Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Portus (Porto)

Portus. Temple de Sérapis (localisation incertaine)

Texte intégral

1L’existence d’un temple de Sérapis à Portus peut être tenue pour assurée grâce au faisceau d’indices convergents fournis par les éléments suivants (Ross Taylor 1912, 66-67, 72-75 ; Floriani Squarciapino 1962, 24-25 ; Meiggs 1973, 387 ; Steuernagel 2004, 212 ; Steuernagel 2007, 127). Une longue inscription, malheureusement fragmentaire, semble se rapporter à la dédicace du Serapeum (RICIS 2, 503/1201), vraisemblablement à l’époque d’Harien (durant laquelle Antinoos semble honoré dans le temple ; RICIS 2, 503/1203). Plusieurs dédicaces sont adressées à Sérapis et aux συννάοι θεοί : la mention de l’adjectif συννάοι suppose, en filigrane, la présence d’un temple. La présence d’un clergé (plusieurs néocores attestés – voir infra) et d’un personnel cultuel (RICIS 2, 503/1211) indique aussi l’existence d’un temple. Un néocore de Sérapis offre une petite base ainsi que du mobilier et des objets cultuels (autels, bancs, lampe et encensoir), qui devaient orner un lieu de culte. Ce temple devait revêtir un caractère public, puisque les dons faits par ce néocore ont été soumis à l’approbation d’un pontife de Vulcain et des édifices sacrés (CIL XIV, 47) : une telle autorisation ne se justifie que dans le cadre d’un culte public.

2L’emplacement du temple reste inconnu. Les lieux de découverte des inscriptions relatives au culte de Sérapis à Portus fournissent peut-être un indice : toutes celles pour lesquelles on dispose d’informations plus ou moins précises ont été retrouvées entre le bassin de Trajan et la Fossa Traiana ou en remploi dans la basilique Saint-Hippolyte (voir infra). À titre d’hypothèse, on pourrait suggérer que le Serapeum se trouvait au sud ou au sud-ouest du bassin de Trajan, à proximité immédiate de la Fossa Traiana. Un temple non identifié (voir fiche Portus. Temple à proximité de l’Episcopio) a été aperçu dans cette zone au xixe s. Correspondrait-il à celui de Sérapis ? Seules de nouvelles fouilles permettraient d’apporter des éléments de réponse à cette question.

3D’après les inscriptions retrouvées, le temple de Sérapis était desservi par un néocore et un « supérieur du clergé du temple » et par un personnel cultuel composé de « maître-fondeur », « fondeur » et « interprètes des oracles » ; des hiérodules y étaient également actifs (RICIS 2, 503/1211).

4Un des néocores était aussi epimeletès de la flotte d’Alexandrie. Or quatre autres inscriptions rapportent des dédicaces faites par les nauclères de cette flotte, qui semblent avoir formé une sorte d’association cultuelle (RICIS 503/1217). Ont-elles été posées dans le Serapeum ? C’est une possibilité mais on ne peut exclure que les nauclères aient disposé de leur propre lieu de réunion où ils auraient honoré leurs θεοὶ πάτριοι (RICIS 2, 503/1213) et fait des vœux et offrandes pour le salut de l’empereur et de la flotte (RICIS 2, 503/1215-1216).

5La langue grecque prédomine très largement dans les inscriptions de Portus liées au culte de Sérapis, dont un certain nombre sont posées par des Alexandrins, membres de la boulè et par des nauclères de la flotte. Le culte de la divinité à Portus semble avoir été calqué sur celui d’Alexandrie, comme le montrent l’usage du titre de « néocore du grand Sérapis », l’appellation même du dieu Zeus Helios Megas Serapis et l’origine de plusieurs dévots (Floriani Squarciapino 1962, 24 ; Steuernagel 2007, 127).

Sources épigraphiques

6SEG 26, 1149 ; AE 1981, 180 ; Mazzoleni 1983, 49-50, n° 45 ; IPorto 12 ; RICIS 2, 503/1201 (pl. 96)

7Plaque en marbre en neuf fragments, retrouvés lors des fouilles de la basilique Saint-Hippolyte à l’Isola Sacra, entre 1970 et 1975 (long. estimée : 3 m). Vu la longueur supposée de l’inscription, il est vraisemblable que la chose dédiée corresponde au Serapeum de Portus. Le même individu semble avoir posé une autre inscription (AE 1975, 140).

Διὶ Ἡλίῳ μεγάλῳ ἐπηκ̣ό̣ῳ̣ [σωτῆρι εὐεργέτῃ (?) Σα]ρ̣ά̣πιδι [---]
Τ(ίτος) Αἴλιος Φηλικίσσιμος σὺν τῇ σ[υμβίῳ καὶ τοῖς τέκν]οις εὖ [εἰδὼς τὰς]
ἀηττήτους αὐτοῦ ἐνεργίας τὸν̣ [ναὸν --- ἀνέθηκεν (?)]

« À Zeus Soleil grand Sarapis qui écoute les prières, [sauveur (?), bienfaiteur (?)], Titos Ailios Phelikissimos avec son épouse et ses enfants [a consacré (?) le temple] au dieu dont il sait bien que le pouvoir se manifeste de façon invincible » (trad. RICIS).

8Datable du règne d’Hadrien ou peu après, sur la base de l’onomastique du dédicant et de la paléographie.

9AE 1975, 140 ; AE 1981, 181 ; RICIS 2, 503/1202 ; EDR078098 (Scheithauer)

10Fragment d’une plaque trouvé en 1975 pendant les fouilles de la basilique Saint-Hippolyte.

[T. Ael]ius Feli =
[cissi]mus
[Serapi (?) si]ngulari

« Titus Aelius Felicissimus à [Sérapis ?] l’unique » (trad. RICIS).

11Datable du règne d’Hadrien ou peu après, sur la base de l’inscription précédente qui semble avoir été posée par le même individu.

12IG XIV, 960 ; IPorto 6 ; RICIS 2, 503/1203

13Partie supérieure d’un cippe de marbre (haut. 40 ; larg. 40,5 ; prof. 0,45 cm), trouvée sur la Via Portuense.

Ἀντινόωι
συνθρόνῳ
τῶν ἐν Αἰγύ =
[πτωι θεῶν]
[---]

« À Antinoos, qui siège aux côtés des dieux de l’Égypte, [---] ».

14Datable entre 130 et 138. Cette dédicace provient vraisemblablement du Serapeum (IPorto). Si tel est le cas, elle conforte l’hypothèse selon laquelle le temple a été dédié à l’époque d’Hadrien (voir RICIS 2, 503/1201).

15CIL XIV, 47 ; IG XIV, 915 ; ILS 4402 ; IPOstie B, 304 ; IPorto 13 (photo p. 30) ; RICIS 2, 503/1205 ; EDR119321 (Giulia Sacco)

16Autel de marbre retrouvé à Rome. D’après son contenu et la comparaison avec d’autres inscriptions de Portus mentionnant le titre de « néocore du grand Sérapis », il est très vraisemblable que l’autel provienne de Portus et, plus précisément, de son temple de Sérapis (CIL ; ILS ; IPOstie ; IPorto ; RICIS).

<Sur la partie supérieure>
Διὶ Ἡλίῳ̣ μεγάλῳ
Σαράπιδι καὶ τοῖς συννάοις
θεοῖς τὸ κρηπίδειον, λαμπάδα
ἀργυρᾶν, βωμοὺς τρεῖς, πολύλυχνον,
<sur la partie inférieure>
θυμιατήριον ἔνπυρον,
βάθρα δύο
Λ(ούκιος) Κάσσιος
Εὐτύχης
ν<ε>ωκόρος τοῦ μεγάλου
Σαράπιδος
ὑπὲρ εὐχαριστίας
ἀνέθηκ̣[ε]ν ἐπ’ ἀγαθῷ.
Permissu
C(ai) Nasenni
Marcelli
pontificis Volcaṇị ẹ[t]
aedium sacrarum [et]
Q(uinti) Lolli Rufi Chrysidian[i]
et M(arci) Aemili Vitalis
Crepereiani IIuir(um).

« À Zeus Soleil grand Sarapis et aux dieux qui partagent le même temple, Loukios Cassios Eutyches, néocore du grand Sarapis, a consacré, avec reconnaissance et dans une bonne intention le soubassement (sur lequel il a déposé) une lampe en argent, trois autels, une lampe à plusieurs becs, un encensoir pour les sacrifices et deux bancs, avec la permission de Gaius Nasennius Marcellus, pontife de Vulcain et des temples sacrés, et (celle) de Quintus Lollius Rufus et Marcus Aemilius Vitalis Creperianus, duumviri » (trad. RICIS).

17C. Nasennius Marcellus apparaît également dans CIL VI, 861 (provenant d’Ostie = AE 1968, 84) ; XIV, 172 et 4148.

18Datable de la seconde moitié du iie s. (IPorto ; RICIS), entre 181 et 193 (EDR, sur la base de la prosopographie).

19IG XIV, 916 ; IPorto 16 ; RICIS 2, 503/1206

20Colonne de marbre (haut. 1,22 ; diam. sup. 0,32 m), trouvée à Portus, sur la Via Portuense, à l’ouest de la basilique épiscopale (comme on peut le déduire des informations fournies par Lanciani, Gatti, 1886, 171-172). Palme à côté d’une couronne agonistique contenant le dernier mot, dans la partie inférieure.

Διὶ Ἡλίῳ μεγάλῳ
Σ[αρ]ά̣πιδι καὶ τοῖς
συ[ν]ν̣άοις θεοῖς
τὸ̣[ν] θεοφιλέστατον
πά̣[π]π̣ον Μ(ᾶρκος) Αὐρ(ήλιος)
Σαρ̣[α]πίων παλαιστὴς
παρ̣άδοξος σ̣ὺ̣ν τῷ
π̣ατρὶ Μ(άρκῳ) Αὐρ(ηλίῳ) Δη[μ]η̣τ̣ρίῳ
τ̣[ῷ] κ̣[αὶ Ἁ]ρποκρα[τ]ίων̣ι
βου̣λ̣ε[υ]τῇ τῆς λαμ-
προτάτης πόλεως
τῶν Ἀλεξανδρέων̣
εὐξάμενοι καὶ εὐ-
τυχόντες ἀνεθήκα-
μεν ἐπ’ ἀγαθῷ
Χρυ-
σάν-
θινα.

« À Zeus Soleil grand Sarapis et aux dieux qui partagent le même temple, Markos Aurélios Sarapion, lutteur extraordinaire, dédie (la statue) de son grand-père chéri des dieux, en association avec son père Markos Aurélios Démétrios dit aussi Harpokratiôn, bouleute de la très illustre ville des Alexandrins, en accomplissement d’un vœu après que leur prière eut été exaucée, dans une bonne intention. (Il fut vainqueur aux) Chrysanthina » (trad. RICIS).

21Le dédicant, son frère, son père et son grand-père étaient tous des athlètes (IPorto ; RICIS). Le père,

22M. Aurelius Demetrius, tout comme son fils (non mentionné dans l’inscription) M. Aurelius Asclepiades, ont été bouleutes à Alexandrie (IGUR 240-241 ; RICIS 2, 203/4 et 6). Le dernier mot évoque une victoire aux Chrysanthina, jeux de Sardes.

23Datation : début du iiie  s. (IPorto ; RICIS).

24IG XIV, 917 ; IPorto 3 ; RICIS 2, 503/1207 (pl. 97)

25Base en marbre trouvée à Portus en 1793-1794 (haut. 94 ; larg. 52 ; prof. 34,5 cm). Fea la vit encore à Portus, avec la statue qui s’y rapportait (sur la découverte, IPorto et Bignamini 2003, 59). Urceus et patera sur les côtés.

Ὑπὲρ σωτηρίας καὶ ἐπανόδου
καὶ ἀϊδίου διαμονῆς τῶν κυρίων
Αὐτοκρατόρ(ων) Σεουήρου καὶ Ἀντωνίνου
καὶ Ἰουλίας Σεβ(αστῆς) καὶ τοῦ σύνπαντος
αὐτῶν οἴκου καὶ ὑπὲρ εὐπλοίας
παντὸς τοῦ στόλου τὴν Ἀδράστιαν
σὺν τῷ περὶ αὐτὴν κόσμῳ
Γ(άϊος) Οὐαλέριος Σερῆνος νεωκόρος
τοῦ μεγάλου Σαράπιδος
ὁ ἐπιμελητὴς παντὸς τοῦ Ἀλεξανδρείνου στόλου
ἐπὶ Κλ(αυδίου) Ἰουλιανοῦ ἐπάρχου εὐθενείας.

« Pour le salut, le retour et la préservation perpétuelle des souverains les empereurs Sévère, Antonin et Iulia Auguste, ainsi que de toute leur maison, et pour l’heureuse navigation de toute leur flotte, Gaios Oualérios Sérénos, néocore du grand Sarapis, le curateur de toute la flotte d’Alexandrie, (a dédié cette statue) d’Adrastéia avec tout le décor qui l’entoure, Klaudios Ioulianos étant préfet de l’annone » (trad. RICIS).

26Le dédicant, néocore du temple de Sérapis à Portus et responsable de la flotte d’Alexandrie, apparaît vraisemblablement aussi dans IPorto 14 et 15 = RICIS 2, 503/1208 et 1210.

27Datée de 201, année où Claudius Iulianus était préfet de l’annone (PIR², C, 899 ; Pavis d’Escurac 1976, 354).

28IG XIV, 919 ; IPorto 14 ; RICIS 2, 503/1208

29Grand autel quadrilatère, trouvé en 1793 à Portus.

Σερῆνος
Ξιφίδιος
ὁ κράτιστος
νεωκόρος
ἐκ τῶν ἰδίων
ἀνέθηκα.

« Moi, Sérénos Xiphidios, l’excellent néocore, j’ai consacré (ceci) à mes frais » (trad. d’après RICIS).

30L’interprétation des mots κράτιστος νεωκόρος est sujette à discussion. Ils pourraient indiquer l’appartenance de Serenus au rang équestre (ce qui semble peu vraisemblable) ou plutôt correspondre à un titre à peu près équivalent à ὁ πρεσβύτατος πρεσβύτατος (voir l’inscription précédente) (pour la bibliographie relative au débat, voir IPorto ; RICIS). Le dédicant est vraisemblablement identique à celui qui apparaît dans IPorto 3 et 15 = RICIS 2, 503/1207 et 1210.

31Début du iiie s. (IPorto ; RICIS), sur la base de la comparaison avec une inscription datable mentionnant ce personnage (voir supra).

32IG XIV, 921 ; IPorto 15 ; RICIS 2, 503/1210 (pl. 97)

33Base de marbre (haut. 54 ; larg. 44 ; prof. 44 cm), trouvée à Portus en 1793-1794, en même temps que IPorto 3 (RICIS 2, 503/1207). Le dédicant est vraisemblablement identique à celui qui apparaît dans IPorto 3 et 14 (RICIS 2, 503/1207 et 1208).

Σερῆνος
ὁ πρεσβύτατος
νεωκόρος
ἀνέθηκα.

« Moi, Sérénos, le néocore-doyen, j’ai consacré (ceci) » (trad. RICIS).

34Début du iiie s. (IPorto ; RICIS), sur la base de la comparaison avec une inscription datable mentionnant ce personnage (voir supra).

35IG XIV, 914 ; IPorto 17 ; RICIS 2, 503/1211 (pl. 97)

36Base moulurée de marbre rouge (haut. 105 ; larg. 30 ; prof. 28 cm) ; l’inscription est gravée sur la face avant et le côté gauche. La base fut réutilisée, peut-être comme fontaine. Conservée au Musée Granet à Aix-en-Provence. Sa provenance de Portus est assurée par le contenu.

<Face gauche>

[Μ(ᾶρκος) Αὐρ(ήλιος) Ἥρων]
ἀ̣ν̣έ̣θ̣η̣κ̣ε̣ν̣
ἐπ’ ἀγαθῷ
ἐπὶ
Γρανίου Ῥωμ̣α̣[νοῦ(?)---]
<face avant>
[ὑπὲρ σωτηρίας τοῦ κυρίου]
ἡ̣μ̣ῶ̣ν̣ [Αὐτοκ]ρ̣ά̣τ̣ο̣ρ̣ο̣ς̣
Μάρκου Αὐρηλίου
Σεουήρου Ἀλεξάνδρου
Εὐτυχοῦς Εὐσεβοῦς Σεβ(αστοῦ)
καὶ Ἰουλίας [[Μαμα]]ί[[α]]ς̣
Σεβαστῆς μη<τ>ρὸς Σεβ(αστοῦ)
Διὶ Ἡλίῳ
μεγάλῳ Σαράπιδι
καὶ τοῖς συννάοις
θεοῖς
Μ(ᾶρκος) Αὐρήλιος Ἥρων
νεωκόρος τοῦ ἐν
Πόρτῳ Σαράπιδος ἐπὶ
Λαργινίῳ Βειταλίωνι
ἀρχιυπηρέτῃ καὶ κα-
μ̣εινευτῇ καὶ Αὐρηλίῳ
Ἐ̣φήβῳ καὶ Σ<α>λωνίῳ <Θ>ε<ο>-
δότῳ ἱεροφώνοις
καὶ καμειν<ε>υταῖ<ς κ>αὶ
τῇ ἱεροδουλείᾳ ἀνέ-
θηκεν ἐπ’ ἀγαθῷ.

« Markos Aurélios Hérôn a consacré (ceci) dans une bonne intention, Granios [Rômanos (?)] étant [...].

37Pour le salut de notre souverain l’empereur Marc Aurèle Sévère Alexandre Heureux Pieux Auguste et de Iulia [[Mamaea]] Auguste, mère de l’Auguste, à Zeus Soleil grand Sarapis et aux dieux qui partagent le même temple, Markos Aurélios Hérôn, néocore de Sarapis à Portus, alors que Lagrinios Beitaliôn est le supérieur du clergé du temple et le maître-fondeur, qu’Aurélios Ephébos et Salônios Théodotos sont interprètes des oracles (du dieu) (?) et fondeurs, et que la classe des hiérodules (est en activité), a consacré (ceci) dans une bonne intention » (trad. RICIS).

38Les noms de l’empereur et de Mamaea ont été martelés à la suite de la damnatio memoriae dont ils firent l’objet. Celui de l’empereur fut regravé, vraisemblablement lors de sa réhabilitation. Granius Roma(nus) pourrait correspondre au pontife de Vulcain mais cette identification est loin d’être assurée (il n’apparaît pas, par exemple, dans la liste dressée par Meiggs 1973, 514). Datée entre 222 et 235.

39IG XIV, 924 ; IPorto 21 ; RICIS 2, 503/1213 (pl. 98)

40Partie gauche d’une plaque de marbre (haut. 22 ; larg. 40 cm), trouvée à Portus en hiver 1863-1864.

Μ(ᾶρκος) Αὐρ(ήλιος) Δομνίω̣[ν ναύκληρος καὶ (?)]
βουλευτὴς Ἀ[λεξανδρεὺς]
τοὺς πατρίου[ς θεοὺς ἀνέθηκε] / [---].

« Markos Aurélios Domniôn [nauclère et (?)] membre du Conseil d’Alexandrie, a consacré (une statue) des dieux ancestraux » (trad. RICIS).

41Au début de la ligne 4, une palme et de vagues traces d’une lettre ou d’un autre dessin. La restitution de la ligne 1 s’appuie sur d’autres inscriptions mentionnant des nauclères également bouleutes. Les θεοί πάτριοι correspondent selon toute vraisemblance à Isis et Sérapis.

42Datation : iiie s. – la Boulè d’Alexandrie est réinstallée en 200 par Septime Sévère durant son voyage en Égypte (IPorto ; RICIS).

43IPorto 19 ; RICIS 2, 503/1214

44Inscription qui semble perdue, trouvée lors des fouilles Torlonia, connue par une copie de De Rossi.

[Διὶ Ἡλίω μεγάλω]ι Σαρ̣[άπιδι]
[ὑπὲρ τῶν τέ]κ̣νων [---]
[---]ο̣ Κηνσω̣[ρῖνος]
[---Αἰ(?)]λ̣ίου Ζωσίμου Σο̣[---].

45Bricault (RICIS) suggère de suppléer μεγάλω]ι derrière [Διὶ Ἡλίω, en raison de l’espace disponible. Datée de la première moitié du iie s. (en raison de la présence du iota adscrit).

46IG XIV, 923 ; IPorto 20 ; RICIS 2, 503/1215

47Base de marbre perdue, trouvée à Portus durant les fouilles Torlonia en hiver 1863-1864.

[---]ου ναύκλ<η>ρος ὑ<π>ὲρ τ<ῆ>ς τῶν κυρίω[ν ἡμῶν]
[αὐτοκρατόρω]ν σω<τ>ηρίας καὶ τ<ο>ῦ λαμπ̣[ροτάτου στόλου]
<θ>εῷ <ἀ>νέ<θ>ηκα.

« Moi, [... fils de ...], nauclère, pour le salut de nos souverains les empereurs et de la splendide flotte, j’ai consacré (ceci) au dieu » (trad. RICIS).

48Le dieu honoré est vraisemblablement Sérapis, dans la mesure où le dédicant est nauclère de la flotte d’Alexandrie.

49Datation : début du iiie s. si les deux empereurs mentionnés correspondent à Septime Sévère et Caracalla (?).

50IG XIV, 922 ; IPorto 4 ; RICIS 2, 503/1216 (pl. 98)

51Fragment gauche d’une plaque de marbre (haut. 24 ; larg. 43 cm), en forme de fronton au sein duquel semble représenté le buste d’un personnage barbu, revêtu d’un chiton. Trouvé lors des fouilles Torlonia, entre 1863 et 1869, dans la Fossa Traiana, à la hauteur de l’Episcopio di Porto (L. Borsari cité par Fiorelli in NSA 1885, 22).

Ὑπὲρ ὑγίας καὶ νίκης Αὐτοκ[ρ(άτορος) Καίσ(αρος) Μ(άρκου) Αὐρηλίου Ἀντωνίνου]
καὶ Ἰουλίας Σεβαστῆς μητρ[ὸς Σεβαστοῦ καὶ στρατοπέδων (IPorto) καὶ κάστρων Τ. Αἴλιος (? RICIS)]
Φηλικίσσιμος εὐξάμ[ενος ---ἀνέθηκεν.]

« Pour la santé et la victoire de l’empereur César Marc Aurèle Antonin et de Iulia Auguste, [mère de l’Auguste et des camps (?)], Titos Ailios (?)] Phèlikissimos a consacré (ceci) à la suite d’un vœu exaucé » (trad. RICIS).

52Le dédicant pourrait être un descendant du Felicissimus de l’époque d’Hadrien qui dédie vraisemblablement le Serapeum.

53Datable entre 211 et 217.

54IG XIV, 918 ; IPorto 2 ; RICIS 503/1217 (pl. 98)

55Base de marbre (haut. 28 ; larg. 60 cm), murée sous une fenêtre de la bibliothèque vaticane.

Ὑπὲρ σωτηρίας καὶ διαμονῆς
τοῦ κυρίου Αὐτοκράτορος
Κομμόδου Σεβαστοῦ
οἱ ναύκληροι τοῦ πορευτικοῦ
Ἀλεξανδρείνου στόλου.

« Pour le salut et la préservation du souverain l’empereur [[Commode Auguste]], les nauclères de la flotte marchande alexandrine » (trad. RICIS).

56Datée du règne de Commode, dont le nom, martelé, a ensuite été regravé.

Bibliographie

  

Bignamini 2003 : I. Bignamini, « Ostia, Porto e Isola Sacra : scoperte e scavi dal medioevo al 1801 », in RIASA, 58, 2003, 37-78.

Floriani Squarciapino 1962 : M. Floriani Squarciapino, I culti orientali ad Ostia, Leiden 1962 (EPRO, 3).

IPorto : G. Sacco, Iscrizioni greche d’Italia : Porto, Rome 1984.

IPOstie : H. Thylander, Inscriptions du port d’Ostie, Lund 1952.

Lanciani 1886b : R. Lanciani, G. Gatti, « Scoperte recentissime », in Bcom, 1886, 170-172.

Mazzoleni 1983 : D. Mazzoleni, I reperti epigrafici, Rome 1983 (Ricerche nell’area di S. Ippolito all’Isola Sacra, I).

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Ross Taylor 1912 : L. Ross Taylor, The Cults of Ostia, Bryn Mawr 1912.

RICIS : L. Bricault, Recueil des inscriptions concernant les cultes isiaques, Paris 2005.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Steuernagel 2007 : D. Steuernagel, « Hafenstädte – Knotenpunkte religiöser Mobilität? », in Mediterranea, 4, 2007, 121-133. (trad. fr. « Les villes portuaires : des nœuds de communication de la mobilité religieuse ? », in Trivium, 4–2009, [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2009, http://trivium.revues.org/3403 (consulté le 14 juillet 2013).

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter