Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Synagogue

Texte intégral

1Repérée fortuitement en 1961, la synagogue d’Ostie est située au sud-ouest de la ville, hors les murs, au sud de la Via Severiana, à proximité immédiate du littoral antique (fig. 8 ; fig. 214). Il s’agit d’une découverte exceptionnelle, faisant connaître la plus ancienne synagogue d’Italie, voire même de toute la Méditerranée occidentale. Elle remonterait en effet déjà à la seconde moitié du ier s. (ou, selon les recherches plus récentes à la deuxième moitié du iie s.) et assume, au ive s., l’aspect sous lequel on peut la visiter (Runesson 1999, 2001, 2002 ; Synagogue, 2001 ; Mitternacht 2003 ; Steuernagel 2004, 79-81, 97, 118, 249 ; Pavolini 2006, 182-184 ; Pensabene 2007, 532-536).

Fig. 8

Fig. 8

Carte des lieux de culte juif et chrétiens d’Ostie (d’après Bauer, Heinzelmann 2001, 374, fig. 1)

© DR

Fig. 214

Fig. 214

Carte du quartier dans lequel s’implante la synagogue (M.J. Cuyler in http://www.ostia-foundation.org/​synagogue/​ ; Creative Commons License CC BY-NC-SA 4.0)

© DR

2La synagogue a été fouillée par Floriani Squarciapino qui a publié plusieurs rapports intermédiaires et articles (Floriani Squarciapino, 1961 ; 1961-62 ; 1963 ; 1965 ; 2001). Le manque de synthèse, reprenant systématiquement les données issues de la fouille, se faisait toutefois fortement sentir et a été comblé par l’étude détaillée de Runesson (2001), qui a fait l’objet de recensions élogieuses (Noy 2003 ; Ghilardi 2003, 315-317) ; Mitternacht (2003, 533-544) y a également réagi très positivement, en apportant quelques éléments supplémentaires à la réflexion ; la fouilleuse a marqué son adhésion quant aux résultats obtenus par Runesson (1999) dans le dernier article qu’elle a publié sur la question (Floriani Squarciapino 2001, 277). Depuis 2001, la synagogue a fait l’objet de plusieurs campagnes d’analyse des murs, d’archives, de matériel et de fouilles, menées par l’université du Texas (Austin) (voir http://www.utexas.edu/​research/​isac/​ web/OSMAP/OSMAP_Home.html ; le site ne semble plus avoir été mis à jour depuis le début des années 2010). Si les résultats provisoires publiés sur la Toile ne semblent pas modifier substantiellement les acquis de l’étude de Runesson, un article et de brefs résumés parus ces dernières années, ainsi que des communications orales, font état de découvertes, dans les archives comme sur le terrain, qui remettent fortement en cause les datations des différentes phases de l’édifice (Williams 2014 ; Nongbri 2015, 366-402 ; Cuyler, Gunderson 2017).

3Contrairement à une idée reçue, ce n’est pas dans une zone isolée que s’implante la synagogue (fig. 214). Dès le ier s., ce quartier est fréquenté et habité. On y construit des thermes au iie s. (Terme di Porta Marina) ainsi que des horrea ; à proximité immédiate de la synagogue est alors édifié un complexe formé de commerces et de logements. Au iiie s. est mise en service la Via Severiana qui joint Ostie à Terracina : elle passe devant la synagogue. Plusieurs restaurations et de nouvelles constructions attestent que ce quartier est toujours bien vivant au ive s. et dans les premières décennies du ve s. (Brandt 2001, 19-28 ; Mitternacht 2003, 549-551 ; Pavolini 2006, 182 ; Pensabene 2007, 532-533 ; David 2018a).

Fig. 214

Fig. 214

Carte du quartier dans lequel s’implante la synagogue (M.J. Cuyler in http://www.ostia-foundation.org/​synagogue/​ ; Creative Commons License CC BY-NC-SA 4.0)

© DR

4L’identification de l’édifice comme synagogue est assurée par la présence de symboles juifs, dont la menorah, sur deux petites colonnes appartenant à sa phase du ive s. (voir infra). En outre, une inscription datable du iie s. et mentionnant le don d’une arche destinée à contenir les rouleaux de la Torah a été réutilisée dans un pavement postérieur (la plupart des savants admettent qu’elle se rapportait à l’édifice ; les doutes exprimés par Runesson (2001, 85-88) à ce propos [elle proviendrait d’une autre synagogue d’Ostie, abandonnée au ive s.] n’emportent pas la conviction – voir en ce sens Noy 2003). Notons également que l’existence d’une communauté juive à Ostie est aussi attestée par des inscriptions, dont certaines étaient connues avant la mise au jour de la synagogue (voir introduction).

Sources épigraphiques

5JIWE I, 13 ; AE 1967, 77 ; Runesson 2001, 85-88, fig. 105 ; AE 2002, 288 ; Ep. lat. 2010, 188, n° 48.4 (avec la bibliographie antérieure)

6Plaque de marbre en deux fragments (36 × 54,3 cm), trouvée réutilisée dans le pavement du ive s. de la zone A de la synagogue (pour le grand fragment), de la zone G (pour le petit).

Pro salute Aug[g. (Augustorum duorum)
οἰκοδόμησεν κὲ αἰπο[ί]-
ησεν ἐκ τῶν αὑτοῦ δο-
μάτων καὶ τὴν κειβωτὸν
ἀνέθηκεν νόμῳ ἁγίῳ
Μίνδις Φαῦστος με-
[τὰ τῶν ἰ]δίω[ν].

« Pour la santé des Empereurs (?), Mindi(u)s Faustus avec les siens a dédié le coffre pour la Loi Sacrée et fait construire avec son argent la partie de l’édifice où placer ce coffre ».

7La ligne 6 a été martelée et réinscrite. Dans ce texte sont conjugués un acte typique du « culte impérial », une dédicace pour le salut de l’empereur, et une offrande d’un édifice spécifique à la religion juive, servant de réceptacle à la Loi.

8D’autres inscriptions d’Ostie et des environs nous font connaître des titres et fonctions de la communauté juive d’Ostie (elles ne proviennent cependant pas de la synagogue ; pour un aperçu, Ep. lat. 2010, 189 ; voir aussi introduction).

Sources archéologiques

9La description qui suit est principalement basée sur l’étude de Runesson (2001 ; voir aussi Runesson 2002, notamment 216-217, avec un tableau utile) à laquelle je renvoie pour plus de détails (pour une mise au point critique, portant principalement sur des points très précis et ne remettant pas en cause l’analyse globale, voir Mitternacht 2003 ; fig. 215, 216). L’état de la question ici dressé est cependant susceptible de modifications substantielles dans les prochaines années, une fois qu’auront été publiés les résultats des investigations de l’équipe de l’Université du Texas. Les données émanant des quelques rapports préliminaires parus sont, autant que faire se peut, signalées ci-dessous.

Fig. 215

Fig. 215

Plan de la synagogue (avec des lettres ; White 1997)

© DR

Fig. 216

Fig. 216

Plan de la synagogue (avec des chiffres ; M.J. Cuyler in http://www.ostia-foundation.org/​synagogue/​)

© DR

10L’édifice comprend, dès sa première phase, les espaces B, C, D, E et G (fig. 215) (c’est-à-dire 8, 12, 14, 9, 10, dans d’autres plans, fig. 216). Il est accessible par une porte principale, à l’est, donnant sur la pièce B2 (8), mais aussi par une série d’autres portes secondaires, au nord, au sud et à l’ouest. Une sorte d’entrée monumentale pourvue de quatre colonnes (C [12]) conduit à la salle principale (D [14]). Cette entrée monumentale était dès cette phase munie de colonnes, comme le prouve la présence des fondations d’une colonnade dans le niveau correspondant. La salle D occupe un vaste espace rectangulaire (24,90 × 12,50 m), illuminé par des fenêtres ouvertes dans ses murs. Elle semble avoir été munie de banquettes (la prudence de Nongbri [2015, 385-386] semble excessive, dans la mesure où des traces de maçonneries ont été retrouvées) ; la salle est en outre dotée d’un podium, appuyé contre le mur du fond, incurvé. Ce podium a été interprété comme une bimah, d’où était récitée la prière ou lue la Loi, en direction du sud-est, vers Jérusalem.

11Une grande pièce (G/B ; 10-9), pourvue de banquettes, semble servir de triclinium. Nongbri (2015, 381-383) a attiré l’attention sur le fait que les banquettes n’ont pas été retrouvées comme telles, on dispose seulement de traces qui ont été interprétées en ce sens. L’aire qui borde à l’est la synagogue (A ; 3-5-6) comprend des équipements liés à l’eau : un puits et une citerne. En même temps que la synagogue est édifiée une maison, à l’ouest de celle-ci. Elle a peut-être servi de résidence à un dignitaire de la communauté.

12Depuis les publications de Floriani Squarciapino, il était généralement admis, sur la base de la technique de construction des murs, en opus reticulatum mixtum, que la première phase de l’édifice était datable de la seconde moitié du ier s. et que, dès ce moment, il correspondait à une synagogue (ce terme étant compris comme un espace utilisé notamment à des fins religieuses, où la communauté juive locale s’assemblait pour la lecture et le commentaire des Écritures, mais éventuellement aussi pour des repas collectifs ; voir Runesson 2002, 183). Selon certains, la construction de la synagogue aurait pu être une conséquence de la construction du port de Claude et, dès lors, être antérieure à la chute du Temple de Jérusalem (Runesson 2001, 81-82) ; pour d’autres au contraire, la synagogue d’Ostie devait être postérieure à cet événement. Dans les années 1990, White (1997a ; 1997b, 379-397) a défendu l’idée que la construction de l’édifice remontait au début du iie s. et qu’il devait être identifié, dans sa première phase, à une insula. Ses arguments, souvent fragiles, ont été réfutés par Runesson (1999, 2001, 2002) et Brandt (2004) ; White s’est en partie rétracté (1999, 459) mais a maintenu certaines de ses positions. La plupart d’entre elles semblent irrecevables (pour un résumé critique du débat, voir Mitternacht 2003, 536-542).

13Les sondages réalisés dans les années 2010 par l’équipe de l’Université du Texas apportent de nouvelles données : d’après Cuyler et Gunderson (2017, 156), le matériel le plus récent provenant des strates des tranchées de fondations des murs en réticulé date du milieu du iie s., qui constituerait donc désormais un terminus post quem pour la première phase de l’édifice.

14Plusieurs modifications affectent, lors d’une deuxième phase, les structures de l’édifice. L’espace B (7-8-9) est divisé par deux murs décorés. Les banquettes de la vaste salle G/B3 (10-9), qui forme comme précédemment une seule unité, sont éliminées ; le sol de celle-ci est pourvu d’un pavement en mosaïque. La nouvelle pièce B1 (7) est pourvue d’un bassin peu profond, servant selon toute vraisemblance aux ablutions rituelles. Selon Runesson, l’entrée monumentale (C [12]) de la grande salle (D [14]) est alors rénovée : les chapiteaux des colonnes sont remplacés et celles-ci sont légèrement déplacées, afin d’élargir un peu l’espace qui les sépare et de les situer ainsi dans le prolongement des nouveaux murs séparant l’espace B (7, 8, 9). Cet aspect de l’étude de Runesson pose question. D’une part, la datation de ces chapiteaux corinthiens au iie s. ne fait pas l’unanimité (ils remontent à la seconde moitié du ier s. selon Pensabene 1973, 61-62, n° 232-234 ; voir Ghilardi 2003, 316). D’autre part, la cohérence entre les bases, fûts et chapiteaux des colonnes a été soulignée (Pensabene 2007, 526) : il est donc possible que cet aménagement remonte plutôt à la première phase.

15La salle principale (D [14]) ne subit pas de modifications importantes : le podium est agrandi vers le centre de la pièce et une porte est introduite dans le mur nord.

16Avant les sondages des années 2010, ces modifications étaient datées de la première moitié du iie s. (sur la base d’estampilles datables du règne d’Hadrien mais qui ont été retrouvées non dans les murs mais sur le pavement du ive s. (Garofalo Zappa 1971, 284) et d’après une monnaie de Trajan trouvée sous le soubassement d’une mosaïque, avec rosette au centre, dont Floriani Squarciapino (2001, 276) ne situe pas de manière précise l’emplacement et que Mitternacht (2003, 252-253) identifie à celle de la salle B1 (7), sur la base d’une information orale fournie par Runesson. Ces datations – voire le phasage même des diverses étapes qu’a connues l’édifice – devront vraisemblablement être revues à la suite des découvertes de l’équipe de l’université du Texas.

17Lors d’une troisième phase, la synagogue est agrandie et subit d’importantes transformations, datables du ive s. (une monnaie de Maxence datée de 306, retrouvée dans un mur, fournit un terminus post quem).

18L’espace A (3, 5, 6) est désormais incorporé dans l’édifice dont il forme un vestibule, accessible depuis la Via Severiana, par une porte ornée d’un prothyrum. Un dallage de marbre couvre le sol (et la citerne antérieure), tandis que le puits est rehaussé et muni d’une margelle de marbre.

19En outre, deux autres salles sont adjointes à la synagogue, qui occupe désormais une vaste superficie (36,60 × 23,50 m). La pièce F (15, 16, 17), avec un sol en cocciopesto, correspond à un espace de travail. La pièce E (18) est pourvue de larges banquettes : elle pouvait dès lors servir pour les repas communautaires mais éventuellement aussi comme logement pour les pèlerins. Son pavement de mosaïque ne serait pas antérieur à la fin du ive s. voire au début du ve s., à en croire une monnaie retrouvée sous ce niveau (Williams 2014 ; Nongbri 2015, 393).

20Les murs divisant l’espace B (7, 8, 9) sont éliminés et remplacés par des balustrades. Le bassin de la pièce B1 (7) est revêtu d’une mosaïque. Des portes sont ouvertes dans les murs séparant le vestibule des pièces B1 (7) et B3 (9), de part et d’autre de la porte principale préexistant entre A (5) et B2 (8). Les pièces B2 (8) et B3 (9) reçoivent un pavement de mosaïque (d’après Nongbri [2015, 384], une monnaie de bronze datable du règne de Léon Ier [457-474] découverte lors des fouilles de Squarciapino pourrait avoir été trouvée sous le niveau d’une de ces mosaïques et dès lors fournir un terminus post quem fort tardif pour celles-ci ; mais, admet-il, il n’est pas assuré que la monnaie ait été trouvée à cet endroit précis).

21Quant à la pièce G (10), elle est munie d’un nouveau pavement en mosaïque, d’un four et d’une table dont le plan est couvert de marbre : elle sert désormais de cuisine (fig. 217). D’après les recherches récentes dans les archives et sur le matériel des fouilles de Squarciapino (Williams 2014 ; Nongbri 2015, 380-381), des monnaies datables de l’année 340 ont été retrouvées, lors des fouilles, sous le pavement de mosaïque, fournissant ainsi un terminus post quem. Le four, posé sur ce pavement, est dès lors aussi postérieur à cette date. Plusieurs lampes à huile avec une menorah pour décor ont été retrouvées dans la strate au-dessus de la mosaïque (Nongbri 2015, 380 ; fig. 218).

Fig. 217

Fig. 217

Salles G et B, vues du sud (http://www.ostia-antica.org/​regio4/​17/​synagogue_02.jpg)

© G. Huissen

Fig. 218

Fig. 218

Lampes décorées de la menorah, trouvées dans la pièce G/10 (M. Floriani Squarciapino, « The Most Ancient Synagogue », The Illustrated London News, September 28, 1963, fig. 13 ; reproduit dans M.J. Cuyler in http://www.ostia-foundation.org/​synagogue/​)

© DR

22La vaste salle D (14) reçoit un pavement en opus sectile, tout comme son podium et ses murs. Les banquettes sont éliminées et deux colonnes semblent introduites durant cette phase, de part et d’autre du podium (elles n’ont cependant pas été retrouvées in situ). Quant aux colonnes de l’entrée monumentale C (12), elles semblent reliées par une clôture (l’accès à la salle D [14] ne pouvait dès lors se faire que latéralement par C1 [11] et C3 [13]).

23Les portes qui s’ouvraient vers le nord sont alors fermées. Des murs de soutien en opus latericium et des pilastres en opus uittatum sont construits le long des trois côtés de la salle D (14) (peut-être en raison du tremblement de terre qui détruisit une villa proche, selon l’hypothèse de Mitternacht 2003, 553). Ceux-ci obturent une partie des fenêtres préexistantes.

24Vers le milieu du ive s., une aedicula aux murs en opus listatum est édifiée dans le mur de la salle D le plus proche de Jérusalem (fig. 219). Cette construction obture la porte entre C3 (13) et D (14). L’édicule, en abside, est surélevé sur un podium, auquel on accède par quatre marches, et encadré de deux petites colonnes. Les parois verticales du podium, de part et d’autre de l’escalier, sont rythmées par de petites niches. Quant aux deux colonnes, « elles soutiennent des chapiteaux et consoles décorés avec les symboles de la menorah (le chandelier à sept branches), de la shofar (corne de bélier), du lubab et de l’ethrog (faisceau de trois espèces végétales et du fruit du cèdre), qui font allusion à l’espérance de la reconstruction du temple de Jérusalem » (Pensabene 2007, 534, citant Zevi in Rassegna mensile di Israel, 1972, 10 ; fig. 220). Cet édicule était destiné à abriter l’arche contenant les rouleaux de la Loi. Il ne peut toutefois correspondre au keibotos mentionné dans l’inscription de Mindius Faustus. Il est en effet nettement postérieur à celui offert par ce dernier (Pensabene 2007, 534 ; Runesson 2001, 84-88). Plus tard, sans doute à la fin du ive s., l’aedicula est agrandie.

Fig. 220

Fig. 220

Colonne de l’édicule de la torah, avec menorah

© Françoise Van Haeperen

Bibliographie

  

Brandt 2001 : O. Brandt, « The Quarter Surrounding the Synagogue at Ostia », in B. Olsson, D. Mitternacht,

Brandt 2004 : O. Brandt, « Jews and Christians in late antique Rome and Ostia. Some aspects of archaeological and documentary evidence », in OpRom, 29, 2004, 7-27.

Cuyler, Gunderson 2017 : M.J. Cuyler, J. Gunderson, « A New Date for the Foundations of the Ostia Synagogue », in 118th Annual Meeting of the Archaeological Institute of America, January 2017, 156 : disponible sur https ://www.academia.edu/35186728/A_New_Date_for_the_Foundations_of_the_Ostia_Synagogue (consulté le 17 avril 2018).

David 2018a : M. David, « Il nuovo mitreo dei marmi colorati sulla via della Marciana a Ostia Antica », in Ricerche su Ostia e il suo territorio : Atti del Terzo Seminario Ostiense (Roma, École française de Rome, 21-22 ottobre 2015) [en ligne]. Rome 2018 (généré le 11 mai 2018). Disponible sur Internet : <http :// books.openedition.org/efr/3801>

Ep. lat. 2010 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina : Ostia, cento iscrizioni in contesto, Roma 2010.

Floriani Squarciapino 1961 : M. Floriani Squarciapino, « La sinagoga di Ostia », in BdA, 46, 1961, 326-337.

Floriani Squarciapino 1961-1962 : M. Floriani Squarciapino, « La sinagoga recentemente scoperta ad Ostia », in RPAA, 34, 1961-1962, 119-132.

Floriani Squarciapino 1963 : M. Floriani Squarciapino, « The Synagogue at Ostia », Archaeology, 16, 1963, 194-203.

Floriani Squarciapino 1965 : M. Floriani Squarciapino, « La sinagoga di Ostia : seconda campagna di scavo », in Atti del VI Congresso internazionale di archeologia cristiana, Città del Vaticano 1965, 299-315.

Floriani Squarciapino 2001 : M. Floriani Squarciapino, « La synagogue d’Ostie », in Ostia, 2001, 272-277.

Garofalo Zappa 1971 : G. Garofalo Zappa, « Nuovi bolli laterizi di Ostia », in Miscellanea greca e romana, 3, 1971, 257-289.

Ghilardi 2003 : M. Ghilardi, « La sinagoga di Ostia Antica e gli ebrei di Roma : riflessioni in margine ad un recente libro », in Mediterraneo Antico. Economie. Società. Culture, Pisa 2003, 311-324.

Mitternacht 2003 : D. Mitternacht, « Current Views on the Synagogue of Ostia Antica and the Jews of Rome and Ostia », in B. Olsson, M. Zetterholm éds., The Ancient Synagogue. From its Origins until 200 C.E., Stockholm 2003, 521-571.

Nongbri 2015 : B. Nongbri, « Archival Research on the Excavation of the Synagogue at Ostia : A Preliminary Report », in Journal for the Study of Judaism, 46, 2015, 366-402.

Noy 2003 : D. Noy, « The Synagogue at Ostia. Review : B. Olsen, D. Mitternacht, O. Brandt (éds.) : The Synagogue of Ancient Ostia and the Jews of Rome », in The Classical Review, 53, 2003, 428-429.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Pensabene 1973 : P. Pensabene, I capitelli, Roma 1973 (Scavi di Ostia, 7).

Pensabene 2007 : P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

Runesson 1999 : A. Runesson, « The Oldest Original Synagogue Building in the Diaspora. A response to L. Michael White (An historical reconstruction of the social situations of the Jews at Ostia) », in HThR, 92, 1999, 409-433.

Runesson 2001 : A. Runesson, « The Synagogue at Ancient Ostia. The Building and its History from the First to the Fifth Century », in B. Olsson, D. Mitternacht, O. Brandt éds., The Synagogue of Ostia and the Jews of Rome. Interdisciplinary Studies, Stockholm 2001, 29-99.

Runesson 2002 : A. Runesson, « A monumental synagogue from the first century : The case of Ostia », in JSS 33, 2002, 171-220.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

White 1997a : L.M. White, « Synagogue and Society in Imperial Ostia : Archeological and Epigraphic Evidence », in HThR, 90, 1997, 23-58.

White 1997b : L.M. White, The Social Origines of Christian Architecture, II, Valley Forge (Pennsylvania) 1997.

White 1999 : L.M. White, « Reading the Ostia Synagogue : A reply to A. Runesson (Regarding the nature and history of the Jewish diaspora community) », in HThR, 92, 1999, 435-464.

Williams 2014 : D. Williams, « Digging in the Archives : A Late Roman Coin Assemblage from the Synagogue at Ancient Ostia (Italy) », in AJN, 26, 2014, 245-273.

Table des illustrations

Titre Fig. 8
Légende Carte des lieux de culte juif et chrétiens d’Ostie (d’après Bauer, Heinzelmann 2001, 374, fig. 1)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6627/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 214
Légende Carte du quartier dans lequel s’implante la synagogue (M.J. Cuyler in http://www.ostia-foundation.org/​synagogue/​ ; Creative Commons License CC BY-NC-SA 4.0)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6627/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 215
Légende Plan de la synagogue (avec des lettres ; White 1997)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6627/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 216
Légende Plan de la synagogue (avec des chiffres ; M.J. Cuyler in http://www.ostia-foundation.org/​synagogue/​)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6627/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 217
Légende Salles G et B, vues du sud (http://www.ostia-antica.org/​regio4/​17/​synagogue_02.jpg)
Crédits © G. Huissen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6627/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 218
Légende Lampes décorées de la menorah, trouvées dans la pièce G/10 (M. Floriani Squarciapino, « The Most Ancient Synagogue », The Illustrated London News, September 28, 1963, fig. 13 ; reproduit dans M.J. Cuyler in http://www.ostia-foundation.org/​synagogue/​)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6627/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 219
Légende Edicule de la torah (http://www.ostia-antica.org/​regio4/​17/​synagogue_11.jpg)
Crédits © G. Huissen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6627/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 220
Légende Colonne de l’édicule de la torah, avec menorah
Crédits © Françoise Van Haeperen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6627/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 282k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter