Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Temple situé au-dessus des naualia, attribué aux Dioscures

Texte intégral

1Le temple qui surplombe les naualia et le bassin portuaire, découvert au nord-ouest de la cité à la fin des années 1990, a été identifié comme celui de Castor et Pollux, également attesté par l’épigraphie (fig. 4 ; 6, n° 5 ; 262). Outre les textes littéraires mentionnant ce culte à Ostie, la base imposante de la statue cultuelle constitue un indice fort en ce sens : elle aurait pu supporter un groupe avec des chevaux. À ces arguments solides avancés par les fouilleurs (Heinzelmann, Martin, 2002, 17-18), j’ajouterai que lors des fouilles du début du xixe s. furent retrouvés dans cette zone des fragments, en métal doré, de deux statues plus grandes que nature et d’un cheval (Marini Recchia 1998, 73). Il est tentant de rapporter ces découvertes au temple attribué aux Dioscures.

Fig. 4

Fig. 4

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, d’Auguste à la fin de l’époque flavienne (d’après Tog. gen. 1953, fig. 30)

© DR

Fig. 6

Fig. 6

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s. : 1. Capitole d’époque hadrienne ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple ( ?) de la Place de la Victoire

© DR

Fig. 262

Fig. 262

Plan de la zone où se dresse le temple construit sur les naualia (Martin, Heinzelmann 2002, fig. 13)

© DR

2Les doutes exprimés par certains (Rieger 2004, 217-218 ; Pensabene 2005, 504 ; Boos 2011, 46-47) à propos de l’identification du temple (le culte rendu par les Romains aux Dioscures ne prenait pas place, selon Ammien Marcellin, à Ostie mais à proximité de la cité – apud Ostiam) ont été contestés par Bruun (2012 : l’auteur tardif utilise fréquemment la préposition apud pour signifier in). Le passage tardif du Cosmographe (voir infra) ne peut en outre être utilisé pour une localisation précise du culte.

3La situation du temple attribué aux Dioscures, au bord du Tibre, est conforme à ce que les textes permettaient de supposer. Comme l’ont relevé Heinzelmann et Martin (2002, 1718), « l’identification de ce sanctuaire avec le temple de Castor et Pollux apparaît également logique à cause de la traditionnelle liaison des deux divinités avec la navigation ; la relation étroite du temple avec les navires se manifeste aussi dans son rapport structurel avec les naualia, sa position dominant le bassin du port et son orientation vers l’embouchure du Tibre et vers tout navire arrivant ». C’est donc à une place de choix, très signifiante topographiquement, que les Dioscures étaient honorés à Ostie, en tant que protecteurs de la navigation (fig. 264).

Fig. 264

Fig. 264

Reconstitution des naualia et du temple (Martin, Heinzelmann 2002, fig. 15)

© DR

4De la documentation écrite, il émerge que les Romains célébraient annuellement, le 27 janvier, les Dioscures à Ostie, en tant que protecteurs de la navigation. La date retenue, correspondant à la dédicace par Tibère en 6 de n.è. du temple des Castors sur le Forum, invite à formuler l’hypothèse suivante : les jumeaux étaient alors honorés afin de protéger ceux qui, malgré les risques encourus, prendraient la mer en cette saison pour assurer le ravitaillement de Rome. Les Romains pouvaient aussi leur offrir à Ostie des sacrifices extraordinaires à d’autres moments de l’année, quand le vent empêchait, pendant plusieurs jours, les bateaux d’entrer dans le port, menaçant ainsi l’approvisionnement de Rome (Zevi 2002, 26-29 ; Van Haeperen 2006, 36-41 ; Zevi 2012, 558-559).

Sources littéraires

5Amm. Marc. 19, 10, 4 : Durant l’automne 359, les bateaux chargés du ravitaillement de Rome ne réussissent pas à rentrer dans le port, à cause de tempêtes exceptionnelles. Devant le risque de pénurie de blé, la plèbe de Rome commence à se soulever. Le préfet doit trouver une solution.

Moxque diuini arbitrio numinis, quod auxit ab incunabulis Romam, perpetuamque fore respondit, dum Tertullus apud Ostia in aede sacrificat Castorum, tranquillitas mare molliuit, mutatoque in austrum placidum uento, uelificatione plena portum naues ingressae, frumentis horrea referserunt.

« Et bientôt, par la volonté de la puissance divine qui a fait grandir Rome depuis le berceau et garanti son éternité, tandis que Tertullus offrait à Ostie un sacrifice dans le temple des Castors, une bonace calma la mer, le vent vira en une douce brise du sud, et les navires, pénétrant à pleines voiles dans le port, remplirent de blés les entrepôts » (trad. G. Sabbah, CUF, 1970).

6Cosmographia (Aethicus), in Geographi Latini minores, p. 83 (éd. A. Riese, Heilbronn 1878)

[Tiberis] in duobus ex uno effectus insulam facit inter portum urbis et Ostiam ciuitatem, ubi populus Romanus cum urbis praefecto uel consule Castorum celebrandorum causa egreditur sollemnitate iocunda.

« Le Tibre, là où d’un il se sépare en deux, fait une île entre le port de Rome et la cité d’Ostie, où le peuple romain, avec le préfet de la Ville ou le consul, se rend pour célébrer les Castors, en une festivité annuelle plaisante ».

7Calendrier de Polemius Silvius (Pol. Sil. in CIL I², 257 ; iIt XIII 2, 264), à la date du 27 janvier :

Ludi Castorum Ostiis, quae prima colonia facta est.

« Jeux des Castors à Ostie, qui, la première, fut faite colonie ».

8Gelas. epist. 18 (lettre également connue sous les titres adv. Androm. ou Contre les Lupercales)

Castores uestri certe, a quorum cultu desistere noluistis, cur uobis oportuna maria minime praebuerunt, ut hiemis tempore uenirent huc nauigia cum frumentis et ciuitas inopia minime laboraret ? An diebus sequentibus hoc futurum est aestatis ? A Deo constitutum beneficium est, non Castorum uana persuasio.

« Vos Dioscures eux, au culte desquels vous n’avez pas voulu renoncer, pourquoi ne vous ont-ils pas donné des mers favorables pour que, en plein hiver, arrivent ici les navires chargés de blé, et que la Cité ne souffre pas de disette ? Est-ce dans les jours qui suivront, en été, que cela se produira ? Mais c’est là un bienfait établi de tout temps par Dieu, non le fait inexistant qu’on a persuadé les Dioscures » (trad. G. Pomarès, SC, 1959).

Sources épigraphiques

9CIL XIV, 1 (p. 612) ; ILS 3385 ; CLE 251 ; Ep. lat. 2006, 178, n° 53, 1 ; Ep. lat. 2010, 163, n° 35.1 ; EDR147032 (Raffaella Marchesini)

10Base de marbre retrouvée à Ostie à proximité du Tibre ; perdue. Inscription métrique.

Litoribus uestris quoniam certamin[a] laetum
ex[h]ibuisse iuuat, Castor uenerandeque Pollux,
munere pro tanto faciem certaminis ipsam,
magna Iouis proles, uestra pro sede locaui,
urbanis Catius gaudens me fascibus auctum
Neptunoque patri ludos fecisse Sabinus.

« Puisque, sur vos rivages, il plut que des compétitions aient été données dans l’allégresse, ô Castor et vénéré Pollux, pour ce grand privilège, j’ai placé devant votre siège, ô postérité de Jupiter, la représentation même de la compétition, moi Catius Sabinus content d’avoir reçu les faisceaux urbains et d’avoir fait les jeux pour Neptune le père » (Ep. lat. 2006, 178, n° 53, 1).

11Catius Sabinus (qui a été consul pour la seconde fois en 216 ; PIR² 571) a supervisé, en tant que préteur urbain, les jeux en l’honneur de Neptune, dont il offre une représentation. L’inscription est cependant adressée aux Dioscures et semble avoir été placée dans leur temple.

12AE 1955, 166; Ep. lat. 2010, 164, n° 35.2; EDR074038 (Ilaria Manzini)

13Autel de marbre (65 × 32 × 26,5 cm ; haut. lett. : 2,5 cm), retrouvé sur le decumanus maximus, entre la Via dei Molini et le forum.

Neptuno
Castori
Polluci
L(ucius) Catius
Celer
pr(aetor) urb(anus).

« À Neptune, Castor et Pollux. Lucius Catius Celer, préteur urbain, a fait ».

14Le fils ou le neveu de Catius Sabinus, L. Catius Celer, fait également, à Ostie, une dédicace aux Dioscures et à Neptune, alors qu’il est préteur, vraisemblablement dans le deuxième quart du iiie s. (Ep. lat. 2010, 164-165, avec la bibliographie antérieure).

15CIL XIV, 376 : parmi les multiples évergésies de Publius Lucilius Gamala « junior » (voir fiche Ostia. Aire sacrée des quatre petits temples), actif dans la seconde moitié du iie s., est mentionnée la restauration suivante :

aedem Castroris et Pollucis rest(ituit)

« il a restauré le temple de Castor et Pollux ».

16Paribeni 1939, 97-102 ; Barbieri 1953, 158-169 ; SEG 15, 1958, 620 ; Guarducci 1977, 13-19 ; SEG 27, 1977, 677-678 (fig. 265)

Fig. 265

Fig. 265

Base de statue et inscription des oracles rendus au poète Septimius Nestor (Barbieri 1953, fig.)

© DR

17Petite base de statue (24 × 39 × 11 cm) d’Ostie dont la provenance exacte n’est pas connue.

Ἀγαθῆ[ι] τύχη[ι].
χρησμοὶ Δ[ι]οσκόρων δοθέ[ντες Λ(ουκίωι)]
Σεπτιμίωι Νέστορι Λαρανδ[εῖ ποι]-
ητῆι. <A>
ὠδῆς θεσπ[ι]στήρ, ἀριδείκετε κύδιμε
Νέστορ, ἡμ[ετ]έρην ἦσας γενεὴν ἐρατ[ό]-
φρονι βουλῆι. <B>
Μ̣ο̣υ̣σῶν Μν[η]μοσύνης πηγή, Παιάνιε Νέστορ,
[σῶν ἐπ]έ̣ων ἀ[ρ]ετὴ πλείστους αἰῶνας ὁδεύσει.
<C>
[Πιερίδων ἀ]ροτῆρι καὶ ἡμετέρῳ γενετῆρι
[σῆς ]ς εὐεπίης ἀνάθημα γενέσθω.

« À la bonne Fortune. Oracles des Dioscures donnés à Lucius Septimius Nestor de Laranda, poète. <A> Ô devin de poésie, très illustre glorieux Nestor, tu as chanté notre origine avec une détermination aimante. <B> Ô Nestor Peanios, source des Muses (filles) de Mnémosyne, les mérites de tes chants traverseront de nombreux siècles.
<C> Autour de l’image> Au père des Piérides et notre père, de ta [ ] belle poésie advienne une offrande ».

18Le poète Septimius Nestor retranscrit trois oracles – A, B, C – qui lui ont été donnés par les Dioscures (sur le poète et ses liens avec Ostie, Zevi 2015-2016). À la ligne 9, il est fait allusion à Zeus, père des Muses et des Dioscures. La statuette acéphale du poète, qui surplombait la base, a été retrouvée par Barbieri (1953, 162-164 ; provenance : cardo). Il s’agit, comme l’a suggéré Guarducci (1977, 18), de l’image que les Dioscures lui conseillent d’offrir à Zeus (Barbieri 1953, 165 ; Guarducci 1977, 19 ; Zevi 2015-2016, 152).

19Datation : fin iie-début iiie s.

Sources archéologiques (fig. 263)

Fig. 263

Fig. 263

Plan des naualia et du temple (Martin, Heinzelmann 2002, fig. 14)

© DR

20En 2001, une équipe américano-allemande menée par Heinzelmann a retrouvé au nord-ouest de la ville un bassin fluvial ainsi qu’un complexe d’édifices, constitué de naualia surmontés d’un temple dans lequel a été reconnue l’aedes de Castor et Pollux (Heinzelmann, Martin 2002 ; Pavolini 2006, 131 ; Pensabene 2007, 248-250). De ce temple, situé au centre d’une terrasse qui dominait l’embouchure du Tibre, subsistent les fondations du podium (20 × 10 m), qui est divisé en deux pièces selon l’axe longitudinal, et celles de la base de la statue de culte (3,5 × 3,5 m) ainsi que d’importants éléments monumentaux en marbre de Luni (notamment une base de colonne et une plaque du mur de la cella de 43 cm d’épaisseur – ce mur était donc en marbre massif). La première phase de construction remonte à l’époque tibéro-claudienne, tandis que des traces de restauration, datables de la seconde moitié du iie s., ont été décelées (les données archéologiques s’accordent donc avec l’inscription de Gamala, datable du règne de Marc Aurèle, qui mentionne la réfection du temple de Castor et Pollux et des naualia).

21D’après les éléments architectoniques conservés, notamment une base et un fragment de colonne cannelée, les colonnes étaient hautes d’environ 7 m et le temple de 15 m (Pensabene 2007, 248).

22La richesse des matériaux du temple – paroi de la cella en marbre massif – et l’usage de celui-ci lors de célébrations publiques romaines laissent penser que son financement a dépassé le simple cadre de la colonie. Selon les fouilleurs, il y aurait peut-être eu intervention impériale ; on pourrait penser aussi à une intervention de Rome. Le temple a ensuite été restauré par Gamala iunior, dans la seconde moitié du iie s. (voir supra). Si aucune précision n’est donnée sur la source de financement, on peut cependant relever que, s’il l’avait fait à ses frais, on n’aurait pas manqué de l’indiquer (comme on le fit pour le petit temple de Vénus). Il me semble vraisemblable que Gamala agisse ici en tant que représentant officiel de la colonie, soit en tant que pontife, soit plutôt en tant que magistrat.

Bibliographie

  

Barbieri 1953 : G. Barbieri, « Settimio Nestore », in Athenaeum, 31, 1953, 158-169.

Boos 2011 : M. Boos, heiligtümer römischer Bürgerkolonien. Archäologische Untersuchungen zur sakralen Ausstattung republikanischer coloniae civium Romanorum, Rahden/Westfalen 2011 (Internationale Archäologie, 119).

Bruun 2012 : C. Bruun, « Aedes Castorum, ludi und praedium missale : Drei Bemerkungen zur Topographie von Ostia-Portus und zum ager Ostiensis », in Historia, 61, 2012, 115-126.

Ep. lat. 2006 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigraphie latine, Paris, 2006.

Ep. lat. 2010 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina : Ostia, cento iscrizioni in contesto, Roma 2010.

Guarducci 1977 : M. Guarducci, « Il poeta Lucio Settimio Nestore di Laranda nelle epigrafi di Ostia e di Roma », in Epigraphica, 39, 1977, 13-19.

Heinzelmann, Martin 2002 : M. Heinzelmann, A. Martin, « River port, navalia and harbour temple at Ostia : new results of a DAI-AAR Project », in JRA, 15, 2002, 5-19.

Marini Recchia 1998 : F. Marini Recchia, « La grande escavazione ostiense di Papa Pio VII », in RivIstArch, 53, 1998, 61-110.

Paribeni 1939 : R. Paribeni, « Un’iscrizione di Ostia », in RPAA, 15, 1939, 97-102.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Pensabene 2005 : P. Pensabene, « La ’topografia del sacro’ a Ostia alla luce dei recenti lavori di A.K. Rieger e di D. Steuernagel », in ArchCl, 56, 2005, 497-532.

Pensabene 2007 : P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

Rieger 2004 : A.K. Rieger, Heiligtümer in Ostia, Münich 2004.

Van Haeperen 2006 : F. Van Haeperen, « Interventions de Rome dans les cultes et sanctuaires de son port, Ostie », in M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier éds., Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain, Bruxelles 2006, 31-50.

Zevi 2002a : F. Zevi, « Appunti per una storia di Ostia repubblicana », in MEFRA, 114, 2002, 13-58.

Zevi 2012 : F. Zevi, « Culti ed edifici templari di Ostia repubblicana », in Ostraka, 2012, 537-563.

Zevi 2015-2016 : F. Zevi, « Sui ritratti ostiensi creduti di Plotino », in RPAA, 2015-2016, 137-157.

Table des illustrations

Titre Fig. 4
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, d’Auguste à la fin de l’époque flavienne (d’après Tog. gen. 1953, fig. 30)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 6
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s. : 1. Capitole d’époque hadrienne ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple ( ?) de la Place de la Victoire
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6717/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 262
Légende Plan de la zone où se dresse le temple construit sur les naualia (Martin, Heinzelmann 2002, fig. 13)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6717/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 264
Légende Reconstitution des naualia et du temple (Martin, Heinzelmann 2002, fig. 15)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6717/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 265
Légende Base de statue et inscription des oracles rendus au poète Septimius Nestor (Barbieri 1953, fig.)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6717/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 263
Légende Plan des naualia et du temple (Martin, Heinzelmann 2002, fig. 14)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6717/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter