Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Portus (Porto)

Portus. Possible lieu de culte des cultores Larum Portus Augusti

Texte intégral

1Une inscription funéraire de l’Isola sacra mentionne des dévots des Lares du Port d’Auguste, en faveur desquels iraient les amendes funéraires frappant les contrevenants aux dispositions fixées par les fondateurs de la tombe. Cette indication signifie que ces dévots formaient une association, centrée sur le culte des Lares du Port d’Auguste, non attesté par ailleurs. Selon toute vraisemblance, ceux-ci se réunissaient dans un lieu de culte ad hoc.

Source épigraphique

2IPOstie A, 19 ; ISIS, 253 ; EDR101488 (Marco De Paolis)

3Fragments jointifs de plaque de marbre blanc (61 × 145 × 6,4 cm ; haut. lett. 5,4-2 cm), retrouvés vraisemblablement dans la tombe 95, lors des fouilles de la nécropole de l’Isola sacra en 1930.

D(is) M(anibus). //
M(arcus) Antonius Vitalis et
M(arcus) Antonius M(arci) filius Verus fecerunt sib(i)
et suis libertis libertabusque posterisqu{a}e
eorum.
Quod si quis in hoc munimentum uel intra maceriam
quam eius post excessum M(arci) Antoni Vitalis uendere uel
donare alioue quo genere abalienare uolet, aut corpus
ossaue alienigeri nominis quam titulo s(upra) s(cripto) continetur
intulerit, tunc poenae nom[in]e in singula corpora
cultoribus Larum Portus [Aug]usti HS III m(ilia) n(ummum).
H(oc) m(onumentum) h(eredem) e(xterum) [n(on)] s(equetur).

« Aux dieux Mânes. Marcus Antonius Vitalis et Marcus Antonius Verus, fils de Marcus, ont fait (ce monument) pour eux et pour leurs affranchis et affranchies et pour leurs descendants. Et si quelqu’un veut vendre ou donner ou aliéner d’une autre manière ce monument après la mort de Marcus Antonius Vitalis, ou introduit dans ce monument ou dans son enceinte un corps ou des os de personnes portant un autre nom que celui inscrit ci-dessus, alors il (devra payer), pour chaque corps, une amende de trois mille sesterces, aux dévots des Lares du Port d’Auguste. Ce monument ne suit pas l’héritier étranger ».

4Datation : 117-138 (d’après l’archéologie, si l’inscription provient bien de la tombe 95). Il est vraisemblable que Marcus Antonius Vitalis ait été lui-même dévot des Lares du Port d’Auguste.

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter