Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2)

Texte intégral

1Le mithraeum Aldobrandini doit son nom à la propriété au sein de laquelle il a été fouillé, à la fin de l’année 1923 (Calza 1924, 69-79 ; Becatti 1954, 39-43 ; CIMRM I, 231-237 ; Floriani-Squarciapino 1962, 41-43 ; Steuernagel 2004, 108-109, 189-190 ; Marchesini 2012-2013, 139-156). Il est situé 150 mètres au nord de la Porta Romana, entre la muraille tardo-républicaine et sa tour nord-ouest, à proximité immédiate du cours antique du Tibre (fig. 7, n° 11). La zone où il est implanté n’ayant pas fait l’objet de fouilles, il n’est pas possible de préciser quel était son environnement. Vu sa position jouxtant la muraille et une de ses tours, il est vraisemblable que le mithraeum Aldobrandini ait été aménagé sur un terrain public. Il semble avoir été fondé dans le dernier quart du iie s. et aurait encore été en fonction à la fin du iiie ou au début du ive s. (voir infra).

Fig. 7

Fig. 7

Carte des lieux de culte d’associations d’Ostie (en vert, les lieux de culte de collège ; en rouge, les mithraea ; en bleu les lieux de culte d’associations professionnelles ou de voisinage non dédiés à Mithra : 1. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des Thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite Domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)

© DR

Sources épigraphiques

2CIL XIV, 4314 ; AE 1924, 119 ; CIMRM I, 233 ; Marchesini 2012-2013, 139-144 ; EDR106230 (Raffaella Marchesini)

3Plaque de marbre blanc (1,64 × 0,59 m ; haut. lett. 3,2 à 7 cm), trouvée dans le mithraeum ; elle revêtait la base de brique du fond du mithraeum.

Deum uetusta(te) religione
in uelo formatum et umore obnubi =
latum, marmoreum cum
throno omnibusq(ue) ornamentis
a solo omni impendio suo fecit
Sex(tus) Pompeius Maximus pater.
Q(ui) s(upra) s(criptum) est
et praesepia marmorauit p(edes) LXVIII idem s(ua) p(ecunia).

« Sextus Pompeius Maximus, père, a fait, entièrement à ses frais, (la statue du) dieu, en marbre, qui était façonné en toile, selon une antique tradition religieuse, et s’était obscurci à cause de l’humidité, en même temps que le trône et tous ses ornements, à partir du sol. Celui dont le nom est écrit ci-dessus a aussi, à ses frais, couvert de marbre les praesepia, sur une longueur de 68 pieds ».

4Le dédicant, Sextus Pompeius Maximus, est également connu par l’inscription suivante qui se rapporte au même mithraeum (voir infra). Le dieu dont il finance la représentation (vraisemblablement une statue ou un bas-relief, puisque celle-ci est en marbre) correspond à Mithra, vu le contexte de découverte et l’inscription ci-dessous. Les lignes 1-4 ont fait l’objet d’interprétations diverses (voir Becatti 1954, 40-41 et Marchesini 2012-2013, 141-142 pour une présentation détaillée de celles-ci). Je suis celle de Becatti, reprise par Floriani Squarciapino (1962, 42) et affinée par Marchesini, qui donne lieu à la traduction proposée ici. La représentation antérieure de la divinité, remplacée par Sextus Pompeius Maximus, était soit peinte sur toile (Becatti) soit façonnée en toile, c’est-à-dire tissée (Marchesini ; le verbe formare convenant mieux à cette deuxième interprétation). Le thronus, qui apparaît dans deux autres inscriptions mithriaques d’Ostie (CIL XIV, 4313, dans le mithraeum de la Casa di Diana et dans celui des Parois peintes [Becatti 1954, 60 = CIMRM I, 266] ; voir fiches), peut être identifié à la base pourvue de marches, qui est attestée dans la plupart des mithraea de la cité et sur laquelle était placée la représentation de Mithra tauroctone. Cette interprétation est renforcée par l’emplacement de l’inscription qui se trouvait sur la façade de cette base.

5Les deux dernières lignes, écrites en caractères beaucoup plus petits, pourraient avoir été ajoutées dans un second temps, afin de rappeler une nouvelle intervention de Sextus Pompeius Maximus, consistant à revêtir de marbre les praesepia et ce, sur une longueur de 68 pieds (environ 20 m). La signification du terme praesepium, non attesté par ailleurs en contexte mithriaque, a donné lieu à diverses hypothèses (rapportées par Marchesini, 2012-2013, 143). Selon la plus vraisemblable, proposée par Becatti (1954, 42), ces praesepia correspondraient aux podiums latéraux du mithraeum, qui étaient recouverts de marbre, dont la forme peut rappeler celle d’une mangeoire, sens premier du substantif, et dont la longueur totale aurait pu être de 68 pieds.

6Datation : fin iie s., d’après la paléographie (Marchesini 2012-2013, 143-144).

7CI  XIV, 403 ; ILS 4213 ; Becatti 1954, 42-43 ; CIMRM I, 235 ; Ep. lat. 2010, 186, n° 47 ; Marchesini 2012-2103, 144-148 ; EDR144062 (Raffaella Marchesini) (fig. 143)

Fig. 143

Fig. 143

CIL XIV, 403

© DR

8Plaque de bronze (42 × 29 cm), ayant appartenu à la collection Castallani, actuellement conservée au British Museum. Le lieu de découverte est inconnu mais le contenu de l’inscription permet de supposer, avec grande vraisemblance, qu’elle provient du mithraeum Aldobrandini.

9Au-dessus de l’inscription est figurée une secespita, un buste de Sol, tête radiée, ainsi qu’une patère.

Sex(to) Pompeio Sex(ti) fil(io)
Maximo,
sacerdoti Solis In =
uicti Mit(hrae), patri patrum,
q(uin)q(uennali) corp(oris) treiect(us) toga =
tensium, sacerdo =
tes Solis Inuicti M(ithrae)
ob amorem et meri =
ta eius semper ha =
bet.

« Les prêtres du Soleil invaincu Mithra (ont dédié) à Sextus Pompeius Maximus, fils de Sextus, quinquennal du collège du traiectus togatensium, en raison de son affection et de ses mérites. Qu’il puisse les avoir à jamais ».

10Le personnage honoré est le même que le dédicant de l’inscription précédente. Ce texte apporte des précisions supplémentaires le concernant. Il s’agit d’un citoyen ingénu (mention de la filiation). Il est président d’une association de bateliers (inconnue par ailleurs). En outre, Sextus Pompeius Maximus est ici qualifié non plus de pater mais de sacerdos et pater patrum. Si les sacerdotes sont amplement documentés dans l’épigraphie mithriaque, les mentions de pater patrum sont plus rares (Marchesini 2012-2013, 146-147). Ce titre est souvent interprété comme chef de la communauté mithriaque, à la tête des initiés au grade de père (Clauss 1992, 42). Selon certains, il désignerait même le plus haut responsable de tous les patres de la cité, soit que ceux-ci aient formé une sorte d’association distincte, soit que les communautés mithriaques d’Ostie aient été rassemblées sous l’autorité d’un pater patrum (Meiggs 1973, 373) – cette dernière hypothèse, fortement influencée par les schémas hiérarchiques de la structure catholique, paraît très peu vraisemblable. Le titre de pater patrum pourrait cependant se rapporter à une fonction honorifique, similaire à celle de pater d’un collège (Sfameni Gasparro 2003, 194-196). La dernière suggestion est renforcée par les motivations ayant présidé à cette dédicace : les termes utilisés sont similaires à ceux qu’on trouve dans des textes que des collèges professionnels font graver en l’honneur de membres généreux (voir par exemple CIL XIV, 374 ; cette observation qui peut sembler anodine revêt une certaine importance : elle semble signifier que les sacerdotes auteurs de ce texte aient été actifs dans ce mithraeum, à l’instar du personnage honoré – autrement dit, ils ne semblent pas correspondre à des chefs d’autres communautés mithriaques de la cité [contra Mitthof 1992, 286], à moins de supposer que les sacerdotes mithriaques d’Ostie n’aient formé une sorte d’association). À titre d’hypothèse, on pourrait suggérer que le mithraeum Aldobrandini, situé à proximité immédiate du Tibre, aurait pu correspondre à la chapelle de l’association de bateliers dont était président Sextus Pompeius Maximus (une autre association de bateliers d’Ostie, les lenuncularii du traiectus Luculli, avait son siège et sa chapelle au bord du fleuve ; voir fiche). Cette association aurait choisi comme divinité tutélaire Mithra (à l’instar des stuppatores ; voir fiche Ostia. Mithraeum des stuppatores). Si tel était le cas, elle aurait compté parmi ses membres plusieurs sacerdotes.

11Datation : fin iie-début iiie s. (paléographie). Cette inscription semble, en raison de son contenu, postérieure à la première. Ce sont les mérites de Pompeius Maximus, parmi lesquels vraisemblablement les actes évergétiques mentionnés dans le premier texte, qui ont induit les patres à lui rendre hommage (Becatti 1954, 42 ; Marchesini 2012-2013, 148).

Sources archéologiques

12Le mithraeum est partiellement fouillé à la fin de l’année 1923 par Calza (1924, 69-79 ; fig. 144, 145). Pour des raisons de stabilité de la Villa Aldobrandini voisine, sa partie sud ne fut pas dégagée. La description qui suit est redevable à Becatti (1954, 39-40), complété par Marchesini (2012-2013, 151-154, qui inclut quelques données supplémentaires provenant des journaux de fouilles).

Fig. 144

Fig. 144

Plan du mithraeum Aldobrandin (Becatti 1954, p. 41 fig. 8)

© DR

Fig. 145

Fig. 145

Mithraeum Aldobrandini (Becatti 1954, pl. 5, 3)

© DR

13La paroi nord du mithraeum qui en constitue le mur de fond est adossée au mur de la tour de la muraille, en grands blocs carrés de tuf, tandis que sa paroi orientale, au parement en opus latericium, s’appuie à la paroi interne de la muraille, en opus reticulatum. Le mur occidental, également en opus latericium, repose sur les restes d’un mur plus ancien en opus reticulatum (il est donc possible que le mithraeum ait été aménagé dans une structure préexistante). Ces deux parois en briques sont conservées jusqu’à 2,4 m de hauteur et devaient être enduites.

14Des podiums latéraux (haut. 65 cm ; larg. 1,40 m à l’est ; 1,34 m à l’ouest ; long. max. à l’est 2 m, à l’ouest 5 m) sont élevés contre les parois orientale et occidentale. Ils étaient pourvus à l’avant de petites niches, telles qu’on en retrouve habituellement dans les mithraea d’Ostie (deux niches dans le podium oriental, une au centre et l’autre au nord ; une niche au centre du podium occidental) ; chacune abritait un petit autel de tuf (Marchesini 2012-2013, 152). Les deux podiums présentent à l’angle interne au nord un renfoncement rectangulaire, vraisemblablement destiné à recevoir de petites bases (tout comme dans le mithraeum des Sept Sphères ; voir fiche). Le podium oriental n’est pas pourvu du replat étroit le long du bord, qu’on rencontre régulièrement dans les autres mithraea d’Ostie et, aussi ici, sur le podium occidental (bordure de 6 cm de large). Les podiums étaient revêtus de plaques de marbre blanc, dont subsistent des traces.

15Le couloir (larg. 1,90 m) qui court entre les podiums s’élargit en un bref transept à la fin des podiums, devant la plateforme installée au fond de la chapelle. À chaque extrémité du transept ainsi formé s’adossent aux parois deux marches de briques, qui pouvaient servir pour monter sur les podiums. Le transept est pourvu d’un pavement de marbre blanc sur ses côtés et d’un panneau à motifs géométriques de marbre polychrome au centre (pour une description détaillée, Becatti 1954, 39).

16La partie du fond du mithraeum est surélevée, formant une sorte de plateforme, à laquelle on accède, sur chaque côté, par deux marches latérales (larg. 66 cm), délimitées par deux petits pilastres de briques revêtus de marbre sur les côtés et sur la face supérieure. Derrière les deux pilastres centraux se situent deux autres pilastres de briques. Des plaques de marbre posées verticalement et horizontalement contre ces pilastres formaient, semble-t-il, une sorte d’étroite mensa, où pouvaient être déposées des offrandes ou objets cultuels (celle-ci remplissait peut-être, selon Becatti 1954, 40, la fonction d’autel). Contre le mur du fond se trouve une large base rectangulaire en brique (haut. 60 ; long. 2,12 m), pourvue de deux antes (haut. 59 ; larg. 34 cm) et flanquée de deux corridors. La base devait soutenir la représentation de la divinité et était revêtue, à l’avant, de l’inscription de marbre CIL XIV, 4314 (voir supra).

17La datation du mithraeum et de ses différentes phases reste difficile à établir avec précision. La technique de construction des murs suggère une construction dans le dernier quart du iie s. (Becatti 1954, 43 ; Marchesini 2012-2013, 154). L’intervention de Sextus Pompeius Maximus, qui offre une nouvelle représentation de la divinité et aurait pourvu les podiums d’un revêtement de marbre aurait eu lieu quelque temps après mais sans doute toujours au iie s., à en juger par la paléographie de l’inscription. Quant à l’hommage rendu à ce dernier, il pourrait se situer entre la fin du iie et le début du iiie s. Comme le relève Marchesini (2012-2013, 151, 154), le pavement polychrome situé devant la plateforme présente des analogies avec d’autres exemples d’opus sectile d’Ostie, datables entre les iiie et ive s. Si cette proposition est correcte, ceci témoignerait d’une fréquentation et d’un embellissement du mithraeum encore à cette date.

18Les objets suivants ont été retrouvés dans le mithraeum (Becatti 1954, 42-43 ; Marchesini 2012-2013, 148-151).

  • Relief de marbre blanc représentant Silvanus (haut. 43 ; larg. 26 cm ; Becatti 1954, pl. V, 2 ; fig. 146). Actuellement introuvable. Le relief a une forme d’édicule, précédé de trois marches et encadré par deux pilastres surmontés d’un fronton décoré d’une couronne avec un gorgoneion, entourée de rubans flottants. Au sein de l’édicule, Silvanus est figuré de face, debout sur une base. Il porte une tunique courte et tient de la main gauche une branche de pin, de la main droite une faucille. À sa gauche, un chien, de profil, est assis sur ses pattes arrières. Notons que Silvanus est également présent dans d’autres mithraea d’Ostie (ceux du Palais impérial et de la Planta Pedis ; voir fiches). Datation : iiie s.

Fig. 146

Fig. 146

Relief de marbre blanc représentant Silvanus (Becatti 1954, pl. V, 2)

© DR

  • Trois petits autels de tuf rectangulaires (17 × 3 cm), aux faces lisses. Deux ont été trouvés dans les petites niches ouvertes dans le podium oriental ; le troisième dans la niche ouverte au centre du podium occidental. Actuellement introuvables.

  • Petite tête de Silène barbu (haut. 21 cm) avec couronne de rubans et de fruits. Traces de bleu azur entre les cheveux. Trouvée dans le remblai sous la mensa formée de plaques de marbre blanc, devant la base. Actuellement introuvable.

  • Trois petits vases en céramique rougeâtre à paroi fine, sans anse, à panse ovoïdale (10 × 10 cm). Trouvés dans le remblai sous la mensa formée de plaques de marbre blanc, devant la base. Actuellement introuvables.

  • Fragment de petite colonne en brique avec petite base (haut. 18 cm). Actuellement introuvable.

  • Deux trapézophores avec rosettes en relief (38 × 36 cm), trouvés dans le remblai sous la mensa formée de plaques de marbre blanc, devant la base. Actuellement introuvables.

  • Huit lampes en céramique rougeâtre, de typologie et forme communes, sans décoration. Trouvées dans le remblai sous la mensa formée de plaques de marbre blanc, devant la base. Actuellement introuvables.

Bibliographie

  

Becatti 1954 : G. Becatti, I mitrei, Roma 1954 (Scavi di Ostia, 2).

Calza 1924 : G. Calza, « Ostia – Scoperta di una iscrizione e di un santuario a Jupiter-Caelus (Ahoura-Mazda) », in NSA, 1924, 69-79.

Clauss 1992 : M. Clauss, Cultores Mithrae: die Anhängerschaft des Mithras-Kultes, Stuttgart 1992.

Ep. lat. 2010 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina: Ostia, cento iscrizioni in contesto, Roma 2010.

Floriani Squarciapino 1962 : M. Floriani Squarciapino, I culti orientali ad Ostia, Leiden 1962 (EPRO, 3).

Marchesini 2012-2013 : R. Marchesini, Sacra peregrina ad Ostia e Porto: Mithra, Iuppiter Sabazius, Iuppiter Dolichenus, Iuppiter Heliopolitanus, Roma, Sapienza. Università di Roma, 2012-2013 (Dottorato di Ricerca in Filologia e Storia del Mondo Antico).

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Mitthof 1992 : F. Mitthof, « Der Vorstand der Kultgemeinden des Mithras. Eine Sammlung und Untersuchung der inschriftlichen Zeugnisse », in Klio, 74, 1992, 275-290.

Sfameni Gasparro 2003 : G. Sfameni Gasparro, Misteri e teologie. Per la storia dei culti mistici e misterici nel mondo antico, Cosenza 2003.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Table des illustrations

Titre Fig. 7
Légende Carte des lieux de culte d’associations d’Ostie (en vert, les lieux de culte de collège ; en rouge, les mithraea ; en bleu les lieux de culte d’associations professionnelles ou de voisinage non dédiés à Mithra : 1. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des Thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite Domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 143
Légende CIL XIV, 403
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 144
Légende Plan du mithraeum Aldobrandin (Becatti 1954, p. 41 fig. 8)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 145
Légende Mithraeum Aldobrandini (Becatti 1954, pl. 5, 3)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6522/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 146
Légende Relief de marbre blanc représentant Silvanus (Becatti 1954, pl. V, 2)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6522/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 751k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter