Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Aire sacrée de Mater Magna (IV, 1)

Texte intégral

1Vaste aire sacrée (4500 m²) de forme triangulaire, située au sud de la ville, entre la muraille tardo- républicaine et le cardo maximus (fig. 4, 6, 11 ; Visconti 1868, 362-413 ; Paschetto 1912, 370-384 ; Calza 1947 ; R. Calza 1947 ; Floriani Squarciapino 1962, 1-18 ; Meiggs 1973, 356-366 ; Pellegrino 1987 ; Zevi 1997, 457-459 ; Berlioz 1997 ; Bollmann 1998, 318-320 ; Mar 1999a, 20-22 ; Mar 1999b, 83 ; Mar 2002, 126 ; Rieger 2004, 93-172, 281-301 ; Steuernagel 2004, 77, 94-96, 114, 116, 228-235 ; Pavolini 2006, 207-210 ; Pensabene 2007, 321-334 ; Van Haeperen 2011, 121-124 ; Boin 2013 ; Cooley 2015 ; Van Haeperen 2017a, 92-99, 108-112).

Fig.4

Fig.4

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, d’Auguste à la fin de l’époque flavienne (d’après Top. gen. 1953, fig. 30)

© DR

Fig. 6

Fig. 6

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s. : 1. Capitole de l’époque d'Hadrien ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire

© DR

Fig. 11

Fig. 11

Plan du Campus (d’après Top. gen. 1953 ; http://www.ostia-antica.org/​regio4/​1/​1.htm)

© DR

2Elle est dominée par le temple de Mater Magna, qui se dresse sur un podium dans l’angle sud-ouest ; elle comporte aussi, au sud-est, une chapelle close sur elle-même, dédiée à Attis (appelée Attideum par les Modernes). À l’est de l’Attideum, une portion de terrain a été retranchée du Campus pour y établir un lieu de culte à Bellone (voir fiche Ostia. Temple de Bellone). Le Campus compte également une série d’autres pièces, parmi lesquelles deux, en forme de petits temples, au nord de l’Attideum, et plusieurs vastes pièces le long de l’enceinte sud-ouest/nord-est (fig. 11, 31, 32).

Fig. 31

Fig. 31

Plan de la partie orientale du Campus (Top. gen. 1953)

© DR

Fig. 32

Fig. 32

Plan de la partie occidentale du Campus (Top. gen. 1953)

© DR

3Le nom antique de l’aire sacrée est attesté par l’épigraphie (CIL XIV, 324 ; voir infra) : Campus Matris deum. Le terme campus est utilisé ici dans un contexte urbain (et non agricole) et peut donc être compris dans son sens militaire. La Mater Magna, souvent couronnée de murailles, apparaît ainsi comme protectrice de la ville (Berlioz 1997, 108 ; Van Haeperen 2011, 121-124).

4Le terrain humide, voire marécageux, où est aménagé le Campus, fait l’objet d’un assainissement à l’époque augustéenne (Mar 1999a, 20-22 ; Mar 1999b, 83). La première phase du sanctuaire n’est cependant pas antérieure au milieu du ier siècle de n.è (Berlioz 1997, 97-110 ; Mar 2002, 126 ; Rieger 2004, 96-172 ; Pavolini 2006, 207-210 ; Pensabene 2007, 321-334).

5L’aire sacrée compte parmi les lieux de culte publics de la colonie, comme l’attestent divers éléments. D’une part, les prêtres, prêtresses et archigalles de la déesse s’y présentent, dans leur titre, comme liés à la colonie d’Ostie (CIL XIV, 34-35, 371, 385, 4304, 4627) : il s’agit bien d’agents cultuels publics. D’autre part, le pontife de Vulcain et des édifices sacrés, le prêtre le plus important de la colonie, donne son autorisation à l’érection de statues, par des particuliers, dans le Campus de la déesse (CIL XIV, 324-325, voir infra). Enfin, le très vaste espace qui constitue le sanctuaire indique, sans l’ombre d’un doute, son caractère public.

6Les structures les plus anciennes du Campus, généralement datées du milieu du ier s., correspondent d’une part au sanctuaire d’Attis, d’autre part à des vestiges situés derrière le temple de Mater Magna, qui les oblitère en partie (voir infra pour une description détaillée et les références). Cependant, d’après les brèves données préliminaires issues des fouilles espagnoles des années 1990, une première phase du temple de la déesse pourrait remonter à la même époque ou peu après. Si cette datation précoce contraste avec les propositions antérieures, privilégiant une datation à l’époque d’Hadrien ou d’Antonin pour le temple actuellement visible, elle semble toutefois basée sur de nouvelles données stratigraphiques. Il est tentant de mettre l’aménagement du Campus vers le milieu du ier siècle en rapport avec l’introduction, sous l’empereur Claude, des fêtes de mars de la déesse dans le calendrier public (Floriani Squarciapino 1962, 6 ; Zevi 1997, 458). Seule construction imposante du Campus, le temple est visible depuis l’entrée du sanctuaire, donnant sur le cardo maximus. Devant le temple se trouvent les restes d’un grand autel.

7Le portique (fig. 11, n° 2) qui court le long de la muraille républicaine semble avoir été aménagé en même temps que le temple de la déesse, tout comme l’espace occupant une tour de la muraille (n° 6). Ce dernier a longtemps été interprété comme la fossa sanguinis, la fosse où aurait été pratiqué le rite du taurobole. Une telle identification doit cependant être rejetée (voir infra). Il s’agit plus vraisemblablement d’une citerne.

8L’Attideum fait l’objet d’un agrandissement entre l’époque antonine et le milieu du iiie s. (voir infra). Une pièce à abside, dont l’entrée est encadrée de deux thélamons représentant le dieu Pan, est alors adjointe à l’enceinte carrée (n° 3). Y ont été retrouvées de nombreuses sculptures et dédicaces. Quant à l’entrée de l’Attideum, elle est monumentalisée.

9Deux pièces, mal documentées, sont construites à proximité de l’Attideum, vers la même époque (n° 7 et 8). Il pourrait s’agir de chapelles ou de sièges de collèges (voir infra). Au nord du Campus sont aménagées de grandes pièces qui restent très mal connues (n° 10). Peut-être s’agit-il de sièges de collèges. Quant au très vaste espace resté libre au centre du Campus, certains ont supposé qu’il a pu accueillir des pins, voire un bosquet sacré et qu’il était utilisé pour les processions des fêtes de mars (voir infra).

10Deux associations (collegia) directement liées au culte public de Mater Magna disposent d’un siège (schola) au sein du Campus. Si ces locaux ne sont pas identifiés avec certitude sur le terrain, ils sont cependant attestés par les textes épigraphiques. Les dendrophores, responsables de la procession de l’arbre lors des fêtes de mars, dédient leur schola au Numen de la maison impériale (voir infra). Les cannophores qui étaient chargés de la procession du roseau lors de ces mêmes fêtes, se voient également dotés d’une schola dans le vaste espace du Campus. Si on ignore quel en est le dédicataire, on pourrait ici aussi songer à la maison impériale, au vu des dédicaces qui ont été posées pour ou par les cannophores (voir infra ; sur ces deux associations à Ostie, Van Haeperen 2017a, 87-118).

11Le Campus est toujours fréquenté au ive s., comme l’attestent notamment des dédicaces tardives.

12Les commanditaires des lieux de culte du Campus ne sont pas connus. La modestie des moyens mis en œuvre (absence de colonnes de marbre par exemple) invite à y reconnaître des évergètes privés. Peut-être les associations actives dans le Campus ont-elles contribué à réaliser le temple de la déesse (à l’instar de l’association des licteurs et esclaves publics de la cité qui finance le temple de Bellone [voir fiche Ostia. Temple de Bellone] ; voir Pensabene 2007, 332). On ne peut cependant exclure l’intervention d’un seul évergète voire d’un magistrat de la cité.

Sources épigraphiques

Inscriptions retrouvées dans et à proximité de l’attideum

13Les inscriptions retrouvées dans et à proximité de l’Attideum sont gravées sur des offrandes correspondant à des sculptures en marbre, qui seront décrites infra.

14Huit d’entre elles émanent de Gaius Cartilius Euplus qui ne fournit, sur sa personne, aucune autre indication que son nom. Ceci est peut-être révélateur du fait qu’il n’aurait pas revêtu de fonction particulière dans le culte (sur ces dédicaces, Cooley 2015, 248-250). Ses offrandes sont datables de la seconde moitié du iie s., sur la base de la paléographie et du style des statues offertes. Elles proviennent toutes de la chapelle absidée du sanctuaire d’Attis, à l’exception d’une statue d’Attis couché, tête couverte d’une couronne radiée, retrouvée à l’extrémité orientale du portique par Visconti (1869), avec la ciste de l’archigalle de la colonie, M. Modius Maximus et une statue de bronze de Vénus (voir infra). Deux inscriptions émanant de Gaius Euplus ont été retrouvées réutilisées dans des pavements tardifs des thermes du forum ; il est vraisemblable qu’elles proviennent également de l’Attideum (CIL XIV, 5385 ; Marinucci 1992, 204 C69 n° 2).

15CCCA III, 367 ; Rieger 2004, 285, MM15, fig. 102a (fig. 12)

16Statuette de Vénus, trouvée dans l’Attideum (voir infra). L’inscription court sur la plinthe.

C(aius) Cartilius Euplus
d(onum) d(edit).

« Gaius Cartilius Euplus a offert ce don. »

Fig. 12

Fig. 12

Statuette de Vénus, trouvée dans l’Attideum (CCCA III, 367 ; Rieger 285, MM15, fig. 102a)

© DR

17CCCA III, 369 ; Rieger 2004, 287, MM22 fig. 95a-c (fig. 13)

18Statue de taureau, trouvée dans l’Attideum (voir infra). L’inscription court sur la base.

C(aius) Cartilius Euplus
d(onum) d(edit).

« Gaius Cartilius Euplus a offert ce don ».

Fig. 13

Fig. 13

Statuette de taureau, trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0037)

© DR

19CCCA III, 375 ; Rieger 2004, 286, MM21, fig. 93a-c (fig. 14, a, b, c)

20Frise d’animaux en marbre, trouvée dans l’Attideum (voir infra). L’inscription court sur la bordure inférieure de la frise.

Numini Attis C(aius) Cartilius Euplu (sic) ex [mon]itu deae.

« Au Numen d’Attis, Gaius Cartilius Euplus (a fait), à la suite d’un avertissement de la déesse ».

Fig. 14

Fig. 14

a, b, c : Frise d’animaux, trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0043 ; 2003-0044 ; 2003-0046)

© DR

21AE 1948, 32 ; CCCA III, 376 ; Rieger 2004, 286, MM20, fig. 96 (fig. 15)

22Pin en marbre, trouvé dans l’Attideum (voir infra). L’inscription court sur la plinthe.

Atti(di) sacrum
C(aius) Cartilius Euplu(s)
ex monitu deae.

« Consacré à Attis. Gaius Cartilius Euplus, à la suite d’un avertissement de la déesse ».

Fig. 15

Fig. 15

Pin en marbre, trouvé dans l’Attideum (DAI-2003-0040)

© DR

23AE 1948, 33 ; CCCA III, 377 ; Rieger 2004, 285, MM14, fig. 106 (fig. 16)

24Statuette d’un jeune homme casqué, trouvée dans l’Attideum (voir infra). L’inscription court sur la plinthe.

C(aius) Cartiliu[s].

Fig. 16

Fig. 16

Statuette d’un jeune homme casqué, trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0054)

© DR

25AE 1948, 34 ; CCCA III, 373 ; Rieger 2004, 285, MM13, fig. 101 (fig. 17)

26Statuette d’un jeune homme (Apollon ? ; Rieger), trouvée dans l’Attideum (voir infra). L’inscription court sur la plinthe.

C(aius) Cartilius Euplus
ex monitu deae d(onum) d(edit).

« Gaius Cartilius Euplus a offert ce don à la suite d’un avertissement de la déesse ».

Fig. 17

Fig. 17

Statuette d’un jeune homme (Apollon ?), trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0078)

© DR

27CCCA III, 383 ; Rieger 2004, 284, MM10, fig. 94 (fig. 18)

28Statuette d’Attis sur un lion, trouvée dans l’Attideum (voir infra). L’inscription court sur la plinthe.

C(aius) Cartilius Euplus
ex monitu deae d(onum) d(edit).

« Gaius Cartilius Euplus a offert ce don à la suite d’un avertissement de la déesse ».

Fig. 18

Fig. 18

Statuette d’Attis sur un lion, trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0048)

© DR

29CIL XIV, 38 ; CCCA III, 394 ; Rieger 2004, 282, MM3, fig. 107, 108 a-c ; EDR144129 (Raffaella Marchesini) (fig. 19)

30Statue en marbre d’Attis couché, trouvée dans le portique à proximité de l’Attideum, attribuable à l’Attideum (voir infra). L’inscription court sous la statue.

Numini Attis C(aius) Cartilius Euplus ex monitu deae.

« Au Numen d’Attis, Gaius Cartilius Euplus (a fait) à la suite d’un avertissement de la déesse ».

Fig. 19

Fig. 19

Statue d’Attis couché, trouvée à proximité de l’Attideum (CCCA III, 394)

© DR

31CIL XIV, 385 ; CCCA III, 395 ; Rieger 2004, 282, MM4, fig. 119a-b (fig. 20)

32Ciste-modius de l’archigalle Marcus Modius Maximus, trouvée dans le portique à proximité de l’Attideum (voir infra). Le titre de l’archigalle court de part et d’autre d’une syrinx.

M(arcus) Modius
Maxximus
archi =
gallus
colo =
niae
Osti =
ensis.

« Marcus Modius Maximus, archigalle de la colonie d’Ostie ».

33Datation : iie s. ? (Rieger).

Fig. 20

Fig. 20

Ciste-modius de l’archigalle M. Modius Maximus, trouvée à proximité de l’Attideum (Rieger 2004, 146, https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:M._Modius_Maximus,_Archigallus_Coloniae_Ostiensis.jpg)

© DR

34AE 1945, 55a ; AE 1955, 180 ; CCCA III, 366 ; Rieger 2004, 287, MM24, fig. 126 a-b ; EDR073502 (Ruck) (fig. 21a, b)

35Statue de Dionysos (voir infra), trouvée dans l’Attideum. L’inscription court sur la base.

Volusianus u(ir) c(larissimus) ex pra =
efe(c)tis tauroboliatus d(onum) d(edit).

« Volusianus, clarissime, ancien préfet, taurobolié, a offert ce don ».

36Datation : postérieure à la préfecture de Volusianus en 365-366.

Fig. 21

Fig. 21

Statue de Dionysos, trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0083 ; 2003-0084)

© DR

Inscriptions relatives aux cannophores

37Sept petites bases de marbre relatives aux cannophores (CIL XIV, 34-37, 116, 117, 119 = Rieger 2004, MM 42-45, 46-48) ont été retrouvées ensemble à Ostie, en 1867, dans l’une des niches du podium, à l’arrière du temple de Mater Magna, dont l’ouverture avait été soigneusement obturée (Visconti 1868, 362, 377, 390-396). Ces sept bases, de facture similaire, portaient à l’origine des statuettes d’argent, comme l’indique leur texte ; des traces de fixations en fer étaient encore visibles lors de la découverte. Dans la même niche fut découverte une statue de Mater Magna assise (Visconti 1868, 390). On peut supposer que la dédicace CIL XIV, 118, également relative aux cannophores et très similaire aux précédentes mais trouvée hors du Campus, était, à l’origine, exposée au même endroit que celles-ci. L’emplacement originel de ces offrandes ne correspondait cependant pas à la niche du temple où elles ont été déplacées, sans doute pour les protéger. Selon toute vraisemblance, celles-ci ornaient le siège du collège, édifié par les cannophores, à leurs frais (CIL XIV, 285 ; voir aussi Cooley 2015, 256). Deux autres dédicaces faites par les cannophores ont été trouvées en remploi dans une des pièces au nord du Campus (CCCA III, 398-399). Si elles diffèrent de celles retrouvées dans la niche à l’arrière du temple, elles sont en revanche très proches l’une de l’autre au niveau de la forme matérielle (pour un examen détaillé de l’ensemble de ces dédicaces, Van Haeperen 2017a, 92-99, 108-110).

38Enfin, deux fragments d’album de cannophores ont été retrouvés l’un dans le Campus (semble-t-il dans l’Attideum), l’autre remployé dans le mur de l’évêché d’Ostie.

39CIL XIV, 34 ; CCCA III, 401 ; Rieger 2004, 290, MM42, fig. 109 a-b ; EDR151086 (Raffaella Marchesini) (fig. 22a)

Fig. 22a

Fig. 22a

Inscriptions relatives aux cannophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 34 ; CCCA III, 401 ; Rieger 2004, 290 (fig. 109 a-b)

© DR

40Petite base de marbre (31,7 × 21,5 × 19 cm) retrouvée dans la niche à l’arrière du podium du temple de Mater Magna.

<sur la bordure>
P[[ro salute imp(eratoris) ---F]] =
<sur le champ épigraphique>
elicis Q(uintus) Caecilius
Fuscus archigal =
lus coloniae Ost(i)en =
sis imaginem
Matris deum ar =
genteam p(ondo) I cum
signo Nemesem
kannophris( !)
<sur la bordure>
Ostiensibus d(onum) d(edit).

« [[Pour le salut de l’empereur ---]], Heureux, Quintus Caecilius Fuscus, archigalle de la colonie d’Ostie, a offert en don, aux cannophores d’Ostie, une statuette en argent de la Mère des dieux, d’une livre, avec une statuette de Némésis ».

41L’empereur dont le nom est martelé correspondrait, selon Rieger, à Caracalla. Toutefois, il s’agit plus vraisemblablement de Commode (EDR : Marchesini ; lignes 1-2 : P[[ro salute Imp(eratoris) Caes(aris) M(arci Aureli Antonini Pii F]]elicis [CIL]). L’inscription aurait dès lors été posée entre 169 et 171. Le même dédicant apparaît dans l’inscription CIL XIV, 35 et dans AE 1948, 24, complétée par Licordari (voir infra). Les mots cum signo Nemesem, peu clairs, pourraient signifier que Mater Magna était représentée avec une statuette de Némésis.

42CIL XIV, 35 ; CCCA III, 402 ; Rieger 2004, 290-291, MM43, fig. 110 ; EDR151087 (Raffaella Marchesini) (fig. 22b)

Fig. 22b

Fig. 22b

Inscriptions relatives aux cannophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 35 ; CCCA III, 402 ; Rieger 2004, 290-291 (fig. 110)

© DR

43Petite base de marbre (27,5 × 20,3 × 12,3 cm) retrouvée avec CIL XIV, 34 (Visconti 1868, 390-396), dans la niche à l’arrière du podium du temple de Mater Magna.

Q(uintus) Caecilius
Fuscus archigal =
lus c(oloniae) O(stiensis)
imaginem At =
tis argentiam( !)
p(ondo) I cum sigillo
Frugem aereo ca =
nnophoris Ostien =
sibus donum de =
dit.

« Quintus Caecilius Fuscus, archigalle de la colonie d’Ostie, a offert en don aux cannophores d’Ostie une statuette en argent d’Attis, d’une livre, avec une statuette en bronze de Frux ».

44Le dédicant apparaît aussi dans l’inscription CIL XIV, 34 et dans AE 1948, 24, complétée par Licordari (voir infra). Les mots cum sigillo frugem aereo pourraient signifier que la statuette d’Attis tenait des épis de blé (Visconti) ou une pomme de pin (Rieger) en main.

45Datable vraisemblablement de l’époque de Commode (voir CIL XIV, 34).

46CIL XIV, 36 ; ILS 4113 ; CCCA III, 403 ; Rieger 2004, 291, MM44, fig. 111 a-b ; EDR151088 (Raffaella Marchesini) (fig. 22c)

Fig. 22c

Fig. 22c

Inscriptions relatives aux cannophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 36 ; CCCA III, 403 ; Rieger 2004, 291 (fig. 111 a-b)

© DR

47Petite base de marbre (31,2 × 22 × 20 cm) retrouvée avec les deux précédentes, dans la niche à l’arrière du podium du temple de Mater Magna.

Calpurnia
Chelido
typum Matris
deum argenti
p(ondo) II can{t}noforis
Ost(iensibus) d(ono) d(edit)
et dedicabit.

« Calpurnia Chelido a offert en don aux cannophores d’Ostie une statuette en argent de la Mère des dieux, de deux livres, et l’a dédiée ».

48Datable de la fin du iie ou du début du iiie s. (EDR : 171-230).

49CIL XIV, 37 ; ILS 4114 ; CCCA III, 404 ; Rieger 2004, 291, MM45, fig. 112 a-b ; EDR151089 (Raffaella Marchesini) (fig. 22d)

Fig. 22d

Fig. 22d

Inscriptions relatives aux cannophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 37 ; CCCA III, 404 ; Rieger 2004, 291 (fig. 112 a-b)

© DR

50Petite base de marbre (34,3 × 34 × 24,5 cm) retrouvée en 1867 (Visconti 1868, 392), avec les précédentes, dans la niche à l’arrière du podium du temple (Rieger). Sur le côté gauche, une syrinx ; sur le côté droit, un bonnet phrygien et un pedum (et non un lituus comme indiqué dans le CIL ; voir Rieger fig. 112b).

51C’est peut-être le même individu qui pose une épitaphe pour son épouse Sallustia Crispina (CIL XIV, 912).

Q(uintus) Domitius
Aterianus pat(er)
et Domitia
Ciuitas mat(er)
signum Attis
cann(ophoris) Ost(iensibus)
d(onum) d(ederunt).

« Quintus Domitius Aterianus, père, et Domitia Civitas, mère, ont offert en don aux cannophores d’Ostie une statuette d’Attis ».

52Datation : entre 171 et 230 (EDR).

53CIL XIV, 116 ; CCCA III, 415 ; Rieger 2004, 291, MM46, fig. 113 ; EDR163546 (Raffaella Marchesini) (fig. 22e)

Fig. 22e

Fig. 22e

Inscriptions relatives aux cannophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 116 ; CCCA III, 415 ; Rieger 2004, 291 (fig. 113)

© DR

54Petite base de marbre (33 × 21,8 × 15,5 cm) retrouvée avec les précédentes, dans la niche à l’arrière du podium du temple de Mater Magna.

55Datable du règne de Septime Sévère (193-211).

Imp(eratori) Caes(ari)
L(ucio) Septimio Seuero
Pio Pertinaci Aug(usto)
corpus
cannophorum Ost(iensium)
arg(enti) p(ondo) I.

« À l’empereur César Lucius Septimius Sévère, Pieux, Pertinax, Auguste, le collège des cannophores d’Ostie (a donné une statuette) d’une livre d’argent ».

56CIL XIV, 117 ; CCCA III, 416 ; Rieger 2004, 291, MM47, fig. 114 ; EDR163547 (Raffaella Marchesini) (fig. 22f)

Fig. 22f

Fig. 22f

Inscriptions relatives aux cannophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 117 ; CCCA III, 416 ; Rieger 2004, 291 (fig. 114)

© DR

57Petite base de marbre (26 × 20 × 18 cm) retrouvée avec les précédentes, dans la niche à l’arrière du podium du temple de Mater Magna.

Imp(eratori) Caes(ari)
M(arco) Aurelio
Antonino Aug(usto)
corpus
cannophorum
Ost(iensium) arg(enti) p(ondo) I.

« À l’empereur César Marc Aurèle Antonin Auguste, le collège des cannophores d’Ostie (a donné une statuette) d’une livre d’argent ».

58L’empereur honoré correspond soit à Marc Aurèle soit à Caracalla (entre 198 et 211) (Rieger et EDR optent pour Caracalla). La comparaison avec l’inscription précédente (CIL XIV, 116) appuie la seconde suggestion : les cannophores auraient offert une statuette au père et une autre au fils, en suivant un formulaire très proche.

59CIL XIV, 119 ; Rieger 2004, 291-292, MM48, fig. 115 ; EDR163549 (Raffaella Marchesini) (fig. 22g)

Fig. 22g

Fig. 22g

Inscriptions relatives aux cannophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 119 ; Rieger 2004, 291-292 (fig. 115)

© DR

60Petite base de marbre (29 × 20 × 20 cm) retrouvée dans la niche à l’arrière du podium du temple de Mater Magna.

Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) Au =
[r]elio Anton(ino)
Pio Fel(ici), Seueri
fil(io) Aug(usto)
C(aius) Caesius Eu =
tychion imm(unis)
k(annophoris) O(stiensibus) d(ono) d(edit) a(rgenti) p(ondo) I ((scriptula)) VIII,
cuius ded(icatione) ded(it)
pan(em) uin(um) et (denarios) I. D
ed(icata) pr(idie) N(onas) Apr(iles)
Aspris II co(n)s(ulibus).

« À l’empereur César Marc Aurèle Antonin, Pieux, Heureux, fils de Sévère, Auguste, Gaius Caesius Eutychion, immunis, a offert en don aux cannophores d’Ostie (une statuette) en argent d’une livre et 8 scrupules. Et à l’occasion de cette dédicace, il a donné du pain, du vin et un denier. Dédiée la veille des nones d’avril, les Asprii étant consuls pour la deuxième fois ».

61Date : 4 avril 212.

62CIL XIV, 118 ; Rieger 2004, 297, MM71 ; EDR163548 (Raffaella Marchesini)

63Inscription retrouvée à Ostie en 1826 (CIL ; Paschetto 1912, 384) (et non dans la niche à l’arrière du podium du temple : Rieger 2004, 297 ; EDR).

Imp(eratori) Caes(ari)
[L(ucio) Septim]io Seuero Pio Pertinaci Aug(usto)
[Arab(ico) Adiab(enico) Parth(ico) max(imo) p]ont(ifici) max(imo) trib(unicia) pot(estate) VIII
imp(eratori) IIII co(n)s(uli) II p(atri) p(atriae)
[--- Str]atonicus can{t}noforis Ost(iensibus) s(ua) p(ecunia) p(osuit)
[--- ?] et dedicauit.

« À l’empereur César Lucius Septimius Sévère, Pieux, Pertinax, Auguste, Arabique, Adiabénique, le très grand Parthique, grand pontife, investi de la huitième puissance tribunicienne, salué imperator pour la quatrième fois, deux fois consul, père de la patrie, [---] Stratonicus a posé à ses frais, pour les cannophores d’Ostie et a dédié ».

64Le dédicant pourrait correspondre à M. Cipius Stratonicus qui apparaît en 192 dans un album de lenuncularii (CIL XIV, 251, VIII, 30).

65Datation : 195.

66CCCA III, 398 ; Rieger 2004, 292-293, MM53, fig. 141 (fig. 23a)

Fig. 23a

Fig. 23a

Inscriptions relatives aux cannophores sur plaques de marbre similaires : CCCA III, 398 ; Rieger 2004, 292-293 (fig. 141)

© DR

67Plaque (26 × 45 × 3,5 cm), trouvée en remploi dans le pavement d’une pièce au nord du Campus. Elle présente les mêmes caractéristiques formelles que CCCA III, 399.

Genio
decurionum
Ostiensium
cannefori.

« Au Génie des décurions d’Ostie, les cannophores (ont fait) ».

68Datable du troisième quart du iie s., sur la base de sa grande ressemblance formelle avec la suivante.

69CCCA III, 399 ; Rieger 2004, 292, MM52, fig. 129 (fig. 23b)

Fig. 23b

Fig. 23b

Inscriptions relatives aux cannophores sur plaques de marbre similaires : CCCA III, 399 ; Rieger 2004, 292 (fig. 129)

© DR

70Plaque (25 × 54 × 3 cm), trouvée en remploi dans le pavement d’une pièce au nord du Campus. Elle présente les mêmes caractéristiques formelles que CCCA III, 398.

Faustinae
Aug(ustae) P(ii) f(iliae)
cannefori.

« À Faustine Auguste, fille du Pieux, les cannophores (ont fait) ».

71Datable entre 147 et 174.

72CIL XIV, 285 ; Rieger MM 78, 298 ; EDR164701 (Raffaella Marchesini)

73Inscription trouvée à Ostie en 1867, vraisemblablement dans le Campus de Mater Magna (Rieger).

Scholam sumptu suo
cannophoris fecit.

« Il a fait une schola à ses frais pour les cannophores ».

74CIL XIV, 284 ; CCCA III, 419 ; Rieger 2004, 297, MM73 ; EDR148167 (Raffaella Marchesini)

75Plaque de marbre insérée dans un mur de l’évêché d’Ostie ; lieu de découverte inconnu. Fragment d’un album des cannophores.

------ ?
Antonin[o ---]
q(uin)q(uennales)
Naeuius Charit[o ---]
Liuius Nothu[s ---]
Vallius Heracli[da ---]
Maeclasius Caedi[cianus ---]
qui cura gesseru[nt ---]
cannoforum O[st(iensium)]
Flauius Epigonu[s---]
------

76Datation : deuxième moitié du iie s. (EDR). Rieger suggère une datation durant le règne d’Antonin le Pieux, si Flavius Epigonus est identique au personnage homonyme qui offre un don en tant qu’honoratus des hastiferi (AE 1967, 74, datée de 140, mais cette chronologie présente des difficultés ; voir commentaire de cette inscription dans la fiche consacrée au temple de Bellone). Le nom d’un autre personnage de la liste, Maeclasius Caedicianus, apparaît dans un album de dendrophores (CIL XIV, 281), daté du iiie s. par les uns (EDR), autour de 200 par les autres (Ep. lat. 2010, 171). Cette dernière suggestion est appuyée par la présence de P. Claudius Abascantus, actif dans le Campus, à cette époque (CIL XIV, 325, datée de 194 ; CIL XIV, 324, datée de 203).

77Meiggs 1973, 361, n. 8 ; Vivó Codina, 1998, 97-99

78Fragment de plaque de marbre (50 × 43 cm), trouvé dans l’Attideum (réf. n° inv. 6425). Album des cannophores. Inscription inédite, dont Vivò Codina donne une retranscription dans sa dissertation doctorale inédite. Celle-ci nécessite une édition critique et une étude approfondie. Notons simplement ici que certains des personnages apparaissant dans cet album semblent attestés par ailleurs à Ostie. Sextus Sextilius Iulianus pourrait être un des quinquennales des lenuncularii en 192. Marcus Clodius Felix participe à un taurobole (CIL XIV 4304). Caesus Eutychyon est le dédicant d’une offrande faite aux cannophores en 212 (CIL XIV, 119), où il est également désigné comme immunis. Q. Domitius Aterianus fait, en tant que pater, une offrande aux cannophores, avec la mater Domitia Civitas. Le patron des cannophores, Ti. Claudius Iulianus Paulinus, est quant à lui un sénateur romain, patron de la colonie. Il pourrait correspondre au consul suffect de 184 (PIR², 954) ou au gouverneur de Bretagne en 220 (PIR², 955).

79Datation : fin du iie - début du iiie s. (d’après la prosopographie).

Inscriptions relatives aux dendrophores

80Six ou sept bases (CIL XIV, 33, 53, 67, 69, 71, 107 et peut-être AE 1948, 24), rappelant des dédicaces faites au sein du collège des dendrophores, présentent des caractéristiques similaires, tant au niveau de leur forme matérielle que du formulaire utilisé (pour un examen détaillé, Van Haeperen 2017a, 92-99, 110-112). La plupart d’entre elles ont été retrouvées dans le Campus. Ces offrandes de statuettes en argent (dont seules les bases sont conservées) étaient vraisemblablement exposées dans le siège de l’association (voir aussi Cooley 2015, 256). Édifié dans le Campus et dédié au Numen impérial, il fait l’objet d’une restauration, vraisemblablement au iiie s. Une inscription des dendrophores (CIL XIV, 97) se distingue nettement des autres, tant par son apparence que par son formulaire et son lieu de découverte (la basilique ou le temple rond) : cette dédicace en l’honneur d’Antonin le Pieux, datée de 139, retrouvée à proximité du forum, n’était vraisemblablement pas exposée dans le Campus (Van Haeperen 2017a, 101-102). Deux fragments d’album des dendrophores ont également été retrouvés à l’arrière du temple. Enfin, un dendrophore fait élever dans le Campus des statues pour ses fils, avec l’autorisation du pontife de la colonie (Zevi, sous presse).

81CIL XIV, 53 ; ILS 4173 ; CCCA III, 414 ; Rieger 2004, 292, MM50, fig. 116 ; EDR163033 (Raffaella Marchesini) (fig. 24a)

Fig. 24a

Fig. 24a

Inscriptions relatives aux dendrophores sur petites bases de marbre similaires : a : CIL XIV, 53 ; CCCA III, 414 ; Rieger 2004, 292 (fig. 116)

© DR

82Petite base de marbre (21,5 × 30,5 × 33 cm), trouvée lors des fouilles de 1867-1868, dans les ruines alors identifiées à la schola des dendrophores, à l’arrière du temple de Mater Magna (Visconti 1868, 375).

C(aius) Atilius Bassi sa =
cerdotis lib(ertus) Felix appa =
rator M(atri) d(eum) m(agnae) signum
Siluani dendrophoris
Ostiensibus d(onum) d(edit).

« Gaius Atilius Felix, affranchi du prêtre Bassus, apparator de la grande Mère des dieux, a offert en don aux dendrophores d’Ostie une statuette de Silvanus ».

83Le dédicant précise sa fonction : il est apparator. Cette fonction semble liée au culte de la déesse (on la retrouve en Afrique [AE 1961, 201, où l’apparator est également dendrophore] et en Gaule [CIL XIII, 1754]), mais le faible nombre d’occurrences ne permet pas de la cerner précisément ; sans doute est-elle liée à la préparation ou à l’ordonnancement des célébrations (Graillot 1912, 170).

84Datable entre 151 et 230 (EDR).

85CIL XIV, 69 ; CCCA III, 412 ; Rieger 2004, 292, MM51 ; EDR163037 (Raffaella Marchesini)

86Petite colonne ou base cylindrique, trouvée lors des fouilles de 1867-1868, dans les ruines alors identifiées à la schola des dendrophores, à l’arrière du temple de Mater Magna (Visconti 1868, 375).

Virtutem
dendrop(horis)
ex arg(enti) p(ondo) II
Iunia Zosime
mater

d(ono) d(edit).

« Junia Zosimè, mère, a offert en don aux dendrophores une (statuette de) Virtus, en argent, de deux livres ».

87La dédicante est qualifiée de mère. Elle était sans doute « mère du collège ».

88Datable entre 101 et 250 (EDR).

89CIL XIV, 67 ; CCCA III, 413 ; Rieger 2004, 297, MM74 ; EDR144050 (Raffaella Marchesini) (fig. 24b)

Fig. 24b

Fig. 24b

Inscriptions relatives aux dendrophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 67 ; CCCA III, 413

© DR

90Petite base de marbre (27 × 38 × 39 cm) retrouvée en 1864 dans un four à chaux à l’est de la cité (Visconti 1868, 373 ; CIL).

Sex(tus) Annius Merops
honoratus dendrophoris
Ostiensium signum Terrae Matris
d(onum) d(edit). Dedicat(um) XIII K(alendas) Mai(as) L(ucio) Cuspio Rufino,
L(ucio) Statio Quadrato co(n)s(ulibus).

« Sextus Annius Merops, honoratus, a offert en don aux dendrophores d’Ostie une statuette de la Terre Mère, le treizième jour avant les kalendes de mai, sous les consulats de Lucius Cuspius Rufinus et de Lucius Statius Quadratus ».

91Datation : 19 avril 142.

92CIL XIV, 33 ; CCCA III, 400 ; Rieger 2004, 298, MM75 ; EDR144035 (Raffaella Marchesini) (fig. 24c)

Fig. 24c

Fig. 24c

Inscriptions relatives aux dendrophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 33 ; CCCA III, 400

© DR

93Petite base de marbre (22 × 43 × 43 cm) retrouvée en 1864 dans un four à chaux à l’est de la cité (Visconti 1868, 373-374 ; CIL).

T(itus) Annius Lucullus VIuir
Aug(ustalis) idem q(uin)q(uennalis) honoratus
signum Martis dendrophor(is)
Ostiensium d(ono) d(edit) dedicauit
Id(ibus) Mai(is) Torquato et Herode co(n)s(ulibus).

« Titus Annius Lucullus, sévir augustal et quinquennal, honoratus, a offert en don aux dendrophores d’Ostie une statuette de Mars et l’a dédiée, aux ides de mai, sous les consulats de Torquatus et d’Hérode ».

94Datation : 15 mai 143.

95CIL XIV, 107 ; CCCA III, 408 ; Rieger 2004, 298, MM76, fig. 117 ; EDR163540 (Raffaella Marchesini) (fig. 24d)

Fig. 24d

Fig. 24d

Inscriptions relatives aux dendrophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 107 ; CCCA III, 408 ; Rieger 2004, 298 (fig. 117)

© DR

96Petite base (34 × 48 × 39 cm env.), conservée dans l’évêché d’Ostie, trouvée lors des fouilles Campana (Visconti 1868, 368 ; Rieger). La base porte des traces d’une réutilisation postérieure.

[L(ucio)] Aur(elio) Vero Aug(usto)
[Q(uintus)] Fabius Q(uinti) f(ilius) Honoratus
[o]b (h)onorim ( !) immunita{ta}tis
[d]{r}endrophoris Ostiensum
donum dedit.

« À Lucius Aurelius Verus, Auguste. Quintus Fabius Honoratus, fils de Quintus, a offert ce don aux dendrophores d’Ostie, en raison de l’immunité (qui lui a été conférée) ».

97Datation : 161-169.

98CIL XIV, 71 ; Rieger 2004, 298, MM77 ; EDR163050 (Raffaella Marchesini) (fig. 25a)

Fig. 25 a

Fig. 25 a

Autres inscriptions relatives aux dendrophores : CIL XIV, 71

© DR

99Petite base, trouvée lors des fouilles de 1867-1868, dans les ruines alors identifiées à la schola des dendrophores, à l’arrière du temple de Mater Magna (Visconti 1868, 374 ; CIL).

------
[---q(uin)q(uennalis)]
II et patronus
corporis dend =
rophorum Ost(iensium) ex
arg(enti) p(ondo) III. Ded(icata) VIII K(alendas)
Mai(as) Domitio De =
xtro II et Thr =
asia Prisco
co(n)s(ulibus).

« [---] président quinquennal à deux reprises et patron du collège des dendrophores d’Ostie, (a donné) [---] de trois livres d’argent. Dédié le huitième jour avant les kalendes de mai, sous le consulat de Domitius Dexter pour la deuxième fois et de Thrasia Priscus ».

100Selon Marchesini (EDR), l’autel pourrait avoir été posé par P. Claudius Abascantus, président quinquennal du collège, à deux reprises (CIL XIV, 281 et 324). Il faut toutefois relever que, à la différence du personnage anonyme qui dédie cette petite base, P. Claudius Abascantus ne semble pas avoir été patron des dendrophores (Herz 1989).

101Datation : 24 avril 196.

102AE 1948, 24 ; CCCA III, 386 ; Rieger 2004, 293, MM54, fig. 118 ; EDR073666 (Maria Letizia Caldelli) ; Licordari, sous presse (fig. 25b)

Fig. 25b

Fig. 25b

Autres inscriptions relatives aux dendrophores : AE 1948, 24 ; CCCA III, 386 ; Licordari, sous presse

© DR

103Fragment d’une petite base (13 × 16 × 16 cm), trouvé à proximité de l’Attideum. Licordari (sous presse) a récemment rattaché à cette inscription un fragment inédit retrouvé dans les thermes du phare, correspondant à la partie supérieure de la base.

[Genio] dendro =
[phorum] Ost(iensium) Q(uintus) Cae =
[cilius] Fuscus ar =
[chigal(lus) co]lon(iae) Ost(iensis)
------
b) [---im]ag(inem) Crispinae [[Aug(ustae)]]
[--- ex] arg(enti) p(ondo) III et clipe =
[um---]m aereum et sign =
[um] [---Phr]yg(is ?) dend(rophoris) Ost(iensibus) d(ono) d(edit).
[--- d]edicauit et dedit
[---sing]ul(is) sportul(as) ((denarium)) I.

« Au Génie des dendrophores d’Ostie, Quintus Caecilius Fuscus, archigalle de la colonie d’Ostie [---] a offert en don aux dendrophores d’Ostie une statuette de Crispina Augusta, de trois livres d’argent, et un bouclier [---] d’argent et une statuette [---] de [---] phrygien (?) [et---] il l’a dédiée et il a donné [---] à chacun une sportule d’un denier ».

104Pour la restitution Phryg. ou Fryg. (ligne 4), voir Van Haeperen 2017, 96 et la comparaison avec une autre dédicace faite pour les cannophores (CIL XIV, 35, voir supra). L’adjectif Phryx pourrait ici s’appliquer à Attis.

105Selon Licordari (sous presse), le martèlement des lettres Aug. à la première ligne du fragment b, laissant intact le nom de Crispina, a vraisemblablement eu lieu durant le laps de temps entre l’exil de cette dernière et sa mise à mort (vers 191-192).

106Datation : entre 178 et 192.

107AE 1987, 198 ; Rieger 2004, 294, MM60, fig. 139 ; EDR080301 (Maria Letizia Caldelli) (fig. 25c)

Fig. 25c

Fig. 25c

Autres inscriptions relatives aux dendrophores : AE 1987, 198 ; Rieger 2004, 294 (fig. 139)

© DR

108Base en marbre (59 × 35 × 28 cm), trouvée en 1949 dans l’angle sud-est du Campus.

C(aius) Iul(ius) C(ai) f(ilius) Cocil(ius) Hermes,
patr(onus) et q(uin)q(uennalis) p(er)p(etuus) col(legii) den(drophorum) Ost(iensium)
signum M(atris) M(agnae) ex argent(o)
p(ondo) III et |(sectans) et HS VI m(ilia) n(ummum) d(onum) d(edit) ut VI
Kal(endas) Iun(ias) die natalis sui de
((denariis)) CLXXX usuras eorum epu =
lentur et discumbentes
sportulas partiantur ;
quot( !) si obseruatum non
erit, tunc s(ummas) s(upra) s(criptas) honoratis
coll(egii) fabr(um) tig(nuariorum) Ost(iensium) dari
uolo sub condicione s(upra) s(cripta),
stipulatus est Cocilius
Hermes, ispepond(it) plebs.
Dedicat(um) Idib(us) Ianuari(i)s
Maximo et Glabrione
co(n)s(ulibus), ob cuius d(edicationem)
d(ecurionibus) dedit ispor(tulas !) |(denarios) II.

« Gaius Iulius Cocilius Hermes, fils de Gaius, patron et président quinquennal perpétuel du collège des dendrophores d’Ostie, a offert en don une statuette en argent de la Grande Mère, de trois livres et demi, et 6000 sesterces, afin que le sixième jour avant les kalendes de juin, jour de son anniversaire, ils banquettent à partir des intérêts de 180 deniers et que les banqueteurs se partagent les sportules. Et si ceci n’est pas observé, alors, je veux que les sommes susmentionnées soient données aux honorati du collège des fabri tignarii d’Ostie, à la condition susmentionnée. Cocilius Hermes a exigé un engagement ; la plèbe l’a promis solennellement. Dédié aux ides de janvier, sous les consulats de Maxime et de Glabrio, et pour cette dédicace, il a donné aux décurions une sportule de deux deniers ».

109À la ligne 14, ispepondit pour spopondit. Date : 256.

110Le Cocilius de cette inscription est identifiable à celui qui apparaît dans CIL XIV, 326, 22, dont l’anniversaire tombe le même jour (sur ce texte et le suivant, Tran 2006, 186-187). Si cette liste est datée de 194, il faut toutefois remarquer que le nom de Cocilius Hermes y a été ajouté par la suite (tout comme d’autres noms d’ailleurs, voir Tran 2006, 191 ; Zevi, sous presse) – l’écart temporel entre les deux inscriptions ne représente dès lors pas un obstacle à ce qu’un même Cocilius soit mentionné dans les deux textes.

111AE 1987, 199 (Pellegrino 1987, fig. 3) ; Rieger 2004, 295, MM61 ; EDR080302 (Maria Letizia Caldelli) Trois fragments de plaque de marbre, dont deux ont été trouvés dans une pièce le long du cardo, à proximité du sanctuaire d’Attis. La proximité du texte avec le précédent (AE 1987, 198) laisse penser qu’il concernait aussi les dendrophores et était posé dans le Campus.

C(aio) Iulio [C(ai) f(ilio) Pal(atina) Cocil(io) Hermeti ?]
------
[--- de] ((denariis))
[--- spor]tul =
[as partiantur ; quod si obseruatum n]on erit,
[tun]c s(ummas) s(upra) s(criptas) ho[no]ratis c[oll(egii) f]abr(um) t[ig(nuariorum) O]st(iensium) dari
uolo succondicione s(upra) s(cripta). St[ipul]atus est Co =
cilius Hermes, spepond[it pl]ebs. C(aius) Iulius C(ai) f(ilius)
Pal(atina) Corne[lianu]s (?) [---]T+++++++ col
[------ ?]
<sur le côté droit en regardant le champ épigraphique>
Dedic(atum) VIII Kal(endis) Iun(ias)
dd(ominis) nn(ostris) Valeriano Aug(usto)
[---] et Gallieno [ co(n)s(ulibus)].

« À Gaius Iulius Cocilius Hermes (?), fils de Gaius, de la tribu Palatina [ ] qu’ils partagent les sportules et si ceci n’est pas observé, alors je veux que les sommes susmentionnées soient données aux honorati du collège des fabri tignarii d’Ostie, à la condition susmentionnée. Cocilius Hermes a exigé un engagement ; la plèbe l’a promis solennellement. [ ]. Dédié le huitième jour avant les kalendes de juin, sous les consulats de nos maîtres Valérien Auguste [ ] et Gallien ».

112Datation : 25 mai 254, 255 ou 257.

113AE 1989, 127

Iuliae Aug(ustae)
matr(i) castro(rum)
C(aius) Cipius Corin =
thianus q(uin)q(uennalis) p(er)p(etuus)
ex argenti p(ondo) II
d(ono) d(edit). Claudia
Secundina
ob dedicatio =
nem dedit epu =
lum et [---].

« À Julia Augusta, Mère des camps, Gaius Cipius Corinthianus, quinquennal perpétuel, a offert en don (une statuette) de deux livres d’argent. À l’occasion de la dédicace, Claudia Secundina a donné un banquet et [des sportules ?...] ».

114La dédicace a été posée par un quinquennal dont le nom figure dans l’album CIL XIV, 281 (datable vers 200), qui correspond très vraisemblablement à l’album des dendrophores (voir infra).

115Datation : 195-217.

116CIL XIV, 280 ; Rieger 2004, 293, MM55 ; EDR164694 (Raffaella Marchesini)

117Plaque de marbre (66 × 110 cm) trouvée lors des fouilles de 1867-1868, dans les ruines alors identifiées à la schola des dendrophores, à l’arrière du temple de Mater Magna (Visconti 1868, 368). La plaque est complète mais la majeure partie de l’inscription a été martelée en vue d’une réutilisation.

------ ?]
[---]P(--- ?)
[---]nianus
[---]co[rp]oris
[dendro]forum (?),
[---] cultu su[a] pecunia fec(---).
[---] dendro[phor]um
[--- ? dedi]caueru[n]t
[C(aio) Prastina Mess]allino, L(ucio) [A]nnio Largo co(n)s(ulibus).

« [---]nianus [---] du collège des dendrophores (?) a (ont ?) fait à ses frais [---] avec ses ornements [---] et ont dédié, sous les consulats de Gaius Prastina Messallinus et de Lucius Annius Largus ».

118Il pourrait s’agir de l’inscription de dédicace du siège de la schola des dendrophores, qui aurait été réalisée par un ou plusieurs personnages, à leurs frais, et qui aurai(en)t également pourvu à son équipement.

119Datation : 147.

120CIL VI, 29725 ; AE 1985, 161 ; Ep. lat. 2010, 93, n° 7.3.2

121Plaque de marbre blanc opisthographe (55 × 38 × 6,7 cm), trouvée par Visconti lors des fouilles du Campus. La face réutilisée dans un second temps est celle qui nous intéresse ici (l’autre face [CIL XIV, 3603] est une dédicace à M. Pacceios par les naviculaires d’Ostie : voir Ep. lat. 2010).

[---] Sophe
[sac(erdos) ? Matr]is deum
[sacellum ?--- a] solo s(ua) p(ecunia) f(ecit)
[et signum d]endroph(oris) [Ost(iensibus) d(onum) dedi]t.

« Sophè, prêtresse (?) de la Mère des dieux, a fait la chapelle (?) à ses frais, à partir du sol, et a offert une statuette aux dendrophores d’Ostie ».

122Datation : milieu iie – milieu iie

123CIL XIV, 45 ; Rieger 2004, 292, MM49 ; EDR162845 (Raffaella Marchesini)

124Deux fragments (25,2 × 54,3 × 2,5 cm) d’une même plaque de marbre, retrouvés à Ostie à proximité du temple de Mater Magna (Visconti 1868, 386).

Numini domus Aug(ustae) d[endrophori Ostien]ses scolam
quam sua pecunia constit[uerant nouis sum]ptibus
a solo [restituerunt].

« Au Numen de la maison Auguste. Les dendrophores d’Ostie ont reconstruit, à nouveaux frais, à partir du sol, leur siège qu’ils avaient construit à leurs frais ».

125Cette inscription pourrait dater de la première moitié du iiie s. au vu de l’activité des dendrophores durant cette période (Rieger). Marchesini (EDR) propose une datation entre 271 et 300, sur la base de la paléographie et du formulaire.

126CIL XIV, 281 ; Rieger 2004, 293, MM56, fig. 140 ; EDR148065 (Raffaella Marchesini) ; Zevi, sous presse Plaque de marbre (107 × 59 × 6 cm), trouvée lors des fouilles de 1867-1868, dans les ruines alors identifiées à la schola des dendrophores, à l’arrière du temple de Mater Magna (Visconti 1868, 370). La plaque est presque complète (seule manque la dernière ligne) mais la majeure partie de l’inscription a été martelée en vue d’une réutilisation.

<colonne I>
[Patr]oni :
[---]cus Egril(ius) Plarian(us),
[[---]] f(ilius) Larcius Lepidus,
[- Egrilius] Plarianus,
[[---]] Agrippinus,
[C(aius) Iulius Ist]orius Octauianus.
[[ [Sequit] ]]ur uniuersus
[[[ordo q(uin)] ]]q̅ (uennalium) :
[[---]]s Synethus q̅ (uin)q̅ (uennalis)
[et cura]tor perpetu(u)s,
[[---]] P(ubli) f(ilius) Proclus,
[[---]] f(ilius) Herennianus,
[[- [Co] ]]cceius Thallus,
[[- [Eg] ]]rilius Martialis,
[[- [A] ]]grius L(uci) f(ilius) Prìscus,
C(aius) Considius Epagathus,
C(aius) Novius Trophimus,
C(aius) Lasuccius Faustus,
------
<colonne II>
A(ulus) Egrilius Urbicus q(uin)q(uennalis)
et curator perpetu(u)s,
C(aius) Cartilius Secundus,
C(aius) Maeclasius Primitiuos sac(erdos),
A(ulus) Egrilius Zoilus q(uin)q(uennalis)
et curator perpetu(u)s,
C(aius) Silius C(ai) f(ilius) Vitalis q(uin)q(uennalis)
et curator perpetu(u)s,
Q(uintus) Patrius Q(uinti) f(ilius) Victor,
P(ublius) Aemilius P(ubli) f(ilius) Lupercalis,
T(itus) Atinius T(iti) f(ilius) Felix q(uin)q(uennalis),
C(aius) Cipius C(ai) f(ilius) Cerinthianus q(uin)q(uennalis) p(er)p(etuus),
C(aius) Maeclasius Caedicianus q(uin)q(uennalis),
C(aius) Iulius C(ai) f(ilius) Genialis Sen(ior) q(uin)q(uennalis),
P(ublius) Claudius Abascantus q(uin)q(uennalis) II,
C(aius) Pomponius Quirinus, pat(er), p(atronus) p(erpetuus),
C(aius) Pomponius Quirinus, pat(er), p(atronus) p(erpetuus), Iun(ior),
C(aius) Iulius Octavianus patr(onus),
Q(uintus) Quintilius Zoticus q(uin)q(uennalis) p(er)p(etuus)
------

127L’inscription correspond, selon toute vraisemblance, à un album des dendrophores d’Ostie : y figure P. Claudius Abascantus (II, 15), en tant que quinquennalis II, fonction qu’il a revêtue au sein de ce collège (CIL XIV, 324, datée de 203). La liste, dont les premiers noms ont été gravés à la fin du iie s., a été mise à jour au fil des ans (Zevi sous presse).

128CIL XIV, 283 ; EDR164700 (Raffaella Marchesini)

129Plaque de marbre (31,1 × 37 × 4,5 cm), trouvée lors des fouilles de 1867-1868, dans les ruines alors identifiées à la schola des dendrophores, à l’arrière du temple de Mater Magna (Visconti 1868, 370). L’inscription se rapporte vraisemblablement au collège des dendrophores, puisqu’elle a été trouvée en même temps que CIL XIV, 280 et 281 (CIL).

------
[---]+I q(ui) i(nfra) s(cripti) s(unt) :
<colonne I>
A(ulus) Hostilius Asiaticus
L(ucius) Salonius L(uci) f(ilius) Verecun(dus),
C(aius) Iulius Eutrapel[u]s,
C(aius) Tuccius Receptus,
C(aius) Valerius Apollin(aris),
T(itus) Manlius Oceanus,
A(ulus) Egrilius Herma,
Q(uintus) Orfitus Dexter
<colonne II>
P(ublius) Vannius Primus,
M(anius) Obellius Euaristus,
L(ucius) Licinius Ostiensis,
Q(uintus) Curtius Faustus,
C(aius) Marcius Priscus,
P(ublius) Aedius Ostiensis,
A(ulus) Liuius Eucaerus
[[---]] Sedatus.

130CIL XIV, 325 ; CCCA III, 363 ; Rieger 2004, 294, MM58, fig. 121 a-b

131L’inscription fragmentaire (env. 200 × 100 × 80 cm), in situ, devant le temple, rappelle qu’Abascantus a donné une somme d’argent pour que l’anniversaire de son fils P. Claudius Veratius Abascantianus soit célébré régulièrement ; une somme semble aussi avoir été donnée, à la même fin, pour un autre de ses fils. En effet, le texte évoque le fait que plusieurs jours ([dies supra s]criptos) devront être célébrés ; en outre, à l’occasion de cette fondation, deux statues (utramque statuam), semble-t-il de ses fils, ont été posées. Sur les fondations d’Abascantus, voir Herz 1989, 170-171 ; Tran 2006, 130-131 ; Zevi, sous presse.

<sur la plinthe de la base >
X [---]III Kal(endas) [---]
[L(ucio) Se]ptimio Seuero Pertinace Aug(usto) II
[D(ecimo) Clodio Septimio Albino Caes(are)] co(n)s(ulibus)
< face>
------
[--- die]s III Kale[ndas ---]
[P(ubli)] Clau[d(i)] Vera[ti Abascantiani]
[s]umm(as) dies VIII [I]du[s I]anuar(ias)
[dies supra s]criptos non
ummas s(upra) s(criptas) rei public(ae)
[Ost(iensis ?)] refundi sic pactus est.
<sur le côté>
[M(arcus) Antius Cresce]ns Calpurnianus u(ir) c(larissimus)
[pontif(ex) Volcani] et aedium sacrar(um)
[si fiat sine ue]xatione ullius statuae
[ante positae ut]ramque statuam in
[scriptione ins]cribt(am) constituere
[permitto, d(omino)] n(ostro) Imp(eratore) Septimio Aug(usto) II
co(n)s(ule).

« [---] le troisième jour avant les kalendes [---], sous les consulats de Lucius Septimius Sévère Pertinax Auguste, pour la deuxième fois, et de Decimus Clodius Septimius Albinus César. [---] le troisième jour avant les kalendes de [---] de Publius Claudius Veratius Abascantianus le huitième jour avant les ides de janvier [---] n’aura pas observé les jours susmentionnés, il a été stipulé qu’il restituera les sommes sus-mentionnées à la res publica d’Ostie. Moi Marcus Antius Crescens Calpurnianus, clarissime, pontife de Vulcain et des édifices sacrés, je permets que l’une et l’autre statues soient dressées, avec leur inscription, si c’est fait sans dommage pour les statues posées antérieurement ».

132Cette inscription et la suivante témoignent d’une des fonctions remplies par le pontife de la colonie : il donnait les autorisations nécessaires pour dresser des statues dans les sanctuaires publics de la cité.

133Date : 194.

134CIL XIV, 324 ; ILS 4176 ; CCCA III, 364 ; Rieger 2004, 294, MM59 (fig. 120 a-b) ; EDR148066 (Raffaella Marchesini) ; Zevi, sous presse (fig. 26)

Fig. 26

Fig. 26

Inscription du dendrophore Abascantus pour son fils (CIL XIV, 324)

© DR

135Base de marbre (90 × 45 × 47 cm) trouvée à proximité du côté droit du temple (Visconti 1868, 377).

<face>
P(ublio) Cl(audio) P(ubli) f(ilio) Horat(io ou iano)
Abascantiano,
fil(io) dulcissi =
mo P(ublius) Cl(audius)
Abascantus
pater
q(uin)q(uennalis) II corp(oris) dendro =
phorum Ostiens(ium).
<sur le côté droit par rapport au champ épigraphique>
M(arcus) Antius Crescens Calpur
nianus, pontif(ex) Volk(ani)
et aedium sacror(um), statu =
am poni in campo Matris
deum infantilem permisi.
VIIII Kal(endas) April(es).
[[Plautiano]] II et Geta co(n)s(ulibus).

« À Publius Claudius Horatius (ou Horatianus) Abascantianus, fils de Publius, son fils très doux, Publius Claudius Abascantus, son père, président quinquennal pour la deuxième fois du collège des dendrophores d’Ostie.

136Marcus Antius Crescens Calpurnianus, pontife de Vulcain et des édifices sacrés, j’ai permis que la statue de l’enfant soit posée dans le Campus de la Mère des dieux, le neuvième jour avant les kalendes d’avril, sous les consulats de Plautien pour la deuxième fois et de Géta ».

137Abascantus avait déjà honoré deux autres de ses fils d’une statue neuf ans plus tôt (voir CIL XIV, 325, supra). Il s’agit ici d’un autre fils, dénommé Horatius ou Horatianus (Herz 1989, 171 ; Zevi sous presse : déjà Dessau, in CIL XIV, 328, excluait que le mot abrégé Horat. puisse être résolu en Horatia tribu).

138Date : 24 mars 203.

139CIL XIV, 326 ; EDR143804 (Raffaella Marchesini) ; Zevi, sous presse.

140Fragments de plaque de marbre (82,7 × 59,3 cm ; haut. lett. : 1-2 cm), trouvés durant les fouilles Petrini (1801-1804).

141Le texte reprend les noms de ceux qui ont versé de l’argent afin que les intérêts des sommes versées soient utilisés pour la célébration de leur anniversaire. Il est vraisemblable que ce document se rapporte aux dendrophores : y figurent en effet les noms de fils de Publius Claudius Abascantus, dont celui de Claudius Veratius Abascantianus, dont le jour anniversaire tombe le 6 janvier, comme on le sait aussi par CIL XIV, 325. La plaque a été dressée par Publius Claudius Abascantus, mais a été mise à jour au fil des ans (Tran 2006, 194), dans la mesure où y apparaît Gaius Iulius Cocilius Hermes, dont on sait par AE 1987, 198, qu’il fait, en 256, un don aux dendrophores pour que son anniversaire soit fêté le sixième jour avant les kalendes de juin (voir supra).

Inscriptions relatives à des tauroboles

142Quand le lieu de découverte précis des inscriptions relatives à des tauroboles est connu, il correspond à l’espace à l’arrière du temple (Visconti 1868 ; 1869).

143CIL XIV, 40 ; AE 1920, 92 ; CIL XIV, 4301 ; CCCA III, 405 ; Rieger 2004, 295, MM62, fig. 130 a ; EDR072827 (Raffaella Marchesini) (fig. 27a)

Fig. 27a

Fig. 27a

Inscriptions relatives à des tauroboles : CIL XIV, 40 ; CIL XIV, 4301 ; CCCA III, 405 ; Rieger 2004, 295 (fig. 130a)

© DR

144Deux fragments d’une plaque de marbre (a. 40 × 15,5 × 4,5 cm ; b. 16 × 15 × 4,5 cm), retrouvés dans le Campus de Mater Magna, à l’arrière du temple (Visconti 1869, 210). Ligne 4 : les lettres VRELI, martelées, sont malgré tout lisibles. Les restitutions proposées dans le CIL sont basées sur CIL XIV, 42.

Tauro[bolium factum M(atri) d(eum) m(agnae) I(daeae) pro salute]
Im[p(eratoris) Caesaris]
M(arci) Aurel[i Antonini Aug(usti) et]
L(uci) A[[ureli]] [Commodi Caes(aris) et]
Faustina[e Aug(ustae) et cetero] =
rum libe[rorum eorum senatui XVvir(is) s(acris) f(aciundis) equestri]
ordin(i) ex[ercitui p(opuli) R(omani)]
nauigan[tibus---]RO[---]
decurio[nibu]s coloni[ae Ostiensium]
canno[phoris] dendroph[oris]
nata[---]atis taurob[oliatis]
in [campo Matr]is deum col(oniae) [Ostiensium]
[---]q(ue) eorum ea[rumque ?].

« Un taurobole a été fait pour la grande Mère idéenne des dieux, pour le salut de l’empereur César Marc Aurèle Antonin Auguste et de Lucius Aurelius Commode César et de Faustine Auguste et de leurs autres enfants, et pour le sénat, pour les quindécemvirs sacris faciundis, pour l’ordre équestre, pour l’armée du peuple romain, pour ceux qui naviguent [---], pour les décurions de la colonie d’Ostie, pour les cannophores, pour les dendrophores, pour les [---], pour les tauroboliés dans le Campus de la Mère des dieux de la colonie d’Ostie [---] ».

145Datation : 169-175.

146CIL XIV, 41 ; 4302 ; CCCA III, 405 ; Rieger 2004, 295, MM62, fig. 130 b ; EDR106180 (Raffaella Marchesini)

147Deux fragments de marbre, non jointifs, trouvés dans le Campus. Inscription gravée sur l’autre côté de la plaque où se trouve CIL XIV, 40 (ci-dessus).

< frg. a>
Crinobolium factum [Matri]
deum magn(ae) Id(a)eae pr[o salute]
Imp(eratoris) Caes(aris) L(ucii) A[[[ureli] ]]
C[[ [ommodi Augusti] ]]
[to]tiusq(ue) dom[us diuinae ---]
<frg. b>
------
[---]rniam [---]
[---] VX VL[---]
[---]sio Hes[---]
[decurionum decret]o publ[ice ?]

« Un criobole a été fait pour la grande Mère idéenne des dieux, pour le salut de l’empereur César Lucius [[Aurelius Commode Auguste]] et de toute la maison divine [---], à la suite d’un décret des décurions (?), à titre public (?) ».

148Rieger restitue [Combari]sio Hes[perione] à l’avant dernière ligne en renvoyant à CIL XIV, 333.

149Datation : 180.

150CIL XIV, 42 ; CCCA III, 406 ; Rieger 2004, 295, MM63, fig. 131 ; EDR151090 (Raffaella Marchesini)

151Fragments d’une plaque de marbre (frg. a : 33 × 21 × 1,5-2 cm ; frg. b : 48,5 × 12,7 × 3 cm), trouvés dans le Campus, à l’arrière du temple, à proximité des vestiges alors interprétés comme schola des dendrophores (Visconti 1868, 399).

Taurob[olium factum Matri deum]
Magnae Id[aeae pro salute et uictoria]
[[Imp(eratoris) Caes(aris) C(ai) V[ibi Treboniani Galli Pii]]]
[[Fel(icis) Aug(usti) et [Imp(eratoris) Caes(aris) C(ai) Vibi Afini Galli]]]
[[Veldum[niani Vol]usiani [Pii Fel(icis)]]]
[[Aug(usti)]] tot[iu]sq(ue) domus diuin(ae) eor(um) [et]
sen[atus X]Vuir(orum) s(acris) f(aciundis) equestr(is) ordin(is)
ex[ercituum nauali]um nauigantium
S+[---]
------ ?

« Un taurobole a été fait pour la grande Mère idéenne des dieux, pour le salut et la victoire de [[l’empereur César Gaius Vibius Trebonianus Gallus, Pieux, Heureux, Auguste, et de l’empereur César Gaius Vibius Afinius Gallus Veldumnianus Volusianus, Pieux, Heureux, Auguste]] et de toute leur maison divine et du sénat, des quindécemvirs sacris faciundis, de l’ordre équestre, des armées navales, de ceux qui naviguent [---] ».

152Datation : 251-253.

153CIL XIV, 43 ; CCCA III, 407 ; Rieger 2004, 299, MM86, fig. 132 ; EDR151091 (Raffaella Marchesini) (fig. 27b)

Fig. 27b

Fig. 27b

Inscriptions relatives à des tauroboles : CIL XIV, 43 ; CCCA III, 407 ; Rieger 2004, 299 (fig. 132)

© DR

154Plaque de marbre (16,2 × 59,4 × 2 cm) trouvée à Ostie, dans des remblais à proximité du Capitole (sa provenance est inconnue mais le contenu de l’inscription laisse supposer qu’elle provient du Campus).

Taurobolium factum
Matr(i) deum Magn(ae) Idaeae pro
salut(e) et redit(u) et uictor(ia) Imp(eratoris)
------

« Un taurobole a été fait pour la grande Mère idéenne des dieux, pour le salut et le retour et la victoire de l’empereur [---] ».

155Datation : première moitié du iiie s. (EDR).

156AE 1917/18, 116 ; AE 1919, 60 ; CIL XIV, 4303 ; CCCA III, 417 ; Rieger 2004, 295, MM64 ; DR106181 (Raffaella Marchesini) (fig. 27c)

Fig. 27c

Fig. 27c

Inscriptions relatives à des tauroboles : CIL XIV, 4303 ; CCCA III, 417

© DR

157Plaque de marbre (37,5 × 37,5 × 3,3 cm) trouvée à proximité du temple de Mater Magna.

[Taur]oboliu[m factum]

[M(atri) d(eum)] M(agnae) I(daeae) pro salu[te et]
[r]edit(u) et uicto[ria]

[[------]]
Pii Felic(is) Aug(usti) et [[---]]
[[---]] Aug(usti) nostri tot[iusque]
domus diuinae sinatui XV[uiris]
sac(ris) fac(iundis) equestri ordin[i---]
erecitui p(opuli) R(omani) matrib(us) mat[ronis (?)---]
------

« Un taurobole a été fait pour la grande Mère idéenne des dieux, pour le salut et le retour et la victoire de [[---]]] Pieux, Heureux, Auguste et de [[---]], notre Auguste et de toute la maison divine, pour le sénat, pour les quindécemvirs sacris faciundis, pour l’ordre équestre [---], pour l’armée du peuple romain, pour les mères, pour les matrones (?) [---] ».

158Les deux empereurs dont les noms sont martelés correspondent vraisemblablement à Élagabal et Alexandre Sévère (il pourrait aussi s’agir, selon Rieger, de Pupien et Balbin).

159Datation : 222-235.

160CIL XIV, 4304 ; CCCA III, 418 ; Rieger 2004, 300, MM89 ; EDR106182 (Raffaella Marchesini)

161Fragments jointifs d’une plaque de marbre (28 × 29 × 3,5 cm), trouvés Via dei Molini.

[Taurobolium(? uel criobolium) factum Matri deum magnae Idaeae pro salute Imperatoris ---]
[p]r(aeeuntibus ?)
M(arco) Clodio Fe[lice ? sacerdote]
M(atris) M(agnae) d(eum) col(oniae) Ost(iensis) et Iu[---]
eadem sacerdo[te quindecim] =
uirali astante Lus[---]
Aureliu(s) Bas[---].

« [Un taurobole (ou un criobole ?) a été fait pour la grande Mère idéenne des dieux pour le salut de l’empereur]. Ont dicté la formule Marcus Clodius Fe[lix ?, prêtre] de la grande Mère des dieux de la colonie d’Ostie et Iu[---], la même prêtresse quindécemvirale, en présence de Lus[---]. Aurelius Bas[---] ».

162Le prêtre Marcus Clodius Fe[lix] correspond vraisemblablement au prêtre homonyme mentionné dans l’album inédit des cannophores (voir supra ; Meiggs 1973, 361, n. 8 ; Vivó Codina, 1998, 97-99). Si tel est le cas, l’inscription pourrait être datée de la fin du iie ou du début du iiie s.

163AE 1948, 25 ; AE 1977, 170 ; CCCA III, 393 ; Rieger 2004, 296, MM65, fig. 124

164Plaque de marbre (21 × 15 × 5 cm) trouvée dans le Campus.

Marca =
rianus
u(ir) c(larissimus) taur(oboliatus)
M(atri) d(eum) d(onum) d(edit).

« Marcarianus, clarissime, taurobolié, a offert ce don à la Mère des dieux ».

165Le même individu a offert une statuette de la déesse, vraisemblablement aussi dans le Campus (CIL VI, 513 ; CCCA III, 392).

166Datation : peu avant 280.

Inscriptions varia

167CIL VI, 513 ; CCCA III, 392 ; ILMN I, 561 ; SupplIt Imagines, 4, 4533 ; Rieger 2004, 281, MM1 fig. 123 ; EDR140567 (Marina Giocoli) (fig. 28)

Fig. 28

Fig. 28

Statuette de Mater Magna offerte par le clarissime Marcarianus (CCCA III, 392)

© DR

168Statuette en marbre de Mater Magna (voir infra), vraisemblablement trouvée dans le Campus. L’inscription court sur la base.

Virius
Marcarianus, u(ir) c(larissimus), deam Cybeben p(ecunia) s(ua).

« Virius Marcarianus, clarissime, (a donné) à ses frais (une statuette de) la déesse Cybèle ».

169Datation : peu avant 280 ; deuxième moitié du iiie s. (EDR).

170CIL XIV, 84 ; Rieger 2004, 290, MM41 ; EDR163532 (Raffaella Marchesini)

171Plaque de marbre fragmentaire (7,5 × 19,1 × 5,7 cm) trouvée près du temple de Mater Magna.

------ ?]
[---D]ruso [Caesari, Ti(beri) Caesaris Aug]usti f(ilio)
------

« [---] à Drusus César, fils de Tibère Auguste César [---] ».

172Datation : 14-23.

173CIL XIV, 70 ; CIMRM I, 282 ; EDR144061 (Raffaella Marchesini) ; Marchesini 2012-2013, 100-106 (fig. 29)

Fig. 29

Fig. 29

Petite base de marbre rappelant une offrande pour M. Cerellius Hieronymus, prêtre (CIL XIV, 70)

© DR

174Petite base de marbre (22,4 × 30 × 20,3 cm ; haut. lett. 1,3-1,7 cm), trouvée lors des fouilles de 1867-1868, dans les ruines alors identifiées à la schola des dendrophores, à l’arrière du temple de Mater Magna (Visconti 1868, 374-375).

------
d(ono) d(edit)
M(arco) Cerellio
Hieronymo, patri
et sacerdoti suo
eosque antistes s(upra) s(criptus)
deo libens dicauit.

« [---] a offert en don [---] pour Marcus Cerellius Hieronymus pater et son prêtre (c’est-à-dire prêtre de la divinité), et le prêtre susmentionné les a dédiés volontiers au dieu ».

175Dans la partie manquante de l’inscription se trouvaient vraisemblablement le nom de la divinité et celui du dédicant, tout comme peut-être l’indication des objets dédiés (eos). La structure même du texte est peu habituelle : il semblerait que le dédicant ait donné des objets au prêtre, pour que celui-ci les dédie à la divinité (voir déjà CIL), à moins que l’antistes ne corresponde au nom du dédicant qui devait figurer dans la partie manquante (Marchesini 2012-2013, 105 : cette dernière suggestion me semble peu plausible ; pourquoi le dédicant, s’il était antistes, aurait-il fait un don au prêtre ?).

176Le pater et prêtre Marcus Cerellius Hieronymus est mis en rapport avec le culte de Mithra, dès la découverte de la base. Visconti notait d’emblée qu’elle aurait pu appartenir au sanctuaire mithriaque voisin (Visconti 1868, 375 ; en ce sens Steuernagel 2004, 96 et, prudemment, Marchesini 2012-2013, 105-106). Comme Rieger (2004, 293-294), on pourrait cependant envisager qu’un pater et prêtre de Mithra ait été actif dans le sanctuaire de Mater Magna, à moins que Hieronymus n’ait été pater de Mithra et sacerdos d’Attis, comme le suggérait Becatti (1954, 92, suivi par Floriani Squarciapino 1962, 49). Dans la mesure où aucun prêtre d’Attis n’est attesté à Ostie, cette dernière hypothèse doit être écartée ; il pourrait éventuellement s’agir d’un prêtre de Mater Magna mais ceux-ci ne sont jamais qualifiés d’antistes à Ostie et le suo renvoie à la divinité dont le nom figurait vraisemblablement dans la partie manquante de l’inscription et qui est à nouveau rappelée à la dernière ligne, au masculin – l’hypothèse que Cerellius ait été prêtre de la Mère des dieux doit donc aussi être exclue. Ajoutons que le même individu est attesté en lien avec le mithraeum de la Casa di Diana, où il est qualifié de sacerdos et antistes (voir fiche Ostia. Mithraeum de la Casa di Diana).

177L’hypothèse de Visconti, selon laquelle, l’inscription pourrait provenir du mithraeum des Animaux, mérite donc d’être prise en considération et d’être approfondie. En effet, les inscriptions retrouvées derrière le temple de Mater Magna semblent y avoir été déposées après le démantèlement de la schola des dendrophores, vraisemblablement afin d’en réutiliser les matériaux (voir infra) ; il est dès lors possible que s’y soient ajoutés des matériaux provenant du mithraeum des Animaux, tout proche. D’autre part, la forme matérielle et le formulaire de l’inscription mentionnant Cerellius ne cadrent guère avec ceux des bases offertes par ou pour les dendrophores et cannophores (voir supra).

178Datation : fin iie-début iiie s., en raison de la paléographie et de l’identification de Cerellius avec lesacerdos du mithraeum de la Casa di Diana (voir fiche).

Sources archéologiques

179Le Campus de Mater Magna est découvert à la fin des années 60 du xixe siècle, au sud de la ville (pour une histoire des découvertes, Rieger 2004, 93 ; Pensabene 2007, 322 ; Boin 2013). Il est partiellement fouillé par les Visconti, oncle (P. E.) et neveu (C. L.), qui dégagent notamment la zone du temple et du portique (entre 1867 et 1869). Ces travaux sont interrompus à la suite de l’unification italienne. Une partie de leurs découvertes est cependant publiée (Visconti 1868). Calza reprend le flambeau peu avant la Seconde Guerre mondiale (1938-1940) et met au jour une chapelle consacrée à Attis, l’Attideum, et ses espaces adjacents, mais revient également sur les découvertes antérieures. Les résultats de ses investigations sont publiés, à titre posthume, par son épouse (R. Calza 1947). Plus récemment, dans les années 1990, une équipe espagnole dirigée par Mar a effectué plusieurs sondages dans le Campus, afin notamment de préciser la chronologie de ses différentes phases. Ces investigations n’ont malheureusement pas encore fait l’objet d’une publication, à l’exception de brèves mentions (Mar 1999 ; Mar 2002, 126) et d’une thèse de doctorat inédite sur les sculptures de l’Attideum, qui contient aussi quelques indications précieuses sur certains aspects des fouilles (Vivò Codina 1998, 44-68, 210-216). Cette thèse tout comme les très brèves notices des fouilleurs espagnols fournissent des informations nouvelles sur la chronologie du sanctuaire (en l’absence de rapports de fouilles détaillés, il n’est cependant pas possible de vérifier sur quelles données reposent précisément leurs propositions).

180La zone marécageuse où le sanctuaire est installé fait l’objet d’un assainissement à l’époque d’Auguste. Le terrain est alors rehaussé. Selon Mar (1999a, 20-22 ; 1999b, 89 ; 2002, 126), c’est sur ce rehaussement que prennent place, à l’époque claudienne, le temple de Mater Magna, le temple de Bellone et l’Attideum. Le temple de Mater Magna et le portique sont, d’après le fouilleur, de peu antérieurs au sanctuaire d’Attis, même si ce dernier fut construit sans brique, selon une tradition typiquement augustéenne.

La « place » du Campus et le portique

181Le Campus occupe un vaste espace triangulaire (env. 4500 m²) au sud de la ville, délimité au sud par la muraille tardo-républicaine (130 m), à l’est par le cardo maximus (84 m) (ou plus précisément par le mur du fond de la série des tabernae vraisemblablement de l’époque d’Hadrien, qui donnent sur le cardo et, partiellement, par le mur de soutènement du cardo), au nord par les murs (106 m) des thermes du phare, d’époque trajane, et du mithraeum des Animaux (voir fiche ; fig. 11, 30, 147).

Fig. 11

Fig. 11

Plan du Campus (d’après Top. gen. 1953 ; http://www.ostia-antica.org/​regio4/​1/​1.htm)

© DR

Fig. 30

Fig. 30

Vue du Campus depuis le temple de Mater Magna (PAO_A_1809)

© DR

Fig 147

Fig 147

Plan du complexe dans lequel s’insère le mithraeum des Animaux

© DR

182Les diverses constructions qui prennent place dans le Campus occupent les angles ou les côtés de l’espace (fig. 11, 30, 31, 32). Le choix de leur emplacement n’a pas été dicté par un souci de symétrie ou d’axialité (Pensabene 2007, 321, 324). Le vaste espace laissé libre (fig. 30) était couvert de sable marin (Visconti 1869, 210 ; Calza 1947, 197 ; Pavolini 2006, 208). Selon Calza (1947, 192, suivi par Pensabene 2007, 321), il a pu accueillir une pinède destinée à fournir le pin de la procession de l’arbor intrat du 22 mars, à laquelle prenaient part les dendrophores, présents dans le Campus, et le prêtre de la déesse (CIL XIV, 4627). Les tauroboles de la déesse auraient pu s’y dérouler (Pavolini 2006, 208), tout comme les processions des fêtes de mars (cannophorie, le 15 ; dendrophorie, le 22).

Fig. 31

Fig. 31

Plan de la partie orientale du Campus (Top. gen. 1953)

© DR

Fig. 32

Fig. 32

Plan de la partie occidentale du Campus (Top. gen. 1953)

© DR

183L’accès au Campus se fait depuis le cardo maximus (fig. 11 et 31). L’entrée, qui n’est pas dans l’axe du temple de la déesse, est encadrée de deux pilastres en brique, reposant sur une base en brique appuyée sur une sous-base en travertin. Le seuil est formé de blocs de travertin. Un escalier (Pensabene) ou une rampe (Calza) permettait de descendre, depuis le cardo, dans le Campus (Calza 1947, 187 ; Pensabene 2007, 324). De part et d’autre de l’entrée se trouvent des tabernae donnant sur le cardo (sept au nord ; trois au sud). Leur seuil, tout comme celui de l’entrée, semble correspondre au niveau de rehaussement de l’époque d’Hadrien du cardo (Pensabene 2007, 324). L’entrée, dont la superficie interne correspond grosso modo à celle des tabernae adjacentes, est pourvue de deux banquettes recouvertes de stuc rouge (Calza 1947, 187).

184Un portique court, sur près de 110 m, le long du mur sud du Campus, depuis le temple de la déesse jusqu’à l’ancienne tour de la muraille (Calza 1947, 186 ; Rieger 2004, 116 ; Pensabene 2007, 325 ; fig. 11, 30). Vraisemblablement contemporain du temple de la déesse, il est daté de l’époque claudienne par Mar (2002, 126), de l’époque d’Hadrien par Pensabene (2007, 325). Large de 4,50 m, il compte 23 colonnes de briques (diam. 43 cm). À l’extrémité orientale du portique se trouve un puits (diam. 1,15 m) en opus reticulatum, conservé sur une hauteur de 30 cm. D’après Calza (1947, 198) se trouve aussi, à l’angle formé par la muraille et la tour, un petit lieu de culte à ciel ouvert, à un niveau plus bas que celui du Campus aménagé au iie s. : il comprend une petite niche et deux autels (fig. 31).

185Une pièce, au parement de brique, est aménagée au sein de l’ancienne tour de la muraille (fig. 31). Elle a été interprétée comme une fossa sanguinis (Calza 1947, 197-198, suivi notamment par Floriani Squarciapino 1962, 6-7, Pavolini 2006, 209 et Pensabene 2007, 325). Cet espace aurait ainsi correspondu à la fosse sanglante où était pratiqué le taurobole, tel qu’on se le représentait à la suite de la description de l’auteur chrétien Prudence (Peristephanon, 9, 1006-1050). Le renouvellement des études sur ce rite d’une part, les investigations archéologiques plus poussées d’autre part, ont contribué à rejeter cette identification : cet espace correspond plutôt à celui d’une citerne (Rieger 2004, 110-112 ; Steurnagel 2004, 231. D’autres structures, ailleurs qu’à Ostie, ont été interprétées comme des fossae sanguinis, liées au culte de Mater Magna. Un examen attentif de ces dossiers révèle toutefois que de telles interprétations des vestiges sont fortement conditionnées par une historiographie basée sur Prudence, sans que les découvertes ne permettent réellement de les appuyer. Voir N. McLynn, « The Fourth-Century ’Taurobolium’ », in Phoenix 1996, 320-321 et J. Alvar, Romanising Roman Gods, Leyde 2008, 263-264).

La partie sud-ouest du Campus : le temple de la déesse ; l’autel et les constructions antérieures derrière le temple (fig. 32)

186Le temple de la déesse, presque parfaitement orienté est-ouest, se dresse dans l’angle sud-ouest du Campus (la description qui suit est largement basée sur Calza 1947, 187-189 et Pensabene 2007, 325-326 ; fig. 11, 32, 33, 34). Il était conservé jusqu’au niveau de la cella (il a ensuite fait l’objet d’une restauration après les fouilles de Calza).

Fig. 33

Fig. 33

Temple de Mater Magna avant la restauration (PAO _B_2998)

© DR

Fig. 34

Fig. 34

Temple de Mater Magna après la restauration (PAO_ B_3045)

© DR

187Très vraisemblablement tétrastyle (même si les colonnes n’ont pas été conservées), le temple se dresse sur un podium de 16,6 × 8,6 m, en opus mixtum, avec une légère modénature supérieure. Le podium est pourvu, sur les côtés latéraux et arrière, de contreforts constitués de trois arcs en brique, de largeur et de profondeur variables, soutenus par des pilastres en opus mixtum, à chaîne d’angle en petits blocs de tuf. À l’origine, seuls les arcs en opus latericium devaient être visibles : les pilastres semblent en effet faire partie des fondations du podium (ils se trouvent à un niveau inférieur par rapport au niveau de la place et de celui sur lequel repose la première marche de l’escalier adossé au podium). Selon Pensabene (2007, 325, n. 1041), ces arcs correspondent donc à des substructions visant à soutenir le podium – ce qui est ici particulièrement utile, vu la nature marécageuse du terrain. Leur fonction semble avant tout architectonique. On évitera donc d’y reconnaître des « grottes métroaques », dans une configuration qui n’est nulle part attestée, ou de leur donner une signification cultuelle (Meiggs 1973, 358 ; Berlioz 1997, 109 ; voir les critiques pertinentes de Steuernagel 2004, 230). À l’intérieur des arcades, le parement du podium est en opus reticulatum, s’appuyant sur quatre rangées de briques. Autrement dit, souligne Pensabene, les arcades appartiennent à la même phase de construction que les murs en opus mixtum du podium.

188Un escalier de dix marches, revêtu de plaques de marbre blanc, s’étend sur toute la largeur du podium. Il présente la particularité suivante, après la troisième marche : un replat d’une profondeur de deux mètres, sur les côtés duquel ont été aménagées deux fosses (2,90 × 1,40 m), peut-être pour y planter des arbres ou fleurs liés au culte (Pavolini 2006, 208). Le parallèle que fait Calza avec le temple de Cybèle de l’actuelle Mamurt-Kaleh, près de Cyzique (Calza 1947, 188) qui aurait présenté des fosses similaires doit cependant être nuancé, puisqu’elles semblent y avoir été recouvertes (Steuernagel 2004, 230). En outre, ces deux fosses pourraient être interprétées comme des vasques, éventuellement pour des purifications rituelles (Rieger 2004, 115 ; Pensabene 2005, 525).

189L’escalier conduit au pronaos rectangulaire, d’une profondeur de 3,20 m, vraisemblablement tétrastyle. La cella (7,30 × 6,50 m) est en brique, avec un seuil en travertin. Ses parois sont conservées sur environ 70 cm. D’après Visconti (dont doute Calza 1947, 188), deux niches s’ouvraient dans les parois latérales. Au centre du mur du fond se dresse une base de 25 × 210 cm.

190La datation du temple et de ses phases principales a fait l’objet de propositions contrastées. Sa construction a été datée par Calza (1947, 188, 202, 204) de l’époque d’Antonin (même s’il notait, p. 187, que les arcs des contreforts sont en brique de l’époque d’Hadrien). Par la suite, cette datation a été anticipée par certains au règne d’Hadrien (Meiggs 1973, 364 ; Pavolini 2006, 208). Différents éléments appuient cette suggestion : ont été trouvées à proximité immédiate du temple de nombreuses pièces de monnaies et estampilles datables de cette époque, tout comme des fistulae (Visconti 1868, 369, 376). L’équipe espagnole fait toutefois remonter la construction du temple à l’époque claudienne (Vivò Codina 1998, 49-50 ; Mar 2002, 126) ou peu après et suppose un incendie (des fragments de décor architectonique en stuc, supposés appartenir au temple et portant des traces de feu, ont en effet été trouvés dans un sondage fait entre le temple et l’autel). Le premier temple aurait eu les dimensions de la cella du second. La deuxième phase correspondant à la restauration et reconstruction du temple daterait de l’époque néronienne ou du début de l’époque flavienne et représenterait une monumentalisation de la phase antérieure, avec le système des arcs sur les côtés et à l’arrière du podium, l’agrandissement de ce dernier vers l’avant et un nouvel escalier. Selon Rieger (2004, 117, 119), une première phase du temple pourrait remonter à l’époque flavienne ou d’Hadrien ; dans son état actuel, il remonterait cependant à l’époque antonine. Au-delà des questions de datation, rappelons toutefois les observations de Pensabene sur le caractère unitaire de la construction du temple (le podium et ses arcades sont, d’après lui, contemporains). Une publication détaillée des fouilles espagnoles apporterait vraisemblablement d’autres éléments au débat et permettrait peut-être de trancher dans un sens ou dans un autre.

191Un autel imposant (3,10 × 1,90 m, conservé sur une hauteur maximale de 50 cm), en opus mixtum avec chaînes d’angles de petits blocs, se dresse quelques mètres devant le temple, dans l’axe de ce dernier (fig. 32, 33). Il était revêtu de plaques de marbre blanc (Calza 1947, 189 ; Pensabene 2007, 325).

192Dans l’espace entre l’arrière du temple et l’angle formé par le mur sud et le mur ouest du Campus se trouvent des structures mal conservées (fig. 32). Elles sont sûrement antérieures au temple qui les oblitère partiellement. L’espace polygonal derrière le temple est fermé, au nord, par un mur en opus reticulatum, avec bandes de brique, au sud par la muraille républicaine. Cet espace est divisé en plusieurs pièces, aux murs en opus reticulatum, qui se trouvent à un niveau beaucoup plus bas que le temple (Calza 1947, 189 ; Pensabene 2007, 326). La pièce polygonale formée à l’ouest du temple est pourvue de banquettes le long des parois et de deux pilastres (ou autels selon Visconti) au centre. Au nord du temple ont été aménagées trois autres pièces, plus petites. Visconti (1868, 362, 386-387) identifia ce complexe au siège des dendrophores et des cannophores, en raison des nombreuses inscriptions les mentionnant retrouvées dans ou à proximité de cet espace. Toutefois, comme le soulignait déjà Calza (1947, 189), ces inscriptions sont nettement postérieures à ces structures qui avaient déjà été arasées, au moment où elles ont été gravées. Calza précisait en outre que les restes identifiés à des autels par Visconti correspondaient en fait à des pilastres et qu’une partie des inscriptions des cannophores avait été retrouvée, avec une statue de Mater Magna, dans une niche à l’arrière du temple, qui avait été soigneusement obturée – autrement dit, il ne s’agissait pas là de leur lieu d’exposition originel mais elles y avaient été, semble-t-il, cachées (peut-être pour être soustraites à des destructions). À la suite de ces critiques pertinentes, l’hypothèse de Visconti a été abandonnée par la plupart (voir par exemple Meiggs 1973, 361 ; Bollmann 1998, 318-320 ; Steuernagel 2004, 94 ; Rieger [2002, 115-116] maintient cependant l’identification de ces vestiges à la schola des dendrophores). Après avoir démonté l’hypothèse de Visconti, Calza (1947, 190) proposa d’interpréter ces structures comme un sanctum, un lieu de culte lié au sanctuaire de Mater Magna – dont on a des attestations épigraphiques par ailleurs (voir par exemple CIL III, 1100, à Apulum) ; CIL V, 6956a, à Turin) ; CCCA V, 124, en Afrique proconsulaire).

193La présence, derrière le temple, d’albums des dendrophores et d’offrandes faites dans le cadre de cette association, est vraisemblablement due au fait que ce matériel y a été déplacé à époque tardive (peut-être après la dissolution de l’association) pour être réutilisé (plaide en ce sens le martèlement systématique dont ont fait l’objet les albums du collège).

La partie sud-est du Campus : sanctuaire d’Attis et chapelles voisines (fig. 31, 35)

Fig. 35

Fig. 35

Vue de la partie sud-est du Campus et de l’aire sacrée de Bellone (PAO _A_2118)

© DR

194Le sanctuaire d’Attis se situe au sud-est du Campus. À la différence du temple de la déesse, il n’est pas immédiatement visible par qui accède à l’aire sacrée (la description qui suit est largement redevable de Calza 1947, 193-196 et de Pensabene 2007, 327-329). L’enceinte presque carrée (9,9 × 11,1 m) est formée de murs en opus mixtum, constitué d’opus reticulatum à chaînes d’angles en petits blocs de tuf ou en briques dans les parties inférieures. Elle est pourvue d’un pavement en opus spicatum de brique. Les murs, largement restaurés, sont conservés sur une hauteur d’environ 2 m. L’enceinte est généralement datée de l’époque claudienne (milieu du ier s.), sur la base de l’appareil de construction (Vivò Codina 1998, 56 évoque une datation entre 60 et 75 ; Rieger 2004, 104-105 ; Pensabene 2007, 327-329). Elle est considérée comme étant à ciel ouvert (Rieger 2004, 102 ; Pensabene 2007, 327). L’équipe espagnole aurait cependant retrouvé des éléments (les restes d’un pilier central) permettant de supposer qu’elle était couverte (Vivò Codina 1998, 56-60). On y accède par une entrée décentrée, aménagée dans le mur sud-ouest. Plus tard, l’entrée est monumentalisée par l’adjonction d’un prothyron de brique (larg. 3,60 ; prof. 2,20 m). La porte est pourvue d’un seuil en travertin et de jambages en marbre de Luni. Trois marches (long. 220 ; larg. 28 cm) de marbre (Pensabene) ou de travertin (Calza) permettent de descendre dans l’Attideum, dont le niveau du sol est plus bas que celui du Campus. Le prothyron est sans doute édifié en même temps que la chapelle à abside (voir infra ; Calza 1947, 194).

195La paroi du fond (au nord-est) de l’enceinte présente trois pilastres en brique, avec des traces de revêtement en cocciopesto.

196La partie nord du sanctuaire est occupée par une grande structure en brique (haut. max. conservée 70 cm). Celle-ci est composée de trois bassins revêtus de cocciopesto. Les deux plus petits, à l’ouest, mesurent 1 × 1 et 1 × 1,47 m, pour une profondeur de 1,2 m ; le plus grand, à l’est, mesure 1,45 × 3 m et est pourvu d’une ouverture carrée dans la paroi nord, peut-être liée à l’écoulement de l’eau. Calza (1947, 194) identifia cette structure au pastos, à la chambre nuptiale où, considérait-on à son époque, se déroulaient les hiérogamies des mystères du culte. Les recherches récentes sur les cultes à mystères et sur celui de Mater Magna en particulier permettent de rejeter ce type d’interprétations fortement datées, qui s’appuient sur une lecture contestable de textes d’auteurs chrétiens (Van Haeperen, sous presse). L’équipe espagnole a fouillé cette structure, sous le niveau scellé qu’avait atteint Calza. Seules la thèse inédite de Vivò Codina (1998, 210-216) et quelques communications orales faites à la fin des années 1990 fournissent quelques maigres données à ce propos. La structure visible avant ces fouilles correspondait bien à un bassin. Le dégagement, très soigneux, des niveaux inférieurs au sol de la vasque, intacts, a montré qu’elle revêtait de tout autres fonctions précédemment. La structure tripartite aurait notamment servi de réceptacle à des sacrifices mais aussi de dépôt pour des restes sacrificiels (avec abondance d’os de volailles). Au niveau le plus profond a été dégagée une sorte de spatule en plomb, sur laquelle se trouvaient des restes de sang et de matière organique. La découverte avait de quoi faire fantasmer. S’agissait-il des traces de l’autocastration d’un galle ? D’après une conversation orale avec le responsable de la mission, elles correspondent plutôt aux vestiges d’un sacrifice animal. Il n’en reste pas moins que cette spatule ne semble avoir été utilisée qu’à cette occasion, dans un cadre manifestement rituel. La durée d’utilisation de cette structure en tant que dépôt sacrificiel est relativement courte, puisque sa construction semble dater de l’époque de Vespasien et que les fragments céramiques les plus récents sont datables de la fin du ier s. C’est à ce moment ou au début du iie s. que la structure est transformée en bassin. Devant ce bref aperçu, fragmentaire, on ne peut qu’espérer que cette fouille fasse l’objet d’une publication détaillée. À n’en pas douter, elle livrera des informations importantes sur les pratiques rituelles qui avaient lieu au sein de cet espace – ces données sont d’autant plus fondamentales qu’elles sont, à ce jour, uniques, aucun autre sanctuaire de Mater Magna n’ayant livré de tels témoignages.

197Ces découvertes confirment donc que l’enceinte revêt, dès sa première phase, une fonction cultuelle (ce dont on ne pouvait pas être tout à fait assuré précédemment : Calza 1947, 193-194 ; Steuernagel 2004, 77 ; Pavolini 2006, 210). Était-elle pour autant déjà dédiée à Attis ? Vivò Codina (1998, 56) y voit une enceinte de type mystérique certes mais sans lien avec Attis. Il faut toutefois relever que plusieurs découvertes récentes (notamment des tablettes de defixiones) montrent qu’Attis aurait déjà été honoré en tant que divinité dans les dernières décennies du ier s. de notre ère et en tous les cas dès le début du iie s. (AE 1994, 538, à Bénévent ; 2004, 1006a, à Gross Gerau et les tablettes de Mayence).

198Le fait que la chapelle adjointe plus tard au sud-est de l’enceinte était manifestement dédiée à Attis pourrait également plaider dans le sens d’une telle destination cultuelle. La chapelle, rectangulaire, est pourvue d’une abside (fig. 31, 35, 36).

Fig. 36

Fig. 36

Attideum et abside (Floriani Squarciapino 1962, pl. 2, 1)

© DR

199Son entrée, dotée d’un seuil de travertin (long. 3 m), est encadrée de deux thélamons représentant le dieu Pan (voir infra), émergeant d’une demi-colonne de marbre de Proconnèse. Les parois latérales, adossées perpendiculairement à l’enceinte sont en opus listatum et présentent deux niches rectangulaires, sous lesquelles court une corniche de brique. L’abside, en opus latericium dans sa partie supérieure et en opus listatum dans sa partie inférieure, est pourvue d’une corniche saillante, en travertin, sur laquelle étaient vraisemblablement exposés les statuettes et reliefs retrouvés dans la chapelle. Il est vraisemblable que l’abside ait été couverte d’une toiture destinée à les protéger (Pensabene 2007, 328). Rieger (2004, 102) observe à juste titre que les nombreuses sculptures en marbre (voir infra) retrouvées dans la petite chapelle ne semblent pas avoir été exposées à ciel ouvert. Une grande partie de celles-ci représentent Attis ou lui sont dédiées (voir infra et supra). Il est donc manifeste que cette chapelle lui était dédiée. Elle a été datée par Calza au début de l’époque sévérienne ou à la première moitié du iiie s. (1947, 193, 194, 204). Les fouilleurs espagnols (Vivò Codina 1998, 56) et Rieger (2004, 119, 122) proposent une datation antérieure (sous le règne d’Antonin le Pieux ou peu après).

200Invisible de l’extérieur, accessible par une entrée qui était fermée d’une porte, l’Attideum apparaît, dès sa construction, comme clos sur lui-même. Sur la base de ce constat et des découvertes faites par les Espagnols, il est tentant de supposer que s’y déroulaient les mystères du culte ou, à tout le moins, des cérémonies réservées, non accessibles au tout-venant (Rieger 2004, 102-103 ; Pensabene 2007, 327-329).

201À l’extérieur du mur oriental du sanctuaire se dresse un puits carré (1,20 × 1,32 m) revêtu d’un parement en opus reticulatum (fig. 31). Du puits, un drain sort vers le mur.

202Différentes pièces sont construites à l’ouest de l’Attideum (Calza 1947, 198 ; Rieger 2004, 103-104 et Pensabene 2007, 330-331) (celles-ci sont bien visibles sur la photo d’ensemble, prise depuis le cardo, au nord de la schola des hastiferi, après le dégagement de Calza : fig. 31, 35). Au sud de l’entrée du Campus se trouve une petite pièce rectangulaire, adossée au mur de fond des tabernae donnant sur le cardo. Elle est pourvue d’un seuil en travertin et de murs en opus reticulatum, conservés sur une hauteur d’environ un mètre. Derrière celle-ci se trouve une pièce carrée, presque deux fois plus petite, qui utilise le mur de fond des tabernae et le mur du fond de la pièce que l’on vient de décrire. Sa paroi sud-ouest est pourvue d’une entrée qui la fait communiquer avec une pièce presque carrée, à abside, dont il ne reste que peu de traces. Aucun indice ne permet de préciser la fonction de ces trois petites pièces, dont les deux dernières communiquaient. Elles pourraient avoir abrité des offrandes (Pensabene 2007, 331). La proximité de la première avec l’entrée du sanctuaire pourrait laisser supposer qu’elle ait servi à un aedituus.

203Une structure plus grande est insérée dans l’angle entre la schola des hastiferi et le sanctuaire d’Attis dont elle utilise les murs (fig. 31, 35). Son niveau de sol est plus haut d’un mètre par rapport à celui de ce dernier. Son plan évoque celui d’une chapelle, avec une cella plus large que longue, à laquelle on accède par un pronaos tétrastyle de brique, constitué de deux pilastres centraux et de deux pilastres angulaires, délimitant trois entrées chacune dotées d’un seuil en travertin. Quelques traces subsistent du pavement en mosaïque de tessères noires et blanches, datable de la première moitié du iiie s. Au mur nord-est de la cella ont été adossés trois pilastres de brique. Les murs sud-ouest et nord-ouest sont en brique et datables, d’après l’appareil, de la fin du iie. ou de la première moitié du iiie s. (Rieger 2004, 104 penche pour cette dernière datation, en raison du décor de la mosaïque et du niveau du sol). Cet espace que son plan invite à identifier comme une chapelle, pourrait avoir été dédié à une autre divinité que Mater Magna ou Attis (Pensabene 2007, 331). Il pourrait aussi avoir abrité le siège d’un collège (Berlioz 1997, 101 ; Rieger 2004, 104).

204Enfin, dans l’angle entre la chapelle qu’on vient de décrire et le sanctuaire d’Attis s’élève une autre pièce (fig. 31, 35). Carrée, sa paroi ouest s’ouvre sur le Campus, avec son seuil de travertin. Les murs en briques, peu conservés, présentent des traces d’un revêtement interne d’enduit rouge. À l’intérieur de la pièce se trouve une base en tuf, qui était à l’origine revêtue d’une épaisse strate de stuc. D’après plusieurs chercheurs, il s’agirait d’un espace à ciel ouvert, qui pourrait correspondre à une chapelle (Vivò Codina 1998, 62 ; Rieger 2004, 103 avec prudence ; Steuernagel 2004, 94 ; Pavolini 2006, 210).

205Au nord du Campus sont aménagées de grandes pièces qui restent très mal connues (fig. 11, n° 10) (Pensabene 2007, 327). Seuls ont subsisté quelques assises de brique et un seuil de travertin. Certaines de ces pièces apparaissent fort grandes, particulièrement les plus septentrionales. Peut-être certaines d’entre elles – les plus grandes – ont-elles servi de sièges à des collèges. Deux dédicaces des cannophores ont été retrouvées en remploi dans le pavement de l’une d’entre elles (CCCA III, 398-399). On sait d’autre part, par l’épigraphie, que ce collège (CIL XIV, 285), tout comme celui des dendrophores (CIL XIV, 45, 280), disposait d’un siège (schola) au sein du Campus (voir supra pour le texte de ces inscriptions). La schola des premiers était dédiée au Numen de la maison impériale.

Mobilier

Offrandes retrouvées dans et à proximité de l’Attideum

  • Offrandes d’objets néo-attiques

206Trois objets attribuables à des ateliers néo-attiques ont été retrouvés dans l’Attideum. Ceci ne signifie pas que le sanctuaire soit contemporain de ces objets qui peuvent, en effet, y avoir été offerts des décennies plus tard (Pensabene 2007, 322).

  • Autel des douze dieux (fig. 37a, b)

Fig. 37a

Fig. 37a

Autel des douze dieux (CCCA III, pl. 238, n° 381)

© DR

Fig. 37b

Fig. 37b

Autel des douze dieux (CCCA III, pl. 238, n° 381

© DR

207CCCA III, 381 ; Becatti 1942 ; R. Calza 1947, 210, fig. 10 ; Rieger 2004, 283, MM6, fig. 91

208Autel cylindrique de marbre (haut. 44 ; diam. 50 cm), trouvé à l’entrée de l’Attideum, en même temps que CCCA III, 379. Le marbre utilisé, la technique et le style suggèrent d’y reconnaître l’œuvre d’un atelier athénien néo-attique (Pensabene 2007, 322).

209Douze dieux sont représentés sur le corps cylindrique de l’autel, entre deux kymai (Rieger 2004, 129). Jupiter trône entre Junon et Minerve. À l’opposé siège une déesse, Mater Magna (CCCA) ou Cérès (Rieger), assise sur une base circulaire (Vermaseren) ou une ciste (Rieger), tenant son voile dans sa main gauche dressée. Mercure est debout derrière elle, avec le petasus sur son dos. Sont également représentés Vénus, Diane, Vesta, Apollon citharède, Vulcain, Neptune et Mars. Au-dessus des têtes de Minerve et Jupiter court une inscription : ΔΩΔΕΚΑΘΕΩΝ.

210L’autel pourrait avoir été utilisé, en un second temps, dans le Campus.

211Datation : deuxième moitié du ier s. av. n.è. (R. Calza) ; ier s. av. n.è. (CCCA) ; époque augustéenne (Rieger).

  • Deux candélabres (fig. 38a, b)

Fig. 38a

Fig. 38a

Deux candélabres (DAI-83.401 ; 83.408)

© DR

Fig. 38b

Fig. 38b

Deux candélabres (DAI-83.401 ; 83.408)

© DR

212CCCA III, 379-380 ; R. Calza 1947, 211-212, fig. 11-12 ; Rieger MM7, 283, fig. 92 a-b

213Deux candélabres en marbre grec (haut. 70 cm avec la base ; 50 sans la base), trouvés, en même temps que l’autel des douze dieux (CCCA III, 381), à l’entrée de l’Attideum. Comme l’autel des douze dieux, ils pourraient avoir été réalisés par un atelier néo-attique (voir aussi Pensabene 2007, 322).

214La base du premier est décorée de sphynges sur les coins et d’un lotus flanqué de deux rosettes au centre. Elle est surmontée d’un candelabrum de forme pyramidale, dont les bords sont décorés de fines perles. Sur les trois côtés sont représentés des satyres : un satyre dansant, avec la tête tournée vers l’arrière, portant un thyrsus et une peau d’animal ; un satyre tenant un pedum et une peau d’animal, suivi par une panthère ; un satyre avec un pedum et une peau d’animal, tourné vers un autel fumant, chargé de fruits, où il offre une libation.

215Le second est similaire au premier, à l’exception des représentations des trois côtés du candelabrum : Hercule, avec sa massue, faisant un sacrifice sur un autel fumant ; Mercure portant le petasus et les pieds ailés, debout contre une colonne, tenant un caducée dans les deux mains ; Apollon debout contre une colonne, tenant une flûte dans la main droite, avec, devant lui un globe sur lequel est perché un corbeau.

216Datation : époque augustéenne (Rieger).

217Plusieurs offrandes retrouvées dans ou à proximité de l’Attideum émanent d’un même individu, Cartilius Euplus (voir supra ; Rieger 2004, 130-142, avec de belles illustrations ; Cooley 2015).

  • Statuette de Vénus

218CCCA III, 367 ; R. Calza 1947, 225-226, fig. 27 ; Rieger 2004, 285, MM15, fig. 102a (fig. 12)

Fig. 12

Fig. 12

Statuette de Vénus, trouvée dans l’Attideum (CCCA III, 367 ; Rieger 285, MM15, fig. 102a)

© DR

219Statuette de marbre (haut. 103 cm) offerte par Cartilius Euplus (voir supra), trouvée dans l’Attideum, conservée au Musée d’Ostie. Manque la main gauche.

220Vénus debout, avec un diadème, portant un long chiton et un manteau qu’elle tient des deux mains, derrière son corps. Vénus de type genetrix selon Vermaseren (CCCA), comparable au type de l’Aphrodite du Louvre, de Naples ou de Fréjus (Rieger).

221Datation : iie siècle.

  • Statue de taureau

222CCCA III, 369 ; R. Calza 1947, 213-214, fig. 14 ; Rieger 2004, 287, MM22 fig. 95 a-c (fig. 13)

Fig. 13

Fig. 13

Statuette de taureau, trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0037)

© DR

223Statue de marbre blanc (haut. 75 ; larg. 58 cm), offerte par Cartilius Euplus (voir supra), trouvée dans l’Attideum, conservée au Musée d’Ostie. Manquent les parties inférieures des pattes et les extrémités des cornes, de l’oreille droite et de l’étoile posée entre les cornes.

224Taureau debout, tourné vers la droite. Entre ses cornes se trouve un disque fragmentaire, décoré d’une étoile. Une souche d’arbre sert de support au corps de l’animal. Le taureau est identifié à Apis par Rieger, en raison de la présence du disque qu’elle interprète comme le soleil.

225Datation : iie siècle (CCCA) ; deuxième moitié du iie siècle (Rieger).

  • Pin

226CCCA III, 376 ; R. Calza 1947, 212-213, fig. 13 ; Rieger 2004, 286, MM20 fig. 96 (fig. 15)

Fig. 15

Fig. 15

Pin en marbre, trouvé dans l’Attideum (DAI-2003-0040)

© DR

227Pin en marbre (haut. 91 ; base : 30 × 20 cm), offert par Cartilius Euplus (voir supra), trouvé dans l’Attideum, conservé au Musée d’Ostie.

228Pin autour duquel s’enroule un serpent. Des pommes de pin pendent des branches. Datation : iie s.

  • Statuette d’un jeune homme (Apollon ?)

229CCCA III, 373 ; R. Calza 1947, 220-221, fig. 22 ; Rieger 2004, 285, MM13, fig. 101 (fig. 17)

Fig. 17

Fig. 17

Statuette d’un jeune homme (Apollon ?), trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0078)

© DR

Statuette en marbre d’un jeune homme (haut. 61 cm), offerte par Cartilius Euplus (voir supra), trouvée dans l’Attideum, conservée au Musée d’Ostie. Manquent la tête, le bras droit et le pied droit. Jeune homme debout sur une base, à proximité d’un tripode entouré d’un serpent et surmonté de l’omphalos. Il porte un long manteau couvrant ses épaules et la partie inférieure de son corps et tient un pedum dans la main gauche. Le personnage est identifié, par Vermaseren (CCCA) à Attis représenté en Apollon ; par Rieger, à un Apollon reflétant Attis.

  • Statuette d’un jeune homme casqué

230CCCA III, 377 ; R. Calza 1947, 217-218, fig. 19 ; Rieger 2004, 285, MM14, fig. 106 (fig. 16)

Fig. 16

Fig. 16

Statuette d’un jeune homme casqué, trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0054)

© DR

231Statuette de marbre (haut. 96 cm) offerte par Cartilius Euplus (voir supra), trouvée dans l’Attideum, conservée au Musée d’Ostie. Manquent le bras droit, le pied droit et une partie du bouclier.

232Jeune homme debout, casqué, portant une courte tunique et une cape attachée au-dessus de son épaule droite au moyen d’une broche circulaire. Il tient un petit bouclier dans sa main gauche. Son corps est imprimé d’une légère torsion. Le personnage est identifié à Mars par R. Calza (1947, 217-218), à un corybante – danseur armé accompagnant Mater Magna – par Vermaseren (CCCA) et Rieger.

233Datation : iie s. (CCCA) ; deuxième moitié du iie s. (Rieger)

  • Statuette d’Attis assis sur un lion

234CCCA III, 383 ; R. Calza 1947, 218-219, fig. 20 ; Rieger 2004, 284, MM10, fig. 94 (fig. 18)

Fig. 18

Fig. 18

Statuette d’Attis sur un lion, trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0048)

© DR

235Statuette en marbre italien gris (haut. 115 cm), offerte par Cartilius Euplus (voir supra), trouvée dans l’Attideum, conservée au Musée d’Ostie.

236Attis est assis sur un lion qui se dirige vers la droite. Il porte un manteau et un chiton, ainsi qu’une petite nebris et un bonnet phrygien, dont manque la pointe. Ses oreilles sont couvertes de raisins. Ce dernier attribut, tout comme le chiton, le rapproche de Dionysos.

237Datation : iie s. (CCCA) ; époque antonine moyenne ou tardive (Rieger).

  • Statue d’Attis couché, offerte par Cartilius Euplus

238CIL XIV, 28 ; R. Calza 1947, 216-217, fig. 17 ; CCCA III, 394 ; Rieger 2004, 282, MM3, fig. 107, 108a-c (voir aussi p. 139-141) (fig. 19)

Fig. 19

Fig. 19

Statue d’Attis couché, trouvée à proximité de l’Attideum (CCCA III, 394)

© DR

239Statue de marbre (h. 112 ; larg. 160 ; prof. 60 cm) offerte à Attis, par Cartilius Euplus, sur ordre de la déesse (voir supra), trouvée dans le portique à proximité de l’Attideum, en même temps que la ciste-modius de l’archigalle Modius Maximus (CCCA III, 395) et une statuette de Vénus (CCCA III, 372). La statue semble attribuable à l’Attideum, en raison de l’identité du donateur qui y est maintes fois attesté (Rieger 2004, 130). Conservée aux Musées du Vatican.

240Attis efféminé, couché sur un rocher, est représenté presque nu, sans organes sexuels masculins, son manteau couvrant ses épaules et sa jambe droite, des sandales aux pieds. Il tient un pedum dans la main gauche, dans la droite, un bouquet fait d’épis de blé, d’une grenade et d’autres fruits (Rieger) ou de pommes de pin (CCCA). Il porte, au-dessus d’un bonnet phrygien, une couronne de fruits et une couronne de cinq rayons. Au sommet du bonnet phrygien se trouve un croissant de lune dont sortent deux épis de blé. Il s’appuie, de la main gauche, sur un masque d’une figure masculine barbue (le dieu fluvial Sangarius ou le Jupiter de l’Ida). Le rocher portant des lignes ondulées, il est possible que le masque représente plutôt le dieu fluvial.

241Datation : milieu du iie s. (Rieger).

  • Frise d’animaux

242CCCA III, 375 ; R. Calza 1947, 214-215, fig. 15a-c ; Rieger 2004, 286, MM21, fig. 93 a-c (fig. 14a, b, c).

Fig. 14a, b, c

Fig. 14a, b, c

Frise d’animaux, trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0043 ; 2003-0044 ; 2003-0046)

© DR

243Frise en marbre (haut. 33 ; long. 97 cm), offerte par Cartilius Euplus (voir supra), trouvée dans l’Attideum, conservée au Musée d’Ostie.

244Trois fragments d’une même frise architectonique. De gauche à droite sont représentés un lion, un cerf, une panthère, un ours et un lion. Selon Pensabene (2007, 329), la frise avait une fonction architectonique. Elle appartenait vraisemblablement à la chapelle d’Attis et surmontait peut-être le portail soutenu par les thélamons.

245Datation : iie s. (CCCA) ; époque antonine moyenne ou tardive (Rieger).

Offrandes émanant d’autres donateurs que Cartilius Euplus

246AE 1945, 55a ; AE 1955, 180 ; R. Calza 1947, 219, fig. 21 ; CCCA III, 366 ; Rieger 2004, 287, MM24, fig. 126 a-b (fig. 21, a, b)

Fig. 21a, b

Fig. 21a, b

Statue de Dionysos, trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0083 ; 2003-0084)

© DR

247Statue en marbre grec offerte par Volusianus (voir supra), trouvée dans l’Attideum, conservée au Musée d’Ostie. Manquent la tête, le bras droit et l’avant-bras gauche.

248Dionysos jeune est debout sur une base, portant une nebris et des cothurnes, un manteau couvrant la partie inférieure de son corps.

249Datation : statue de la première moitié du ier s., récupérée au ive s. par Volusianus (Rieger)

  • Ciste-modius de l’archigalle Marcus Modius Maximus

250CIL XIV, 385 ; R. Calza 1947, 215-216, fig. 16 ; CCCA III, 395 ; Rieger 2004, 282, MM4, fig. 119a-b ; Van Haeperen, sous presse (fig. 20)

Fig. 20

Fig. 20

Ciste-modius de l’archigalle M. Modius Maximus, trouvée à proximité de l’Attideum (Rieger 2004, 146, https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:M._Modius_Maximus,_Archigallus_Coloniae_Ostiensis.jpg)

© DR

251Ciste-modius (haut. 50 ; diam. 31 cm), trouvée dans le portique à proximité de l’Attideum, en même temps que la statue d’Attis couché (CCCA III, 394) et une statuette de Vénus (CCCA III, 372). Conservée aux Musées du Vatican.

252L’objet offert par l’archigalle de la colonie, Marcus Modius Maximus (cf supra), unique en son genre, a la forme d’une ciste, voire d’un modius (mesure de blé). Si tel est le cas, il refléterait le nom de son dédicant, l’archigalle Marcus Modius Maximus, et constituerait une sorte de clin d’œil à son nomen (Van Haeperen sous presse, avec la bibliographie antérieure). Par la répétition du X dans son cognomen, Maximus pourrait en outre insister sur le fait qu’il est grand, très grand. Les tria nomina du dédicant surmontent son titre d’archigalle de la colonie d’Ostie, qui s’étend de part et d’autre de la représentation d’une syrinx. La ciste est surmontée d’un coq dont la queue se termine en épi. La présence de ce volatile constituerait également une sorte de plaisanterie visuelle, puisque les dévots châtrés de la déesse portent, comme les coqs, le nom de galli. La queue se terminant en épi a été comprise par M. Beard comme une allusion paradoxale à la fertilité dont sont privées les galles et aussi, selon elle, les archigalles. Il faut toutefois rappeler que les archigalles n’étaient pas des eunuques. Ceci n’empêche évidemment pas Modius Maximus de se plier à ce jeu de mots, à moins précisément qu’il n’ait voulu insister sur sa propre fertilité. À droite de l’inscription sont représentés un pedum et une flûte courbe ; à sa gauche, au milieu de motifs végétaux identifiés à des roseaux, Attis reconnaissable à son bonnet phrygien, un lion, une tête barbue (Jupiter ou un dieu fluvial) et une syrinx ; à gauche des roseaux, enfin, est gravé un grand cercle interprété comme une représentation schématique d’un tympanum.

253Datation : iie s. (?) (Rieger).

Offrandes anonymes

  • Statuette de Vénus

Visconti 1869, 212-213 ; R. Calza 1947, 224, fig. 26 ; CCCA III, 372 ; Rieger 2004, 282-283, MM5, fig. 105 (fig. 39)

Fig. 39

Fig. 39

Statuette de Vénus en bronze (R. Calza 1947, 224, fig. 26 ; CCCA III, 372 ; Rieger2004, 282-283, fig. 105)

© DR

254Statuette de bronze, trouvée dans le portique à proximité de l’Attideum, en même temps que la statue d’Attis couché (CCCA III, 394) et la ciste-modius (CCCA III, 395). Conservée aux Musées du Vatican.

255Vénus est représentée debout, nue, avec les jambes croisées, les orteils gauches touchant à peine le socle. Elle porte une couronne de feuilles d’acanthe. Lors de la découverte, un morceau de bâton était visible, interprété par Vermaseren (CCCA) comme le manche d’un miroir que la déesse portait dans ses mains. Selon Rieger, la position de la déesse, non documentée par ailleurs, qui appuie à peine la jambe gauche au sol, la torsion du corps et la position des mains ne correspondent pas à une Vénus faisant sa toilette. Elle propose d’y voir une Vénus dansant ou musicienne – le bâton vu par Visconti aurait ainsi correspondu à un élément d’instrument de musique.

256À l’arrière de la statue se trouvaient des fragments de tissu rouge, dans lequel la statue avait été enveloppée (Calza).

257Datation : époque hellénistique (CCCA) ; ier ou iie s. (Rieger).

  • Relief d’Attis couché

258CCCA III, 378 ; R. Calza 1947, 217, fig. 18 ; Rieger 2004, 283-284, MM8, fig. 99 (fig. 40)

Fig. 40

Fig. 40

Relief d’Attis couché (CCCA III, 378 ; R. Calza 1947, 217, fig. 18 ; Rieger 2004, 283-284, fig. 99)

© DR

259Statue en marbre italien jaune (haut. 34 ; prof. de la plinthe 49 cm), trouvée dans l’Attideum, conservée au Musée d’Ostie.

260Attis est couché sur un rocher, appuyé sur son bras gauche. Il porte une cape, une tunique et un bonnet phrygien, ainsi que des sandales. Il tient une syrinx dans la main gauche ; la droite n’est pas conservée. Devant sa main gauche se trouvent une pomme de pin et une double flûte ; à ses pieds, une paire de cymbales. Selon Rieger (2004, 130), vu sa qualité et le sujet représenté, cette statue pourrait avoir été offerte par Cartilius Euplus.

261Datation : iie s.

  • Relief d’Attis couché

262CCCA III, 384 ; R. Calza 1947, 223-224, fig. 25 ; Rieger 2004, 284, MM9, fig. 97 a-b (fig. 41)

Fig. 41

Fig. 41

Relief triangulaire d’Attis couché (CCCA III, 384 ; R. Calza 1947, 223-224, fig. 25 ; Rieger 2004, 284, fig. 97 a-b ; DAI-2003-0050)

© DR

263Statue de marbre blanc (haut. 75 ; larg. 85 cm), en forme de triangle, trouvée dans l’Attideum, conservée au Musée d’Ostie.

264Attis, qui porte des anaxyrides, une courte tunica manicata et un bonnet phrygien, est couché sur un rocher, sous un pin. Sa main droite est derrière sa tête, sa main gauche est étendue. Entre les jambes se trouvent la faucille et les testicules à peine arrachées. Derrière Attis et contre un arbre est représenté un petit Attis debout, jambes croisées. Sur le rocher sont figurés les animaux suivants, de gauche à droite, un bélier, un coq, une vache et un taureau. Entre ces deux derniers, un masque barbu. Selon Rieger (2004, 130), vu sa qualité et le sujet représenté, cette statue pourrait avoir été offerte par Cartilius Euplus.

265Datation : iie s.

  • Statuette d’Attis assis

266CCCA III, 382 ; R. Calza 1947, 222-223, fig. 24 ; Rieger 2004, 284, MM11, fig. 98 (fig. 42)

Fig. 42

Fig. 42

Statuette d’Attis assis (CCCA III, 382 ; DAI-2003-0080)

© DR

267Statuette en marbre (haut. 72 cm), trouvée dans l’Attideum, conservée au Musée d’Ostie. Manquent les bras et les jambes sous les genoux.

268Attis est assis sur un rocher, tenant un pedum dans la main gauche. Il porte une courte tunique et un bonnet phrygien. À ses côtés, un mouton et un chien. Selon Rieger (2004, 130), vu sa qualité et le sujet représenté, cette statue pourrait avoir été offerte par Cartilius Euplus.

269Datation : iie s.

  • Statuette d’un jeune homme (Attis ?) (fig. 43)

270CCCA III, 374 ; R. Calza 1947, 221-222, fig. 23 ; Rieger 2004, 284-285, MM12, fig. 100

Fig. 43

Fig. 43

Statuette d’un jeune homme (Attis ?; CCCA III, 374 ; DAI-2003-0053)

© DR

271Statuette en marbre (haut. 58 cm), trouvée dans l’Attideum, conservée au Musée d’Ostie. Manquent la tête, les bras et les pieds.

272Jeune homme debout, aux formes et aux traits féminins. Un long manteau couvre son dos et la partie inférieure de son corps. Il est identifié à Attis représenté comme hermaphrodite par R. Calza et Vermaseren (CCCA). Rieger estime toutefois que les marqueurs sexuels restent incertains. Selon Rieger (2004, 130), vu sa qualité et le sujet représenté, cette statue pourrait avoir été offerte par Cartilius Euplus.

273Datation : iie s. (CCCA) ; époque antonine moyenne ou tardive (Rieger).

  • Statuette de Vénus

274CCCA III, 370 ; R. Calza 1947, 226, fig. 28 ; Rieger 2004, 285, MM16, fig. 102b (fig. 44)

Fig. 44

Fig. 44

Statuette de Vénus (CCCA III, 370 ; DAI-2003.0051)

© DR

275Statuette de marbre (haut. 34 cm), trouvée dans l’Attideum, conservée au Musée d’Ostie. Manquent la tête, le bras droit et l’avant-bras gauche.

276Vénus debout portant un long manteau, découvrant une partie de la poitrine. Il s’agit d’une Vénus de type genetrix selon R. Calza et Vermaseren (CCCA), comparable à l’Aphrodite du Louvre-Naples (Rieger). Selon Rieger (2004, 130), vu sa qualité et le sujet représenté, cette statue pourrait avoir été offerte par Cartilius Euplus.

277Datation : iie s.

  • Statuette de Vénus

278CCCA III, 385 ; R. Calza 1947, 226-227, fig. 30 ; Rieger 2004, 286, MM18, fig. 103

279Statuette de marbre grec (haut. 35 cm), trouvée dans l’Attideum, conservée dans les MagOst. Manquent la tête, le bras gauche et les deux pieds.

280Torse de Vénus nue, qui devait tenir son vêtement dans la main gauche et se couvre le sexe de la droite. À côté du genou gauche, traces d’un ustensile (vase ?). Vénus de type pudica. Selon Rieger (2004, 130), vu sa qualité et le sujet représenté, cette statue pourrait avoir été offerte par Cartilius Euplus.

281Datation : iie s.

  • Statuette de déesse (Fortuna ?)

282CCCA III, 368 ; R. Calza 1947, 227, fig. 31 ; Rieger 2004, 286, MM19, fig. 104 (fig. 45)

Fig. 45

Fig. 45

Statuette de Déesse (Fortuna ?) (CCCA III, 368 ; DAI-2003-0085)

© DR

283Statue de marbre (haut. 85 cm), trouvée dans l’Attideum, conservée au Musée d’Ostie. Manquent le bras droit et l’avant-bras gauche ; le visage est abîmé.

284Divinité féminine debout dans un long chiton et manteau, portant un diadème. R. Calza et Vermaseren (CCCA) suggèrent d’y reconnaître Cérès. Selon Rieger, le drapé du manteau correspond au type de la Fortuna du Braccio Nuovo. Selon Rieger (2004, 130), vu sa qualité et le sujet représenté, cette statue pourrait avoir été offerte par Cartilius Euplus.

285Datation : iie s.

  • Deux statues de Pan

286CCCA III, 365 ; R. Calza 1947, 208-210, fig. 8, 9 ; Rieger 2004, 287, MM23, fig. 127a-b, 128 (fig. 36)

Fig. 36

Fig. 36

Attideum et abside (Floriani Squarciapino 1962, pl. 2, 1)

© DR

287Deux statues en marbre (haut. totale 210 ; haut. de la base : 70 cm), flanquant l’entrée de l’Attideum ; conservées au Musée d’Ostie. Pan à gauche de l’entrée : moitié du corps fortement abîmée ; pieds cassés ; Pan à droite de l’entrée : tête et visage fortement abîmés ; bras gauche endommagé.

288Nus, les cuisses poilues, portant une longue peau d’animal attachée à l’épaule, ils tiennent un pedum dans la main qui se trouve du côté de la porte et une syrinx dans l’autre. Leur tête, aux oreilles félines et aux mèches de cheveux touffues, est couronnée de pommes de pin. Les pieds de bouc du Pan à droite de l’entrée sont conservés. Les deux statues supportaient vraisemblablement l’architrave de la porte de la chapelle.

289Datation : époque antonine (Calza 1947, 193) ; iie s. (CCCA) ; première moitié du iie s. (Rieger).

Hors Attideum

  • Statuette de Mater Magna

290CIL VI, 513 ; CCCA III, 392 ; Rieger 2004, 281, MM1, fig. 123 ; EDR140567 (fig. 28)

Fig. 28

Fig. 28

Statuette de Mater Magna offerte par le clarissime Marcarianus (CCCA III, 392)

© DR

291Statuette (h. 98 ; larg. 61 ; prof. 48 cm), offerte par Virius Marcarianus (voir supra), conservée au Musée archéologique de Naples. L’identité du donateur, qui fait par ailleurs une offrande dans le Campus d’Ostie (AE 1948, 25 ; AE 1977, 170 ; CCCA III, 393 ; Rieger MM 65, 296), a conduit les savants à supposer que cette statuette provient également du Campus (bibliographie in Rieger et EDR140567).

292La déesse, la tête couronnée d’une muraille, est assise sur un trône flanqué de lions. La tête, l’avant-bras droit et la main gauche avec le tambourin sont des restaurations.

293Datation : seconde moitié du iiie s. (EDR) ; peu avant 280 (Rieger).

  • Statuette de Mater Magna

294CCCA III, 410 ; Rieger 2004, 281-282, MM2, fig. 122 (fig. 46)

Fig. 46

Fig. 46

Statuette de Mater Magna (CCCA III, 410 ; DAI-2003-0039)

© DR

295Statuette (haut. 78 ; larg. 46 ; prof. 43 cm), trouvée dans le Campus lors des fouilles de Visconti (1868, 390). Conservée au Musée d’Ostie (inv. 1165).

296La déesse est assise sur un trône flanqué de deux lions. Elle tient un tympanum dans la main gauche. Datation : iie s.

  • Statuette de Vénus

297CCCA III, 371 ; R. Calza 1947, 226, fig. 29 ; Rieger 2004, 286, MM17, fig. 102c

298Statuette de marbre grec (haut. 38 cm), trouvée dans le Campus, conservée au Musée d’Ostie. Manquent la tête, le bras droit, l’avant-bras gauche et les deux pieds.

299Vénus debout, portant un long manteau, découvrant une partie de la poitrine.

300Vénus de type genetrix selon Calza et Vermaseren (CCCA), comparable à l’Aphrodite du Louvre-Naples (Rieger). Selon Rieger (2004, 130), vu sa qualité et le sujet représenté, cette statue pourrait avoir été offerte par Cartilius Euplus.

301Datation : iie s.

  • Statue cuirassée

302Rieger 2004, 288, MM26, fig. 137

303Fragment de statue cuirassée (haut. 177 cm) retrouvée dans le Campus, conservé au Musée d’Ostie. Manquent la tête, le bras droit, l’avant-bras gauche, les pieds. La décoration de la cuirasse est composée, sous le cou, d’un gorgoneion surmontant un encensoir fumant entouré de deux Victoires ; au niveau inférieur Tellus et Oceanus. La partie arrière de la statue est moins bien travaillée.

304Datation : fin du ier s.

305Huit portraits impériaux ont également été retrouvés dans le Campus. Pour plus de renseignements et d’autres références, le lecteur est renvoyé à Rieger 2004.

  • Vespasien : Rieger 2004, 288, MM33 fig. 134
    Tête de Vespasien en marbre (haut. 40 cm), trouvée dans le Campus lors des fouilles de Visconti.

  • Trajan : Rieger 2004, 289, MM34, fig. 135
    Tête de Trajan (haut. 37 cm), trouvée dans le Campus lors des fouilles de Visconti.

  • Antinous : Rieger 2004, 289, MM35, fig. 138
    Tête d’Antinous couronnée (haut. 26,5 cm), trouvée dans le Campus lors des fouilles de Visconti.

  • Lucius Verus : Rieger 2004, 289, MM36, fig. 136
    Tête de Lucius Verus enfant (haut. 27 cm), trouvée dans le Campus.

  • Portrait de femme d’époque antonine tardive ou sévérienne précoce : Rieger 2004, 289, MM37, fig. 133

  • Buste de femme (haut. 22 cm).

  • Portrait d’Hadrien : Rieger 2004, 290, MM39
    Tête semi-colossale d’Hadrien (Visconti 1868, 369), perdue, trouvée à l’arrière du temple.

  • Portrait d’Antonin le Pieux : Rieger 2004, 290, MM40.
    Portrait perdu, trouvé dans le Campus (Paschetto 1912, 559, n° 480).

306Rieger (2004, 288) mentionne également quelques sculptures aujourd’hui perdues, qui ont été retrouvées dans le Campus, soit d’après les journaux de fouilles, soit d’après Paschetto (1912, 559).

307Il s’agit de :

  • une statue acéphale cuirassée et de fragments d’une statue colossale (genoux et bras) (Rieger 2004, 288, MM27 ; Paschetto 1912, 559, n° 471-472) ;

  • de statues de divinités en bronze (Apollon ; Minerve ; Mars ; un Dioscure, une divinité féminine) (Rieger 2004, 288, MM28 ; Paschetto 1912, 559, n° 482-486) ;

  • de statuettes de divinités en marbre (Esculape, Diane ?) (Rieger 2004, 288, MM29 ; Paschetto 1912, 491-492) ;

  • de statuettes d’animaux en bronze (un cheval ; deux panthères) (Rieger 2004, 288, MM30 ; Paschetto 1912, 559, n° 487-488) ;

  • de petits objets en bronze (candélabre, ustensiles, objets d’ornements) (Rieger 2004, 288, MM31 ; Paschetto 1912, 559, n° 489, 490, 493).

Bibliographie

  

Becatti 1954 : G. Becatti, I mitrei, Roma 1954 (Scavi di Ostia, 2).

Berlioz 1997 : S. Berlioz, « Il campus Magnae Matris di Ostia », in Cahiers du Centre Glotz, 8, 1997, 97-110.

Boin 2013 : D. Boin, « A late antique statuary collection at Ostia’s sanctuary of Magna Mater : a case-study in late Roman religion and tradition », in PBSR, 81, 2013, 247-277.

Bollmann 1998 : B. Bollmann, Römische Vereinshauser : Untersuchungen zu den Scholae der römischen Berufs-, Kult- und Augustalen-Kollegien in Italien, Mainz 1998.

Calza 1947a : G. Calza, « Il santuario della Magna Mater a Ostia », in MemPontAcc, 6, 1947, 183-205.

Calza 1947b : R. Calza, « Le sculture rinvenute nel santuario della Magna Mater », MemPontAcc, 6, 1947, 207-227.

CCCA : M.J. Vermaseren, Corpus cultus Cybelae Attidisque. III. Italia - Latium, Leiden 1977.

Cooley 2015 : A. Cooley, « Multiple Meanings in the Sanctuary of the Magna Mater at Ostia », RRE, 1, 2015, 242-262.

Ep. lat. 2010 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina : Ostia, cento iscrizioni in contesto, Roma 2010.

Floriani Squarciapino 1962 : M. Floriani Squarciapino, I culti orientali ad Ostia, Leiden 1962 (EPRO, 3).

Graillot 1912 : H. Graillot, Le culte de Cybèle, Paris 1912.

Herz 1989 : FVH: P. Herz, « Claudius Abascantus aus Ostia. Die Nomenklatur eines Libertus und sein sozialer Aufstieg », in ZPE, 76, 1989, 167-174.

Licordari sous presse : A. Licordari, « Alcune iscrizioni sacre ostiensi », in Archeologia classica, sous presse.

Mar 1999a : R. Mar, et al., « Santuarios y urbanismo en Ostia. La excavación en el campo de Cibeles », in Meded, 58, 1999, 20-22.

Mar 1999b : R. Mar et al., « Cambios de nivel en las calles de Ostia. Los datos de la excavación arqueologica en el santuario de Cibeles », in Meded, 58, 1999, 83.

Mar 2002 : R. Mar, « Una ciudad modelada por el comercio : la construcción del centro de Ostia », in MEFRA, 114, 2002, 111-180.

Marchesini 2012-2013 : R. Marchesini, Sacra peregrina ad Ostia e Porto : Mithra, Iuppiter Sabazius, Iuppiter Dolichenus, Iuppiter Heliopolitanus, Roma, Sapienza. Università di Roma, 2012-2013 (Dottorato di Ricerca in Filologia e Storia del Mondo Antico).

Marinucci 1992 : A. Marinucci, « Iscrizioni », in P. Cicerchia, A. Marinucci, Le Terme del Foro o di Gavio Massimo, Roma 1992, 163-228 (Scavi di Ostia, 11).

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Paschetto 1912 : L. Paschetto, Ostia colonia romana, storia e monumenti, Roma 1912.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Pellegrino 1987 : A. Pellegrino, « Note su alcune iscrizioni del campo della Magna Mater ad Ostia », in Miscellanea greca e romana, 12, 1987, 183-200.

Pensabene 2005 : P. Pensabene, « La ’topografia del sacro’ a Ostia alla luce dei recenti lavori di A.K. Rieger e di D. Steuernagel », in ArchCl, 56, 2005, 497-532.

Pensabene 2007 : P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

Rieger 2004 : A.K. Rieger, Heiligtümer in Ostia, Münich 2004.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Tran 2006 : N. Tran, Les membres des associations romaines : le rang social des « collegiati » en Italie et en Gaule, sous le Haut-Empire, Rome 2006 (Coll. EFR, 367).

Van Haeperen 2011 : F. Van Haeperen, « Cohabitations religieuses à Ostie, port de Rome », in N. Belayche, J.-D. Dubois éds., L’Oiseau et le poisson. Cohabitations religieuses dans les mondes grec et romain, Paris 2011, 109-128.

Van Haeperen 2017a : F. Van Haeperen, « Establishing, displaying and strengthening group identity by making offerings and producing texts : some case studies from Ostia’s guilds », in RRE, 3, 2017, 87-118.

Van Haeperen sous presse : FVH: F. Van Haeperen, Étrangère et ancestrale, la Mère des dieux dans le monde romain, Paris 2019 (sous presse).

Visconti 1868 : C.L. Visconti, « I monumenti del Metroon ostiense e degli annessi collegi dei dendrofori e dei cannofori », in AdI, 40, 1868, 362-413.

Visconti 1869 : C.L. Visconti, « Della Afrodite-Cloto, dell’Atti-Sole e di una cista mistica rinvenuti in Ostia presso il Metroo », AdI, 41, 1869, 209-245.

Vivò Codina 1998 : D. Vivò Codina, El programa icongràfic de l’Attideion del Campo della Magna Matter a Ostia, Universitat de Girona, Tesi Doctoral, 1998.

Zevi 1997a : F. Zevi, « Culti ’Claudii’ a Ostia e a Roma : qualche osservazione », in ArchCl, 49, 1997, 435- 471.

Zevi 1997c : F. Zevi, « Il cosiddetto ’Iseo di Porto’ e la sua decorazione », in Iside, il mito, il mistero, la magia, Milano 1997, 322-323.

Zevi sous presse : F. Zevi, « Abacscanto », in MEFRA, sous presse.

Table des illustrations

Titre Fig.4
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, d’Auguste à la fin de l’époque flavienne (d’après Top. gen. 1953, fig. 30)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 6
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s. : 1. Capitole de l’époque d'Hadrien ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 11
Légende Plan du Campus (d’après Top. gen. 1953 ; http://www.ostia-antica.org/​regio4/​1/​1.htm)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 31
Légende Plan de la partie orientale du Campus (Top. gen. 1953)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 32
Légende Plan de la partie occidentale du Campus (Top. gen. 1953)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 12
Légende Statuette de Vénus, trouvée dans l’Attideum (CCCA III, 367 ; Rieger 285, MM15, fig. 102a)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 13
Légende Statuette de taureau, trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0037)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 14a, b, c
Légende Frise d’animaux, trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0043 ; 2003-0044 ; 2003-0046)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 15
Légende Pin en marbre, trouvé dans l’Attideum (DAI-2003-0040)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 16
Légende Statuette d’un jeune homme casqué, trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0054)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 17
Légende Statuette d’un jeune homme (Apollon ?), trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0078)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 18
Légende Statuette d’Attis sur un lion, trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0048)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 19
Légende Statue d’Attis couché, trouvée à proximité de l’Attideum (CCCA III, 394)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 20
Légende Ciste-modius de l’archigalle M. Modius Maximus, trouvée à proximité de l’Attideum (Rieger 2004, 146, https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:M._Modius_Maximus,_Archigallus_Coloniae_Ostiensis.jpg)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 21a, b
Légende Statue de Dionysos, trouvée dans l’Attideum (DAI-2003-0083 ; 2003-0084)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 22a
Légende Inscriptions relatives aux cannophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 34 ; CCCA III, 401 ; Rieger 2004, 290 (fig. 109 a-b)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 22b
Légende Inscriptions relatives aux cannophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 35 ; CCCA III, 402 ; Rieger 2004, 290-291 (fig. 110)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 22c
Légende Inscriptions relatives aux cannophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 36 ; CCCA III, 403 ; Rieger 2004, 291 (fig. 111 a-b)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 22d
Légende Inscriptions relatives aux cannophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 37 ; CCCA III, 404 ; Rieger 2004, 291 (fig. 112 a-b)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 22e
Légende Inscriptions relatives aux cannophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 116 ; CCCA III, 415 ; Rieger 2004, 291 (fig. 113)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 22f
Légende Inscriptions relatives aux cannophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 117 ; CCCA III, 416 ; Rieger 2004, 291 (fig. 114)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 22g
Légende Inscriptions relatives aux cannophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 119 ; Rieger 2004, 291-292 (fig. 115)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 23a
Légende Inscriptions relatives aux cannophores sur plaques de marbre similaires : CCCA III, 398 ; Rieger 2004, 292-293 (fig. 141)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 23b
Légende Inscriptions relatives aux cannophores sur plaques de marbre similaires : CCCA III, 399 ; Rieger 2004, 292 (fig. 129)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 24a
Légende Inscriptions relatives aux dendrophores sur petites bases de marbre similaires : a : CIL XIV, 53 ; CCCA III, 414 ; Rieger 2004, 292 (fig. 116)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 24b
Légende Inscriptions relatives aux dendrophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 67 ; CCCA III, 413
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 24c
Légende Inscriptions relatives aux dendrophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 33 ; CCCA III, 400
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 24d
Légende Inscriptions relatives aux dendrophores sur petites bases de marbre similaires : CIL XIV, 107 ; CCCA III, 408 ; Rieger 2004, 298 (fig. 117)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 25 a
Légende Autres inscriptions relatives aux dendrophores : CIL XIV, 71
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 25b
Légende Autres inscriptions relatives aux dendrophores : AE 1948, 24 ; CCCA III, 386 ; Licordari, sous presse
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 25c
Légende Autres inscriptions relatives aux dendrophores : AE 1987, 198 ; Rieger 2004, 294 (fig. 139)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 26
Crédits Inscription du dendrophore Abascantus pour son fils (CIL XIV, 324)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 27a
Légende Inscriptions relatives à des tauroboles : CIL XIV, 40 ; CIL XIV, 4301 ; CCCA III, 405 ; Rieger 2004, 295 (fig. 130a)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 27b
Légende Inscriptions relatives à des tauroboles : CIL XIV, 43 ; CCCA III, 407 ; Rieger 2004, 299 (fig. 132)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 27c
Légende Inscriptions relatives à des tauroboles : CIL XIV, 4303 ; CCCA III, 417
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 28
Légende Statuette de Mater Magna offerte par le clarissime Marcarianus (CCCA III, 392)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Fig. 29
Légende Petite base de marbre rappelant une offrande pour M. Cerellius Hieronymus, prêtre (CIL XIV, 70)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 30
Légende Vue du Campus depuis le temple de Mater Magna (PAO_A_1809)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Fig 147
Légende Plan du complexe dans lequel s’insère le mithraeum des Animaux
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 33
Légende Temple de Mater Magna avant la restauration (PAO _B_2998)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 34
Légende Temple de Mater Magna après la restauration (PAO_ B_3045)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 35
Légende Vue de la partie sud-est du Campus et de l’aire sacrée de Bellone (PAO _A_2118)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 36
Légende Attideum et abside (Floriani Squarciapino 1962, pl. 2, 1)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 37a
Légende Autel des douze dieux (CCCA III, pl. 238, n° 381)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 37b
Légende Autel des douze dieux (CCCA III, pl. 238, n° 381
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 38a
Légende Deux candélabres (DAI-83.401 ; 83.408)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 38b
Légende Deux candélabres (DAI-83.401 ; 83.408)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 39
Légende Statuette de Vénus en bronze (R. Calza 1947, 224, fig. 26 ; CCCA III, 372 ; Rieger2004, 282-283, fig. 105)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 40
Légende Relief d’Attis couché (CCCA III, 378 ; R. Calza 1947, 217, fig. 18 ; Rieger 2004, 283-284, fig. 99)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 41
Légende Relief triangulaire d’Attis couché (CCCA III, 384 ; R. Calza 1947, 223-224, fig. 25 ; Rieger 2004, 284, fig. 97 a-b ; DAI-2003-0050)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 42
Légende Statuette d’Attis assis (CCCA III, 382 ; DAI-2003-0080)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 43
Légende Statuette d’un jeune homme (Attis ?; CCCA III, 374 ; DAI-2003-0053)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 44
Légende Statuette de Vénus (CCCA III, 370 ; DAI-2003.0051)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 45
Légende Statuette de Déesse (Fortuna ?) (CCCA III, 368 ; DAI-2003-0085)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 46
Légende Statuette de Mater Magna (CCCA III, 410 ; DAI-2003-0039)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6969/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter