Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Temple de Vulcain

Texte intégral

1Vulcain est la divinité principale d’Ostie, comme le montrent le titre du prêtre le plus important de la cité, pontifex Volkani et aedium sacrarum (voir introduction), et le fait qu’il ait été invoqué comme deus patrius (CIL XIV, 3).

2Trois inscriptions attestent qu’un temple lui a été dédié et a fait l’objet de restaurations (Steuernagel 2004, 71, 77, 91, 162-163 ; Pensabene 2007, 222, 224-225 ; Zevi 2012, 559-563 ; Zevi 2018, 239-245). Dès lors, les tentatives d’attribution ont été nombreuses (pour une présentation de celles-ci, Zevi 2012, 559-562 et Van Haeperen 2017b, 261-262 et n. 22). Le temple de Vulcain aurait correspondu :

  • au Capitole (voir fiche Ostia. Capitole de l’époque d’Hadrien), selon une hypothèse dominante au xixe s. : le temple le plus imposant de la cité se devait d’accueillir sa divinité principale ;

  • au petit temple républicain à l’est du castrum (voir fiche Ostia. Petit temple républicain ; Wilson 1935, 56, n. 4 ; Pensabene 2007, 118, 122-123) ;

  • au forum de Porta Marina (voir fiche Ostia. Temple du « forum » de Porta Marina ; Pellegrino 1986, 300-301 ; Coarelli 1994, 42 ; Pensabene 2007, 224-225 ; voir aussi les réflexions critiques de Steuernagel 2004, 91 et Pavolini 2006, 186) ;

  • au temple de la Place des Corporations (voir fiche), en raison de sa proximité avec le théâtre où ont été retrouvés des fragments de l’inscription CIL XIV, 4724 (Pellegrino 1986, 301 ; Zevi [voir infra] a réfuté l’argument dans la mesure où il s’agissait de marbres de remploi faisant sans doute partie d’une boutique de marbrier tardif) ;

  • à la curie (et déjà au petit temple républicain [voir fiche Ostia. Temple occidental tardo-républicain du forum] qui l’avait précédée ; Rieger 2004, 219 ; arguments rejetés par Steuernagel 2004, 162 ; Van Haeperen 2005, 240-241 ; Zevi 2012, 540) ;

  • au grand temple d’Hercule de l’aire sacrée républicaine (voir fiche Ostia. Aire sacrée de la Via della Foce ; Boin 2010 ; arguments rejetés par Boos 2012, 152-153 ; Zevi 2012, 549 ; Van Haeperen 2017b, 262) ;

  • au temple de l’autel rond de l’aire sacrée républicaine (voir fiche Ostia. Aire sacrée de la Via della Foce ; Zevi 2012, 560-562).

3Les difficultés d’accorder les données fournies par les trois inscriptions évoquant le temple de Vulcain expliquent pourquoi certains savants ont supposé qu’un deuxième temple avait été dédié à la divinité (Meiggs 1973, 343 ; Pellegrino 1986, 300-301 ; Coarelli 1994, 42 ; Pensabene 2007, 222, 224-225). Le réexamen récent du dossier épigraphique, et plus particulièrement de CIL XIV, 4724, par Zevi (2018) permet de jeter un nouvel éclairage sur la question.

4La première inscription, posée en l’honneur de Gamala senior, rappelle, parmi les évergésies du magistrat, la restauration du temple de Vulcain (contemporain de Pompée et de César, il aurait encore vécu à l’époque de la guerre navale contre Sextus Pompée ; Ep. lat. 2010, 103). La construction du temple est donc très vraisemblablement antérieure au milieu du ier s. av. n.è. Une autre mention, présente dans les Fasti Ostienses, rappelle la restauration du temple, détérioré par les ans, en 112. Enfin, une troisième inscription, correspondant à l’épistyle d’un temple, d’environ 6 m de largeur, évoque différentes actions en trois lignes, dont manque chaque fois la première partie : la construction du temple ex senatus consulto ; la construction de son pronaos par les duovirs, dont seul est conservé le cognomen du second, Proculus ; la décision de l’orner de marbres, à frais publics, précédée, d’après les infimes fragments récemment rattachés à l’inscription, d’une mention du « temple détérioré » ([aed]e co[rrupta]). Aucun des duovirs de l’année 112 ne portant le cognomen Proculus, la construction du pronaos ne peut correspondre aux travaux de restauration mentionnés dans les Fastes (d’où l’hypothèse émise par certains que cette inscription se rapporte à un deuxième temple de Vulcain). Si on admet l’hypothèse d’un écart chronologique entre les travaux mentionnés à la ligne 2 et ceux de la ligne 3, il est en revanche possible, voire vraisemblable, que la troisième ligne de l’épistyle corresponde aux travaux mentionnés dans les Fastes (voir infra). Autrement dit, l’épistyle correspondrait à une inscription « historico-commémorative », rappelant non seulement la construction du bâtiment mais aussi les interventions dont il fit l’objet par la suite. Si tel est le cas, resteraient à préciser l’époque du sénatus-consulte – peut-être le iie s. av. n.è. (Zevi 2012, 562) et celle de la construction du pronaos par un duovir portant le cognomen Proculus. Plusieurs duouiri portant ce cognomen sont attestés dans les Fastes d’Ostie (mais aucun avec une itération de magistrature). Les Fastes ne sont toutefois pas complets. Le Proculus qui nous intéresse pourrait trouver place dans les lacunes entre 96 et 104 (voir infra). Mais on ne peut exclure que cette intervention soit plus ancienne.

5L’étude de Zevi (2018) apporte aussi des données importantes sur les dimensions du temple : l’épistyle d’environ 6 m ne peut se rapporter qu’à un édifice de taille modeste, tels le temple de l’autel rond ou le petit temple républicain à l’est du castrum. Zevi (2012, 559-562) penche pour la première solution ; je serais plutôt favorable à la seconde, pour les raisons exposées dans la fiche relative à cet édifice (Ostia. Petit temple républicain), que je reprends ici :

  • la position de l’édifice en dehors des murs du castrum (et donc du pomerium ; d’après Vitruve [De architectura, 1, 7], les temples de ce dieu devaient se trouver hors les murs) ;

  • le fait que le temple de Vulcain ait été construit ex senatus consulto : or, le terrain où se dresse le temple républicain fait partie d’une vaste aire délimitée par le préteur romain Caninius, ex senatus sententia, comme publique (voir introduction) ;

  • le fait que la datation des restaurations peut s’accorder avec les données épigraphiques disponibles sur le temple de Vulcain.

6Le temple actuellement visible n’est cependant pas antérieur au début du ier s. av. n.è. Or, une restauration ou reconstruction du temple de Vulcain est mentionnée parmi les évergésies de Gamala. Si l’identification suggérée ici est exacte, il faudrait dès lors supposer que le temple actuellement visible prend la place de structures plus anciennes (que les fouilles, n’ayant guère touché les niveaux les plus bas, n’ont toutefois pas permis de mettre en évidence).

7Mentionnons enfin qu’une frise fragmentaire (long. totale estimée à 4,50 m) représentant le mythe d’Héphaïstos pourrait provenir du temple de Vulcain (Zevi, Micheli 2012). Celle-ci est composée de quatre blocs de marbre. Deux d’entre eux ont été trouvés au xviiie s. vraisemblablement lors des « fouilles » de Gavin Hamilton, et sont conservés aux Musées de Berlin. Les deux autres ont été retrouvés à Ostie, remployés dans les thermes du forum et dans les thermes byzantins. Elle semble datable du milieu du iie s. (Pensabene 2007, 121, rattachant la frise au petit temple républicain, à l’est du castrum ; Zevi, Micheli 2012, 52-54, identifiant le temple à celui de l’autel rond, dans l’aire sacrée républicaine de la Via della Foce).

Sources épigraphiques

8CIL XIV, 375 (pour le texte complet, voir fiche Ostia. Aire sacrée des quatre petits temples ; fig. 51).

Fig. 51

Fig. 51

CIL XIV, 375

© DR

9Parmi les nombreuses évergésies de Gamala senior, notable d’Ostie dont la carrière est désormais datée entre 70 et 35 av. n.è., figure la construction de plusieurs temples (voir fiche Ostia. Aire sacrée des quatre petits temples) et la restauration du temple de Vulcain (Zevi 1973 ; Zevi 2004 ; Zevi 2012 [et sur le temple de Vulcain, 559-562]).

(…) [i]dem aedem Volcani sua pecu/nia restituit / [i]dem aedem Veneris sua pecu/nia constituit /
[id]em aed(em) Fortunae sua pec/unia constituit / [id]em aed(em) Cereris sua pecunia / constituit / [id]em
pondera ad macellum / cum M(arco) Turranio sua pecu/nia fecit / [idem] aedem Spei sua pecunia /
[cons]tituit / [id]em tribunal(em) in foro mar/moreum fecit / (…)

« il restaura à ses frais le temple de Vulcain, fit construire à ses frais le temple de Vénus, fit construire à ses frais le temple de la Fortune, fit construire à ses frais le temple de Cérès. Lui-même à ses frais avec Marcus Turranius fit faire les poids destinés au marché, à ses frais il construisit le temple de Spes, il fit faire en marbre le tribunal sur le forum » (trad. Ep. lat. 2006, 95).

10CIL XIV, 4724 ; AE 1986, 115 ; EDR080025 (Raffaella Marchesini) ; Zevi 2018, 239-245 (part. 240 et 245), dont je suis ici les restitutions

11Épistyle de marbre, en fragments partiellement jointifs, trouvés, au moins pour certains d’entre eux, près du théâtre (où des morceaux de marbre provenant de toute la cité ont été retravaillés dans des boutiques installées à l’époque tardive). L’épistyle devait comprendre à l’origine trois plaques accolées (Zevi 2018, 239). Seule la partie droite de l’inscription est conservée. La plaque de droite mesurait environ 1,80 m ; la plaque centrale est conservée au-delà de 1,20 m. D’infimes fragments de la plaque de gauche ont été récemment repérés (voir infra). La longueur totale de l’épistyle devait dépasser 6 m (Zevi 2018, 239) ; la hauteur de la plaque est de 42 cm (épaisseur : 6,5 à 5 cm ; haut. lettres : 8-6,2 cm). L’épistyle devait être appliqué sur l’architrave ou la frise d’un temple.

[---ae]dem Vo[l]cano ex s(enatus) c(onsulto) faciund(am) c[ur]au[erunt]
[--- Proc]ulus [IIu]ir(i) (iterum) pronauo[m] fec[e]ru[nt]
[---] marm[oribus] exornan[d(um/am) pec(unia pu]b(lica) c[e]nsue[runt].

« [---] a/ont veillé à ce que soit fait le temple de Vulcain, à la suite du sénatus-consulte. [---et ---] Proculus, duovirs pour la deuxième fois, ont fait le pronaos et [---] ont décidé que [---] devait être décoré de marbres, à frais publics ».

12En appendice de son article, Zevi (2018, 245) précise que deux autres fragments de l’inscription ont été repérés par Filippo Marini. Le premier conserve deux lettres de la première ligne : il s’agit de la fin d’un des deux noms des magistrats ayant supervisé la construction du temple : [---]us + [---] / [---] + [---]. Le + de la ligne 1 correspond à une lettre avec barre verticale ; à la l. 2, à un O, un C ou un Q. Le second fragment appartient à la ligne 3 de la même plaque : [---]e co[---]. Marini, suivi par Zevi, a proposé de suppléer [uetustat]e co[rrupta ou rruptam], formule qui revient au moins à deux reprises dans les Fasti Ostienses, en 104 et en 112, précisément à propos du temple de Vulcain (voir infra).

13Le sénatus-consulte de la première ligne doit se référer à une décision du Sénat de Rome, le conseil des décurions d’Ostie n’étant jamais qualifié de Sénat. En outre, des interventions du Sénat romain dans la colonie sont documentées par ailleurs (Zevi 2018, 241). Zevi en déduit que la première d’une part, les deuxième et troisième lignes d’autre part, se réfèrent à des actions différentes. Ce texte ne se rapporterait pas à un deuxième temple de Vulcain, qui, plus récent que celui restauré par Gamala, aurait été sanctionné par le Sénat romain (thèse soutenue par Meiggs 1973, 343 et Pellegrino 1986, 300-310 ; voir aussi en ce sens Steuernagel 2004, 122-123 et Pensabene 2007, 122). Il s’agirait ici d’une inscription « historico- commémorative » (Zevi 2018, 242) : la mention de l’action effectuée le plus récemment est précédée de celle qui rappelle la construction originelle (comme dans le cas de l’inscription de la muraille d’Ostie). Dans notre cas, la construction a été décidée par le Sénat romain et mise en œuvre par des magistrats soit romains soit d’Ostie (on rappellera qu’à l’époque républicaine les interventions romaines sont perceptibles dans l’aire sacrée de la Via della Foce ; voir fiche). Après le rappel de la fondation suit le texte relatif aux modifications apportées plus tard à l’édifice, par les duovirs : la création d’un pronaos et la décoration en marbre de tout ou partie du temple (Zevi 2018, 243). Ces deux dernières actions ne sont pas nécessairement contemporaines, comme l’indiquent les verbes différents et le fait que l’ample espace manquant avant la ligne 3 aurait pu comprendre le nom d’autres magistrats de la cité ou exprimer une volonté des décurions voire de l’ordo et du peuple (ce qui convient mieux avec le verbe censurent ; Zevi 2018, 244). Les lignes 2 et 3 peuvent ainsi rappeler des transformations qui ont eu lieu à plusieurs années (voire décennies) de distance, même si toutes deux visent à transformer les structures vieillies du temple.

14L’inscription ici examinée devait être posée sur la façade du temple de Vulcain. Les dimensions qu’on peut restituer offrent ainsi de précieuses indications quant aux dimensions de l’édifice : environ 6 m de largeur, pour une hauteur de 8 m environ (Zevi 2018, 241-242). Le lieu de culte était en outre doté d’un pronaos. Seuls deux temples correspondent à ces caractéristiques : celui de l’autel rond et le petit temple républicain (voir supra).

15Fasti Ostienses, année 112 (Bargagli, Grosso 1997, 108) ; Zevi 2018, 244

XI kal(endas) Sept(embres) aedis Volkani uetustate corrupta [restituta or – ou marmoribus or]nato opere
dedicata est.

« Le onzième jour avant les kalendes de septembre, le temple de Vulcain, détérioré par les ans, a été refait et dédié, l’œuvre ayant été ornée » ou « le temple de Vulcain, détérioré par les ans, a été dédié, l’œuvre ayant été ornée de marbres ».

16Pour la restitution [marmoribus or]nato opere, voir Zevi 2018, 244.

17La dédicace a lieu le 22 août, soit la veille des Volcanalia.

Bibliographie

  

Boin 2010a : D. Boin, « A Hall for Hercules at Ostia and a Farewell to the Late Antique ’Pagan Revival’« , in AJA, 114, 2010a, 253-266.

Boin 2010b : D. Boin, « A Campaign for Pious Tourism in Late Antique Ostia : Epitaphs for Bishop Cyriacus and Monica, Mother of Augustine », in JRS, 100, 2010b, 195-209.

Boos 2012 : M. Boos, « Hercules und die ’area sacra dei templi repubblicani’« , in H. Svenshon, M. Boos, Fr. Lang, éds., Ostia, in Werkraum Antike. Beiträge zur Archäologie und antiken Baugeschichte, Darmstadt 2012, 149-166.

Coarelli 1994 : F. Coarelli, « Saturnino, Ostia e l’annona. Il controllo e l’organizzazione del commercio del grano tra II e I secolo a.C. », in Le ravitaillement en blé de Rome, Naples-Rome 1994, 35-46.

Ep. lat. 2010 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina : Ostia, cento iscrizioni in contesto, Roma 2010.

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Pellegrino 1986 : A. Pellegrino, « Il culto di Vulcano ad Ostia. Nuove testimonianze », in Miscellanea greca e romana, 10, 1986, 289-301.

Pensabene 2007 : P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

Rieger 2004 : A.K. Rieger, Heiligtümer in Ostia, Münich 2004.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Van Haeperen 2017b : F. Van Haeperen, « Installation des cultes et sanctuaires publics d’Ostie, port de Rome (4e s. av. n.è.-3e s. ap.) », in S. Agusta-Boularot, S. Huber, W. Van Andringa éds., Quand naissent les dieux : fondation des sanctuaires antiques : Motivations, agents, lieux, Rome 2017, 259-275 (Coll. EFR, 534).

Wilson 1935 : H. Wilson, « Studies in the Social and Economic History of Ostia 1 », in PBSR, 13, 1935, 41-68.

Zevi 1973 : F. Zevi, « Lucilio Gamala Senior e i ’Quattro Tempietti’ di Ostia », in MEFRA, 85, 1973, 555-581.

Zevi 2004a : F. Zevi, « Cicero and Ostia », in Ostia, Cicero, Gamala, 2004, 15-31.

Zevi 2004b : F. Zevi, « Lucilio Gamala senior : un riepilogo trent’anni dopo », in Ostia, Cicero, Gamala, 2004, 47-67.

Zevi 2004c : F. Zevi, « Ancora su T. Statilius Taurianus e il Serapeo di Ostia », in Epigraphica, 66, 2004, 95-108.

Zevi 2012 : F. Zevi, « Culti ed edifici templari di Ostia repubblicana », in Ostraka, 2012, 537-563.

Zevi, Micheli 2012 : F. Zevi, M.E. Micheli, « Un fregio tra Ostia e Berlino : problemi di iconografia e di topografia ostiense », in Mare Internum 4, 2012, 41-57.

Table des illustrations

Titre Fig. 51
Légende CIL XIV, 375
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6669/img-1.jpg
Fichier image/, 535k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter