Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3)

Texte intégral

1Mis au jour durant les grands dégagements de 1938-1942, le second temple de Bona Dea (pour le premier, chronologiquement parlant, voir Ostia. Temple de Bona Dea [V, X, 2]) est situé hors les murs, au sud-ouest de la Porta Marina, sur le prolongement du decumanus maximus (Calza 1942, 160-165 ; Top. gen. 1953, 121, 192 ; Becatti 1961, 207-209, n° 392-395 ; Zevi 1968, 83-88 ; Meiggs 1973, 352-353 ; Brouwer 1989, 63-67, n° 55-59, 407-412 ; Zevi 1997, 440-443 ; Rieger 2004, 239-240 ; Steuernagel 2004, 79, 91, 179 ; Pavolini 2006, 185-186 ; Pensabene 2007, 182-184 ; fig. 4, 6). Entouré d’un mur, il n’était pas visible de l’extérieur. Il est fondé, semble-t-il au début de l’époque julio-claudienne, par un duouir de la cité, Maecilius, agissant à ses frais. Cette précision ne signifie cependant pas qu’il s’agit d’un sanctuaire privé : un temple public pouvait en effet être financé par un évergète (que ce dernier soit ou non magistrat). Il s’agit très vraisemblablement ici d’un sanctuaire public, comme l’indiquent sa superficie, son emplacement, sa longévité et l’usage du verbe probare, typique de l’action, publique, d’un magistrat (Zevi 1968, 87). La série des quatre inscriptions de dédicace précise, outre le nom du fondateur, la divinité tutélaire du temple, Bona Dea.

Fig. 4

Fig. 4

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, d’Auguste à la fin de l’époque flavienne (d’après Tog. gen. 1953, fig. 30)

© DR

Fig. 6

Fig. 6

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s. : 1. Capitole d’époque hadrienne ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire

© DR

Sources épigraphiques

2Quatre inscriptions de dédicace de l’aedes de Bona Dea. Les reconstitutions des unes sont basées sur les autres.

3Le cognomen du dédicant pourrait correspondre à Furrianus (Zevi 1968, 87). Le nomen, Maecilius, tout comme le cognomen supposé, est isolé dans l’onomastique d’Ostie. Il est donc vraisemblable, proposait Zevi, que ce personnage soit issu de la famille romaine des Maecilii, qui donna quelques sénateurs et magistrats. Selon Pensabene (2007, 184), l’absence de marbre dans la construction (à l’exception des inscriptions de dédicaces) suggère de voir dans le commanditaire du temple un personnage de l’élite locale, dont les ressources étaient relativement modestes. Il aurait appartenu, plutôt qu’à une famille ostienne, à une famille implantée depuis peu dans la cité. Ceci expliquerait aussi le besoin d’autocélébration perceptible dans ces inscriptions au contenu maintes fois répété.

4AE 1968, 80 (Zevi 1968, 84, fig. 1) ; Brouwer 1989, 63-64, n° 55 (fig. 225)

5Plaque de marbre blanc (haut. 64 ; long. 202 cm), en quatre fragments, recomposée par Zevi.

M(arcus) Maecilius M(arci) f(ilius) [-]urr[---duouir]
aedem Bonae Deae ex su[a pecunia fac(iundam) cur(auit)]
idemq(ue) prob[auit].

« Marcus Maecilius Furr[---], fils de Marcus, duovir, s’est chargé de faire le temple de Bona Dea, à ses frais, et l’a approuvé ».

Fig. 225

Fig. 225

Inscription de dédicace du temple de Bona Dea (AE 1968, 80)

© DR

6CIL XIV 5411 et 4679 ; Zevi 1968, 84-85, fig. 2-3 ; Brouwer 1989, 64-65, n° 56-57

7Deux fragments non jointifs d’une des inscriptions de dédicace du temple. Le premier (CIL XIV, 5411 ; 61 × 43,7 × 7,2-6,2 cm ; haut. lett. 12,7-10,5 cm) a été retrouvé réutilisé comme plaque de revêtement des thermes du forum ; le second (CIL XIV, 4679 ; haut. 47,5 × 57,5 × 6,8-7 cm ; haut. lett. 12,5-11,3 cm) dans la propriété Aldobrandini. Zevi a reconnu l’appartenance des deux fragments à une même plaque. Le texte est facilement reconstituable, sur la base de l’inscription précédente.

frg. 1
[---]ecili[---]
[---]m Bona[---]
ide[---].
frg. 2
[---]o.uir
[---]c. cur.

8Zevi 1968, 84-86, fig. 4 ; Brouwer 1989, 65-66, n° 58

9Onze fragments appartenant à une des inscriptions de dédicace du temple. Ils peuvent être rangés en trois groupes (a. haut. 20 ; long. 24,5 cm ; b. haut. 64 ; long. 58 cm ; c. anépigraphe). Le texte est facilement reconstituable, sur la base de la première inscription ci-dessus.

a. [---]us[---]
b.
[---] M(arci) f(ilius) Furr[--]
[---]ae ex su [---]
[---] prob[--].

10Zevi 1968, 86-87, fig. 5 ; Brouwer 1989, 66-67, n° 59

11Trois fragments appartenant à une des inscriptions de dédicace du temple (a. : 22,5 × 46 × 5,5 ; b. : 33 × 30 × 5,5 ; c. : 31,5 × 60 × 3 cm ; haut. lett. : 7-9 cm ; longueur totale estimée : 2,70 m), trouvés lors de la fouille du Portico della Fontana a Lucerna, à proximité de la Porta Marina. Le texte est facilement reconstituable, sur la base de la première inscription ci-dessus. Cette dernière inscription est plus petite que les précédentes.

a.
[---] M. f. Furr[---]
[---]ae ex[---]
b.
[---]uir
[---] cur
c.
[---]bauit.

Sources archéologiques

12Le sanctuaire occupe une aire trapézoïdale (33,30 × 17,35 m), à l’extérieur de la Porta Marina, dans le prolongement du decumanus maximus (fig. 226, 227 ; Calza 1942 ; Brouwer 1989, 407-412). Il était entouré d’une enceinte, en opus reticulatum, rythmée à l’extérieur par des pilastres de brique. L’aire sacrée comprenait plusieurs pièces au nord (C, F et E), un petit temple à l’ouest de celles-ci, ainsi qu’une cour à portique, à l’est du temple.

Fig. 226

Fig. 226

Plan du sanctuaire de Bona Dea (IV, VIII, 3 ; Calza 1942, 158 fig. 3)

© DR

Fig. 227

Fig. 227

Sanctuaire de Bona Dea (IV, VIII, 3) (PAO_1806)

© DR

13Le sanctuaire était accessible par une porte (larg. 1,70 m) dans le mur nord. Celle-ci donnait sur une petite pièce (C), dans laquelle a été trouvé un autel de tuf (50 × 50 cm). De cette pièce, on accédait à un corridor (D), menant dans la cour.

14Le temple (9,40 × 6,80 m), aux murs en opus reticulatum, ne comportait pas de podium. Il était prostyle tétrastyle : seules subsistent les bases de travertin des colonnes. Entre les colonnes se trouvent des seuils de travertin. Le pronaos conserve les restes d’une mosaïque en noir et blanc, représentant une large tabula ansata avec un texte dont seules quelques lettres ont été préservées (un M et un I et, plus bas, un ; Becatti 1961, n° 392). La cella est également pourvue d’un seuil en travertin et d’une mosaïque en noir et blanc à motifs géométriques (Becatti 1961, n° 393).

15Devant le temple se dressait un autel, vraisemblablement de tuf, dont sont visibles les fondations (1,45 × 0,70 m).

16Une cour entourée d’un portique aux colonnes de briques (diam. 41 cm) bordait le temple, sur ses côtés sud et est. De celle-ci était accessible la pièce F, qui a conservé un pavement de mosaïque. À l’ouest de la pièce est conservée une mosaïque (tessères : 1 × 1 cm), sur une largeur de 80 cm ; elle est datée du milieu du ier s. Dans le reste de l’espace, les tessères sont plus grandes (1,5 × 1,5 cm) : il s’agit d’une restauration qui a respecté le motif géométrique précédent mais dont la technique est moins soignée ; elle est datée du iiie s. (Becatti 1961, 208, n° 394). « La coupure nette, qu’on observe entre la partie plus ancienne et celle plus récente, fait penser que se dressait, le long de la paroi, un meuble, qu’il s’agisse d’une armoire, d’une table ou d’une banquette, en bois, qui couvrait cette partie de la mosaïque, en la préservant, de telle sorte qu’elle fut conservée au moment où fut refait le pavement, peut-être parce qu’elle était couverte par ce meuble » (Becatti 1961, 208, n° 394 ; Calza 1942, 161). Cette pièce, propose prudemment Calza (1942, 165), pourrait correspondre à une apotheca, comme l’indiquerait le meuble dont on peut supposer la présence à l’emplacement de la mosaïque la plus ancienne.

17La technique de construction utilisée pour la phase de construction suggère une datation au début de l’époque julio-claudienne (Meiggs 1973, 353 ; Pensabene 2007, 182).

18Plus tard, les pièces A et B sont construites, en opus latericium, au nord-est du complexe, déplaçant ainsi l’entrée du sanctuaire de trois mètres. La pièce A est munie d’un seuil et de deux colonnes en travertin ; la pièce B d’un pavement en mosaïque en noir et blanc (Becatti 1961, 208-209, n° 395 date cette mosaïque de la deuxième moitié du iiie s.). Ces modifications semblent contemporaines de la construction d’un bassin (Ninfeo IV, VIII, 4) qui empiète sur la pièce E, dont la superficie est réduite. La création des pièces A et B aurait ainsi compensé cette perte d’espace. À l’extérieur du sanctuaire, face à la pièce B, se trouve un puits.

19Durant le iiie s., d’autres transformations ont lieu : la partie sud du sanctuaire, occupée par la cour à portique, en est retranchée. Des pièces (G), en opus uittatum et latericium y sont créées (elles avaient peut-être une fonction commerciale). Une nouvelle enceinte est construite, comprenant un mur séparant le sanctuaire du nouvel édifice (G). La cour à l’est du temple subsiste mais le portique y est supprimé. La superficie du temple est également réduite à cause d’un élargissement de la rue qui le borde à l’ouest : son mur du fond est reconstruit.

20Les restes du sanctuaire ont été découverts, rasés au sol, un peu en dessous du dernier niveau de la rue. Cette disparition totale ne doit pas être attribuée à des pillages postérieurs mais plutôt au fait que l’ensemble a été utilisé à d’autres fins durant la période tardive (Calza 1942, 164-165 ; Brouwer 1989, 410).

21Un phallus avec serpent enroulé a été retrouvé près du temple (Pensabene 2007, 182 citant Meiggs 1973, 352, citant le n° inv. 985).

Bibliographie

  

Becatti 1961 : G. Becatti, Mosaici e pavimenti marmorei, Roma 1961 (Scavi di Ostia, 4).

Brouwer 1989 : H.H.J. Brouwer, Bona Dea. The Sources and a Description of the Cult, Leiden 1989 (EPRO, 110).

Calza 1942 : G. Calza, « Ostia – Il Tempio della Bona Dea », in NSA, 1942, 152-165.

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Pensabene 2007 : P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

Rieger 2004 : A.K. Rieger, Heiligtümer in Ostia, Münich 2004.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Top. gen. 1953 : G. Calza, G. Becatti, I. Gismondi, G. De Angelis d’Ossat, H. Bloch, Topografia Generale, Roma 1953 (Scavi di Ostia, 1).

Zevi 1968 : F. Zevi, « Brevi note ostiensi », in Epigraphica, 30, 1968, 83-95.

Zevi 1997a : F. Zevi, « Culti ’Claudii’ a Ostia e a Roma : qualche osservazione », in ArchCl, 49, 1997, 435-471.

Table des illustrations

Titre Fig. 4
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, d’Auguste à la fin de l’époque flavienne (d’après Tog. gen. 1953, fig. 30)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 6
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s. : 1. Capitole d’époque hadrienne ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6637/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 225
Légende Inscription de dédicace du temple de Bona Dea (AE 1968, 80)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6637/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 226
Légende Plan du sanctuaire de Bona Dea (IV, VIII, 3 ; Calza 1942, 158 fig. 3)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6637/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 227
Légende Sanctuaire de Bona Dea (IV, VIII, 3) (PAO_1806)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6637/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter