Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Temple de Sérapis (III, XVII, 4)

Texte intégral

1Le temple de Sérapis, exhumé en 1939, se situe au nord-ouest de la ville, dans une zone trapézoïdale comprise entre des horrea à l’ouest, la Via della Foce au nord et la Via degli Aurighi au sud. Il fait partie d’un vaste ensemble édilitaire, ordonné autour d’un axe central, la Via del Serapide, qui a été édifié entre 124 et 127 (fig. 6, n° 9 ; fig. 183). L’identification du temple est assurée par les inscriptions retrouvées dans la cour à portique qui le précède (voir infra). Le sanctuaire a fait l’objet d’une monographie (Mar 2001) et de plusieurs études ou notices (Bloch 1959 ; Floriani Squarciapino 1962, 19-24 ; Mar 1992 ; Bollmann 1998, 309-317 ; Egelhaaf-Gaiser 2000, 199-218 ; Zevi 2001 ; Alvar et al. 2002 ; Zevi 2003 ; Steuernagel 2004, 92-94, 114, 212 ; Zevi 2004c ; Pavolini 2006, 132-135 ; Pensabene 2007, 334-339).

Fig. 6

Fig. 6

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s. : 1. Capitole d’époque hadrienne ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire

© DR

Fig. 183

Fig. 183

Plan du vaste complexe édilitaire dans lequel s’insère l’édifice où prend place le mithraeum de la Planta Pedis (Mar 2001, 35, fig. 2)

© DR

2La mention de la dédicace du temple dans les Fastes d’Ostie (voir infra) indique son caractère public (les dédicaces de temples privés, tels ceux des collèges, n’y figurent pas ; voir Alvar et al. 2002, 108-110). Qu’il ait été financé par un particulier, Caltilius P[---], ne pose pas de problème : il était fréquent qu’un édifice public soit payé par un particulier. Ce Caltilius fait partie d’une riche famille ostienne, d’origine affranchie, dont un autre membre au moins était liée aux cultes isiaques, Caltilia Diodora Bubastiaca (Zevi 2001, 171-177 ; Zevi 2003 ; voir fiche Ostia. Temple d’Isis Ostiensis). Le Serapeum a été dédié le 24 janvier 127, jour anniversaire de l’empereur Hadrien, qui avait été, l’année précédente, duouir d’Ostie. Sa construction pourrait également être mise en rapport avec le transfert à Portus de la flotte d’Alexandrie chargée du blé égyptien (Zevi 2001, 176). Il faut toutefois relever qu’aucun Égyptien ou Alexandrin ne semble figurer parmi les dévots du Serapeum attesté par l’épigraphie (Steuernagel 2007, 132).

3La question des limites du sanctuaire de Sérapis n’est pas simple. Elle a fait l’objet de différentes hypothèses, les unes pouvant être qualifiées de minimalistes, d’autres de maximalistes, d’autres enfin d’intermédiaires. On pourrait considérer que le sanctuaire se limite au temple et à sa cour. Pour Mar (2001, passim ; voir déjà, prudemment en ce sens, Floriani Squarciapino 1962, 21), l’espace du sanctuaire correspond à l’ensemble de la parcelle érigée durant les années 120 (fig. 183) : outre le temple, celle-ci comprend des tabernae surmontées d’appartements, le Caseggiato di Bacco e Arianna, la domus del Serapeo, des thermes et un petit entrepôt, dans lequel s’insère, entre le milieu du iie et le début du iiie s., le mithraeum de la Planta Pedis (voir fiche). L’archéologue justifie sa proposition de la manière suivante. D’une part, on observe une unité de construction entre les diverses composantes de la parcelle (remarquons toutefois que ce constat indéniable ne signifie pas pour autant que tout le complexe ait été affecté au sanctuaire : voir Alvar et al. 2002, 104). D’autre part, le droit romain impose de considérer que l’ensemble appartient à un seul propriétaire (Mar 2001, 88 ; cette affirmation est toutefois contestable : voir Alvar et al. 2002, 104). Dès lors, Mar considère que le propriétaire du sanctuaire est le dieu, dont la propriété est gérée par les fidèles de Sérapis réunis en collège. Cette dernière suggestion pose également problème : aucun collège de Sérapis n’est attesté à Ostie (voir en ce sens Zevi 2001, 194-195) ; en outre, aucun autre collège d’Ostie ne semble avoir été propriétaire d’un espace aussi ample.

4Pour décrire l’organisation des espaces du sanctuaire (voir infra), je partirai de l’hypothèse intermédiaire (Meiggs 1973, 367-368 ; Floriani Squarciapino 1962, 19-21 ; Bollmann 1998, 309-317 ; Alvar et al. 2002) : la zone du sanctuaire est articulée autour de trois cours, communiquant entre elles (fig. 183 ; 247).

Fig. 183

Fig. 183

Plan du vaste complexe édilitaire dans lequel s’insère l’édifice où prend place le mithraeum de la Planta Pedis (Mar 2001, 35, fig. 2)

© DR

Fig. 247

Fig. 247

Vue axonométrique du temple et des édifices voisins (Mar 2001, 54, fig. 18)

© DR

5Le temple se dresse au fond de la cour centrale, sur laquelle s’ouvrent les deux autres cours qui donnent accès à de grandes salles de banquet (au nord le Caseggiato di Bacco e Arianna ; au sud la domus del Serapeo). Ces espaces sont également reliés entre eux par un corridor. Mar y voit un corridor de service ; d’autres (Alvar et al. 2002, 107) insistent sur le fait que le corridor sépare les horrea de la zone trapézoïdale et qu’il répond à une obligation de laisser un espace libre entre un entrepôt et les constructions environnantes, pour d’évidentes raisons de sécurité.

6Le petit temple prostyle tétrastyle se dresse sur un podium au fond d’une petite cour à portique. L’autel se trouve dans l’axe du temple. Si la typologie générale de l’implantation correspond à celle des temples des collèges à Ostie, quelques éléments s’en différencient cependant (Floriani Squarciapino 1962, 21 ; Bollmann 1998, 315-316 ; Alvar et al. 2002, 114-116 ; Pensabene 2007, 338 ; Steuernagel 2007, 131). La mosaïque de la cour est couverte de motifs à thème nilotique. Le pronaos se distingue par ses dimensions, comme dans d’autres temples dédiés aux divinités égyptiennes : il est ainsi interprété comme une plateforme destinée aux usages rituels quotidiens (Mar 2001, 341) ; au fond de la cella se dresse une large base pour la statue de culte, dont la partie inférieure, creusée, sert vraisemblablement d’armoire. La base fut agrandie à plusieurs reprises et on y ajouta un petit escalier. Ces réaménagements ont été mis en rapport avec le culte et avec la manipulation quotidienne de la statue. Remarquons que manque, du moins dans la cour du temple, un des éléments typiques des sanctuaires de divinités égyptiennes, un grand bassin avec de l’eau courante, mais une fontaine sera ajoutée dans la cour de l’édifice au nord du temple.

7Quant aux espaces situés au nord et au sud du temple, le Caseggiato di Bacco e Arianna et la domus del Serapeo, ils sont unis à la cour du temple par un système de portes d’une part, par un corridor de service d’autre part. Le système des portes constitue un axe de symétrie visuel du projet architectural initial. La salle centrale du Caseggiato di Bacco e Arianna, tout comme celle de la domus del Serapeo se situent dans cet axe de symétrie. Ces pièces servaient vraisemblablement de salles de banquet, comme on peut le supposer à partir de la disposition des mosaïques recouvrant leur sol (celles-ci étant agencées en fonction des triclinia) du moins pour la dernière (la salle centrale du Caseggiato di Bacco e Arianna correspondrait plutôt à un oecus maior, selon Alvar et al. 2002, 105). La cour au nord du temple est largement ouverte sur la rue, tandis que les espaces au sud du temple ne sont pas visibles de la rue. Outre la salle de banquet, on y trouve des pièces annexes, dont le sol est revêtu de mosaïque ; il est difficile de préciser leur fonction : lieu d’habitation des prêtres (Floriani Squarciapino 1962, 21) ou siège de collège (Becatti 1961, 143) sont les hypothèses généralement proposées. La porte faisant communiquer la cour du sud avec le temple sera obstruée au iiie ou au ive s. par une fontaine : ces espaces sont alors vraisemblablement transformés en domus.

8Au nord du temple, l’axe visuel est rompu dès l’époque antonine avec la construction d’une exèdre ouverte sur la cour du lieu de culte et qui empiète d’autre part sur la cour du nord (cet élément constitue un indice supplémentaire en faveur de l’hypothèse selon laquelle l’espace au nord du temple faisait partie du sanctuaire : il indique en effet qu’il s’agissait d’une même propriété). Le nombre et la taille des salles de banquet impressionnent ; ils ont été mis en rapport avec l’importance que revêtent les banquets dans le culte d’Isis et Sérapis. À la suite Bollmann (1998, 315-317) et de Egelhaaf-Gaiser (2000, 199-218 ; 2002), on peut distinguer les salles de banquet du nord et celle au sud ; tandis que celles du nord sont largement ouvertes, celle du sud est fermée. Cette opposition correspondrait à la scission spatiale de la communauté : l’utilisation de l’édifice au sud aurait été réservée au collège du culte, qui y aurait banqueté à l’abri du regard des passants. Les simples fidèles auraient, quant à eux, banqueté dans les salles au nord, bien plus ouvertes sur l’extérieur. La distinction entre ces deux types d’espaces semble très stimulante. Toutefois, rappelons-le, aucun collège de Sérapis n’est attesté comme tel à Ostie (ville qui a pourtant livré un grand nombre d’inscriptions liées aux cultes égyptiens). Il serait sans doute plus prudent d’évoquer un accès restreint à certains fidèles (les initiés ?).

9Les questions de propriété évoquées par Mar pourraient être envisagées sous un autre angle. L’ensemble de la zone trapézoïdale, dont le caractère unitaire est incontestable, aurait été édifié sous l’égide de la cité et non pas d’un collège (ce qui n’empêche pas que le temple même ait été financé par un particulier). L’espace consacré était devenu sacré, propriété du dieu ; le reste de la zone aurait dès lors constitué des loca publica : certains de ceux-ci auraient été affectés par la cité au fonctionnement du sanctuaire, notamment les salles nécessaires aux banquets (mais ils restaient propriété de la cité). Ce fonctionnement quotidien a pu être confié par la cité à une association cultuelle (voir dans le même sens Bollmann 1998, 315 ; Alvar et al. 2002, 108-112). Les niveaux supérieurs du Caseggiato di Bacco e Arianna auraient pu être loués par la cité ou l’association à des particuliers. Quant aux thermes et au petit entrepôt, ils auraient également appartenu à la cité mais leur gestion aurait pu être confiée à des particuliers. Par la suite, certains de ces espaces auraient pu être vendus par la cité.

10Les modifications apportées au temple au fil des décennies ont été mises en rapport avec les aménagements et offrandes évoqués dans les inscriptions découvertes dans et à proximité du Serapeum (Mar 2001, 98-100, 109-112, 117-118, 132-135, 345-350 ; Zevi 2001 ; 2003 ; 2004c ; Pensabene 2007, 335-336). Si la construction du temple est due à un Caltilius, ce sont ensuite des membres de la famille des Statilii qui sont responsables de la construction et de l’embellissement d’une exèdre au nord du portique, entre les années 150 et 170 selon Zevi (2001, 177-180). À la fin du iie ou au début du iiie s., ce sont des membres de la famille des Vmbilii qui sont honorés ou actifs dans le sanctuaire et dans le mithraeum voisin de la Planta Pedis (voir fiche).

Sources épigraphiques

11InscrIt XIII, 1, 5, 26 ; Bargagli, Grosso 1997, 43 ; Zevi 2001, 171-172 ; RICIS 2, 503/1102 ; Ep. lat. 2006, 161, n° 44.1 ; Ep. lat. 2010, 181, n° 45.1 ; EDR121657 (Elisa Mizzoni)

12Fragment des Fastes d’Ostie, de l’année 127.

VIIII k(alendas) Febr(uarias) templum Sarapi, quod [-] Caltilius P[---]
sua pecunia exstruxit, dedicatum [es]t.

« Le neuvième jour avant les kalendes de février (c’est-à-dire le 24 janvier), le temple de Sérapis que, avec son argent, [-] Caltilius P[-] a fait bâtir, a été dédié » (trad. Ep. lat. 2006).

13AE 1956, 76 ; Zevi 2001, 188, n° 6 (avec la bibliographie antérieure) ; RICIS 2, 503/1103 (pl. 93) (fig. 243)

Fig. 243

Fig. 243

Tympan triangulaire avec inscription à Jupiter Sérapis

© Françoise Van Haeperen

14Tympan triangulaire de marbre (haut. 149 ; larg. 230 cm), en deux morceaux, presque complet, trouvé en 1953 lors de la restauration du pavement du portique de droite du Serapeum, où il avait été réutilisé lors d’une réfection tardive. Ses dimensions semblent exclure son appartenance au fronton du temple (larg. de l’entrée 320 cm) : on suppose donc généralement qu’il se rapportait au prothyron externe de la cour du temple (Floriani Squarciapino 1962, 21 ; Zevi 2001, 188, n° 6).

Ioui Serapi

« À Jupiter Sérapis ».

15Le RICIS date cette inscription de l’époque de la dédicace du temple, en 127. La paléographie (Bollmann 1998, 311) et l’histoire de l’édifice (Zevi 2001, 187) invitent plutôt à la situer à l’époque sévérienne, durant laquelle le Serapeum connaît une importante phase de monumentalisation (voir infra).

16SIRIS 533a ; Zevi 2001, 181, n° 1 ; AE 2004, 365 ; RICIS 2, 503/1104 (pl. 93) ; EDR031459 (Raffaella Marchesini)

17Petite architrave de marbre blanc, en deux morceaux (15,3 × 123,7 × 17,5 cm), mis au jour dans le Serapeum en 1939. Selon Zevi (2001, 181), l’architrave se rapporte à la petite construction qui s’élevait dans l’exèdre ouverte sur le portique nord de la cour du temple (construite à l’époque antonine, en obstruant largement l’ouverture qui faisait communiquer la zone du temple avec le Caseggiato di Bacco e Arianna ; voir infra ; fig. 183 ; 247). Cette petite construction, qui, selon l’inscription, contenait une statue, forme une petite chapelle : c’est cette dernière que T. Statilius Optatio a construite ou complétée en y ajoutant des colonnettes et un petit fronton.

T(itus) Statilius Optatio statuam columellis
et aetomate ornauit.

« Titus Statilius Optatio a orné la statue de colonnettes et d’un fronton » (trad. RICIS).

18Datation : 150-170, moment où les Statilii sont actifs dans le sanctuaire (voir infra).

Fig. 183

Fig. 183

Plan du vaste complexe édilitaire dans lequel s’insère l’édifice où prend place le mithraeum de la Planta Pedis (Mar 2001, 35, fig. 2)

© DR

Fig. 247

Fig. 247

Vue axonométrique du temple et des édifices voisins (Mar 2001, 54, fig. 18)

© DR

19SIRIS 533b ; Zevi 2001, 187, n° 5 ; RICIS 2, 503/1105 (pl. 94)

20Plaque de marbre blanc, brisée en plusieurs fragments (14,6 × 37 × 1,4/1,8/0,9), retrouvés en 1954 en remploi dans le pavement du portique de la cour devant le temple.

Ioui Serapi

T(itus) Statilius Florus
d(onum) d(edit).

« À Jupiter Sérapis, Titus Statilius Florus a offert (ceci) comme don » (trad. RICIS).

21Les interventions des Statilii dans le Serapeum remontent, selon Zevi (2001, 180 ; 2004c, 96-97), aux années 150-170, correspondant donc à la phase antonine du sanctuaire mise en lumière par Mar.

22SIRIS 533c ; AE 1971, 63 ; AE 1988, 216 ; Zevi 2001, 181-185, n° 2 ; RICIS 2, 503/1106 ; AE 2004, 366 ; EDR075096 (Raffaella Marchesini)

23Plaque de marbre mutilée (long. estimée 4,55 m, d’après la restitution ci-dessous), recomposée par Zevi à partir de 17 fragments retrouvés entre 1914 et 1939, principalement dans et à proximité immédiate du Serapeum. L’inscription, monumentale, correspondrait à une architrave placée sur la colonnade du portique nord devant l’entrée de l’exèdre qui s’y ouvrait.

24Le texte proposé ci-dessous est celui de AE 2004, 366 (= Zevi 2004, 102-105).

Io[ui Se]rapi e[t Isidi Reginae Statilii ?] Atimet[us et] Epa[p]hrodit[us schol ?]am sua
pe[cu]nia pe[rficiendam curaue ?]run[t] et mun[era p]osu[erunt l[oco conce]sso ab
T. Statilio Tauria[no ---]

« À Jupiter Sérapis et [à Isis reine, Statilius] Atimetus [et Statilius] Epaphroditus ont [veillé à ce que soit achevée], à leur frais, la [schola] et ont posé des présents, sur un emplacement concédé par T. Statilius Taurianus [---] ».

25Selon Zevi (2004c, 107), T. Statilius Taurianus, mentionné à la dernière ligne, pourrait être un affranchi du sénateur T. Statilius Taurus (CIL XIV, 246, milieu du iie s.). Si tel est le cas, il pourrait agir ici comme responsable d’une association de cultores (d’où la restitution prudemment proposée à la fin de la première ligne schol ?] am. Si la restitution aram peut être exclue en raison de la longueur de l’inscription, d’autres possibilités sont envisageables, telle cellam ou aulam (Zevi 2001, 183) ou encore exedram (Zevi 2004c, 102-105). T. Statilius Taurianus pourrait cependant agir en tant que pontifex Volcani, dans la mesure où le détenteur de cette charge intervenait dans la concession de terrain lié au culte. L’absence d’autre mention de ce personnage dans la riche épigraphie de la cité rend cependant cette hypothèse peu vraisemblable, selon Zevi (2001, 184 ; 2004c, 107-108).

26Datation : entre 150 et 170 (Zevi 2001, 180, voir supra).

27SIRIS 533d ; Zevi 2001, 185, n° 3 ; RICIS 2, 503/1107 (pl. 94)

28Hermès de marbre blanc, brisé au niveau du cou, retrouvé dans les thermes de la Trinacria (face au Serapeum), en 1939. À l’arrière est visible un bas-relief, très abîmé, représentant un buste de Sérapis/Sol, entouré de rayons, avec un modius, sur une base circulaire ; sous celui-ci est répétée l’inscription de la face avant.

Τί(τος) Στατίλι-
ος Ἄλκιμος
καὶ Στατει-
λία Εἰσιὰς θρε-
πτὴ αὐτοῦ ἀνέ-
θηκαν.
Τί(τος) Στατίλιος
Ἄλκιμος
καὶ Στατει-
λία Ἰσιὰς θρε-
π[τὴ αὐ]τοῦ ἀνέ-
[θηκα]ν.

« Titos Statilios Alkimos et son alumna Statilia Eisias ont consacré (ceci) ».

29La femme porte un cognomen isiaque.

30Datable, selon Zevi (2001, 185), vers le milieu du iie s.

31SIRIS 533i ; Zevi 2001, 185-187, n° 4 ; RICIS 2, 503/1112 (pl. XCIV)

32Partie gauche d’une plaque de marbre blanc veiné de gris, trouvée en 1939, dans la cour.

Τί(τος) Στατί[λιος]
ἐξελεύ[θερος]
ἰατρός [---]

« Titos Statilios [---], affranchi de [---], médecin [---] ».

33Datable vers le milieu du iie s.

34SIRIS 533e ; Zevi 2001, 188, n° 7 ; RICIS 2, 503/1108 (pl. XCIV)

35Partie supérieure de la base d’une statuette, en marbre blanc, représentant une personne agenouillée, dont seule subsiste la partie inférieure (mesures de la base : haut. cons. 3 ; larg. 10 ; prof. 7,5 cm). Sont conservées, sur la face avant, les deux premières lignes de l’inscription.

36Trouvée sur la Via della Foce, à proximité du Serapeum.

37Le texte proposé ci-dessous est celui de Zevi (2001, 188, n° 7). Bricault (RICIS) suggère pour les deux dernières lettres de la deuxième ligne : M(arci) f(ilius).

Ioui Soli Ser[a]
pinipiam. f (??)

« À Jupiter Soleil, Sérapis, [---] ».

38Datation : vers 200 (Zevi 2001, 188 ; Rodà 2001, 242, n° 16, 267, fig. 13).

39AE 1988, 214; Zevi 2001, 189-192, n° 9; RICIS 2, 503/1131 (pl. 96); EDR080756 (Scheithauer) (fig. 244)

Fig. 244

Fig. 244

Base de statue en l’honneur de Marcus Umbilius Maximinus

© DR

40Base de statue de marbre blanc veiné de gris (110 × 71,5 × 67 cm ; haut. lett. 2,6-4,9 cm). Recomposée à partir de cinq fragments retrouvés dans le Serapeum et les thermes de la Trinacria. Patera et urceus, de part et d’autre de la face principale.

M(arco) Umbilio M(arci) f(ilio) Arn(ensi)
Maximino
praetextato c(larissimo) p(uero) p(atrono) c(oloniae)
sacerdoti Geni col(oniae)
P(ublius) Calpurnius
Princeps equo publ(ico)
omnibus honoribus functus
educator.
<sur la face droite, près de la patère>
Dedicata k(alendis) Marti(i)s
Seuero et Victorino co(n)s(ulibus).

« À Marcus Umbilius Maximinus, fils de Marcus, de la tribu Arnensis, enfant clarissime porteur de la prétexte, patron de la colonie, prêtre du Génie de la colonie, Publius Calpurnius Princeps, honoré du cheval public, honoré de toutes les fonctions, educator.
Dédié aux kalendes de mars, (Tiberius Claudius) Severus et (Caius Aufidius) Victorinus étant consuls » (trad. RICIS).

41L’enfant honoré, Maximinus, est très vraisemblablement le fils du sénateur M. Umbilius Maximinus, dont les liens avec plusieurs collèges d’Ostie sont connus (Zevi 2001, 190-192 avec la bibliographie antérieure). La statue est dédiée par un notable d’Ostie appartenant à l’ordre équestre et ayant parcouru toutes les étapes du cursus local. Celui-ci joua un rôle dans l’éducation de Maximinus, qui ne se limita vraisemblablement pas à une introduction aux cultes isiaques.

42Datée du 1er mars 200.

43SIRIS 549 ; AE 1988, 213 ; Zevi 2001, 195-196, n° 10 ; RICIS 2, 503/1129 (pl. 95) ; EDR080755 (Niquet)

44Petit autel de marbre blanc (48 × 37 × 36,5 cm), avec puluini cylindriques lisses sur la face avant ; patera et urceus sur les côtés. Trouvé en 1939 dans l’angle sud-est du Serapeum.

I(oui) O(ptimo) M(aximo) S(arapidi)
Castoribus
(Marci quattuor) Iuli Chry =
sophorus VIuir
Aug(ustalis) idem q(uin)q(uennalis) cum
Aeliano qui et Sa =
rapione fil(io) et Zosi =
mo et Philippo fil(iis) u(oto) s(uscepto) r(eddiderunt).

« À Jupiter très bon très grand Sérapis (et) aux Dioscures, les quatre Marcii Iulius Chrysophorus, sévir augustal, quinquennal, avec Aelianus, dit Sarapion, son fils, et Zosimus et Philippus, ses fils, se sont acquittés du vœu qu’ils avaient formulé ».

45Datation : fin iie-début iiie s.

46AE 1988, 215 ; Zevi 2001, 196, n° 11 ; RICIS 2, 503/1130 (pl. 96) ; EDR080757 (Niquet) (fig. 249)

Fig. 249

Fig. 249

Dédicace à Jupiter Optimus Maximus Serapis et à Hercule (Zevi 2001, 216, fig. 26)

© DR

47Petit autel similaire au précédent (48 × 38 × 36 cm), trouvé dans les thermes de la Trinacria.

[I(oui)] O(ptimo) M(aximo) S(arapidi)
Herculi
M((arci quattuor)) Iuli Chryso =
phorus seuir Aug(ustalis)
idem q(uin)q(uennalis) cum Aeliano
qui et Sarapione fil(io)
et Zosimo et Phi =
lippo fil(iis) uoto succ =
cepto reddiderunt.

« À Jupiter très bon très grand Sérapis (et) Hercule, les quatre Marcii Iulius Chrysophorus, sévir augustal, quinquennal, avec Aelianus, dit Sarapion, son fils, et Zosimus et Philippus, ses fils, se sont acquittés du vœu qu’ils avaient formulé ».

48Outre Sérapis, qualifié de Jupiter Optimus Maximus, les quatre Marcii honorent, par cet autel et le précédent, Hercule et les Dioscures, divinités qui peuvent compléter ou illustrer l’action du dieu égyptien par leurs liens avec le commerce pour le premier, la navigation pour les seconds. De plus, le Serapeum se situait à peu près à mi-chemin entre les temples publics dédiés à ces divinités.

49Datation : fin iie-début iiie s.

50IG XIV, 920 ; Zevi 2001, 188-189, n° 8 (avec la bibliographie antérieure) ; RICIS 2, 503/1209 (pl. XCVI)

51Plaque de marbre retrouvée à Ostie vers 1860 (P.E. Visconti 1860, 25, n° 88 ; Lanciani 1868, 236), sur laquelle figure une Victoire ailée.

52Certains l’attribuent à Portus (SIRIS 554) : en effet, l’inscription est en grec et un Sérénos y est attesté comme néocore (IPorto 3, 14, 15 ; voir fiche Portus. Temple de Sérapis). Selon d’autres, elle pourrait être rattachée au Serapeum d’Ostie (Floriani Squarciapino 1962, 24), soit que le néocore de Portus y ait fait une dédicace (IPorto 15 ; RICIS), soit qu’il ait également revêtu cette charge dans le temple d’Ostie (Meiggs 1973, 368 ; Zevi 2001, 189). Vu l’absence de précision quant à sa provenance, on ne peut exclure que la dédicace ait été posée dans un autre temple d’Ostie, par exemple celui d’Isis (Steuernagel 2007, 132).

Σερῆνος νε<ω>κόρος ἀνέθεκεν

« Sérénos, néocore, a consacré (ceci) » (trad. RICIS).

53Datable entre la fin du iie et le début du iiie s. (Zevi 2001, 189, sur la base d’une des inscriptions de Portus [IPorto 3] mentionnant ce personnage et se référant à Septime Sévère).

54Zevi (2001, 197-200) publie 19 fragments épigraphiques inédits retrouvés dans l’aire trapézoïdale. Je n’en reprends qu’un ci-dessous ; les autres comportent uniquement quelques lettres ou n’ont pas été mis au jour dans le Serapeum ou correspondent à des inscriptions funéraires réutilisées (n° 24, 26)).

55Zevi 2001, 198-199, n° 22 ; EDR031452 (Raffaella Marchesini)

56Fragment de plaque de marbre blanc, en deux morceaux (35,8 × 24 cm), trouvé l’un dans le mithraeum de la Planta Pedis, l’autre dans le Serapeum.

Ti. Clau[dius---]
pecun[ia---]
solo co[ncesso (ou co[mparato)---]
[it]em im[aginem ?--].

57Datable du iie s.

Sources archéologiques (f245, 247, 248)

58La présentation qui suit est basée sur Mar 2001 et Pensabene 2007, 334-339.

59Pour accéder au sanctuaire, il fallait dans un premier temps emprunter, à partir de la Via della Foce, la voie sans issue aujourd’hui désignée « del Serapide », à travers un grand passage couvert, entouré et surmonté d’un édifice à plusieurs étages (fig. 183). C’est vraisemblablement sur la façade de cet édifice que se trouvait un panneau représentant Apis, daté du iie s. (Rodà 2001, 233-234, n° 7, 261, fig. 6 ; fig. 246) : celui-ci servait en quelque sorte de panneau indicateur du sanctuaire.

Fig. 183

Fig. 183

Plan du vaste complexe édilitaire dans lequel s’insère l’édifice où prend place le mithraeum de la Planta Pedis (Mar 2001, 35, fig. 2)

© DR

Fig. 246

Fig. 246

Panneau représentant Apis

© DR

Phase de la construction du temple (dite des Caltilii) (Mar 2001, 89-100, 339-343, 345-346 ; Pensabene 2007, 336-337)

60Le temple de Sérapis est dédié le 24 janvier 127. Prostyle tétrastyle, il se dresse sur un podium en opus latericium dont les angles postérieurs sont arrondis (fig. 245, 248). Le vaste pronaos est accessible par un escalier dont la largeur correspond à l’espace compris entre les deux colonnes centrales en breccia. Les colonnes latérales sont des demi-colonnes en brique revêtues de stuc, appuyées à des pilastres. Il est possible qu’un tympan triangulaire ait surmonté les deux colonnes centrales, éventuellement en s’appuyant sur un fronton principal, aussi large que le pronaos. La cella du temple s’ouvre sur le pronaos par trois portes dont les ouvertures correspondent à l’intercolonnement du pronaos. À l’intérieur s’élève un podium appuyé contre la paroi du fond ; une porte permettait d’accéder à une armoire aménagée sous la plateforme.

Fig. 245

Fig. 245

Temple de Sérapis (PAO_B3128)

© DR

Fig. 248

Fig. 248

Plan du Serapeum (Mar 2002, 42, fig. 6)

© DR

61La cour est dotée d’un portique de colonnes de brique sur chacun de ses longs côtés. L’autel s’y élève, devant l’escalier du temple. Un pavement de mosaïque à thème nilotique, dont subsistent plusieurs fragments, recouvre le sol de la cour et est datable de l’époque de la fondation du temple.

62La cour du Serapeum s’ouvrait, au nord et au sud, sur deux autres cours, celle du Caseggiato di Bacco e Arianna et celle de la domus del Serapeo. Celles-ci donnaient accès à de grandes salles de banquet. Les ouvertures de ces salles et celles qui faisaient communiquer les cours entre elles sont situées dans un même axe visuel, renforçant l’aspect unitaire du projet architectural (fig. 183, 247).

Fig. 183

Fig. 183

Plan du vaste complexe édilitaire dans lequel s’insère l’édifice où prend place le mithraeum de la Planta Pedis (Mar 2001, 35, fig. 2)

© DR

Fig. 247

Fig. 247

Vue axonométrique du temple et des édifices voisins (Mar 2001, 54, fig. 18)

© DR

63Sur la cour du Caseggiato di Bacco e Arianna, largement visible depuis la Via del Serapide, s’ouvrent trois salles, communiquant entre elles par de larges portes et précédées d’un portique. La pièce centrale, plus large, se trouve dans l’axe des ouvertures des trois cours ; son pavement en mosaïque représente Bacchus et Ariane. Les deux salles latérales servaient très vraisemblablement pour des banquets, comme on peut le supposer à partir de la disposition des mosaïques recouvrant leur sol ; la salle centrale correspondrait plutôt à un oecus maior (voir Alvar et al. 2002, 105). Deux tabernae, dont une caupona, s’ouvrent au nord-est de l’édifice sur le portique de la Via della Foce. Un escalier au sud du bar conduit aux appartements de(s) l’étage(s).

64Quant à la cour de la domus del Serapeo, elle n’est visible que depuis la cour du Serapeum ; seule une porte étroite permet d’accéder à cet édifice depuis la rue. Outre la grande salle de banquet, on y trouve des pièces annexes, dont le sol est également revêtu de mosaïque. Elles étaient surmontées d’un étage.

Phase du milieu du iie s. (dite des Statilii), vers 150-170 (Mar 2001, 103-118 ; 339-343, 346-349 ; Pensabene 2007, 337)

65Quelques décennies après la construction du temple, plusieurs transformations affectent le complexe. L’escalier du temple est agrandi : il est désormais aussi large que le pronaos. Les colonnes de briques de la cour sont remplacées par des pilastres de briques, revêtus de marbre, dont l’emplacement et le rythme diffèrent du portique précédent.

66Une salle ou exèdre, identifiée à une schola (Mar 2001, 103) ou à une chapelle (Pensabene 2007, 337), s’ouvre désormais sur le portique nord : elle a été construite sur une partie de l’espace de la cour du Caseggiato di Bacco e Arianna et condamne largement l’ouverture préexistante entre les deux cours. Cette salle est dotée de trois niches sur les deux murs latéraux (une niche en abside entourée de deux rectangulaires) ; son pavement est en opus sectile et ses murs étaient revêtus de marbre, comme l’indiquent quelques rares fragments. Au centre de la pièce se dresse un édicule, précédé d’une sorte de pronaos : s’y rapporte, selon toute vraisemblance, une inscription gravée sur une petite architrave (voir supra), qui permet de préciser que celui-ci était entouré de colonnettes, surmontées d’un petit tympan. Ces ornements ont été offerts par T. Statilius Optatio.

67Quant à l’inscription sur architrave beaucoup plus longue, mentionnant l’intervention de deux affranchis sur un lieu concédé par T. Statilius Taurinus, elle rappelle l’achèvement d’une construction (seules les dernières lettres du mot mentionnant celle-ci sont conservées : il pourrait s’agir d’une schola ou d’une exedra ; voir supra) et son embellissement. Cette architrave se rapporte, selon les uns, au portique nord de la cour (Mar 2001, 110 ; Pensabene 2007, 337) ou, selon Zevi (2001, 184), à l’entrée de l’exèdre même.

68Le podium au fond de la cella est agrandi : la superficie de la plateforme est presque doublée, tout comme le petit espace situé sous celle-ci, qui reste cependant très réduit (haut. max. : 50 cm) : il pouvait accueillir les instruments du culte et objets montrés aux fidèles. Un petit escalier est ajouté au nord du podium, afin de pouvoir y accéder facilement. Ces aménagements particuliers du podium sont vraisemblablement liés aux usages rituels quotidiens et à la manipulation de la statue cultuelle (Mar 2001, 109, 341).

69Une petite fontaine, adossée à la paroi extérieure du sanctuaire, est construite sur la Via del Serapide, au nord de l’entrée : elle servait sans doute aux ablutions rituelles des fidèles (Ricciardi, Scrinari II 1996, 127).

70Outre la réduction de la superficie de sa cour, due à l’édification de la salle à peine mentionnée, le Caseggiato di Bacco di Arianna connaît quelques légères transformations au iie s. : la réfection du portique de la cour, la construction, au centre de celle-ci d’un petit bassin, l’installation dans l’angle sud-est de la cour d’une petite citerne (pour plus de détails, Mar 2001, 112-114 ; Riccardi, Scrinari I 1996, 122-123 ; II 1996, 128).

Phase sévérienne (dite des Vmbilii)

71Durant l’époque sévérienne, l’accès à la cour du Serapeum est pourvu d’un prothyron qu’encadrent deux colonnes : son pavement est constitué d’une mosaïque représentant Apis (Becatti 1961, 153 ; Mar 2001, 119-120).

72Quant à l’ouverture reliant la cour du temple à celle de la domus del Serapeo, elle est alors obturée par la construction d’un grand nymphée semi-circulaire (Mar 2001, 123). D’après Becatti (1961, 143), ce vaste édifice, qui était selon lui jusqu’alors le siège d’un collège lié au culte de Sérapis, devient, au moment de la construction de ce nymphée, la propriété privée d’un riche notable de la cité (voir aussi Floriani Squarciapino 1962, 22 qui date, comme Becatti, cette transformation de la fin du iiie ou du ive s.). Mar (2001, 142) insiste sur le fait que le corridor de service le long des horrea assurait cependant encore la communication entre l’aire de culte et la domus qui aurait toujours fonctionné comme schola.

73Une fontaine formée de deux niches superposées est construite dans la cour du Caseggiato di Bacco e Arianna, contre le mur de la citerne (voir supra ; Mar 2001, 120-121). D’après Mar, la niche supérieure aurait accueilli la statue du dieu Nil (ou Tibre), datable de l’époque d’Hadrien, retrouvée dans cette cour et dont les dimensions s’adaptent parfaitement à celles de la fontaine.

Phase post-sévérienne

74Deux niches sont construites de part et d’autre du pronaos, fermant ainsi ses ouvertures latérales. Le podium est agrandi par la construction de deux petits espaces voûtés sur lesquels reposent les niches ; le niveau de sol de ces dernières est plus haut que le pavement du pronaos, vraisemblablement parce qu’elles accueillaient des statues (Mar 2001, 135-142 ; Pensabene 2007, 337). Le pronaos est revêtu au même moment d’un nouveau pavement avec disques de marbre insérés dans la mosaïque (Becatti 1961, 153).

75Postérieurement à la construction des niches, des contreforts sont appuyés à la paroi extérieure de la cella du temple : ils supportent des arcs qui prenaient appui contre les parois de la cella du temple et contre les édifices adjacents. Quelle était leur fonction ? Le temple ne semblant pas subir de problème de stabilité, Mar (2001, 138) suggère qu’un étage constitué d’une galerie couverte a été construit au-dessus de l’ambulacre qui entourait la cella.

76La cour du Caseggiato di Bacco e Arianna est partiellement occupée par la construction de deux pièces, l’une à hypocauste, l’autre avec pilastres internes.

Phase tardo-antique (ive-ve s.).

77Les données de fouilles sur les phases tardives ne sont guère détaillées. De manière générale, on observe la construction de murs qui compartimentent les édifices antérieurs. Le pavement de la cour du Serapeum est refait, en réutilisant une partie des inscriptions de dédicaces antérieures. Vers le milieu du ive s., un nouveau prothyron est construit et une barrière est installée devant l’exèdre donnant sur la cour (exèdre dont la décoration est refaite) (Mar 2001, 143-144).

78Sur les sculptures qui pourraient se rapporter au Serapeum d’Ostie, on consultera Rodà 2001. Seules cinq d’entre elles en proviennent fort vraisemblablement (Rodà 2001, 227) ; elles ont été trouvées sur la Via del Serapide ou dans le Serapeum. Elles ne sont que brièvement mentionnées ici :

  • trois fragments d’un relief romain (27 × 91 × 12,5 cm), retrouvés Via del Serapide. Le relief réutilise une mensa égyptienne de la 26e dynastie, en lapis basanites (Rodà 2001, 228-229, 257 avec les fig. 1-2). Seule est conservée la partie inférieure du relief qui représente un dieu interprété comme Jupiter-Sérapis, avec également un serpent faisant songer à Esculape. Datation : iie s.

  • trois fragments, retrouvés Via del Serapide devant l’entrée du Serapeum, d’une statue égyptienne en ronde-bosse, debout, en diorite ou en basanite noire : un fragment de jambe et deux fragments de bras. Il pourrait s’agir d’une sculpture ptolémaïque ou plutôt égyptisante (Rodà 2001, 229-230).

  • une tête archaïsante de marbre blanc, représentant Dionysos barbu (haut. 19 cm), retrouvée Via del Serapide, en face du mithraeum (Rodà 2001, 230, 258 avec la fig. 3).

  • deux fragments d’une statuette en marbre blanc, retrouvés dans le Serapeum, correspondant l’un à la tête (haut. 7,5 cm), l’autre à la base (3,5 × 17,5 cm), avec les pieds nus, d’une figure idéale (peut-être Vénus) (Rodà 2001, 230-231).

  • un labrum circulaire de porphyre rouge en sept fragments retrouvés Via del Serapide (diam. 79 cm) (Rodà 2001, 231, 259, avec la fig. 4).

Bibliographie

  

Alvar et al. 2002 : J. Alvar, R. Rubio, López Barja de Quiroga, « El Serapeo de Ostia », in ARYS, 5, 2002, 99-122.

Bargagli, Grosso 1997 : B. Bargagli, C. Grosso, I Fasti Ostienses : documento della storia di Ostia, Roma 1997.

Becatti 1961 : G. Becatti, Mosaici e pavimenti marmorei, Roma 1961 (Scavi di Ostia, 4).

Bloch 1959 : H. Bloch, « The Serapeum of Ostia and the Brick-Stamps of 123 A.D. A New Landmark in the History of Roman Architecture », in AJA, 63, 1959, 225-240.

Bollmann 1998 : B. Bollmann, Römische Vereinshauser : Untersuchungen zu den Scholae der römischen Berufs-, Kult- und Augustalen-Kollegien in Italien, Mainz 1998.

Egelhaaf-Gaiser 2000 : U. Egelhaaf-Gaiser, Kulträume im römische Alltag, Stuttgart 2000.

Egelhaaf-Gaiser 2002 : U. Egelhaaf-Gaiser, « Religionsaesthetik und Raumordnung am Beispiel der Vereinsgebaeude von Ostia », in U. Egelhaaf-Gaiser, A. Schäfer éds., Religiöse Vereine in der Römischen Antike. Untersuchungen zu Organisation, Ritual und Raumordnung, Tübingen 2002, 123-172.

Ep. lat. 2006 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigraphie latine, Paris, 2006.

Ep. lat. 2010 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina : Ostia, cento iscrizioni in contesto, Roma 2010.

Floriani Squarciapino 1962 : M. Floriani Squarciapino, I culti orientali ad Ostia, Leiden 1962 (EPRO, 3).

Lanciani 1868b : R. Lanciani, « Iscrizioni Portuensi », in BullInst, 1868, 227-237.

Mar 1992 : R. Mar, « El Serapeum Ostiense y la urbanistica de la ciudad. Una aproximación a su estudio », in Bolletino di Archeologia, 13-15, 1992, 31-51.

Mar 2001 : R. Mar éd., El santuario de Serapis en Ostia, Tarragona 2001.

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Pensabene 2007 : P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

Ricciardi, Scrinari 1996 : M.A. Ricciardi, V.S.M. Scrinari, La civiltà dell’acqua in Ostia Antica, Rome 1996.

Rodà 2001 : I. Rodà, « La escultura del Serapeo ostiense », in R. Mar ed., 2001, 227-253.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Steuernagel 2007 : D. Steuernagel, « Hafenstädte – Knotenpunkte religiöser Mobilität? », in Mediterranea, 4, 2007, 121-133. (trad. fr. « Les villes portuaires : des nœuds de communication de la mobilité religieuse ? », in Trivium, 4–2009, [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2009, http://trivium.revues.org/3403 (consulté le 14 juillet 2013).

Zevi 2001a : F. Zevi, « Iscrizioni e personaggi nel Serapeo », in R. Mar éd., El santuario de Serapis en Ostia, Tarragona 2001, 171-200.

Zevi 2003 : F. Zevi, « L’autocelebrazione d’una famiglia ostiense; i Caltilii e il Serapeo di Ostia », in M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine éds., Les élites et leurs facettes. Les élites locales dans le monde hellénistique et romain, Roma 2003, 569-579.

Zevi 2004c : F. Zevi, « Ancora su T. Statilius Taurianus e il Serapeo di Ostia », in Epigraphica, 66, 2004, 95-108.

Table des illustrations

Titre Fig. 6
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s. : 1. Capitole d’époque hadrienne ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6664/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 183
Légende Plan du vaste complexe édilitaire dans lequel s’insère l’édifice où prend place le mithraeum de la Planta Pedis (Mar 2001, 35, fig. 2)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6664/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 247
Légende Vue axonométrique du temple et des édifices voisins (Mar 2001, 54, fig. 18)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6664/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 243
Légende Tympan triangulaire avec inscription à Jupiter Sérapis
Crédits © Françoise Van Haeperen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6664/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 244
Légende Base de statue en l’honneur de Marcus Umbilius Maximinus
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6664/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 249
Légende Dédicace à Jupiter Optimus Maximus Serapis et à Hercule (Zevi 2001, 216, fig. 26)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6664/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 246
Légende Panneau représentant Apis
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6664/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 245
Légende Temple de Sérapis (PAO_B3128)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6664/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 248
Légende Plan du Serapeum (Mar 2002, 42, fig. 6)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6664/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 876k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter