Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Mithraeum Fagan (localisation incertaine)

Texte intégral

1Mithraeum fouillé entre 1794 et 1802 (vraisemblablement en 1798, selon Bignamini 1996, 360-362), par l’anglais Fagan, à proximité de la Tor Boacciana, le long du Tibre, à l’ouest de la cité, à un endroit qu’on ne peut situer avec précision aujourd’hui (Bignamini 2001, 45 ; Marchesini 2012-2013, 98-99). L’antre mithriaque a livré des sculptures accompagnées d’inscriptions, qui ont été vendues par Fagan aux Musées du Vatican (Paschetto 1912, 496-497 ; Becatti 1954, 119-121 ; Floriani Squarciapino 1962, 55-56 ; Buonocore 1987, 15-17, n° 2, fig. 2-3 ; Bignamini 1996, 360-362 ; Bignamini 2003, 68 ; Granieri 2008 ; Marchesini 2012-2013, 80-99). Selon l’une d’elles (CILXIV, 66, voir infra), la chapelle se situait dans la crypta d’un palatium, concédée au pater et prêtre par un Marcus Aurelius dont le cognomen manque. Certains y reconnaissent Commode (malgré l’absence de titres impériaux ; Becatti 1954, 119-121 ; Floriani Squarciapino 1962, 56), d’autres (CIL; Marchesini 2012-2013, 93) un citoyen ou un affranchi impérial, ce qui est beaucoup plus vraisemblable.

Sources épigraphiques

2CILXIV, 64 ; ILS 4228 ; CIMRM I, 311 ; EDR143956 (Raffaella Marchesini) ; Marchesini 2012-2013, 80-86 (fig. 154)

Fig. 154

Fig. 154

Statue de Mithra taurochtone avec inscription CILXIV, 64, retrouvée dans le mithraeum Fagan

© DR

3Inscription sur le côté visible du listel de la base de la statue de Mithra tauroctone (84 × 142 × 30 cm ; haut. lett. 1-3 cm ; voir infra). La deuxième ligne, écrite en lettres plus petites, a été ajoutée dans un second temps. Le nom inséré alors, suivi d’un et, doit donc être lu avant celui de C. Valerius.

Sig(num) imdeprehensiuilis dei C(aius) Valerius Heracles sacerdos s(ua) p(ecunia) p(osuerunt).
<correction ajoutée sous la ligne> L(ucius) Sextius Karus et

« Lucius Sextius Karus et Gaius Valerius Heracles, prêtre, ont posé à leurs frais la statue du dieu indeprehensibilis (qu’on ne peut saisir) ».

4Il faut lire indeprehensibilis et C(aius).

5Le prêtre Gaius Valerius Heracles est connu par deux autres inscriptions mithriaques (voir infra), retrouvées par Fagan, dans le même contexte.

6Datation : fin iie-début iiie s. : la paléographie est très proche de l’inscription CILXIV, 65, datée de 190, dans laquelle apparaît le même personnage (Marchesini 2012-2013, 85-86).

7CILXIV, 65 ; ILS 4212 ; CIMRM I, 313 ; EDR143957 (Raffaella Marchesini) ; Marchesini 2012-2013, 86-91 (fig. 155)

8Inscription sur le petit pilastre de droite soutenant la statue léontocéphale (165 × 47 cm ; haut. lett. 1,7-3,2 cm ; voir infra).

C(aius) Valeri =
us Heracles, pat(er),
et C(ai) Valerii
Vitalis et Nico =
me<de>s sacerdo =
tes s(ua) p(e)c(unia) p(o)s(ue)r(unt).
D(e)d(icatum) Idi(bus) Aug(ustis), Imp(eratore)
Com(modo)
VI et
Septi =
miano
co(n)s(ulibus).

« Gaius Valerius Heracles, père, et Gaius Valerius Vitalis et Gaius Valerius Nicome(de)s, prêtres, ont posé à leurs frais. (Statue) dédiée aux ides d’août, sous les consulats de l’empereur Commode pour la sixième fois et de Septimianus ».

9Date : 13 août 190.

Fig. 155

Fig. 155

Statue de divinité léontocéphale avec inscription CILXIV, 65, retrouvée dans le mithraeum Fagan

© DR

10CILXIV, 66 ; ILS 4227 ; CIMRM I, 315 ; EDR143958 (Raffaella Marchesini) ; Marchesini 2012-2013, 91-95

11Inscription perdue, provenant très vraisemblablement du même mithraeum, étant donné l’identité du dédicant.

C(aius) Valerius Heracles pat[e]r e[t] an[tis] =
tes dei iu<b>enis inconrupti So[l]is Inuicti Mithra[e]
[c]ryptam palati concessa[m] sibi a M(arco) Aurelio
------

« Gaius Valerius Heracles, père et prêtre du dieu soleil invaincu Mithra, jeune et incorruptible, a fait (?) la crypte du palais, qui lui a été concédée par Marcus Aurelius [---] ».

12Datation : fin du iie s. , étant donné l’identité du dédicant connu par l’inscription précédente datée de 190.

Sources archéologiques

13Le mithraeum n’est plus visible aujourd’hui. Ses structures ont été décrites peu après sa découverte par l’archéologue danois Zöega (Zöega 1817, 146, 198 ; Becatti 1954, 119 ; Granieri 2008, 210) : il s’agit d’un adytum en forme de grotte naturelle, flanqué d’un corridor long et étroit. D’après Bonstetten (1804, 91), il se trouvait « à cinquante palmes sous terre » : cette indication vraisemblablement exagérée est toutefois révélatrice de la profondeur de la fouille.

14Les statues suivantes ont été découvertes dans le mithraeum. Selon les descriptions, la première, représentant Mithra tauroctone se trouvait à l’entrée de la pièce, tandis que les deux autres auraient été trouvées, au fond, à droite et à gauche. Il est possible que les fouilleurs aient accédé à la pièce par le fond, qu’ils auraient confondu avec l’entrée. Si les statues étaient in situ, il est en effet beaucoup plus vraisemblable que la statue de Mithra ait été située au fond de la chapelle.

  • Statue de Mithra tauroctone (fig. 154). Groupe de marbre (long. 1,42 ; haut. 0,84 m) représentant Mithra tauroctone en habit oriental, avec au flanc le fourreau d’une courte épée. La queue du taureau se termine en épis, sur lesquels est perché le corbeau ; sont également présents un chien, un serpent et un scorpion. (Becatti 1954, 119 ; Bignamini 1996, n° 18, 362). Datation : fin iie s.

  • Statue d’une divinité léontocéphale, de marbre blanc (haut. 1,65 ; larg. 0,47 m ; fig. 155) ; restes de peinture rouge. La figure, représentée nue, est entourée d’un serpent dont la tête s’appuie sur la tête léonine du dieu. « Il porte quatre ailes, d’une part deux ailes sur les épaules (à droite avec une colombe et un cygne ; à gauche, avec des épis), d’autre part deux ailes sur les flancs, avec des raisins à gauche et deux palmes et un roseau à droite. Il tient dans ses mains, contre sa poitrine, deux clés de forme différente (…). Sur la poitrine est sculpté un foudre. Sur le pilastre de gauche sont sculptés les pinces et le marteau de Vulcain », tandis que, sur le pilastre de droite, où est gravée l’inscription, sont représentés le caducée de Mercure, un coq et une pomme de pin. (Becatti 1954, 119-120 ; Bignamini 1996, n° 16, 360-361). Cette figure est interprétée par les uns comme Aiôn, symbole du temps (Becatti 1954, 119-120), par d’autres comme Arimanius-Ahriman, divinité en rapport avec le culte de Mithra (pour un aperçu des identifications proposées au fil des décennies, Marchesini 2012-2013, 90-91). L’inscription sur le pilastre de droite (CILXIV, 65) permet de dater la statue en 190.

  • Relief rectangulaire, avec divinité léontocéphale (fig. 156), de marbre blanc à grain fin, avec traces de dorure (haut. 1 ; larg. 0,45 m). (Bignamini 1996, 361). Y est représentée une figure léontocéphale similaire, nue, suspendue au-dessus d’un cratère, vers laquelle un serpent, enroulé autour du dieu, penche la tête pour s’abreuver. La divinité porte deux clés dans les mains serrées contre sa poitrine et présente quatre ailes similaires (Becatti 1954, 120 ; LIMC I, 1981, Aion (M. Le Glay), 408, n° 55, fig. 319 ; Bignamini 1996, n° 17, 361-362). Datation : début du iiie s.

Fig. 156

Fig. 156

Relief avec divinité léontocéphale (Becatti 1954, pl. 36, 2), retrouvée dans le mithraeum Fagan

© DR

Bibliographie

  

Becatti 1954 : G. Becatti, I mitrei, Roma 1954 (Scavi di Ostia, 2).

Bignamini 1996 : I. Bignamini, « I Marmi Fagan in Vaticano. La vendita del 1804 e altre acquisizioni », in BMonMusPont, 16, 1996, 331-394.

Bignamini 2001 : I. Bignamini, « Du Moyen Âge à 1800 », in Ostia 2001, 41-47.

Bignamini 2003 : I. Bignamini, « Ostia, Porto e Isola Sacra : scoperte e scavi dal medioevo al 1801 », in RIASA, 58, 2003, 37-78.

Bonstetten 1804 : C.V. Bonstetten, Voyage sur la scène des six derniers livres de l’Enéide, Genève 1804.

Buonocore 1987 : M. Buonocore, Le iscrizioni latine e greche, Città del Vaticano 1987.

Floriani Squarciapino 1962 : M. Floriani Squarciapino, I culti orientali ad Ostia, Leiden 1962 (EPRO, 3).

Granieri 2008 : F. Granieri, « Gli scavi nel Mitreo Fagan a Ostia », in B. Palma Venetucci éd., Culti orientali tra scavo e collezionismo, Roma 2008, 209-219.

Marchesini 2012-2013 : R. Marchesini, Sacra peregrina ad Ostia e Porto : Mithra, Iuppiter Sabazius, Iuppiter Dolichenus, Iuppiter Heliopolitanus, Roma, Sapienza. Università di Roma, 2012-2013 (Dottorato di Ricerca in Filologia e Storia del Mondo Antico).

Paschetto 1912 : L. Paschetto, Ostia colonia romana, storia e monumenti, Roma 1912.

Zöega 1817 : G. Zöega, Abhandlungen, Göttingen 1817.

Table des illustrations

Titre Fig. 154
Légende Statue de Mithra taurochtone avec inscription CILXIV, 64, retrouvée dans le mithraeum Fagan
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 155
Légende Statue de divinité léontocéphale avec inscription CILXIV, 65, retrouvée dans le mithraeum Fagan
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6538/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 156
Légende Relief avec divinité léontocéphale (Becatti 1954, pl. 36, 2), retrouvée dans le mithraeum Fagan
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6538/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter