Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Portus (Porto)

Portus. Temple d’Isis (localisation incertaine)

Texte intégral

1Un temple public était consacré à Isis sur l’Isola sacra ou à Portus, comme l’atteste une architrave inscrite retrouvée en 1959 dans la Fossa Traiana (l’actuel canal de Fiumicino), avec d’autres fragments architectoniques qui faisaient sans doute partie de la même construction (Floriani Squarciapino 1962, 29 ; Chastagnol 1969, 135-144 ; Zevi 1997c, 322-323 ; Ep. lat. 2006, 160-161, n° 43 ; Pensabene 2007, 464, 540 ; Ep. lat. 2010, 178-179, n° 43 ; fig. 5).

Fig. 5

Fig. 5

Carte de Portus (Keay et al. 2005, 280, fig. 8.4).

© DR

2Étant donné son poids, l’architrave ne s’est vraisemblablement guère déplacée dans le lit du canal. Il est donc vraisemblable que le temple se soit trouvé à proximité immédiate, c’est-à-dire très proche de la ligne de côte antique, soit au nord de la Fossa, à Portus (Meiggs 1973, 593), soit au sud, sur l’Isola sacra, en lien avec les structures dans lesquelles ont été retrouvés en 1969 une statue d’Isis Pelagia et d’autres objets isiaques (voir fiche Portus. Lieu de culte dédié à Isis). Cet ensemble, qui ne présente pas les caractéristiques d’un temple mais est plutôt être identifiable au siège d’une association, aurait en effet pu prendre place à proximité immédiate de l’Iseum (Zevi 1997c, 322-323 ; Pensabene 2007, 464, 540). Quoi qu’il en soit, l’inscription récupérée dans le fleuve fournit une information majeure : le temple dédié à la déesse égyptienne fait l’objet d’une restauration décidée par les trois empereurs chrétiens Valens, Gratien et Valentinien, vraisemblablement en 376, et mise en œuvre par le préfet de l’annone.

3Il est possible que deux autres inscriptions de Portus mentionnant un megarum restauré par un prêtre et des dévots de la déesse se rapportent au même édifice. Leur lieu exact de découverte n’est malheureusement pas connu (Lanciani 1868b, 228). Le megarum correspondait peut-être à une pièce souterraine.

4Deux autres dédicaces à Isis et Sérapis, retrouvées à Portus (IPorto 9, 18 ; RICIS 503/1204, 1212, 1219), ont peut-être été posées dans ce temple mais on ne peut exclure qu’elles aient appartenu au temple de Sérapis ou à un édifice collégial (voir fiches Portus. Temple de Sérapis ; Portus. Lieu de culte dédié à Isis ; Portus. Schola des cultores de Sérapis).

Sources épigraphiques

5AE 1968, 86 ; RICIS 503/1223 ; Ep. lat. 2006, 160-161, n° 43 ; Ep. lat. 2010, 178-179, n° 43 ; EDR074782 (Niquet)

6Architrave de marbre trouvée en 1959 lors d’un dragage du canal de Fiumicino.

((Domini Nostri tres)) Valens Gratianus et Valentinia[nus Aug((usti tres))]]
aedem ac porticu[m] deae Isidi restitui praeceperunt,
curante Sempronio Fausto, u(iro) c(larissimo), praefecto annonae.

« Nos trois maîtres les trois Augustes Valens, Gratien et Valentinien ont donné des instructions pour faire restaurer le temple et le portique consacrés à la déesse Isis, aux bons soins du préfet de l’annone Sempronius Faustus, uir clarissimus » (trad. Ep. lat.).

7Datation : entre le 22 novembre 375 et février 377.

8CIL XIV, 18 ; IPOstie B, 293 ; RICIS 2, 503/1221 ; EDR147058 (Raffaella Marchesini)

9Plaque de marbre trouvée en 1868.

[Pr]o salute Imp(eratoris) Caes(aris)
[[---]] P(ii) F(elicis) A =
ug(usti) Camurenius Veru[s], sac(erdos)
deae Isidis Cap(itolinae ?)
Ced(---) et ceteri
[Isi]aci magar(um) de suo restitu(erunt).

« Pour le salut de l’empereur César [[. ]] Pieux Heureux Auguste, Camurenius Verus, prêtre de la déesse Isis Capitoline CED, et les autres isiaques ont restauré le megarum à leurs frais » (trad. RICIS).

10La restitution des lettres CED à la l. 4 demeure incertaine.

11Datation : fin du iie ou début du iiie s., d’après le martelage du nom de l’empereur (Commode, Caracalla, ou peut-être Élagabal).

12CIL XIV, 19 ; IPOstie B, 294 ; RICIS 2, 503/1222 ; EDR147060 (Raffaella Marchesini)

13Inscription trouvée avec la précédente.

Voto succepto
Caluentia Seuerina
et Aurelia Seuera
nepos megarum
ampliauerunt.

« Après avoir fait un vœu, Calventia Severina et Aurelia Severa, sa petite-fille, ont agrandi le megarum » (trad. RICIS).

14Datation : iie - iiie s.

Bibliographie

 

Floriani Squarciapino 1962 : M. Floriani Squarciapino, I culti orientali ad Ostia, Leiden 1962 (EPRO, 3).

Chastagnol 1969 : A. Chastagnol, « La restauration du temple d’Isis au Portus Romae sous le règne de Gratien », in Hommages à Marcel Renard, II, Bruxelles 1969, 135-144 (Coll. Latomus, 102).

Zevi 1997c : F. Zevi, « Il cosiddetto ’Iseo di Porto’ e la sua decorazione », in Iside, il mito, il mistero, la magia, Milano 1997, 322-323.

Pensabene 2007: P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor: studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

Meiggs 1973: R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Lanciani 1868b : R. Lanciani, « Iscrizioni Portuensi », in BullInst, 1868, 227-237.

IPorto : G. Sacco, Iscrizioni greche d’Italia : Porto, Rome 1984.

Ep. lat. 2006 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigraphie latine, Paris, 2006.

Ep. lat. 2010 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina : Ostia, cento iscrizioni in contesto, Roma 2010.

IPOstie : H. Thylander, Inscriptions du port d’Ostie, Lund 1952.

RICIS : L. Bricault, Recueil des inscriptions concernant les cultes isiaques, Paris 2005.

Table des illustrations

Titre Fig. 5
Légende Carte de Portus (Keay et al. 2005, 280, fig. 8.4).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter