Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Portus (Porto)

Portus. Lieu de culte ( ?) de la speira des Traianenses (localisation incertaine)

Texte intégral

1Est attestée à Portus une association dionysiaque, dénommée speira (sur l’usage de ce terme pour de telles associations, Jaccottet 2003, 296-297). Elle porte le nom de Traianenses, qui se rattache, plutôt qu’à des émigrés d’Asie ou d’Augusta Traiana, en Thrace (Jaccottet 2003, 293-294 avec la bibliographie antérieure), à un quartier de Portus (Ross Taylor 1912, 27 ; IPorto 8). Ce substantif y est en effet présent par ailleurs, dans une inscription latine fragmentaire en lien avec le culte de Diane (CIL XIV, 4). On pourrait supposer que les Traianenses de ces deux inscriptions forment une même association : dans ce cas, les membres de la speira dionysiaque auraient également vénéré Diane (CIL ; Ross Taylor 1912, 27, 44), qu’il faut peut-être comprendre comme une Hécate (Diana triformis ; ILS). Mais on ne peut exclure que les Traianenses qui honorent Diane, en latin, soient distincts de la speira qui préférait le grec (toutefois, on voit avec l’exemple des dévots de Sérapis à Portus que le choix de la langue pouvait varier selon les contextes [Belayche 2007 ; voir fiche Portus. Temple de Sérapis]). Quoi qu’il en soit, à l’instar des autres associations dionysiaques du monde méditerranéen, la speira des Traianenses disposait vraisemblablement d’un lieu de réunion.

2IG XIV, 925 ; IPorto 8 ; Jaccottet 2003, 293-294, n° 181 ; EDR118567 (Giulia Sacco)

3Plaque de marbre (haut. 51 cm ; long. 120 cm ; haut. lett. 3,8 cm), retrouvée à Portus, durant les fouilles Torlonia, entre 1863 et 1869.

Ἁγνῆς εὐσέμνοιο σπείρης Τραιανησίων οἵδε
ἱερεῖς ἱέρ[ε]ιά τε θεοῦ μεγάλου Διωνύσου
Λ(ούκιος) Σουάλιος Λ[ε]ωνίδης καὶ 〈 --- 〉
καὶ Ἰουλία Ῥουφεῖνα· ἐπὶ παραστάτῃ Σεκούνδῳ.

« Voici, de la sainte et vénérable speira des Trajanésiens, les prêtres et la prêtresse du grand dieu Dionysos : Lucius Sullius Leonidès et (uacat), et Julia Rufina. Du temps du parastate Secundus ».

4Il faut noter que si la ligne 2 évoque des prêtres et une prêtresse, les lignes 3 et 4 ne citent qu’une prêtresse et un seul prêtre, dont le nom est suivi d’un vide. « Pour une raison qui nous échappe aujourd’hui, ce deuxième prêtre, prévu sur la stèle, n’y a pas figuré au tout dernier moment » (Jaccottet 2003, 295, n. 617). Selon Jaccottet (2003, 294), le parastate « semble être un assistant du prêtre » et occupait « un rôle important au sein de cette speira ». La fonction de parastate semble utilisée comme élément de datation (IPorto).

5Datation : entre 171 et 230 (EDR, d’après la paléographie).

6CIL XIV, 4 ; IPOstie B, 287 ; EDR147035 (Raffaella Marchesini)

7Plaque de marbre fragmentaire, trouvée à Portus, lors des fouilles Torlonia (1863-1864).

Diana Iobens(--- ?) iub(---) Traianensium.

8Mommsen a proposé de lire tub(icen) pour iub (CIL). Rhode (2013, 205) suggère iub(enes) pour iuuenes.

9Le iobens n’est pas compréhensible en l’état (à moins de supposer un libens ?)

Bibliographie

 

Belayche 2007 : N. Belayche, « Les immigrés orientaux à Rome et en Campanie : fidélité aux patria et intégration sociale », in A. Laronde, J. Leclant éds., La Méditerranée d’une rive à l’autre : culture classique et cultures périphériques, Paris 2007, 243-260.

Jaccottet 2003 : A.F. Jaccottet, Choisir Dionysos. Les associations dionysiaques ou la face cachée du dionysisme, Zurich 2003.

Ross Taylor 1912 : L. Ross Taylor, The Cults of Ostia, Bryn Mawr 1912.

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter