Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Aire sacrée de la Via della Foce (I, XV)

Texte intégral

1Les fouilles de 1938 mettent au jour, à l’ouest du castrum républicain et au nord de la Via della Foce, une vaste aire sacrée républicaine, de forme trapézoïdale, comprenant trois temples républicains, généralement désignés comme temple d’Hercule, temple tétrastyle, temple de l’autel rond, et une salle d’époque impériale contenant quatre autels de tuf républicains (fig. 3, 4, 6 [n° 4], 58). Depuis, quelques sondages ont été effectués dans et autour du temple de l’autel rond (Zevi 1969-1970) ; plusieurs articles ont été publiés mais manque encore une publication détaillée de l’aire sacrée (Calza 1938, 606-607 ; Calza 1938-1939, 388-390 ; Horn 1938, 656-658 ; Top. gen. 1953, 106-107 ; Zevi 1969-1970 ; Mar 1990 ; Mar 1996, 117-138 ; Rieger 2004, 225-232 ; Steuernagel 2004, 63-65, 68, 74-75, 88-89 ; Pavolini 2006, 117-122 ; Pensabene 2007, 49-80 ; Boos 2011, 47-54, 63-75 ; Zevi 2012, 547-558 ; Bolder Boos 2017 ; une publication détaillée de la fouille du temple de l’autel rond par Zevi et Manzini est annoncée : Manzini 2016, n. 2).

Fig. 3

Fig. 3

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, sous la République (d’après Tog. gen. 1953, fig. 29)

© DR

Fig 4

Fig 4

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, d’Auguste à la fin de l’époque flavienne (d’après Tog. gen. 1953, fig. 30)

© DR

Fig. 6

Fig. 6

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s. 1. Capitole d’époque hadrienne ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire

© DR

Fig. 58

Fig. 58

Plan de l’aire sacrée (Top. gen. 1953)

© DR

2L’aire sacrée a été utilisée pendant sept siècles au moins : elle semble fréquentée dès le iiie s. av. n.è. (voire plus tôt) et son temple principal, consacré à Hercule, fait encore l’objet d’une restauration à la fin du ive s. Elle a donc connu plusieurs réaménagements et des rehaussements successifs. Ce sanctuaire suburbain est intégré dans la ville lors de la construction de la muraille tardo-républicaine désormais attribuée à Cicéron (voir introduction). La longévité de l’aire sacrée, ses dimensions, la qualité de ses édifices et certaines offrandes exceptionnelles qui y sont posées prouvent non seulement son caractère public mais laissent aussi supposer des interventions de représentants de l’État romain dans certaines de ces réalisations (voir notamment Zevi 1976 ; Van Haeperen 2006, 32-34, 44-45 ; Pensabene 2007, 47-80 ; Zevi 2012, 550-551).

3L’aire sacrée était délimitée par un mur d’enceinte, encore visible Via della Foce (voir infra). Selon Mar (1990, 145-160), sa superficie totale aurait été délimitée, dès le iiie s. av. n.è., par la Via della Foce et la Via pomeriale esterna (correspondant à la Via des Horrea Epagathiana) et par une voie au nord, reliant celle-ci et la domus di Amore et Psiche. Ainsi, selon le savant espagnol, l’aire sacrée aurait également compris l’espace occupé, sous l’Empire, par le Caseggiato del Mosaico del Porto (I, XIV, 2), les thermes de Buticosus (I, XIV, 8) et par les édifices I, XIV, 9. Sous la République et jusqu’au rehaussement flavien, cet espace aurait correspondu à un jardin ou bois sacré. À partir du iie s., des édifices de commerce et de logement sont construits sur cette portion de terrain. Selon Mar, ceux-ci appartenaient toujours au sanctuaire, qui les administrait. Les hypothèses de Mar sont certes séduisantes. Toutefois, elles manquent d’une part de données archéologiques pour les appuyer (rien ne prouve que cette zone ait correspondu à un jardin ou bois sacré, avant d’être occupée par les édifices actuellement visibles). D’autre part, si cette portion de terrain appartenait effectivement à l’origine à l’aire sacrée, elle ne devait pas être consacrée en tant que telle mais appartenir à la partie publique (et profane) du sanctuaire ; les bâtiments qui y sont ensuite édifiés ne devaient pas être administrés par une association cultuelle comme le suppose Mar mais par les autorités de la colonie (Steuernagel 2004, 89).

4Schématiquement et brièvement, les grandes étapes de l’aire sacrée et des édifices qui y prennent place peuvent être retracées de la manière suivante (Top. gen. 1953, 106-107, 122 ; Mar 1990 ; Steuernagel 2004, 63-65, 68, 74-75, 88-89 ; Pavolini 2006, 117-122 ; Pensabene 2007, 50-51 ; pour plus de précisions sur les divers lieux de culte et leur évolution, voir infra).

5Quelques éléments indiquent que l’aire sacrée a été occupée à des fins cultuelles dès le iiie s. av. n.è. :

  • un autel de tuf, datable du milieu du iiie s. av. n.è. d’après son profil (Shoe 1965, 157-158 ; pl. 50, 3) ;

  • des fragments de céramique retrouvés lors de sondages dans le pronaos et la cella du temple rond (voir désormais Manzini 2016), parmi lesquels ;

  • un fragment d’antéfixe à tête de Silène, datable du ive s. (Pensabene 2007, 51) ou de la République moyenne (Ostia 2001, 400) (Zevi 1971, 29 ; Andrén 1980, 99 ; Pensabene 2007, 51) ;

  • un fragment d’amphore rhodienne (avec estampille sur l’anse) remontant au début du iie s. av. n.è. (Zevi 1969-1970, 109, fig. 18) ;

  • des coupes à vernis noir avec un H peint du type « Heraklesschale » (Zevi 1969-1970, 107, 109, fig. 16-17 ; Zevi 2012, 556 ; Manzini 2016, 164, 167), datables du iiie s. av. n.è. et qui constituent des indices en faveur d’un culte rendu à Hercule dans l’aire sacrée, dès cette époque (voir infra).

6Le temple de l’autel rond (I, XV, 6) semble le plus ancien de l’aire sacrée ; il daterait de la fin du iiie ou du début du iie s. av. n.è., estimait-on généralement, sur la base des fragments de céramique trouvés au niveau de sa fondation (Zevi 1969-1970, 109 ; Bolder Boos 2017, 60). Selon l’enquête récente de Manzini (2016), si les fragments datables à partir de la fin du ive s. av. n.è. sont effectivement nombreux, les fragments les plus récents retrouvés dans les niveaux correspondant à la construction de l’édifice datent de la fin du iie s. av. n.è.

7Le temple d’Hercule (I, XV, 5) et le temple tétrastyle (I, XV, 2) sont édifiés à la fin du iie ou au début du ier s. av. n.è. Il est possible que le temple d’Hercule remplace un édifice plus ancien (voir infra).

8À l’époque républicaine appartiennent aussi les parties les plus anciennes, en blocs de tuf, de l’enceinte du sanctuaire (qui fera, par la suite, l’objet de restaurations en opus reticulatum, puis en latericium visibles du côté de la Via della Foce) (Zevi 1969-1970, 102 ; Mar 1990, 145 ; Pensabene 2007, 51 ; 53).

9Un puits de nappe phréatique (haut. 0,20 m ; diam. int. 0,60 × 0,70 m ; prof. plus de 3 m), est situé à 5,5 m de l’angle sud-est du temple d’Hercule. Ce puits circulaire de tuf pourrait également remonter à l’époque républicaine. Il est mis hors d’usage lors du rehaussement d’époque domitienne (Becatti 1942b, 125 ; Top. gen. 1953, 106 ; Ricciardi, Scrinari I, 1996, 34-35). Les rapports entre ce puits et l’aqua Saluia (voir infra) attestée par un autel ne sont pas clairs. Becatti exclut que le puits ait été alimenté par cette aqua ; Ricciardi laisse cette possibilité ouverte, tout en suggérant que cette aqua ait pu être canalisée dans la citerne au nord du temple d’Hercule, à l’époque trajane.

10À l’époque augustéenne est édifié un mur d’enceinte en opus reticulatum derrière le temple d’Hercule. S’y adossent à l’extérieur des tabernae (Pensabene 2007, 51). Quant au temple de l’autel rond, il est doté d’un petit portique. Vers la fin du ier s. av. n.è., une petite salle est construite à l’est du temple d’Hercule (Mar 1990, 148 ; fig. 3 : B) : elle est accessible par trois grandes portes.

11À l’époque de Domitien, un rehaussement de 1,50 m touche les rues autour du sanctuaire. Le niveau de l’aire sacrée est pour sa part rehaussé de 0,50 m environ. La partie inférieure du podium des temples d’Hercule et tétrastyle et les premières marches de leur escalier sont ainsi ensevelies. La cella du temple de l’autel rond est reconstruite et son portique détruit. Un grand autel est construit devant le temple d’Hercule, sur le nouveau pavement en plaque de travertin, alors que l’autel du temple tétrastyle est enseveli par le rehaussement, tout comme le puits. Le nouvel autel n’est pas exactement dans l’axe du temple d’Hercule auquel il était cependant vraisemblablement lié.

12Différentes pièces sont construites au nord du temple d’Hercule, à l’époque de Trajan :

  • immédiatement à l’ouest du temple tétrastyle, une pièce ayant vraisemblablement servi de lieu de réunion ou de culte à une association de dévots (voir infra) ;

  • à l’ouest de celle-ci, une pièce abritant une citerne phréatique souterraine couverte partiellement d’une voûte en berceau, avec un espace libre qui devait abriter la noria. La citerne alimentait vraisemblablement les thermes de Buticosus, dans leur première phase (Mar 1990, 156-159 ; Ricciardi, Scrinari, I, 1996, 111) ;

  • enfin, deux pièces dont la fonction ne peut être précisée (pièces de service ?, de banquet ?).

13À l’est du temple tétrastyle sont édifiés, à la même époque, les thermes de Buticosus (I, XV, 8), qui, durant leur première phase, étaient directement liés au sanctuaire.

14Les murs de la cellae du temple d’Hercule sont alors refaits.

15C’est aussi au iis. que les autels républicains de tuf sont installés dans une salle à l’est du temple d’Hercule (I, XV, 3 ; voir infra).

16Vers le milieu du iie s. est construit un édifice à l’est de l’aire sacrée, en opus latericium (I, XIV, 3). Accessible par une ruelle depuis l’aire sacrée, la domus dell’Area sacra comprend une petite cour centrale à portique et vasque, sur laquelle donnent notamment deux grandes pièces. Il a été suggéré d’y reconnaître un édifice destiné aux banquets ou le siège d’un collège lié à l’aire sacrée (Top. gen. 1953, 237 ; Pavolini 2006, 122 ; selon Mar 1990, 152-153, cet édifice serait de peu postérieur au rehaussement flavien).

17Une citerne tardive (ive s.) (I, XV, 7) est installée au sud du temple d’Hercule, le long de la Via della Foce. Alimentée, semble-t-il, à la fois par la nappe phréatique et par l’eau de pluie, elle comporte deux pièces rectangulaires, chacune couverte d’une voûte en berceau, sur lesquelles se trouve une salle quadrangulaire (Ricciardi, Scrinari, I, 1996, 112-113 ; selon Mar 1990, 148 et 150, cette construction remonterait déjà à l'époque pré-flavienne et aurait été transformée au iie s. ; ses fonctions auraient été liées aux rites qui se déroulaient dans le sanctuaire).

18Un édifice (I, XV, 4), dont la fonction reste inconnue, est construit à l’époque tardive à l’est de l’aire sacrée.

Sources épigraphiques

19Cébeillac 1971, 39-69 ; CIL I², 3026 ; AE 1971, 71 ; Ep. lat. 2010, 114-115, n° 15 ; EDR075102 (Niquet)

20Base de marbre blanc grec (57 × 61,5 cm ; fig. 59), retrouvée, remployée, devant le temple de l’autel rond, dans un niveau intermédiaire entre la phase augustéenne et la phase flavienne.

Fig. 59

Fig. 59

Inscription CIL I², 3026

© DR

P(ublius) Liuius, P(ubli) l(ibertus), Her(culi) da[t].

« Publius Livius, affranchi de Publius, en fait don à Hercule » (trad. Ep. lat.).

21Datation : entre la fin du iie et le début du ier s. av. n.è.

22Cébeillac 1971, 70-71; CIL I², 3027; ILLRP 128; AE 1941, 67; AE 1971, 72; Ep. lat. 2010, 115-

23117, n° 16 ; EDR073462 (Raffaella Marchesini)

24Relief de calcaire à grain fin (71 × 145 cm ; fig. 60), retrouvé à l’est de l’aire sacrée (pour une description du relief représentant la fonction oraculaire revêtue par Hercule dans ce sanctuaire, voir infra).

Fig. 60

Fig. 60

Relief offert par l’haruspice C. Fulvius Salvis (CIL I², 3027)

© DR

C(aius) Fuluius Saluis, haruspexs ( !) d(onum) d(edit).
[S]ort(es) H(erculis).

« Gaius Fulvius Salvis, haruspex, a offert ce don. Sorts d’Hercule ».

25Les « sorts » correspondent à des objets qu’on tire au sort, par exemple à des fins électorales ou, comme ici, dans un but oraculaire (voir infra, la description et l’interprétation du relief).

26Datation : deuxième quart du ier s. av. n.è.

27CIL I, 3032 ; Cébeillac 1971, 73-77

28Bloc de marbre (1,27 × 1 m) comportant un relief avec deux personnages (Thésée et Ariane ; voir infra) surmonté d’une inscription fragmentaire (un autre bloc, perdu, complétait celui-ci à gauche) (fig. 61).

Fig. 61

Fig. 61

Relief représentant Thésée et Ariane (CIL I, 3032)

© Corpus Inscriptionum Latinarum

[---]s de sua pequnia fecit

« [---]s a fait à ses frais ».

29Datation : époque de César (sur la base de critères stylistiques).

30CIL XIV, 4280 (face A) ; Ep. lat. 2010, 117-118, n° 17.1.

31Autel de marbre de Luni (78 × 35 cm), retrouvé, en remploi dans le mithraeum de la Casa di Diana. Il portait des reliefs qui ont été martelés lors de sa réutilisation. Selon Becatti (1954, 12), Hercule était représenté, couché, sur la face avant ; une patera et une oinocheoe sur le côté gauche ; peut-être la coupe d’Hercule sur le côté droit et, sur la face arrière, une couronne de chêne.

32AE 1971, 73 (face B) ; Ep. lat. 2010, 117-118, n° 17.2 ; EDR106174 (Raffaella Marchesini). Fragment de la partie supérieure latérale gauche du même autel (32 × 33 cm), retrouvé près du forum et réuni au précédent.

33L’autel, datable du début de l’Empire, provient selon toute vraisemblance de l’aire sacrée républicaine. face A : (fig. 62)

Aqua’e’ Saluia’e’
’et’ Herculi sacr(um).

« Consacré à l’Aqua Salvia et à Hercule ».

Fig. 62

Fig. 62

Autel de marbre avec dédicace à l’Aqua Saluia (CIL XIV, 4280)

© DR

34L’inscription d’origine a été modifiée dans un second temps, sans doute pour corriger ce qui semblait une erreur du lapicide : les mots aqua Saluia sont mis au datif et un et est ajouté pour relier ces mots à Herculi. « Malheureusement, ces corrections ont trahi le sens de la dédicace qui s’est transformée ainsi en dédicace à deux divinités Aqua Saluia et Hercule, alors qu’en fait il soulignait l’appartenance de cette source à Hercule », comme le prouve l’inscription de la partie supérieure latérale (Ep. lat. 2006, 116).

35face B :

Aqua Saluia
Herc<u>li sacr(a).

« L’Aqua Salvia est consacrée à Hercule ».

36Ces deux inscriptions font vraisemblablement référence à une source présente dans l’aire sacrée, peut- être à mettre en rapport avec le puits qui se trouvait devant le temple (voir supra). Quoi qu’il en soit, le lien qu’entretient Hercule avec les sources est connu.

37AE 1941, 98; AE 1948, 126; EDR073708 (Scheithauer) (fig. 63)

38Autel de marbre, trouvé dans le pronaos du temple d’Hercule.

Fig. 63

Fig. 63

Autel de marbre consacré à Hercule Inuictus (AE 1948, 126 ; © Corpus Inscriptionum Latinarum)

© DR

Deo
Inuicto Herculi
Hostilius Antipater
u(ir) p(erfectissimus) praef(ectus) ann(onae)
curat(or) rei public(ae) Ost(iensium).

« Au dieu invaincu Hercule. Hostilius Antipater, uir perfectissimus, préfet de l’annone, curateur de la res publica d’Ostie ».

39L’autel est un remploi d’une base de statue élevée précédemment en l’honneur de P. Flavius Priscus (personnage ayant vécu à l’époque de Gallien ; Bloch 1953, 26 ; PIR² III, 165, n° 343). L’autel, dédié par un préfet de l’annone, est datable de l’époque des tétrarques (fin iiie-début ive s. ; PIR² IV, 101, n° 224).

40AE 1948, 127; Ep. lat. 2010, 200-202, n° 56, fig. 56; EDR073709 (Scheithauer)

41Quatre fragments de plaque de revêtement d’architrave, en marbre (: 9,5 × 9 cm ; : 22 × 51,7 cm ; : 31 × 61 cm ; : 14,3 × 23 cm), mis au jour dans la rue des Horrea Epagathiana, à proximité de l’aire sacrée.

[Domini]s n[ostris Th]eodosio Arca[di]o et Eu[genio]
[Pi]is Felicibus [toto] orbe uictoribus semper [Auggg(ustis)]
Numerius Proiect[us u(ir) c(larissimus) pra]ef(ectus) ann(onae) cellam Hercu[lis restituit].

« Dédié à nos maîtres, Théodose, Arcadius et Eugène, Pieux, Félix, Victorieux dans le monde entier, toujours Augustes, Numérius Proiectus, uir clarissimus, préfet de l’annone, a fait restaurer le temple d’Hercule » (trad. Ep. lat. 2006, 259).

42Numerius Proiectus, préfet de l’annone, est uniquement connu par cette inscription (PLRE I, 750), à moins qu’il ne soit identifiable avec le Proiectus ami de Symmaque (Symm. ep. 3, 6, 4).

43Datation : 393 ou 394.

44Bloch 1953, 65 ; Cébeillac 1971, 81-83 ; AE 1994, 324 ; EDR031406 (Raffaella Marchesini) Inscription fragmentaire sur le bloc de tuf formant le dé droit de l’escalier du temple tétrastyle (110 × 42 × 19,5 cm ; haut. lett. 6 cm) (fig. 64).

Fig. 64

Fig. 64

Temple tétrastyle, avec inscription sur le bloc formant le dé droit de l’escalier (Bloch 1953, 65 ; PAO_B_3337)

© DR

[---]uleius L(uci) f(ilius)
[---]anus.

45Selon Zevi (2012, 550), étant donné la localisation de l’inscription, ce personnage a participé à une partie et non à la totalité de la construction. D’après Coarelli (1994, 37-38), il s’agirait de [C. Ap]uleius L(uci) f(ilius)/ [Dec]ianus, tribun de la plèbe en 99 av. n.è., partisan de Saturninus qui avait été questeur d’Ostie vers 104 av. n.è. Si cette hypothèse ne peut être vérifiée, il est cependant fort possible (voir infra) que des personnages de la noblesse romaine aient participé à la construction de certains des édifices de l’aire sacrée.

46Bloch, 1953, 64, fig. 48 ; CIL I, 3028 ; Cébeillac 1971, 71-73 ; AE 1971, 76 (fig. 65)

47Bloc de travertin fragmentaire, trouvé derrière le temple d’Hercule, au niveau originaire du temple (haut. 31 ; larg. 25,7 ; ép. 11,5 cm ; pour un état de la question et une interprétation renouvelée, Zevi 2012, 551-552).

Fig. 65

Fig. 65

Bloc de travertin, avec inscription AE 1971, 76

© Corpus Inscriptionum Latinarum

C(aius) Ca[---]
P(ublius) Do[---]
ex [---]

48Bloch lisait un s derrière le ex et proposait dès lors de lire ex senatus consulto et de reconnaître deux magistrats romains dans les noms fragmentaires (C. Calpurnius Piso [consul en 67 av. n.è.] ou C. Cassius Longinus d’une part, P. (Cornelius) Dolabella de l’autre ; voir aussi l’hypothèse d’identification de Coarelli [1994, 38] à d’autres magistrats romains, C. Ca[nuleius ---], tribun de la plèbe en 98, proche lui aussi de Saturninus, et P. Do[mitius]). Toutefois, le s ne semble pas visible. D’autres chercheurs ont dès lors proposé d’identifier ces personnages à des magistrats locaux (CIL I² ; Cébeillac 1971, 72, n. 3), et plus précisément à Gaius Cartilius Poplicola, à son père ou à un membre de sa famille (Rieger 2004, 231 ; Steuernagel 2004, 63). Zevi (2012, 551-552) rappelle cependant que, vu ses dimensions réduites, le bloc ne doit vraisemblablement pas être attribué à la façade du temple. En outre, ajoute-t-il, les dimensions exceptionnelles du temple pour l’Ostie républicaine et la comparaison avec d’autres édifices sacrés financés par l’élite locale invitent plutôt à reconnaître, dans les commanditaires du temple d’Hercule, des membres de l’aristocratie romaine (voir aussi en ce sens Pensabene 2007, 66, 72).

49AE 1941, 99 ; ILLRP 643a ; Ep. lat. 2010, 107, n° 13.1 ; EDR073480 (Raffaella Marchesini)

50Statue en marbre d’un personnage nu, en position héroïque, avec le pied gauche sur un tronc d’arbre où est gravé le texte suivant (pour une brève description de la statue, voir infra ; fig. 66).

Fig. 66

Fig. 66

Statue de Poplicola (DAI_38.1545)

© DR

C(aius) Cartilius C(aii) f(ilius),
duo(m)uiru(m) ter« tio »
’Poplicola{e}’

« Gaius Cartilius Poplicola, fils de Gaius, trois fois duumvir ».

51Sur la base de critères paléographiques et historiques, statue et inscription peuvent être datées de l’extrême fin de la République (Ep. lat. avec la bibliographie antérieure). Le texte subit rapidement deux corrections, afin de refléter l’évolution de la carrière de Gaius Cartilius Poplicola. D’une part, à la deuxième ligne, le mot iterum a été arasé (imparfaitement – il est encore visible) et remplacé par tertio, après que le magistrat a accédé à son troisième duovirat. D’autre part, le cognomen Poplicola fut ajouté (sans doute au même moment, après avoir reçu ce surnom honorifique à la suite de son deuxième duovirat), avec une erreur de cas, puisqu’il figure au datif, au lieu du nominatif attendu.

52Boos (2011, 68) attire l’attention sur l’inscription suivante, sur plaque de marbre fragmentaire, dont l’origine exacte n’est pas connue (CIL XIV 315 : C(aio) Cartilio [C(ai) f(ilio) Poplicolae] / duouir(o) se(cundo ? ou xto ? ou ptimo) [---] Hercul. a[---]). Loin de témoigner de la dévotion de Gaius Cartilius Poplicola pour Hercule comme le suppose Boos, celle-ci atteste plutôt l’existence d’une association de Herculani, rendant ici hommage à Poplicola, si on suit l’hypothèse suggestive de Bloch (1958, 212-213, pl. 35, 3, qui observe que le point après le « l » de Hercul. semble dû à une « lésion » moderne et propose de restituer le sixième ou septième duovirat).

53Zevi 1969-1970, 110-116, n° 1-3 (fig. 19-20)

54Trois blocs de travertin inscrits, remployés dans l’autel du temple de l’autel rond, à l’époque augustéenne. Traces de rubrication. Les trois textes ont été gravés de la même main, durant la première moitié du ier s. (Zevi 1969-1970, 112).

Πλάτων ὁ τῆς ἀρχαίας
Κωμωδίας ποιητὴς
Λυσικλὴς ἐποίει

« Platon, auteur de comédie ancienne. Lysiklès l’a fait ».

Ἀντισθένης φιλόσοφος
Φυρόμαχος ἐποίει

« Antisthène, philosophe. Phyromachos l’a fait ».

Χαρίτη θεμιστεύουσα
ἐν Δελφοῖς
Φράδμων ἀργεῖος ἐποίει

« Charitè, donneuse d’oracle à Delphes. Phradmon d’Argos l’a fait ».

55Ces trois blocs ont servi de base à trois statues grecques qui ont été offertes dans le sanctuaire au ier s. av. n.è. Les statues étaient vraisemblablement des œuvres originales, en bronze, de Phradmon d’Argos (rival de Phidias, Polyclète et Crésilas), de Phyromachos (sculpteur athénien) et de Lysiklès (artiste inconnu), représentant respectivement Charitè, une pythie de Delphes, inconnue par ailleurs, le philosophe Antisthène (une des œuvres les plus copiées durant l’hellénisme moyen) et Platon, auteur de comédies, contemporain d’Aristophane. Zevi a mis en lumière le caractère exceptionnel de ces dons, pour lesquels il n’existe pratiquement pas de comparaison hors de Rome. Il est ainsi vraisemblable que ces statues proviennent d’un butin de guerre et aient été offertes par un général romain vainqueur qui rentrait à Rome, en passant par Ostie (Zevi 1969-1970, 116 ; 1976, 60 ; Steuernagel 2004, 68 ; Zevi 2012, 553).

56Cébeillac 1971, 81-82, n° 7

57Fragment de plaque de marbre blanc (8,5 × 5,5 × 2,5 cm ; haut. lett. 2,5 cm), retrouvé lors des fouilles de Zevi dans et autour du temple de l’autel rond.

[---]umiu[s--].

58Datation : iie ou début du ier s. av. n.è., en raison de la paléographie. Ces quatre lettres pourraient désigner un gentilice, tel que Decumius, Postumius ou Septumius. L’inscription pourrait être contemporaine de celle de P. Livius (voir supra).

59Cébeillac 1971, 82-83, n° 8

60Bloc de tuf (55 × 31 × 20 cm ; haut. lett. 17 cm), retrouvé lors des fouilles de Zevi, renversé sur le côté nord du temple de l’autel rond.

[---]LA.D[--].

61Ce fragment appartenait à une inscription de taille monumentale, d’après la taille des lettres. Elle se trouvait peut-être sur la façade d’un édifice. « Le D pourrait correspondre à d(onum [d(edit)] ; LA est la fin d’un cognomen », tel que Poplicola ou Dolabella.

62Datation : peut-être pré-syllanienne, vu le matériel.

63Ce fragment et celui qui précède « sont les témoignages de l’importance de la zone avant le remodelage impérial à partir d’Auguste ; toutes les dédicaces républicaines furent réemployées » (Cébeillac 1971, 83).

64Bloch 1953, 4, fig. 2 ; CCID 442 ; AE 1941, 100 ; Pellegrino 1996, n° 1 fig. 1 ; Ep. lat. 2010, 183-184, n° 46.1 ; EDR073481 (Ilaria Manzini)

65Plaque de marbre blanc (43,9 × 42,4 cm) trouvée, en même temps que d’autres inscriptions (Bloch 1953, 5, 17, 18), au fond de la cella du temple tétrastyle selon les uns (Bloch 1953; Ep. lat. 2010) ; dans la pièce à l’ouest du temple tétrastyle selon les autres (Calza 1938-1939, 388-389 ; Fuhrmann 1940, 432 ; Pellegrino 1996).

Ioui Dolicheno
L(ucius) Plinius Nigrinus
q(uin)q(uennalis).

« Lucius Plinius Nigrinus, quinquennal, (a dédié) à Jupiter Dolichenus ».

66Le dédicant pourrait être identifié avec Plinius Nigrinus, duouir d’Ostie en 147 (IIt 13, 1, 237 ; Bargagli, Grosso 1997, 47 ; Bloch 1953 ; Pellegrino 1996 ; Ep. lat. 2010) et pourrait faire ici allusion à un duovirat quinquennal (Ep. lat. 2010). Mais on ne peut exclure qu’il s’agisse du président d’une association (de dévots ? ; Bloch 1953 ; Pellegrino 1996 ; contra : Ep. lat. 2010), éventuellement affranchi ou descendant d’affranchi de la famille des Plinii (Pline le Jeune possédait une villa à proximité d’Ostie, dans l’ager Laurentinus). Paléographiquement, l’inscription est datable vers le milieu du iie s.

67Bloch 1953, 5 ; CCID 443 ; Pellegrino 1996, n° 2, fig. 2 ; Ep. lat. 2010, 184, n° 46.2 ; EDR031405 (Raffaella Marchesini)

68Plaque de marbre blanc mutilée (19,4 × 38,3 cm), trouvée en même temps que la dédicace à Jupiter Dolichenus (Bloch 1953, 4). Alphabet « magique », offrande typique dans le cadre de ce culte.

AXBVCTDSR

69Bloch 1953, 17 ; EDR107508 (Ilaria Manzini)

70Plaque de marbre fragmentaire trouvée en même temps que les deux inscriptions précédentes (Bloch 1953, 4, 5, et que Bloch 1953, 18). Les Sergii sont bien attestés à Ostie mais celui-ci ne semble pas documenté ailleurs. Il s’agit peut-être de la dédicace d’un dignitaire d’une association de cultores, qui agrandit leur lieu de culte commun (voir déjà Bloch 1952 ; Bollmann 1998, 471).

Imp(eratori) Caesari L(ucio) Au<<r>>elio Vero
<<Aug(usto) Armeniaco>> Medico Parthico
Maximo, trib(unicia) potest(ate) VIII, co(n)s(uli) III, p(atri) p(atriae)
Cn(aeus) Sergius Cn(aei) fil(ius) Pal(atina) Praenestinus
[[---]]
cult[or---]au[[---]]
hoc amp[liauit ?---].

« À l’empereur César Lucius Aurelius Verus, Auguste, Armeniacus, Medicus, Parthicus maximus, revêtu de la puissance tribunicienne pour la huitième fois, consul pour la troisième fois, père de la patrie. Gnaeus Sergius Praenestinus, fils de Gnaeus, de la tribu Palatina [[---]] a agrandi (?) ».

71Datation : 168.

72Bloch 1953, 18 ; EDR107509 (Ilaria Manzini)

73Plaque de marbre fragmentaire (53,5 × 59 × 2 cm ; haut. lett. 3,8-8 cm), trouvée en même temps que les trois inscriptions précédentes (Bloch 1953, 4, 5, 17).

[--- Imp(eratori) Ca]esari
[---M(arco) Aurelio Antoni]no Aug(usto)
[Armeniaco Medico Parthic]o maximo,
[pont(ifici) max(imo) trib(unicia) pot(estate) XXII ? co(n)s(uli) II]I p(atri) p(atriae)
[---]

« À l’empereur César, Marc Aurèle Antonin, Auguste, Armeniacus, Medicus, Parthicus maximus grand pontife, revêtu de la puissance tribunicienne […], consul pour la troisième fois, père de la patrie [--- ».

74Cette dédicace à Marc Aurèle semble contemporaine de la précédente et a peut-être été dédiée par la même personne.

75Datation : 166-169.

76Je me demande si l’inscription fragmentaire AE 1998, 273 (Pellegrino 1996, n° 5, fig. 3 ; EDR031440 [Raffaella Marchesini] ; Marchesini 2012-2013, 358-361) : [---]aes totius(?) [---] / [---] Cl(audius) Herennianus [---] / [---]nt I(oui) O(ptimo) M(aximo) Dolich[eno ---] / [---]o adsignabit cons[---] / [---]erte Aur(elius) Theotec[) ne pourrait également être mise en rapport avec les quatre précédentes. Découverte dans une pièce des thermes de la basilique chrétienne, situés à proximité de l’aire sacrée (GdS 1938-1939, vol. 24, 121, n° 173, cité par Marchesini 2012-2013, 358), elle présente des similitudes avec les précédentes. D’une part, il s’agit d’une dédicace à Jupiter Optimus Maximus Dolichenus, vraisemblablement pour le salut d’un [C] aes(ari) totius[que domus diuinae] ; d’autre part, le ductus est très proche de Bloch 1953, 4 et 5 ; enfin, il semble y être question de la concession d’un lieu.

Sources archéologiques

Salle des autels (Aula delle Are, I, XV, 3 ; fig. 58 et 67)

Fig. 58

Fig. 58

Plan de l’aire sacrée (Top. gen. 1953)

© DR

Fig. 67

Fig. 67

Salle des autels (PAO_B3338)

© DR

77La salle des autels correspond à une enceinte rectangulaire, à ciel ouvert, à l’est du temple d’Hercule (le fond de la salle, à l’ouest, était vraisemblablement couvert d’un auvent s’appuyant sur des pilastres). Elle est entourée de murs en opus mixtum sur trois côtés et largement ouverte sur l’aire sacrée ; une niche (pseudo-aedicula) se dresse contre le mur sud. La pièce semble avoir été aménagée au iie s. (Mar 1990, 153 ; Pensabene 2007, 53). Elle contient quatre autels, de tuf ou de pépérin, d’époque républicaine, qui proviennent très vraisemblablement de l’aire sacrée (Zevi 1976, 54 ; Steuernagel 2004, 63 ; Pavolini 2006, 117-118 ; Pensabene 2007, 49 ; Boos 2011, 63 ; Zevi 2012, 548-559). Selon Mar, ils se trouvaient à l’origine dans l’espace qu’occupent, à partir de l’époque de Trajan, les thermes de Buticosus (1990, 153, 158-159). D’après son profil, l’un de ces autels au moins remonterait au milieu du iiie s. av. n.è. (Shoe 1965, 157-158 ; pl. 50, 3 date le plus ancien d’entre eux du iiie s. av. n.è. ; Mar 1990, 142 ; Pensabene 2007, 49 et fig. 7). Installés dans l’Aula delle Are au iie s., ces autels républicains ont donc fait l’objet d’une attention particulière lors de leur déplacement et seraient les témoins d’un culte fort ancien. Selon une hypothèse de Meiggs (1973, 340, n. 6), les autels auraient pu être desservis par les sodales Arulenses attestés uniquement à Ostie, à partir du milieu du iie s., époque qui semble ainsi correspondre à leur installation dans la salle (Zevi 2012, 549).

Temple d’Hercule (I, XV, 5) (pour une présentation détaillée, Pensabene 2007, 64-72 ; Boos 2011, 67-70 ; Boos 2012 ; Bolder Boos 2017, 49-50 ; fig. 58 et 68)

Fig. 58

Fig. 58

Plan de l’aire sacrée (Top. gen. 1953)

© DR

Fig. 68

Fig. 68

Temple d’Hercule (PAO_ B_2729)

© DR

78Temple orienté est-ouest (sans qu’il n’ait été tenu compte du tracé des rues préexistantes), prostyle hexastyle, avec colonnes à chapiteaux corinthiens de travertin. Il est généralement daté de la fin du iie ou du début du ier s. av. n.è. (Pensabene 2007, 64 ; Boos 2011, 67). Le temple a été attribué à Hercule sur la base des inscriptions citées supra ; un relief et des fragments de statues (voir infra) retrouvés dans ou à proximité du temple appuient cette identification très largement partagée (contra Boin 2010, dont les arguments ne sont pas recevables, voir Boos 2011, 69 ; Boos 2012, 152-153 ; Zevi 2012, 549 ; Van Haeperen 2017b, 262).

79Le temple, le plus grand d’Ostie après le Capitole, se dresse sur un podium (31 × 16 m) revêtu d’orthostates de tuf et est précédé, à l’est, d’un escalier de neuf marches en travertin. Le podium s’appuie sur une base de travertin de deux marches. Il est entouré d’un caniveau qui a été partiellement recouvert par des structures postérieures.

80Les parois de la cella (15,20 × 11,40 m), à l’origine en opus quasi reticulatum, ont été reconstruites en opus mixtum à l’époque de Trajan, d’après les estampilles des briques. L’intérieur de la cella était doté, dès la phase républicaine, d’une banquette revêtue de travertin, courant le long des murs. Sur celle-ci se dressait une colonnade d’ordre toscan, avec bases et chapiteaux en tuf et fûts de brique, revêtus de stuc (comme l’ont révélé des éléments mis au jour sous le dernier pavement de la cella) ; ils furent remplacés, à l’époque trajane, par une élévation vraisemblablement de marbre. Au fond de la cella, au milieu du mur, a été érigé un podium (long. 2,50 m ; prof. 2,20 m), où s’élevait la statue cultuelle. La cella est pourvue d’un pavement de mosaïque à décor rectangulaire, datable du milieu du iiie s., sur la base de comparaison avec d’autres mosaïques d’Ostie.

81Le pronaos (8,95 × 13,10 m) reçoit, vraisemblablement au même moment, un pavement de mosaïque à décor simple, blanc et noir. L’autel offert par Hostilius Antipater dans le pronaos (voir supra) a peut-être été posé à cette occasion (Pensabene 2007, 67).

82Le temple fait encore l’objet de restaurations à la fin du ive s., conduites par le préfet de l’annone Numerius Proiectus (voir supra).

83Il n’est pas exclu qu’Hercule ait déjà fait l’objet d’un culte dans l’aire sacrée avant la construction du temple (Mar 1990, 146 ; Pensabene 2007, 50-51, 62 ; Boos 2012, 161). Celui-ci a peut-être pris place sur un édifice plus ancien, dont aucune trace n’a cependant été détectée. Mais il convient surtout de prendre en considération la découverte, lors des sondages effectués dans le temple de l’autel rond, de coupes à vernis noir, avec un H peint sur le fond (similaires à celles qui ont été retrouvées en quantité à proximité de l’Ara maxima à Rome et mises en rapport avec le culte d’Hercule Inuictus), du type « Heraklesschale » (Zevi 1969-1970, 107, 109, fig. 16-17 ; Zevi 2012, 556 ; Manzini 2016, 164, 167). Celles-ci sont datables du iiie s. av. n.è. et constituent un indice en faveur d’un culte rendu à Hercule dans l’aire sacrée, dès cette époque (CIL I², 2888 ; Zevi 2012, 556).

84Le plan du temple « et sa typologie appartiennent à une typologie architectonique bien affirmée à Rome, où, presque au même moment, est construit le temple D de l’aire sacrée du Largo Argentina, qui constitue une des comparaisons les plus proches » (Pensabene 2007, 72). Les comparaisons mises en lumière par Pensabene et Zevi (2012, 551), les dimensions exceptionnelles du temple pour l’Ostie républicaine et la comparaison avec d’autres édifices sacrés financés par l’élite locale invitent à reconnaître, dans les commanditaires du temple d’Hercule, des magistrats romains. Cette suggestion est appuyée par les dons exceptionnels faits dans le sanctuaire, vraisemblablement par des généraux romains (voir supra), et par la fonction oraculaire remplie par Hercule, qui était consulté par des généraux romains, comme le montre le relief de l’haruspice C. Fulvius Salvis trouvé dans l’aire sacrée (voir infra).

85Outre les inscriptions citées supra, les découvertes suivantes peuvent être rapportées au temple ou au culte rendu à Hercule dans l’aire sacrée républicaine.

  • Relief en calcaire à grain fin, retrouvée à l’est de l’aire sacrée, datable du deuxième quart du ier s. av. n.è. offert par l’haruspice C. Fulvius Salvis (fig. 60 ; Becatti 1939 ; Meiggs 1973, 347-349 ; Zevi 1976, 54- 55 ; LIMC IV, 734, n° 18 ; 805, n° 1399 (Boardman) ; Ostia 2001, 433 ; Bolder Boos 2017, 52-56 ; voir supra pour l’inscription).

Fig. 60

Fig. 60

Relief offert par l’haruspice C. Fulvius Salvis (CIL I², 3027)

© DR

86Le relief comprend trois scènes, à lire de droite à gauche. La première représente une statue d’Hercule cuirassé, attrapée dans un filet, par des pêcheurs ; près de la statue, une boîte. Dans la deuxième partie, la divinité, toujours cuirassée, tire une sors d’une boîte – la même que celle de la première scène – et la tend à un enfant (ou à un assistant). L’identification de l’objet à une sors est assurée par les lettres qui y sont gravées : [s]ort(es) H(erculis). La troisième scène, mutilée, figure un personnage en toge, peut-être l’haruspice, tendant la sors vers une personne, aujourd’hui perdue, le consultant, vers qui vole une Victoire avec une couronne. La présence de cette dernière invite à identifier le consultant à un commandant militaire. Ce personnage ne constitue cependant pas le centre du relief. Ce dernier a été offert par un haruspice qui choisit de représenter Hercule dans une de ses fonctions, oraculaire, où lui-même jouait un rôle, en tant qu’interprète du dieu. Il me semble donc illusoire de chercher à identifier précisément le général représenté et de vouloir mettre cette scène en rapport avec un événement historique particulier. Il pourrait bien plutôt s’agir d’une représentation générique (voir déjà Becatti 1939, 49), illustrant une fonction habituelle d’Hercule à Ostie : les généraux quittant le port y auraient régulièrement consulté la divinité quant à l’issue de leur mission (Van Haeperen 2006, 32-34 ; voir Zevi 2012, 554-559, pour une analyse approfondie de la fonction oraculaire d’Hercule à Ostie, qui pourrait remonter au iiie s. av. n.è.).

  • Statue de Gaius Cartilius Poplicola (fig. 66 ; Zevi 1976, 56-60 ; Ostia 2001, 404), en marbre blanc (haut. max. 1,95m ; haut. base 48 cm) ; retrouvée devant les marches du temple d’Hercule en 1938. Manquent la tête, le bras droit, la main gauche et une partie du pied gauche. « La statue représente un homme nu, debout sur la jambe droite, le pied gauche appuyé sur un soutien cylindrique. Le torse s’incline fortement en avant, en position de repos ; le bras gauche, posé sur la cuisse correspondante, est enveloppé dans une ample chlamyde frangée qui retombe le long de la jambe gauche, la tête devait être tournée vers la droite » (Ostia 2001, 404). Une inscription de dédicace (voir supra), de Gaius Cartilius Poplicola, est gravée sur le tronc de soutien. Le magistrat reçut ainsi « l’honneur exceptionnel de pouvoir élever, dans un des principaux temples de la cité, une statue qui le représente dans la nudité héroïque (…). Le type iconographique adopté s’inspire de la statue connue sous le nom de Sandalenbinder », généralement attribuée à Lysippe (Ostia 2001, 404-405). Sur la base de critères paléographiques et historiques, statue et inscription peuvent être datées de l’extrême fin de la République (Zevi 1976, 56-60 ; Ostia 2001, 404-405 ; Ep. lat. 2010, 107, avec la bibliographie antérieure).

Fig. 66

Fig. 66

Statue de Poplicola (DAI_38.1545)

© DR

  • Bloc de marbre (1,27 × 1m), trouvé en remploi, dans un égout devant le temple d’Hercule, lors des fouilles de 1938 (fig. 61). Il comporte un relief avec deux personnages, surmonté d’une inscription fragmentaire (un autre bloc, perdu, complétait celui-ci à gauche ; voir supra ; Cébeillac 1971, 73-77 ; Zevi 1976, 55 ; Calza, Floriani Squarciapino 1962, 40 n° 6). Datable de l’époque de César, sur la base de critères stylistiques. Sont représentés une femme drapée, debout, tenant un objet dans la main droite et soulevant son manteau de l’autre et, à sa gauche, un homme nu assis, avec les mains sur une massue. Dans la mesure où l’homme ne porte pas de peau de lion, il n’est généralement pas identifié à Hercule (voir cependant Boos 2011, 68), mais plutôt à Thésée, accompagné d’Ariane (Cébeillac 1971, 76). Comme le rappelait Cébeillac, les liens entre Hercule et Thésée sont connus ; la présence du héros athénien dans un sanctuaire d’Hercule ne serait donc pas surprenante.

Fig. 61

Fig. 61

Relief représentant Thésée et Ariane (CIL I, 3032)

© Corpus Inscriptionum Latinarum

  • Tête colossale (haut. 42 cm ; larg. 40 cm), en marbre italien corrodé et noirci, retrouvée, en très mauvais état, dans un égout au sud-est du temple d’Hercule, en juillet 1938 (R. Calza 1964, 47, n° 65, pl. 37). Manquent la partie postérieure de la tête, une grande partie du nez, du menton et du cou et une partie de la bouche. La coiffure et les caractéristiques physiques ont suggéré à R. Calza d’y reconnaître Domitien (cette identification a été contestée par G. Daltrop, Die Flavier, Herrscherbild II 1, 1966, 104, mais est réaffirmée par Pensabene 2007, 53). Dans l’aire sacrée, seul le temple d’Hercule était assez grand pour abriter une statue de cette taille. Une grande massue avec peau de lion (haut. 1 m), retrouvée dans la cella du temple appartenait peut-être à la même statue que la tête colossale (R. Calza 1964, 47, n° 65 ; Pensabene 2007, 53). Dans ce cas, Domitien aurait été représenté en Hercule. La tête de la statue aurait fait l’objet d’une damnatio memoriae après sa mort en 96.

Temple de l’autel rond (Tempio dell’ara rotonda ; I, XV, 6) (pour une description détaillée, Zevi 1969-1970 ; Pensabene 2007, 53-64 ; Boos 2011, 63-65 ; fig. 58, 69)

Fig. 58

Fig. 58

Plan de l’aire sacrée (Top. gen. 1953)

© DR

Fig. 69

Fig. 69

Temple de l’autel rond (PAO_B2932)

© DR

87Le temple de l’autel rond est le plus petit de l’aire sacrée ; son flanc sud est aligné sur la Via della Foce, tandis qu’il est bordé, au nord, par le temple d’Hercule. Un examen attentif des plaques de la rigole qui entourait ce dernier permet d’établir avec certitude l’antériorité du temple de l’autel rond (ces plaques ont été taillées pour s’adapter au temple préexistant ; Zevi 1969-1970, 100, n. 7 ; Mar 1990, 142-143 ; Pensabene 2007, 56 ; Boos 2011, 64-65 ; Boos 2012, 157-158).

88La divinité à laquelle le petit temple était dédié n’est pas connue. Plusieurs hypothèses ont été formulées mais aucune n’emporte l’adhésion, faute d’argument décisif (Liber Pater [Coarelli 1996, 111-113] ; Portunus [Pensabene 2007, 49, 62] ; Apollon [Carini 2012 ; Bolder Boos 2017, 61-66 qui insiste sur les liens qu’entretiennent Hercule, Esculape et Apollon avec la guérison et la santé, pour justifier leur association supposée au sein de ce sanctuaire] ; Vulcain [Zevi 2012, 559-563]). Selon Boos (2011, 65), la base de la statue cultuelle conserve les traces de pieds à la démarche aisée et une cavité circulaire devant le pied droit (la divinité aurait donc pu tenir un objet allongé). Dans la mesure où il ne reste pas de traces de vêtement, Boos suppose qu’il s’agit d’un dieu masculin.

89Le temple a connu trois phases principales : celle de sa construction, celle d’un réaménagement à l’époque augustéenne et enfin celle de son agrandissement à l’époque domitienne.

90Si on datait généralement sa construction à la fin du iiie ou au début du iie s. av. n.è., sur la base des fragments de céramique retrouvés dans un sondage dans le pronaos (notamment de la vernis noir et un fragment d’amphore rhodienne, datables de la fin du iiie ou du début du iie s. av. n.è.), l’étude récente de ce matériel par Manzini oblige à postposer cette datation à la fin du iie s. av. n.è. (datation qui correspond à celle que suggérait déjà Mar 1990, 142-143). La cella se dresse sur un podium en opus quadratum de blocs de tuf (7,77 × 5,76 m ; haut. 1,20 m) ; des traces d’enduit blanc ont été repérées sur le podium. Le sondage effectué par Zevi dans la cella a révélé quatre niveaux de pavements. Le plus ancien correspond à un opus signinum (à petites tessères de marbre blanc isolées) ; le second à un pavement de mosaïque datable du début de l’époque augustéenne (avec petites tessères blanches encadrées de tessères noires). La cella est précédée d’un pronaos tétrastyle, auquel on accédait, à l’origine, par un escalier sur le côté gauche, donnant sur la Via della Foce, et, par la suite, par un escalier de quatre marches, sur le côté droit (Zevi 1969-1970, 102). L’autel se trouvait devant le pronaos et fit l’objet de plusieurs remaniements (voir Zevi 1969-1970, 103-112) : les blocs avec signatures d’artistes grecs (voir supra) sont remployés lors des modifications apportées à l’autel durant l’époque augustéenne. C’est à cette époque aussi qu’un petit portique est érigé au nord du temple et que ce dernier semble recevoir un entablement de marbre (dont un chapiteau corinthien trouvé à proximité du temple constituerait un témoin).

91Le temple fait l’objet d’un réaménagement profond à l’époque flavienne. Le podium est enseveli lors du rehaussement qui touche toute l’aire sacrée. Les dimensions de la cella (4,80 × 4,95 m) ne peuvent être modifiées, vu sa situation, entre le mur d’enceinte du sanctuaire et le temple d’Hercule. Elle est cependant reconstruite en brique et présente une banquette (haut. 1,15 m) sur trois côtés ; au fond, elle est « précédée de quatre marches, interrompues au centre par un piédestal quadrangulaire en brique sur lequel a été posé un bloc quadrangulaire de travertin », destiné à recevoir la statue de culte (Pensabene 2007, 60). Le pavement est désormais constitué de plaques de marbre blanc (restées partiellement in situ) et d’une mosaïque à tessères blanches (Zevi 1969-1970, 109-110). Le pronaos est agrandi sur ses côtés et en façade (de 1,50 m) : il est désormais distyle in antis et doté d’un fronton en marbre de Luni (dont les éléments de corniche suggèrent une datation à l’époque de Domitien), tout comme le temple dont les parois sont revêtues de marbre. L’accès au temple se serait fait par les côtés du pronaos, puisque l’autel qui a été déplacé avec l’agrandissement du pronaos, se trouve juste devant le temple.

92A été retrouvé dans le temple un autel rond (qui lui a donné son nom) sur lequel figurent deux putti qui portent une guirlande, une torche allumée, un carquois avec une flèche et un arc (Pavolini 2006, 121 ; fig. 70a et b). Il est datable de l’époque domitienne (Top. gen. 1953, 122) ou trajane (Calza, Floriani Squarciapino 1962, 67, n° 23 ; Carini 2012, 566).

Fig. 70a

Fig. 70a

Autel rond (provenant du temple de l’autel rond) (ICCD_E49904 ; E49905)

© DR

Fig. 70b

Fig. 70b

Autel rond (provenant du temple de l’autel rond) (ICCD_E49904 ; E49905)

© DR

Temple tétrastyle (Tempio tetrastilo ; I, XV, 2) (fig. 58, 71)

93Temple prostyle tétrastyle (8,1 × 14,8 m), situé au nord de l’aire sacrée (Pavolini 2006, 118-119 ; Pensabene 2007, 72-78). Le temple était vraisemblablement consacré à Esculape, dont la statue de culte a été retrouvée devant l’escalier. Cette hypothèse est renforcée par la présence, dans la cella, d’une statue de Lucilla, épouse de L. Verus, représentée en Hygie (voir infra ; Pavolini 2006, 118 ; Boos 2011, 66).

Fig. 58

Fig. 58

Plan de l’aire sacrée (Top. gen. 1953)

© DR

Fig. 71

Fig. 71

Temple tétrastyle (PAO_B2736)

© DR

94Le temple est généralement daté de la fin du iie ou du début du ier s. av. n.è. Il se dresse sur un podium (haut. 1,5 m) au parement en opus quasi reticulatum, avec base et corniche de pépérin. La cella (6,4 × 5,8 m), in antis, présente un parement moins soigné (opus incertum-quasi reticulatum), qui était revêtu d’enduit blanc. Au milieu du mur du fond se dresse un podium d’opus caementicium (long. 2 m ; prof. 0,80 m), pour la statue de culte. « Du pavement d’époque impériale est conservé un opus sectile de grandes plaques de giallo antico séparées par des bandes de marbre blanc et de bardiglio » (Pensabene 2007, 78). La cella est précédée d’un pronaos tétrastyle (5 × 6,6 m), aux colonnes de tuf, avec bases et chapiteaux corinthiens en pépérin qui étaient couvertes d’enduit blanc. On y accède par un escalier de tuf de 10 marches, entouré de dés ; celui de droite porte une inscription fragmentaire (voir supra) portant le nom mutilé du magistrat qui a participé à sa construction. Un autel quadrangulaire en tuf, dont subsistent les premières assises, se dresse juste devant l’escalier.

95Les sculptures suivantes se rapportent très vraisemblablement au temple tétrastyle.

  • Fragment de statue en marbre (haut. max. 106 cm ; haut. tête 43 cm), trouvé en 1938 devant l’escalier du temple (Calza, Floriani Squarciapino 1962, 36-37, n° 7 ; fig. 19 ; Zanker in Helbig 1972, 39-40 n° 3032 ; Zevi 1976, 60, fig. 21-25 ; Martin 1987, 228-229, Kat. Nr. 11 ; Ostia 2001, 404 ; Boos 2011, 52, 66 ; fig. 72). La statue est conservée jusque sous le nombril. Le dieu barbu est identifiable à Asclépios. Cette statue, qui représentait le dieu assis, correspond vraisemblablement à la statue de culte du temple tétrastyle. Elle a été datée par Zanker de la fin du iie ou du début du ier s. av. n.è. et peut être attribuée à un atelier néo-attique de Rome ou du Latium.

Fig. 72

Fig. 72

Statue d’Asclépios (Zevi 2001, 16, fig. 6)

© DR

  • Tête de Lucille en marbre (haut. de la tête 31 cm, avec le cou), trouvée en 1938 dans le temple (Zevi 1976, 61 ; Calza 1978, 17-18 n° 13 ; pl. 8 ; 88-89, n° 121-122 ; pl. 79-80 ; Calza, Floriani Squarciapino 1962, 59, n° 21), avec deux petits pieds (larg. 8 ; long. 11 cm) et le bras gauche qui portait une boîte d’onguent (long. 27 ; larg. 9,8 cm). Ce dernier élément permet de supposer que la fille de Marc Aurèle et épouse de Lucius Verus ait été représentée ici en Hygie.

  • Jambes appartenant à une statue cuirassée plus grande que nature (haut. 63 cm ; long. des pieds : 33 cm), trouvées dans la cella du temple tétrastyle) (Zevi 1976, 61, n. 42 ; Calza 1978, 89, n° 123, pl. 80 ; Calza, Floriani Squarciapino 1962, 59, n° 21). Les pieds sont chaussés de caligae, du type de celles qui accompagnent la cuirasse. Il est possible que ces jambes aient appartenu à une statue de Lucius Verus (la supposition se base sur l’inscription retrouvée à proximité, voir supra et sur la statue de Lucille, décrite ci- dessus). Outre les jambes, ont été retrouvés un bras et une main avec un globe.

Lieu de réunion ou de culte de dévots de Jupiter Dolichenus (?) (fig. 58 et 73)

96La pièce à l’ouest du temple tétrastyle pourrait correspondre à un lieu de culte. Celle-ci n’est presque pas documentée (Calza 1938-1939, 388-389 ; Fuhrmann 1940, 432 ; Pellegrino 1996, 570 ; Steuernagel 2004, 88-89, 244 ; Bakker http://www.ostia-antica.org/​regio1/​15/​15-1.htm). Elle est définie comme « santuario » par son fouilleur, Calza, dans les brèves lignes qu’il lui consacre. Il s’agit d’une pièce rectangulaire, aux murs en opus mixtum (époque trajane) ; elle est précédée d’une sorte de pronaos, aménagé plus tardivement. Une niche murale orne le mur du fond, à droite ; elle semble reposer sur une base. Un podium bas (0,30-0,45 m) court le long de ce même mur nord. Des peintures (d’époque sévérienne) sont préservées sur le mur est. Selon Calza, la dédicace de Q. Plinius Nigrinus à Jupiter Dolichenus (voir supra) a été retrouvée dans cette pièce (en même temps que les inscriptions Bloch 1953, 5, 17 et 18 ; voir aussi en ce sens Becatti 1954, 73). Sur cette base, le fouilleur suggérait avec prudence d’identifier la pièce à un lieu de culte dédié à Jupiter Dolichenus. Dans la mesure où l’une des autres inscriptions retrouvées en même temps mentionne des cult[ores] et l’agrandissement d’un local (Bloch 1953, 17), on pourrait considérer qu’il s’agit du lieu de réunion d’une association de dévots qui honorait la divinité de Commagène (Bloch 1953, 4-5) mais aussi la famille impériale (Bloch 1953, 17 et 18 ; Van Haeperen 2011, 118-121). Comme Hercule, dieu principal de l’aire sacrée, Jupiter Dolichenus se caractérisait par un ample domaine d’action lié à sa souveraineté et revêtait donc des fonctions de protecteur. La proximité fonctionnelle entre Hercule et la divinité de Commagène a pu conduire ces cultores à s’établir en cet endroit, avec l’autorisation des autorités de la colonie.

Fig. 58

Fig. 58

Plan de l’aire sacrée (Top. gen. 1953)

© DR

Fig. 73

Fig. 73

Salle à l’ouest du temple tétrastyle, identifiable à un lieu de réunion des dévots de Jupiter Dolichenus (PAO_C 919)

© DR

97Toutefois, Bloch indique que ces inscriptions ont été retrouvées dans la cella du temple tétrastyle (certains savants ont dès lors suggéré que s’y serait produit un syncrétisme entre Esculape et Jupiter Dolichenus [Coarelli 1996, 584]). Le journal de fouilles semblant avoir disparu, il n’est pas possible de vérifier le lieu de découverte de celles-ci, même si j’aurais tendance à suivre l’information donnée par le fouilleur.

98Quoi qu’il en soit, la pièce à l’est du temple tétrastyle est pourvue d’une niche et pourrait avoir servi de lieu de réunion ou de culte pour une association.

99Il est possible que les sodales Herculani se soient réunis au sein de l’aire sacrée. Ceux-ci sont attestés par deux inscriptions qui ne sont pas liées au sanctuaire – l’une est funéraire, l’autre honorifique (Bloch 1953, 49 = AE 1988, 201 [fin iie s.] et Bloch 1953, 54 = AE 1982, 132 [iiie s.]). Mar (1990, 152-153) a suggéré que la domus dell’Area sacra (I, XIV, 3) correspondait au lieu de réunion de ces sodales dans lesquels il reconnaît les membres d’une association cultuelle. Ces sodales ne semblent cependant pas avoir formé une association de type collégial, puisque leur titre apparaît avec d’autres sacerdoces municipaux dans leur cursus (Steuernagel 2004, 89).

Bibliographie

  

Andrén 1980 : A. Andrén, « Un gruppo di antefisse fittili etrusco-lazali e la questione dell’esistenza di un abitato ostiense anteriore alla colonia romana », in StEtr, 40, 1980, 93-99.

Bargagli, Grosso 1997 : B. Bargagli, C. Grosso, I Fasti Ostienses: documento della storia di Ostia, Roma 1997.

Becatti 1939 : G. Becatti, « Il culto di Ercole ad Ostia ed un nuovo rilievo votivo », in BullComm, 67, 1939, 37-60.

Becatti 1942b : G. Becatti, « Nuovo documento del culto di Ercole ad Ostia », in BullCom, 70, 1942b, 115-125.

Becatti 1954 : G. Becatti, I mitrei, Roma 1954 (Scavi di Ostia, 2).

Bloch 1953 : H. Bloch, « Ostia - Iscrizioni rinvenute tra il 1930 e il 1939 », in NSA, 78, 1953, 239-306.

Bloch 1958 : H. Bloch, « C. Cartilius Poplicola », in M. Floriani Squarciapino éd., Le necropoli. I. Le tombe di età repubblicana e augustea, Roma 1958, 209-219 (Scavi di Ostia, 3).

Boin 2010a : D. Boin, « A Hall for Hercules at Ostia and a Farewell to the Late Antique ’Pagan Revival’« , in AJA, 114, 2010a, 253-266.

Bolder Boos 2017 : M. Bolder Boos, « Der Tempel des Hercules in Ostia und die Bedeutung der republikanischen Kultstätte vor den Mauern des Castrums », in RM, 123, 2017, 47-72.

Bollmann 1998 : B. Bollmann, Römische Vereinshauser : Untersuchungen zu den Scholae der römischen Berufs-, Kult- und Augustalen-Kollegien in Italien, Mainz 1998.

Boos 2011 : M. Boos, heiligtümer römischer Bürgerkolonien. Archäologische Untersuchungen zur sakralen Ausstattung republikanischer coloniae civium Romanorum, Rahden/Westfalen 2011 (Internationale Archäologie, 119)

Boos 2012 : M. Boos, « Hercules und die ’area sacra dei templi repubblicani’« , in H. Svenshon, M. Boos, Fr. Lang, éds., Ostia, in Werkraum Antike. Beiträge zur Archäologie und antiken Baugeschichte, Darmstadt 2012, 149-166.

Calza 1938 : G. Calza, « La resurrezione di Ostia antica per l’Esposizione Universale di Roma », in Gnomon, 14, 1938, 605-608.

Calza 1938-39 : G. Calza , « Scavi a Ostia », in Le Arti, 1, 1938-1939, 388-393.

Calza 1964 : R. Calza, I Ritratti, Roma 1964 (Scavi di Ostia, 5).

Calza 1978 : R. Calza, Ritratti romani dal 160 circa alla meta del III sec. d.C., Roma 1978 (Scavi di Ostia, 9).

Calza, Floriani Squarciapino 1962 : R. Calza, M. Floriani Squarciapino, Museo Ostiense (60 illustrazioni), Rome 1962.

Carini 2012 : A. Carini, « Osservazioni sul tempio dell’ara rotonda », in Ostraka, 2012, 565-571.

Cébeillac 1971 : M. Cébeillac, « Quelques inscriptions inédites d’Ostie : de la République à l’Empire », in MEFRA, 83, 1971, 39-125.

Coarelli 1994 : F. Coarelli, « Saturnino, Ostia e l’annona. Il controllo e l’organizzazione del commercio del grano tra II e I secolo a.C. », in Le ravitaillement en blé de Rome, Naples-Rome 1994, 35-46.

Coarelli 1996 : F. Coarelli, « Il forum vinarium di Ostia : un’ipotesi di localizzazione », in A. Gallina Zevi, A. Claridge éds., Roman Ostia revisited : archaeological and historical papers in memory of Russel Meiggs, Roma 1996, 105-113.

Ep. lat. 2006 : M. Cébeillac Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigraphie latine, Paris, 2006.

Ep. lat. 2010 : M. Cébeillac Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina : Ostia, cento iscrizioni in contesto, Roma 2010.

Fuhrmann 1940 : H. Fuhrmann, « Archäologische Grabungen und Funde in Italien und Libyen », in AA, 1940, 362-554.

Helbig 1972 : W. Helbig, Museo Ostiense in Ostia Antica ; Museo der Villa Hadriana in Tivoli ; Villa Albani, Tübingen, 1972.

Horn 1938 : R. Horn, « Archäologische Funde in Italien, Tripolitanien, der Kyrenaika und Albanien », in AA, 1938, 616-744.

Manzini 2016 : I. Manzini, « Un confronto con l’area urbana di Ostia : i materiali repubblicani del tempio dell’ara rotonda », in G. Olcese, C. Coletti éds., Ceramiche da contesti repubblicani del territorio di Ostia, Rome 2016, 163-174.

Mar 1990 : R. Mar, « El santuario de Hercules y la urbanistica de Ostia », in ArchEspA, 63, 1990, 137-160.

Mar 1996 : R. Mar, « Santuarios e inversion inmobiliaria en la urbanistica ostiense del siglo II », in A. Gallina Zevi, A. Claridge éds., Roman Ostia Revisited, Roma 1996, 115-164.

Marchesini 2012-2013 : R. Marchesini, Sacra peregrina ad Ostia e Porto : Mithra, Iuppiter Sabazius, Iuppiter Dolichenus, Iuppiter Heliopolitanus, Roma, Sapienza. Università di Roma, 2012-2013 (Dottorato di Ricerca in Filologia e Storia del Mondo Antico).

Martin 1987 : H.G. Martin, Römische Tempelkultbilder, Roma 1987.

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Ostia 2001 : J.-P. Descoeudres éd., Ostie, port et porte de la Rome antique, Genève 2001.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Pellegrino 1996 : A. Pellegrino, « Les cultes de Jupiter Dolichénien et de Jupiter Héliopolitain à Ostie », in G.M. Bellelli, U. Bianchi éds., Orientalia sacra urbis Romae. Dolichena et Heliopolitana, Roma 1996, 561-580.

Pensabene 2007 : P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

Ricciardi, Scrinari 1996 : M.A. Ricciardi, V.S.M. Scrinari, La civiltà dell’acqua in Ostia Antica, Rome 1996.

Rieger 2004 : A.K. Rieger, Heiligtümer in Ostia, Münich 2004.

Shoe 1965 : L.M. Shoe, Etruscan and Roman Republican Mouldings, Rome 1965 (MAAR, 28).

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Top. gen. 1953 : G. Calza, G. Becatti, I. Gismondi, G. De Angelis d’Ossat, H. Bloch, Topografia Generale, Roma 1953 (Scavi di Ostia, 1).

Van Haeperen 2006 : F. Van Haeperen, « Interventions de Rome dans les cultes et sanctuaires de son port, Ostie », in M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier éds., Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain, Bruxelles 2006, 31-50.

Van Haeperen 2011 : F. Van Haeperen, « Cohabitations religieuses à Ostie, port de Rome », in N. Belayche, J.-D. Dubois éds., L’Oiseau et le poisson. Cohabitations religieuses dans les mondes grec et romain, Paris 2011, 109-128.

Van Haeperen 2017b : F. Van Haeperen, « Installation des cultes et sanctuaires publics d’Ostie, port de Rome (4e s. av. n.è.-3e s. ap.) », in S. Agusta-Boularot, S. Huber, W. Van Andringa éds., Quand naissent les dieux : fondation des sanctuaires antiques : Motivations, agents, lieux, Rome 2017, 259-275 (Coll. EFR, 534).

Zevi 1969-1970 : F. Zevi, « Tre iscrizioni con firme di artisti greci. Saggi nel Tempio dell’Ara Rotonda a Ostia », in RPAA, 42, 1969-1970, 95-116.

Zevi 1971c : F. Zevi, « Frammento di antefissa », in Museo Ostiense, nuove immissioni, 1971, 29.

Zevi 1976 : F. Zevi, « Monumenti e aspetti culturali di Ostia repubblicana », in P. Zanker éd., Hellenismus in Mittelitalien. I., Göttingen 1976, 52-63.

Zevi 2012 : F. Zevi, « Culti ed edifici templari di Ostia repubblicana », in Ostraka, 2012, 537-563.

Table des illustrations

Titre Fig. 3
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, sous la République (d’après Tog. gen. 1953, fig. 29)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-1.jpg
Fichier image/, 720k
Titre Fig 4
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, d’Auguste à la fin de l’époque flavienne (d’après Tog. gen. 1953, fig. 30)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-2.jpg
Fichier image/, 216k
Titre Fig. 6
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s. 1. Capitole d’époque hadrienne ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-3.jpg
Fichier image/, 444k
Titre Fig. 58
Légende Plan de l’aire sacrée (Top. gen. 1953)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-4.jpg
Fichier image/, 312k
Titre Fig. 59
Légende Inscription CIL I², 3026
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-5.jpg
Fichier image/, 96k
Titre Fig. 60
Légende Relief offert par l’haruspice C. Fulvius Salvis (CIL I², 3027)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-6.jpg
Fichier image/, 172k
Titre Fig. 61
Légende Relief représentant Thésée et Ariane (CIL I, 3032)
Crédits © Corpus Inscriptionum Latinarum
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-7.jpg
Fichier image/, 116k
Titre Fig. 62
Légende Autel de marbre avec dédicace à l’Aqua Saluia (CIL XIV, 4280)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-8.jpg
Fichier image/, 188k
Titre Fig. 63
Légende Autel de marbre consacré à Hercule Inuictus (AE 1948, 126 ; © Corpus Inscriptionum Latinarum)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-9.jpg
Fichier image/, 172k
Titre Fig. 64
Légende Temple tétrastyle, avec inscription sur le bloc formant le dé droit de l’escalier (Bloch 1953, 65 ; PAO_B_3337)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-10.jpg
Fichier image/, 952k
Titre Fig. 65
Légende Bloc de travertin, avec inscription AE 1971, 76
Crédits © Corpus Inscriptionum Latinarum
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-11.jpg
Fichier image/, 116k
Titre Fig. 66
Légende Statue de Poplicola (DAI_38.1545)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-12.jpg
Fichier image/, 472k
Titre Fig. 67
Légende Salle des autels (PAO_B3338)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-13.jpg
Fichier image/, 984k
Titre Fig. 68
Légende Temple d’Hercule (PAO_ B_2729)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-14.jpg
Fichier image/, 864k
Titre Fig. 69
Légende Temple de l’autel rond (PAO_B2932)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-15.jpg
Fichier image/, 1,2M
Titre Fig. 70a
Légende Autel rond (provenant du temple de l’autel rond) (ICCD_E49904 ; E49905)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-16.jpg
Fichier image/, 96k
Titre Fig. 70b
Légende Autel rond (provenant du temple de l’autel rond) (ICCD_E49904 ; E49905)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-17.jpg
Fichier image/, 96k
Titre Fig. 71
Légende Temple tétrastyle (PAO_B2736)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-18.jpg
Fichier image/, 1020k
Titre Fig. 72
Légende Statue d’Asclépios (Zevi 2001, 16, fig. 6)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-19.jpg
Fichier image/, 384k
Titre Fig. 73
Légende Salle à l’ouest du temple tétrastyle, identifiable à un lieu de réunion des dévots de Jupiter Dolichenus (PAO_C 919)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6973/img-20.jpg
Fichier image/, 2,2M

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter