Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Portus (Porto)

Portus. Basilique Saint-Hippolyte

Texte intégral

1Basilique chrétienne située dans l’Isola sacra, au sud du pont de Matidia (fig. 5), fouillée dans les années 1970 (Février 1958, 314-315 ; Meiggs 1973, 394 ; Testini 1970-1971 ; Testini 1971-1972 ; Testini 1973-1974 ; Pani Ermini 1976 ; Testini 1978 ; Testini 1978-1982 ; Pani Ermini 1979 ; Pavolini 2006, 276-278 ; Pensabene 2007, 541-544 ; Testini 2009, 1301-1560). L’édifice chrétien prend place dans une zone urbanisée qui, à partir du ive s., est également occupée par des tombes. Sous la basilique ont été repérées des structures antérieures, identifiables à des thermes (Pani Ermini 1979, 246) mais aussi des sépultures postérieures à ceux-ci mais antérieures à la construction de l’église. Parmi elles se trouvaient vraisemblablement des tombes chrétiennes, voire d’un ou plusieurs martyrs. En effet, les fouilles ont mis au jour une salle à abside à un niveau intermédiaire entre les structures romaines et la basilique : cette salle à une nef a conditionné l’orientation de la basilique et a été interprétée comme un premier lieu de culte chrétien, voire comme une memoria ad corpus, lieu de culte sur la tombe du ou des martyrs vénérés (même si on ne peut être assuré qu’Hippolyte en ait déjà fait partie).

Fig. 5

Fig. 5

Carte de Portus (Keay et al. 2005, 280, fig. 8.4).

© DR

2Des inscriptions attestent que la basilique a été dédiée par l’évêque Heraclida à saint Hippolyte, un martyr dont l’histoire et la légende sont complexes et qui semble avoir été mis en rapport avec Portus durant la seconde moitié du ive s. (Testini 2009, 1533-1560).

3Au xie s., la basilique Saint-Hippolyte est désormais le siège épiscopal de Portus (Testini 1970-1971, 235, citant le texte d’un privilège concédé par le pape Benoît VIII à l’évêque de Portus, Benoît, le 1er août 1018).

4L’édifice est en ruine au xve s. et ne sera plus reconstruit (Testini 1970-1971, 236-238, pour une analyse des derniers témoignages écrits relatifs à la basilique). Seul subsiste le campanile, transformé en tour de guet.

Sources littéraires

5Liber pontificalis, Leo III (795-816), 42 (éd. L. Duchesne 1892, 12)

Fecit autem hisdem almificus pontifex in basilica beati Yppoliti martyris in ciuitate Portuense uestes de stauraci duas, unam super corpus eius et aliam in altare maiore.

« Le bienheureux pontife [Léon III] fit aussi dans la basilique du saint martyr Hippolyte dans la cité de Portus deux habits ornés d’une croix, un au-dessus de son corps et l’autre pour le grand autel ».

6Liber pontificalis, Leo IV (847-855), 76 (éd. L. Duchesne 1892, 125)

Obtulit et in ecclesia beati Ipoliti martiris, qui ponitur in insula Portuensis que nuncupatur Arsis, uestem de fundato, habentem gammadias ex argento texta I, uela de fundato numero IIII.

« Il [Léon IV] offrit à l’église du bienheureux Hippolyte martyr, qui se trouve dans l’île de Portus, qu’on appelle Arsis, un habit tissé d’or, avec des joyaux d’argent et quatre voiles tissés d’or ».

7Le terme Arsis ou Assis pour désigner l’Isola Sacra est également utilisé dans la vie du pape Sylvestre dans le Liber pontificalis (vol. I, 184 ; voir Testini 1970-1971, 234).

Sources épigraphiques

8Ne sont pas reprises ci-dessous les inscriptions, en très grande majorité funéraires, des trois premiers siècles de l’Empire, réutilisées dans la construction de la basilique, ni les inscriptions funéraires chrétiennes (21), trouvées dispersées ou en remploi, ni les textes tellement fragmentaires qu’on ne peut rien en dire. Pour un corpus de toutes les découvertes épigraphiques faites lors des fouilles de la basilique, voir Mazzoleni 1983 (231 inscriptions païennes et plus de 40 textes chrétiens).

9Testini 1973-1974, 170-171 ; Testini 1975, 100-101, fig. 63-64 ; Mazzoleni 1983, 23, 136, n° 243, pl. 60 ; Fiocchi Nicolai 2015b, 527-530 (fig. 285a, b)

Fig. 285a

Fig. 285a

Fragments d’une inscription à la graphie de type filocalien, attribuée par certains au pape Damase (Fiocchi Nicolai 2015b, fig. 1).

© DR

Fig. 285b

Fig. 285b

Fragments d’une inscription à la graphie de type filocalien, attribuée par certains au pape Damase (Fiocchi Nicolai 2015b, fig. 1).

© DR

10Deux fragments d’une plaque de marbre blanc italien, non jointifs, trouvés dans le matériel extrait du petit reliquaire mis au jour sous l’autel. La graphie est de type filocalien, ce qui permet de les dater avant la mort de Damase (en 384), et même d’attribuer leur texte au pape, cultor martyrum, qui semble ainsi avoir consacré une épigramme au(x) martyr(s) de Portus honoré(s) en ce lieu, vraisemblablement à saint Hippolyte (Fiocchi Nicolai 2015b, 527-528, avec la bibliographie antérieure).

a) [---]primere tuis n[---]
[---]q(ue) grauis fur[---]
[---]et [-]uili [---]
b) [---]ti
[---]uti
[---]sset
[---]opus

11À la ligne 1 du fragment a), on peut également lire [op]primeret uis n[---].

12Pour la quatrième ligne du fragment b, Ferrua (cité par Mazzoleni 1983, 136) propose de suppléer [Damasus episc]opus [fecit] ou opus [fecit], sur la base d’expressions similaires présentes dans d’autres inscriptions de ce pape, ou suggère une autre lecture : [presbyter ille omne peregit] opus. À la suite de Ferrua, plusieurs savants reconnaissent Damase dans l’episcopus ou dans le réalisateur de l’opus (Testini 1975, 100-101 ; Mazzoleni 1983, 243 ; Nuzzo 2013, 496 ; Fiocchi Nicolai 2015b, 527-528). L’inscription devait être en vers et son texte, bien que fragmentaire, présente des ressemblances avec l’épigramme que Damase composa pour la tombe de saint Hippolyte sur la Via Tiburtina (Fiocchi Nicolai 2015b, 527-529).

13AE 1982, 135a-b ; Testini 1978-1982, 35-46, fig. 13, 16 ; ILCV 995 ; Mazzoleni 1983, 23, 144-145, n° 253, pl. 66 ; Fiocchi Nicolai 2015b, 533-539 ; EDR078452 et EDR078453 (Marie Letizia Caldelli) (fig. 286).

14Fig. 286

Plaque opisthographe mentionnant l’évêque Heraclida (Fiocchi Nicolai 2015b, fig. 2).

© DR

15Plaque opisthographe de marbre blanc grec, fragmentaire (19,5 × 128 × 2,3 cm), trouvée, en remploi, dans la zone devant la façade de la basilique. La gravure du texte a n’a pas été continuée, peut-être à cause d’une cassure de la pierre survenue à ce moment. Le texte a dès lors été inscrit, en caractères plus petits, sur l’autre face.

a) [---]ida episc(opus)

« [Heracl]ida, évêque ».

b) Heraclida episc(opus) seruus
[dei] basil[icam] Yppolito
[beatissimo martyri]
[fecit]

« Heraclida, évêque, serviteur de Dieu, a fait la basilique pour Hyppolite, le très bienheureux martyr ».

16La proposition de restitution des deux dernières lignes se base sur des textes similaires. L’évêque Heraclida, inconnu des sources littéraires, correspond selon toute vraisemblance à celui qui fit une offrande rappelée par une inscription publiée par De Rossi (Epigrafe d’un sacro donario in lettere d’argento sopra tabella di bronzo in Bullett. arch. crist. 2, 1871, 65-70 ; voir Testini 1978-1982, 41-42, fig. 17), mais dont le siège épiscopal n’était pas mentionné.

17La graphie imite l’écriture caractéristique des inscriptions du pape Damase gravées par Filocalus. Le texte serait donc datable de la fin du ive s ou du début du ve s. (Testini). Il est cependant possible que la différence de graphie entre ces deux fragments et la première inscription en caractères filocaliens (et non d’imitation) ne soit pas due à une différence chronologique mais simplement à des lapicides différents mais contemporains (Fiocchi Nicolai 2015b, 535-536).

18Pani Ermini 1979, 248, n. 15 ; Mazzoleni 1983, 23, 150-151, n° 265, pl. 71

19Fragment de plaque de marbre blanc italien. Les lettres sont comparables à celles de l’inscription précédente. Il s’agit peut-être du début du nom de l’évêque Heraclida.

Her[---]

20Testini 1970-1971, 233-234 (avec la bibliographie antérieure) ; ILCV 1788

21Fragment d’inscription, perdu puis retrouvé à côté de l’église S. Giovanni Calibita, sur l’île tibérine, qui était la résidence de l’évêque de Portus au moyen âge.

22L’antistes Petrus a été identifié à l’évêque Pierre, présent au synode romain convoqué par le pape Hilaire en 465.

Vandalica rabies hanc ussit martyris aulam
quam Petrus antistes cultu meliore nouata(m)

« La fureur des Vandales a brûlé cette demeure du martyr, que l’évêque Petrus a rénovée avec un plus grand raffinement ».

23Testini 1970-1971, 252

24Fragment d’architrave ou d’épistyle (17 × 28 × 19 cm), avec inscription fragmentaire, que Testini suggère de dater entre le ve et le vie s.

[---]bula[---]

25Testini 1970-1971, 250-251 ; Testini 1971-1972, 224-228 ; Testini 1975, 102-104, fig. 67 ; AE 1975, 141b ; Mazzoleni 1983, 24, 129-131, n° 232, pl. 50

26Plaque de marbre de Proconnèse, opisthographe, en plusieurs fragments, retrouvés dans diverses zones de la fouille. Le côté le plus ancien porte une inscription funéraire datable de la seconde moitié du iie s. (AE 1975, 141a ; Mazzoleni 1983, 30-31, n° 5).

27L’autre face porte un texte qui se développe sur douze lignes ; fragmentaire en divers endroits, il reste difficile à comprendre précisément. Des traces de rubrication sont encore visibles.

[--- tran]sacta serie multa[---]
[---]tus nutuque [---]
[--- qua]ntocius perfici[t ---]
[---] amplectens Christi prec[epta ---]
[---]sani[--- e]ximia mente Sabin[i ---]
[---]abus ia[---]m gentis in astra regn[ans ? ---]
[---]uirtus[---]s perpetua luce prote[gat ? ---]
sa[nctis ?] beatis Ta[urin]o et Herculano marth[yribus]
culm[en---]ndecor[--- am]pliata moen[i]a pri[s]ca
addid[---]r lumenque [---]um
orans[--- cum] sua phlebe [---]ci
similt[er--- se]mper hac se[de ? ---]ri

28Les premières lignes semblent se référer à un long laps de temps ([annorum ? tran]sacta serie multa]) et à la décision (nutu) d’accomplir rapidement des travaux (quantocius). Est mentionné à la ligne 5 un personnage (Sabinus ou Sabinianus) qui a vraisemblablement joué un rôle important dans les travaux. La ligne 7 pourrait être suppléée ainsi : [Dominu]s perpetua luce prot[egat] (Testini 1975, 104). La découverte d’un nouveau fragment permet d’être assuré que le martyr Taurinus (ligne 8) était associé à Herculanus, dans cette inscription comme dans les autres textes qui les évoquent. La phrase suivante semble faire allusion à des travaux d’agrandissement et d’embellissement des murs et du sommet de la basilique. Pour les lignes 10 et 11, Ferrua (cité par Mazzoleni 1983, 130) suggère de lire : addid[it aedi robu]r lumenque [iucund]um, orans [ut sacerdos cum] sua phlebe.

29Selon Testini, l’inscription est datable du vie s. ; les travaux mentionnés auraient dès lors visé la réparation de dégâts provoqués par les Goths (Testini 1978, 509-510 ; Mazzoleni 1983, 131).

30Testini 1971-1972, 231-233, fig. 10 ; Testini 1978, 510 ; Pani Ermini 1976

31Inscription courant sur l’épaisseur latérale de la plus grande des plaques du ciborium de l’autel (dont de nombreux fragments architectoniques ont été retrouvés dans le sondage fait sous l’autel).

+ Stephanus indignus epis(copus) fecit.

« Stephanus, évêque indigne, a fait ».

32Le même évêque, apparaît avec le même formulaire, et, en outre la mention du pontificat de Léon III (795-816), dans une inscription de Portus, retrouvée dans l’édifice alors identifié au xenodochium de Pammachius (mais correspondant à la basilique épiscopale ; voir fiche Portus. Basilique épiscopale).

33Mazzoleni 1983, 25, 138-139, pl. 62

34Plaque fragmentaire en marbre de Proconnèse, partiellement lacunaire en haut, sur les côtés et en bas (27,9 × 47 cm).

+ [De don]is D(e)i et [s(an)c(ti) ---]
[---]rum pelegri[---]
[---] iru + temporib[us ---]
[Leo]ni papa + ego Ste[fanus]
[hu]milis et indign[us epi]
[sco]pus ed[ifi]cabut . am[e]n
[I]oann[es pr(es)b(yter) ? s]cribsit +.
[---] b[en]efac =
[tor ?---]

35Est évoquée l’activité de construction de l’évêque Stephanus, vraisemblablement celui qui fit le ciborium (voir supra), sous le pape Léon III. Ce pontife pourrait d’ailleurs être mentionné à la ligne 4 de l’inscription. La formule de donis Dei (l. 1) est habituelle pour les dédicaces à partir du ve s. ; un nom de saint est fréquemment ajouté à celui de Dieu : dans ce cas, il pourrait s’agir d’Hippolyte ou d’un martyr de Portus. La ligne 2 pourrait faire référence à un édifice destiné à accueillir les pèlerins. Les lignes 4-5 mentionnent le pape régnant (il manquerait toutefois un s à Leoni et un e à papa).

36Testini 1970-1971, 252, fig. 17 ; Testini 1975, 101-102, fig. 65 ; Mazzoleni 1983, 24, 131, n° 233, pl. 56

37Fragment d’inscription, en marbre blanc grec, mutilée en haut, en bas et à droite (15,7 × 14,8 × 3,4 cm). Elle présente trois fois l’abréviation SC (sanctus), en début de ligne. Il s’agirait d’une liste de saints dont, selon Testini, les reliques étaient vénérées. L’inscription pourrait, selon Testini, être médiévale.

S(an)[c(tu)s ---]
S(an)c(tu)s [---]
S(an)c(tu)s [---]
[---]

38Mazzoleni 1983, 23, 137, n° 244, pl. 61

39Plaque fragmentaire de marbre blanc, lacunaire en haut partiellement, sur les côtés et en bas (28,5 × 20,2 cm).

[Hic requ]iescu[nt ---]
[--- sanc]oru[m ---]
[--- sanct]orum quor[um
[---]it[---]

40Le texte correspondait vraisemblablement à une liste de reliques vénérées dans le lieu de culte et daterait de l’époque du pape Léon III (795-816), tout comme l’inscription n° 25 du corpus de Mazzoleni.

41Testini 1970-1971, 231 (avec la bibliographie antérieure) ; Testini 1973-1974, 174-175, fig. 10. Inscription gravée sur la face avant d’un sarcophage païen, retrouvé dans l’église S. Giovanni Calibita, de l’île tibérine.

42Formosus fut évêque de Portus, puis pape (891-896). Il semble avoir transféré les restes des martyrs Hippolyte, Taurinus et Herculanus, de Portus à Rome, dans l’église S. Giovanni Calabita, qui était la résidence de l’évêque de Portus durant le moyen âge.

Hic requiescunt corpora
s(an)c(t)or(um) martiru(m) Yppoliti
Taurini Herculani atque
Iohannis Calibitis
Formosus ep(i)s(copus)
condidit.

« Ici reposent les corps des saints martyrs Hippolyte, Taurinus, Herculanus et Jean Calibita. Formosus, évêque, les a réunis ».

43Testini 1973-1974, 170, fig. 5 ; Testini 1975, 92-93, fig. 53 ; AE 1975, 139 ; Mazzoleni 1983, 24, 135, n° 242, pl. 59

44Petite plaque de marbre blanc italien (31 × 29 cm) trouvée dans le sarcophage à strigiles, découvert sous l’autel, contenant des ossements humains. L’inscription identifie ces reliques.

+ Hic requi =
escit bea =
tus Ypoli =
tus mar(tyr)

« Ici repose le bienheureux martyr Hyppolite ».

45La graphie est irrégulière ; le texte est précédé d’une petite croix. Selon Testini, la paléographie ne permet pas de dater l’inscription d’avant le ixe s. Ferrua (1975, 357) propose une datation au xiie s. Ces divergences de datation sont essentiellement dues au fait que ces deux savants ne s’accordent pas quant à l’époque du déplacement des reliques sous l’autel, impliquant le démontage de l’autel et le démantèlement du ciborium (voir infra).

46Mazzoleni 1983, 137, n° 245, pl. 61

47Fragment de plaque de marbre blanc (20,6 × 23,4 cm).

[--- ?]
[---]en theo[---].

48Il s’agirait de la translittération latine de l’acclamation grecque en theô. Mazzoleni 1983, 24, 153-154, n° 270, pl. 73

49Fragment inférieur droit d’une plaque de marbre blanc (13 × 14,5 cm) ; inscription sur la face et sur l’épaisseur. Datée de l’époque médiévale sur la base de la paléographie.

[---]s dmi ( ?) [ ]is indigniis
[ ]sit +
[---]sii pr(es)b(yteri) [ ]

50Le terme indignus est une épithète fréquente pour les clercs.

51Mazzoleni 1983, 24, 157, n° 277, pl. 75

52Fragment d’architrave de marbre blanc (11 × 34 × 31,8 cm).

[---e]piscopi[---]

53L’évêque, dont le nom n’est pas connu, a vraisemblablement réalisé l’un ou l’autre travaux dans la basilique.

Sources archéologiques

54Des rapports intermédiaires de fouilles ont été publiés par Testini (1970-1971 ; 1971-1972 ; 1973- 1974 ; 1978-1982 ; 2009) ; deux présentations plus synthétiques sont également fort utiles (Testini 1978 ; Pani Ermini 1979, dont la fig. 2 présente un plan).

55Une salle à abside (larg. 10 m env.) a été découverte à un niveau intermédiaire entre les structures romaines et la basilique et datée de la seconde moitié du ive s. (fig. 287). À une seule nef et dans le même axe que la basilique postérieure, elle a été interprétée comme étant un premier lieu de culte chrétien, situé peut-être sur la tombe du ou des martyrs qui y étaient vénérés (Testini 1978 ; Pani Ermini 1979, 246).

56Fig. 287

Plan de la salle à abside, à une nef, identifiable à un lieu de culte chrétien (Fiocchi Nicolai 2015b, fig. 5).

© DR

57Selon Testini, les fragments à graphie filocalienne (voir supra) se rapporteraient à cet édifice et correspondraient à une épigramme composée par Damase pour ce(s) martyr(s), sans que l’on puisse savoir s’il s’agissait déjà d’Hippolyte. C’est aussi à cette première basilique qu’il faudrait rapporter les fragments relatifs à l’évêque Heraclida, d’après Fiocchi Nicolai (2015b, 535-539). D’une part, parce que la durée de vie de cette première basilique aurait été très courte, si ces plaques datables des dernières décennies du ive s. se rapportaient à la deuxième basilique ; d’autre part, parce que la plaque rappelant la construction de la basilique par Heraclida (larg. 128 cm), vraisemblablement disposée sur le mur interne de la façade, aurait été de trop petites dimensions pour la deuxième basilique.

58La basilique (37 × 18 m) prend place sur l’édifice qui vient d’être décrit et est également orientée nord- sud. Elle comporte trois nefs, séparées par deux rangées de onze colonnes, dont presque toutes les bases sont conservées in situ, et une abside semi-circulaire (fig. 288). La façade, de type « ouvert », comprend un tribeleon dont l’arcade centrale reposait sur deux colonnes (dont les bases ont été retrouvées en place, de part et d’autre du seuil en marbre), alors que les arcades latérales s’appuyaient sur des pilastres d’angle qui soutenaient également la première arcade de la nef. L’église était précédée d’un avant-corps, partiellement fouillé.

Fig. 288

Fig. 288

Plan de la basilique à trois nefs (Fiocchi Nicolai 2015b, fig. 7).

© DR

59Les colonnes de la nef (dont la hauteur devait être environ de 3 m), les bases et les chapiteaux, n’étaient pas identiques. Ils sont datables depuis l’époque augustéenne jusqu’aux années contemporaines de la construction de la basilique et sont de matériaux divers (en marbre pentélique, du Proconnèse, cipollino ou en granit). Ils proviennent de dépôts ou d’autres édifices où ils ont été prélevés (Pensabene 2007, 542-544).

60L’abside, surélevée de deux marches par rapport à la nef, a conservé les traces d’un revêtement de marbre en opus sectile dont sont visibles quelques fragments ainsi que les empreintes. Une mosaïque couvrait vraisemblablement le cul-de-four, vu la quantité considérable de tesselles retrouvées dans le remblai. La base en maçonnerie revêtue de marbre, correspondant au trône épiscopal, appartient sans doute aussi à cette première phase de l’édifice (Testini 1978, 506-508).

61La construction de la basilique a été datée par Testini de la fin du ive ou du début du ve s., sur la base des inscriptions imitant la graphie filocalienne, de la technique de construction (abside en opus listatum ; pavement en opus sectile), de la typologie de la façade et de la décoration à écailles de fragments de sculpture (Testini 1978, 511). Selon Fiocchi Nicolai (2015b, 536-539), les dimensions et les caractéristiques structurelles de cette deuxième basilique, permettent plutôt de la dater entre le milieu du ve et le milieu du vie s.

62Il est possible que des travaux aient eu lieu au vie s., comme semblent l’indiquer l’inscription AE 1975, 141b mais aussi une estampille retrouvée dans un mur faisant partie d’une structure située au centre de la nef centrale, qui peut être identifiée à une schola cantorum (Testini 1978, 506 ; Testini 1978-1982, 30-32).

63Pani Ermini (1979, 245) mentionne rapidement la découverte, lors de la « dernière campagne » de fouille, d’une cuve baptismale aménagée dans la nef de gauche.

64À la fin du viiie ou au début du ixe s., un ciborium est donné à la basilique par l’évêque Stephanus, comme l’atteste une inscription sur l’épaisseur d’un des nombreux fragments architectoniques qui ont été retrouvés sous l’autel postérieur (il s’agit de trois plaques avec arc, trois colonnes avec les bases et les chapiteaux qui s’y rapportent et un pinacle ; Testini 1971-1972, 230-233, fig. 7-10 ; Pani Ermini 1976, pour une reconstitution du ciborium ; Testini 1978, 510 ; Testini 1978-1982, 24, fig. 1). De la même époque sont datables une série de petits arcs en marbre blanc grec, décorés sur les deux faces et deux plaques fragmentaires en marbre grec : ils appartenaient vraisemblablement à un chancel.

65Plus tard, après le ixe s., des murs sont érigés entre les colonnes de la nef (un fragment de marbre dont la décoration est datée du ixe s. y est réutilisé ; l’intercolonnement entre les nefs avait déjà fait l’objet précédemment d’un renforcement). Le tribeleon est également fermé (à une époque qu’on ne peut préciser). Dans la première arcade de l’intercolonnement de droite est présent un seuil de marbre, qui atteste l’existence d’une entrée latérale remplaçant l’entrée principale sur la façade. Par la suite, les colonnes furent enlevées et l’espace laissé libre fut bouché, ce qui contribua à fragiliser encore davantage l’édifice et à accélérer son abandon.

66Les restes du martyr sont déplacés dans un sarcophage muré, exactement sous l’autel, à environ 2 m de profondeur, et ce, à une époque postérieure à la donation faite par Léon III (795-816), puisque celui-ci a offert un habit (uestis ; voir supra) destiné à être posé sur le corps du martyr, ce qui signifie que sa tombe était encore visible et accessible. Le niveau du pavement du presbyterium a donc été perturbé, à cette occasion, sur une large portion. Environ deux mètres sous ce niveau ont été retrouvés deux pavements superposés (distants de 10 cm l’un de l’autre) d’une pièce antique. Seule la paroi nord de la pièce a été mise au jour ; dans ce mur s’ouvrait une porte, avec un seuil en travertin, sur lequel était posé un sarcophage. Ce dernier se révéla un reliquaire, placé précisément sous l’autel de la basilique. Afin qu’il puisse disposer de l’espace nécessaire, le montant oriental de la porte fut détruit. En outre, un espace fut creusé dans le mur jouxtant ce jambage ; ses parois furent recouvertes de marbre et il remplit dès lors la fonction de dépôt de reliques, où de nombreux ossements furent retrouvés (Testini 1978-1982, fig. 2). Les deux reliquaires ainsi constitués furent protégés par un mur, et par un empilement d’éléments architectoniques provenant du ciborium.

67Le sarcophage, monolithique en marbre grec (long. 1,66 ; larg. 0,53 ; haut. 0,51 cm), orné de strigiles, est daté du iiie ou ive s. ; son utilisation comme reliquaire est évidemment secondaire. Il contenait, outre du matériel varié et de la terre de remplissage, des ossements humains déposés « de manière très sommaire, selon la structure anatomique, à savoir d’un côté les os relatifs au buste et à la tête, de l’autre, ceux du bassin et des membres inférieurs » ; mais aussi des objets divers dont une petite coupe d’argile contenue dans une calotte de bronze et l’inscription (voir supra), posée à un niveau correspondant à la poitrine, le texte du côté des ossements (Testini 1978, 508-509 ; pour une analyse de ces ossements appartenant à cinq individus différents, Passarello 1975).

68Si l’inscription retrouvée dans le sarcophage atteste que les os qu’il contenait étaient considérés comme ceux du martyr Hippolyte, ceux de l’autre reliquaire demeurent « anonymes ». Il est tentant de suggérer, comme Testini (1973-1974, 177), qu’il s’agisse de ceux des martyrs Taurinus et Herculanus.

69Selon Testini (1973-1974, 174-176 ; 1978, 511), l’aménagement des reliques sous l’autel peut être mis en rapport avec le transfert, depuis Portus, des reliques des martyrs Hippolyte, Taurinus et Herculanus dans l’église S. Giovanni Calibita, sur l’île tibérine, opéré par l’évêque Formosus à la fin du ixe s. (voir supra). Cette proposition séduisante pose cependant problème. En effet, sur une des colonnes du ciborium enfouie sous l’autel sont peints deux blasons, en rouge foncé (Pani Ermini 1976, 342). Ceux-ci appartiennent, selon Ferrua (1975, 357), à la famille des Stefaneschi, possédant des terres à Portus depuis le ixe s. Or, de tels blasons nobiliaires n’apparaissent pas avant le xie s. Il est donc vraisemblable que le nouvel aménagement des reliques, de l’autel et le démantèlement du ciborium datent du xiie s., peut-être à l’époque où le pape Callixte II (1119-1124) fusionne les diocèses de Portus et des saintes Rufina et Secunda. C’est peut-être aussi à cette époque qu’est érigé le campanile, toujours visible aujourd’hui.

70 

Bibliographie

Ferrua 1975 : A. Ferrua, « Compte-rendu de Ricerche archeologiche nell’Isola Sacra. Rome 1975 », in RACrist, 51, 1975, 356-358.

Février 1958 : A. Février, « Ostie et Porto à la fin de l’antiquité », in MEFRA, 70, 1958, 295-330.

Fiocchi Nicolai 2015b : V. Fiocchi Nicolai, « Le iscrizioni ’damasiane’ della chiesa di S. Ippolito a Porto : a proposito della topografia cristiana del Portus Romae », in C. Carbonetti, S. Lucà, M. Signorini éds., Roma e il suo territorio nel medioevo. Le fonti scritte fra tradizione e innovazione, Spoleto 2015, 525-539 et pl.

Mazzoleni 1983 : D. Mazzoleni, I reperti epigrafici, Rome 1983 (Ricerche nell’area di S. Ippolito all’Isola Sacra, I).

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Nuzzo 2013 : D. Nuzzo, « Le iscrizioni », in La Basilica Portuense, 2013, 493-520.

Pani Ermini 1976 : L. Pani Ermini, « Il ciborio della basilica di S. Ippolito all’Isola Sacra », in Roma e l’età carolingia, Roma 1976, 337-344.

Pani Ermini 1979 : L. Pani Ermini, « Il territorio portuense dopo il IV secolo alla luce degli scavi all’Isola Sacra », in Archeologia laziale, 2, 1979, 243-249.

Passarello 1975 : P. Passarello, « Considerazioni sui resti ossei umani provenienti da un sarcofago contenente l’iscrizione : “Hic requiescit beatus Ypolitus martyr” », in Ricerche archeologiche nell’Isola Sacra, Rome 1975, 133-138.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Pensabene 2007 : P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

Testini 1970-1971 : P. Testini, « Sondaggio dell’area di S. Ippolito all’Isola Sacra », in RPAA, 43, 1970- 1971, 223-258.

Testini 1971-1972 : P. Testini, « Nuovi sondaggi nell’area di S. Ippolito all’Isola Sacra », in RPAA, 44, 1971-1972, 219-236.

Testini 1973-1974 : P. Testini, « Sondaggi a S. Ippolito all’Isola Sacra. I depositi reliquiari scoperti sotto l’altare », in RPAA, 46, 1973-1974, 165-179.

Testini 1975 : P. Testini, « La basilica di S. Ippolito », in Ricerche archeologiche nell’Isola Sacra, Rome 1975, 43-132.

Testini 1978 : P. Testini, « Il complesso di S. Ippolito all’Isola Sacra (1975-1977), in Un decennio di ricerche archeologiche, Roma 1978, 505-512.

Testini 1978-1982 : P. Testini, « Indagini nell’area di S. Ippolito all’Isola Sacra (1975-1977) », in RPAA, 1978-1982, 23-52.

Testini 2009 : P. Testini, « La Basilica di S. Ippolito », in Scritti di archeologia cristiana. Le immagini, i luoghi, i contesti, Città del Vaticano 2009, 1355-1448.

Table des illustrations

Titre Fig. 5
Légende Carte de Portus (Keay et al. 2005, 280, fig. 8.4).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6816/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 285a
Légende Fragments d’une inscription à la graphie de type filocalien, attribuée par certains au pape Damase (Fiocchi Nicolai 2015b, fig. 1).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6816/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 285b
Légende Fragments d’une inscription à la graphie de type filocalien, attribuée par certains au pape Damase (Fiocchi Nicolai 2015b, fig. 1).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6816/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Plaque opisthographe mentionnant l’évêque Heraclida (Fiocchi Nicolai 2015b, fig. 2).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6816/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Plan de la salle à abside, à une nef, identifiable à un lieu de culte chrétien (Fiocchi Nicolai 2015b, fig. 5).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6816/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 288
Légende Plan de la basilique à trois nefs (Fiocchi Nicolai 2015b, fig. 7).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6816/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter