Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Temple de Bellone (IV, 1, 4) et schola des hastiferi (IV, 1, 5)

Texte intégral

1Une portion de terrain au sud-est du Campus de la Mère des dieux (fiche Ostia. Aire sacrée de Mater Magna) semble en avoir été retranchée pour y installer une petite aire sacrée trapézoïdale dédiée à Bellone, qui comprend, outre le temple de la divinité, le siège du collège des hastiferi (porteurs de lances), intimement lié à son culte (fig. 6, n° 11 ; 11 ; 31). Traditionnellement, le sanctuaire de Bellone est dès lors considéré par les chercheurs comme faisant partie du Campus Matris Magnae (Rieger 2004, 96-110 ; Steuernagel 2004, 95 ; Pavolini 2006, 207-210 ; Pensabene 2007, 329-330).

Fig. 6

Fig. 6

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s. 1. Capitole d’époque hadrienne ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire

© DR

Fig. 11

Fig. 11

Plan du Campus (d’après Top. gen. 1953 ; http://www.ostia-antica.org/​regio4/​1/​1.htm )

© DR

Fig. 31

Fig. 31

Plan de la partie orientale du Campus (Top. gen. 1953)

© DR

2Il faut toutefois souligner que, dans l’état actuel de nos connaissances, il n’existait pas de passage direct entre les deux. Si certains ont supposé qu’un tel passage a existé avant la construction de la schola des hastiferi (Calza 1947, 201 et Bollmann 1998, 321), ceci reste à prouver et, quand bien même tel aurait été le cas, la construction de cet édifice, qui semble de peu postérieure à celle du temple (voir infra), obtura cette communication directe. Ainsi, à partir d’un moment compris entre la fin de l’époque d’Hadrien et en tout cas avant 161 (fourchette retenue pour la datation de la schola, voir infra), l’aire sacrée n’est accessible que depuis le cardo maximus. C’est pour cette raison que j’ai choisi de traiter séparément le sanctuaire de Bellone et le Campus (d’autant plus que la documentation relative à ce dernier est particulièrement abondante). Il n’en reste pas moins qu’il existe des liens non négligeables entre les deux divinités et leurs dévots. Bellone est parfois qualifiée de déesse pedisequa (suivante) de Mater Magna (CIL VI, 3674) ; ses dévots, comme ceux de Mater Magna, sont qualifiés de fanatici et se livrent à des comportements extatiques. À Ostie même, un hastifère offre une statuette de Mater Magna (AE 1967, 74). Ces liens étroits justifient l’attribution, à titre public, de ce terrain, pour la construction du temple de Bellone (AE 1948, 26). Ses dimensions modestes, tout comme l’absence de matériaux de prix (marbre), trouvent une explication grâce à l’épigraphie : il a été financé par l’association des licteurs et esclaves publics. Ce financement privé ne préjuge pas de la nature du culte (la construction d’un temple public pouvait être prise en charge par un évergète privé). Son emplacement sur un terrain public, le décret des décurions et l’intervention des duovirs, mentionnés dans l’inscription, permettent d’affirmer qu’il s’agissait d’un temple public.

Sources épigraphiques

3AE 1948, 26-27 ; CCCA III, 388 ; Pellegrino 1987, 193-199, n° 7 (fig. 11-12) ; AE 1987, 203 ; Rieger MM 66, 296, fig. 76 a-b ; Ep. lat. 2010, 167-168, n° 38, fig. 38.1, 38.2, (fig. 221)

Fig. 221 a

Fig. 221 a

Inscriptions de la plaque de marbre opistographe rappelant la construction et la restauration du temple de Bellone (AE 1948, 26-27)

© DR

Fig. 221 b

Fig. 221 b

Inscriptions de la plaque de marbre opistographe rappelant la construction et la restauration du temple de Bellone (AE 1948, 26-27)

© DR

4Plaque de marbre opisthographe (36 × 87 cm), trouvée devant la première marche du temple de Bellone. Conservée dans le Lapidario d’Ostie.

Face a :
A(ulus) Liuius Proculus P(ublius) Lucilius
Gamala f(ilius) IIuir(i) praef(ecti) Caesar(is)
locum quo aedes Bellonae fieret
impensa lictorum et seruorum publicorum
qui in corpore sunt adsignauerunt d(ecreto) d(ecurionum)
cur(antibus)
M(arco) Naeuio Fructo et M(arco) [[---]] //
Face b :
Numini Bellonae sacr(um)
dec(reto) dec(urionum) publice loco adsignat(o)
lictores uiator(es) et honor(e) usi et
liberti colon(iae) et serui publici corpor(ati)
opere ampliato
sua pecunia restituerunt.

face a : « Aulus Livius Proculus et Publius Lucilius Gamala fils, duovirs et préfets de César, ont assigné, sur décret des décurions, cet emplacement pour y édifier le temple de Bellone, aux frais des licteurs et des esclaves publics qui sont dans cette association. S’en sont chargés Marcus Naevius Fructus et Marcus [[---]]. »
face b : « Consacré à la Puissance divine de Bellone, le lieu leur ayant été assigné à titre public par décret des décurions, les licteurs, les uiatores et ceux qui ont rempli la charge et les affranchis de la colonie et les esclaves publics qui font partie de l’association l’ont restauré à leurs frais, en l’agrandissant ».

5Cette inscription a permis à Calza (1947, 198-199) d’identifier à Bellone la divinité dédicataire du temple. La face a, la plus ancienne, se rapporte à l’édification du temple et explicite les différentes étapes de la procédure : un décret des décurions accorde un emplacement aux licteurs et esclaves publics de la colonie pour y construire le temple ; les duovirs exécutent la mesure ; le temple est construit aux frais des licteurs et esclaves publics qui sont réunis en corpus – autrement dit qui forment une association. Cette inscription peut être datée grâce à deux précisions apportées par le texte : Gamala est dit « fils », pour le distinguer de son père homonyme, sans doute toujours en vie à ce moment-là ; les deux duovirs sont « préfets de César ». Selon Meiggs (1973, 201 ; suivi notamment par Ep. lat. 2010, 168), le César dont sont préfets les duovirs correspond vraisemblablement à L. Aelius, fils adoptif d’Hadrien – depuis 136 et décédé en 138 (le père de Gamala aurait lui été duovir préfet d’Hadrien en 126). Une telle proposition s’accorde avec la technique de construction de l’édifice (selon Pellegrino, le César mentionné dans l’inscription serait plutôt L. Verus, qui fut César entre 138 et 161). Il apparaît que Gamala fils doit être distingué du Gamala dit « Junior » (CIL XIV, 376), préfet de Commode en 171 ou 176 (Ep. lat. 2010, 168) – une telle datation semblant trop tardive par rapport à la technique de construction adoptée pour le temple.

6Sur la face b, plus récente, sont rappelés une restauration et un agrandissement du temple par l’association des licteurs, des uiatores, des affranchis de la colonie et des esclaves publics. Il s’agit vraisemblablement de la même association que celle qui a construit le temple – soit que son nom soit ici donné de manière plus extensive, soit que sa composition ait évolué au fil du temps. Cette inscription serait, par rapport à la première, postérieure d’une quarantaine d’années (Ep. lat. 2010, 167).

7AE 1948, 28 ; CCCA III, 387 ; Pellegrino 1987, 192, n° 6, fig. 10 ; AE 1987, 202 ; Rieger MM 68, 296, fig. 77 (fig. 222)

Fig. 222

Fig. 222

Dédicace au numen impérial, offerte au collège des hastifères (AE 1948, 28)

© DR

8Base de marbre (70 × 35,5 × 27 cm) trouvée devant la schola des hastiferi (Calza 1947, 199-200). Patera et praefericulum sur les côtés.

Numini dom(us)
Aug(ustae) sacr(um)
L(ucius) Laelius Sp(uri) f(ilius)
Herennianus
scriba cerarius
collegio
hastifor(um) (!)
Ostiensium
s(ua) p(ecunia) d(onum) d(edit).

« Consacré au Numen de la maison auguste. Lucius Laelius Herennianus, fils de Spurius, scribe
cerarius, a offert, à ses frais, ce don au collège des hastifères d’Ostie ».

9Cette base a permis à Calza (1947, 199-200) d’identifier le bâtiment à la schola des hastiferi.

10Datation : 138-161 (en raison de la présence du même dédicant dans AE 1948, 30 (voir infra), datable du règne d’Antonin le Pieux).

11AE 1948, 29 ; CCCA III, 389 ; Pellegrino 1987, 189-190, n° 4, fig. 8 ; Rieger MM 69, 296, fig. 81

12Petite base de marbre (31,5 × 26,5 × 11 cm) trouvée dans une des tabernae de la domus delle Gorgoni (située au nord-nord-est du Campus de Mater Magna, non loin de la schola des hastiferi).

Imp(eratori) M(arco) Aurelio
Antonino
ple<b>s corporis
(h)astiferum Ost(iensum)
dedik(auit) III Idus Dec(embres)
Plautiano II
et Geta{e} co(n)s(ulibus)
cur(auit) Canneius Zeno.

« À l’empereur Marc Aurèle Antonin, la plèbe du collège des hastifères d’Ostie a dédié (cette offrande), le troisième jour avant les ides de décembre, sous le consulat de Plautien pour la deuxième fois et de Géta. Canneius Zeno s’en est occupé ».

13À la dernière ligne, Pellegrino (1987, 190) suggère de lire, plutôt que C. Anneius, Canneius, gentilice rare attesté à Ostie.

14Datation : 11 décembre 203.

15AE 1948, 30 ; CCCA III, 390 ; Pellegrino 1987, 190-191, n° 5, fig. 9 ; Rieger MM 67, 296, fig. 78

16Plaque de marbre blanc rectangulaire (68 × 181,5 × 7 cm) trouvée en remploi, dans le seuil d’une taberna du cardo, adjacente à la schola des hastiferi (Calza 1947, 200).

Genio
decurionum
Ostiensium. //
Lucio Aelio
Aurelio Commodo
Imp(eratoris) Caes(aris) T(iti) Aeli
Hadriani Antonini
Aug(usti) Pii p(atris) p(atriae) filio
L(ucius) Laelius Sp(uri) f(ilius) Herennianus scrib(a) cerar(ius) s(ua) p(ecunia) p(osuit).

« Au Génie des décurions d’Ostie. À Lucius Aelius Aurelius Commode, fils de l’empereur César Titus Aelius Hadrien Antonin Auguste, Pieux, père de la patrie, Lucius Laelius Herennianus, fils de Spurius, scribe cerarius, a posé à ses frais ».

17Le dédicant, Laelius Herennianus, est hastifère (voir AE 1948, 28), selon une autre dédicace retrouvée devant la schola de ce corpus. Il revêt la charge de scriba cerarius (qui écrit sur des tablettes de cire).

18Datation : entre 138 et 161 (Lucius Verus porte ici le nom qui est devenu le sien, en tant que César, après son adoption par Antonin).

19AE 1948, 31 ; CCCA III, 391 ; Rieger MM 70, 296-297, fig. 80

20Plaque de marbre, en deux fragments (19 × 80 cm ; 18 × 44,7 cm), trouvée en remploi sur la marche supérieure entre les deux colonnes du temple de Bellone (Calza 1947, 200 ; fig. 223).

C(aius) Rubrius Fortunatus C(aius) Rubrius [Iu]stus et
Iscantia Prima patroni (h)astoforum (!) Ostiensium
(a)edem uetustatis colla(p)sa(m) sua pecunia fecerunt
dedicat(a) III N(onas) Aug(ustas) Geta et Antonino co(n)s(ulibus).

« Gaius Rubrius Fortunatus, Gaius Rubrius Iustus et Iscantia Prima, patrons des hastifères d’Ostie ont fait à leurs frais l’aedes tombée à cause de sa vétusté. Dédiée le troisième jour avant les nones d’août, sous le consulat de Géta et d’Antonin ».

Fig. 223

Fig. 223

Inscription rappelant la restauration d’une aedes par les patrons des hastiferi (AE 1948, 31)

© DR

21Selon Pensabene (2007, 229-230), la restauration dont il est question dans ce texte concerne le temple de Bellone. Dans la mesure où celui-ci ne semble pas faire l’objet d’une restauration massive à cette époque, le savant suppose que les patrons du collège ont exagéré la portée de leur intervention. D’après Rieger (2004, 110, 297), qui constate également que le temple de Bellone ne semble pas avoir subi d’importantes réfections à l’époque sévérienne, ce texte se rapporte plutôt à une reconstruction de la schola des hastiferi. Plaide en ce sens le fait que ce sont des patrons de ce corpus qui financent les travaux.

22Datation : 3 août 205 ou 208.

23Bloch 1953, 7; AE 1967, 74; CCCA III, 419; Rieger MM 79, 298 (fig. 79); Ep. lat. 2010, 170-171, n° 39.1, fig. 39.1

24Petit base de marbre blanc (28 × 15 × 15 cm), trouvée en 1938 dans un des espaces à l’est de la Casa della Fortuna Annonaria.

<sur la face avant>
T(itus) Flauius
Epigonus hon(oratus)
collegio
(h)astofor(um !)
Ostien[sium]
sign(um) M(atris) [D(eum) ? d(ono) d(edit)].
<sur le côté droit>
D(e)d(icatum) VIII Id(us) [---]
Aelio Anto[nino Aug(usto)]
Aurelio Caes(are) c[o(n)s(ulibus)].

« Titus Flavius Epigonus, membre honoraire, (a offert) au collège des hastifères d’Ostie une statuette de la Mère [des dieux]. Dédiée le huitième jour avant les ides de [---], sous le consulat d’Aelius Antonin pour la troisième fois et d’Aurelius César ».

25Datation : vraisemblablement en 140 (le César consul est sûrement Marc Aurèle ; l’empereur dont le nom est lacunaire devrait être Antonin, consul pour la troisième fois ; toutefois, l’onomastique adoptée pour Antonin est peu courante. De plus, un homonyme du dédicant figure dans une liste de cannophores (CIL XIV, 284), vers 200. Si la datation en 140 est correcte, ce dernier pourrait être le petit-fils de T. Flavius Epigonus [Ep. lat. 2010, 171]).

Sources archéologiques

26L’aire sacrée de Bellone est mise au jour par Calza (1938-1940), en même temps que l’Attideum (Calza 1947, 198-202). Un sondage est réalisé dans le temple dans les années 1980 (Pellegrino 1987, 188-189) ; l’équipe espagnole dirigée par Mar a également procédé à des investigations devant le temple dans les années 1990. Seules de brèves mentions s’y rapportent (Vivò Codina 1998, 64-65 ; Mar 1999a, 21).

27L’aire du temple de Bellone, qui comporte l’aedes de la divinité et la schola des hastifères, liés à son culte, occupe un espace grosso modo trapézoïdal, au sud-est du Campus de la Mère des dieux (Rieger 2004, 96-101 ; Pensabene 2007, 329 ; fig. 31, 35). Elle est délimitée, à l’est, par le mur de soutènement du cardo maximus (qui se trouve à un niveau supérieur), en opus reticulatum, qui présente quatre contreforts (l’un en opus reticulatum, les autres en opus listatum), dont le dernier est inclus dans la structure du temple de Bellone (ce mur de soutènement date vraisemblablement de l’époque d’Hadrien ; Pensabene 2007, 324). L’aire sacrée est délimitée à l’ouest par le mur oriental de l’Attideum (voir fiche Ostia. Aire sacrée de Mater Magna) et, au sud, par un mur en opus reticulatum grossier, reliant ce dernier au temple de Bellone, qui occupe l’angle compris entre le cardo, la muraille et la tour. Au nord, l’aire sacrée est close par le mur de fond de la schola des hastifères.

Fig. 31

Fig. 31

Plan de la partie orientale du Campus (Top. gen. 1953)

© DR

Fig. 35

Fig. 35

Vue de la partie sud-est du Campus et de l’aire sacrée de Bellone (PAO _A_2118)

© DR

28On accède à l’aire sacrée depuis le cardo maximus par un escalier de six marches, en opus latericium, large de 2,40 m. Il est flanqué au nord par le mur sud de la dernière taberna s’ouvrant sur le cardo et au sud par un muret en opus latericium auquel s’adosse le premier des cinq pilastres de briques formant un petit portique adossé au mur de soutènement (Pensabene 2007, 329).

Temple de Bellone

29Le temple de Bellone (7 × 5,75 m), en opus mixtum et latericium, est distyle in antis, avec un escalier central d’une largeur de 1,80 m, comportant trois marches (prof. 28 cm), qui s’insèrent dans le pronaos. Les antae conservent des traces d’un revêtement en stuc. Le pronaos est doté d’une mosaïque blanche, bordée de noir, partiellement préservée. La cella est rectangulaire, plus large que longue. Elle est munie d’un seuil en marbre blanc avec des trous pour les gonds et d’un pavement en mosaïque blanche, entourée d’une double bande noire, dont subsistent quelques traces. Un podium court le long du mur du fond (Pensabene 2007, 329).

30Les sondages à l’intérieur de la cella ont permis d’identifier une phase de construction antérieure à celle actuellement visible, qui vient d’être décrite (Pellegrino 1987, 188-189). Cette première phase est caractérisée par des murs en opus mixtum plutôt irrégulier, par un pavement en cocciopesto et par une peinture pariétale à fond jaune avec décor de petits édicules sur les côtés (Liedtke 2003, 95-96). L’appareil des murs tout comme le décor pariétal suggèrent, selon Pellegrino, de dater cette première phase à l’époque antonine, entre 140 et 160/170 (la datation à la première moitié du ier s. proposée par Rieger 2004, 104, 107 va à l’encontre des données épigraphiques, archéologiques et iconographiques [Pensabene 2005, 516]). Si la première phase correspond à la construction du temple rappelée par AE 1948, 26, elle pourrait cependant remonter à la fin de l’époque d’Hadrien (voir supra et Bollmann 1998, 322 ; Pensabene 2007, 323). En outre, le temple semble antérieur à la schola des hastiferi que les inscriptions invitent à dater entre la fin de l’époque d’Hadrien et 161 (voir infra ; Bollmann 1998, 322). Lors d’une seconde phase, la pièce décrite est comblée de terre, de chaux et d’autres matériaux ; le niveau est rehaussé et est alors construit le temple actuellement visible. Celui-ci est daté par Pellegrino de la fin du iie s. Des interventions mineures ont eu lieu par la suite, comme en témoigne la réutilisation d’une plaque de marbre inscrite, datée entre 205 et 208, dans une des marches du temple (AE 1948, 31 ; Pensabene 2007, 229-230).

31L’espace réduit qui se trouve entre l’escalier, le mur du temple et la tour de la muraille est revêtu de deux couches superposées d’enduit peint. Dans l’état actuel, on ne peut préciser sa fonction (Pensabene 2007, 230).

32Relevons enfin que les fouilles espagnoles ont exhumé, devant le temple, les traces de trois autels superposés. Le plus ancien de ceux-ci pourrait faire remonter la chronologie du premier temple ou laisser supposer l’existence d’un temple antérieur à la phase mise en lumière dans les années 1980 (Vivò Codina 1998, 65 ; Mar 1999a, 21).

33De l’aire du temple provient une plaque de marbre (32 × 52 cm) avec des pieds sculptés (Pavolini 1986, 157, fig. 63 ; Rieger MM25, 288). Il pourrait s’agir d’une offrande votive faite par un dévot, rentré sain et sauf.

34Une petite tête de femme d’époque trajane (haut. 8 cm) proviendrait d’une niche latérale du pronaos du temple (Calza, Floriani Squarciapino 1962, 55 ; Rieger MM38, 290).

Schola des hastiferi

35Face au temple de Bellone se dresse un édifice identifié, grâce à une inscription, à la schola des hastifères (AE 1948, 28 ; voir supra ; Calza 1947, 198-201 ; Bollmann 1998, 320-322 ; Pensabene 2007, 230 ; voir fig. 7, n° 26 ; 31 ; 224). De forme carrée (5,5 × 5,6 m environ), il est précédé d’un porche dans lequel s’insère un escalier (long. 1,90 m) de cinq marches, formé de blocs de travertin. De part et d’autre de l’escalier se dressent deux colonnes de granit gris, à base de marbre de Luni, posées sur une plaque de travertin. D’après une photographie prise après la fouille, la colonne de gauche est surmontée d’un chapiteau corinthien simplifié (aujourd’hui non repérable) décrit par Pensabene et par lui daté au iiie s. (Pensabene 2007, 330).

Fig. 7

Fig. 7

Carte des lieux de culte d’associations d’Ostie (en vert, les lieux de culte de collège ; en rouge, les mithraea ; en bleu les lieux de culte d’associations professionnelles ou de voisinage non dédiés à Mithra : 1. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’ aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des Thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite Domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)

© DR

Fig. 31

Fig. 31

Plan de la partie orientale du Campus (Top. gen. 1953)

© DR

Fig. 224

Fig. 224

Schola des hastiferi (PAO_B 3017)

© DR

36La schola utilise les murs des édifices préexistants au sein desquels elle s’insère. La paroi du fond est constituée, dans sa partie orientale du mur en opus reticulatum avec chaîne d’angles de petit blocs d’une petite pièce carrée (voir fiche Ostia. Aire sacrée de Mater Magna) qui lui est antérieure, dans sa partie occidentale d’un mur en éclats de tuf irréguliers. La paroi orientale correspond, en bonne partie, au mur de la dernière taberna donnant sur le cardo. La paroi occidentale a un parement interne en éclats de tuf, tandis que l’extérieur est en opus mixtum (Pensabene 2007, 230).

37À l’intérieur, les parois étaient revêtues de plaques de marbre blanc encadrées de rosso antico. Le pavement est en opus sectile à motifs géométriques et utilise différents types de marbre (pour une description détaillée, Pensabene 2007, 230). La façade aussi était vraisemblablement revêtue de marbre, comme le laissent penser les nombreux fragments retrouvés lors de la fouille.

38Contre le mur du fond s’appuie une base en tuf (2,10 × 1,10 m), revêtue de marbre blanc, avec à ses côtés deux sortes de bassins rectangulaires. Le long de chaque mur latéral se trouve un podium de blocs de tuf, revêtu de plaques de marbre blanc (larg. 1,55 ; prof. 40 cm ; haut. 80 cm) (Calza 1947, 200 ; Bollmann 1998, 321 ; Pensabene 2007, 330).

39La construction de la schola est de peu postérieure à celle du temple de Bellone. Elle est datée entre la fin de l’époque d’Hadrien et 161, sur la base des inscriptions AE 1948, 28 et AE 1967, 74 (voir supra ; Bollmann 1998, 322 ; Pensabene 2007, 322). Si le chapiteau décrit et daté par Pensabene se rapporte bien à une colonne de la schola, on pourrait avancer l’hypothèse suivante : la décoration de marbre pourrait avoir été offerte ou refaite au iiie s. C’est peut-être à cette intervention que ferait référence l’inscription des patrons des hastiferi (AE 1948, 31).

Bibliographie

  

Bloch 1953 : H. Bloch, « Ostia - Iscrizioni rinvenute tra il 1930 e il 1939 », in NSA, 78, 1953, 239-306.

Bollmann 1998 : B. Bollmann, Römische Vereinshauser : Untersuchungen zu den Scholae der römischen Berufs-, Kult- und Augustalen-Kollegien in Italien, Mainz 1998.

Calza 1947a : G. Calza, « Il santuario della Magna Mater a Ostia », in MemPontAcc, 6, 1947, 183-205.

Calza, Floriani Squarciapino 1962 : R. Calza, M. Floriani Squarciapino, Museo Ostiense (60 illustrazioni), Rome 1962.

Ep. lat. 2010 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina : Ostia, cento iscrizioni in contesto, Roma 2010.

Liedtke 2003 : C. Liedtke, Nebenraumdekorationen des 2. und 3. Jahrhunderts in Italien, Berlin, New York 2003.

Mar 1999a : R. Mar, et al., « Santuarios y urbanismo en Ostia. La excavación en el campo de Cibeles », in Meded, 58, 1999, 20-22.

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Pavolini 1986 : C. Pavolini, La vita quotidiana a Ostia, Roma-Bari 1986.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Pellegrino 1987 : A. Pellegrino, « Note su alcune iscrizioni del campo della Magna Mater ad Ostia », in Miscellanea greca e romana, 12, 1987, 183-200.

Pensabene 2005 : P. Pensabene, « La ’topografia del sacro’ a Ostia alla luce dei recenti lavori di A.K. Rieger e di D. Steuernagel », in ArchCl, 56, 2005, 497-532.

Pensabene 2007 : P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

Rieger 2004 : A.K. Rieger, Heiligtümer in Ostia, Münich 2004.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Vivò Codina 1998 : D. Vivò Codina, El programa icongràfic de l’Attideion del Campo della Magna Matter a Ostia, Universitat de Girona, Tesi Doctoral, 1998.

Table des illustrations

Titre Fig. 6
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s. 1. Capitole d’époque hadrienne ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6631/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 11
Légende Plan du Campus (d’après Top. gen. 1953 ; http://www.ostia-antica.org/​regio4/​1/​1.htm )
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6631/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 31
Légende Plan de la partie orientale du Campus (Top. gen. 1953)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6631/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 221 a
Légende Inscriptions de la plaque de marbre opistographe rappelant la construction et la restauration du temple de Bellone (AE 1948, 26-27)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6631/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 221 b
Légende Inscriptions de la plaque de marbre opistographe rappelant la construction et la restauration du temple de Bellone (AE 1948, 26-27)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6631/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 222
Légende Dédicace au numen impérial, offerte au collège des hastifères (AE 1948, 28)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6631/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 223
Légende Inscription rappelant la restauration d’une aedes par les patrons des hastiferi (AE 1948, 31)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6631/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 35
Légende Vue de la partie sud-est du Campus et de l’aire sacrée de Bellone (PAO _A_2118)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6631/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 7
Légende Carte des lieux de culte d’associations d’Ostie (en vert, les lieux de culte de collège ; en rouge, les mithraea ; en bleu les lieux de culte d’associations professionnelles ou de voisinage non dédiés à Mithra : 1. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’ aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des Thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite Domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6631/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 224
Légende Schola des hastiferi (PAO_B 3017)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6631/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 655k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter