Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Mithraeum Petrini (localisation incertaine)

Texte intégral

1Mithraeum mis au jour par Petrini, durant les fouilles entreprises à Ostie entre 1802 et 1804 (Becatti 1954, 123-124 ; Marchesini 2012-2013, 55-79). L’emplacement exact de la chapelle où sont découverts les objets par la suite exposés aux Musées du Vatican n’est pas connu. Sur la base d’une information fournie par C.L. Visconti (1868, 412), on peut supposer que le mithraeum se trouvait non loin du théâtre. Comme l’ont supposé une série de chercheurs à la suite de Paschetto (1912, 387-389, 398 ; Becatti 1954, 123-124 ; Floriani Squarciapino 1962, 43-44 ; White 2012, 437-438 ; Marchesini 2012-2013, 68-69 ; Bakker in http://www.ostia-antica.org/​regio2/​8/​8-6.htm), il pourrait dès lors correspondre au mithraeum des Sept Sphères, fouillé ensuite par Lanciani en 1886, en même temps que la domus d’Apulée (voir fiche). Telle était d’ailleurs aussi l’opinion de ce dernier, qui relevait l’absence totale de matériel (Lanciani 1886, 164). Un élément pose toutefois problème : une des inscriptions du mithraeum Petrini (CIL XIV, 61, voir infra) mentionne la restauration du templum et de son pronaos : on ne voit pas bien quelle structure du mithraeum des Sept Sphères pourrait se rapporter ce dernier. À moins de ne supposer qu’il s’agisse du corridor central séparant le deuxième du troisième petit temple républicain (voir fiches Ostia. Aire sacrée des quatre petits temples ; Ostia. Mithraeum des Sept Sphères), par lequel un accès au mithraeum était, semble-t-il, possible et dans lequel ont été aménagés de légers murs de refend, démontés lors de la fouille (Sole 2002, 176). La « pièce » ainsi formée aurait pu servir de vestibule au mithraeum. Quant à la chronologie même du mithraeum des Sept Sphères, elle reste difficile à établir et ne coïncide pas nécessairement avec les restaurations mentionnées dans les inscriptions du mithraeum Petrini.

Sources épigraphiques

2CIL XIV, 60 ; CIMRM I, 246 ; EDR143952 (Raffaella Marchesini) (fig. 182)

Fig. 182

Fig. 182

Relief mithriaque offert par A. Decimius Decimianus, trouvé dans le mithraeum Petrini

© DR

3Inscription sur plaque de marbre blanc, en forme d’arc de cercle, vraisemblablement posée au-dessus du relief en pavonazzetto de Mithra, trouvé en même temps (voir infra).

A(ulus) Decimius A(uli) f(ilius) Pal(atina) Decimianus s(ua) p(ecunia) restituit.

« Aulus Decimius Decimianus, fils d’Aulus, de la tribu Palatina, a restauré à ses frais ».

4Selon Marchesini (2012-2013, 56-57), l’objet de la restauration devait correspondre à la niche et au relief cultuel en pavonazzetto qui l’ornait.

5CIL XIV, 61 ; CIMRM I, 247 ; EDR143953 (Raffaella Marchesini) (fig. 182)

6Inscription sur plaque de marbre bigio (haut. 19,7 ; larg. 141 cm ; haut. lett. 3-4 cm), vraisemblablement utilisée comme revêtement de la base sur laquelle s’appuyait le relief de Mithra trouvé au même moment (voir infra).

A(ulus) Decimius A(uli) fil(ius) Pal(atina) Decimianus, aedem
cum suo pronao ipsumque deum Solem Mithra(m)
et marmoribus et omni cultu sua p(ecunia) restituit.

« Aulus Decimius Decimianus, fils d’Aulus, de la tribu Palatina, a restauré à ses frais le temple avec son pronaos et le dieu même (c’est-à-dire la statue même du dieu) Soleil Mithra, et avec ses marbres et tous ses ornements ».

7Il s’agit du même personnage que dans l’inscription précédente.

8Ces deux inscriptions, datables, sur la base de critères paléographiques, de la deuxième moitié du iie s., servaient l’une de couronnement supérieur, l’autre de base, au relief suivant (fig. 182), trouvé au même moment.

9Relief de marbre pavonazzetto (larg. 1,27 m ; haut. 1,09 m), de forme presque circulaire, taillé en bas pour pouvoir être posé sur une base. Le relief présente un fond rocheux en sa partie inférieure. Le dieu porte un bonnet phrygien et est revêtu d’un chiton, avec un ample manteau flottant derrière les épaules, décoré d’étoiles et d’une demi-lune. « Il saisit le mufle du taureau et plonge le couteau dans son épaule ; le chien et le serpent en sucent le sang, le scorpion pince ses testicules ; la queue du taureau, surmontée d’épis, se dresse dans le spasme » (Becatti 1954, 123).

10Datation : seconde moitié du iie s., peut-être dans la dernière décennie.

11CIL XIV, 62 ; CIMRM I, 248 ; EDR143954 (Raffaella Marchesini)

12Inscription sur plaque quadrangulaire de marbre blanc (32, 4 × 60,2 cm ; haut. lett. 2,6-6,5 cm).

L(ucius) Tullius Agatho
deo Inuicto Soli
Mithrae aram d(ono) d(edit)
eanque (sic) dedicauit ob
honore(m) dei, M(arco) Aemilio
Epaphrodito, patre.

« Lucius Tullius Agatho a offert en don l’autel au dieu Invaincu Soleil Mithra et l’a dédié en l’honneur du dieu, alors que Marcus Aemilius Epaphroditus était pater ».

13Datation : fin iie-début iiie s., d’après la paléographie (EDR). Marchesini (2012-2013, 65-66) suppose qu’elle est postérieure aux deux précédentes, en raison de la forme des lettres.

14CIL XIV, 63 ; CIMRM I, 249 ; EDR143955 (Raffaella Marchesini) Inscription sur plaque de marbre blanc (19 × 38,5 cm ; haut. lett. 2,3 × 3 cm).

M(arco) Aemilio
Epaphrodito
patre et sacerdote.

« Marcus Aemilius Epaphroditus étant pater et prêtre ».

15Le prêtre apparaît également, en tant que pater, dans l’inscription précédente.

16Datation : fin iie-début iiie s., d’après la paléographie (EDR). Elle pourrait être postérieure à la précédente, si on suppose que M. Aemilius Epaphroditus a revêtu la charge de prêtre après avoir accédé au grade de pater (Marchesini 2012-2013, 66).

Bibliographie

  

Becatti 1954 : G. Becatti, I mitrei, Roma 1954 (Scavi di Ostia, 2).

Floriani Squarciapino 1962 : M. Floriani Squarciapino, I culti orientali ad Ostia, Leiden 1962 (EPRO, 3).

Lanciani 1886a : R. Lanciani, « Sulle scoperte urbane e sugli scavi del suburbio e di Ostia », in NSA, 1886, 157-165.

Marchesini 2012-2013 : R. Marchesini, Sacra peregrina ad Ostia e Porto : Mithra, Iuppiter Sabazius, Iuppiter Dolichenus, Iuppiter Heliopolitanus, Roma, Sapienza. Università di Roma, 2012-2013 (Dottorato di Ricerca in Filologia e Storia del Mondo Antico).

Paschetto 1912 : L. Paschetto, Ostia colonia romana, storia e monumenti, Roma 1912.

Sole 2002 : L. Sole, « Monumenti repubblicani di Ostia Antica », in ArchCl, 53, 2002, 137-181.

Visconti 1868 : C.L. Visconti, « I monumenti del Metroon ostiense e degli annessi collegi dei dendrofori e dei cannofori », in AdI, 40, 1868, 362-413.

White 2012 : L.M. White, « The Changing Face of Mithraism at Ostia. Archaeology, Art, and the Urban Landscape », in D.L. Balch, A. Weissenrieder éds., Contested Spaces. Houses and Temples in Roman Antiquity and the New Testament, Tübingen 2012, 435-492.

Table des illustrations

Titre Fig. 182
Légende Relief mithriaque offert par A. Decimius Decimianus, trouvé dans le mithraeum Petrini
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter