Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Portus (Porto)

Portus. Lieu de culte dédié à Isis (complexe GIGOM/SAROM)

Texte intégral

1Des structures archéologiques ont été mises au jour en 1969 sur le terrain d’une raffinerie (GIGOM/ SAROM), aujourd’hui démantelée, sur la rive gauche de la Fossa Traiana, à proximité immédiate de l’ancienne ligne de côte (Zevi 1971b, 7-8 ; Zevi in Helbig 1972, n° 3387 ; Lauro 1987, 189-192 ; Lauro 1993, 170-172 ;

2Zevi 1997b, 322-323 ; Zevi 2002b ; Pavolini 2006, 279-280 ; Pensabene 2007, 464, 540 ; Germoni et al. 2011, 235-236, 242). Deux complexes s’articulent de part et d’autre d’une sorte de rue en terre battue : des thermes de la fin du iie s. au nord ; un ensemble plus tardif au sud, qui reçoit lors de sa découverte le nom conventionnel de Iseum di Porto, en raison de la statue de la déesse qui y est retrouvée. Actuellement, on tend plutôt à y reconnaître le siège d’un collège lié soit au temple d’Isis, qui se serait trouvé dans les environs immédiats (voir fiche Portus. Temple d’Isis), soit au culte de cette divinité (sans lien topographique direct avec le temple). Le collège aurait, éventuellement, été propriétaire des thermes au nord de la cour (Lauro 1987 ; Lauro 1993, 170-172 ; Zevi 1997b ; Pensabene 2007, 464, 540 ; Germoni et al. 2011 (Portus), 235-236, 242).

Structures archéologiques

3Découvert en 1969, le complexe fait à nouveau l’objet de fouilles en 1974 et 1989. De brefs rapports en ont été publiés (Lauro 1987, 189-192 ; Lauro 1993, 170-172, fig. 289).

Fig. 289

Fig. 289

Plan de l’édifice associatif dédié au culte d’Isis (Lauro 1993, 171, fig. 6) (plan de l’« Iseum de Portus »).

© DR

4L’édifice thermal, au nord de la rue, semble avoir été construit au iie s. et est encore en usage durant l’antiquité tardive, où il subit des restaurations. Au sud de la voie, les structures sont constituées d’édifices d’époques diverses, des iie et iiie s. mais surtout tardo-antiques. La succession des phases n’est pas encore établie. Le complexe est articulé autour d’une cour interne trapézoïdale. Au sud-est de la cour se trouvent deux rangées de pièces séparées par un corridor. Le nord-est de la cour est bordé d’un portique sur lequel s’ouvre une rangée de pièces. L’une d’elles est pourvue d’une fontaine. Ces pièces sont flanquées au nord- est d’une vaste salle trapézoïdale, construite durant la seconde moitié du ive s. : elle était accessible par une porte, à l’est, encadrée de colonnes ; à l’intérieur, elle est dotée de pilastres contre les murs longs, supportant le plafond ; le mur du fond (au nord-ouest) est pourvu de quatre niches, semi-circulaires et rectangulaires, destinées à recevoir des statues.

5Au nord-ouest de la cour a été installée une vaste citerne rectangulaire avec deux pilastres internes. Le côté sud-ouest n’a été que partiellement exploré. On notera également la présence de latrines à plusieurs places (Lauro 1987 et 1993, 170-172 ; Zevi 1997b, 232 ; Pensabene 2007, 464, 540).

6Il ne s’agit manifestement pas d’un édifice privé. On peut en revanche y reconnaître le siège d’une association et plus précisément, vu les sculptures qu’il abritait, d’une association liée au culte isiaque. Les modifications tardives ne semblent pas affecter la fonction de cet ensemble (qui n’est pas transformé en domus) (Pensabene 2007, 541).

7Outre un buste de Septime Sévère retrouvé fortuitement dans cette zone en 1941, on y a découvert les sculptures suivantes :

  • un autre buste du même empereur, représenté en Sérapis, de moindres dimensions, retrouvé dans la grande salle, et plus précisément dans sa partie occidentale dite nymphée, au moment des fouilles (Zevi in FA 1971, n° 5005) ;

  • une herme acéphale en albâtre, dans l’autre partie de la même salle ;

  • également retrouvée dans la grande salle, une statue de divinité féminine en bigio (haut. 209 cm), identifiée par Zevi (1971b ; Zevi in Helbig 1972, n° 3387 ; Zevi 2002b avec la bibliographie antérieure ; Steuernagel 2007, 127-130) à Isis Pelagia ou Isis Pharia et datable de la seconde moitié du iie s (fig. 290). La déesse est en mouvement, « la jambe droite soulevée et posée sur un objet aujourd’hui perdu (une proue de bateau ?), avec une torsion du buste vers la droite ; manquent les bras, la tête et les pieds qui étaient en marbre blanc » (Zevi in FA 1971, n° 5005) ;

  • une statue de serpent barbu (l’Agathondaimon), dans une autre pièce.

Fig. 290

Fig. 290

Statue d’Isis Pelagia ou Pharia.

© DR

  

8Germoni, Millett, Keay 2011: P. Germoni, M. Millett, S. Keay, « The Isola Sacra. Reconstructing the Roman landscape », in Portus, 2011, 231-260.

9Helbig 1972 : W. Helbig, Museo Ostiense in Ostia Antica ; Museo der Villa Hadriana in Tivoli ; Villa Albani, Tübingen, 1972.

10Lauro 1987 : M.G. Lauro, « Indagini nell’Isola Sacra », in Archeologia laziale, 8, 1987, 189-192.

11Lauro 1993 : M.G. Lauro, « Prospettive di ricerca e problematiche di tutela all’Isola sacra », in Archeologia laziale, 11, 1993, 167-174.

12Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

13Pensabene 2007 : P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

14Steuernagel 2007 : D. Steuernagel, « Hafenstädte – Knotenpunkte religiöser Mobilität ? », in Mediterranea, 4, 2007, 121-133. (trad. fr. « Les villes portuaires : des nœuds de communication de la mobilité religieuse ? », in Trivium, 4–2009, [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2009, http://trivium.revues.org/​3403 (consulté le 14 juillet 2013).

15Zevi in FA 1971 : F. Zevi, n° 5005, in Fasti archaeologici, 1971.

16Zevi 1971b : F. Zevi, « Statua maggior del vero di divinità femminile », in Museo Ostiense, nuove immissioni, 1971, 7-8.

17Zevi in Helbig 1972 : F. Zevi, n° 3387, in W. Helbig éd., Die staatlichen Sammlungen : Museo Ostiense in Ostia Antica, Museo der Villa Hadriana in Tivoli, Tübingen 1972.

18Zevi 1997b : F. Zevi, « Costruttori eccellenti per le mura di Ostia. Cicerone, Clodio e l’iscrizione della Porta Romana », in RivIstArch, 19-20, 1997, 61-112.

19Zevi 2002b : F. Zevi, « Statua di Iside », in M. De Nuccio, L. Ungaro éds., I marmi colorati della Roma imperiale, Venezia 2002, 302-304.

Table des illustrations

Titre Fig. 289
Légende Plan de l’édifice associatif dédié au culte d’Isis (Lauro 1993, 171, fig. 6) (plan de l’« Iseum de Portus »).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 290
Légende Statue d’Isis Pelagia ou Pharia.
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6826/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 354k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter