Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Portus (Porto)

Portus. Basilique d’Eutropius, Bonosa et Zosima (localisation incertaine)

Texte intégral

1Selon une inscription fragmentaire, un évêque, du nom de Donat, fit construire une basilique à côté de la tombe des martyrs Eutropius, Bonosa et Zosima (De Rossi 1866, 45-49 ; Février 1958, 313-314 ; Meiggs 1973, 395 ; Testini 1970-1971, 229, 236-237 ; Paroli 2004, 260 ; Pavolini 2006, 286-287). Le lieu de découverte de l’inscription, retrouvée en même temps qu’un éloge métrique à la martyre Zosima (qui mentionnait peut-être aussi Bonosa), des colonnes de marbre, des sarcophages chrétiens et des inscriptions funéraires chrétiennes (De Rossi 1866, 47), permet de supposer que la basilique se trouvait au lieu-dit Capo Due Rami, à l’est de Portus, au nord du confluent entre la Fossa Traiana et le Tibre (fig. 5). Malheureusement, le lieu précis de ces trouvailles anciennes n’est pas connu et aucune trace n’en a été repérée lors des prospections des années 2000 (Paroli 2004, 260 ; Paroli 2007, 448).

Fig. 5

Fig. 5

Carte de Portus (Keay et al. 2005, 280, fig. 8.4).

© DR

2L’évêque Donat n’est pas connu par ailleurs. Certains le datent du début du ive s. (Paroli 2004, 260), ce qui implique que la basilique aurait été érigée peu après le martyre d’Eutropius, Bonosa et Zosima, sous Aurélien. D’autres au contraire estiment que Donat fit construire cet édifice à la fin du ive ou au début du ve s. (De Rossi 1866, 48 ; Thylander in IPOstie, voir infra ; Testini 1970-1971, 229 ; Pavolini 2006, 287). La seconde proposition, basée sur les caractères de la première inscription qui imitent la graphie de Filocalus, semble plus vraisemblable.

Sources épigraphiques

3CIL XIV, 1937 ; IPOstie B, 234 ; ILCV 1788a ; EDR149619 (Raffaella Marchesini)

4Inscription en deux fragments (50 × 76 cm ; haut. lett. 6 cm), retrouvés au lieu-dit Capo Due Rami, l’un en 1837, l’autre en 1858. La graphie imite les caractères filocaliens (Testini 1970-1971, 229). L’inscription est donc datable de la fin du ive ou du début du ve s. (CIL ; IPOstie).

Sanctis martyribus et beati[ssimis]
Eutropio Bonosae et Zosim[ae]
Donatus episc(opus) tum[ul]um ado[rnauit]
sed et basilicam coni[un]ctam [tumulo]
a fundamentis sanctae [ple]bi d[ei construxit].

« L’évêque Donatus a embelli la tombe des saints et bienheureux martyrs Eutropius, Bonosa et Zosima et il a construit, à partir des fondements, une basilique contiguë à la tombe pour le saint peuple de Dieu ».

5CIL XIV, 1938 ; IPOstie B, 235 ; ILCV 2009 ; CLE 681 ; EDR149621 (Raffaella Marchesini)

6Fragment d’inscription (42 × 64,2 cm ; haut. lett. 3 m), trouvé en 1858, au même endroit que la précédente. De Rossi (1866, 48) la considère comme contemporaine du martyre, qui eut lieu sous Aurélien.

Accipe me, dixit, domin[e in tua limina Christe].
Exaudita cito fruitu[r modo lumine caeli]
Zosime sancta soror, m[agno defuncta periclo ou oresque imitatae Bonosae]
iam uidet et socios sanc[ti certaminis omnes]
laetaturque uidens mira[ntes sistere circum],
miranturque patres tan[ta uirtute puellam],
quam suo de numero cupie[ntes esse uicissim]
certatimque tenent atq[ue amplectuntur ouantes].
Iam uidet et sentit magni [spectacula regni],
et bene pro meritis gaudet sibi praemia reddi,
tecum, Paule, tenens calcata morte coronam ;
nam fide seruata cursum cum pace peregit.

« Accueille-moi, dit-elle, dans ta maison, mon Seigneur Christ. Et tout de suite exaucée, elle jouit déjà de la lumière du ciel, Zosime, la sainte sœur, après avoir triomphé d’un grand péril (ou ayant imité les mœurs de Bonosa). Déjà elle voit tous les compagnons du saint combat et elle est heureuse, quand elle voit qu’ils l’entourent, étonnés. Et les pères admirent cette jeune fille si vertueuse. Ils désirent la compter parmi eux et à l’envi ils la reçoivent et l’embrassent en triomphe. Déjà elle voit et perçoit les spectacles du grand royaume et elle se réjouit de recevoir la digne récompense de ses mérites, portant avec toi, Paul, la couronne, après avoir affronté la mort. Car elle a gardé sa foi et elle a achevé sa course en paix » (trad. Thylander, IPOstie B, 235).

7La restitution des lettres manquantes à la ligne 3 a suscité deux propositions : celle de De Rossi, suivi par le CIL et Thylander (IPortus) : m[agno defuncta periclo] ; celle de Buecheler-Riese (CLE 681) suivi par Diehl (ILCV 2009) : m[ores imitata Bonosae].

8Datation : 271-330, d’après EDR, sur la base des formules, du contexte historique et de la paléographie. La forme des lettres et la composition métrique correspondraient davantage à l’époque du pape Damase ou aux années qui suivirent (Meiggs 1973, 529 ; Testini 1975, 50-51).

Bibliographie

  

De Rossi 1866 : G.B. De Rossi, « I monumenti cristiani di Porto », in BACrist, 4, 1866, 37-51, 99-100.

Février 1958 : A. Février, « Ostie et Porto à la fin de l’antiquité », in MEFRA, 70, 1958, 295-330.

IPOstie : H. Thylander, Inscriptions du port d’Ostie, Lund 1952.

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Paroli 2004 : L. Paroli, « Il porto di Roma nella tarda antichità », in A. Gallina Zevi, R. Turchetti éds., Le strutture dei porti e degli approdi antichi (ANSER II), Soveria Mannelli 2004, 247-266.

Paroli 2007 : L. Paroli et al., « Seminari di archeologia cristiana. Sintesi della conferenza di Lidia Paroli », in RACrist, 83, 2007, 446-450.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Testini 1970-1971 : P. Testini, « Sondaggio dell’area di S. Ippolito all’Isola Sacra », in RPAA, 43, 1970- 1971, 223-258.

Testini 1975 : P. Testini, « La basilica di S. Ippolito », in Ricerche archeologiche nell’Isola Sacra, Rome 1975, 43-132.

Table des illustrations

Titre Fig. 5
Légende Carte de Portus (Keay et al. 2005, 280, fig. 8.4).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter