Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Temple de la Place des Corporations (II, VII, 5)

Texte intégral

1Temple situé au milieu de la Place des Corporations, tourné vers le théâtre (Lanciani, 1881, 113-115 ; Vaglieri 1912, 346 ; Paschetto 1912, 369-370 ; Meiggs 1973, 65-66 ; Steuernagel 2004, 76, 199-200 ; Pavolini 2006, 70 ; Pensabene 2007, 198-212 ; Terpstra 2013, 102 ; fig. 4 ; 6, n° 6). Il s’agit très vraisemblablement d’un lieu de culte public, vu son emplacement sur un terrain dont la nature publique est indubitable, comme le prouvent notamment les nombreuses statues qui ont été érigées sur la place locus datus decurionum decreto. L’usage important de marbre pour le pronaos et vraisemblablement, à l’origine, pour le revêtement du podium plaide également en ce sens, tout comme la fistula estampillée au nom de la colonie retrouvée devant l’escalier du temple, qui alimentait en eau les vasques construites de part et d’autre de l’édifice (Lanciani 1881, 114 ; Pensabene 2007, 211 ; van der Meer 2009).

2Plusieurs hypothèses ont été formulées quant à la divinité dédicataire du temple. Certains l’ont attribué à Cérès (Lanciani 1881, 114 ; un fragment de statue de Sabine divinisée, sous les traits de Cérès, retrouvé à proximité ou dans le temple serait à l’origine de cette suggestion, selon Pohl 1978, 214, n. 57). D’autres ont évoqué Vulcain (Pellegrino 1986, 101 ; Coarelli 1994, 42). Plus récemment, Rieger (2001, 253 ; 2004, 243-244) a proposé Pater Tiberinus (voir fiche Ostia. Temple de Pater Tiberinus), sur la base d’arguments fragiles. Pensabene suggère que le temple ait été dédié au culte impérial, en s’appuyant sur les considérations suivantes : d’une part, plusieurs autels et bases de statues dédiés à des flamines de Vespasien et de Titus ont été retrouvés sur la place ; d’autre part, les grands bassins sur les flancs du podium rappellent une typologie présente dans les temples du culte impérial en Espagne (Pensabene 1996, 213 ; 2007, 198-200, 209, suivi par Terpstra 2013, 102, et van der Meer 2009, 214 et passim). Hanson (1959, 95-96) avait déjà attiré l’attention sur le fait que des temples qui prennent place dans la porticus post scaenam d’un théâtre sont consacrés au culte impérial, comme à Leptis Magna et à Cyrène (voir aussi en ce sens van der Meer 2009, 214 ; Gros 2002 I, 292-293). Ajoutons que le podium dressé contre la paroi du fond de la cella aurait facilement pu accueillir deux statues (éventuellement de Vespasien et de Titus).

3Selon Steuernagel (2004, 199-200), le temple avait un lien étroit avec les associations qui avaient leur statio sur la place (voir déjà en ce sens Meiggs 1973, 329). Celles-ci auraient pu contribuer financièrement à la construction et à l’aménagement du temple, participer au culte, voire même y tenir leurs réunions (la présence de banquettes constitue un indice en ce sens). Si l’hypothèse est intéressante, il faut toutefois noter qu’il n’existe pas, à ma connaissance, d’exemple de temple financé par plusieurs associations. En outre, les matériaux mis en œuvre ainsi que la présence d’une fistula au nom de la colonie (voir infra) invitent plutôt à identifier le commanditaire à la colonie, éventuellement avec un appui impérial (Pensabene 2007, 211-212).

Sources épigraphiques

4CIL XIV, 115 ; EDR163545 (Raffaella Marchesini)

5Fragment de corniche angulaire, trouvé à l’intérieur de la cella (23 × 98 × 51,5 cm) (description détaillée et relevé par Pensabene 2007, 206-207). Les proportions de la corniche ne permettent pas de la rattacher à l’entablement externe du temple ; elle pourrait par contre appartenir à l’entablement d’une des niches qui s’ouvraient au centre des murs latéraux de la cella (Pensabene 2007, 207) ou au podium appuyé contre la paroi du fond (Lanciani 1881, 113 ; Paschetto 1912, 369). Inscription sur face avant.

[---c]ultioribus ornamentis restituerunt

« [---] ont restauré avec des ornements plus élégants ».

6Le I étant pleinement lisible, il faut refuser la lecture c]ultoribus de Paschetto (1912, 370) et de Van der Meer (2009, 164-165), ainsi que l’interprétation historique que ce dernier fonde sur cette lecture erronée.

Sources archéologiques (fig. 270, 271)

7Temple sur podium (11,30 × 25,50 m ; haut. 2,20 m), en brique, vraisemblablement prostyle tétrastyle (Pensabene 2007, 200). Les restaurations modernes importantes dont il a fait l’objet, au niveau du podium, de l’escalier, du pronaos, des murs de la cella, ne permettent pas toujours de préciser avec certitude quelle était sa configuration originale. On a ainsi longtemps considéré qu’il s’agissait d’un temple distyle (voir par exemple Paschetto 1912, 369 ; Steuernagel 2004, 76 ; Pavolini 2006, 70) mais, étant donné l’importance des restaurations, Pensabene préfère le reconstituer comme tétrastyle, solution beaucoup plus simple et plus vraisemblable.

Fig. 270

Fig. 270

Plan du temple de la Place des corporations (Top. gen. 1953)

© DR

Fig. 271

Fig. 271

Temple de la Place des corporations

© Françoise Van Haeperen

8Le podium est accessible par un escalier dont la largeur correspond à celle de l’intercolonnement central (3,48 m). Les marches de l’escalier visible actuellement sont le résultat d’une restauration totale, avec plaques de marbre de remploi. Il est entouré de deux dés. D’après les photos prises après la fouille et avant la restauration, la paroi orientale du dé de droite conserve une partie de son revêtement de marbre blanc. Selon Pensabene, on peut en déduire que le podium était, à l’origine, recouvert de marbre. Ce revêtement subit des modifications lors de l’adjonction de diverses structures appuyées contre le podium (les plaques de marbre qui l’ornaient sont alors en grande partie récupérées, vraisemblablement pour ces nouvelles structures ; voir infra).

9Les colonnes du pronaos sont cannelées, leur fût est en marbre pentélique, leur base, en marbre de Luni. Les caractéristiques du marbre des fûts et du chapiteau corinthien suggèrent à Pensabene que ces colonnes aient été réalisées par un atelier actif dans les palais impériaux du Palatin.

10La cella (8,50 × 11,60 m) est pourvue d’une large entrée (5,40 m), d’une niche au centre des côtés latéraux (larg. 1,34 ; prof. 0,34 m) et d’un podium au centre du mur du fond (larg. 3,37 ; prof. 1,19 m). La taille de celui-ci invite à penser qu’il abritait plusieurs statues de culte.

11À l’intérieur du pronaos et de la cella est également visible le ressaut de fondation du mur d’élévation du temple (prof. 43 cm), dressé sur le mur du podium (larg. 155 cm). Selon certains, il s’agirait d’une banquette (Lanciani 1881, 113 ; Paschetto 1912, 369 ; Steuernagel 2004, 76 ; contra Pensabene 2007, 200). Du mur de la cella ne subsistent que les premières assises. Le pavement de celle-ci était formé de plaques de marbre (Lanciani 1881, 113).

12D’après les estampilles sur brique, la construction du temple remonte à l’époque de Domitien (Lanciani 1881, 113 ; Top. gen. 1953, 121, 221).

13Des structures sont adossées, dans une phase ultérieure, aux murs du temple. Pensabene (2002, 202-205, 207-209) en a proposé une étude préliminaire (voir aussi Vaglieri 1912, 346). Quatre avant-corps quadrangulaires en opus caementicium sont construits le long des côtés courts (de leur revêtement de marbre subsistent quelques traces). Une petite vasque quadrangulaire (contenant des traces de mortier hydraulique) dépassant le périmètre du temple, est ajoutée à l’avant-corps du sud-est (et peut-être aussi à celui du sud- ouest). Ces structures qui rythment, en saillies et renfoncements, la façade et l’arrière du temple, pourraient être interprétées comme des aménagements pour des nymphées et pour de grandes bases de statues. Elles remontent à l’époque antonine ou plutôt sévérienne (elles seraient alors contemporaines de la restauration du théâtre). Simultanément ou peu après la construction de ces avant-corps sont appuyées, sur les deux autres côtés du temple, deux grandes structures rectangulaires, qui dépassent le mur du fond du podium et s’adossent aux avant-corps (à l’ouest 22,20 × 7,40 m). Leurs murs semblent avoir été rasés et sont conservés sur une hauteur maximale de 50 cm. En raison de la présence de mortier hydraulique, elles sont interprétées comme des vasques. La vasque occidentale est pourvue d’une abside dans son côté sud. Les trous visibles dans la paroi du podium pourraient être liés à l’adduction d’eau dans les vasques. Plus tard, sept pilastres en opus uittatum ont été adossés, dans la vasque occidentale, au podium.

Bibliographie

  

Coarelli 1994 : F. Coarelli, « Saturnino, Ostia e l’annona. Il controllo e l’organizzazione del commercio del grano tra II e I secolo a.C. », in Le ravitaillement en blé de Rome, Naples-Rome 1994, 35-46.

Gros 2002 : P. Gros, L’architecture romaine : du début du iiie siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire. I. Les monuments publics, Paris 2002.

Hanson 1959 : J.A. Hanson, Roman Theater-Temples, Princeton, 1959.

Lanciani 1881 : R. Lanciani, « Ostia », in NSA, 1881, 109-120.

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Paschetto 1912 : L. Paschetto, Ostia colonia romana, storia e monumenti, Roma 1912.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Pellegrino 1986 : A. Pellegrino, « Il culto di Vulcano ad Ostia. Nuove testimonianze », in Miscellanea greca e romana, 10, 1986, 289-301.

Pensabene 2002 : P. Pensabene, « Committenza edilizia a Ostia tra la fine del I e i primi decenni del III secolo : lo studio dei marmi e della decorazione architettonica come strumento d’indagine », in MEFRA, 114, 2002, 181-324.

Pensabene 2007 : P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

Pohl 1978 : I. Pohl, « Piazzale delle corporazioni, portico ovest : saggi sotto i mosaici », in NSA Suppl., 1978, 165-444.

Rieger 2001 : A.K. Rieger, « Les sanctuaires publics a Ostie de la Republique jusqu'au Haut Empire », in Ostia 2001, 247-261. (réf complète Ostia 2001 dans bibliographie)

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Terpstra 2013 : N. Terpstra, Trading communities in the Roman world. A micro-economic and institutional perspective, Leiden 2013.

Top. gen. 1953 : G. Calza, G. Becatti, I. Gismondi, G. De Angelis d’Ossat, H. Bloch, Topografia Generale, Roma 1953 (Scavi di Ostia, 1).

Vaglieri 1912c : D. Vaglieri, « Ostia – Scavi nella Palestra, nel Piazzale dietro il Teatro e presso il piccolo Mercato. Ricerche varie », in NSA, 1912, 344-351.

van der Meer 2009 : L.B. van der Meer, « The temple on the Piazzale delle Corporazioni in Ostia antica », in BABesch, 84, 2009, 163-170.

Table des illustrations

Titre Fig. 270
Légende Plan du temple de la Place des corporations (Top. gen. 1953)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 271
Légende Temple de la Place des corporations
Crédits © Françoise Van Haeperen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 539k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter