Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2)

Texte intégral

1Mithraeum implanté dans un édifice préexistant (III, XVII, 2), situé entre un bâtiment qui était lié au Serapeum aux iie et iiie s. (III, XVII, 3) et des horrea de forme trapézoïdale (III, XVII, 1) (Becatti 1954, 77-85 ; Mar 2001, 132 ; Zevi 2001, 192-197 ; Steuernagel 2004, 93, 107, 255 ; Pavolini 2006, 135 ; Marchesini 2012-2013, 225-245 ; fig. 7, n° 25 ; 183). L’ensemble de ce complexe édilitaire remonte à l’époque d’Hadrien, comme l’attestent les estampilles et les Fasti Ostienses qui livrent la date de dédicace du Serapeum, en 127 (voir fiche Ostia. Temple de Sérapis ; Becatti 1954, 77). L’édifice où est aménagé le mithraeum a été interprété par Mar comme étant directement lié au Serapeum, envers lequel il aurait rempli des fonctions de service (Mar 2001, 50-55, 142 ; suivi par Steuernagel 2004, 93, 255 ; Pavolini 2006, 135). Son hypothèse repose cependant sur des bases assez fragiles : l’unité architectonique de la zone trapézoïdale où s’insèrent le Serapeum et les bâtiments qui lui sont certainement liés d’une part (voir fiche Ostia. Temple de Sérapis), les thermes de la Trinacria et les horrea d’autre part ne signifie pas que ces divers édifices appartenaient nécessairement au sanctuaire ou à un seul propriétaire (Alvar et al. 2002, 106, 111).

Fig. 7

Fig. 7

Carte des lieux de culte d’associations d’Ostie (en vert, les lieux de culte de collège ; en rouge, les mithraea ; en bleu les lieux de culte d’associations professionnelles ou de voisinage non dédiés à Mithra : 1. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des Thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite Domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)

© DR

Fig. 183

Fig. 183

Plan du vaste complexe édilitaire dans lequel s’insère l’édifice où prend place le mithraeum de la Planta Pedis (Mar 2001, 35, fig. 2)

© DR

2Le mithraeum est postérieur à 150, puisque sa niche s’appuie à un pilastre externe des grands horrea dits de Trajan (non fouillés), datables, par les estampilles, du milieu du iie s. (Becatti 1954, 82). La chapelle mithriaque est datée par les uns de la seconde moitié du iie s. (règne de Marc Aurèle et Commode : Becatti 1954, 82), par les autres de la fin du iie ou du début du iiie s. (Mar 2001, 132 [époque sévérienne] ; Zevi 2001, 195 ; Pavolini 2006, 135 ; Steuernagel 2004, 93 ne tranche pas).

Sources épigraphiques

3Becatti 1954, 82 ; CIMRM I, 273 ; Zevi 2001, 193, fig. 20 ; Marchesini 2012-2013, 225-228 (fig. 184)

Fig. 184

Fig. 184

Inscription pro salute Augustorum offerte par Hermadio (CIMRM I, 273 ; PAO, photo de Marini)

© DR

4Plaque de marbre fragmentaire (39,2 × 74 × 2,8 cm ; haut. lett. 3-5 cm), réutilisée pour la réfection du premier gradin de la niche du mithraeum (voir infra). La forme en arc de cercle de la partie supérieure de la plaque pourrait indiquer qu’elle ait servi de revêtement à une petite niche (Marchesini 2012-2013, 226).

Pr(o) sal(ute) Au(gustorum duorum)
S(oli) I(nuicto) M(ithrae)
[L(ucius?] Florius Hermadio(n),
sacerdos, s(ua) p(ecunia) f(ecit).

« Pour le salut des empereurs. À Sol Invaincu Mithra. Florius Hermadio, prêtre, a fait, à ses frais ».

5Les lettres sont soignées. À la ligne 3, le deuxième G de Augg. semble avoir été ajouté dans un second temps, soit à la suite d’une erreur du lapicide, soit pour mettre le texte à jour (Marchesini 2012-2013, 226). Comme le suggère Marchesini, le praenomen du dédicant pourrait être Lucius, dans la mesure où les rares individus portant le gentilice Florius à Ostie sont des Lucii.

6Les deux empereurs pourraient être Marc Aurèle et Lucius Verus ou Marc Aurèle et Commode, ou Septime Sévère et Caracalla ou encore Caracalla et Géta. Il est vraisemblable que l’inscription appartienne à la première phase du mithraeum, pour l’implantation duquel Becatti (1954, 82) suggère prudemment la période du règne conjoint de Marc Aurèle et de Commode. En l’absence d’éléments précis, Marchesini (2012-2013, 228) opte pour une fourchette chronologique comprise entre le dernier quart du iie s. et le début du iiie s.

7Becatti 1954, 83, pl. 16, 2; CIMRM I, 275; Zevi 2001, 192-193, fig. 18-19; Marchesini 2012-2013, 228-231 (fig. 188)

Fig. 188

Fig. 188

Bassin circulaire en marbre avec dédicace à Mithra (Zevi 2001, 212, fig. 18)

© DR

8Inscription courant sur le bord plat d’un bassin de marbre circulaire fragmentaire (diam. ext. 60 ; diam. int. 53 cm ; haut. lett. 2 cm), retrouvé dans le mithraeum. Le bassin était vraisemblablement posé sur une colonnette (Becatti 1954, 84).

[In]uicto Mithrae d(onum) d(edit) M(arcus) Umbilius Criton cum Pyladen uili[co].

« Marcus Umbilius Criton a offert ce don à Mithra Invaincu, avec l’intendant Pyladès ».

9Le dédicant pourrait être un affranchi de Marcus Umbilius Maximinus, sénateur actif à Ostie, dont le fils est honoré au sein du Serapeum en 200 (Becatti 1954, 83-84 ; Zevi 2001, 189-192 ; voir fiche Ostia. Temple de Sérapis).

10Becatti (1954, 84) datait l’inscription de l’époque de Commode. Si l’identification du dédicant à un affranchi de ce sénateur est exacte, l’inscription doit plutôt être datée entre la fin du iie et le début du iie s., période qui pourrait correspondre à l’implantation du mithraeum, selon Mar (voir infra).

11Becatti 1954, 84; CIMRM I, 276; Zevi 2001, 195, fig. 22 ; Marchesini 2012-2013, 231-233

12Inscription fragmentaire (23,5 × 45,5 × 2,5 cm ; haut. lett. 2,7 × 4,5 cm), trouvée durant la fouille du mithraeum en remploi dans un des gradins de l’autel en maçonnerie (voir infra).

Siluano
Sancto sacrum.
Hermes
M(arci) Iuli Eunici (seruus),
(uacat)
[---]+[--- ?]
------

« Consacré à Silvanus Sanctus. Hermes, esclave de Marcus Julius Eunicus (a fait ?) ».

13Le maître du dédicant pourrait être lié aux Marcii Iulii, co-affranchis qui font des dédicaces à Sérapis et aux Castors d’une part, à Sérapis et à Hercule d’autre part, dans le Serapeum voisin (voir fiche Ostia. Temple de Sérapis). Silvanus apparaît dans d’autres mithraea d’Ostie (voir fiches Ostia. Mithraeum du « palais impérial » ; Ostia. Mithraeum Aldobrandini).

14Datation : après l’implantation du mithraeum à la fin du iie ou au début du iiie s. et avant la réfection de l’autel dans lequel l’inscription est réutilisée lors de sa réfection vers le milieu du iiie s. (voir infra).

Sources archéologiques

15Le mithraeum est installé dans une partie de l’édifice III, XVI, 2, qui est accessible depuis la Via del Serapide. La porte (larg. 0,80 m) de la chapelle s’ouvre ainsi, vers le sud, sur un espace à caractère commercial, avec quelques vasques et un puits (Becatti 1954, 77-85 ; Pavolini 2006, 135). Contrairement aux autres mithraea d’Ostie, l’entrée était dans l’axe de la pièce (fig. 183, 185, 186).

Fig. 183

Fig. 183

Plan du vaste complexe édilitaire dans lequel s’insère l’édifice où prend place le mithraeum de la Planta Pedis (Mar 2001, 35, fig. 2)

© DR

Fig. 185

Fig. 185

Plan du mithraeum de la Planta Pedis (Becatti 1954, 79, fig. 18)

© DR

Fig. 186

Fig. 186

Mithraeum de la Planta Pedis (Becatti 1954, pl. 15, 1)

© DR

16Deux rangées de pilastres en brique divisent l’espace en trois nefs. Des murs en opus listatum sont construits entre ces pilastres, dont seules quelques assises sont conservées. S’y appuient deux banquettes étroites (haut. 40 ; larg. 25 cm), dont le niveau supérieur était revêtu de marbre. Du côté gauche, la banquette aurait pu former l’extrémité d’un podium qui aurait été installé dans la nef gauche. Une telle configuration semble exclue pour le côté opposé (en raison de la hauteur trop importante du mur contre lequel s’appuie la banquette).

17Une petite niche est présente sous chacune des banquettes. Dans la niche de droite (larg. 42 ; haut. 35 ; prof. 30 cm) ont été retrouvés des os de poulets (Becatti 1954, 77). Presque en face, la niche de l’autre banquette est beaucoup plus profonde (larg. 42 ; prof. 60 cm), ce qui constitue un indice supplémentaire en faveur de l’existence d’une banquette de ce côté.

18Au fond de la chapelle est édifiée une niche occupant tout l’espace entre les deux pilastres du fond et s’appuyant sur un contrefort en brique du mur d’enceinte des grands horrea dits de Trajan. La niche (prof. 2 m), en forme de fer à cheval irrégulière, contient entre ses antes l’autel mithriaque à trois gradins. Le premier (haut. 55 ; prof. 75 cm) présentait sur sa face supérieure une mosaïque de tessères noires et blanches, à motifs géométriques. Le second niveau (haut. 25 ; prof. 50 cm) était vraisemblablement revêtu de marbre, tout comme la paroi verticale du gradin supérieur (haut. 44 ; prof. 70 cm). Au fond du niveau supérieur est conservée, au centre, la partie inférieure d’une petite base rectangulaire. Dans la maçonnerie de celle-ci a été retrouvé un billon (aujourd’hui perdu) portant au revers l’image de Sol, radié, tourné vers la gauche, debout, main droite levée et main gauche avec le fouet, avec pour légende Oriens Augg ; au droit, le buste de l’empereur Valérien, radié, profil tourné vers la droite (Becatti 1954, 236). Cette monnaie est datable entre 253 et 259. Elle a vraisemblablement été posée sciemment dans la maçonnerie lors de la réfection (pour laquelle fut également réutilisée une inscription – voir supra). La niche présente des traces d’enduits peints à fond jaune. Devant les antes de la niche se dressent deux bases, l’une, à droite, en travertin (haut. 60 ; 30 × 32 cm) ; l’autre, à gauche, en marbre (en partie brisée haut. 0,50 ; 30 × 27 cm), chacune posée sur un gradin (haut. 30 cm). Elles portaient vraisemblablement les statuettes de Cautes et Cautopates. Derrière le gradin droit avec base de travertin se trouvaient, semble-t-il, des marches qui descendaient dans une pièce étroite aménagée au fond de la nef droite de l’édifice préexistant.

19Devant la niche se trouvait vraisemblablement l’autel de marbre découvert durant la fouille (haut. 100 × 34 × 30 cm).

20Le pavement entre les banquettes est en mosaïque, avec quelques tessères de portasanta jaune-rose dispersées sur le fond blanc encadré de noir. Le pavement est divisé en deux secteurs par une bande noire. Celui au sud, du côté de l’entrée, présente une plante de pied droit, chaussée et pointue (long. 25 cm), qui a donné son nom au mithraeum, ainsi que, dans l’angle nord-est, un serpent ondulant.

21Les fouilles ont révélé que ce pavement en remplace un autre, plus simple, en cocciopesto. Sous la plante de pied en mosaïque noire a été exhumée une plante de pied similaire, de même longueur, creusée dans un morceau de brique incorporé dans le cocciopesto (Becatti 1954, 80-81).

22Durant la fouille ont également été mis au jour quelques fragments d’un relief en marbre qui décorait vraisemblablement la niche du fond. Deux morceaux latéraux apparaissent avoir été taillés en suivant les contours de l’image de Mithra. Subsistent, dans la partie supérieure, les représentations de Sol à gauche (fig. 187) et de la Lune à droite.

23Deux fragments, jointifs aux précédents, ont également été préservés : ils représentent un bord rocheux. Selon l’analyse de Becatti (1954, 82-83), à un certain moment, le relief a été taillé en plusieurs morceaux : les représentations du Soleil et de la Lune, ainsi vraisemblablement que celle de Mithra, ont été détachées : « il semble donc qu’on ait voulu tailler toute la corniche rocheuse, peut-être pour réduire les dimensions du relief, en conservant les parties figurées ». Il est possible que ce relief ait appartenu à la première phase de la chapelle et qu’il ait été adapté après les réfections de la niche sous Valérien.

24Un bassin de marbre circulaire, fragmentaire, a également été retrouvé durant la fouille. L’inscription qu’il porte (voir supra) atteste qu’il était lié au culte rendu dans la chapelle (fig. 188).

Fig. 188

Fig. 188

Bassin circulaire en marbre avec dédicace à Mithra (Zevi 2001, 212, fig. 18)

© DR

25Les principales phases du mithraeum que l’on peut retracer sont les suivantes (Becatti 1954, 84-85). Son installation est postérieure au milieu du iie s., puisqu’il s’appuie à une structure datée des environs de 150 (voir supra). Si la dédicace posée par Florius Hermadio est contemporaine de la fondation de la chapelle, celle-ci peut être datée du règne conjoint de deux empereurs, peut-être Marc Aurèle et Commode. Appartiendraient également à cette première phase le pavement en cocciopesto et les fragments du relief mithriaque avec la Lune et le Soleil. Si le maître de l’esclave Hermes, M. Umbilius Criton, peut être identifié au sénateur Maximinus, connu par ailleurs à Ostie, il conviendrait de dater l’implantation du mithraeum à la fin du iie ou au début du iiie s. selon Zevi (2001, 194, suivi par Marchesini 2012-2013, 241-242). On ne peut toutefois pas exclure que le bassin offert par Hermes ait été donné quelque temps après la création du mithraeum.

26Sous Valérien, entre 253 et 259, le mithraeum est restauré. Il reçoit un nouveau pavement, en mosaïque. L’autel est refait, en réutilisant l’inscription de Florius Hermadio comme pavement. Quant au relief originaire, il est taillé et limité à l’image de Mithra (les autres pièces ne sont cependant pas jetées).

Bibliographie

  

Alvar et al. 2002 : J. Alvar, R. Rubio, López Barja de Quiroga, « El Serapeo de Ostia », in ARYS, 5, 2002, 99-122.

Becatti 1954 : G. Becatti, I mitrei, Roma 1954 (Scavi di Ostia, 2).

Mar 2001 : R. Mar éd., El santuario de Serapis en Ostia, Tarragona 2001.

Marchesini 2012-2013 : R. Marchesini, Sacra peregrina ad Ostia e Porto : Mithra, Iuppiter Sabazius, Iuppiter Dolichenus, Iuppiter Heliopolitanus, Roma, Sapienza. Università di Roma, 2012-2013 (Dottorato di Ricerca in Filologia e Storia del Mondo Antico).

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Zevi 2001a : F. Zevi, « Iscrizioni e personaggi nel Serapeo », in R. Mar éd., El santuario de Serapis en Ostia, Tarragona 2001, 171-200.

Table des illustrations

Titre Fig. 7
Légende Carte des lieux de culte d’associations d’Ostie (en vert, les lieux de culte de collège ; en rouge, les mithraea ; en bleu les lieux de culte d’associations professionnelles ou de voisinage non dédiés à Mithra : 1. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des Thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite Domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 183
Légende Plan du vaste complexe édilitaire dans lequel s’insère l’édifice où prend place le mithraeum de la Planta Pedis (Mar 2001, 35, fig. 2)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 184
Légende Inscription pro salute Augustorum offerte par Hermadio (CIMRM I, 273 ; PAO, photo de Marini)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 188
Légende Bassin circulaire en marbre avec dédicace à Mithra (Zevi 2001, 212, fig. 18)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6582/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 185
Légende Plan du mithraeum de la Planta Pedis (Becatti 1954, 79, fig. 18)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6582/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 186
Légende Mithraeum de la Planta Pedis (Becatti 1954, pl. 15, 1)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6582/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 187
Légende Relief en marbre de Sol (https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Rilievo_mitraico_con_busto_del_sole,_150-200_ca,_da_mitreo_della_planta_pedis.JPG)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6582/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 11M

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter