Version classiqueVersion mobile

Droit, culture et société de la Rome antique

 | 
Dario Mantovani

Introduction

Jean-Pierre Brun

Texte intégral

1Monsieur l’Administrateur,
Mes chers collègues,
Mesdames et messieurs,

2Le Collège de France s’est donné pour règle ne pas reconduire des chaires sur les mêmes thématiques afin de laisser librement s’exprimer toutes les dynamiques nouvelles de recherche. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de continuités sur la longue durée. Parmi ces constantes, l’une tient une grande place : l’étude de l’histoire de Rome, de la République à l’Empire. Car, à bien des égards, nous sommes les héritiers de la Rome antique : nous habitons les villes que les Romains ont fondées, nous roulons encore sur certaines de leurs routes, nos paysages notamment viticoles remontent à leurs défrichements et aux choix agricoles dictés par leur culture maturée dans la péninsule italienne, notre économie touristique dépend encore en partie de leurs réalisations monumentales, nous parlons des langues qui dérivent du latin et nos cadres mentaux et juridiques sont fondés sur les concepts qu’ils ont dégagés et codifiés. Le projet même d’une unité politique de l’Europe est soutenu par l’extraordinaire réussite que fut un Empire qui unifia les rivages de la Méditerranée et ceux de la Bretagne durant un demi-millénaire. Même si les évolutions récentes nous éloignent quelque peu de cet héritage, Rome reste au cœur de notre civilisation, et il convient de l’étudier sans relâche pour comprendre des traits fondamentaux de nos comportements et de nos cadres de pensée.

3L’héritage le plus remarquable est certainement la capacité de la culture romaine à imposer des structures et des cadres mentaux et organisationnels sur ce que les Romains considéraient, et que pour une part nous continuons de considérer, comme l’étrange chaos des cultures et des coutumes. Quelque fut l’objet qu’ils envisageaient – le monde barbare, la géographie, les relations humaines –, ils œuvraient d’abord à l’organisation intellectuelle de leurs observations en appliquant leur grille de lecture, puis ils y imprimaient leur ordre et leurs valeurs, notamment sur le plan de l’organisation politique et sociale, dont le droit est la codification fixée par écrit. C’est pourquoi le Collège de France a décidé de maintenir vivante une chaire d’étude de la civilisation romaine s’inscrivant dans la tradition de notre institution qui enseigne le latin quasiment depuis ses origines, puisque Barthélemy Masson fut lecteur royal d’« éloquence latine dès 1534. La chaire de latin, qui par nature incluait les aspects institutionnels et culturels de la civilisation romaine, s’est perpétuée au fil des siècles, élargissant son propos jusqu’à englober l’histoire de la littérature latine, illustrée entre autres par Paul Monceaux entre 1907 et 1934. Ces chaires furent bientôt flanquées de chaires d’épigraphie latine et de civilisation romaine tenues par René Cagnat (1887-1930), Eugène Albertini (1932-1941), André Piganiol (1942-1954) et Jean Gagé (1955-1972). Toutefois, il n’y a jamais eu de chaire de droit romain à proprement parler ; certes, le droit canon a été enseigné au xviie siècle et, au xixe siècle, Édouard Laboulaye (1849-1883) fut un bon spécialiste du droit romain, mais ce dernier n’envisageait pas son étude comme une source de l’histoire ancienne ou comme une approche nouvelle de la romanité.

  • 1 Paul Veyne, Histoire de Rome, leçon inaugurale prononcée le vendredi 5 mars 1976, Collège de Franc (...)

4L’élection du professeur Dario Mantovani sur une chaire intitulée « Droit, culture et société de la Rome antique » doit donc être replacée dans deux filiations. D’une part, son élection s’inscrit dans la tradition de la venue à Paris de savants italiens, dès la Renaissance et les origines de notre institution, et vise à renouveler nos approches scientifiques ou littéraires par un autre regard, transalpin en quelque sorte. D’autre part, et plus près de nous, cette nouvelle chaire se situe dans le sillage de celle de Paul Marie Veyne, qui enseigna l’histoire de Rome ici même de 1975 à 1999. De sa leçon inaugurale, j’extrais une seule phrase : « […] il s’agit de conceptualiser, par simple curiosité d’ordre ethnographique ou sociologique, l’histoire d’un vieil empire dont les décombres principaux ont pour nom le Digeste ou ce Dante en deux personnes que furent Lucrèce et Virgile1 ».

5Le mot est lâché : le Digeste, la compilation du droit romain qui nous est parvenue quasiment intacte alors que presque toutes les archives du vieil Empire ont disparu. En effet, comment exercer aujourd’hui le métier d’historien de la Rome antique ? Notre corpus de documents écrits s’accroît peu, presque uniquement grâce aux inscriptions et aux papyrus égyptiens. Il faut alors revenir vers ce corpus très vaste des lois et des décisions juridiques qui nous sont parvenues par des recueils établis sur l’ordre de l’empereur Justinien, régnant à Byzance entre 527 et 565. Parmi les recueils réalisés entre 528 et 534, on trouve, à côté de celui des lois appelé Code justinien, celui des décisions et commentaires des juristes romains concernant le droit privé et le droit pénal, que l’on nomme le Digeste.

6Cet ensemble de textes a déjà été exploité de diverses manières par les historiens modernes. En extraire une histoire renouvelée suppose de varier les questionnements. Il s’agit d’examiner l’histoire de Rome par le prisme du droit romain, qui résulte de l’application de cadres de pensée structurés au chaos des relations humaines à l’intérieur d’une société qui était déjà très complexe : par la stratification des lois et des pratiques, certaines remontant aux Douze tables (vers le milieu du ve siècle avant J.-C.), voire aux rois étrusques du vie siècle, par la juxtaposition des statuts juridiques (libres, esclaves, affranchis/citoyens romains ou pérégrins/sénateurs, chevaliers, curiales et plébéiens, honestiores/humiliores), par la dynamique socio-économique qui portait certains membres des classes inférieures à s’enrichir et à aspirer à une ascension dans la hiérarchie sociale, et par la diversité ethnique et culturelle qu’il fallait prendre en compte pour mieux l’encadrer et la contenir, voire l’intégrer.

  • 2 « Rediscovering the Hidden Structure. A New Appreciation of Juristic Texts and Patterns of Thought (...)

7Interroger le Digeste de la sorte, c’est ce qu’a fait Dario Mantovani durant les trente dernières années, d’abord à l’université de Parme, puis à l’université de Pavie, où il a occupé la chaire de Droit romain. À ce poste, il a fondé en 2002 le Cedant – Centre des études et de la recherche sur les droits antiques (Centro studi e ricerche sui diritti antichi) –, qui offre chaque année à de jeunes juristes venus de l’Europe entière la possibilité de recevoir une formation de haut niveau et de s’initier à la recherche ainsi qu’à sa publication, sous le patronage de chercheurs aguerris. Dario Mantovani a obtenu une subvention du Conseil européen de la recherche (ERC Advanced Grant) pour le projet Redhis2. Il s’agit d’un vaste projet collectif qui étudie l’influence des œuvres des juristes romains dans l’élaboration du droit au cours de l’Antiquité tardive.

8De la position qu’il occupe, le professeur Dario Mantovani interroge donc le Digeste sur sa composition, sur les rédacteurs des arrêts juridiques, sur leurs origines familiales, leur formation, leur carrière, leur langue, et il en extrait des vues nouvelles sur la société romaine du début du Ier millénaire. Le droit romain reflète en effet les cadres sociaux, religieux et statutaires hérités de la République et leur évolution en fonction des forces économiques, militaires, religieuses et sociales qui ont affecté l’Empire durant les cinq premiers siècles de notre ère. Les cadres mentaux que le droit romain nous a transmis ont eu une influence profonde sur l’évolution de nos sociétés du Moyen Âge à la période contemporaine. L’approfondissement des connaissances sur cet héritage est donc indispensable à toute appréciation critique du fonctionnement des pouvoirs politiques et judiciaires de la société contemporaine européenne. C’est ce qui manifeste la modernité de l’approche de l’histoire romaine par les sources juridiques que nous propose Dario Mantovani.

Notes

1 Paul Veyne, Histoire de Rome, leçon inaugurale prononcée le vendredi 5 mars 1976, Collège de France, 1976, p. 9.

2 « Rediscovering the Hidden Structure. A New Appreciation of Juristic Texts and Patterns of Thought in Late Antiquity » [Redécouvrir la structure cachée. Une nouvelle approche des textes juridiques et des cadres de pensée de l’Antiquité tardive], ERC Advanced Grant, 2014-2020 : http://redhis.unipv.it.

Auteur

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Techniques et économies de la Méditerranée antique

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search