Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Portus (Porto)

Portus. Basilique épiscopale

Texte intégral

1Basilique située au sud-ouest du bassin hexagonal du port de Trajan, à l’est du Canale di comunicazione trasverso et au nord de la Fossa Traiana, à proximité du pont de Matidie (fig. 5), dans une zone densément occupée durant l’antiquité tardive et le haut moyen âge (De Rossi 1866, 50-51 ; Lanciani 1866, 101-103 ; Février 1958, 316-317 ; Meiggs 1973, 403 ; Coccia, Paroli 1993 ; Paroli 1996 ; Paroli 1999 ; Garella, Paroli 2001 ; Borello et al. 2002 ; Paroli 2004 ; Paroli 2005 ; Paroli 2007 ; Pavolini 2006, 287, 290-291 ; Pensabene 2007, 461-463 ; Nuzzo 2009 ; Basilica Portuense 2013). Habitée jusqu’au ixe s., la zone présente uniquement par la suite des traces d’activités funéraires, liées à la basilique (Borello et al. 2002, 1263 ; Paroli 2005, 258 ; Paroli 2007, 447).

Fig. 5

Fig. 5

Carte de Portus (Keay et al. 2005, 280, fig. 8.4).

© DR

2L’édifice, situé sur une propriété de la famille Torlonia, est fouillé au milieu du xixe s. (De Rossi 1866, 50-51, 99-100 ; Lanciani 1866, 100-103). Il est ensuite réenseveli (Borello et al. 2002, 1263-1264). De nouvelles fouilles ont eu lieu entre 1991 et 2007 ; plusieurs rapports préliminaires fort utiles en ont été publiés (Coccia, Paroli 1993 ; Paroli 1996 ; Paroli 1999 ; Paroli 2004b ; Paroli 2005 ; Paroli 2007 ; pour une histoire des fouilles, Paroli 2013a), avant la parution de deux volumes en 2013 (Basilica Portuense).

3L’édifice est identifié par ses premiers découvreurs au xenodochium fondé par le sénateur Pammachius, ami de Jérôme (De Rossi 1866, 50-51), puis à une basilique en l’honneur de la Mère de Dieu (De Rossi 1866, 100). Plus tard, Février (1958, 316-317) proposa d’y voir la basilique des Saints-Pierre-et-Paul (dont on sait par ailleurs qu’elle était en ruine en 1018) ; cette suggestion a été abandonnée à la suite des dernières découvertes prouvant que l’édifice était toujours en fonction au début du xiiie s. (Paroli 2005, 258). On y reconnaît désormais la basilique épiscopale de Portus (Paroli 2005, 258 ; Pavolini 2006, 290 ; Paroli 2013b, 370 ; Fiocchi Nicolai 2015, 230) mais son/ses saint(s) titulaire(s) reste(nt) inconnu(s). Selon Fiocchi Nicolai (2015, 230), la basilique pourrait avoir été dédiée à Marie, si on l’identifie à l’ecclesia Sancte Dei Genetricis Mariae, qui ponitur in ciuitate Portuense, mentionnée dans la vie de Léon IV (847-855 ; Liber pontificalis II, 1892, 122, éd. Duchesne). Le siège épiscopal est transféré vers la basilique Saint-Hippolyte au xie s. (Paroli 2007, 448).

4La zone où s’élève la basilique épiscopale de Portus est urbanisée dès la seconde moitié du ier s. (Maiorano, Paroli 2013, 18). L’édifice chrétien utilise en partie les murs d’édifices antérieurs, qui conditionnent son implantation et son orientation. Ces constructions qui le précèdent ont d’abord eu une fonction commerciale ou de stockage (du moins d’après leur plan ; Maiorano, Paroli 2013, 20-21 ; Paroli 2013b, 366). Elles sont étendues et modifiées à des fins résidentielles, entre 320 et 375 (Borello et al. 2002, 1267-1268 ; Paroli 2005, 258-264 ; Paroli 2007, 447 ; Maiorano, Paroli 2013, 50-51 ; Paroli 2013b, 367).

5Vers 375, le complexe est transformé en une salle rectangulaire (long. 29 m) divisée en trois nefs par deux colonnades (larg. nef centrale : 8,40 m), précédée au sud, d’une structure correspondant à un portique ou un narthex (17,3 × 3,5 m) (Maiorano, Paroli 2013, 61-68 ; fig. 281). Elle semble revêtir, dès cette époque, une fonction cultuelle (Paroli 2013b, 367 ; voir aussi en ce sens Fiocchi-Nicolai 2015, 226, 229). Au début du ve s. (Paroli 2005, 258 ; Paroli 2007) ou plutôt vers 430 (Maiorano, Paroli 2013, 79-82 ; Paroli 2013b, 367-368 ; fig. 282), elle est pourvue d’une abside au nord, revêtant dès lors la forme habituelle des basiliques chrétiennes.

Fig. 281

Fig. 281

Plan de la basilique de la fin du ive s. (Paroli 2005, 260, n° 7,20, B).

© DR

Fig. 282

Fig. 282

Plan de la basilique au ve s. (Paroli 2005, 260, n° 7,20, C).

© DR¤

6Plusieurs modifications affectent l’édifice au cours des siècles suivants mais elle maintient son niveau de sol des ive-ve s., à la différence des environs immédiats. Plusieurs sépultures ont été retrouvées à 2-3 m au-dessus du niveau du pavement de la basilique, qui se transforme ainsi, progressivement, en église hypogée (Borello et al. 2002, 1284). La basilique est encore en fonction au début du xiiie s. mais est abandonnée à la fin de ce siècle ou au début du suivant (Paroli 2004, 260 ; Paroli 2013b, 370-375).

Sources épigraphiques

7Les inscriptions de la basilique de Portus ont fait l’objet d’études de Nuzzo (2009 ; 2013). Les fouilles des années 1991-2007 ont mis au jour 102 inscriptions, toutes en latin, à l’exception de deux, en grec. La grande majorité de celles-ci correspondent à des inscriptions funéraires des premiers siècles de l’Empire, réutilisées dans la construction de l’édifice, notamment pour le pavement ou pour la réalisation de tombes à fosse insérées dans la basilique à partir du viiie s. (Nuzzo 2013, 493-494). Ne seront repris ici que les textes qui présentent un rapport (autre que le remploi) avec la basilique.

8Plusieurs de ces inscriptions présentent des lettres dont la forme et les modalités de gravure renvoient à la production filocalienne, même si des différences sont perceptibles. Il s’agirait donc d’imitations, datables des dernières années du pontificat de Damase (366-384) et de son successeur Sirice (384-399), voire aux premières années du ve s. (Nuzzo 2013, 493-494, 496-497).

9Nuzzo 2009, 305, n° 15-20 ; Nuzzo 2013, 493-494, 504-505, EP39-43

10Six petits fragments d’une même plaque en pavonazzetto, retrouvés lors des fouilles entre 1991 et 2007, en remploi. Seules une ou deux lettres subsistent sur chacun d'eux. Leur graphie imite celle de Filocalus.

11CIL XIV, 1939a-b ; IPortus B, 357a-b ; Nuzzo 2009, 306, n° 21-23 ; Nuzzo 2013, 495 ; EDR144133 (Raffaella Marchesini)

12Fragments d’une inscription monumentale en marbre, de même épaisseur (46,5 × 71 × 7,8 cm ; haut. lett. 12,5 cm) ; le premier a été trouvé en 1866 dans un corridor menant à l’atrium de l’édifice alors identifié comme xenodochium, les autres, à proximité (De Rossi 1866, 99).

a) ]us episcopu[s ---]
b) opit

13La graphie des lettres imite celle de Filocalus. Dans le premier fragment est mentionné un évêque, dont le nom ne nous est pas parvenu : il pourrait s’agir du pape Damase ou de son successeur Sirice, ou plus vraisemblablement d’un évêque de Portus (De Rossi 1866, 99 et 102, n° 3 ; Nuzzo 2009, 306 ; Nuzzo 2013, 495). Nuzzo (2013, 497) suggère le nom de l’évêque Donatus, qui durant la première moitié du ve s. dédie à Portus une basilique en l’honneur des saints Eutrope, Bonosa et Zosima (voir fiche Portus. Basilique d’Eutropius, Bonosa et Zosima).

14CIL XIV, 1939 ; Iportus B357c, 362 ; Nuzzo 2009, 308 n° 23 ; Nuzzo 2013, 495-496 ; EDR148060 (Raffaella Marchesini)

15Fragments de marbre non jointifs, appartenant à une même plaque, trouvés à Portus dans la propriété des Torlonia. Lettres filocaliennes, ce qui suggère une datation dans la seconde moitié du ive s.

<frg. a>
------
[---]ON[---]
[---]V̅ C̅ [---]
------
<frg. b>
------
[---]IO[---]
------
<frg. c>
------
[---]+TTV[---]
------

16De Rossi 1866, 100 ; Nuzzo 2009, 309 n° 24 ; Nuzzo 2013, 495

17Fragment d’inscription retrouvé à Portus. Selon De Rossi, la graphie, de type filocalien est quelque peu différente de l’inscription CIL XIV, 1939a-b et serait contemporaine du pontificat de Damase. Elle pourrait cependant être postérieure (Nuzzo 2013, 496).

[---]/[---]rib[---]/[---]

18CIL XIV, 1941 ; IPOstie B, 361 ; ILCV 783 ; CLE 336 ; BE 644 ; Nuzzo 2009, 311-312, n° 25, photo (avec la bibliographie antérieure) ; EDR144150 (Raffaella Marchesini) ; Nuzzo 2013, 496-497 (fig. 284) Trois fragments d’un épistyle de marbre (21,5 × 167,5 × 25 cm ; haut. lett. 4,5-5,5 cm), qui, selon De Rossi (1866, 50 ; CIL), se rapporte à un bassin carré trouvé au centre de la cour précédant la basilique.

Fig. 284

Fig. 284

Fragments inscrits d’un épistyle de marbre, se rapportant vraisemblablement à un bassin carré au centre de l’atrium précédant la basilique.

© DR

19Il y est fait mention d’un atrium avec quadriportique construit ou restauré par un personnage dont manque le nom. Les lettres imitant grossièrement la graphie filocalienne suggèrent une datation au début du ve s. (De Rossi 1866, 50 ; Nuzzo 2009, 312 ; Nuzzo 2013, 496-497).

<en façade> [Qu]isq(ue) sitit ueniat cupiens aurire fluenta
<sur le côté gauche> atrium cum quadriporticum sed
<sur le côté gauche> et columnas cum [---]

« Qui a soif, qu’il vienne, rempli de désir, puiser les eaux vives [---]. [---a fait ?] un atrium avec un quadriportique mais [---] et des colonnes avec [---] ».

20De Rossi 1866 ; Lanciani 1866, 102 ; Testini 1971-1972, 232-233, fig. 11 ; Pani Ermini 1976, 338, fig. 341 ; G.F. in Ostia 2001, 438-439, fig. (avec la bibliographie antérieure) ; Nuzzo 2009, 301 ; Nuzzo 2013, 498

21Deux fragments jointifs de marbre blanc appartenant à l’arc d’un ciborium (haut. 80 ; larg. 147,5 ; ép. 9 cm), « décoré à entrelacs enfermés dans une corniche plate et par des rosettes entre deux fleurs de lys » (G.F. in Ostia 2001, 438), peut-être trouvés lors de la fouille de l’édifice alors identifié au xenodochium (la provenance semble incertaine : Nuzzo 2009, 301).

((crux)) salbo beatissimo d(omi)n(o) n(ostro) Leone tertii papae Stephanus Indignus epis(copus) fecit +.

« Stéphane, évêque indigne, a fait, sous notre maître sauf et très heureux Léon III, pape ».

22Le texte est datable du pontificat du pape Léon III (795-816), sous lequel l’évêque de Portus, Stéphane, fit réaliser ce ciborium (cet évêque figure parmi les signataires du synode romain de 826).

23Un texte similaire a été gravé sur le ciborium de la basilique Saint-Hippolyte (voir fiche. Portus. Basilique Saint-Hippolyte).

Sources archéologiques

24La basilique et les bâtiments qui la précèdent ont fait l’objet d’une publication d’envergure (Basilica Portuense 2013), qui complète, en les amendant parfois, les rapports de fouilles antérieurs (Coccia, Paroli 1993 ; Paroli 1996 ; Paroli 1999 ; Garella, Paroli 2001 ; Borello et al. 2002 ; Paroli 2004 ; Paroli 2005 ; Paroli 2007).

25Les archéologues ont été confrontés à plusieurs difficultés : de nombreux murs n’ont été préservés qu’au niveau des fondations ou à peine au-dessus ; certaines zones n’ont pu être fouillées ; les rehaussements de niveaux au sein des édifices sont très limités, à la différence de ce qu’on observe à l’extérieur de la basilique (Paroli 2005, 258-259). On soulignera la qualité de la fouille particulièrement attentive à la stratigraphie et au matériel, ce qui permet de proposer des phasages clairement repérés et des datations assez précises.

26L’édifice à trois nefs du ive s., correspondant vraisemblablement déjà à un lieu de culte chrétien, selon Paroli, et la basilique qui lui succède sont présentés ici sommairement, en privilégiant les phases tardo-antiques et en suivant principalement Paroli 2007 et Basilica Portuense 2013, que l’on consultera pour plus de précisions (voir aussi Borello et al. 2002 ; Paroli 2004 ; Paroli 2005).

27Au complexe résidentiel qui s’établit à cet endroit entre 320 et 375 (en transformant des édifices antérieurs à caractère commercial ou de stockage : Paroli 2007, 447 ; Maiorano, Paroli 2013, 50-51) succède, vers 375, une salle rectangulaire divisée en trois nefs par deux rangées de huit colonnes, dont ne restent que les empreintes des bases, à une exception près (Paroli 2005, 265-266, fig. 7,20 ; Maiorano, Paroli 2013, 61-68 ; fig. 281). Les murs internes antérieurs sont, pour la plupart, rasés au sol. Est également édifié un portique (ou narthex) solidaire du mur de façade. Le pavement de la salle principale est partiellement conservé (une mosaïque en noir et blanc à motif quadrilobe, un panneau central en opus sectile entouré de mosaïque, avec un motif à caractère marin, et des plaques de marbre ; dans la nef orientale, le pavement était en bipedales ; il sera remplacé par la suite). La destination cultuelle de cet édifice semble vraisemblable, dans la mesure où il est transformé quelques décennies plus tard en une basilique clairement chrétienne. Plaide aussi en ce sens le groupe d’inscriptions à graphie filocalienne (voir supra), datables entre la fin du ive et le début du ve s., retrouvées dans la basilique, dont une fait référence à un évêque (Paroli 2013b, 367).

28Au début du ve s. (Paroli 2005, 258, 266 ; Paroli 2007, 447) ou plutôt vers 430 (Maiorano, Paroli 2013, 79-82 ; Paroli 2013b, 368), l’édifice à trois nefs est transformé en un lieu de culte de type basilical (fig. 282) : sont construites l’abside au fond de la nef centrale et une annexe à gauche de celle-ci, tandis qu’est refaite l’élévation de la partie septentrionale du mur est (Paroli 2007, 447). Des pièces qui bordent, à l’extérieur, la basilique sont restaurées au même moment ; celles-ci communiquent avec la basilique par plusieurs portes. Ainsi, le complexe cultuel n’était pas limité à la basilique mais s’étendait aux espaces qui l’entouraient, comme dans d’autres groupes épiscopaux tardo-antiques (Paroli 2005, 266 ; Paroli 2013b, 368).

29Durant la première moitié du vie s., la zone du presbyterium devant l’abside (solea) subit des changements. Jusqu’alors, l’abside était séparée du presbyterium par deux petits pilastres, situés à ses deux extrémités ; ceux-ci soutenaient soit un triforium soit un épistyle. De ces pilastres partait une solea (sorte d’étroit corridor), vraisemblablement surélevée, qui s’étendait dans la nef centrale jusqu’à la quatrième travée (Paroli 2013a, 368). Vers 500 est construite la première clôture liturgique : la solea est désormais délimitée par deux murets, sur toute sa longueur, jusqu’à l’abside, tandis qu’à la hauteur des premières colonnes s’étendent les bras de l’enceinte liturgique. Quant à l’abside, son niveau est surélevé : devaient s’y dresser le siège épiscopal et l’autel (Maiorano, Paroli 2013, 92-93). Durant la même période, les pavements sont refaits. La basilique est également dotée de peintures, avec, dans l’abside, des figures de saints dont seuls sont conservés d’infimes fragments (Bordi 2013, 298, 301-302, pl. 4). D’autres fragments, représentant des scènes de l’Ancien Testament (peut-être le sacrifice d’Isaac), ont été retrouvés dans une fosse médiévale ; ils proviendraient des murs latéraux de l’église (Bordi 2013, 300, 302).

30Vers le milieu du vie s., la basilique est agrandie vers le sud, avec la construction d’une neuvième arcade et d’une nouvelle façade, à trois entrées, élevées à l’emplacement de l’atrium préexistant (fig. 283). Elle atteint ainsi sa longueur définitive (41 × 20 m ; Maiorano, Paroli 2013, 109-112). À l’occasion de ces transformations sont réalisés de nouveaux pavements. Dans le même temps, le triforium de l’abside est supprimé et la clôture liturgique de la phase précédente, remplacée : la solea est élargie et désormais délimitée par des chancels et des clôtures de marbre, reliées à de petits pilastres. Durant cette phase, la partie centrale du mur oriental est consolidée par des pilastres. C’est vraisemblablement à cette phase qu’il convient de rattacher les objets liturgiques en argent (plats, coupes, verres) retrouvés durant les fouilles du xviiie s. (De Rossi 1866, 51). Ces agrandissements et embellissements pourraient, selon Paroli (2013a, 369), être mis en rapport avec la reconquête justinienne, qui favorisa une reprise du port.

Fig. 283

Fig. 283

Plan de la basilique au vie s. (Paroli 2005, 260, n° 7,20, D)

© DR

31Entre la fin du vie et la seconde moitié du viie s., les seules activités repérées consistent dans la réfection de parties du pavement (Maiorano, Paroli 2013, 120) et dans un nouveau décor de peintures imitant le marbre (Bordi 2013, 303).

32À partir du viiie s., la basilique reçoit en son sein des dépositions funéraires. Une vasque baptismale est construite dans la nef gauche à l’époque carolingienne et le mur ouest voisin est doublé (Maiorano, Paroli 2013, 134-135). L’insertion de la vasque baptismale dans l’église est vraisemblablement liée au rehaussement du niveau à l’extérieur, qui aura provoqué l’abandon du baptistère paléochrétien, peut-être situé dans une des nombreuses annexes qui bordaient la basilique (Paroli 2005, 267). Quelques fragments de marbre sont datables de cette période, dont la plaque de ciborium offerte par l’évêque Stéphane, sous le pontificat de Léon III (voir supra).

33Plus tard, à l’époque romane, ont lieu d’importantes restaurations des structures, tandis qu’un ambon est inséré dans le presbyterium (Maiorano, Paroli 2013, 148-149, 155-159, 171, 177-180).

34L’activité funéraire se poursuit jusqu’à la fin du xiiie s., dans et autour de la basilique, qui s’écroule alors et est abandonnée (Maiorano, Paroli 2013, 177-180, 183).

Bibliographie

 

Basilica Portuense : M. Maiorano, L. Paroli éds., La Basilica Portuense : scavi 1991-2007, Firenze 2013.

Bordi 2013 : G. Bordi, « I dipinti murali della Basilica di Porto », in Basilica Portuense, 2013, 297-316.

Borrello, Maiorano, Paroli, Serlorenzi 2002 : L. Borrello, M. Maiorano, L. Paroli, M. Serlorenzi, « La basilica urbana di Porto », in F. Guidobaldi, A. Guiglia Guidobaldi éds., Ecclesiae Urbis. Atti congr. int. di studi sulle chiese di Roma (IV-X secolo), Città del Vaticano 2002, 1263-1285.

Coccia, Paroli 1993 : S. Coccia, L. Paroli, « Indagini preliminari sui depositi archeologici della città di Porto », in Archeologia laziale, 11, 1993, 175-180.

De Rossi 1866 : G.B. De Rossi, « I monumenti cristiani di Porto », in BACrist, 4, 1866, 37-51, 99-100.

Février 1958 : A. Février, « Ostie et Porto à la fin de l’antiquité », in MEFRA, 70, 1958, 295-330.

Fiocchi Nicolai 2015a : V. Fiocchi Nicolai, « Recensione a La Basilica Portuense. Scavi 1991-2007, a cura di Mauro Maiorano e Lidia Paroli, Firenze, 2013 », in Temporis Signa, 10, 2015, 224-232.

Fiocchi Nicolai 2015b : V. Fiocchi Nicolai, « Le iscrizioni ’damasiane’ della chiesa di S. Ippolito a Porto : a proposito della topografia cristiana del Portus Romae », in C. Carbonetti, S. Lucà, M. Signorini éds., Roma e il suo territorio nel medioevo. Le fonti scritte fra tradizione e innovazione, Spoleto 2015, 525-539 et pl.

Garella, Paroli 2001 : L. Garella, L. Paroli, « Itinerari di visita nell’area del Porto di Traiano e indagini nella Basilica paleocristiana », in F. Filippi éd., Archeologia e Giubileo, Milano 2001, 393-396.

Lanciani 1866: R. Lanciani, « Lo Xenodochio di Pammachio in Porto », in BACrist, 4, 1866, 99-103.

Maiorano, Paroli 2013 : M. Maiorano, L. Paroli, « La stratigrafia dell’area della basilica Portuense », in Basilica Portuense, 2013, 9-218.

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Nuzzo 2009 : D. Nuzzo, « Le iscrizioni cristiane della basilica urbana di Porto (scavi 1991 - 2007 e indagini dell’Ottocento) e la produzione epigrafica di limitazione filocaliana », in VeteraChr, 46, 2009, 293-314.

Nuzzo 2013 : D. Nuzzo, « Le iscrizioni », in La Basilica Portuense, 2013, 493-520.

Pani Ermini 1976 : L. Pani Ermini, « Il ciborio della basilica di S. Ippolito all’Isola Sacra », in Roma e l’età carolingia, Roma 1976, 337-344.

Paroli 1996 : L. Paroli, « Scavi recenti a Porto : nuovi dati sulle fasi tardo antiche e alto-medievali », in RACrist, 72, 1996, 410-414.

Paroli 1999a : L. Paroli et al., La basilica di Pianabella, Roma 1999 (Scavi di Ostia, 12).

Paroli 1999b : L. Paroli, « La basilica paleocristiana di Porto : scavi 1997-1998 », in Meded, 58, 1999b, 45-47.

Paroli 2004 : L. Paroli, « Il porto di Roma nella tarda antichità », in A. Gallina Zevi, R. Turchetti éds., Le strutture dei porti e degli approdi antichi (ANSER II), Soveria Mannelli 2004, 247-266.

Paroli 2005 : L. Paroli, « The Basilica Portuense », in Portus, 2005, 258-268.

Paroli 2007 : L. Paroli et al., « Seminari di archeologia cristiana. Sintesi della conferenza di Lidia Paroli », in RACrist, 83, 2007, 446-450.

Paroli 2013a : L. Paroli, « Ricerche e studi sulla Basilica Portuense », in Basilica Portuense, 2013, 1-7.

Paroli 2013b : L. Paroli, « Microstoria di un comparto urbano di Porto », in Basilica Portuense, 2013, 365-375.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Pensabene 2007 : P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

Testini 1971-1972 : P. Testini, « Nuovi sondaggi nell’area di S. Ippolito all’Isola Sacra », in RPAA, 44, 1971-1972, 219-236.

Table des illustrations

Titre Fig. 5
Légende Carte de Portus (Keay et al. 2005, 280, fig. 8.4).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 281
Légende Plan de la basilique de la fin du ive s. (Paroli 2005, 260, n° 7,20, B).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6804/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 282
Légende Plan de la basilique au ve s. (Paroli 2005, 260, n° 7,20, C).
Crédits © DR¤
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6804/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 284
Légende Fragments inscrits d’un épistyle de marbre, se rapportant vraisemblablement à un bassin carré au centre de l’atrium précédant la basilique.
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6804/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 283
Légende Plan de la basilique au vie s. (Paroli 2005, 260, n° 7,20, D)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6804/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter