Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia-suburbium sud-est. Basilique de Pianabella

Texte intégral

1La basilique chrétienne de Pianabella est située 300 mètres au sud de la Porta Laurentina, au lieu-dit Pianabella (Coccia, Paroli 1990 ; Paroli 1999 ; Brenk 2001, 269-270 ; Pavolini 2006, 251 ; fig. 8). Elle est découverte en 1976, à la suite de fouilles clandestines, et fait ensuite l’objet de campagnes archéologiques menées par la Surintendance (pour une histoire des découvertes, Paroli 1999, 17-19).

Fig. 8

Fig. 8

Carte des lieux de culte juif et chrétiens d’Ostie (d’après Bauer, Heinzelmann 2001, 374, fig. 1)

© DR

2Elle est orientée est-ouest ; son flanc nord borde une voie de même orientation, qui reliait la Via Laurentina au littoral, dans une zone occupée par une nécropole, depuis le ier s. de n.è. au moins. Certains de ces mausolées sont toujours en usage dans la deuxième moitié du ive s. (Paroli 1999, 24 ; Brenk 2001, 269) ; certains d’entre eux semblent avoir été occupés par des chrétiens (Nuzzo 1999, 33).

3La basilique, qui représente l’édifice le plus monumental connu dans les environs immédiats d’Ostie, hors les murs, est édifiée entre la fin du ive et le début du ve s., sur un niveau de terrain préalablement rehaussé (Coccia, Paroli 1990 ; Paroli 1999, 22 ; Pavolini 2006, 251 ; datation proposée sur la base d’une monnaie datée des années 367-375, retrouvée dans le mortier d’un mur, et de l’ensemble du matériel archéologique relatif aux strates pertinentes). La nef prend partiellement place, en les détruisant, sur des sépultures d’époque impériale, qui donnaient sur le côté sud de la route (Coccia, Paroli 1990, 177 ; Paroli 1999, 22). Le narthex et l’atrium réutilisent, en tout ou en partie, des structures précédentes, ce qui explique l’orientation légèrement asymétrique (Coccia, Paroli 1990, 177).

4La basilique revêt d’emblée une fonction cimetériale (Paroli 1999, 22). Cette dernière connaît un ralentissement à partir du milieu ou de la fin du viie s., avant l’abandon total de la basilique au xe s. Une tombe, autour de laquelle sont disposées les autres, se distingue par une orientation toute différente. Il s’agit vraisemblablement de la tombe du saint ou du martyr honoré dans la basilique. Son nom nous est malheureusement inconnu et ne peut être relié aux saints et martyrs connus par ailleurs dans la cité (Paroli 1999, 26-27). La basilique est abandonnée à la fin du xe s. et fait l’objet d’activités de spoliation systématiques au xie s. (le mobilier de marbre, le pavement et les tuiles du toit sont récupérés ; de multiples fosses sont mêmes creusées pour récupérer le matériel des mausolées antérieurs). L’édifice s’écroule ensuite, sans doute à cause d’un séisme. Le mur méridional, tombé vers l’extérieur, étant relativement bien conservé, il a été possible de proposer une restitution de la hauteur de l’édifice, de la dimension et de la distribution des fenêtres au niveau de l’attique et, sur ces bases, de faire des hypothèses de reconstitution de la basilique (Coccia, Paroli 1990, 181).

Sources épigraphiques

5Les inscriptions retrouvées dans et à proximité de la basilique de Pianabella sont au nombre de 350 (Nuzzo 1999). Celles-ci ont été utilisées dans le remblai qui a précédé la construction de la basilique, dans le pavement et les murs mêmes de l’édifice, dans les restaurations dont ses structures ont fait l’objet, dans la zone des tombes (principalement comme matériel de remploi) et surtout dans les strates des xe-xie s. liées à la spoliation de l’édifice abandonné. Ces inscriptions provenaient, pour la très grande majorité, des nécropoles voisines, mais aussi, dans une bien moindre mesure, de la ville d’Ostie. Une partie toutefois de ces inscriptions se rapportent, bien évidemment, aux sépultures mêmes de la basilique. Ces inscriptions publiées par Nuzzo (1999) ne sont pas reprises ici.

6En revanche, une inscription mentionnant des travaux promus par un évêque doit être mentionnée.

7AE 1996, 320 ; Nuzzo 1999 A 184, 34, 35 et 80 ; EDR031184 (Raffaella Marchesini)

8Architrave en marbre blanc, recomposée à partir de trois fragments, retrouvés en partie au sein de la basilique (24 × 79 × 17 ; haut. des lettres : 6-3 cm). L’inscription est gravée dans une tabula ansata, qui comprend une croix à l’intérieur de l’anse. Les bords supérieur et inférieur de l’architrave sont décorés d’un listel en relief.

[---]MNN Bellator episc(opus) fecit.

9Nuzzo propose, sur la base d’une comparaison avec une épigraphe dédicatoire de Ravenne (CIL IX, 280), de compléter et de restituer cette inscription de la manière suivante : [in n(omine) do]m(i)n(i) n(ostri) Bellator episc(opus) fecit.

« Au nom de notre Seigneur, l’évêque Bellator a fait ».

10L’évêque Bellator est mentionné dans une lettre du pape Gélase datée de 494-495 et dans la liste des participants au concile romain réuni par le pape Symmaque en 499 (Nuzzo 1999, 34, 35, 80 ; Bellator, in PCBE, 2, 1, 1999, 281-282, avec références précises aux sources). L’inscription se rapporte à des travaux promus par l’évêque, vraisemblablement au sein même de la basilique, vu le lieu de découverte des fragments. La nature même de ces travaux n’est pas précisée et pourrait correspondre soit à la construction soit à la restauration d’une partie de l’édifice.

Sources archéologiques (fig. 277)

Fig. 277

Fig. 277

Plan de la basilique de Pianabella (Brenk 2001, fig. 11)

© DR

11La basilique (43,30 × 16,20 m) comprend une nef unique se terminant en abside ; elle est précédée d’un narthex s’ouvrant sur un atrium, dans lequel se trouve un puits (Coccia, Paroli 1990, 177). Les murs sont en opus listatum, de briques et blocs de tuf de remploi (plans dans Paroli 1999, fig. 4 ; Brenk 2001, fig. 11). Peu après la construction sont aménagées une pièce dans l’angle nord-est de la nef ainsi qu’une vaste enceinte funéraire, dans l’axe longitudinal, devant et dans l’abside (Coccia, Paroli 1999, 177-179). La zone funéraire, qui contient plus de cent formae (sépultures à inhumation), est manifestement organisée autour d’une tombe particulière, la seule à être disposée horizontalement (par rapport à l’axe longitudinal de l’église). Les autres tombes sont réparties devant celle-ci, superposées en quatre couches, dans vingt-cinq emplacements, mais aussi autour de l’abside et ailleurs dans l’édifice. Il s’agit, selon toute vraisemblance, de la tombe d’un martyr ou de l’espace abritant ses reliques.

12Il apparaît ainsi que la basilique est, dès le début, intensément utilisée à des fins funéraires, avec des typologies de sépultures qui évolueront au fil du temps. La zone la plus prisée est celle qui est proche de la tombe du saint ou du reliquaire. Mais le narthex et l’atrium reçoivent aussi des dépositions. Les formae des mausolées antérieurs, sur lesquels ils se dressent, sont ainsi réutilisées jusqu’aux dernières phases de la basilique (Coccia, Paroli 1990, 179-180).

13Divers réaménagements et restaurations sont attestés au cours du haut moyen âge. Parmi ceux-ci, mentionnons la construction de petits murs longitudinaux fragiles, l’ouverture d’une porte dans la paroi du fond, la réparation d’une partie du mur méridional et peut-être un réaménagement de la zone devant l’abside, qui est pourvue de petits pilastres de tuf, couverts d’enduit peint avec des croix, permettant d’y adosser une clôture dont quelques fragments ont été retrouvés. On peut en outre citer le nouvel enduit appliqué sur la paroi nord et la mosaïque pariétale sur la façade de la basilique, dans le narthex (Paroli 1999, 22).

Mobilier

14Une mensa liturgique ronde, fragmentaire (diam. 1,306 m), dont treize lobes sont conservés, a été retrouvée dans la basilique. Elle est datée de la fin du ive ou du début du ve s. (Chalkia 1991, 172).

15  

Bibliographie

Brenk 2001 : B. Brenk, « La christianisation d’Ostie », in Ostia, 2001, 262-271.

Chalkia 1991 : E. Chalkia, Le mense paleocristiane. Tipologia e funzioni delle mense secondarie nel culto paleocristiano, Città del Vaticano 1991.

Coccia, Paroli 1990 : S. Coccia, L. Paroli, « La basilica di Pianabella di Ostia antica nelle sue relazioni con il paesaggio fra tardo antico ed alto medioevo », in Archeologia laziale, 9, 1990, 177-181.

Nuzzo 1999 : D. Nuzzo, « Le iscrizioni », in L. Paroli éd., La Basilica cristiana di Pianabella, Rome 1999, 33-115 (Scavi di Ostia, 12).

Paroli 1999a : L. Paroli et al., La basilica di Pianabella, Roma 1999 (Scavi di Ostia, 12).

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Table des illustrations

Titre Fig. 8
Légende Carte des lieux de culte juif et chrétiens d’Ostie (d’après Bauer, Heinzelmann 2001, 374, fig. 1)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6766/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 277
Légende Plan de la basilique de Pianabella (Brenk 2001, fig. 11)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6766/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 394k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter