Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6)

Texte intégral

1Mithraeum situé à l’ouest de ladite domus d’Apulée et au nord des quatre petits temples, dans l’axe du corridor central qui sépare le deuxième du troisième petit temple (voir fiche Ostia. Aire sacrée des quatre petits temples ; fig. 7, n° 15 ; 47).

Fig. 7

Fig. 7

Carte des lieux de culte d’associations d’Ostie (en vert, les lieux de culte de collège ; en rouge, les mithraea ; en bleu les lieux de culte d’associations professionnelles ou de voisinage non dédiés à Mithra : 1. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des Thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite Domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)

© DR

Fig. 47

Fig. 47

Plan de l’aire sacrée des Quatre petits temples (Top. gen. 1953)

© DR

2Il est en général présenté comme lié à la domus (voir par ex. Bakker 1994, 112 ; Pavolini 2006, 73-76 ; White 2012, 441, 466-469). Cependant, les passages qui permettent actuellement d’accéder de la domus au mithraeum ont été créés par des restaurations dont le but était précisément de faciliter ce parcours (Riva 1999, 120-122 ; D’Asdia 2002, 445 ; fig. 10). Il faut donc réfuter ce lien entre la domus et le mithraeum : il n’en fait pas partie. Un tel constat s’inscrit par ailleurs très bien dans l’état actuel de nos connaissances : aucun autre antre mithriaque d’Ostie n’était situé dans une domus ; dans aucun autre cas à Ostie, il ne faut, depuis la rue, franchir autant de seuils, traverser autant de pièces, avant de rejoindre un mithraeum. Le mithraeum des Sept Sphères aurait donc pu dépendre de l’établissement industriel situé à l’ouest de celui-ci, comme le suggérait déjà prudemment Becatti (1954, 48 ; Floriani Squarciapino 1962, 43). Une autre hypothèse est désormais envisageable. Le Journal de fouilles analysé minutieusement par Sole (2002, 171) montre en effet que le passage était possible entre la chapelle et le corridor central des petits temples au sud de celle-ci, le niveau du sol (en opus spicatum) étant sous l’Empire beaucoup plus haut qu’après la fouille menée au début du xxe s. (voir déjà Becatti 1954, 48 ; D’Asdia 2002, 445 ; Rieger 2004, 78 ; Steuernagel 2004, 90, 108-109 ; Van Haeperen 2011, 118). Il est donc envisageable que le mithraeum ait été installé sur une portion du terrain qui appartenait à l’aire sacrée des quatre petits temples.

3Le mithraeum est fouillé par Lanciani en 1886 (Lanciani 1886, 162-164). Ses murs étaient visibles (voir C.L. Visconti 1864, 412) et aucun objet n’y fut découvert. Il avait donc peut-être déjà été exploré précédemment, peut-être par Petrini, au début du xixe s. (voir fiche Ostia. Mithraeum Petrini ; il faut toutefois noter que d’autres mithraea d’Ostie [ceux de la Porta Romana et des Serpents] n’ont livré aucun objet mobile, comme le relève à juste titre Marchesini 2012-2013, 68). D’après le plan de Holl de 1804, une zone au nord-ouest de la cauea du théâtre fut alors touchée (Paschetto 1912, 387-389 ; Becatti 1954, 47, 123). Il est donc légitime de supposer que les découvertes épigraphiques et iconographiques faites par Petrini proviennent du mithraeum des Sept Sphères. La suggestion est séduisante mais pose un problème rarement soulevé : l’une de ces inscriptions mentionne la restauration de l’aedes, cum suo pronao. Or, dans l’état actuel, il est difficile, voire impossible, d’identifier ce pronaos à l’une des pièces adjacentes (voir fig. 47), qui ne communiquent pas directement avec le mithraeum. Deux solutions semblent envisageables. Soit, contrairement à l’opinio communis (prudemment Becatti, 1954, 47, 123-124 ; Bakker in http://www.ostia-antica.org/​regio2/​8/​8-6. htm ; White 2012, 441), le mithraeum découvert par Petrini ne correspond pas à celui des Sept Sphères ; soit, le pronaos pourrait être identifié avec le corridor central séparant les deux paires de petits temples. Celui-ci a en effet été partiellement fermé par deux murs de refend sous l’Empire (voir Ostia. Aire sacrée des quatre petits temples). La « pièce » ainsi formée aurait pu servir de vestibule au mithraeum. Quant à la restauration de l’aedes rappelée par l’inscription, elle pourrait concerner les réaménagements de la banquette du fond (voir infra). Le doute subsiste toutefois quant à l’identification du mithraeum Petrini et celui des Sept Sphères.

Fig. 47

Fig. 47

Plan de l’aire sacrée des Quatre petits temples (Top. gen. 1953)

© DR

Sources archéologiques

4La description qui suit est très largement empruntée à Becatti, que l’on consultera pour plus de détails (1954, 47-51 ; fig. 195, 196).

Fig. 195

Fig. 195

Plan du mithraeum des Sept Sphères (Becatti 1954, 49, 10)

© DR

Fig. 196

Fig. 196

Mithraeum des Sept Sphères (PAO_B3322)

© DR

5Seules les parties inférieures des murs sont antiques (le reste correspond à des restaurations destinées à supporter le toit protégeant les mosaïques).

6Les parois de la chapelle sont constituées de murs d’époques variées : la paroi occidentale est en gros opus reticulatum de tuf (datable du ier s.) ; elle appartenait à une taberna faisant partie d’une série de tabernae qui occupaient le côté nord-ouest d’un terrain appartenant sans doute initialement à l’aire sacrée des quattro tempietti (et qui ont fait l’objet de réaménagement ultérieurement). La paroi du fond, au nord, est en opus reticulatum plus petit ; elle s’appuie au mur en opus quasi reticulatum qui délimite tout le côté nord de la domus di Apuleio (et qui correspond au premier mur d’enceinte de l’aire des quatre petits temples). L’élévation de la paroi orientale correspond à une restauration en briques. La paroi sud présente une porte (larg. 1 m) décentrée par rapport à l’axe de la chapelle, comme dans de nombreux mithraea.

7À l’intérieur, la chapelle mesure 11,20 × 4,37 m (fig. 195, 196). Quatre pilastres saillants, en opus listatum, ont été construits le long de sa paroi occidentale. Le long du mur du fond se trouve une banquette, mal conservée, qui a fait l’objet de réaménagements (pour une description détaillée, Becatti 1954, 48). Dans un premier temps, elle était large de 55 cm et sa façade était décorée d’une mosaïque blanche à lignes noires dont restent des traces. Ensuite, la banquette semble avoir été rehaussée et élargie de 20 cm, avec un muret en brique qui couvre la façade précédente en mosaïque. Deux podiums courent le long des murs latéraux (larg. du podium oriental : 1,75 m ; larg. du podium occidental 1,50 m ; haut. 0,75 m pour les deux). À mi-longueur de chaque podium est ouverte une niche (prof. 25 ; larg. 30 ; haut. 32 cm). Au sud de chaque podium, dans l’angle avec le couloir, a été muré un petit autel de travertin, avec cavité dans la partie supérieure, portant une cruche sur un des côtés. Le corridor central mesure 1,70 m de large. À gauche de la porte d’entrée, devant le podium occidental a été creusé un petit puits, revêtu de ciment. Sur le côté sud du podium occidental, un petit escalier, le long de la paroi, permet de monter sur le podium.

8Le pavement, les parois verticales et les replats antérieurs des podiums sont couverts de mosaïques à tessères blanches et noires. Leur décor, lié à la symbolique mithriaque, a fait couler beaucoup d’encre (Gordon 1976 ; Beck 1979 ; Coarelli 1989 ; Beck 2000 ; White 2012, 466-469, avec la bibliographie antérieure). Je ne fais que le présenter brièvement, sans entrer dans les questions d’interprétation :

  • sur le pavement, entre les deux têtes des podiums, est représenté un poignard allongé, qui fait allusion à celui que tient Mithra dans l’acte de tuer le taureau ;

  • entre les deux podiums sont ensuite figurés sept demi-cercles noirs qui se prolongent en deux lignes verticales, rentrant ensuite, à angle droit, vers l’intérieur. Il s’agit d’une représentation symbolique des sept portes, en rapport avec les sphères planétaires, que devait traverser le dévot ;

  • les parois verticales des podiums sont revêtues de mosaïque représentant les six divinités planétaires, debout, encadrées chacune par une porte en arc avec chapiteaux schématiques, formant une sorte de niche, rappelant les portes dépeintes sur le pavement. Sur la face du podium de gauche se trouvent Diane, symbole de la Lune, Mercure et Jupiter ; sur la face du podium de gauche, du nord au sud, Mars, Vénus et Saturne. Sur les flancs sud des podiums sont figurés, à gauche Cautopates (dont les flammes de la torche abaissée sont rendues avec des tessères rouges), à droite Cautes ;

  • sur le replat en mosaïque des podiums sont représentés les symboles du zodiaque, surmontés chacun par une étoile à huit branches (sur la paroi verticale) ; à droite, la balance, le scorpion, le sagittaire, le capricorne, le verseau et le poisson ; à gauche, manque le premier qui devait être le bélier ; suivent le taureau, les gémeaux, le cancer ; le lion et la vierge ont été détruits.

9La datation du mithraeum repose principalement sur la technique de construction et le style des mosaïques. La proposition de Coarelli (1989) qui rattache le mithraeum à la domus di Apuleio et le date vers le milieu du iie s. n’est guère recevable pour une série de raisons développées par D’Asdia (2002). Sur la base de la conjonction des planètes, une datation en 172 ou peu après a été proposée (Beck 1979 ; Gordon 1976, 53-58). D’après la technique de construction de certains murs, la construction du mithraeum pourrait effectivement remonter à la seconde moitié du iie s. (Becatti 1954, 51) mais semble plutôt devoir être placée au début du iiie s., si l’on se base sur les mosaïques (Becatti 1961, 90-91). On trouve ainsi dans la littérature des datations oscillant entre l’époque antonine (White 2012, 441, 466-469) et le début du iiie s. (quant à D’Asdia 2002, 445, elle évoque une construction durant l’époque tardo-antique, sans préciser ce qu’elle entend par là). En outre, il n’est pas impossible que la mosaïque soit postérieure à l’installation du mithraeum et appartienne à une phase d’embellissement (Marchesini 2012-2013, 74).

10Dans l’état actuel des connaissances qui restent fort imprécises au niveau des datations des différentes phases du mithraeum, il est sans doute illusoire de vouloir les faire coïncider avec les restaurations mentionnées dans les inscriptions du mithraeum Petrini (sans doute à la fin du iie s. avec Decimianus, voir fiche Ostia. Mithraeum Petrini), d’autant plus que l’identité des deux mithraea n’est pas complètement assurée.

Bibliographie

  

Bakker 1994 : J.Th. Bakker, Living and Working with the Gods. Studies of Evidence for Private Religion and its Material Environment in the City of Ostia (100-500 AD), Amsterdam 1994.

Becatti 1954 : G. Becatti, I mitrei, Roma 1954 (Scavi di Ostia, 2).

Becatti 1961 : G. Becatti, Mosaici e pavimenti marmorei, Roma 1961 (Scavi di Ostia, 4).

Beck 1979 : R. Beck, « Sette Sfere, Sette Porte, and the Spring Equinoxes of A.D. 172 and 173 », in U. Bianchi éd., Mysteria Mithrae, Leiden 1979, 515-529 (EPRO, 80).

Beck 2000 : R. Beck, « Apuleius the novelist, Apuleius the Ostian householder and the Mithraeum of the Seven Spheres : further explorations of an hypothesis of Filippo Coarelli », in S.G. Wilson, M. Desjardins éds., Text and artifact in the religions of Mediterranean antiquity. Essays in honour of Peter Richardson, Waterloo 2000, 551-567.

Coarelli 1989 : F. Coarelli, « Apuleio a Ostia ? », in Dialoghi di Archeologia, 7, 1989, 27-42.

D’Asdia 2002 : M. D’Asdia, « Nuove riflessioni sulla domus di Apuleio », in ArchCl, 53, 2002, 433-451.

Floriani Squarciapino 1962 : M. Floriani Squarciapino, I culti orientali ad Ostia, Leiden 1962 (EPRO, 3).

Gordon 1976 : R. Gordon, « The Sacred Geography of a Mithraeum : the Example of Sette Sfere », in JMithSt, 1, 1976, 119-165.

Lanciani 1886a : R. Lanciani, « Sulle scoperte urbane e sugli scavi del suburbio e di Ostia », in NSA, 1886, 157-165.

Marchesini 2012-2013 : R. Marchesini, Sacra peregrina ad Ostia e Porto : Mithra, Iuppiter Sabazius, Iuppiter Dolichenus, Iuppiter Heliopolitanus, Roma, Sapienza. Università di Roma, 2012-2013 (Dottorato di Ricerca in Filologia e Storia del Mondo Antico).

Paschetto 1912 : L. Paschetto, Ostia colonia romana, storia e monumenti, Roma 1912.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Rieger 2004 : A.K. Rieger, Heiligtümer in Ostia, Münich 2004.

Riva 1999 : S. Riva, « Le cucine delle case di Ostia », in Meded, 58, 1999, 117-128.

Sole 2002 : L. Sole, « Monumenti repubblicani di Ostia Antica », in ArchCl, 53, 2002, 137-181.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Top. gen. 1953 : G. Calza, G. Becatti, I. Gismondi, G. De Angelis d’Ossat, H. Bloch, Topografia Generale, Roma 1953 (Scavi di Ostia, 1).

Van Haeperen 2011 : F. Van Haeperen, « Cohabitations religieuses à Ostie, port de Rome », in N. Belayche, J.-D. Dubois éds., L’Oiseau et le poisson. Cohabitations religieuses dans les mondes grec et romain, Paris 2011, 109-128.

Visconti 1864 : C.L. Visconti , « Del mitreo annesso alle terme ostiensi di Antonino Pio », in AdI, 36, 1864, 147-183.

White 2012 : L.M. White, « The Changing Face of Mithraism at Ostia. Archaeology, Art, and the Urban Landscape », in D.L. Balch, A. Weissenrieder éds., Contested Spaces. Houses and Temples in Roman Antiquity and the New Testament, Tübingen 2012, 435-492.

Table des illustrations

Titre Fig. 7
Légende Carte des lieux de culte d’associations d’Ostie (en vert, les lieux de culte de collège ; en rouge, les mithraea ; en bleu les lieux de culte d’associations professionnelles ou de voisinage non dédiés à Mithra : 1. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des Thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite Domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 47
Légende Plan de l’aire sacrée des Quatre petits temples (Top. gen. 1953)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 195
Légende Plan du mithraeum des Sept Sphères (Becatti 1954, 49, 10)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 196
Légende Mithraeum des Sept Sphères (PAO_B3322)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter