Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Portus (Porto)

Portus. Martyria des saints Taurinus et Herculanus (localisation incertaine)

Texte intégral

1Les saints Taurinus et Herculanus, martyrs de Portus, apparaissent ensemble dans l’épigraphie chrétienne, non seulement dans une inscription de la basilique de Saint-Hippolyte (voir fiche Portus. Basilique Saint-Hippolyte) mais aussi dans un texte qui fait, semble-t-il, allusion à la construction de [mart]uria pour ces deux saints. Si le mot n’est pas complet, la restitution est toutefois plausible. Ces deux saints auraient donc, chacun, reçu un martyrium, un édifice contenant leurs reliques (De Rossi 1866, 49 ; Testini 1970-1971, 231, 250-251 ; Meiggs 1973, 395).

2On sait par ailleurs que leurs reliques ont été transférées à Rome à la fin du ixe s. par Formosus, évêque de Portus, en même temps que celles d’Hippolyte (voir fiche Portus. Basilique Saint-Hippolyte). Peut-être se trouvaient-elles, avant ce transfert, dans la basilique de ce dernier ou à proximité immédiate (Testini 1973-1974, 176) ; cette suggestion est d’autant plus tentante que Taurinus et Herculanus sont évoqués dans une inscription fragmentaire, datable du vie s., retrouvée dans les fouilles de cette basilique et qui mentionne des travaux. Faudrait-il dès lors supposer que les reliques des deux saints furent d’abord déposées dans deux martyria, avant d’être transférées d’abord dans la basilique Saint-Hippolyte, puis à Rome ? À moins qu’une partie d’entre elles soient restées dans leur martyrium respectif, avant de rejoindre Rome (sans qu’on ne doive nécessairement supposer un séjour dans la basilique Saint-Hippolyte) ?

3Reste à se poser la question de l’emplacement de ces martyria. La plaque qui les mentionne a, selon De Rossi (1866, 49), été trouvée in agro Ostiensi, avant d’être déplacée à Rome, à Saint-Paul-hors-les-murs. Les martyria de ces deux saints pourraient donc avoir été édifiés, plutôt qu’à Portus, à Ostie, où une chapelle dédiée à Herculanus est attestée mais pour des époques plus récentes (voir fiche Ostia-suburbium sud-est. Chapelle Sant’Ercolano) ; il n’est pas sûr qu’un lieu de culte antérieur ait été consacré à ce saint, au même emplacement. La présence des reliques des deux martyrs à Portus semble toutefois plus vraisemblable, dans la mesure où ils sont déjà reliés à Portus dans la depositio martyrium (datable de 336), à la date du 5 septembre, et qu’ils apparaissent également dans l’inscription de la basilique Saint-Hippolyte, déjà mentionnée.

Sources épigraphiques

4CIL XIV, 1942 ; IPOstie B, 249 ; ILCV 2008 ; ICUR II, 5986 ; EDR128844 (Chiara Cenati)

5Plaque d’un sarcophage fragmentaire de marbre. Datable de la fin du ive s ou de la première moitié du ve s. (entre 370 et 430 d’après EDR).

Deo patri omnipoten =
ti et ((Christo)) eius e[t] sanctis
martyribus [T]aurino
et Herculan[o o]mni
ora gratia[s agi]mus.
Neuius Zari[stus e]t
Constant[ia mart]u =
ria sibi fec[erunt].

« À Dieu le père tout puissant et à son Christ et aux saints martyrs Taurinus et Herculanus, nous rendons grâces à toute heure. Neuius Zaristus et Constantia ont fait les martyria pour eux ».

Bibliographie

 

De Rossi 1866 : G.B. De Rossi, « I monumenti cristiani di Porto », in BACrist, 4, 1866, 37-51, 99-100.

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Testini 1970-1971 : P. Testini, « Sondaggio dell’area di S. Ippolito all’Isola Sacra », in RPAA, 43, 1970-1971, 223-258.

Testini 1973-1974 : P. Testini, « Sondaggi a S. Ippolito all’Isola Sacra. I depositi reliquiari scoperti sotto l’altare », in RPAA, 46, 1973-1974, 165-179.

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter