Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia-suburbium sud-est. Basilique Sant’Aurea

Texte intégral

1Basilique paléochrétienne située sous la cathédrale du xve s. du Borgo d’Ostia Antica, révélée partiellement lors de fouilles et de sondages pratiqués en 1950 et en 1979 (pour un aperçu des découvertes, Episcopo 1980 ; Pannuzi 2006 ; Mastrorilli 2012, 216-221). Elle se trouvait à environ 500 m au sud-est de la ville antique, à proximité de la Via Ostiense qui longeait la rive gauche du Tibre, dans une zone occupée par des nécropoles (fig. ; Meiggs 1973, 390-391 ; Episcopo 1980 ; Brenk 2001, 270 ; Bauer 2003, 54-56 ; Pannuzi 2006 ; Pannuzi et al. 2006 ; Pavolini 2006, 15-16 ; Mastrorilli 2007 ; Mastrorilli 2012, 213-216, avec la bibliographie antérieure).

2Carte des lieux de culte juif et chrétiens d’Ostie (d’après Bauer, Heinzelmann 2001, 374, fig. 1)

3Comme la cathédrale du Quattrocento, l’église paléochrétienne était très vraisemblablement dédiée à la martyre Aurea, qui aurait subi sa passion à Ostie, sous Claude le Gothique (268-270) et aurait été ensevelie sur un terrain privé hors les murs de la cité.

Sources littéraires

4Liber pontificalis, Sergius I (687-701), 13 (éd. L. Duchesne 1886, 376)

Hic basilicam sanctae Aureae in Hostis, quae similiter fuerat distecta uel disrupta, cooperuit suoque studio renouauit.

« Celui-ci recouvrit et restaura, par son zèle, la basilique de sainte Aurea, à Ostie, qui avait également perdu son toit et été détruite ».

5Liber pontificalis, Leo III (795-816), 14 (éd. L. Duchesne 1892, 50)

Sarta tecta uero ecclesiae beatae Aureae sita in Ostias omnia nouiter reparauit.

« Il répara une nouvelle fois, en remettant en état tous les toits, l’église de la bienheureuse Aurea, située à Ostie ».

Sources épigraphiques

6AE 2008, 282 ; Pannuzi 2006, 371 ; Mastrorilli 2007, 347-348, 371-375 ; Mastrorilli 2012, 232-233, fig. 19

7Petite colonne de marbre blanc (diam. 16 ; haut. conservée 79,5 cm), retrouvée en 1950 en remploi dans une tombe médiévale alignée le long du mur de façade de l’église paléochrétienne. Elle est actuellement utilisée comme candélabre dans la cathédrale d’Ostie. Elle porte l’inscription suivante dans sa partie supérieure.

S(ancta) Aur(ea).

« Sainte Aurea ».

8Datation : fin du ive ou début du ve s., sur la base de critères paléographiques.

Sources archéologiques

9Basilique à trois nefs, pourvue d’une abside centrale ; en opus listatum (19 × 24 m de longueur maximale, du côté de la nef sud ; pour les dimensions Mastrorilli 2007, 361 ; fig. 278). Sa façade oblique s’ouvrait, à l’est, sur une route courant sous l’actuelle Via del Vescovado (la cathédrale du xve s. sera orientée à l’opposé).

10D’après la technique de construction et les tombes qui s’y rapportent, l’église semble avoir été construite entre le ive et le ve s. (Heinzelmann 1998, 190 ; Bauer 2003, 54 ; Mastrorilli 2012, 223). Elle existait vraisemblablement déjà en 387 puisque Monique, la mère de saint Augustin, y aurait été ensevelie. Un carmen composé, semble-t-il au début du ve s., par Anicius Auchenius Bassus en l’honneur de celle-ci et destiné à être posé près de sa tombe a été retrouvé à proximité immédiate de la basilique (P.G. in Ostia 2001, 437 ; pour une datation de ce carmen à la fin du vie ou au début du viie s., Boin 2010b) ; en outre, les reliques considérées comme étant celles de la sainte sont transférées au xve s. à l’église Saint-Augustin de Rome, depuis l’autel de la cathédrale d’Ostie (Broccoli 1984, 34-35 ; Mastrorilli 2007, 367 ; 2011 ; 2012, 233-234).

11Il est possible que l’église ait été construite à partir de la transformation d’un des monuments funéraires qui s’alignaient le long de la voie romaine sous la Via del Vescovado : le mur de façade de l’église, oblique par rapport aux murs latéraux, suit en effet l’orientation de la voie antique et pourrait réutiliser des structures (d’un monument funéraire) préexistantes ; cette façade rythmée par des pilastres rappelle en outre celle de monuments funéraires des nécropole à l’est de la Porta Romana et de l’Isola Sacra (Heinzelmann 1998, 193, 199 ; Pannuzi 2006, 371 ; Mastrorilli 2007, 361 ; 2012, 224).

12Dès son implantation, la basilique reçoit des sépultures en son sein (Mastrorilli 2007, 361-367 ; 2012, 230-231). La découverte de la colonnette portant le nom de Sancta Aurea (voir supra) laisse supposer que la tombe de la martyre se trouvait à la fin du ive ou au début du ve s. dans l’église et plus précisément sous l’autel (la petite colonne en aurait été l’une des composantes ; Romanelli 1953, 285 ; Mastrorilli 2012, 232-233).

13Les quelques sondages révèlent que le mur septentrional subit des restaurations au moyen âge (Pannuzi 2006, 371). Plusieurs fragments de plaques sculptées, datés des xviii-ixe s. retrouvés près de l’église, appartenaient, selon toute vraisemblance, à son mobilier liturgique (Pannuzi 2006, 372).

14Des découvertes récentes (Pannuzi 2006, 374-376) suggèrent qu’un quadriportique fut construit devant l’église au moyen âge. Une source écrite mentionnant le transfert de reliques de sainte Monique à Arrouaise en 1162 appuie cette hypothèse, puisqu’y est évoquée la porticus ecclesiae episcopii, quae in honore S. Aurea uirginis constructa est ; Mastrorilli 2012, 234-234). Cette source constitue également la première mention de cette église en tant que siège épiscopal. Elle obtint vraisemblablement ce statut lors de la fondation de Gregoriopoli, par le pape Grégoire IV (827-844), après l’abandon de la basilique constantinienne intra muros de la cité antique d’Ostie (Pannuzi 2006, 371 ; Mastrorilli 2012, 234-234 ; voir fiche. Ostia. Basilique constantinienne).

15L’église paléochrétienne subsistera jusqu’au xve s. Elle est alors remplacée par la cathédrale toujours visible actuellement, construite soit par le cardinal français, évêque d’Ostie, d’Estouteville qui entreprit de grands travaux au Borgo, soit par son successeur Giuliano della Rovere (Pannuzi 2006, 372).

Bibliographie

  

Bauer 2003 : F.A. Bauer, « Stadtbild und Heiligenlegende. Die Christianisierung Ostias in der spätantiken Gedankenwelt », in G. Brands, H.G. Severin éds., Die spätantike Stadt und ihre Christianisierung, Wiesbaden 2003, 43-62.

Bauer, Heinzelmann 2001 : F.A. Bauer, M. Heinzelmann, « L’église épiscopale d’Ostie », in Ostia, 2001, 278-282.

Brenk 2001 : B. Brenk, « La christianisation d’Ostie », in Ostia, 2001, 262-271.

Broccoli 1984 : U. Broccoli, Ostia paleocristiana, Roma 1984.

Episcopo 1980 : S. Episcopo, « Saggi di scavo presso S. Aurea ad Ostia », in Archeologia Laziale, 3, 1980, 228-232.

Heinzelmann 1998 : M. Heinzelmann, « Beobachtungen zur suburbanen Topographie Ostias. Ein orthogonales Strassensystem im Bereich der Pianabella », in RM, 105, 1998, 175-225.

Mastrorilli 2007 : D. Mastrorilli, « Considerazioni sul cimitero paleocristiano di S. Aurea ad Ostia », in RACrist, 83, 2007, 317-376.

Mastrorilli 2012 : D. Mastrorilli, « Osservazioni sulla basilica paleocristiana di S. Aurea ad Ostia », in H. Brandenburg, F. Guidobaldi éds., Scavi e scoperte recenti nelle chiese di Roma, Città del Vaticano 2012, 213-235.

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Pannuzi 2006 : S. Pannuzi, « Recenti indagini archeologiche presso la chiesa di S. Aurea nel borgo di Ostia antica », in R. Francovich, M. Valenti éds., IV Congresso Nazionale di Archeologia Medievale, Firenze 2006, 369-377.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Romanelli 1953 : P. Romanelli, « Le iscrizioni di Ostia e del Porto di Roma », in Actes du IIe Congres Int. d’Épigraphie Grecque et Latine, Paris 1953, 277-285.

Table des illustrations

Titre Fig. 8
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6771/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 353k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter