Version classiqueVersion mobile

Darwin au Collège de France

 | 
Antoine Compagnon
, 
Céline Surprenant

Entre physiologie expérimentale et mathématisation du monde, le non-lieu de Charles Darwin

Alain Prochiantz

Texte intégral

  • 1 Yvette Conry, L’Introduction du darwinisme en France au XIXe siècle, Paris, Vrin, 1975.

1Si nous voulons répondre au cahier des charges de cette réunion, parmi les professeurs au Collège de France à considérer figurent Claude Bernard (1813-1878) et son successeur Charles-Edouard Brown-Séquard (1817-1894), plus le géologue Élie de Beaumont (1798-1874) qui joua un rôle important, et négatif, aux côtés de Charles Robin (1821-1885) dans la difficile élection de Darwin (1809-1882) à l’Académie des sciences, en qualité de membre correspondant. On ne peut totalement ignorer, non plus, Pierre Flourens (1794-1867) successeur au Collège de Georges Cuvier (1769-1832), le physiologiste néo-lamarckien Étienne-Jules Marey (1840-1904) ou, et pour d’autres raisons, Henri Bergson (1859-1941). Sans avoir la prétention d’entrer en compétition avec Yvette Conry (1930-1992), il me semble que, sans nous attarder sur la position de tous nos prédécesseurs, quelques points saillants peuvent être discutés qui complètent l’analyse des raisons de la résistance française au darwinisme que l’on trouve dans LIntroduction du darwinisme en France1.

  • 2 Charles Darwin, A Monograph of the Sub-Class Cirripedia, Londres, Ray society, 1851.

2On commencera par cette question, révélatrice, de l’élection de Darwin à l’Académie des sciences. Le 4 juillet 1870, Darwin, présenté par la section « anatomie et zoologie » est battu par Johann Friedrich von Brandt (1802-1879) par 22 voix contre 16. Les débats reprirent un peu plus tard (juillet et août 1870) avec une opposition houleuse entre Armand de Quatrefages (1810-1892) et Émile Blanchard (1819-1900). Quatrefages, bien qu’hostile à faire entrer les humains dans le champ de l’évolution – position partagée par Alfred Russel Wallace (1823-1913) et Charles Lyell (1797-1875) en Angleterre –, soutenait Darwin avec Alphonse Milne-Edwards (1835-1900), mais principalement pour son œuvre de zoologiste, peut-être un effet du long traité sur les cirripèdes et la démonstration par Darwin que ces invertébrés sont des arthropodes et non des mollusques2.

  • 3 C. Darwin, The Descent of Man and Selection in Relation to Sex, Londres, John Murray, 1871.
  • 4 C. Darwin, On the Origin of Species by means of Natural Selection, or the Preservation of Favoured (...)

3Émile Blanchard, professeur au Muséum d’histoire naturelle et à l’École normale supérieure ne considérait pas Darwin comme un véritable savant – « Monsieur Darwin n’est pas un véritable naturaliste, il n’est qu’un amateur » – et ne supportait pas l’idée que l’homme « descend du singe » (sic). C’est donc l’ouvrage La Descendance de l’homme3 pourtant publié en 1871 (la position de Darwin sur ce point était connue) qui est en question, plus encore que L’Origine des espèces4 parue en 1859. La connotation religieuse est donc bien présente dans cette opposition, même si là n’est sans doute pas le point principal. Par ailleurs, nombre de ces éminents collègues quand ils ne contestaient pas le transformisme ne l’attribuaient pas à Darwin. Argument partiellement juste, car Darwin n’a pas inventé l’idée d’évolution mais proposé un mécanisme reposant sur la sélection naturelle des individus « survival of the fittest ». Peut-être était-ce un signe de chauvinisme, après tout Buffon (1707-1788) comme Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829) ou Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844) étaient français.

  • 5 Armand de Quatrefages, Les Émules de Darwin, Paris, Félix Alcan, 1894.

4Charles Robin de son côté, émule d’Auguste Comte (1789-1857) et, à ce titre, fondateur de la Société de sociologie, apportait l’argument positiviste de la non-démonstration expérimentale de l’évolution. On y reviendra car c’est un point essentiel. C’est sans doute à ce savant qu’il faut attribuer ces propos peu amènes rapportés par Quatrefages dans Les Émules de Darwin5 : « Le darwinisme est une fiction, une accumulation poétique de probabilités sans preuves et d’explications séduisantes sans démonstration ». On ne prête qu’aux riches, il est probable que le même Charles Robin ait rédigé les conclusions livrées par l’Académie pour expliquer l’échec de l’élection de Darwin en 1872 : « L’exclusion de Darwin venait de ce que la science des livres qui lui avaient valu ses principaux titres de gloire – L’Origine des espèces et plus encore La Descendance de l’homme – n’était pas de la science : ce n’était qu’une masse d’assertions et d’hypothèses absolument gratuites, souvent manifestement fallacieuses. Ce genre de publication et ces théories sont un mauvais exemple qu’un corps qui se respecte ne saurait encourager. »

5Darwin a finalement été élu en 1878, quatre ans avant sa mort, dans la section de botanique, sans doute pour ses travaux sur la fécondation chez les orchidées, plutôt que pour sa théorie de l’évolution comme le démontrent les attendus de l’élection, que l’on trouve dans le rapport du botaniste Pierre Étienne Simon Duchartre (1811-1894) : « La section de botanique pense que, au point de vue de la science qui forme son domaine, les hypothèses et les théories émises par M. Ch. Darwin ne s’imposent pas à elle comme un élément indispensable pour l’appréciation des titres de ce naturaliste et, se préoccupant uniquement des faits précis, des observations exactes, des expériences ingénieuses dont il a enrichi la biologie végétale, elle y trouve des motifs suffisants pour lui assigner un rang distingué parmi les savants qu’elle présente aujourd’hui comme candidat à la correspondance. »

  • 6 Denis Buican, Darwin et l’épopée de l’évolutionnisme, Paris, Perrin, 2012.
  • 7 Ibid.

6Dans son livre Darwin et l’épopée de l’évolutionnisme, Denis Buican6 présente un autre aspect de l’opposition au darwinisme, et à son élection à l’Académie, qui nous renvoie vers Charles Robin, Auguste Comte et, d’une certaine façon, Claude Bernard, même si l’on connaît le rapport contradictoire que ce dernier entretient avec le père du positivisme dont il accepte la théorie des trois âges de la science (théologique, métaphysique et positif) mais qu’il attaque pour son attitude « généralisatrice », allant jusqu’à le traiter de « spécialiste de la généralité » ou de « mouche du coche ». Selon Buican, l’opposition à Darwin dans notre Académie a été amplifiée par une rencontre entre « l’Église scientiste et les Églises créationnistes7 ». Par le terme « Église scientiste », il vise une obsession déterministe, qu’on retrouve évidemment chez Claude Bernard et qui a partie liée avec le déterminisme physico-chimique. Non pas que Bernard fasse de la physiologie une branche de la physique, c’est tout le contraire, mais parce qu’il voit dans le déterminisme physiologique la preuve de la scientificité de la physiologie à l’égale de la physique, le signe de son entrée dans l’âge positif.

7Buican cite Jacques Roger (1920-1990) :

  • 8 Ibid.

Si les néo-lamarckiens français n’ont accepté Darwin que du bout des lèvres et sans le comprendre, s’ils ont refusé Weismann, c’est qu’ils ne retrouvaient pas là leur biologie. Leur science était fondée sur la causalité physico-chimique. Le plus souvent, ils n’ont pas refusé la sélection naturelle ni même les lois de Mandel ; mais ils n’ont jamais consenti à y voir l’explication de l’évolution car ils cherchaient la cause de l’évolution, c’est-à-dire le mécanisme physico-chimique de la variation. Entre Darwin et Lamarck, le zoologiste Alfred Giard (1846-1908) a justifié son choix par une formule lapidaire : « Darwin est un naturaliste, Lamarck était physicien ». […] Tout le reste vient de là, leur obstination à chercher dans la composition chimique du protoplasme la cause de tous les problèmes vitaux, y compris l’ontogenèse, la variation et l’hérédité, leur croyance à une action directe et déterminante du milieu sur l’organisme, leur refus de la variation aléatoire, qui serait un phénomène sans cause. Et, comme leur conception de la science n’est pas exempt d’arrière-plan idéologique, ils sont prompts à suspecter l’idéologie des autres, « le dieu-hasard » des darwiniens ou l’idéalisme de Weismann, accusation que Lyssenko n’aura même pas à inventer8.

  • 9 Laurent Loison, « Le projet du néo-lamarckisme français (1880-1910) », Revue d’histoire des science (...)

8Dans un article de 2012, Laurent Loison9 apporte des éléments en appui à l’idée que, dans cette affaire, la conception positiviste et « physicaliste » du transformisme a joué un rôle dans le soutien de la communauté française au néo-lamarckisme, pour ceux qui acceptaient le transformisme évidemment. C’est-à-dire qu’il faut exclure Pierre Flourens (1794-1867), qui était profondément hostile au transformisme, et donc à Darwin, à qui il reprochait également de ne pas avoir apporté de preuve directe et expérimentale de l’évolution, et qui niait ainsi le statut scientifique de la théorie de l’évolution au nom d’une définition philosophique de la scientificité. Les mêmes arguments, ou des arguments très proches, se retrouvent aujourd’hui dans la bouche des créationnistes. La position du professeur d’Histoire naturelle des corps organisés dans cette maison entre 1869 et 1903, le physiologiste Étienne-Jules Marey (1830-1904), était différente, puisqu’il était néo-lamarckien, donc transformiste et mécaniciste parce que néo-lamarckien, dans la pure tradition cartésienne des animaux machines. La figure de René Descartes (1596-1650) n’est jamais très loin chez ceux qui croient, au nom d’un matérialisme naïf, que le canard de Jacques Vaucanson (1709-1782) est un magnifique objet pour la physiologie. La thèse de Laurent Loison est que la position « française » possède un fondement rationnel qui lui est propre, défini par un néo-lamarckisme français, celui de « rendre scientifique l’hypothèse transformiste », ce qui passe, selon l’auteur, par la recherche de causes mécaniques imposées par l’univers matériel.

  • 10 S.L. Rutherford et S. Lindquist, « Hsp90 as a capacitor for morphological evolution », Nature, n° 3 (...)

9Je reviendrai dans un instant sur la question de l’expérimentation en évolution, à travers la position de Claude Bernard, souvent pris – c’est bien le moins – comme référence lorsqu’il s’agit d’expérimentation biologique. Mais chez les néo-lamarckiens, l’expérimentation doit être physique parce que la causalité est physique et parce que, pour le matérialiste, le vivant s’inscrit dans l’évolution de la matière. C’est une évidence, mais cela ne veut pas dire – j’y reviendrai avec Claude Bernard, justement – que tous les phénomènes biologiques, parce qu’ils sont matériels, relèvent théoriquement de la physique, comme s’il n’y avait pas de théorie en biologie autre que physique ou mathématique, ce qui, depuis Galilée, est presque synonyme (le grand livre de la nature est écrit en langage mathématique). D’où les expériences consistant à faire varier les conditions physico-chimiques chez les plantes (altitude par exemple), chez les bactéries, et aussi chez les métazoaires, même si cela est plus difficile du fait de l’homéostasie, mais possible, si l’on accepte l’idée que les monstres résultants de modifications physiques du développement sont des variants. Un tel cas a été rapporté récemment par Lindquist et ses collaborateurs chez la mouche drosophile10, mais le processus est darwinien et repose sur une sélection au niveau des cellules germinales. Or dans l’affaire dont nous parlons, il s’agit de transmission des caractères acquis à la suite de modifications du milieu physique, bref on nous referait « le coup de la girafe », mais en une seule génération.

  • 11 Georges Canguilhem, La Connaissance de la vie, Paris, Vrin, 2009.
  • 12 Léon Brillouin, Vie, matière et observation, Paris, Albin Michel, 1959.
  • 13 Ibid.

10Si l’on veut comparer le lamarckisme au darwinisme, on doit suivre Georges Canguilhem dans Le Vivant et son milieu11, et juxtaposer les notions de milieu élaborées par Darwin et par Lamarck. Pour celui-ci, le milieu est le milieu physique, voire l’éther des physiciens post-newtoniens, il agit directement sur les corps comme sur les planètes avec un déterminisme total (les choses ont évidemment bien changé depuis, avec l’introduction du principe d’incertitude, voir le « collégien » Léon Brillouin (1889-1969), professeur de Physique théorique [1832-1949]12 et cette action vaut transformation et adaptation. Pour Darwin, le milieu est vivant (« le vivant est milieu pour le vivant13 ») avec une « lutte » entre les individus qui répondent aux changements du milieu, pas seulement le milieu physique donc, par sélection des individus qui sont déjà, au hasard de variations dont l’origine est inconnue, avantagés dans cette lutte pour la survie (plus tard ce processus sera étendu aux compétitions inter-espèces). Le milieu n’induit pas l’adaptation, il la sélectionne et l’amplifie. Et il est clair qu’à l’époque de Darwin cela était indémontrable sur le plan expérimental, sauf à accepter, sur une base empirique, qu’aient valeur d’expérience les travaux des éleveurs et agriculteurs et l’examen des couches géologiques et des fossiles qu’elles contiennent. On voit donc que ce qui est en jeu ici, et cela n’a pas cessé aujourd’hui, c’est à la fois le statut de la preuve et la définition d’une théorie scientifique.

  • 14 Thomas Malthus, An Essay on the Principle of Population, Londres, J. Johnson, 1798.

11Seront encore plus étonnés ceux qui, s’ils l’ignorent, apprendront que de retour de son long voyage sur le Beagle au cours duquel Darwin avait rassemblé et fait envoyer en Angleterre un nombre incalculable d’échantillons de toutes sortes, il n’eut l’illumination qui devait le mettre sur la bonne piste qu’au détour d’une conversation avec Harriet Martineau, alors qu’il séjournait à Londres chez son frère Erasmus Alvey Darwin (1804-1882), Charles ayant déjà migré avec Emma à Down. Harriet Martineau est whig (libérale), militante en faveur de la loi sur les pauvres (Poor Law) qu’il faut secourir mais qu’il faut empêcher de se reproduire faute de quoi la nourriture viendrait à manquer. Bref, elle initie Darwin à la pensée de Malthus14 et c’est par un travail d’analogie avec le malthusianisme que le biologiste construit sa théorie, ce qui lui prendra les 25 ans qui séparent le retour de son voyage et la publication en 1859 de L’Origine des espèces. Est-ce à dire que la théorie de Darwin, puisant son origine dans une analogie malthusienne et non fondée sur des expériences, au sens bernardien du terme, n’est pas une théorie scientifique ? Je laisse la responsabilité de cette assertion à ceux qui se croient autorisés à légiférer sur ces questions, le plus souvent sans jamais avoir pratiqué quelle que science que ce soit, et je ne vise pas ici seulement les pentecôtistes. Même si on peut se réjouir de ce que cette théorie soit rectifiable, voire renversable, puisque que les théories scientifiques ne sont pas des dogmes, ni les sciences des religions.

12Pour poursuivre la lecture de Canguilhem, rappelons la correspondance qu’il établit entre la distinction Lamarck/Darwin et la distinction Bichat/Bernard, en rapport, de nouveau, avec la notion de milieu. À la suite de ses travaux sur la nutrition et la découverte de la fonction glycogénique du foie, Bernard introduit le concept de milieu intérieur, qui est le pendant, en physiologie, de l’éther des physiciens de son époque. Inutile de revenir là-dessus trop longtemps, cela a déjà été dit, Claude Bernard n’est pas le René Descartes (1596-1650) de la biologie, dans la mesure où il n’a pas inventé une méthode générale pour trouver, mais où il a plutôt théorisé la nécessité d’une méthode adaptée au vivant, une méthode permettant de pénétrer dans le milieu intérieur par le poison ou le scalpel. Son maître-mot est « déterminisme », un déterminisme égal à celui des physiciens de l’époque, mais qui établit la physiologie comme une discipline indépendante de la physique. En effet, si la physiologie de Marie François Xavier Bichat (1771-1802) est rattachée à la physique et au principe de Lazare Carnot (1753-1823) « la vie est l’ensemble des forces qui résistent à la mort » (pour ne rien dire du « rien ne se perd, rien ne se crée » d’Antoine Lavoisier [1743-1794]), celle de Bernard associe ce mouvement permanent de mort et de vie qui traverse tout être vivant. Rappelons l’aphorisme « la vie c’est la mort » ou la belle image de la physiologie comme « embryogenèse silencieuse » et renvoyons aux Leçons sur les phénomènes communs aux animaux et au végétaux

  • 15 Claude Bernard, Leçons sur les phénomènes communs aux animaux et aux végétaux (1878), Paris, Vrin, (...)

13Mais, même critique vis-à-vis d’Auguste Comte, comme cela vient d’être rappelé, Bernard n’en est pas moins philosophiquement comtien et il accepte la séparation entre les trois âges de la science. Dans ce cadre, il estime, à juste titre me semble-t-il, avoir fait entrer la physiologie dans l’âge positif, justement au moyen de l’expérience et des concepts développés à partir des expériences – dont le concept de milieu intérieur – et de la revendication du déterminisme démontré par la reproduction des expériences, les mêmes conditions expérimentales conduisant aux mêmes résultats. Il se vit en « Newton du brin d’herbe15 ». Ce faisant, il sépare distinctement la physiologie de la zoologie, ou de la botanique. Sa physiologie est d’ailleurs animale et végétale. De nouveau je renvoie aux Leçons sur les phénomènes communs aux animaux et aux végétaux publiées après sa mort en 1878 à partir des notes prises par ses étudiants à son cours au Muséum d’histoire naturelle qu’il a rejoint après le Collège de France. Cette séparation s’explique par le fait qu’on ne peut expérimenter en zoologie.

  • 16 Alain Prochiantz, Claude Bernard, la révolution physiologique, Paris, PUF, 1990.

14Mais qu’entendre ici par zoologie ? Ni plus, ni moins que l’étude de la forme des organismes, une science qui relève encore de l’anatomie, une science descriptive, qui échappe à la possibilité expérimentale. D’où le refus du physiologiste de considérer Darwin comme un savant « positif ». On me permettra de renvoyer, faute de place et aussi pour ne pas me répéter, à mon étude, Claude Bernard, La révolution physiologique (1990)16, où j’explore le problème de la position du physiologiste sur les questions d’embryologie et d’évolution. Je me contenterai de quelques citations tirées de ses écrits. Pour commencer dans les Leçons sur les phénomènes communs aux animaux et aux végétaux :

L’être vivant est comme la planète qui décrit son orbe elliptique en vertu d’une impulsion initiale… Cette comparaison s’applique à l’être vivant et à son évolution […] C’est pourquoi nous séparons absolument la phénoménologie vitale, objet de la physiologie, de la morphologie organique, dont le naturaliste (zoologiste et botaniste) étudie les lois, mais qui nous échappe expérimentalement et qui n’est pas à notre portée.

La loi morphologique n’a pas à chaque instant sa raison d’être : elle traduit une influence héréditaire ou antérieure dont nous ne saurions effacer l’influence, une action primitive qui est liée à un ensemble cosmique général que nous sommes impuissants à atteindre. Il en résulte qu’en l’état actuel des choses, la morphologie est fixée, et cela quelle que soit l’idée que nous formions de l’évolution qui y a conduit. Que l’on soit cuvieriste ou darwiniste, cela importe peu : ce sont deux façons différentes de comprendre l’histoire du passé et l’établissement du régime présent ; cela ne peut fournir aucun moyen de régler l’avenir. On ne changera pas l’œuf du lapin, et lui faisant oublier l’impulsion primitive et ses états antérieurs, on n’en fera pas sortir un chien ou tout autre mammifère.

15Ou encore, dans le même ouvrage :

La morphologie vitale, nous ne pouvons guère que la contempler puisque son facteur essentiel, l’hérédité, n’est pas un élément que nous ayons en notre pouvoir et dont nous soyons maîtres comme nous le sommes des conditions physiques et des manifestations vitales : la phénoménologie vitale, au contraire, nous pouvons la diriger.

À la vérité, on peut considérer l’hérédité comme une condition expérimentale et l’employer, comme on fait en zootechnie, par le croisement et la sélection. On substitue ainsi des atavismes fugaces à l’atavisme fondamental ; mais on met en œuvre, dans de telles expériences, une condition qui n’en est pas moins obscure. C’est, nous le répétons, cette morphologie générale de l’être vivant avec les morphologies particulières et indépendantes de ses divers organes qui constituent le vrai terrain de la zoologie en tant que science distincte. En fixant ainsi son rôle, on fixe du même coup celui de la physiologie et la différence de ces deux branches des connaissances humaines.

  • 17 C. Bernard, Principes de médecine expérimentale, Paris, PUF, 1947.

16Mais on doit reconnaître que Claude Bernard souligne ce qui est important, à savoir l’impossibilité de manipuler l’hérédité. Bien évidemment, il ignore les travaux de Grégor Mendel (1822-1884), son contemporain, qui seront oubliés avant d’être réinventés au début du xxe siècle par Hugo de Vries (1848-1935), Carl Erich Correns (1864-1933) et Erich von Tschermak-Seysenegg (1871-1962) et qui auraient pu le mettre sur la voie de l’existence d’éléments discrets et héréditaires gouvernant la forme et la couleur, au moins chez les petits pois. Il faut cependant reconnaître qu’il ne ferme pas la porte à cette possibilité d’expérimenter en évolution, puisque dans les Principes de médecine expérimentale17, œuvre posthume éditée en 1947 par Léon Delhoume, on peut lire ces phrases étonnantes :

J’admets cependant que lorsque la physiologie sera assez avancée, le physiologiste pourra faire des animaux et des végétaux nouveaux comme le chimiste produit des corps qui sont en puissance, mais qui n’existent pas dans l’état naturel des choses… On fait déjà des modifications, soit végétales, soit animales, au point de vue de la zootechnie ou du jardinage, mais c’est empiriquement qu’on les a faites jusqu’à présent comme on faisait autrefois de la métallurgie ou de l’optique empirique avant d’avoir la science. Mais la physiologie devra agir scientifiquement pour opérer toutes ces modifications et se rendre compte de ce qu’elle fait parce qu’elle connaîtra les lois intimes de la formation des corps organiques comme le chimiste connaît les lois intimes de la formation des corps minéraux. C’est donc dans la connaissance de la loi de la formation des corps organisés qu’agit toute la science biologique expérimentale.

17On pourrait discuter longuement de ce texte, en particulier de l’usage du terme de « loi » à la fin, ce qui renvoie vers une conception des sciences marquées par le newtonisme. Aujourd’hui, nous serions plutôt enclins à penser qu’il n’y a pas de lois dans la nature, mais des phénomènes à partir desquels nous tirons des lois transitoires. Il faut plutôt insister sur un double enjeu primordial. D’une part, l’acceptation de la possibilité future d’expérimenter en évolution quand cette discipline aura quitté le champ de la zoologie descriptive « qu’on ne peut que contempler ». De l’autre, le fait que « spontanément » Bernard attribue au mot évolution le double sens de développement et d’évolution que lui donne le xviiie siècle, marquant ainsi que c’est probablement à partir de la compréhension de l’hérédité du développement, de la question de savoir « pourquoi un œuf de poule donne une poule », qu’on pourra comprendre les lois de l’évolution.

  • 18 C. Bernard, Cahier de notes 1850-1860, Paris, Gallimard, 1965.

18On s’étonne un peu de l’interdit sur l’embryologie expérimentale chez Claude Bernard, qui n’a pas été vraiment total, puisque la lecture de certains passages du Cahier rouge montre bien l’intérêt que le physiologiste porte à ces questions, suggérant même quelques idées d’expériences possibles – il est vrai, rudimentaires. Cet interdit doit par ailleurs être modulé puisque Claude Bernard voit la vie adulte comme une embryogenèse silencieuse et le vivant comme animé d’un double mouvement de destruction organique et de construction organogénique. Renvoyons sur ce point au Cahier de notes 1850-186018 :

Il s’agit de prouver que les phénomènes du développement n’existent pas seulement dans l’état embryonnaire mais qu’ils se poursuivent à l’état adulte. Ce sont les âges, les croissances, etc. La vie plastique va en diminuant.

Prouver en second lieu que les phénomènes de développement sont la cause de tous les phénomènes physiologiques, de toutes les manifestations vitales. Le développement, sa création, est donc toujours le phénomène vital dominateur.

Les maladies ne sont elles-mêmes que la déviation de ce principe de développement qui est la cause première de toute maladie. Les maladies ne sont que la manifestation de créations déviées.

  • 19 Gavin de Beer, Embryos and Ancestors (1940), Oxford, Clarendon Press, 1958. Voir le chapitre 8 sur (...)

19On l’aura compris, il s’agit de faire entrer l’embryologie en physiologie, vision incroyablement contemporaine de la physiopathologie, mais qui concerne davantage les vivants achevés que les vivants en développement. Cette attitude ambiguë, voire utilitariste, vis-à-vis du développement n’est pas sans rappeler, dans un registre différent, celle de Ernst Haeckel (1834-1919), l’introducteur de Darwin en Allemagne, qui ne voyait dans l’embryologie que la preuve de l’évolution (l’ontogenèse récapitule la phylogenèse) et qui était même hostile à l’embryologie expérimentale, Wilhelm His (1831-1904) en fit les frais comme le relate Gavin de Beer (1899-197219).

20Il est impossible, dans le cadre de cet exposé, d’explorer plus en détail le rapport entre embryologie et évolution, deux branches séparées du savoir biologique, mais qui sont évidemment en interaction puisque les recherches contemporaines ont mis en évidence que c’est en modifiant les gènes de développement ou leurs éléments régulateurs qu’on a le plus de chance de créer des formes héréditaires nouvelles, des monstres pour la plupart d’entre elles, mais parfois des « monstres porteurs d’espoir », comme le disait Richard Goldschmidt (1878-1958), un des initiateurs de la théorie saltatoire plus tard développée et/ou popularisée par Niles Eldredge (1943-) et Stephen J. Gould (1941-2002). On se rappelle que Darwin était adepte de l’adage « la nature ne fait pas de sauts », ce qui n’était pas le cas de Thomas Henry Huxley (1825-1895), qui voyait là un obstacle inutile à la théorie darwinienne. On sait aussi que les tenants de la théorie synthétique de l’évolution, dont Ernst Mayr (1904-2005), étaient hostiles à l’idée de sauts évolutifs et que Goldschmidt, comme Ivan Schmalhausen (1884-1963), furent longuement moqués jusqu’à ce que la théorie saltatoire soit finalement acceptée. Une petite incise qu’on me pardonnera, car elle souligne que, même dans les sciences exactes, il y a des confits théoriques, on peut s’en réjouir.

21Mais pour revenir à l’imbroglio entre expérimentalisme de type bernardien, évolution et embryologie, qui se trouve peut-être au cœur du débat de ces deux journées sur Darwin au Collège de France, il est impossible de ne pas brièvement discuter de la position de Ernst Haeckel, je le répète, introducteur du darwinisme en Allemagne, dont il sera question ci-dessous. Malgré l’admiration que l’on peut avoir pour le grand homme, on doit admettre qu’il n’a pas contribué à faire entrer le développement et donc, on le verra dans un instant, l’évolution, dans le champ expérimental. Ce qui m’amène à introduire sa loi de la récapitulation, qui stipule non seulement que l’ontogenèse récapitule la phylogenèse, mais aussi que toute nouveauté évolutive est une addition et intervient en fin de chaîne dans la série ontogénique comme dans la série phylogénique. Cela est évidemment faux puisque plus une mutation développementale se produit tôt, plus elle a de chances d’avoir des effets importants, monstrueux dirions-nous avec Richard Goldschmidt. Cette idée est aussi en contradiction avec le concept important de néoténie et je vous invite à lire Embryos and Ancestors, faute de pouvoir développer ce point ici.

22Le problème n’est pas que Haeckel aurait commis une erreur théorique, c’est plutôt que, dans cette conception, l’ontogenèse se résume à n’être qu’une preuve de la phylogenèse. Et comme asseoir la théorie darwinienne était une urgence, et, dans le cas de Haeckel, une double urgence scientifique et idéologique vu sa haine du religieux, c’eut été perdre un temps précieux que de quitter le champ du descriptif pour passer à des approches expérimentales. C’est ce qui a amené Haeckel à s’opposer de façon brutale à l’embryologie expérimentale et à tenter de maintenir la science du développement dans « l’ornière anatomique », pour reprendre les termes de Claude Bernard lorsqu’il discute de la place de Bichat dans l’histoire de la physiologie. Citons de Beer pour illustrer :

  • 20 G. de Beer, Embryos and Ancestors, op. cit.

Il n’est pas exagéré de dire que la théorie de la récapitulation de Haeckel, bien qu’ayant pu stimuler la recherche dans le domaine du développement de nombreux animaux, a cependant contrecarré et retardé l’introduction de la méthode analytique et causale en embryologie. Par exemple quand Wilhelm His essaya d’analyser les processus ontogénétiques en les divisant en éléments plus simples tels que croissance, extension, adhésion, perforations, etc., Haeckel le ridiculisa20.

23Cette discipline se développa donc tardivement, en Allemagne néanmoins, grâce à Wilhelm Roux (1850-1924) et de très nombreux savants qui participèrent à cette aventure. Cette histoire pourrait faire l’objet d’un autre colloque même s’il faut signaler que c’est la découverte des gènes de développement et la fusion ainsi acquise entre génétique, développement et évolution qui permet aujourd’hui d’envisager une véritable théorie du vivant et de faire passer l’évolution, ou plus modestement, la création de formes animales et végétales nouvelles, dans le champ des sciences expérimentales par la création d’organismes génétiquement modifiés. Un autre fruit de cette découverte est le développement de cette discipline Évo/Dévo qui s’efforce d’unifier, sous l’égide de la génétique, les domaines jusque-là séparés du développement et de l’évolution.

  • 21 Voir le chapitre 9 sur Bergson dans ce volume (Arnaud François).
  • 22 Henri Bergson, L’Évolution créatrice (1907), Paris, PUF, 1941.

24Le temps me manque pour aborder deux points qui me tiennent à cœur et que je ne vais que signaler. Le premier est le rôle de notre collègue Henri Bergson (1859-1941), professeur de philosophie grecque et latine (1900-1904), puis de philosophie moderne (1904-1921), dans l’introduction du darwinisme en France21. Il est de bon ton, au nom d’une opposition au vitalisme sans nuance, de prendre à la légère les réflexions du philosophe sur le darwinisme. Il suffit cependant de lire L’Évolution créatrice22 et de constater ce que Georges Canguilhem (1904-1995) doit à cette lecture dans son analyse de Darwin, pour comprendre que Bergson a mis le doigt là où ça fait mal chez les mécaniciens, en renvoyant le finalisme dans leur camp et en défendant l’idée d’une évolution sans fin et sans finalité. Je me suis déjà exprimé sur ce point et je me contenterai simplement de répéter que ce n’est pas parce que le vivant est matériel que la biologie est une branche de la physique ou de la chimie. Ce serait là confondre l’objet au sens matériel du terme et l’objet scientifique qui est composé de l’objet et de la théorie qui l’entoure.

  • 23 C. Bernard, Principes de médecine expérimentale, op. cit.

25Dans le cas du vivant, cette théorie doit rendre compte de ce qui est « spécial au vivant », comme disait Claude Bernard, en particulier en ce qui concerne les problèmes de développement, de génique, d’évolution et, pour ce faire, la description n’est pas suffisante, il faut aussi être capable de construire un cadre théorique adapté. Par exemple, la simple description des formes animales et végétales, même armée de l’idée d’évolution, ne permet pas de construire une théorie. Ce qui rend la théorie darwinienne scientifique, c’est le mécanisme proposé de la survie du mieux adapté, la sélection s’opérant au niveau des individus. Même si les preuves expérimentales manquent, au sens bernardien ou néo-lamarckien (ce n’est pas la même chose, nous venons de le voir). En effet, l’expérimentation darwinienne est faite par les éleveurs et les agriculteurs quand ils sélectionnent progressivement et au fil des croisements les animaux et les végétaux les mieux adaptés à leurs besoins. On en a vu les conséquences sur l’acceptation du darwinisme en France, qui reste pour les expérimentateurs en laboratoire, là où règne le déterminisme à l’étape métaphysique de l’histoire des sciences, l’âge positif devant venir avec une expérimentation digne de ce nom, qu’on se rappelle le « j’admets volontiers… » des Principes de médecine expérimentale23.

  • 24 A. Prochiantz, Qu’est-ce que le vivant ?, Paris, Seuil, 2012.

26Mais qui dit « âge positif », pense aussi mathématisation du monde dans la tradition galiléenne du « grand livre de la nature écrit en langage mathématique ». Pas plus qu’il ne s’agit de rejeter l’utilisation, dans l’étude du vivant, des outils et des concepts de la physique et de la chimie, pas plus il ne s’agit de faire sortir les mathématiques des études sur le vivant. Mais faire de la formalisation mathématique l’alpha et l’oméga de la scientificité est chose un peu différente. Bien entendu, sur le modèle de la physique, nous rêvons tous, nous biologistes, d’une équation qui, quand on la rééquilibre, permet de découvrir une nouvelle particule, mais cela n’est pas pour l’immédiat, et si cela arrivait un jour peut-être cela aura-t-il nécessité le développement de formes mathématiques nouvelles24.

27Ce qui ne vas pas sans soulever des interrogations sur le statut scientifique des langues naturelles. Derrière cette idée d’une mathématisation généralisée de la nature, on perçoit l’évidence d’une opposition entre langue naturelle et langue mathématique. Mais qu’est-ce qu’une langue naturelle ? Il me semble qu’on peut avancer que les langues naturelles ont leurs structures, leurs lois, et qu’elles sont des outils de la connaissance peut-être pas si éloignées des équations, sauf qu’elles semblent tellement innées que nous ne les voyons plus que sous un angle naturalisé. On peut alors se demander si des mathématiques ajustées à l’étude du vivant n’incorporeraient pas, de façon plus ou moins importante selon les branches nombreuses de la biologie, les outils logiques des langues naturelles. Après tout, Darwin nous a livré une théorie – si tel n’est pas le cas, il faudra s’avouer créationniste – entièrement écrite en langue naturelle. Et il n’est pas le seul à l’avoir fait.

28Au-delà, on doit s’interroger sur une dichotomie qui attribue aux langages mathématiques (peut-être naturels pour certains mathématiciens) la part scientifique et aux langues naturelles le secteur de la communication sociale ou de la poésie. Je connais parfaitement le danger de cette interrogation, qui n’est autre que de faire resurgir un sujet de la science, ce qui veut dire – à travers la langue naturelle – introduire de la subjectivité dans le discours scientifique, donc une intimité suspecte. Quiconque a observé un cerveau de près, connaît l’imperfection de cet organe, qui ne saurait coller, en aucun cas, au fantasme du cerveau machine. Inévitablement la langue naturelle introduit une intimité qui forme un obstacle à une analyse totalement objective. A contrario, tout moniste doit accepter l’idée que le cerveau imparfait qui est le nôtre et le sujet sont une seule et même chose (ce qui n’empêche pas d’envoyer des humains sur la lune). Il entre donc forcément, sauf à entretenir une relation paranoïaque avec le réel, une part de subjectivité dans le travail scientifique et c’est une contradiction qu’il est préférable d’affronter, même si elle dérange. Cela ne relativise pas les découvertes scientifiques mais suggère que les très grands savants, « les phares » au sens baudelairien (Darwin en fait partie), ont une relation au travail scientifique qui leur est propre, ce qui revient à l’invention d’un langage.

29Pour conclure, j’espère avoir fait valoir, sous réserve d’inventaire et de rectification évidemment, que l’obstacle au darwinisme en France procède d’un physicalisme néo-cartésien qui ouvrait une voix royale au néo-lamarckisme expérimental. Curieusement, Bernard, qui, à travers une modification du concept de milieu est à Bichat ce que Darwin est à Lamarck, était trop prisonnier du positivisme comtien pour accepter qu’une théorie portée par une science non expérimentale au sens d’expérience de laboratoire soit autre chose qu’une métaphysique. En quelque sorte, cette affaire Darwin devrait conduire à s’interroger sur le concept de preuve et sur celui de théorie.

Notes

1 Yvette Conry, L’Introduction du darwinisme en France au XIXe siècle, Paris, Vrin, 1975.

2 Charles Darwin, A Monograph of the Sub-Class Cirripedia, Londres, Ray society, 1851.

3 C. Darwin, The Descent of Man and Selection in Relation to Sex, Londres, John Murray, 1871.

4 C. Darwin, On the Origin of Species by means of Natural Selection, or the Preservation of Favoured Races in the Struggle for Life, Londres, John Murray, 1859.

5 Armand de Quatrefages, Les Émules de Darwin, Paris, Félix Alcan, 1894.

6 Denis Buican, Darwin et l’épopée de l’évolutionnisme, Paris, Perrin, 2012.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Laurent Loison, « Le projet du néo-lamarckisme français (1880-1910) », Revue d’histoire des sciences, t. 65, Paris, Armand Colin, 2012, p. 61-79.

10 S.L. Rutherford et S. Lindquist, « Hsp90 as a capacitor for morphological evolution », Nature, n° 396, 1998, p. 336-342.

11 Georges Canguilhem, La Connaissance de la vie, Paris, Vrin, 2009.

12 Léon Brillouin, Vie, matière et observation, Paris, Albin Michel, 1959.

13 Ibid.

14 Thomas Malthus, An Essay on the Principle of Population, Londres, J. Johnson, 1798.

15 Claude Bernard, Leçons sur les phénomènes communs aux animaux et aux végétaux (1878), Paris, Vrin, 1966.

16 Alain Prochiantz, Claude Bernard, la révolution physiologique, Paris, PUF, 1990.

17 C. Bernard, Principes de médecine expérimentale, Paris, PUF, 1947.

18 C. Bernard, Cahier de notes 1850-1860, Paris, Gallimard, 1965.

19 Gavin de Beer, Embryos and Ancestors (1940), Oxford, Clarendon Press, 1958. Voir le chapitre 8 sur Ernst Haeckel dans ce volume (Laura Bossi).

20 G. de Beer, Embryos and Ancestors, op. cit.

21 Voir le chapitre 9 sur Bergson dans ce volume (Arnaud François).

22 Henri Bergson, L’Évolution créatrice (1907), Paris, PUF, 1941.

23 C. Bernard, Principes de médecine expérimentale, op. cit.

24 A. Prochiantz, Qu’est-ce que le vivant ?, Paris, Seuil, 2012.

Auteur

© Collège de France, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search