lévêque, Franck, et montre qu’ailleurs, en Angleterre, une nouvelle psychologie est en train de se développer. Son objectif est en fait de présenter l’œuvre de certains psychologues associationniste dont John Stuart Mill, Herbert Spencer et Alexander Bain.

18Pour Ribot, la psychologie doit exister à côté et en dehors de la philosophie et se constituer comme science autonome et expérimentale. Elle doit avoir une méthode propre : la méthode objective qui est l’expérience entendue au sens le plus large, et non pas seulement l’expérience intime ou introspection (méthode subjective). Enfin la psychologie doit absolument s’écarter de la métaphysique (c’est l’ennemie de Ribot).

19La psychologie scientifique qui devra se développer doit contenir :

  1. une psychologie générale centrée sur l’étude des phénomènes de conscience ;

  2. une psychologie comparée, car l’idée de progrès, d’évolution ou de développement est devenue prépondérante dans toutes les sciences qui ont pour objet le vivant ;

  3. une psychologie pathologique, car l’étude des déviations est utile pour la compréhension complète des phénomènes.

  • 50 C.U.M. Smith, « Evolution and the problem of mind: Part I. Herbert Spencer », Journal of the Histor (...)

20S’appuyant sur la psychologie anglaise, il admet que l’état psychologique d’un individu n’est pas seulement le résultat de ses expériences personnelles, il est également celui des habitudes qui ont été transmises par les générations antérieures (évolutionnisme psychologique). Au plan psychologique, il y a donc une part d’inné car c’est l’espèce qui fait les expériences et qui transmet ultérieurement aux individus des prédispositions : chacun y concourt, en même temps que chacun subit l’influence de ceux qui ont précédé. Parmi les psychologues anglais, c’est Herbert Spencer qui a eu une influence déterminante sur Ribot50.

Herbert Spencer (1820-1903)

Herbert Spencer (1820-1903)

© Collection privée S. Nicolas

  • 51 H. Spencer, « The development hypothesis », Leader, vol. 3, 20 mars 1852, p. 280-281, trad. H. Spen (...)
  • 52 Ibid., p. 6.
  • 53 H. Spencer, « Progress: Its law and cause », Westminster Review, vol. 67, avril 1857, p. 244-267.
  • 54 H. Spencer, First Principles, Londres, Williams & Norgate, 1862 ; H. Spencer, Les Premiers Principe (...)

21Dès 1852, Spencer est déjà un ardent critique des créationnistes, il écrit ainsi : « Certaines personnes repoussent d’un air cavalier la théorie de l’évolution, parce que les faits à l’appui ne sont pas suffisants : c’est trop oublier qu’à l’appui de leurs théories à elles, il n’y a pas un seul fait51 ». Il adopte les idées transformistes de Lamarck et souligne que « toute espèce existante, animale ou végétale, si le milieu vient à changer, se met sur le champ à modifier sa structure, de façon à s’accommoder à ses nouvelles conditions d’existence52 ». Empruntant à Lamarck le concept de « progrès », Spencer l’explique par le passage d’une structure homogène à une structure hétérogène. Cette loi du progrès organique est la loi de tout progrès. Le développement de la terre, de la vie sur sa surface, de la société, etc., suppose la même évolution du simple au complexe, par des différenciations successives. Spencer constate que l’hétérogénéité la plus flagrante se présente chez l’homme53. Selon lui, la loi du progrès (évolution) est bien le passage de l’homogène à l’hétérogène. Dans son ouvrage sur les Premiers Principes, il complètera sa description et son explication en soulignant que la multiplication des effets a pour cause l’instabilité de l’homogène. Il ajoutera aussi que le progrès comporte une caractéristique importante : tout agrégat en progrès passe d’un état indéfini et incohérent à une structure définie et cohérente (ces lois elles-mêmes se déduisent du principe de persistance de la force) : « L’évolution est une intégration de matière accompagnée d’une dissipation de mouvement, pendant laquelle la matière passe d’une homogénéité indéfinie, incohérente, à une hétérogénéité définie, cohérente, et pendant laquelle aussi le mouvement retenu subit une transformation analogue54 ».

  • 55 D. Freeman, « The evolutionary theories of Charles Darwin and Herbert Spencer », Current Anthropolo (...)

22À l’époque les théories évolutionnistes de Darwin et de Spencer étaient confondues ou au mieux n’étaient généralement pas considérées comme très différentes l’une de l’autre. Pourtant l’approche de Darwin était essentiellement de nature scientifique et inductive, contrairement à celle de Spencer qui était de nature plus spéculative et déductive55. Darwin et Spencer reconnaissaient tous deux l’existence de deux causes de l’évolution organique, l’hérédité des caractères acquis et la sélection naturelle. Ils différaient cependant quant au poids relatif à accorder à chacun des deux mécanismes.

  • 56 H. Spencer, Principles of Psychology, Londres, Longman, Brown, Green & Longmans, 1855, p. 351.
  • 57 Il a d’ailleurs traduit avec l’aide de son ami Alfred Espinas les deux volumes des Principles of Ps (...)
  • 58 H. Spencer, Les Principes de psychologie, op. cit., vol. 2, p. 530-541.
  • 59 T. Ribot, La Psychologie anglaise contemporaine, op. cit., p. 193.

23Sur le plan de la psychologie, Spencer (1855) n’établit pas de ligne de démarcation précise entre les faits physiologiques et les faits psychologiques. « La vie du corps et la vie mentale sont des espèces dont la vie proprement dite est le genre56. » Ribot (1870) adhère pleinement aux idées psychologiques de Spencer et considère le savant anglais comme son maître en psychologie57. Il existe un continuum entre le biologique et le psychologique. De plus, les phénomènes psychologiques les plus complexes sortent des phénomènes les plus simples. Ainsi la ligne de démarcation qu’on trace communément entre l’instinct et la raison n’existe pas, contrairement à ce qu’avancent les philosophes spiritualistes français. D’après Spencer, les phases successives du développement des phénomènes psychologiques sont les suivantes : action réflexe/instinct ; et de là découlent, d’une part, les manifestations cognitives : mémoire, raison, et, d’autre part, les puissances affectives : sentiment, volonté58. Comme l’écrit Ribot : « Il est clairement impliqué par tout ce qui précède, que la ligne de démarcation qu’on trace communément entre l’instinct et la raison n’existe pas. Tous deux sont un ajustement des rapports internes aux rapports externes59 ». L’idée fondamentale qui domine la psychologie de Spencer c’est qu’il existe entre tous les phénomènes de l’intelligence une unité de composition ; il n’y a qu’une différence de degré. L’intelligence humaine représente la forme la plus aboutie des phénomènes psychologiques conscients.

IV. Ribot et l’hérédité psychologique

  • 60 S. Nicolas, « L’hérédité psychologique d’après Théodule Ribot (1873) : La première thèse française (...)
  • 61 C. Benichou, « Ribot et l’hérédité psychologique », dans C. Benichou (dir.), L’Ordre des caractères (...)
  • 62 T. Ribot, La Psychologie anglaise contemporaine, op. cit., p. 398-399.

24En 1873, Ribot présentera à la Sorbonne sa thèse sur la question de l’hérédité psychologique, une problématique nouvelle jamais traitée dans le cadre des thèses en Sorbonne, ni par la philosophie académique française60. Cette question de l’évolution et de l’hérédité psychologique était pourtant dans l’air du temps61. Ribot écrivait déjà dans son livre de 1870 : « Les études sur la transmission héréditaire, considérées au point de vue psychologique, sont destinées à jouer un grand rôle. Un grand nombre de faits psychologiques ont leur source dans la transmission héréditaire62»

  • 63 R. Lenoir, « Lettres de Théodule Ribot à Espinas », Revue philosophique, n° 147, 1957, p. 1-14.

25La thèse de Ribot sur l’hérédité psychologique a été présentée devant un jury à la Sorbonne dominé par les deux grands philosophes et académiciens qu’étaient Paul Janet et Elme Caro. L’axiome principal de la thèse est que sur le plan psychologique l’hérédité est la règle, la non-hérédité est l’exception. L’hérédité psychologique est une tendance plutôt qu’une loi car des exceptions existent. Enfin, l’hérédité psychologique s’explique comme étant l’effet constant de l’hérédité physiologique (la psychologie a une base physiologique). Le climat autour de la thèse est lourd. Dans une lettre à son ami Espinas (15 mars 1873), Ribot affirme : « Je crois t’avoir écrit qu’on fait de ma soutenance une affaire d’État. On avait parlé de me faire passer presque à huit clos, c'est-à-dire sans annonces préalables63. » En effet, l’événement est rendu public et suscite de nombreuses chroniques dans les journaux.

Elme Caro (1826-1887), professeur de Philosophie à la Sorbonne

Elme Caro (1826-1887), professeur de Philosophie à la Sorbonne

© Collection privée S. Nicolas

  • 64 F. Papillon, « Thèses de M. T. Ribot : L’association des idées dans Hartley – L’hérédité psychologi (...)
  • 65 F. Galton, Hereditary Genius, inquiry into its laws and consequences, Londres, MacMillan, 1869 ; A. (...)

26D’après Caro, l’un des membres les plus actifs du jury, on trouve de nombreux cas douteux parmi les exemples d’hérédité que Ribot rapporte dans sa thèse. Lors de la soutenance64, Ribot répond que l’hérédité mentale est indiscutable quant à la transmission des aptitudes les plus générales. Caro insiste en arguant que l’hérédité n’exerce pas dans le monde psychologique autant d’influence que Ribot le laisse croire. Le contexte environnemental joue un rôle bien plus important (Galton vs Candolle65). Réagissant en tant que représentant de la philosophie spiritualiste, Caro admet l’existence d’une force personnelle (le moi, la volonté) qui déborde l’hérédité physiologique et psychologique.

  • 66 E. Caro, « L’hérédité, étude psychologique par M. Ribot », Séances et travaux de l’Académie des sci (...)
  • 67 Ibid., p. 538.

27Lors d’une présentation orale de l’ouvrage de Ribot issu de sa thèse de 1873 à une séance de l’Académie des sciences morales et politiques à la mi-novembre 1873, Caro lui reproche encore de trop agrandir l’action de l’hérédité et d’en appeler sans raison à la loi d’évolution. « L’esprit de l’auteur est peut-être supérieur à son œuvre66 ». Poursuivant la discussion, Adolphe Franck affirme qu’il n’y a d’hérédité nulle part : « de l’œuvre de M. Ribot, il ne reste que le talent ; quant à la théorie, elle est fausse en tout point67 ».

Adolphe Franck (1810-1893), professeur de droit de la nature et des gens au Collège de France (1856-1887)

Adolphe Franck (1810-1893), professeur de droit de la nature et des gens au Collège de France (1856-1887)

© Collection privée S. Nicolas

V. Ribot et la méthode pathologique

28On a vu plus haut qu’en 1870 Ribot considérait qu’outre une psychologie générale et une psychologie comparée, la psychologie scientifique devait contenir une psychologie pathologique, car l’étude des déviations et des maladies permettait également de comprendre les phénomènes psychologiques.

  • 68 S. Nicolas, « La loi de Ribot : L’application de la doctrine évolutionniste à l’étude neuropsycholo (...)

29C’est ainsi qu’au début des années 1880, Ribot a inauguré une nouvelle approche scientifique de la psychologie en s’appuyant sur la théorie de l’évolution. S’il y a progrès (évolution) il peut également se produire des régressions (involution), notamment avec les maladies et les traumatismes68. Pour Ribot, l’étude des maladies mentales est très utile à la psychologie expérimentale et très propre à résoudre bon nombre de questions.

  • 69 S. Nicolas, La mémoire et ses maladies selon Théodule Ribot (1881), Paris, L’Harmattan, 2002 ; M.S. (...)
  • 70 T. Ribot, Les Maladies de la mémoire, op. cit.
  • 71 H. Spencer, Les Principes de psychologie, op. cit., vol. 1, p. 477-487.

30Pour établir la validité de sa méthode, il s’est d’abord attaché à l’étude de la mémoire humaine69. Dans son ouvrage majeur sur la mémoire70 publié en 1881, Ribot reprend la distinction établie par Spencer dans Les Principes de psychologie, entre une mémoire consciente, de type psychique, et une mémoire inconsciente, de type organique71. Dans la lignée de la pensée évolutionniste, il affirme que la mémoire résulte d'un progrès de développement par lequel l’instinct (mémoire organisée et inconsciente), se compliquant de plus en plus, se perd finalement dans des formes plus élevées d’action psychique (mémoire consciente). La mémoire n’est plus considérée comme une faculté mentale (comme l’entendent les spiritualistes), elle devient une fonction biologique inconsciente. Avec les maladies telle que l’amnésie ou la démence, c’est la mémoire consciente qui est d’abord affectée car un processus d’involution entre en œuvre.

31Influencé par la psychologie évolutionniste de Spencer, Ribot affirme également que l’évolution suit une marche ascendante qui va des centres nerveux inférieurs, les plus simples, les plus automatiques, mais aussi les mieux organisés vers les centres nerveux supérieurs, les plus complexes, les plus volontaires mais aussi les moins organisés. S’il y a évolution, des régressions peuvent également se produire. Ainsi les maladies organiques sont des régressions, c’est-à-dire des dissolutions ou involutions, qui ont pour conséquence un retour aux formes les plus simples, les plus automatiques et les mieux organisées.

  • 72 J. Carroy et R. Plas, « La méthode pathologique et les origines de la psychologie française au xixe(...)
  • 73 T. Ribot, Les Maladies de la volonté, op. cit ; T. Ribot, Les Maladies de la personnalité, op. cit  (...)

32Ainsi, pour Ribot, la mémoire est une fonction biologique qui a évolué (selon une perspective évolutionniste) et où un continuum existe qui va de la mémoire « biologique » (mémoire des actions) vers la mémoire « psychique » (mémoire des représentations). Dans l’amnésie et la démence sénile, la mémoire psychique (les souvenirs récents) est celle qui disparaît en premier à cause de la mise en œuvre du processus d’involution ou de régression. Avec cette méthode pathologique72, Ribot a étudié d’autres grandes fonctions mentales, notamment la volonté, la personnalité et l’attention73. C’est cette œuvre, qui prend appui sur la théorie évolutionniste, qui lui permettra d’être reconnu en France et à l’étranger comme un psychologue éminent de la nouvelle génération. En 1887, le Collège de France reconnaîtra en lui le représentant le plus autorisé pour sa chaire de Psychologie expérimentale et comparée malgré l’opposition manifeste des philosophes spiritualistes qui lui préféraient un de ses représentants : Henri Joly.

Conclusion

  • 74 S. Nicolas, M. Sabourin et P. Piolino, « The seminal contributions of Théodule Ribot (1839-1916). T (...)

33Ribot fut le fondateur et le représentant le plus éminent de la nouvelle psychologie française par l’importance de ses ouvrages (qui connurent de nombreuses traductions à l’étranger) et de son enseignement, ainsi que par les contacts qu’il a su établir avec les grandes figures de la psychologie de son temps, notamment avec William James en Amérique et Wilhelm Wundt en Allemagne74.

  • 75 Voir T. Ribot, « L’hérédité », dans Berthelot et al. (dir.), La Grande encyclopédie (t. XIX, p. 116 (...)
  • 76 R. Lenoir, « Lettres de Théodule Ribot à Espinas », Revue philosophique, n° 147, 1957, p. 1-14, ici (...)

34Ribot fut aussi celui qui a adopté un nouveau cadre méthodologique en s’appuyant essentiellement sur la théorie évolutionniste de Spencer. Il a ainsi expliqué des phénomènes psychologiques complexes au moyen des phénomènes physiologiques simples et a adopté la méthode pathologique dérivée de la théorie de l’évolution (involution). La question de l’hérédité n’a eu de cesse de l’intéresser comme en témoigne ses écrits et réflexions à ce sujet75. Il fut notamment très intéressé par l’approche évolutionniste d’August Weismann (1835-1914), sur laquelle il écrit à son ami Espinas le 12 juin 1893 : « La théorie de Weismann, si en faveur aujourd’hui, ira rejoindre la pangenèse de Darwin et la périgenèse de Haeckel. Sois-en sûr.76 »

  • 77 J. Carroy et R. Plas, « The origins of French experimental psychology: experiment and experimentali (...)

35Si l’œuvre psychologique de Ribot était qualifiée à l’époque d’expérimentale, on aurait du mal à l’accepter aujourd'hui comme telle. Il est vrai que le qualificatif « expérimental77 » a évolué avec le temps : il désigne aujourd’hui un certain type d'approche basée sur l’expérimentation en laboratoire. Ribot ne fut jamais un expérimentateur au sens strict du mot, tel que Wundt à la même époque. Sa démarche fut plutôt de nature empirique, c’est-à-dire basée sur l’étude des faits (afin d’en tirer des lois). Mais Ribot a sans nul doute inauguré une nouvelle approche de la psychologie que l’on peut qualifier de scientifique, qui s’est opposée à l’approche traditionnelle et subjective des philosophes de l’époque.

Notes

1 Théodule Ribot, La Psychologie anglaise contemporaine, Paris, Ladrange, 1870, p. 178.

2 Voir la biographie de J. Bowlby, Charles Darwin : Une nouvelle biographie, Paris, PUF, 1995 et l’analyse de son œuvre par D. Becquemont, Darwin, darwinisme, évolutionnisme, Paris, Kimé, 1992; J. Gayon, Darwin et l’après Darwin : une histoire du concept de sélection, Paris, Kimé, 1992. ; Patrick Tort, Darwin et la science de l’évolution, Paris, Gallimard, 2000 et Darwin et le darwinisme, Paris, PUF, 2005. Pour une vue d’ensemble des travaux de Darwin et de ses successeurs sur l’esprit, voir R.J. Richards, Darwin and the Emergence of Evolutionary Theories of Mind and Behavior, Chicago, The Univ. of Chicago Press, 1987.

3 Voir S. Nicolas, Histoire de la psychologie, Paris, Dunod, 2001 ; J.M. Baldwin, Mental Development in the Child and the Race, New York, Macmillan, 1895 ; trad. fr. Le Développement mental dans l’enfant et dans la race, Paris, L’Harmattan, 2006 ; J.R. Angell, « The influence of Darwin on psychology », Psychological Review, n° 16, 1909, p. 152-169.

4 Sur les travaux en psychologie comparée de Georges John Romanes, voir J.S. Schwartz, « Georges John Romanes’s defense of darwinism: the correspondence of Charles Darwin and his chief disciple », Journal of the History of Biology, n° 28, 1995, p. 281-316 ; S.E. Glickman, « Some thoughts on the evolution of comparative psychology », dans S. Koch et D.E. Leary (dir.), A Century of Psychology as Science, New York, McGraw-Hill Book Company, 1985, p. 738-782 ; sur les travaux en psychologie développementale de Stanley Hall, John Dewey, Baldwin, parmi d’autres, voir F. Vidal, « Darwinism and developmental psychology », Journal of the History of the Behavioral Sciences, n° 19, 1983, p. 81-94 ; W.R. Charlesworth, « Darwin and developmental psychology: past and present », Developmental Psychology, n° 28, 1992, p. 5-16.

5 Voir la biographie de Y. Delange, Jean-Baptiste Lamarck, Arles, Actes Sud, 2002, et les analyses de J. Bonnefoy, Les Conceptions philosophiques et religieuses de Lamarck, Paris, P. Téqui, 2003 ; P. Corsi, Lamarck : Genèse et enjeux du transformisme, Paris, CNRS, 2001 ; G. Laurent, La Naissance du transformisme, Paris, Vuibert, 2001 ; L. Szyfman, Lamarck et son époque, Paris, Masson, 1982 ; G. Compayré, « Origines de la psychologie évolutionniste. La psychologie de Lamarck », Revue philosophique de la France et de l’étranger, n° 6, 1878, p. 1-22.

6 S. Nicolas et D.J. Murray, « Théodule Ribot (1839-1916), founder of French psychology: A biographical introduction », History of Psychology, n° 2, 1999, p. 277-301 (trad. « Le fondateur de la psychologie scientifique française : Théodule Ribot (1839-1916) », Psychologie et Histoire, n° 1, 2000, p. 1-42 ; S. Nicolas, Théodule Ribot : philosophe breton fondateur de la psychologie française. Paris, L’Harmattan, 2005 ; S. Nicolas, M. Sabourin et P. Piolino, « The seminal contributions of Théodule Ribot (1839-1916). The centenary of the death of the founder of modern French psychology », L’Année psychologique/Topic in Cognitive Psychology, n° 116, 2016, p. 519-546 ; J. Carroy, W. Feuerhahn, et T. Trochu, « Les entreprises intellectuelles de Théodule Ribot », Revue philosophique de la France et de l’étranger, n° 141 (4), 2016, p. 451-464.

7 S. Nicolas, « L’introduction de l’enseignement de la psychologie scientifique en France : Théodule Ribot (1839-1916) à la Sorbonne (1885) », L’Année psychologique, n° 100, 2000, p. 285-331 ; S. Nicolas et A. Charvillat, « Introducing psychology as an academic discipline in France: Théodule Ribot and the Collège de France (1888-1901) », Journal of the History of the Behavioral Sciences, n° 37, 2001, p. 143-164 ; J. Carroy, A. Ohayon et R. Plas, « La “psychologie” au Collège de France », Revue philosophique de la France et de l’étranger, n° 140 (2), p. 225-228 ; W. Feuerhahn, « De la Sorbonne au Collège de France, enjeux du titre des chaires de Ribot », Revue philosophique de la France et de l’étranger, n° 141 (4), p. 477-488.

8 Voir J.I. Brooks, « Philosophy and psychology at the Sorbonne, 1885-1913 », Journal of the History of the Behavioral Sciences, n° 29, 1993, p. 123-145 ; J.I. Brooks, The Eclectic Legacy: Academic philosophy and the human sciences in nineteenth-century France, Londres, Associated Univ. Press, 1998.

9 J.P. Rothschild et J. Grondeux (dir.), Adolphe Franck philosophe juif, spiritualiste et libéral dans la France du xixe siècle, Turnhout, Brepols Publishers, coll. « Biblio. de l’École pratique des hautes études », 2012.

10 Archives du Collège de France, Procès-verbaux des assemblées des professeurs du Collège de France, 4 AP 251.

11 H. Joly, L’Instinct. Ses rapports avec la vie et avec l’intelligence. Essai de psychologie comparée, Paris, É. Thorin, 1869 ; H. Joly, Psychologie comparée. L’homme et l’animal, Paris, Hachette, 1877.

12 T. Ribot, L’Hérédité. Étude psychologique sur ses phénomènes, ses lois, ses causes, ses conséquences, Paris, Ladrange, 1873 ; Les Maladies de la mémoire, Paris, Germer Baillière, 1881 ; Les Maladies de la volonté, Paris, Germer Baillière, 1883 ; Les Maladies de la personnalité, Paris, Félix Alcan, 1885.

13 P. Vermeren, Victor Cousin : Le Jeu de la philosophie et de l’État, Paris, L’Harmattan, 1995 ; P. Vermeren, « Les têtes rondes du Globe et la nouvelle philosophie de Paris (Jouffroy et Damiron) », Romantisme, n° 88, 1995, p. 23-34 ; S. Nicolas, Histoire de la philosophie en France au xixe siècle, Paris, L’Harmattan, 2007.

14 V. Cousin, Préface, Fragmen(t)s philosophiques, Paris, Sautelet, 1826, p. xii.

15 Mais dans une autre préface sur le même sujet [V. Cousin, « Préface », Fragments philosophiques, 2e éd., Paris, Ladrange, 1833, p. viii-ix], Cousin soulignait : « que les phénomènes du monde intérieur paraissent et disparaissent si vite que la conscience les aperçoit et les perd de vue presque en même temps. Il ne suffit donc pas de les observer fugitivement et pendant qu’ils passent sur ce théâtre mobile, il faut les retenir par l’attention le plus longtemps qu’il est possible. On peut davantage encore, on peut évoquer un phénomène du sein de la nuit où il s’est évanoui, le redemander à la mémoire, et le reproduire pour le considérer plus à son aise », p. viii-ix.

16 S. Nicolas, La Psychologie de Th. Jouffroy, Paris, L’Harmattan, 2003.

17 S. Nicolas, Histoire de la psychologie, op. cit. ; S. Nicolas, Histoire de la psychologie française. Naissance d’une nouvelle science, Paris, In Press, 2002.

18 J.-J. Goblot, « Jouffroy et Cousin », dans É. Fauquet (dir.), Victor Cousin Homo Theologico-Politicus, Paris, Kimé, 1997, p. 69-81. Pour une analyse de l’œuvre philosophique de Jouffroy, voir A. Jacques, « Les écrits philosophiques de M. Jouffroy », La Revue nouvelle, juin 1845, p. 54-105. P. Vermeren (dir.), « Théodore Jouffroy », Corpus : Revue de philosophie, « Numéro spécial », n° 33, 1997.

19 Voir J.I. Brooks, The Eclectic Legagy, op. cit.

20 P. Janet, « La psychologie et ses modernes critiques », Revue des Deux Mondes, n° 112, 1892, p. 413-442, ici p. 413.

21 P. Janet, Principes de métaphysique et de psychologie, vol. 1, Paris, Delagrave, 1897, p. 132.

22 C. Darwin, On the Origin of Species by means of Natural Selection, or the Preservation of Favoured Races in the Struggle for Life, Londres, John Murray, 1859.

23 A. Laugel, « Nouvelle théorie d’histoire naturelle. L’origine des espèces [On the Origin of Species, by Charles Darwin, Londres, John Murray, 1859] », Revue des Deux Mondes, n° 26, 1er avril, 1860, p. 644-671.

24 C. Darwin, De l’Origine des espèces ou des lois du progrès chez les êtres organisés (Traduit en français sur la troisième édition avec l’autorisation de l’auteur par Clémence-Auguste Royer, avec une préface et des notes du traducteur), Paris, P. Guillaumin & Cie, Victor Masson, 1862.

25 Voir le chapitre 2 dans ce volume, dans lequel Thierry Hoquet nuance les vues négatives de la réception de la traduction de Clémence Royer.

26 P. Janet, Le Matérialisme contemporain, Paris, Germer Baillière, 1864, p. 151-156 et p. 156-179 respectivement.

27 Le terme de cause finale (causa finalis) a été introduit dans la langue philosophique par la scolastique. Il signifie le but (finis) pour lequel on agit, ou vers lequel on tend, et qui peut être par conséquent considéré comme une cause d’action ou de mouvement ; voir P. Janet, « Les causes finales », Revue philosophique de la France et de l’étranger, n° 1, p. 24-44.

28 P. Janet, Le Matérialisme contemporain, op. cit., p. 178-179.

29 A. Laugel, « Darwin et ses critiques », Revue des Deux Mondes, n° 74, 1868, p. 130-156. Voir E. Faivre, La Variabilité des espèces et ses limites, Paris, Germer Baillière, 1868 ; P. Flourens, « De l’Origine des espèces ou des lois du progrès chez les êtres organisés, par C. Darwin », Journal des savants, 1863, p. 622-629, p. 697-704, p. 782-789 ; P. Flourens, Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces, Paris, Garnier frères, 1864.

30 Voir Y. Conry, L’Introduction du darwinisme en France au xixe siècle, Paris, Vrin, 1974, pour une liste des écrits pro et anti Darwin de cette période.

31 A. Laugel, « Darwin et ses critiques », op. cit., p. 141.

32 C. Darwin, De la variation des animaux et des plantes sous l’action de la domestication, trad. J.-J. Moulinié, préface de C. Vogt, Paris, C. Reinwald (2e éd. en 1879 sous la direction d’Edmond Barbier établie sur l’éd. définitive anglaise).

33 C. Darwin, La Descendance de l’homme et la sélection naturelle, trad. J.-J. Moulinié, Paris, C. Reinwald, 1872 (2e éd. 1873 ; 3e éd. 1881 ; nouveau tirage de la 3e éd. 1891).

34 C. Darwin, L’Expression des émotions chez l’homme et les animaux (traduit de l’anglais par les docteurs Samuel Pozzi et René Benoit), Paris, C. Reinwald, 1874 (2e éd. 1877 ; 3e éd. 1890).

35 Voir D. Becquemont, « Notes sur les éditions françaises et anglaises de L’Origine des espèces », dans C. Darwin, L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie, Paris, Flammarion, 1992, p. 37-41.

36 C. Darwin, L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la lutte pour l’existence dans la nature, trad. J.-J. Moulinié, Paris, C. Reinwald, 1873.

37 C. Darwin, L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la lutte pour l’existence dans la nature, trad. sur la sixième éd. anglaise E. Barbier, Paris, C. Reinwald, 1876.

38 A.R. Wallace, La Sélection naturelle. Essais, trad. L. de Candolle, 1872 ; E. Haeckel, Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles. Conférences scientifiques sur la doctrine de l’évolution en général et celle de Darwin, Goethe et Lamarck en particulier, trad. C.-J.-M. Letourneau, 1874 ; E. Haeckel, Anthropogénie ou histoire de l’évolution humaine. Leçons familières sur les principes de l’embryologie et de la phylogénie humaine, trad. de l’allemand sur la 2e éd. C.-J.-M. Letourneau, 1877 ; E. Haeckel, Le Règne des protistes. Aperçu sur la morphologie des êtres vivants les plus inférieurs, suivi de la classification des protistes, trad. J. Soury, Paris, C. Reinwald, 1879 ; G.J. Romanes, L’Évolution mentale chez les animaux, suivi d’un essai posthume sur l’instinct, trad. Henry C. de Varigny, Paris, C. Reinwald, 1884 ; A. Weismann, Essais sur l’hérédité et la sélection naturelle, Paris, C. Reinwald, 1892.

39 Y. Conry, L’Introduction du darwinisme en France au xixe siècle, op. cit.

40 P. Flourens, Psychologie comparée, Paris, Garnier frères, 1865.

41 H. Joly, L’Instinct, op. cit.

42 C. Lévêque, « Rapport sur le concours relatif à la psychologie des animaux », Comptes rendus des séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, vol. 102, 1874, p. 470-492.

43 C. Lévêque, « Deuxième concours sur la psychologie des animaux », Comptes rendus des séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, vol. 107, 1877, p. 119-125, ici p. 123-124.

44 H. Joly, Psychologie comparée. L’homme et l’animal, op. cit.

45 C. Lévêque, « Présentation du livre de Henri Joly, Psychologie comparée, l’homme et l’animal », Journal des savants, 1886, p. 5-19 ; p. 77-91 ; p. 202-216.

46 Ibid., p. 6.

47 Ibid., p. 216.

48 E. Caro, « Idée générale de l’évolution », Revue politique et littéraire, n° 12, 1873, p. 592-594 ; J.F. Nourrisson, « Les évolutionnistes et l’évolution », Comptes rendus des séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, n° 105, 1876, p. 20-36 ; P. Janet, « Rapport sur le concours relatif à la doctrine de l’évolution », Compte Rendu des séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, n° 121, 1884, p. 45-51.

49 T. Ribot, La Psychologie anglaise contemporaine, op. cit.

50 C.U.M. Smith, « Evolution and the problem of mind: Part I. Herbert Spencer », Journal of the History of Biology, vol. 15, 1982, p. 55-88 ; D.P. Faber, « Théodule Ribot and the reception of evolutionary ideas in France », History of Psychiatry, vol. 8, 1997, p. 445-458.

51 H. Spencer, « The development hypothesis », Leader, vol. 3, 20 mars 1852, p. 280-281, trad. H. Spencer, « L’hypothèse du développement », dans H. Spencer, Essais de morale, de science et d’esthétique, t. III, Essais scientifiques, Paris, Germer Baillière, 1879, p. 1-10, ici p. 3.

52 Ibid., p. 6.

53 H. Spencer, « Progress: Its law and cause », Westminster Review, vol. 67, avril 1857, p. 244-267.

54 H. Spencer, First Principles, Londres, Williams & Norgate, 1862 ; H. Spencer, Les Premiers Principes, Paris, Germer Baillière, 1871, p. 355.

55 D. Freeman, « The evolutionary theories of Charles Darwin and Herbert Spencer », Current Anthropology, vol. 15, 1974, p. 211-221 ; V. Haines, « Spencer, Darwin, and the question of reciprocal influence », Journal of the History of Biology, vol. 24, 1991, p. 409-431.

56 H. Spencer, Principles of Psychology, Londres, Longman, Brown, Green & Longmans, 1855, p. 351.

57 Il a d’ailleurs traduit avec l’aide de son ami Alfred Espinas les deux volumes des Principles of Psychology d’après la seconde édition anglaise de 1870-1872, publiée à Londres, toujours chez Longman, Brown, Green & Longman : H. Spencer, Les Principes de psychologie, Paris, Germer Baillière, 1874.

58 H. Spencer, Les Principes de psychologie, op. cit., vol. 2, p. 530-541.

59 T. Ribot, La Psychologie anglaise contemporaine, op. cit., p. 193.

60 S. Nicolas, « L’hérédité psychologique d’après Théodule Ribot (1873) : La première thèse française de psychologie “scientifique” », L’Année psychologique, n° 99, 1999, p. 295-348 ; R. Plas, « ¿Un momento spenceriano en los orígenes de la psicología “científica” francesa? La herencia psicológica de Théodule Ribot », Revista de Historia de la Psicología, n° 34, 2013, p. 9-24.

61 C. Benichou, « Ribot et l’hérédité psychologique », dans C. Benichou (dir.), L’Ordre des caractères : Aspects de l’hérédité dans l’histoire des sciences de l’homme, Paris, Vrin, 1989, p. 73-94 ; J. Gayon, Darwin et l’après-Darwin : Une histoire de l’hypothèse de sélection naturelle, Paris, Kimé, 1992 ; R.J. Richards, Darwin and the Emergence of Evolutionary Theories of Mind and Behavior, Chicago, The Univ. of Chicago Press, 1987.

62 T. Ribot, La Psychologie anglaise contemporaine, op. cit., p. 398-399.

63 R. Lenoir, « Lettres de Théodule Ribot à Espinas », Revue philosophique, n° 147, 1957, p. 1-14.

64 F. Papillon, « Thèses de M. T. Ribot : L’association des idées dans Hartley – L’hérédité psychologique », Revue politique et littéraire, n° 11, 1873, p. 1214-1218.

65 F. Galton, Hereditary Genius, inquiry into its laws and consequences, Londres, MacMillan, 1869 ; A. de Candolle, Histoire des sciences et des savants depuis deux siècles, Genève, Georg, 1873 ; R.E. Fancher, « Alphonse de Candolle, Francis Galton, and the early history of the nature-nurture controversy », Journal of the History of the Behavioral Sciences, vol. 19, 1983, p. 341-352 ; M.S. Staum, Nature and Nurture in French Social Sciences, 1859-1914, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s Univ. Press, 2011.

66 E. Caro, « L’hérédité, étude psychologique par M. Ribot », Séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, vol. 101, 1874, p. 536-539, ici p. 536 ; E. Caro, « Analyse de l’ouvrage de T. Ribot sur l’hérédité (1873) », Journal des savants, p. 50-66.

67 Ibid., p. 538.

68 S. Nicolas, « La loi de Ribot : L’application de la doctrine évolutionniste à l’étude neuropsychologique de la mémoire », Revue de neuropsychologie, n° 7, 1997, p. 377-410.

69 S. Nicolas, La mémoire et ses maladies selon Théodule Ribot (1881), Paris, L’Harmattan, 2002 ; M.S. Roth, « Remembering forgetting: Maladies de la Mémoire in nineteenth-century France », Representations, vol. 26, 1989, p. 49-68 ; J. Gasser, « La notion de mémoire organique dans l’œuvre de T. Ribot », History and Philosophy of the Life Sciences, vol. 10, 1988, p. 293-313.

70 T. Ribot, Les Maladies de la mémoire, op. cit.

71 H. Spencer, Les Principes de psychologie, op. cit., vol. 1, p. 477-487.

72 J. Carroy et R. Plas, « La méthode pathologique et les origines de la psychologie française au xixe siècle », Revue internationale de psychopathologie, n° 12, 1993, p. 603-610.

73 T. Ribot, Les Maladies de la volonté, op. cit ; T. Ribot, Les Maladies de la personnalité, op. cit ; T. Ribot, La Psychologie de l’attention, Paris, Alcan, 1889.

74 S. Nicolas, M. Sabourin et P. Piolino, « The seminal contributions of Théodule Ribot (1839-1916). The centenary of the death of the founder of modern French psychology », L’Année psychologique/Topic in Cognitive Psychology, vol. 116, 2016, p. 519-546.

75 Voir T. Ribot, « L’hérédité », dans Berthelot et al. (dir.), La Grande encyclopédie (t. XIX, p. 1165-1169), Paris, Lamirault, 1894 ; S. Nicolas, « L’hérédité psychologique d’après Théodule Ribot », op. cit.

76 R. Lenoir, « Lettres de Théodule Ribot à Espinas », Revue philosophique, n° 147, 1957, p. 1-14, ici n° 165, 1975, p. 172.

77 J. Carroy et R. Plas, « The origins of French experimental psychology: experiment and experimentalism », History of the Human Sciences, vol. 9, 1996, p. 73-84.

Auteur

Membre senior de l’Institut universitaire de France, professeur de psychologie cognitive et d’histoire de la psychologie à l’université Paris Descartes

© Collège de France, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search