Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1)

Texte intégral

1Situé à l’est de la Via di Felicissimo, dans un édifice (V, IX, 2 ; fig. 7, n° 35 ; 157) dont la fonction demeure inconnue et qui comporte plusieurs pièces alignées sur la rue. Le mur du fond à l’est remonte au iiie s. ; les autres parois et les pilastres de briques internes semblent dater du iiie s. ; des réfections postérieures sont perceptibles. Le mithraeum de Felicissimus est installé, vers le milieu du iiie s., dans la pièce la plus méridionale de l’édifice (voir infra ; Becatti 1954, 105-112 ; David in Ostia, 2001, 320-321 ; Steuernagel 2004, 108-114 ; Pavolini 2006, 228-229 ; Marchesini 2012-2013, 170-176). Il était accessible par une pièce au nord, donnant sur la rue. La chapelle n’était donc pas visible des passants. Il n’est pas impossible que les autres pièces, qui ne présentent aucun caractère distinctif, aient été utilisées par les dévots de la chapelle et en constituent, en quelque sorte, des annexes (Becatti 1954, 105 ; Floriani Squarciapino 1962, 52). L’édifice pourrait correspondre au siège d’une association, comparable à celui de la Porta Romana (voir fiche Ostia. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de la Porta Romana) ou à ladite domus de Mars (voir fiche Ostia. Lieu de culte du collège de ladite domus de Mars). Le mithraeum ici envisagé est avant tout célèbre pour les mosaïques de son corridor central, réalisées par un Felicissimus, qui lui a donné son nom.

Fig. 7

Fig. 7

Carte des lieux de culte d’associations d’Ostie (en vert, les lieux de culte de collège ; en rouge, les mithraea ; en bleu les lieux de culte d’associations professionnelles ou de voisinage non dédiés à Mithra : 1. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des Thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite Domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)

© DR

Fig. 157

Fig. 157

Plan de l’édifice V, IX, 1, dans lequel s’insère le mithraeum de Felicissimus (Top. gen. 1953)

© DR

Source épigraphique

2AE 1946, 118 ; CIMRM I, 299 ; EDR073574 (Scheithauer) (fig. 158, 159)

3Inscription sur la mosaïque du couloir central du mithraeum, à l’extrémité est, dans le huitième rectangle à fond blanc (à partir de l’entrée), deux fois plus large que les autres, à l’intérieur d’une tabella bordée de noir (37,5 × 91 cm).

Felicissimus
ex uoto f(ecit).

« Felicissimus a fait, à la suite d’un vœu ».

Fig. 158

Fig. 158

Plan du mithraeum de Felicissimus (Becatti 1954, 107, fig. 22)

© DR

Fig. 159

Fig. 159

Mithraeum de Felicissimus (PAO_B3143)

© DR

Sources archéologiques

4La description qui suit est très largement empruntée à Becatti (1954, 105-112 ; fig. 158, 159), que l’on consultera pour plus de détails.

5Le mithraeum est aménagé dans la pièce méridionale de l’édifice, dont il reprend les murs préexistants (long. au sud 11,10, au nord 10,35 m ; larg. 4,05 m). Le mur du fond, à l’est, est en opus mixtum ; dans le mur sud, en brique, s’ouvre à l’extrémité occidentale une niche semi-circulaire (haut. 0,70 m depuis le sol ; larg. 1 m ; prof. 0,80 m). Le mur occidental, également en opus latericium, présentait une porte (larg. 1,50 m), décalée vers le nord, qui est condamnée lors de l’installation de la chapelle. Quant à la paroi nord, elle contenait à l’origine trois ouvertures entre deux pilastres de briques : deux d’entre elles sont fermées avec un mur en opus listatum, tandis que la troisième sert de porte d’accès à la chapelle, par la pièce contiguë.

6Le mithraeum est pourvu de deux podiums latéraux (conservés jusqu’à 20 cm de haut. ; larg. du podium de gauche 1,40, de droite 1,15 m). Ceux-ci s’arrêtent à hauteur de la niche, laissant un espace pour l’entrée. Le fond de la chapelle, mal conservé, ne présente pas de traces de l’habituelle niche pour l’image cultuelle ou de l’autel. La mosaïque du sol n’y est pas non plus préservée, alors que, pour le reste, elle subsiste dans le corridor central, entre les podiums, et dans le corridor d’accès, le long de la paroi occidentale.

7La mosaïque qui recouvre le sol a fait l’objet d’une analyse et d’une interprétation détaillées de Becatti, basées notamment sur des comparaisons avec d’autres mithraea (1954, 106-112). Seules les grandes lignes de la description et de l’interprétation sont reprises ici.

8Devant la porte se trouve un « puits » rituel (diam. 40 cm), dans un panneau encadré de noir où figurent également, au centre, un cratère à deux anses (symbolisant l’eau), devant la niche du mur sud, un autel quadrangulaire avec foyer allumé (symbolisant le feu), à l’est du cratère, deux pilei surmontés d’une étoile (symbolisant les Dioscures).

9La mosaïque entre les deux podiums est répartie en sept rectangles à fond blanc, encadrés de noir et par un huitième, deux fois plus large, contenant l’inscription de dédicace (voir supra) ainsi qu’un cratère similaire à celui représenté à l’autre extrémité de la mosaïque. Il est entouré de rameaux fleurissant (symbolisant la végétation restaurée par le sang du taureau tué par Mithra).

10Les sept autres panneaux présentent les symboles des planètes et des symboles interprétés comme se rapportant aux grades d’initiation qui y correspondent. Ceux-ci permettent de compléter les quelques renseignements fournis à ce propos par Jérôme (Epistula 107 ad Laetam, 2).

11Sur le premier panneau, pour qui entre dans le mithraeum, figurent un caducée (symbole de Mercure) et un corbeau, correspondant au grade du corax (corbeau). Entre les deux se trouve un petit vase (symbole de l’eau).

12Le deuxième panneau est fragmentaire (manque sa partie gauche). Un diadème avec croissant de lune se réfère à Vénus ; sous celui-ci, une lampe indiquant le grade de nymphus.

13Le troisième tableau comprend un casque, symbolisant Mars, surmonté d’une lance et flanqué d’un objet interprété comme une besace, symbolisant tous deux le grade du miles.

14Sur le quatrième rectangle apparaissent l’éclair symbolisant la planète Jupiter et, à sa gauche, un objet ressemblant à une sorte de palette à long manche qui pourrait être interprétée comme un simpulum. Cet objet, quel qu’il soit, se rapporte au grade de lion et servait peut-être à transporter le feu. Entre les deux est représenté un sistre, mis en rapport par Becatti (1954, 110) avec Mater Magna, dans la mesure où le lion est un animal étroitement lié à la déesse. Cette explication ne convainc guère dans la mesure où le sistre est rarement mis en rapport avec la déesse phrygienne. Il serait plus simple d’évoquer Isis mais encore faudrait-il comprendre son lien éventuel avec le grade de leo.

15Le cinquième tableau comporte une lune croissante, symbolisant la Lune ; elle surmonte Hesperos, l’étoile du soir, et est flanquée d’une harpè ou hamatus ensis, d’une épée avec un crochet recourbé, symbolisant le grade de Perses (ce type d’épée est associée à Hercule mais aussi à Persée, héros éponyme des Perses, dans l’acte de tuer la Méduse). Sous l’étoile figure un objet identifiable à une faux à la lame recourbée et pointue, liée aux moissons et à la renaissance de la nature, favorisée par le cycle lunaire.

16Dans le sixième rectangle se trouve une couronne radiée de sept rayons, symbolisant le Soleil et correspondant au grade de l’heliodromus, « messager du soleil », auquel se réfère l’objet à sa droite, un fouet pour les chevaux fougueux du quadrige solaire. La torche allumée à sa gauche symbolise Phosphoros, l’étoile du matin qui précède Sol.

17Enfin, le septième panneau figure une faux, l’attribut de la planète Saturne, qui protège le grade de pater représenté par le bonnet phrygien, le couvre-chef oriental de Mithra que revêt le myste arrivé au dernier grade de l’initiation. À sa gauche se trouvent une patera et une baguette, le rhabdos, objet rituel de la fonction.

18La mosaïque est datée, sur la base de critères stylistiques, de la deuxième moitié du iiie s. par les uns (Becatti 1954, 112 ; White 2012, 443), du milieu du iiie s. par d’autres (David 2001, 320-321 ; voir aussi Becatti 1961, 227-230, n° 428).

Bibliographie

  

Becatti 1954 : G. Becatti, I mitrei, Roma 1954 (Scavi di Ostia, 2).

Becatti 1961 : G. Becatti, Mosaici e pavimenti marmorei, Roma 1961 (Scavi di Ostia, 4).

David 2001 : M. David, « La mosaïque à Ostie et à Portus », in Ostia 2001, 317-324.

Floriani Squarciapino 1962 : M. Floriani Squarciapino, I culti orientali ad Ostia, Leiden 1962 (EPRO, 3).

Marchesini 2012-2013 : R. Marchesini, Sacra peregrina ad Ostia e Porto : Mithra, Iuppiter Sabazius, Iuppiter Dolichenus, Iuppiter Heliopolitanus, Roma, Sapienza. Università di Roma, 2012-2013 (Dottorato di Ricerca in Filologia e Storia del Mondo Antico).

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Table des illustrations

Titre Fig. 7
Légende Carte des lieux de culte d’associations d’Ostie (en vert, les lieux de culte de collège ; en rouge, les mithraea ; en bleu les lieux de culte d’associations professionnelles ou de voisinage non dédiés à Mithra : 1. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des Thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite Domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6544/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 157
Légende Plan de l’édifice V, IX, 1, dans lequel s’insère le mithraeum de Felicissimus (Top. gen. 1953)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6544/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 158
Légende Plan du mithraeum de Felicissimus (Becatti 1954, 107, fig. 22)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6544/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 159
Légende Mithraeum de Felicissimus (PAO_B3143)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6544/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter