Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)

Texte intégral

1Les horrea V, 12, 2 contiennent une chapelle, qualifiée de Sabazeo par son inventeur, Vaglieri (1909, 20-23 ; fig. 7, n° 38 ; 160). Ces entrepôts, très partiellement fouillés, sont généralement datés de 120-125, sur la base de la technique de construction des murs délimitant le bâtiment et surtout des estampilles, mais une implantation plus ancienne n’est pas exclue (Becatti 1954, 113-117 ; Pavolini, 2006, 238-239). Dans l’état actuel de nos connaissances, on ne peut établir avec certitude jusqu’à quand ce bâtiment a fonctionné. Par analogie avec les autres grands horrea d’Ostie (voir Rickman 1971, 84-85), on peut supposer qu’il était encore utilisé au iiie sinon au ive s. Une des cellae de l’entrepôt est transformée en chapelle, dans la première moitié du iiie s. (Becatti 1954, 117 ; Van Haeperen 2010, 255-257 ; fig. 161).

Fig. 7

Fig. 7

Carte des lieux de culte d’associations d’Ostie (en vert, les lieux de culte de collège ; en rouge, les mithraea ; en bleu les lieux de culte d’associations professionnelles ou de voisinage non dédiés à Mithra : 1. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des Thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite Domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)

© DR

Fig. 160

Fig. 160

Plan des horrea del Sabazeo (Top. gen. 1953)

© DR

Fig. 161

Fig. 161

Plan de la chapelle des horrea del Sabazeo (Becatti 1954, p. 115, fig. 23)

© DR

2La communauté qui s’y réunissait était, selon toute vraisemblance, constituée principalement de personnes travaillant dans ces horrea, qui n’étaient sûrement pas ouverts au premier venu. Elle a dû, en outre, obtenir l’accord des responsables de l’entrepôt pour y installer ce lieu de culte.

3Lors de sa découverte, la chapelle a été attribuée à Sabazius, sur la base d’une inscription qui y fut retrouvée (voir infra). Toutefois, la pièce présente les caractéristiques d’un mithraeum, avec ses podiums le long des murs latéraux. Devant ce constat, certains ont supposé que la chapelle aurait d’abord été dédiée à Sabazius, honoré avec Caelestis, avant d’être transformée en mithraeum (Floriani-Squarciapino 1962, 66 ; prudemment Meiggs 1973, 376). La découverte sous le corridor d’une plaque de marbre avec deux empreintes de pieds irait en ce sens, tout comme une dédicace au Numen Caeleste (voir infra). Relevons toutefois que la plaque n’était pas nécessairement in situ (il s’agit peut-être d’un remploi lié à la réfection du pavement ; voir infra) et que de telles empreintes se trouvent aussi dans des mithraea (voir fiche Ostia. Mithraeum de la Planta Pedis). Becatti, suivi par plusieurs, y reconnaissait ainsi une chapelle dédiée au dieu perse (Becatti 1954, 113-117 ; Steuernagel 2004, 107 ; Pavolini 2006, 239 ; Van Haeperen 2010, 255-257). En régime polythéiste, il n’est guère surprenant qu’un lieu de culte dédié à une divinité accueille également des dédicaces à d’autres dieux.

Sources épigraphiques

4CIL XIV, 4297 ; EDR106131 (Raffaella Marchesini) ; Marchesini 2012-2013, 302-304 (fig. 161) Inscription du pavement en mosaïque ; lettres blanches à l’intérieur d’une tabula ansata noire (85 × 60 cm).

Fructus
suis in =
pendi(i)s
consum =
mauit.

« Fructus a dépensé à ses frais ».

5Datation : début du iiie s. (Marchesini 2012-2013, 304).

Fig. 161

Fig. 161

Plan de la chapelle des horrea del Sabazeo (Becatti 1954, p. 115, fig. 23)

© DR

6CIL XIV, 4722 ; RICIS 503/1128 ; EDR106937 (Raffaella Marchesini) ; Raffaella Marchesini 2012-2013, 308-310

7Fragment de plaque de marbre blanc, utilisé dans le pavement du corridor central, entre les deux podiums. Il n’est pas possible de déterminer si son premier usage est lié à la chapelle ou s’il provient d’ailleurs.

Exedr(a) peculiar(is) (H)arpoc[ratis].

« Exèdre acquise avec le pécule de Harpocrate ? ».

8Arpoc[ pourrait correspondre à un nom théophore ; le texte n’est donc pas nécessairement en rapport avec les cultes isiaques (RICIS).

9CIL XIV, 4296 ; AE 1909, 109 ; AE 1950, 119 ; EDR072311 (Ilaria Manzini)

10Fragment de plaque de marbre (36 × 16 cm), trouvée dans le remblai de la chapelle.

L(ucius) Aemiliu[s ---]
Eusc[hemus(?)] ex imperio Iou =
is Sabazi uotum fecit.

« Lucius Aemilius Eusc(hemus) [---] a fait un vœu, sur l’ordre de Jupiter Sabazius ».

11CIL XIV, 4318 ; AE 1909, 110 ; EDR072312 (Ilaria Manzini) ; Marchesini 2012-2013, 381-385

12Plaque de marbre brisée en deux parties (51,5 × 15 × 2,7 cm), trouvée dans le remblai de la chapelle.

Numini C[ae]lesti
P(ublius) Clodius [Fl]avius
Venera[n]dus
VIuir [A]ug(ustalis)
somno monitus fecit.

« Au Numen céleste. Publius Clodius Flavius Venerandus, sévir augustal, a fait (ceci), après avoir été averti par un songe ».

13L’identification du Numen auquel est dédiée cette offrande a fait l’objet de plusieurs propositions (pour une présentation détaillée de celles-ci, Marchesini 2012-2013, 383-385) : il s’agirait d’Anaitis ou de Mithra pour Vaglieri (1909, 22), de la dea Caelestis de Carthage pour d’autres (Ross Taylor 1912, 93 ; Floriani Squarciapino 1962, 66) ou plutôt de Mithra (Becatti 1954, 116). Marchesini observe, à juste titre, que Mithra n’apparaît pas (ou guère) dans des dédicaces faites à la suite d’un songe. Le dédicant peut vraisemblablement être identifié au P(ublius) Clodius Verus Flauius Venerandus, connu par l’épitaphe CIL XIV, 1388, qu’il pose pour son fils, et par l’inscription suivante, dédiée à Mithra. Celle-ci, récemment complétée par Licordari, renforce l’hypothèse que le Numen Caeleste corresponde à celui de la dea Caelestis.

14Datation : première moitié du iiie s. (Marchesini 2012-2013, 385).

15CIL XIV, 4309 ; AE 1909, 211 ; Van Haeperen 2010, 256-257 ; EDR072323 (Raffaella Marchesini) ; Marchesini 2012-2013, 304-309 ; Licordari, sous presse (fig. 162)

Fig. 162

Fig. 162

Inscription CIL XIV, 4309 (photo Marini ; copyright Licordari, sous presse)

© DR

16Plaque de marbre en trois fragments (80 × 95 ? cm ; haut. lett. 6,5 × 8,5 cm), trouvés dans la taberna à l’est de l’entrée des horrea del Sabazeo. Une copie en plâtre est conservée dans le mithraeum des Sept Sphères. Vu son lieu de découverte et son dédicant, elle pourrait aussi provenir de la chapelle des horrea. Licordari a récemment complété cette inscription fragmentaire, en y adjoignant deux fragments inédits. Je reprends ci-dessous sa restitution, qui améliore, en les amendant partiellement, les tentatives antérieures : celle-ci permet désormais de reconnaître Mercure à la troisième ligne (et non pas, comme suggéré précédemment, une épithète de Mithra, telle que sancto ou aeterno).

Inu[icto] deo Soli
o[mnip]otenti
Mer[curi]o Caelesti
num[ini p]raesenti
Fo[r]tu[na]e Laribus
Tut[ela]eque
[fe]c(it) (?)
[Venera]ndus.

« Au dieu Soleil invaincu, tout-puissant, à Mercure, à Caelestis, Numen présent, à la Fortune, aux Lares et à la Tutelle [---], Venerandus a [fait] ».

17Venerandus honore ici Mithra, Inuictus deus Sol omnipotens (il n’est pas ensuite qualifié de dominus [Vaglieri 1909, 84] ou sanctus [Dessau] ou aeternus [Clauss 1988, 152] caelestis, comme on pouvait le supposer, avant la découverte de Licordari). Le dédicant s’adresse également à d’autres divinités : Mercure et Caelestis, qualifiée de Numen praesens (on aurait éventuellement pu supposer que caelestis ait fonctionné comme épithète de Mercure mais ce dieu ne semble pas qualifié par ailleurs de Numen praesens, à la différence de Caelestis [CIL VI, 545 ; 37170], ou de Mithra [CIL XIV, 3567]). Le seuir s’adresse en outre à trois divinités souvent unies : la Fortune, les Lares et la Tutelle. Dans l’état actuel de nos connaissances, à la différence d’autres divinités, celles-ci ne semblent jamais associées à Mithra. Par contre, elles sont parfois en rapport avec des horrea. Sur cette base et en tenant compte de la disposition de l’inscription, j’ai proposé une nouvelle restitution pour l’avant-dernière ligne de cette inscription. Constatant que le [---]c apparaît comme décentré dans l’inscription, mais aussi comme relativement isolé, j’ai suggéré de suppléer [hor(reorum)] c(urauit). On pourrait tout autant proposer la lecture [d(e) s(ua) p(ecunia)] c[urauit] (ou [d(e) s(ua) p(ecunia) f(aciendum)] c[urauit]) (Van Haeperen 2010, 256-257). D’autres ont suggéré [fe]c(it) (Zevi, mentionnée par Marchesini 2012-2013, 308 ; Licordari) mais deux lettres ne semblent pas suffire, si l’avant-dernière ligne devait être « centrée ».

18Datation : iiie s., sur la base de la paléographie (Marchesini 2012-2013, 308).

19Une autre inscription vraisemblablement mithriaque a été trouvée sur le decumanus, à la hauteur de la Via del Sabazeo (Vaglieri 1909, 52). Elle pourrait également appartenir à la chapelle des horrea.

20CIL XIV, 4308 ; EDR106211 (Raffaella Marchesini) ; Licordari, sous presse

21Fragment de plaque de marbre (16,5 × 16 × 3,6 cm ; haut. lett. 3,5-4 cm), que Licordari vient de compléter par un autre fragment jointif plus ample. Je reprends ici sa lecture.

I(nuicto) N(umini) S(oli ?)
[D]oryphoriana
[Po]mpei(orum) Crescent(is)
[et Hi]larosi
[ ? ? ser(ua) p(osuit)] p(ecunia) s(ua).

« Au Numen invaincu Sol, Doryphoriana, esclave des Pompeii, Crescens et Hilarosus, a posé à ses frais ».

Sources archéologiques

22La description qui suit est très largement empruntée à Becatti (1954, 113-117), que l’on consultera pour plus de détails.

23La chapelle, fouillée en 1909, fut ensuite laissée à l’abandon. Certaines structures décrites par le fouilleur ont dès lors disparu. La chapelle est installée dans une cella des horrea (13 × 5,60 m ; fig. 161, 163).

Fig. 161

Fig. 161

Plan de la chapelle des horrea del Sabazeo (Becatti 1954, p. 115, fig. 23)

© DR

Fig. 163

Fig. 163

Chapelle des horrea del Sabazeo (PAO_B3141)

© DR

24Son entrée, à l’ouest, qui donnait directement sur la cour centrale, est condamnée ; le mur sud est percé et un accès est aménagé. Le seuil de la porte, plus haut que la pièce, donnait sur quatre marches (aujourd’hui disparues) permettant de descendre dans l’antre (au moment de la fouille, cette porte semble avoir été trouvée murée). Le mithraeum n’était donc pas visible de l’extérieur, pas même de la cour ou du couloir de l’entrepôt : c’est très vraisemblablement à cette fin que l’ouverture préexistante (larg. 2 m) a été condamnée et qu’une nouvelle porte a été ouverte dans un mur latéral (donnant sur une autre cella malheureusement non fouillée). Le seuil surélevé de la porte par rapport au mithraeum autorise à penser que le niveau de cette pièce a été délibérément conçu comme plus bas que celui des autres, soit qu’on ait légèrement creusé la pièce, afin de renforcer l’aspect de « grotte » que revêtaient souvent les mithraea ou, plus vraisemblablement, que contrairement à d’autres cellae, celle-ci n’ait pas fait l’objet d’un rehaussement (seules des fouilles permettraient d’éclaircir ces points).

25Des podia (larg. 1,80 m ; haut. 40 cm) sont installés de part et d’autre d’un corridor central, le long des murs latéraux ; leur plan incliné vers les parois, aujourd’hui disparu, était revêtu de cocciopesto. À la différence du podium nord, le podium sud n’occupe pas toute la longueur de la pièce, afin de permettre l’accès depuis la porte latérale (larg. 2 ; long. 8,40 m).

26La partie orientale de la chapelle, où devait s’élever l’autel, était accessible par des marches entre les podiums. De ces structures décrites par Vaglieri (1909, 21-22), il ne reste rien de visible.

27Le corridor central entre les podiums était en partie revêtu d’un pavement en mosaïque noire, en partie de morceaux de marbre blanc de remploi. Ce pavement de marbre correspond, selon Vaglieri (1909, 20) suivi par Becatti, à une restauration antique du pavement en mosaïque (dont la partie méridionale était conservée au moment de la fouille mais qui a presque totalement disparu aujourd’hui).

28Dans le pavement de marbre, à 2,30 m des marches du fond, se trouve, décentré, un trou rond (diam. 35 cm), sorte de puits rituel, qui a été retrouvé recouvert par un oscillum de marbre (diam. 34 cm), représentant sur une face un satyre jouant de la double flûte, et, sur l’autre, une ménade dansante. Sous le pavement ont été retrouvés trois monnaies de bronze du iie s. (perdues) et une plaque de marbre (24 × 25 cm), avec deux plantes de pieds gravés, ainsi que des fragments d’amphores contenant des arêtes de poisson (Vaglieri 1909, 21).

29Le mithraeum peut être daté du iiie s., vraisemblablement de la première moitié, sur la base du style de la mosaïque et de la technique de construction des podiums et des murs de fermeture érigés lors de son installation (Becatti 1954, 117 ; Becatti 1961, 232).

30Différentes trouvailles faites dans le remblai proviennent vraisemblablement de la chapelle :

  • une base en forme de petit autel (18,5 × 14 × 14 cm) ;

  • cinq petites têtes bacchiques, féminines et masculines ;

  • onze lampes en céramique.

31Ont en outre été trouvés divers objets (Vaglieri 1909, 23), dont :

  • une petite tête barbue, en albâtre (7,2 cm), avec les cheveux rehaussés, et deux trous, l’un sur sommet de la tête, l’autre sous le cou ;

  • une partie de vase en albâtre ;

  • un fragment de colonnette à spirales ;

  • une base de candélabre en marbre, avec une partie de celui-ci (14 cm).

32Becatti (1954, 116-117, pl. 38, 3) rapporte également à cette chapelle une frise de marbre (fig. 164), dont des fragments ont été trouvés, l’un en 1890 devant le portique externe du théâtre (long. 52 ; haut. 15 cm ; Lanciani 1890, 37), l’autre, en 1938, à proximité même du mithraeum (long. 78 ; haut. 20 ; ép. 6 cm). Ces deux morceaux ne sont pas jointifs ; lors de leur remploi, la partie supérieure des têtes a été détruite. Vu la configuration du bord inférieur de la frise, celle-ci aurait pu servir d’architrave. La frise représente les divinités des sept planètes correspondant aux jours de la semaine (Vénus et Jupiter sur le fragment trouvé en 1890 ; Mars, la Lune et le Soleil, sur l’autre).

Fig. 164

Fig. 164

Frise des planètes (Becatti 1954, pl. 38, 3)

© DR

Bibliographie

  

Becatti 1954 : G. Becatti, I mitrei, Roma 1954 (Scavi di Ostia, 2).

Becatti 1961 : G. Becatti, Mosaici e pavimenti marmorei, Roma 1961 (Scavi di Ostia, 4).

Clauss 1988 : M. Clauss, « Omnipotens Mihtras », in Epigraphica, 50, 1988, 151-161.

Floriani Squarciapino 1962 : M. Floriani Squarciapino, I culti orientali ad Ostia, Leiden 1962 (EPRO, 3).

Lanciani 1890 : R. Lanciani, « Ostia », in NSA, 36-38.

Licordari sous presse : A. Licordari, « Alcune iscrizioni sacre ostiensi », in Archeologia classica, sous presse.

Marchesini 2012-2013 : R. Marchesini, Sacra peregrina ad Ostia e Porto : Mithra, Iuppiter Sabazius, Iuppiter Dolichenus, Iuppiter Heliopolitanus, Roma, Sapienza. Università di Roma, 2012-2013 (Dottorato di Ricerca in Filologia e Storia del Mondo Antico).

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Rickman 1971 : G.E. Rickman, Roman Granaries and Store Buildings, Cambridge 1971.

Ross Taylor 1912 : L. Ross Taylor, The Cults of Ostia, BrynMawr 1912.

Top. gen. 1953 : G. Calza, G. Becatti, I. Gismondi, G. De Angelis d’Ossat, H. Bloch, Topografia Generale, Roma 1953 (Scavi di Ostia, 1).

Vaglieri 1909a : D. Vaglieri, « Ostia – Nuove scoperte tra la via dei Sepolcri e le Terme », in NSA, 1909, 17-28.

Van Haeperen 2010 : F. Van Haeperen, « Vie religieuse et horrea. Exemples de Rome et d’Ostie », in Archiv für Religionsgeschichte, 12, 2010, 243-259.

Table des illustrations

Titre Fig. 7
Légende Carte des lieux de culte d’associations d’Ostie (en vert, les lieux de culte de collège ; en rouge, les mithraea ; en bleu les lieux de culte d’associations professionnelles ou de voisinage non dédiés à Mithra : 1. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des Thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite Domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 160
Légende Plan des horrea del Sabazeo (Top. gen. 1953)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6549/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 161
Légende Plan de la chapelle des horrea del Sabazeo (Becatti 1954, p. 115, fig. 23)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6549/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 162
Légende Inscription CIL XIV, 4309 (photo Marini ; copyright Licordari, sous presse)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6549/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 163
Légende Chapelle des horrea del Sabazeo (PAO_B3141)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6549/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 164
Légende Frise des planètes (Becatti 1954, pl. 38, 3)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6549/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter