Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Portus (Porto)

Portus. Lieu de culte ( ?) de la statio des frumentarii (localisation incertaine)

Texte intégral

1Une inscription rappelle la dédicace faite, en 224, à l’empereur et à sa mère, par la statio des frumentarii détachés à Portus (ce corps militaire était chargé tant de missions d’approvisionnement que de renseignement). Dans la mesure où le texte évoque ensuite l’attribution d’un locus aux frumentarii, il est permis de penser que la dédicace, dont la nature n’est pas précisée, concerne un local. Autrement dit, à partir de cette date, les frumentarii de Portus auraient disposé d’un lieu de réunion qui aurait également pu servir de lieu de culte.

2Une autre inscription de Portus évoque, également sous le terme statio, des vœux exprimés pour un empereur dont le nom se termine par [---]rinus. L’usage du terme statio pour désigner, dans ce cas comme dans l’autre, non pas un bâtiment mais un corps, ou plutôt un détachement, invite à reconnaître, également dans ce second texte, des frumentarii (appuie aussi cette suggestion le fait qu’un procurator Augusti soit présent dans les deux textes). Quant à l’empereur objet des vœux, les chercheurs l’identifient, depuis Mommsen (in CIL), à Macrin (ainsi, ce texte serait antérieur au précédent). Toutefois, la justification avancée par le savant allemand (« Macrinum intellegi, non Carinum inde efficitur, quod abest pius felix ») ne peut, me semble-t-il, être retenue : l’adjectif felix, certes présent dans le texte, se rapporte en effet non à l’empereur mais au dédicant, c’est-à-dire à la statio. L’empereur pour lequel des vœux ont été et sont formulés pourrait donc tout autant correspondre à Carin. Si tel est le cas, l’inscription pourrait avoir été exposée dans le lieu attribué en 224 aux frumentarii.

3CIL XIV, 125 ; ILS 2223 ; IPOstie B, 324 ; EDR 150104 (Raffaella Marchesini) Fragments d’une plaque de marbre (60 × 49 cm ; haut. lett. 1,5-6 cm), trouvée à Portus.

Imp(eratori) Caesari [[M(arco) [A]urelio]]
[[Seuero Alexandro]]
Felice Aug(usto) e[[t Iulie Mameae]]
matri domini n(ostri) et castror(um)
totiusq(ue) d(omus) d(iuinae) statio [[n(umeri) fr[u]mentariorum]].
Locus adsignatus ab Agricola Aug(usti) lib(erto) proc(uratore) p(ortus) u(triusque)
et Petronio Maxsimo( !) ((centurione)) ann(onae) et Fabio Maronae ((centurione))
operum. Dedic(atus) III Non(as) Aug(ustas) Appio Cl(audio) Iuliano et Brutt(io)
Crispino co(n)s(ulibus). Patrono Q(uinto) Turranio Masila. Cura(m)
agente P(ublio) Flauio Fl(aui) filio Iuniore
et Valerio Donato cur(atoribus).

« À Sévère Alexandre, heureux, Auguste et à Julia Mamaea, mère de notre maître et des camps et de toute la maison divine, le détachement des frumentarii (a fait). Le lieu a été concédé par Agricola, affranchi d’Auguste, procurateur de l’un et l’autre port, et par Petronius Maximus, centurion de l’annone, et par Fabius Maro, centurion des travaux. Cela a été dédié le troisième jour avant les nones d’août, sous le consulat d’Appius Claudius Iulianus et de Bruttius Crispinus. Le patron était Quintus Tarranius Masila. Se sont chargés de le faire les curateurs Publius Flavius Junior, fils de Flavius, et Valerius Donatus ».

4L’inscription mériterait un commentaire approfondi, notamment quant aux liens qui unissent les frumentarii au procurateur et aux centurions cités (voir déjà les remarques de M.L. Caldelli, « Il funzionamento delle infrastrutture portuali Ostiensi », Antichità altoadriatiche, 79, 2014, 67, 73-74). Notons en passant que la fonction de centurio operum ne semble guère attestée par ailleurs. Quant au jour choisi, le 3 août, il est également retenu par des membres d’associations pour la dédicace ou la réfection de leur schola (voir Ostia. Temple de Bellone [schola des hastiferi]) ou pour des offrandes aux dieux (CIL VI, 154 ; CIL III, 3438 ; Van Haeperen 2016, 145).

5Datation : 3 août 224.

6CIL XIV, 149 ; IPOstie B, 323 ; EDR150102 (Raffaella Marchesini) Plaque de marbre trouvée à Portus en 1866.

[Saluo Macri- ou Cari]no Aug(usto) Felix Statio
[uot(a) X f(ecit) pro salute d(omini) n(ostri) Mac- ou Ca]rini Aug(usti) Iulius Hilarus uot(a) XX f(ecit)
[proc]urator eius.

« Étant sauf l’Auguste Macrin (ou Carin), la statio est heureuse. Elle a fait des vœux décennaux pour le salut de notre maître Macrin (ou Carin) Auguste ; Julius Hilarus, son procurateur, a fait des vœux vicennaux ».

7Sur la formule saluo Augusto, felix…, voir A. Scheithauer, ZPE, 114, 1996, 213-226. Datation : soit sous Macrin (217-218), soit sous Carin (283-285).

Bibliographie

 

Van Haeperen 2016a : F. Van Haeperen, « Dieux et empereurs honorés au sein des espaces associatifs : l’exemple d’Ostie, port de Rome », in O. Rodríguez Gutiérez, N. Tran, B. Soler Huertas éds., Los espacios de reunión de las asociaciones romanas. Diálogos desde la arqueología y la historia, en homenaje a Bertrand Goffaux, Séville 2016, 137-149.

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter