Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Temple de Bona Dea (V, X, 2)

Texte intégral

1Le sanctuaire de Bona Dea, situé au sud de la ville, à l’est de la Via degli Augustali, a été fouillé dans les années 1938-1942 et quelques tranchées y ont ensuite été pratiquées par Floriani Squarciapino, entre 1959 et 1970 (fig. 3, 4, 6 ; Top. gen. 1953, 119 ; Floriani Squarciapino in FA 12, 1959, 278 n° 4238 ; Floriani Squarciapino 1959-1960, 93-95 ; Meiggs 1973, 352 ; von Sydow 1976, 394-395 ; Brouwer 1989, 425-427 ; Ricciardi, Scrinari 1996 I, 63, n° 53 ; Zevi 1997, 443-452, fig. 4 ; Rieger 2004, 238-239 ; Steuernagel 2004, 69-70, 78, 90, 114, 151 ; Ep. lat. 2006, 110-115, n° 17-18 ; Falzone 2006, 405-445 ; Pavolini 2006, 231 ; Pensabene 2007, 182-184 ; Ep. lat. 2010, 121-122, n° 20.1 et 20.2 ; Boos 2011, 71-72). Ces fouilles sont restées presque inédites, à part quelques brèves notices, jusqu’à ce que Falzone et Medri (Falzone 2006 ; Medri, Falzone et al. 2017 ; Medri, Falzone 2018) reprennent le dossier, en proposant une interprétation solidement argumentée des différentes phases du sanctuaire.

Fig. 3

Fig. 3

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, sous la République (d’après Tog. gen. 1953, fig. 29)

© DR

Fig. 4

Fig. 4

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, d’Auguste à la fin de l’époque flavienne (d’après Tog. gen. 1953, fig. 30)

© DR

Fig. 6

Fig. 6

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s. : 1. Capitole d’époque hadrienne ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire

© DR

2Pensabene et Gallochio (2018, 70) ont relevé que le quartier résidentiel autour du sanctuaire lui est vraisemblablement antérieur, dans la mesure où le terrain réduit et irrégulier de l’aire sacrée correspond à un espace resté libre entre les grandes domus de cette zone (fig. 228). Ainsi, suggèrent-ils, ce terrain pourrait avoir été donné par un membre, peut-être féminin, d’une des grandes familles propriétaires de ces domus.

Fig. 228

Fig. 228

Plan du quartier où prend place le temple de Bona Dea (V, X, 2b ; Top. gen. 1953)

© DR

3Il s’agit très vraisemblablement d’un lieu de culte public, comme le laisse supposer sa longévité, depuis l’époque républicaine jusqu’au ive s. (contra Brouwer 1989, 425-426, qui brandit l’argument du silence : l’absence complète de dédicace officielle implique, selon lui, que le sanctuaire n’appartenait pas au culte public. L’argument est fragile et contestable au vu d’autres temples manifestement publics d’Ostie, pour lesquels on manque de dédicace officielle, à commencer par le Capitole ; voir fiche).

4Le sanctuaire était dédié à Bona Dea, comme l’indiquent plusieurs inscriptions qui y furent découvertes. Il occupe une aire trapézoïdale, entourée d’un haut mur d’enceinte et comporte un temple à pronaos ainsi qu’une cour à portique, avec un autel et un puits et des pièces annexes qui y furent ajoutées. Ce plan fut respecté lors des différentes phases de constructions et reconstructions, même si la superficie du sanctuaire fut réduite.

Sources épigraphiques

5CIL I², 3025 ; Cébeillac-Gervasoni 1973 ; AE 1973, 127 ; Zevi 1997, 440-447 ; Cébeillac-Gervasoni 2004, 75-81 ; Ep. lat. 2006, 110-112, n° 17 ; Ep. lat. 2010, 121-122 (avec la bibliographie antérieure) (fig. 229).

Fig. 229

Fig. 229

Inscription d’Octavie, femme de Gamala (© Corpus Inscriptionum Latinarum)

© DR

6Bloc de travertin (34 × 61,5 cm), trouvé dans le sanctuaire, en remploi dans une pièce adjacente au temple, à un niveau d’époque impériale. Traces de rubrication.

Octauia M(arci) f(ilia) Gamalâe (ou Gamalai) (scil. uxor)
portic(um) poliend(am)
et sedeilia faciun(da)
et culina(m) tegend(am)
D(eae) B(onae) curauit.

« Octavia, fille de Marcus, épouse de Gamala, s’est chargée de faire stuquer le portique, fabriquer des banquettes et mettre un toit à la cuisine (du sanctuaire dédié) à la Bona Dea » (trad. Ep. lat. 2006, 111).

7Le nom du mari figure en lettres plus petites à la fin de la première ligne, peut-être a-t-il été ajouté après le mariage.

8Datation : la datation de l’inscription a été influencée par la chronologie de la carrière de Gamala senior, supposé être le mari d’Octavia. Elle a donc d’abord été datée de la première moitié du ier s. av. n.è. (Cébeillac-Gervasoni 2004, 79 situe le document entre 80 et 50 et penche plus précisément pour les années 70-60). La réévaluation de la chronologie de Gamala (voir fiche Ostia. Aire sacrée des quatre petits temples) invite désormais à situer cette inscription vers le milieu du ier s. av. n.è.

9Licordari 1984, 351, n° 6 ; Golda 1997, 115-116 n° I, 2 ; Zevi 1997, 448-452 ; AE 2005, 304 ; Ep. lat. 2006, 112, n° 18, 1 ; Ep. lat. 2010, 122-125, n° 20.2.1 (avec la bibliographie antérieure) ; EDR105755 (Maria Letizia Caldelli)

10Margelle de puits, en travertin (haut. 80 ; diam. 69 cm), retrouvée in situ dans la cour devant le temple.

Terentia A(uli) f(ilia), Clu(u)i (scil. uxor), Bonae Deae.

« Terentia, fille d’Aulus, épouse de Cluvius, (a fait don de cette margelle de puits) à la Bona Dea » (trad. Ep. lat. 2006, 112, n° 18, 1).

11Datation : époque augustéenne (Terentia fait don d’une crypte et d’un calchidicium à Ostie, au début de notre ère).

12AE 1961, 45 ; Brouwer 1989, 67-68, n° 60 (fig. 230)

Fig. 230

Fig. 230

Inscription de Valeria Hetaera

© DR

13Inscription sur petit cippe, retrouvé dans la cour du sanctuaire.

Valeria Hetaera
dat Bon(ae) Deae
Opiferae sacr(um).

« Valeria Hetaera donne cette chose qu’elle consacre à Bona Dea Opifera ».

14Datation : époque augustéenne.

Sources archéologiques

15Les structures du sanctuaire ont été récemment décrites et analysées par Falzone et Medri (Falzone 2006 ; Medri, Falzone et al. 2017 ; Medri, Falzone 2018). La description qui suit leur est empruntée ; on consultera leurs études pour plus de détails.

16Des murs en opus incertum de tuf aperçus lors des fouilles pourraient appartenir à une première phase du sanctuaire. Ils semblent se rapporter au mur d’enceinte de l’aire sacrée et remonteraient, selon Meiggs (1973, 352), au début du iie s. av. n.è. : cette datation semble trop haute (Zevi 1997, 444-445 ; Falzone 2006, 411 suggère l’époque républicaine tardive, « I secolo a.C. ? » ; Medri, Falzone 2018, 56 évoquent le iie s. av. n.è.). Le puits du sanctuaire (qui sera doté d’une margelle offerte par Terentia, à l’époque augustéenne ; voir supra) remonte vraisemblablement aussi à cette période (Ricciardi, Scrinari 1996 I, 63, n° 53 ; Medri, Falzone et al. 2017, 5, fig. 3 ; Medri, Falzone 2018, 56, fig. 231, n° 1).

17Une restauration du mur d’enceinte sud, en opus latericium, a lieu au début du ier s. av. n.è. (phase 2 de Medri, Falzone 2018, 56 ; la datation est basée sur la technique de construction du mur ; fig. 231, n° 2).

18Une première reconstruction – ou un réaménagement – de l’édifice semble avoir lieu, dans la première moitié du ier s. (Zevi 1997, 446-448 ; Steuernagel 2004, 69-70 ; Falzone 2006, 411-413 ; phase 3 de Medri, Falzone 2018, 56 ; fig. 231, n° 3) ou plutôt vers le milieu du ier s. av. n.è. (si on tient compte de la chronologie revue de la carrière de Gamala, voir supra).

Fig. 231

Fig. 231

Plan et phases du sanctuaire (Medri, Falzone 2018, fig. 1) : 1) fase 1, II secolo a.C.; 2) fase 2, ante inizio I a.C.; 3) fase 3, inizio I a.C.; 4) fase 4 a-b, epoca augustea /giulio-claudia; 5) fase 5, epoca neroniano-flavia; 6) fase 6 a-b, post 90-120 d.C., corrispondente alla fase 1b delle Terme del Nuotatore; 7) fase 7, età adrianeo-antonina, corrispondente alla fase 2 delle Terme del Nuotatore; 8) fase 8, post II d.C., ante IV d.C.

© DR

19Cette phase est attestée par l’inscription d’Octavia, trouvée en remploi dans une pièce adjacente du temple, à un niveau d’époque impériale (voir supra). Octavia, épouse d’un Gamala qui a été identifié avec le donateur des Quattro tempietti (voir fiche Ostia. Aire sacrée des quatre petits temples), fait alors stuquer un portique, construire des banquettes et couvrir une cuisine. D’après le texte, celle-ci ne semble pas participer à l’édification même du temple mais à celle d’espaces qui s’y rapportent directement. Dans l’état actuel de nos connaissances, il n’est pas possible de préciser si son action est liée à la (re)construction même du sanctuaire ou à un aménagement de celui-ci (Brouwer 1989, 425-426, Steuernagel 2004, 70 et Medri, Falzone 2018, 56 penchent en faveur de la dernière hypothèse ; Zevi 1997, 446-447 et Falzone 2006, 411 ne tranchent pas). De cette phase, il n’est pas possible de proposer un plan précis : seuls quelques murs en opus reticulatum s’y rapportent (Falzone 2006, 412, fig. 3 et 4 ; Medri, Falzone et al. 2017, 6-8 ; Medri, Falzone 2018, 56). Le niveau du pavement se situe alors à 82-88 cm au-dessus du niveau de la mer et correspond au niveau de pose des autels les plus anciens.

20Le sanctuaire fait ensuite l’objet d’une reconstruction totale qui oblitère presque complètement les structures antérieures (Zevi 1997, 444, n. 21, 449 ; Steuernagel 2004, 78-79 ; Falzone 2006, 413-417 ; fig. 5-9 ; Medri, Falzone 2018, 57 [fig. 231, n° 4]). Contrairement aux hypothèses défendues par Coarelli (2000, 91-92 ; Id. 2004, 90-91), ces structures ne peuvent être antérieures à l’époque augustéenne : l’opus reticulatum des murs tout comme la décoration pariétale de troisième style du temple permettent de dater cette phase du premier quart du ier s. de n.è. (Falzone 2006, 413-417, 422 ; Medri, Falzone 2018, 57, 59).

Fig. 231

Fig. 231

Plan et phases du sanctuaire (Medri, Falzone 2018, fig. 1) : 1) fase 1, II secolo a.C.; 2) fase 2, ante inizio I a.C.; 3) fase 3, inizio I a.C.; 4) fase 4 a-b, epoca augustea /giulio-claudia; 5) fase 5, epoca neroniano-flavia; 6) fase 6 a-b, post 90-120 d.C., corrispondente alla fase 1b delle Terme del Nuotatore; 7) fase 7, età adrianeo-antonina, corrispondente alla fase 2 delle Terme del Nuotatore; 8) fase 8, post II d.C., ante IV d.C.

© DR

21L’aire de culte trapézoïdale est ceinte d’un haut mur en opus reticulatum. On y accède par un corridor longeant le mur d’enceinte au nord du temple, avant de rejoindre la cour. La cour est pourvue d’un pavement en opus spicatum, légèrement rehaussé par rapport aux phases antérieures (à 1,08 m au-dessus du niveau de la mer).

22Au nord est édifié un temple en opus reticulatum, prostyle tétrastyle, sans podium (6,80 × 10,50 m). Le sol de la cella était revêtu d’un pavement en opus sectile de marbre, avec plaques triangulaires formant un motif de clepsydre dont subsistent de rares fragments et les empreintes de celles qui furent récupérées par la suite ; ses parois sont couvertes de fresques du troisième style représentant « un socle de paroi à fond noir, rythmée par des encadrements géométriques, à l’intérieur desquels sont placés des natures mortes, des figures féminines volantes et des masques dionysiaques ; un petit fragment conservé de la décoration supérieure suggère la présence d’une zone médiane à fond rouge avec colonnes jaunes » (Falzone 2006, 431 ; Medri, Falzone 2018, 59 fig. 232).

Fig. 232

Fig. 232

Peinture de la cella du temple, attribuable à la phase IV (Medri, Falzone 2018, fig. 4)

© DR

23Un autel se dresse devant le temple, à peu près dans l’axe. C’est également à cette phase que sont attribuables le petit cippe dédié à Bona Dea Opifera par Valeria Hetaera et la margelle du puits offertes par Terentia (voir supra ; Medri, Falzone 2018, 57). Cette dernière est connue par ailleurs à Ostie pour avoir offert à la cité une crypta et un calchidicium (Ep. lat. 2010, 122-125, n° 20.2), au début de notre ère. Comme à l’époque antérieure, le sanctuaire bénéficie ainsi d’évergésies accomplies par une dame vraisemblablement liée aux cercles dirigeants de la cité (Zevi 1997, 443-452). La générosité et la richesse de Terentia pourraient laisser supposer qu’elle intervint plus largement dans la réfection du temple mais aucun indice ne permet d’appuyer cette hypothèse suggestive (Zevi 1997, 449). Des vasques étaient peut-être présentes dans la cour, dès cette phase.

24La pièce au sud du temple pourrait être identifiée à une nouvelle cuisine, remplaçant celle offerte par Octavie.

25Durant la phase suivante (phase 5 de Medri, Falzone 2018, 57), datée de l’époque néronienne ou flavienne, l’accès au sanctuaire est réaménagé, afin d’adapter le corridor au rehaussement de niveau de la rue, alors que le niveau de l’aire sacrée reste inchangé (le corridor devient en quelque sorte une rampe d’accès). La décoration pariétale de quatrième style du mur d’enceinte est également attribuée à cette phase (Falzone 2006, fig. 12 et 13 ; Medri, Falzone 2018, 61 ; fig. 231, n° 5).

26La construction des thermes du nageur au sud-est du sanctuaire, autour de 85-90, a pour conséquence une réduction de sa superficie. Une portion de terrain est en effet retranchée au sud-ouest de l’aire sacrée, afin d’y aménager un corridor permettant un accès aux thermes depuis la Via degli Augustali (voir déjà Floriani Squarciapino 1959-1960, 95 ; Falzone 2006, 418-419 ; Medri, Falzone 2018, 57 [phase 6], fig. 231, n° 6). Ce corridor est rythmé de petits escaliers afin d’assurer le passage entre les niveaux de sol différents : 2,08 s.l.m. pour les thermes ; 1,08 pour le sanctuaire, 2,02 pour la Via degli Augustali. Ce réaménagement impliqua vraisemblablement la destruction de la pièce identifiée à une cuisine. Il n’est pas certain qu’ait déjà existé, durant cette phase, un passage entre le corridor d’accès aux thermes et l’intérieur du sanctuaire.

27De nombreux changements affectent l’aire sacrée, au moment de la deuxième phase des thermes voisins (à l’époque antonine, sous Hadrien ou Antonin) (Medri, Falzone 2018, 58 [phase 7]). Un portique est construit sur trois côtés (son pavement est à 1,80 m au-dessus du niveau de la mer) ; la cour centrale est également rehaussée (1,71 m au-dessus du niveau de la mer) ; un nouvel autel est installé au même endroit que le précédent ; le puits est reconstruit ; deux bassins rectangulaires sont aménagés dans la cour ; la rampe d’accès au sanctuaire et le corridor reliant la Via degli Augustali aux thermes sont rehaussés, tout comme le niveau de la cella du temple et des pièces qui le jouxtent. Le rehaussement du niveau de sol de la cella impliqua la fermeture des fenêtres désormais trop basses et une nouvelle toiture (peut-être est-ce pour cette raison que les intercolonnements du pronaos furent fermés). La décoration pariétale de la cella et du pronaos fut entièrement refaite (Medri, Falzone 2018, 62 ; fig. 231, n° 7).

28Seules de légères modifications sont perceptibles entre la fin du iie et le début du ive s., telle que la transformation du portique dans lequel sont aménagés de petits espaces (Medri, Falzone 2018, 58 [phase 8] ; fig. 231, n° 8).

Fig. 231

Fig. 231

Plan et phases du sanctuaire (Medri, Falzone 2018, fig. 1) : 1) fase 1, II secolo a.C.; 2) fase 2, ante inizio I a.C.; 3) fase 3, inizio I a.C.; 4) fase 4 a-b, epoca augustea /giulio-claudia; 5) fase 5, epoca neroniano-flavia; 6) fase 6 a-b, post 90-120 d.C., corrispondente alla fase 1b delle Terme del Nuotatore; 7) fase 7, età adrianeo-antonina, corrispondente alla fase 2 delle Terme del Nuotatore; 8) fase 8, post II d.C., ante IV d.C.

© DR

29Selon Floriani Squarciapino (1959-1960, 95), le sanctuaire perdura jusqu’à la fin du ive s. Quoi qu’il en soit, il est détruit par la construction de deux égouts reliés au réseau disposé sous le dernier niveau du basalte de la Via degli Augustali, situé à 2,98 m au-dessus de celui de la mer.

Bibliographie

  

Boos 2011 : M. Boos, heiligtümer römischer Bürgerkolonien. Archäologische Untersuchungen zur sakralen Ausstattung republikanischer coloniae civium Romanorum, Rahden/Westfalen 2011 (Internationale Archäologie, 119)

Brouwer 1989 : H.H.J. Brouwer, Bona Dea. The Sources and a Description of the Cult, Leiden 1989 (EPRO, 110).

Cébeillac-Gervasoni 1973 : M. Cébeillac-Gervasoni, « Octavie, épouse de Gamala, et la Bona Dea », MEFRA, 85, 1973, 517-553.

Cébeillac-Gervasoni 2004 : M. Cébeillac-Gervasoni, « La dedica a Bona Dea da parte di Ottavia, moglie di Gamala », in Ostia, Cicero, Gamala, 2004, 75-81.

Coarelli 2000 : F. Coarelli, « L’inizio dell’opus testaceum a Roma e nell’Italia romana », in La brique antique et médiévale. Production et commercialisation d’un matériau, Rome 2000, 87-95 (Coll. EFR, 272).

Ep. lat. 2006 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigraphie latine, Paris, 2006.

Ep. lat. 2010 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina : Ostia, cento iscrizioni in contesto, Roma 2010.

Falzone 2006 : S. Falzone, « Le pitture del santuario della Bona Dea ad Ostia (V, X, 2) », in ArchCl, 57, 2006, 405-444.

Floriani Squarciapino 1959-1960 : M. Floriani Squarciapino, « Un nuovo santuario della Bona Dea ad Ostia », in RPAA, 32, 1959-1960, 93-95.

Golda 1997 : T.M. Golda, Puteale und verwandte Monumente. Eine Studie zum römischen Ausstattungsluxus, Mainz 1997.

Licordari 1984 : A. Licordari, « In margine ai Fasti ostienses », in ArchCl 36, 1984, 347-352.

Medri, Falzone 2018 : M. Medri, S. Falzone, « Il santuario di Bona Dea (V, × 2) : fasi costruttive, relazioni con il quartiere e decorazione pittorica », in Ostia Antica. Nouvelles études, 2018, 53-64.

Medri, Falzone et al. 2017 : M. Medri, S. Falzone, M. Lo Blundo, S. Calvigioni, « Le fasi costruttive del Santuario di Bona Dea (V, X, 2). Relazione sulle indagini svolte negli anni 2012-2013 », in FastiOnlineDocuments&Research, 2017, http ://www.fastionline.org/docs/FOLDER-it-2017-375.pdf (consulté le 18 avril 2018).

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Pensabene 2007 : P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

Pensabene, Gallochio 2018 : P. Pensabene, E. Gallochio, « Il quartiere intorno al Caseggiato di Temistocle : viabilità, lottizzazioni, trasformazioni », in Ostia Antica. Nouvelles études, 2018, 65-74.

Ricciardi, Scrinari 1996 : M.A. Ricciardi, V.S.M. Scrinari, La civiltà dell’acqua in Ostia Antica, Rome 1996.

Rieger 2004 : A.K. Rieger, Heiligtümer in Ostia, Münich 2004.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Top. gen. 1953 : G. Calza, G. Becatti, I. Gismondi, G. De Angelis d’Ossat, H. Bloch, Topografia Generale, Roma 1953 (Scavi di Ostia, 1).

Sydow 1976 : W. von Sydow, « Funde und Grabungen in Latium und Ostia 1957-1975 », in AA, 1976, 340-415.

Zevi 1997a : F. Zevi, « Culti 'Claudii' a Ostia e a Roma: qualche osservazione », ArchCl, 49, 1997, 435-471.

Table des illustrations

Titre Fig. 3
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, sous la République (d’après Tog. gen. 1953, fig. 29)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6979/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 4
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, d’Auguste à la fin de l’époque flavienne (d’après Tog. gen. 1953, fig. 30)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6979/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 6
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s. : 1. Capitole d’époque hadrienne ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6979/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 228
Légende Plan du quartier où prend place le temple de Bona Dea (V, X, 2b ; Top. gen. 1953)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6979/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 229
Légende Inscription d’Octavie, femme de Gamala (© Corpus Inscriptionum Latinarum)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6979/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 230
Légende Inscription de Valeria Hetaera
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6979/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 231
Légende Plan et phases du sanctuaire (Medri, Falzone 2018, fig. 1) : 1) fase 1, II secolo a.C.; 2) fase 2, ante inizio I a.C.; 3) fase 3, inizio I a.C.; 4) fase 4 a-b, epoca augustea /giulio-claudia; 5) fase 5, epoca neroniano-flavia; 6) fase 6 a-b, post 90-120 d.C., corrispondente alla fase 1b delle Terme del Nuotatore; 7) fase 7, età adrianeo-antonina, corrispondente alla fase 2 delle Terme del Nuotatore; 8) fase 8, post II d.C., ante IV d.C.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6979/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Titre Fig. 232
Légende Peinture de la cella du temple, attribuable à la phase IV (Medri, Falzone 2018, fig. 4)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6979/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter